Calendrier Attique

Article

Christopher Planeaux
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 06 novembre 2015
Disponible dans ces autres langues: anglais, persan
X

Le terme "calendrier attique" est devenu quelque peu impropre, car les Athéniens de l'Antiquité utilisaient bien plus d'une méthode pour mesurer le temps qui passait. Les Athéniens, surtout à partir du IIIe siècle avant notre ère, pouvaient consulter l'un des cinq "calendriers" suivants: calendrier des olympiades, le calendrier des saisons, le calendrier civil, le calendrier des prytanes et le calendrier métonique - en fonction de l'événement ou du type d'événement qu'ils souhaitaient chroniquer. En outre, les Athéniens créaient ces calendriers à des fins spécifiques ou les adoptaient à partir d'autres calendriers.

Tous les calendriers athéniens, cependant, utilisaient des cycles lunaires et/ou des événements solaires (généralement les solstices et les équinoxes, mais aussi certaines étoiles ou constellations) pour fixer les dates. Ces calendriers allaient en gros du milieu de l'été au milieu de l'été, tandis que les jours allaient du lever du soleil au lever du soleil. Toutes les polis grecques ainsi que d'autres États du pourtour méditerranéen, comme Babylone et l'Égypte, utilisaient leurs propres calendriers, indépendamment les uns des autres. Des écrivains athéniens comme Thucydide et Xénophon comprirent les difficultés et les limites de l'existence de systèmes concurrents.

Supprimer la pub
Publicité

Hemispherical Sundial
Cadran solaire hémisphérique
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Chaque calendrier grec possédait ses propres déterminations et méthodologies, et tous commençaient à des dates différentes: Les années de Delphes commençaient à la première nouvelle lune après le solstice d'été; la Béotie et Délos commençaient après le solstice d'hiver; Chios commençait à l'équinoxe de printemps tandis que Sparte, Rhodes, la Crète et Milet commençaient à l'équinoxe d'automne. Quoi qu'il en soit, toutes les poleis grecques réglaient à l'origine leurs calendriers en fonction de la lune.

Les mois lunaires (synodiques) contiennent chacun 29,53 jours (un cycle lunaire). Une année lunaire de douze mois compte donc 354,36 jours. Une année astronomique solaire, en revanche, compte 365,24 jours. Les Athéniens comprirent très tôt, notamment avec l'avènement de l'agriculture, qu'une année lunaire comptait 11 jours de moins qu'une année solaire. Tout calendrier lunaire strict gagnerait donc un peu plus d'un mois synodique en trois ans et dériverait à travers les saisons selon des cycles de 33 ans.

Supprimer la pub
Publicité

Néanmoins, les Athéniens choisirent de ne pas abandonner leur calcul lunaire, car la plupart de leurs fêtes annuelles avaient été fixées par les phases de la lune (Geminus 8.7-8) - c'est ainsi que naquit la pratique athénienne des intercalations périodiques permanentes (suppression/insertion de jours et insertion de mois) destinées à aligner les cycles lunaire et solaire. Les Athéniens cherchaient simplement à réduire ces oscillations au minimum. C'est pourquoi les spécialistes qualifient les calendriers athéniens de "lunisolaires".

Pour comprendre le fonctionnement des calendriers athéniens (ou de ceux de n'importe quelle polis de la Grèce antique), ou pour savoir pourquoi ils utilisaient l'un d'entre eux, il faut d'abord connaître la nature de l'événement daté, la précision souhaitée par un chroniqueur antique, ainsi que l'époque à laquelle il résidait et celle à laquelle il devait se référer. Différents calendriers apparurent à différentes époques, pour différentes raisons et pour différents usages. Les Athéniens utilisaient également ces différents calendriers avec plus ou moins d'insistance à différentes époques de l'Antiquité.

Supprimer la pub
Publicité

Le calendrier des Olympiades

Les Athéniens de l'Antiquité et les autres Grecs n'utilisaient le calendrier des Olympiades qu'à des fins historiques.

