Héritage des anciens Romains

Article

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 15 septembre 2020
X

Texte original en Anglais : Legacy of the Ancient Romans

L'héritage des anciens Romains - tant à l'époque de la République romaine (509-27 av. JC) qu'à celle de l'Empire romain (27 av. JC - 476 ap. JC) - exerça une influence considérable sur les cultures qui suivirent et se fait encore sentir dans le monde entier de nos jours. Les inventions ou innovations romaines étaient si efficaces qu'elles ont continué à être utilisées ou ont été redécouvertes plus tard pour servir de modèles dans pratiquement tous les aspects de la société humaine, du plus banal au plus sublime. Ces aspects incluent, mais ne sont pas limités à:

  • Le gouvernement
  • Le droit
  • la technologie et l'ingénierie
  • Transmission et adaptation culturelles
  • Fonctionnaires
  • Commerce et service à la clientèle
  • Cuisine et restauration rapide
  • Élevage, dressage et colliers pour chiens
  • Organisation militaire et religieuse
  • Langue et loisirs

À son apogée, vers 122 de notre ère (sous le règne d'Hadrien, 117-138), l'Empire romain s'étendait de l'Europe à l'Afrique du Nord, l'Asie mineure et la Mésopotamie, et les Romains ont laissé leur empreinte sur les régions qu'ils avaient tenues longtemps après la chute de l'Empire d'Occident. Dans certaines régions, comme la Grande-Bretagne, la valeur de l'héritage de Rome ne fut pas immédiatement appréciée et ne fut réalisée que plus tard, tandis que dans d'autres, comme la Grèce et l'Italie, elle fut reconnue bien plus tôt. Après la Renaissance, au 16e siècle, avec la redécouverte des œuvres classiques, de plus en plus de nations reconnurent la valeur de la culture romaine et en adoptèrent certains aspects pour développer leur propre culture et leurs traditions.

Supprimer la pub

Advertisement

Roman Bridge, Mérida
Pont Romain, Mérida
Carole Raddato (CC BY-SA)

Gouvernement

L'une de leurs contributions les plus impressionnantes réside dans la séparation des branches du gouvernement - exécutif, législatif, judiciaire - de sorte qu'aucune branche ne détient un pouvoir exclusif et que chacune d'entre elles assure un contrôle et un équilibre des autres. Les Romains avaient déposé leur roi en 509 av. JC et voulaient protéger leur nouvelle forme de gouvernement contre le type de tyrannie qu'ils avaient enduré sous la monarchie. Le pouvoir exécutif de Rome sous la République était constitué par les consuls, le pouvoir législatif par les assemblées qui faisaient les lois et le Sénat romain qui les décrétait, et les juges étaient le pouvoir judiciaire. L'assemblée du peuple servait à voter pour les consuls de la même manière que les gens du peuple votent pour les élus de nos jours. Sous l'Empire, le pouvoir exécutif était l'empereur romain, le pouvoir législatif était les assemblées/Sénat, et le pouvoir judiciaire restait les juges. Bien qu'Athènes, en Grèce, soit le lieu de naissance de la démocratie, c'est à Rome que ce concept se développa. Ce modèle de gouvernement et le concept de république démocratique et représentative seront adoptés plus tard par les États-Unis d'Amérique.

Le droit

LE CONCEPT SELON LEQUEL CHACUN ÉTAIT SOUMIS À LA LOI DE MANIÈRE ÉGALE, QUELLE QUE SOIT SA CLASSE SOCIALE, EST ÉGALEMENT UNE INNOVATION ROMAINE.

Le concept selon lequel tout le monde était soumis à la loi de manière égale, quelle que soit sa classe sociale, est également une innovation romaine, tout comme le procès par jury, les droits civils, les testaments personnels et les sociétés commerciales. Les Douze Tables abordaient les spécificités de la loi ainsi que les sanctions. Les Douze Tables connurent des ajouts sous le règne de Justinien Ier (527-565) et devinrent 50 livres de droit connus sous le nom de Pandectes, mais mieux connus aujourd'hui sous le nom de Digeste romain, qui fut perdu avec la chute de Rome et ne fut découvert qu'au Moyen Âge (vers 1070), époque à laquelle il devint la base des lois européennes. Les lois initiées par Rome, tout comme le gouvernement romain, servirent également de modèle aux pères fondateurs des États-Unis d'Amérique.

