Tombes Royales Macédoniennes de Vergina

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$2192 / $18000

Article

David Grant
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 05 février 2020
Disponible dans ces autres langues: anglais
X

Les fouilles menées à Vergina, dans le nord de la Grèce, à la fin des années 1970, ont mis au jour un ensemble de tombes que l'on pense être celles de Philippe II (r. de 359 à 336 av. J.-C.), le père d'Alexandre le Grand (r. de 336 à 323 av. J.-C.), et de son épouse, inhumée dans une chambre voûtée à ses côtés. Des armes, des armures, des objets en or et en argent reposent à côté de précieux ossuaires contenant des ossements incinérés dans ces tombes uniques situées à proximité de la nécropole d'Égée, l'ancienne capitale de la Macédoine. Depuis lors, des anthropologues étudient les restes à la recherche d'indices sur la vie, la mort, les blessures et les rites funéraires des membres de la famille royale enterrés, afin de prouver leur identité après quatre décennies de revendications concurrentes. Une nouvelle génération d'études médico-légales a permis d'obtenir des résultats surprenants et nous rapproche de l'identité de ceux qui furent enterrés et de la date de leur inhumation. Les matériaux utilisés pour les restes, l'or fondu sur les os et une blessure invalidante à la jambe révèlent une femme guerrière boitant et vénérée comme une "amazone" à sa mort, ainsi qu'un roi paré d'une couronne d'or et d'un bouclier de cérémonie alors que les flammes montaient sur le bûcher à l'instar d'un héros homérique.

Greek Larnax from the Royal Tomb in Vergina
Larnax grec du tombeau royal de Vergina
Dimboukas (Public Domain)

Découverte

Cela fait maintenant 42 ans que le professeur Manolis Andronikos, responsable des fouilles à Vergina, dans le nord de la Grèce, a découvert une tombe macédonienne non pillée, le lieu de sépulture de la famille d'Alexandre le Grand. En novembre 1977, 60 000 mètres cubes de terre avaient été soigneusement retirés de la colline de terre de 100 mètres de haut et de 12 mètres de large connue sous le nom de "Grand Tumulus", afin de révéler la façade de la tombe. 50 des 51 tombes déjà découvertes dans ce qui était autrefois le cœur de la Macédoine antique avaient été pillées dans l'Antiquité, mais ce jour-là, après un siècle de fouilles stériles, la cité perdue de l'ancienne Aigai a été identifiée de manière convaincante.

Supprimer la pub
Publicité

Excavation of the Vaulted Tomb at Aegae, Vergina
Excavation de la tombe voûtée d'Aigai, Vergina
David Grant (Copyright)

Dans la salle principale de la structure à voûte en berceau appelée "Tombe II", de somptueux objets en or et en argent, des armes d'apparat finement ouvragées et des armures de forme unique, une horde d'objets funéraires inestimables, étaient éparpillés. Dans un sarcophage de pierre reposait un coffre en or contenant les ossements soigneusement incinérés d'un homme enveloppés dans les restes d'un tissu pourpre. Dans un autre ossuaire en or situé dans l'antichambre adjacente, les ossements incinérés d'une femme, également enveloppés dans un tissu, étaient disposés avec un magnifique diadème d'or.

La tombe II faisait partie d'un groupe de quatre; la "tombe I" était une simple tombe à ciste qui avait déjà été pillée dans l'Antiquité, mais elle était ornée d'une magnifique peinture murale représentant le thème mythique chtonien connu sous le nom de "l'Enlèvement de Perséphone". Juste à côté se trouvaient les pierres de fondation de ce qui semblait être un sanctuaire, suggérant que l'occupant de la tombe faisait l'objet d'un culte. Une autre structure non déterrée, appelée "Tombe III", contenait les ossements d'un adolescent, probablement un garçon, et elle a rapidement été appelée "Tombe du Prince". La dernière structure mise au jour, la "Tombe IV", était en ruines, à l'exception de colonnes isolées encadrant l'entrée de la salle la plus grande et la plus profonde de toutes, située à l'extrémité du tumulus.