Le calendrier des Olympiades ne calculait pas les dates au sens moderne du terme, car il ne comptait pas les jours, ni même les mois, mais seulement les années. Les historiens grecs conçurent le calendrier des Olympiades afin de disposer d'un cadre de référence commun pour réconcilier les événements historiques enregistrés par les calendriers locaux des différentes poleis. Ce calendrier devint populaire auprès d'auteurs historiques plus tardifs comme Diodore de Sicile.

Selon Plutarque (Numa 1.4), le sophiste Hippias d'Élis, du Ve siècle avant notre ère, avait été le premier à consigner, et donc à établir, une séquence canonique de vainqueurs olympiques. Cette méthode fut rapidement utilisée de manière sporadique (par exemple, Thucydide 3.8.1 ; Xénophon, Hellenica 1.2.1). Ératosthène de Cyrène mit au point la forme définitive de la séquence des Olympiades au IIIe siècle avant notre ère. Le calendrier des Olympiades, par exemple, devint particulièrement important pour interpréter les années royales attribuées aux Ptolémées, telles qu'elles furent transmises par les travaux d'Eusèbe.

Greek Wrestlers
Lutteurs grecs
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Le calendrier des Olympiades utilisait les concours athlétiques quadriennaux organisés à Olympie, la polis du Péloponnèse, pour rendre acceptable le décompte commun des années écoulées. Les quatre années séparant ces jeux successifs constituaient une olympiade. Les Grecs de l'Antiquité, y compris les Athéniens, comptaient donc leurs années en notant d'abord la succession des Jeux olympiques célébrés, puis en comptant les années individuelles jusqu'à la célébration suivante.

Supprimer la pub
Publicité

Hippias avait également déterminé qu'Olympie avait organisé ces concours pour la première fois au cours de l'été 776 avant notre ère. Comme les années grecques s'étendent d'un été à l'autre, les historiens situent la première année de la première Olympiade (c'est-à-dire Ol. 1.1) à 776/5 avant notre ère. Ainsi :

  • Ol. 1.2 = 775/4 av. J.-C.
  • Ol. 1.3 = 774/3 av. J.-C.
  • Ol. 1.4 = 773/2 av. J.-C.
  • Ol. 2.1 = 772/1 av. J.-C.

Le mois et le jour précis où commençait chaque année, c'est-à-dire le point de départ nominal d'une olympiade, restent incertains. Nous savons que le mois lunaire au cours duquel Olympie organisait ses jeux et son festival se situait généralement entre la première et la deuxième pleine lune suivant le solstice d'été de l'année en question (très approximativement à la mi-août). De plus, le festival de célébration se déroulait lors de la deuxième pleine lune, alors que les compétitions athlétiques proprement dites se déroulaient au cours des jours précédents. Nous savons également que, puisque les Jeux olympiques étaient panhelléniques (les participants venaient de toute la Grèce), les Grecs de l'Antiquité déterminèrent que la fête suivante aurait lieu à des intervalles alternés de 49 et 50 cycles lunaires à chaque période quadriennale. Ils savaient ainsi quand revenir. Les Athéniens de l'Antiquité et les autres Grecs n'utilisaient le calendrier des Olympiades qu'à des fins historiques, car son imprécision inhérente le rendait totalement inadapté à la vie quotidienne.

Calendrier parapegme (saisonnier)

Les Parapegmes enregistraient les changements météorologiques saisonniers en fonction de la première et de la dernière apparition des étoiles.

Les Athéniens de l'Antiquité faisaient également référence à un calendrier saisonnier, le παράπηγμα (parapegma; pl. parapegmata), parfois désigné par les spécialistes sous le nom d'"almanach grec". Cependant, contrairement au calendrier des olympiades, le calendrier saisonnier ne calculait pas les dates des années successives, mais notait plutôt les phénomènes astronomiques visibles spécifiques au cours d'une année donnée. Par conséquent, nous ne le considérerions pas non plus comme un véritable calendrier au sens moderne du terme.