Supprimer la pub

Advertisement

Technologie et ingénierie

L'ingénierie, les sciences, l'art et l'architecture suivirent le même schéma et nombre d'objets banals considérés comme acquis aujourd'hui furent inventés ou développés par les Romains. La route romaine en est l'exemple le plus célèbre, mais les Romains fabriquèrent également le béton - que la plupart des gens pensent être un développement du 19e siècle - qui séchait rapidement et était beaucoup plus résistant que le béton utilisé de nos jours. C'est grâce à leur béton exceptionnel qu'ils purent produire leurs solides aqueducs et ponts ainsi que d'autres structures. Ils perfectionnèrent également la voûte, l'arc et le dôme dans les projets de construction. Les routes, les bâtiments, les arches et les aqueducs romains sont toujours là aujourd'hui, plus de 2 000 ans après leur construction. L'architecture romaine était si impressionnante - tant par son fonctionnement que par l'aspect des bâtiments - qu'elle servit de modèle aux constructions ultérieures dans le monde entier. Aux États-Unis, le Capitole est basé sur le Panthéon romain, et les mémoriaux Lincoln et Jefferson sont tous deux inspirés de l'architecture romaine.

Rome's Pantheon
Le Panthéon de Rome
Capitu (CC BY)

Les Romains appréciaient également les sports, les jeux et le théâtre, tout comme les gens d'aujourd'hui, ce qui nécessita la création d'un lieu où de tels événements pouvaient être organisés: l'amphithéâtre. Le concept de l'amphithéâtre vient des Grecs mais fut pleinement développé par les Romains et les gens remplissaient les gradins pour voir jouer leur équipe préférée, écouter un poète ou un écrivain populaire ou assister aux jeux de gladiateurs.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Transmission et adaptation culturelles

Le développement de l'amphithéâtre par les Romains est un excellent exemple de l'une des politiques les plus importantes de Rome: emprunter et améliorer les concepts et inventions d'autres cultures, qu'ils absorbaient dans la leur. Parfois, ils rencontraient un peuple avec lequel ils ne pouvaient tout simplement pas traiter - comme les Pictes d'Écosse par exemple- et ils construisaient alors un mur (le mur d'Hadrien et plus tard le mur Antonin) pour séparer leurs terres de celles de l'autre peuple. Ces murs - en particulier le mur d'Hadrien - avaient une fonction plus symbolique que pratique - ils symbolisaient la puissance de Rome - mais ils n'étaient pas très efficaces (quiconque voulait franchir une frontière trouvait un moyen de passer au-dessus, en dessous ou autour d'un mur). Malgré tout, ils servaient à démontrer la force militaire et la domination de Rome.

Hadrian's Wall Gate
Porte du mur d'Hadrien
phault (CC BY)

En général, les Romains conquéraient une région et adaptaient ensuite les meilleurs aspects de ce peuple pour leur propre usage, tout en améliorant la terre conquise par la transmission culturelle. Les Romains reconnaissaient que la diversité des concepts ne pouvait que renforcer leur propre culture et ils firent donc de nombreux emprunts dans de nombreux domaines - notamment la religion, l'ingénierie, l'art, l'architecture, la littérature, ainsi que le concept de fonctionnaire.

Les fonctionnaires

La Rome antique disposait de bon nombre de services publics dont disposent encore les municipalités actuelles. La première brigade de pompiers fut formée sous le général et homme politique Marcus Licinius Crassus (c. 115-53 av. JC ) dont la motivation était loin d'être altruiste. Ses pompiers répondaient instantanément à une maison ou un bâtiment en feu, mais ne pouvaient rien faire tant que Crassus n'avait pas négocié avec le propriétaire. Si le propriétaire acceptait de vendre le bien à Crassus au prix que Crassus avait fixé, le feu était éteint; sinon, le bâtiment partait en flammes. L'empereur Néron (r. 54-68 de notre ère) s'inspira de cette idée - moins l'extorsion - pour créer sa propre brigade de pompiers (les Vigiles) et le modèle fut conservé par ses successeurs.

Supprimer la pub

Advertisement

La force de police romaine fut instituée sous Auguste César (r. 27 av. JC - 14 de notre ère) et était connue sous le nom de Cohortes Urbanae. Elles patrouillaient dans les rues de la ville jour et nuit (contrairement aux Vigiles qui opéraient principalement la nuit, lorsque les incendies étaient plus probables), maintenaient l'ordre, faisaient respecter la loi et rendaient compte à un préfet qui remplissait la même fonction qu'un chef de police moderne. Rome avait également son propre service d'assainissement pour gérer les déchets de la ville. Les premiers égouts de Rome furent construits vers 750 av. JC, peu après sa fondation, et le grand système d'égouts (la Cloaca Maxima) fut construit vers 600 av. JC. Les problèmes d'assainissement de la ville étaient gérés par des ouvriers qui nettoyaient les latrines, ramassaient les déchets dans les rues et entretenaient les égouts.