Supprimer la pub
Publicité

Hades Abducting Persephone, Vergina
Hadès enlevant Perséphone, Vergina
Yann Forget (Public Domain)

Les objets dispersés dans les tombes II et III ont été datés du milieu et de la fin du IVe siècle avant notre ère, ce qui est corroboré par la poterie, les accessoires de banquet en métal et l'évolution de la conception de la tombe elle-même. Le symbole unique du "Soleil de Vergina" ou de l'"Étoile" du clan royal de Macédoine avait été gravé sur les couvercles des deux coffres en or contenant les ossements incinérés.

Le groupe de Philippe II

Le groupe de quatre tombes est connu sous le nom de "groupe de Philippe II", car l'excavateur pensait que la tombe II contenait les restes de Philippe II (r. de 359 à 336 av. J.-C.), le premier roi à avoir unifié la Macédoine antique. Ses réformes militaires et sa gestion de l'État mirent la Grèce à genoux, ce qui permit à son fils, Alexandre le Grand (r. de 336 à 323 av. J.-C.), de conquérir l'Empire perse. Philippe était un diplomate cultivé et rusé, dont la cour polygame accueillait sept épouses dont l'ordre des noms subsiste dans le texte de l'antiquaire Athénée.

Supprimer la pub
Publicité

Model of the Shrine & Tombs Under the Great Tumulus, Vergina
Maquette du sanctuaire et des tombes sous le grand tumulus, Vergina
David Grant (Copyright)

Bien que la capitale politique de la Macédoine ait été déplacée d'Aigai à Pella un siècle avant le règne de Philippe, elle resta la résidence cérémonielle des rois. En octobre 336 avant notre ère, Philippe fut poignardé à mort lors du mariage de sa fille à Aigai; ce fut un événement qui bouleversa le monde et qui annonça la royauté d'Alexandre. Alexandre conquit l'empire perse en onze ans, mais mourut dans des circonstances mystérieuses à Babylone en 323 avant notre ère, à l'âge de 32 ans.

Comment les tombes ont disparu de l'histoire

Le corps embaumé d'Alexandre fut transporté de Babylone en Égypte, où il fut exposé pendant une bonne partie du Principat romain avant de disparaître. Les guerres des Diadoques, les luttes intestines des généraux d'Alexandre qui se proclamaient rois dans le monde gréco-persan nouvellement conquis, virent l'empire se fragmenter en royaumes successeurs et des générations de guerres intestines suivirent lorsque la Macédoine fut elle-même divisée.

Lorsque l'Empire romain d'Orient fut finalement envahi, le nom de la ville déchue ne survécut que dans la légende orale.

Dans les années 270 avant notre ère, les envahisseurs celtes gaulois saccagèrent la Macédoine et la Grèce, comme le décrivent Plutarque et Pausanias, et le cimetière d'Égée fut partiellement pillé. Une fois le danger immédiat écarté, les tombes royales encore intactes furent enterrées sous un grand tumulus de terre par un monarque anonyme, peut-être Antigon Gonatas, le petit-fils d'Antigon Ier, pour les protéger de tout nouveau pillage .

Supprimer la pub
Publicité

Après la défaite de Rome contre la Macédoine à la bataille de Pydna en 168 avant notre ère, les villes d'Aigai et de Pella furent partiellement détruites. Un glissement de terrain recouvrit une grande partie de ce qui restait à Aigai au 1er siècle de notre ère, et au fur et à mesure que l'Empire romain s'étendait vers l'est, l'importance de ces villes diminua. Lorsque l'Empire romain d'Orient fut finalement envahi, le nom de la ville aux pierres tombées au sol ne survécut que dans la légende orale.

Redécouverte de l'ancien royaume

Des fouilles modernes débutèrent en Grèce en 1855, mais elles ne permirent de découvrir que des tombes vides. Cependant, l'ampleur intrigante des fondations en pierre suggère qu'une ville importante s'élevait autrefois dans les collines de Piérie. Les réfugiés grecs de l'Anatolie turque qui s'y étaient réinstallés après la guerre gréco-turque ignoraient tout de son histoire; ils utilisèrent les pierres tombées pour construire des maisons dans le village moderne qu'ils baptisèrent Vergina, en l'honneur d'une reine de légende.