Supprimer la pub
Publicité

Catalogués pendant des siècles par divers astronomes, les calendriers parapegmes consignaient sur la pierre ou le parchemin une liste de changements météorologiques saisonniers en relation avec la première et la dernière apparition d'étoiles et/ou de constellations, ainsi que des événements solaires tels que les équinoxes et les solstices - avec, dans de nombreux cas, les phases de la lune. Le besoin premier d'un calendrier saisonnier apparut parce que les Grecs anciens avaient besoin de marquer le début des changements météorologiques pour réguler certaines activités humaines telles que l'agriculture, la navigation et la guerre.

Plus précisément, un calendrier saisonnier observait le premier et le dernier lever au-dessus de l'horizon de certaines étoiles et constellations particulières (au lever ou au coucher du soleil) par rapport aux équinoxes et aux solstices afin de marquer les dates importantes. Les Athéniens associaient ensuite la première apparition de certaines étoiles et constellations à certaines tâches. Par exemple, Hésiode (Les Travaux et les Jours) dit aux agriculteurs de moissonner lorsque les Pléiades se lèvent. Par ailleurs, Ptolémée soutenait que les phénomènes astronomiques étaient à l'origine des changements climatiques saisonniers.

Certains calendriers parapegmes incluaient des observations sur d'autres phénomènes annuels tels que les éclipses, les migrations d'oiseaux, ou suivaient la trajectoire du soleil à travers les signes du zodiaque. Certains d'entre eux alignaient également les cycles lunaires sur les cycles solaires par le biais d'intercalations de 12 et 13 mois synodiques alternés dans un cycle de 19 ans (voir le calendrier métonique ci-dessous). Un exemple de calendrier parapegme pourrait se lire comme suit :

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

  • Nous commençons par le solstice d'été.
  • Le soleil traverse le Cancer en 31 jours.
  • Jour 1 : Le Cancer commence à se lever. Signe d'un changement de temps.
  • 9e jour : Début des vents du sud
  • 11e jour : Orion se lève en entier le matin.
  • 16e jour : La couronne commence à se coucher le matin.
  • 23e jour : Sirius apparaît pour la première fois en Égypte
  • 25e jour : Sirius se lève le matin
  • 27e jour : Fin du lever du Cancer. Les vents artésiens soufflent pendant les 53 jours suivants.
  • Jour 28 : Aquila se couche le matin. Il y aura une tempête en mer.
  • Jour 30 : Le Lion commence à se lever. Le vent du sud souffle.

Les Athéniens et d'autres Grecs gravaient les événements astronomiques importants sur des tables de pierre percées de trous destinés à recevoir des chevilles de bois mobiles afin de suivre le passage des observations stellaires requises. Dans d'autres cas, comme celui cité ci-dessus, ils présentaient simplement les observations dans des textes écrits. Nous connaissons plusieurs parapegmes, certains rédigés par un seul individu, tandis que plusieurs auteurs en compilèrent d'autres. L'astronome grec Euctémon, qui observa le solstice d'été à Athènes en 432 avant notre ère, composa le plus ancien parapegme systématique connu. Nous avons également découvert le plus ancien exemple connu de parapegme en pierre et en piquets dans le quartier de Cèramique (Keramikos) à Athènes.

The Clock of Andronicus Cyrrhestes
L'horloge d'Andronicus Cyrrhestes
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Calendrier civil athénien

Chaque mois commençait à la nouvelle lune et durait 29 ou 30 jours pour donner des années de 354/5 jours.

L'utilisation la plus courante du terme "calendrier athénien" aujourd'hui fait néanmoins référence au calendrier civil (ou calendrier des fêtes) d'Athènes. C'est le calendrier sur lequel nous possédons le plus d'informations et de détails. Le calendrier civil-festival athénien est également celui qui se rapproche le plus de ce que nous considérons aujourd'hui comme un "vrai" calendrier. Les Athéniens utilisaient ce calendrier principalement pour réguler les nombreux festivals athéniens tout au long de l'année. Les Athéniens divisaient leurs fêtes en deux types: environ 80 célébrations annuelles récurrentes et des séries de festivités mensuelles regroupées autour du début de chaque mois synodique.

À l'instar de certains parapegmes, le calendrier civil athénien utilisait des années lunisolaires composées de 12 ou 13 mois lunaires. Les Athéniens nommaient leurs mois synodiques d'après la fête principale qui se déroulait au cours de ce cycle lunaire. Les Athéniens alignaient ensuite ces cycles annuels aussi près que possible du solstice d'été de chaque année suivante en utilisant des intercalations (insertion d'un 13e mois synodique périodique).

Comme pour le calendrier des Olympiades, les Athéniens suivaient également les années qui passaient sur le calendrier civil. Ils enregistraient le nom de l'archonte éponyme (ou simplement archonte) qui avait servi une année donnée. Au Ve siècle avant notre ère, l'archonte en était venu à superviser les fêtes religieuses annuelles et, par conséquent, à être responsable de la tenue du calendrier civil. Le terme "Eponymos Archon" n'apparaît toutefois dans les textes grecs qu'à l'époque romaine.

Il semble que les Athéniens aient inscrit leurs archontes sur la pierre dans une liste officielle unique. Les chercheurs d'aujourd'hui divisent généralement cette liste d'archontes en trois périodes :

  1. de la création à 481/480 av. J.-C.
  2. 480/79 à 302/301 av. J.-C.
  3. la période hellénistique, jusqu'à 101/100 av. J.-C.

En outre, les historiens grecs se référaient à leurs années d'archonte pour dater les événements de deux manières:

  1. soit en notant simplement un lien déjà enregistré entre un événement et le nom d'un archonte
  2. utiliser le nom de l'archonte pour indiquer l'année spécifique au cours de laquelle un événement s'est produit.

Thucydide, par exemple, date le début de la guerre du Péloponnèse aux derniers mois lunaires de l'archontat de Pythodore (2.2.1).

En outre, après la publication par Hippias d'Élis de sa liste des vainqueurs des Jeux olympiques, divers chronologues de la Grèce antique commencèrent à dresser des tableaux comparatifs avec les archontes athéniens ainsi qu'avec d'autres listes annuelles tenues dans d'autres poleis (par exemple, les éphores spartiates et les prêtresses d'Héra en Argive).

Les Athéniens de l'Antiquité pouvaient (et les chercheurs d'aujourd'hui peuvent) déterminer les années de cette manière :

  • Ol. 72.1 = Archontat d'Hipparque = 492/491 avant J.-C.
  • Ol. 72.2 = archontat d'Hybrilide = 491/490 avant J.-C.
  • Ol. 72.3 = Archontat de Phénippe = 490/489 avant J.-C.
  • Ol. 72.4 = Archontat d'Aristide = 489/488 avant J.-C.
  • Ol. 73.1 = archontat d'Anchise = 488/487 avant J.-C.

Les douze mois civils lunaires athéniens (dans l'ordre) étaient les suivants :

  1. Hekatombaion
  2. Metageitnion
  3. Boidromion
  4. Pyanopsion
  5. Maimakterion
  6. Poséidon
  7. Gamelion
  8. Anthesterion
  9. Elaphebolion
  10. Mounikhion
  11. Thargelion
  12. Skirophorion

Chaque mois commençait à la nouvelle lune et durait 29 ou 30 jours (un cycle lunaire) pour donner des années de 354/5 jours. L'archonte éponyme intercalait occasionnellement (et apparemment de manière quelque peu désordonnée) une année en insérant un 13e mois lunaire, qui devenait généralement (mais pas toujours) un second Poséidon. Ce processus permettait au calendrier civil de rester en phase avec les saisons. Les années intercalaires comptaient donc 384 jours. Chaque année civile commençait vers la première nouvelle lune après le solstice d'été (Hekatombaion 1).