En 1968, l'historien anglais Nicholas Hammond a suggéré que les ruines de Vergina se trouvaient en fait sur le site de l'ancienne Aigai. Peu de gens accordèrent du crédit à sa théorie; la croyance dominante était qu'il s'agissait soit de la cité perdue de Valla, soit d'un palais d'été d'une royauté inconnue. En 1976, les fouilles de l'ancienne nécropole ont révélé les tombes qui avaient été renversées et les pierres tombales brisées dans l'Antiquité. Cela concorde fortement avec l'affirmation de Plutarque concernant le pillage par les Celtes.

Supprimer la pub
Publicité

Entrance of the Archaeological Museum of Vergina
Entrée du musée archéologique de Vergina
David Grant (CC BY-NC-SA)

Depuis la découverte du groupe de Philippe II, les murs de la ville et son acropole ont été mis au jour, ainsi que d'autres cimetières et le sanctuaire de la Mère des Dieux. Plus de 1 000 tombes ont été mises au jour, en plus des groupes de sépultures de femmes royales et d'anciens rois et roturiers datant de l'âge du fer. Quelque 500 tumulus ont été mis au jour sur plus de 900 hectares, révélant l'étendue de l'ancienne capitale qui, avec ses faubourgs, s'étendait sur quelque 6 500 hectares.

Identité des morts

Malgré l'étiquetage précoce du "groupe de Philippe II", en l'absence d'inscriptions, d'épitaphes ou de monuments commémoratifs corroborant les faits, les conclusions des fouilleurs ont fait l'objet d'une vive controverse. C'est ainsi qu'a commencé une "bataille d'os" acharnée qui a duré 30 ans et s'est traduite par une série d'articles universitaires qui remettaient en question toutes les hypothèses: l'identité des tombes, leur datation relative et leur "royauté", et même l'affirmation selon laquelle l'ancienne capitale d'Aigai avait été trouvée.

Lorsque les anthropologues ont pour la première fois déterminé l'âge des restes squelettiques trouvés dans la tombe II, il a été établi que l'homme était âgé de 35 à 55 ans au moment de sa mort et la femme de 20 à 30 ans. Bien que cela ait permis de penser que les ossements étaient ceux de Philippe II et, plus logiquement, de sa dernière et bien plus jeune épouse, Cléopâtre, exécutée peu après sa mort par Olympias, la mère d'Alexandre, une autre identité a persisté. Il pourrait également s'agir des restes squelettiques du fils à moitié idiot de Philippe, Arrhidée, qui mourut 20 ans plus tard au même âge et avec une épouse tout aussi jeune nommée Adea.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Les arguments pour et contre chaque candidat tournaient autour des blessures évidentes ou invisibles sur les os de l'homme de la tombe II par rapport aux blessures que Philippe II aurait reçues au combat. Certains anthropologues et commentateurs ont affirmé que les traumatismes étaient encore visibles, tandis que d'autres ont soutenu qu'ils étaient dus à la fissuration des os lors de la crémation.

Lion Hunt Mosaic, Pella
Mosaïque de la chasse au lion, Pella
Julianna Lees (CC BY-SA)

Des questions récurrentes ont alimenté les travaux universitaires: des toits voûtés comme ceux des tombes II existaient-ils en Grèce sous le règne de Philippe, ou furent-ils développés plus tard en s'inspirant de l'Orient? La scène de chasse, avec la représentation d'un lion dans la carrière, fut-elle inspirée par les parcs à gibier perses observés lors de la campagne d'Alexandre en Asie, car les lions avaient certainement disparu en Macédoine sous le règne de Philippe?

Les contre-arguments soulignent que les influences perses dans l'art avaient pris racine en Macédoine depuis son occupation par les forces d'expédition avancées de Darius Ier à la fin du VIe siècle avant notre ère, et que les structures voûtées en Perse avaient été construites par des tailleurs de pierre grecs des siècles plus tôt. En Macédoine, le lion était un symbole de la royauté et figurait sur les pièces de monnaie depuis des générations. De plus, Hérodote a affirmé que des lions avaient attaqué les chameaux de Xerxès en Macédoine lors de son invasion de la Grèce.