Les Athéniens utilisaient deux types de mois différents pour désigner chaque cycle lunaire: Les mois complets de 30 jours et les mois creux de 29 jours. L'omission de certains jours dans certains mois permettait de compenser le fait que deux cycles lunaires étaient égaux à 59,06 jours. La méthodologie précise utilisée par un archonte pour déterminer d'abord quand omettre un jour, puis quel jour omettre, est devenue un sujet de controverse parmi les experts. Nous savons seulement que l'omission se produisait au cours du dernier tiers d'un cycle lunaire.

Les Athéniens divisaient chaque mois synodique en deux phases de 10 jours chacune, puis en une troisième phase, dont le nombre variait entre les mois pleins et les mois creux: la lune croissante, la pleine lune et la lune décroissante. Ils appelaient le premier jour de chaque mois νουμηνία (noumenia) ou "nouvelle lune". Ils comptaient jusqu'au 20e jour, puis jusqu'au dernier jour de chaque cycle lunaire. Les Athéniens ne comptaient leurs jours que pendant la deuxième phase (du 11 au 19 de chaque mois). Les Athéniens, par exemple, appelaient le 5 de chaque mois la "5e lune montante" et le 24 de chaque mois la "7e lune descendante". En outre, les Athéniens désignaient parfois le 20 comme le "20" ou le "10 avant". Ils appelaient le dernier jour du mois ἕνη καὶ νέα (hene kai nea) ou "ancien et nouveau".

Les chercheurs ne s'accordent pas non plus sur l'importance accordée par les Athéniens aux observations astronomiques permanentes par rapport aux calculs mathématiques stricts, tant pour déclarer les mois synodiques pleins ou creux tout au long de l'année que pour déterminer quand intercaler un treizième cycle lunaire. Néanmoins, les Athéniens de l'Antiquité s'étaient rendu compte qu'au milieu du Ve siècle avant notre ère, leur calendrier des fêtes était devenu notoirement complexe et s'écartait trop souvent de l'alignement sur les événements clés de l'année solaire et, dans de nombreux cas, sur les saisons elles-mêmes. Ils ont tenté de réformer ce calendrier en 407/6 avant notre ère (voir Calendrier métonique), mais ne l'ont jamais vraiment abandonné.

Antikythera Mechanism
Machine d'Anticythère
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Calendrier des prytanies (conciliaire)

Les Athéniens n'utilisaient le calendrier des prytanes que pour enregistrer et dater les transactions financières.

À partir de la fin du VIe siècle avant notre ère (ou du milieu du Ve siècle av. J.-C.), les Athéniens de l'Antiquité utilisaient également un calendrier des prytanies indépendant de dix mois, dans lequel chaque mois marquait les périodes successives de rotation du Prytanie (présidence). Chaque prytanie représentait l'une des dix phyles (tribus) attiques de la Boulè athénienne (Conseil des cinq cents).

Aujourd'hui, nous considérerions le calendrier des prytanies comme un "vrai" calendrier, mais les Athéniens ne l'utilisaient qu'à une seule fin: enregistrer et dater les transactions financières proposées par la Boulè et approuvées par l'Ekklesia (Assemblée). Ces transactions pouvaient inclure: l'évaluation du tribut, la collecte d'impôts, la distribution de fonds publics (construction de bâtiments, festivals), les prêts aux cultes, le paiement des salaires et le calcul des intérêts. Certains érudits appellent donc le calendrier conciliaire le calendrier sénatorial, fiscal ou bouletique.

Les dix mois conciliaires (Prytanie) d'origine étaient les suivants:

  1. Erektheis
  2. Aigeis
  3. Pandionis
  4. Leontis
  5. Akamantis
  6. Oineis
  7. Kekropis
  8. Hippothontis
  9. Aiantis
  10. Antiokhis

Chaque mois durait alors de 35 à 38 jours, divisés plus ou moins également, bien qu'apparemment un peu ad hoc, pour donner des années de 365/6 jours. L'année conciliaire allait également du milieu de l'été au milieu de l'été, mais elle ne coïncida officiellement avec le calendrier civil qu'en 407/6 avant notre ère. Les Athéniens déterminaient par tirage au sort l'ordre dans lequel les prytanies servaient chaque année, et cela commençait initialement une semaine après le solstice d'été (prytanie 1, 1). Il devint ainsi le quasi-équivalent athénien d'un véritable calendrier solaire.

Aristote (Ath. Pol. 43.2) écrit que les quatre premières prytanies comptaient 36 jours chacune, tandis que les six dernières en comptaient 35, ce qui ne peut s'appliquer qu'après que les Athéniens eurent aligné les premiers jours des calendriers civil et conciliaire en 407 avant notre ère (c'est-à-dire Hekatombaion 1 = Prytany 1, 1), et qu'ils eurent également rendu le calendrier conciliaire luni-solaire. Toutefois, même à ce moment-là, ils ne suivirent pas la formule à la lettre. De plus, avant le IVe siècle avant notre ère, le début des calendriers civil et conciliaire ne s'alignait que de manière aléatoire et sporadique. La question de savoir si les Athéniens avaient l'intention de procéder à ces alignements par manipulation ou si les alignements se produisaient simplement par hasard reste également débattue par les spécialistes.

De plus, le nombre de tribus ne resta pas constant et la durée de chaque mois boulétique fut adaptée en conséquence. Athènes créa deux tribus macédoniennes en 307/6 avant notre ère, ce qui divisa l'année conciliaire en 12 prytanies. Ils créèrent une treizième tribu en 224/3 avant notre ère, puis abolirent les deux tribus macédoniennes en 201/0 avant notre ère, ce qui donna 11 prytanies. Les Athéniens créèrent rapidement une nouvelle 12e tribu qui resta en place jusqu'en 126/7 de notre ère, puis ils créèrent une autre tribu. Il en résulta 13 prytanies jusqu'à la dissolution de la Boulè.

L'essentiel de nos informations concernant le calendrier conciliaire provient de diverses inscriptions. Les Athéniens inscrivaient, dans le préambule de leurs décrets financiers, le nom de la tribu que le prytanie représentait, le nom du secrétaire chargé de l'enregistrement et le nom de l'officier présidant. Nous pouvons déterminer l'année où une transaction financière spécifique eut lieu si nous savons qui était le secrétaire de la Boulè pour cette année-là. En outre, plusieurs inscriptions évaluent les comptes par Prytanie et datent la transaction par Archonte. Nous pouvons également découvrir la durée d'un mois boulétique spécifique d'une année donnée si les Athéniens enregistraient les intérêts accumulés sur les prêts consentis, mais ces références restent au mieux sporadiques.

À la seule exception du premier jour, les Athéniens n'ont jamais aligné systématiquement leurs calendriers civil et conciliaire (12 mois synodiques contre 10, 11 ou 13 mois boulétiques), et ils n'ont jamais conçu de formule permettant d'égaliser les dates entre leurs calendriers indépendants. Les chercheurs peuvent établir des équivalences approximatives entre les deux en calculant le nombre de jours entre des transactions enregistrées séparément à partir de références sporadiques dans l'un ou l'autre ou dans les deux calendriers, mais une telle équation devient notoirement complexe et impliquée (en particulier avant 407 avant notre ère).

Attic Calendar
Calendrier attique
The Warburg Institute Iconographic Database (CC BY-NC-ND)

Calendrier métonique

Méton semble avoir suivi les premiers astronomes babyloniens et adopta ensuite son calendrier pour le calendrier civil athénien.