Nouvelle méthodologie, nouvel élan

En 2009, la "bataille des os" était dans l'impasse. Un nouvel élan a finalement été donné en 2010, lorsqu'une équipe d'anthropologues dirigée par le professeur Theodore Antikas et de spécialistes des matériaux dirigée par le Dr Yannis Maniatis a demandé l'autorisation de cataloguer les ossements et de les analyser pour déterminer s'ils contenaient d'autres matériaux. Quelque 350 ossements masculins ont été découverts dans le coffre en or de la salle principale de la tombe II.

Scythian Quiver & Armour of a Woman, Vergina
Carquois scythe et armure de femme, Vergina
David Grant (Public Domain)

Les anthropologues ont pu déterminer que l'homme de la tombe II souffrait d'un problème respiratoire, une maladie chronique qui aurait pu être une pleurésie ou une tuberculose. Des marques d'usure visibles sur sa colonne vertébrale indiquent qu'il avait vécu à cheval, tandis que d'autres changements liés à l'âge du squelette masculin, qui n'avaient pas été mis en évidence auparavant, ont permis à l'équipe de réduire l'estimation de l'homme de la tombe II à 45 +/- 4 ans au moment de sa mort. Ils ont également découvert un traumatisme sur sa main qui pourrait finalement correspondre à l'une des blessures que Philippe aurait reçues au combat.

Sous un examen similaire, ils ont trouvé de nouvelles preuves incontestables de l'âge des os pubiens de la femme, qui n'avaient jamais été vus auparavant, confirmant qu'elle était âgée de 32 +/- 2 ans au moment de sa mort. Cela exclut à la fois la plus ancienne et la plus importante des épouses de Philippe, trop âgée à sa mort, ainsi que sa dernière épouse adolescente, Cléopâtre, et la tout aussi jeune reine Adea-Eurydice, l'épouse d'Arrhidée. Les marqueurs de la colonne vertébrale montrent clairement qu'elle aussi a connu une vie en selle.

L'"Amazone" qui boitait

L'équipe d'anthropologues a identifié une fracture importante du tibia qui avait raccourci la jambe gauche de l'amazone. Cela a permis de l'associer à l'armure de l'antichambre, car le protège-tibia gauche d'une paire dorée était plus court de 3,5 cm et plus étroit que le droit. De toute évidence, les armes qui se trouvaient à côté d'elle lui appartenaient également, et les historiens devaient maintenant élucider le mystère d'une guerrière qui boitait.

Professor Theodore Antikas with Laura-Wynn Antikas Holding the Shorter Greave from the Royal Tomb of Vergina
Le professeur Theodore Antikas et Laura-Wynn Antikas tenant la plus courte jambière provenant de la tombe royale de Vergina.
Antikas team archive (Copyright)

Le débat sur l'identité devait toujours s'accommoder d'une arme très mystérieuse: les ossements féminins étaient accompagnés d'un"gorytos" scythe plaqué or, le carquois de l'arc et de la flèche portés à la hanche par les redoutables archers scythes. Plus de 1 000 tombes fouillées en Ukraine et dans les steppes russes ont prouvé l'existence de ces guerrières, ces "amazones" des temps modernes, qui étaient souvent enterrées avec des chevaux, des armes, des outils et leurs bijoux typiques de nomades.

À un moment donné, Philippe II s'était allié à un roi scythe de la région du Danube, Athéas, qui avait adopté le roi macédonien pour sceller le traité. Mais une fille scythe n'avait jamais été mentionnée dans les sources.

Plate with Beardless or Female Archer
Plaque avec archer imberbe ou femme
Jastrow (Public Domain)

En outre, l'identité féminine de la tombe II reste une énigme centrale: les textes ne mentionnent pas d'épouse enterrée avec Philippe II à Égée. Si l'excavateur du site avait raison, les incohérences dans les dimensions des voûtes des deux chambres formant la Tombe II suggèrent qu'elles furent construites ou achevées en différentes étapes, de sorte que l'homme et la femme n'avaient pas nécessairement été incinérés ensemble ou même en même temps; la couleur différente de ses os non lavés renforce cette hypothèse.

Masques orphiques et rituels funéraires

Depuis 2015, les découvertes microscopiques de l'équipe médico-légale comprennent des taches textiles sur les os incinérés et des fragments d'un matériau composite accroché aux restes de l'homme. Le minéral blanc rare qu'est la huntite et la pourpre de Tyr, liés en couches avec du blanc d'œuf et de l'argile, suggèrent qu'un rite funéraire orphique non documenté impliquait un masque facial cérémoniel frappant, ou un masque mortuaire posthume, rappelant l'exemple en or de Mycènes appelé le "Masque d'Agamemnon".

Death Mask of Agamemnon
Masque d'Agamemnon
Xuan Che (CC BY)

Les gouttelettes d'or fondues trouvées sur les vertèbres supérieures soulèvent la question de savoir si l'homme portait initialement sa couronne lorsque les flammes léchaient le bûcher funéraire, car sa couronne de chêne en or incomplète présentait des signes de chaleur intense et était dépourvue des morceaux trouvés dans les restes du bûcher entassés sur le toit de la tombe. Un bouclier cérémoniel décoré d'ivoire et de verre présentait également des signes d'exposition au feu. Il semble que le roi mort ait été présenté aux spectateurs prêt au combat dans tous ses atours alors que le feu commençait à nettoyer son cadavre, avant d'être emporté pour être enterré plus bas avec ses os ramassés et lavés.

Ce protocole d'inhumation complexe suggère fortement que celui qui exécuta les rites funéraires pour le "roi" de la tombe II suivit les conventions homériques telles qu'elles sont décrites dans l'Iliade et l'Odyssée. Les ossements de quatre chevaux et de neuf chiens avaient également été sacrifiés ce jour-là, comme cela fut décrit lors des funérailles qu'Achille organisa pour Patrocle à Troie. On dit qu'Alexandre aurait mémorisé l'Iliade au complet. En outre, la conception de la tombe II était conforme aux chambres voûtées idéales recommandées par Platon dans ses Lois, écrites une dizaine d'années avant la mort de Philippe.

Macedonian Gold Wreath from Vergina
Couronne en or macédonienne de Vergina
Harry Gouvas (Copyright)

Préservation et putréfaction: Les vêtements des dieux

Les débris du bûcher funéraire sur le toit de la tombe II soulèvent une question fondamentale: la tombe avait-elle déjà été construite avant sa mort, comme les pyramides d'Égypte et le mausolée d'Halicarnasse? Car il aurait fallu au moins un mois pour tailler la pierre et assembler la structure voûtée à double salle, même avec une main d'œuvre abondante. Les cadavres se seraient corrompus en quelques jours dans la chaleur d'octobre au cœur de la Macédoine antique.

Dans l'épopée troyenne d'Homère, le corps d'Hector ne fut brûlé qu'après plus 22 jours après sa mort, et celui d'Achille après 17 jours; les Grecs de l'âge du bronze devaient donc connaître un processus permettant de retarder la putréfaction. Un curieux mot grec archaïque est utilisé trois fois dans l'Iliade: "tapxuein", qui suggère la conservation des corps, et ici avec une substance assimilée à l'"ambroisie" ou au "nectar des dieux", mais peut-être basée sur une technique oubliée. Les tombes à puits de Mycènes ont également fourni des signes indiquant que les morts inhumés, mais non incinérés, étaient embaumés d'une manière ou d'une autre. Le cadavre de la tombe II aurait-il été traité de la même manière ou un masque mortuaire blanc et violet aurait-il été utilisé pour dissimuler un visage déjà repoussant ?