Les Athéniens utilisaient également un enneakaidekaetris: un cycle luni-solaire de dix-neuf ans ou calendrier métonique. L'astronome athénien Méton, du Ve siècle avant notre ère, introduisit ce calendrier en 432 avant notre ère. Il avait calculé qu'une période de 19 années solaires correspondait presque exactement à 235 mois lunaires (la différence étant un nombre d'heures). Une fois arrondi, chaque cycle compte 6 940 jours complets. Un cycle métonique se trompe d'un jour complet tous les 219 ans.

Les Athéniens pouvaient alors aligner systématiquement et précisément leurs deux calendriers astronomiques (solaire et lunaire) en utilisant une formule de 125 mois pleins (30 jours) et 110 mois creux (29 jours), tout en intercalant 7 ans au cours du cycle (235 = 19 × 12 + 7). Le premier cycle métonique s'étendait du solstice d'été de 432 avant notre ère au solstice d'été de 413 avant notre ère.

Méton semble avoir suivi les astronomes babyloniens antérieurs et a ensuite adopté son calendrier pour le calendrier civil athénien. Le cycle de 19 ans de Méton, qui compte 235 mois synodiques, commence avec la nouvelle lune, juste après le solstice d'été. Le cycle de 19 ans de Babylone, quant à lui, commençait avec la première apparition du croissant de lune après l'équinoxe de printemps. Néanmoins, Babylone avait intégré son cycle vers la fin du 6e siècle avant notre ère. La question de savoir dans quelle mesure les Archontes épynomiens suivirent le nouveau schéma de Meton reste également débattue.

Le cycle de Callippe

Un siècle plus tard, Callippe de Cyzique, qui avait étudié à l'Académie de Platon, avait calculé avec plus de précision la durée d'une année solaire, soit 365 + 1/4 jours. Il avait donc simplement multiplié le cycle métonique de 19 ans par 4, puis avait omis 1 jour dans le dernier cycle de 19 ans. Il découvrit ainsi un autre cycle solaire de 76 ans qui comprenait 940 cycles lunaires ou 27 759 jours. Le premier cycle callipyge commençait au solstice d'été de 330 avant notre ère. Il utilisa lui aussi les mois synodiques du calendrier civil athénien pour établir ce calendrier luni-solaire. Plus tard, des astronomes comme Ptolémée utilisèrent les cycles de Callippe.

Comparaison des calendriers

Lorsque les chercheurs tentent de convertir les dates connues des différents calendriers athéniens en leurs équivalents juliens, les difficultés rencontrées oscillent entre la facilité des déterminations directes à une extrémité du pendule et des équations exceptionnellement byzantines et extrêmement complexes à l'autre extrémité.

D'une part, les années de chaque olympiade ainsi que la liste des archontes athéniens sont désormais (à l'exception de l'erreur occasionnellement débattue) établies et, pour la plupart, universellement reconnues. En outre, si les auteurs anciens font référence à un événement astronomique connu (éclipse, solstice, équinoxe, etc.), la conversion s'avère directe et exacte. Par exemple, Thucydide (4.52) rapporte une éclipse partielle de soleil qui eut lieu en Grèce durant les premiers jours du 8e été après le début de la guerre du Péloponnèse, qu'il avait déjà datée de l'archontat de Pythodore (2.2.1). Cette éclipse s'est produite le 24 mars 424 avant notre ère.

Par ailleurs, lorsque les chercheurs commencent à examiner les équivalences entre les calendriers saisonnier, civil et conciliaire athéniens, les problèmes deviennent exponentiellement plus complexes. Les synchronismes établis entre les calendriers saisonnier et civil athéniens et leurs équivalents juliens n'existent que dans les grandes lignes, en raison du processus aléatoire d'intercalation (même après l'introduction des cycles métoniques). Par exemple, le schéma le plus largement accepté aujourd'hui est le suivant :

Été

  • Hekatombaion : juillet/août
  • Metageitnion : août/septembre
  • Boedromion : septembre/octobre

Automne

  • Pyanepsion Octobre/Novembre
  • Maimakterion Novembre/Décembre
  • Poseideon Décembre/Janvier