Recreation of the Tomb A Cremation from Derveni
Reconstitution de la crémation de la tombe A de Derveni
David Grant (Copyright)

L'étude des ossements masculins de la Tombe II pourrait également avoir révélé des traces d'amiante ignifuge, qui aurait fait partie d'un linceul porté lors de la crémation pour séparer les os des débris du bûcher, corroborant ce que le naturaliste romain Pline affirmait être la pratique des rois grecs de l'Antiquité.

Le papyrus parlant

L'analyse de l'ensemble du contenu de la tombe est nécessaire pour reconstituer le puzzle de l'identité, et pas seulement les restes du squelette et les objets précieux.

Plus récemment, en 2017, le professeur Richard Janko, l'un des plus grands papyrologues au monde, a pu identifier des lettres sur des fragments de papyrus réassemblés provenant des tombes II et III. Sur un fragment de la tombe II, la lettre Sigma était écrite dans un symbole de style plus ancien, plus conforme au règne de Philippe II, tandis que sur un fragment de la tombe III, la même lettre avait évolué vers ce que l'on appelle un "C lunaire". Cette lettre semble faire partie d'une liste de biens meubles et d'outils pour la construction du mobilier funéraire, donc contemporaine du scellement de la tombe. Cette preuve montre que le papyrus de la tombe III aurait été écrit quelques années après le scellement de la tombe II, ce qui affaiblit l'idée qu'Arrhidée ait été enterré dans cette tombe.

Ce qui est devenu clair, c'est qu'une analyse de l'ensemble du contenu de la tombe est nécessaire pour reconstituer le puzzle de l'identité, et pas seulement les restes du squelette et les objets précieux qui jonchent les chambres. Les restes de bois, de cuir et éventuellement de papyrus sont toujours entreposés avec une masse semi-décomposée de matériaux non encore analysés provenant du sol des tombes.

La "solution" de la médecine légale

L'équipe d'enquêteurs a depuis poussé à la mise en place d'une médecine légale de "nouvelle génération": tests ADN, datation au radiocarbone et analyse des isotopes stables des ossements provenant des tombes II et III qui n'ont pas été explorées. L'ADN pourrait révéler des liens de parenté génétiques, la datation C14 des os permettrait de recouper la datation des tombes, et les signatures isotopiques du strontium pourraient révéler où les occupants avaient passé leurs premières années: s'agissait-il de membres de la famille royale de la capitale macédonienne ou des épouses étrangères que Philippe importait dans le cadre de sa diplomatie polygame ?

Family Tree of the Royal Dynasty of Macedon in the 4th Century BCE
Arbre généalogique de la dynastie royale de Macédoine au 4ème siècle av. J.C.
David Grant (Copyright)

L'autorisation a été refusée. Au lieu de cela, les scientifiques n'ont été autorisés qu'à tester les ossements épars trouvés dans la tombe I pillée et dans une tombe voisine délibérément cachée près de l'agora ou de la place du marché de la ville antique, mais sans aucun financement officiel. Contre toute attente, des preuves de datation et des résultats ADN ont été extraits avec succès, mettant à mal une fois de plus les anciennes théories sur l'identité. Les candidats possibles ayant été considérablement réduits, de nouvelles analyses de l'ADN, de la datation au radiocarbone et des isotopes stables du "roi", de la "reine" et du "prince" des tombes II et III pourraient permettre de résoudre l'énigme de l'identité une fois pour toutes. Si les autorisations sont accordées.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

David Grant
David Grant is author of the 917-page tome, In Search of the Last Testament of Alexander the Great (2017) and Unearthing the Family of Alexander the Great (2019) written in close cooperation with anthropologist and materials scientists in Greece.

Citer cette ressource

Style APA

Grant, D. (2020, février 05). Tombes Royales Macédoniennes de Vergina [The Royal Macedonian Tombs at Vergina]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1490/tombes-royales-macedoniennes-de-vergina/

Style Chicago

Grant, David. "Tombes Royales Macédoniennes de Vergina." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 05, 2020. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1490/tombes-royales-macedoniennes-de-vergina/.

Style MLA

Grant, David. "Tombes Royales Macédoniennes de Vergina." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 05 févr. 2020. Web. 13 juil. 2024.

Adhésion