Hiver

  • Gamelion Janvier/Février
  • Anthesterion Février/Mars
  • Elaphebolion Mars/Avril

Printemps

  • Mounikhion Avril/Mai
  • Thargelion Mai/Juin
  • Skirophorion Juin/Juillet

Les Athéniens de l'Antiquité ne l'ont que vaguement respectée. La date réelle de l'Hekatombaion 1, c'est-à-dire la 13e ou 14e nouvelle lune consécutive depuis le début de l'année précédente, pouvait se situer entre la mi-juin et la mi-août de l'année suivante. Thucydide, en outre, reste notoirement imprécis sur les saisons dans son récit de la guerre du Péloponnèse.

En outre, à l'exception du solstice d'été, il n'existe pas de telles équations pour l'année conciliaire. Le Prytanée 1,1 tombait systématiquement, plus ou moins, pendant la première semaine de juillet (avant 407 av. J.-C.), mais l'année conciliaire pouvait commencer n'importe où entre la mi-Thargélion et la fin de l'Hékatombaion.

En outre, en l'absence de tout calcul d'intérêt pour des prêts spécifiques, la durée exacte de tout mois boulétique ultérieur au cours d'une année donnée reste inconnue.

Si un érudit souhaite découvrir une date julienne plus précise pour un événement athénien ou grec spécifique, il doit d'abord construire un tableau entre les calendriers civil et conciliaire (lorsque c'est possible), et l'alimenter avec autant d'informations que possible recueillies à partir des inscriptions et des preuves textuelles. Néanmoins, s'aventurer dans les débats excessivement sophistiqués et spécialisés concernant ces deux calendriers reste une excursion des plus périlleuses, même pour l'expert. Une controverse tristement longue (et souvent vitriolique) a éclaté entre les professeurs Benjamin Meritt et William Pritchett à propos de la chronologie attique.

Les arguments ont parfois dépassé les études des calendriers eux-mêmes pour inclure des désaccords sur des hypothèses et des méthodologies spécifiques, des restaurations proposées et même l'épigraphie attique elle-même. Les chercheurs rencontrent à la fois des reconstructions épigraphiques en duel, des jugements sur les preuves textuelles, puis des désaccords sur des équations spécifiques (mois pleins et creux contre années intercalaires), qui cherchent à aligner les deux calendriers en utilisant des points fixes connus. Les désaccords deviennent tellement abscons que, pendant des décennies, peu de chercheurs se sont aventurés dans cette jungle. Néanmoins, il est essentiel de reconstituer cette méthodologie pour pouvoir effectuer des conversions précises en dates juliennes, mais toute conclusion comportera toujours une marge d'erreur significative.

Enfin, les historiens et les classicistes fournissent généralement des dates juliennes (lorsqu'elles sont connues) pour les années antérieures à l'introduction du calendrier grégorien en 1582. Pour déterminer les dates grégoriennes pendant les périodes classique et hellénistique précoce (500-300 av. J.-C.), il faut soustraire 5 jours; pour la période hellénistique tardive jusqu'au début de la République romaine (300-200 av. J.-C.), il faut soustraire 4 jours; pour les périodes de la République romaine moyenne à tardive (200-100 av. J.-C.), il faut soustraire 3 jours.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Christopher Planeaux
Lectured in Classical Studies for 15yrs. Published articles on the dramatic settings for Plato's Dialogues & Ancient Greek History. Offered papers at conferences in North America & Great Britain. Area of expertise includes Greek History 600-300 BCE.

Citer cette ressource

Style APA

Planeaux, C. (2015, novembre 06). Calendrier Attique [The Athenian Calendar]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-833/calendrier-attique/

Style Chicago

Planeaux, Christopher. "Calendrier Attique." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le novembre 06, 2015. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-833/calendrier-attique/.

Style MLA

Planeaux, Christopher. "Calendrier Attique." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 06 nov. 2015. Web. 23 mai 2024.

Adhésion