Commerce et service à la clientèle

ON ATTRIBUE ÉGALEMENT AUX ROMAINS LE CONCEPT DE "LE CLIENT A TOUJOURS RAISON", QUI INSPIRE ENCORE AUJOURD'HUI LE SERVICE À LA CLIENTÈLE.

Le contrôle gouvernemental du commerce est une autre innovation romaine. Les gouvernements, en théorie du moins, exercent un contrôle sur le commerce pour protéger les intérêts nationaux et la qualité des marchandises, et ce concept fut développé par les Romains. Les marchandises étaient marquées de sceaux indiquant leur lieu de fabrication, le port d'où elles partaient et celui où elles arrivaient, et - selon le type de marchandises - leur degré de pureté et leur poids. Les marchands qui pratiquaient régulièrement l'import-export contractaient souvent un prêt dans une ville portuaire et le remboursaient dans une autre, une pratique qui donna lieu au développement des banques. Si un client n'était pas satisfait d'un produit qu'il avait acheté, le droit romain prévoyait qu'il pouvait le retourner pour obtenir un remboursement ou un remplacement et que le marchand devait honorer cette demande. C'est donc aux Romains que l'on doit le concept "le client a toujours raison" et les politiques qui régissent encore aujourd'hui le service à la clientèle.

Cuisine et restauration rapide

Rome développa ou inventa bon nombre des aliments les plus populaires appréciés par les dîneurs modernes, tels que les plats de pâtes et la pizza (bien que sous une forme primitive, différente de ce que nous connaissons aujourd'hui), les plats de fromage, le poisson, et surtout, tout repas accompagné d'une sauce. Les Romains étaient friands de sauces, notamment d'une sauce appelée garum, une pâte de poisson fermentée, qui se mangeait avec presque tout. La cuisine romaine est mieux connue que celle de nombreuses autres cultures car une grande partie de la vie quotidienne romaine a été préservée lorsque les villes de Pompéi et d'Herculanum furent ensevelies par l'éruption du Vésuve en 79 de notre ère.

Supprimer la pub

Advertisement

Roman Food Shop Reconstruction
Reconstruction d'une épicerie romaine
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Ils développèrent également le concept de restauration rapide grâce à la création de thermopolia ("lieux où l'on trouve quelque chose de chaud"). Un thermopolium était un simple restaurant, généralement situé dans une rue ou sur la place du marché, avec un comptoir contenant des bocaux de nourriture chaude et préparée. Le client commandait au comptoir, payait, versait sa nourriture d'un pot dans un bol en céramique et poursuivait son chemin. Ces bistrots étaient populaires auprès des classes inférieures parce qu'ils offraient un repas substantiel pour un prix modique et qu'on pouvait facilement manger sur le pouce; la classe supérieure méprisait les thermopolia précisément parce qu'ils étaient associés aux classes inférieures.

Élevage de chien, dressage et colliers

Les gens de toutes les classes sociales admiraient les chiens, qu'ils aient été élevés pour garder une maison ou une entreprise, pour la chasse, la course ou comme animal de compagnie. Les chiens étaient très populaires parmi les Romains et l'écrivain Columelle (l. 4-70 de notre ère) affirme qu'un chien est le premier achat à faire après l'achat d'une maison ou la création d'une entreprise, car il servira à protéger au mieux les intérêts de la personne. Il suggère également de garder le nom du chien simple (une ou deux syllabes) pour qu'il l'apprenne facilement et obéisse aux ordres; un conseil que les dresseurs de chiens donnent encore aujourd'hui aux propriétaires.

L'une des races les plus populaires était le Vertragus (ancêtre du lévrier italien moderne) qui était utilisé principalement pour la course et la chasse en raison de sa grande vitesse et de son agilité. Une autre race populaire était le Melitan, sorte de volpino italien, qui dormait sur les genoux des gens et était donc connu comme chien de salon. Ces deux races, quelles qu'aient été les autres raisons pour lesquelles leurs propriétaires les appréciaient, étaient utilisées comme chauffage pour garder leur propriétaire au chaud. Les gens, principalement les femmes, gardaient le Melitan sur leurs genoux tandis que les propriétaires de Vertragus dormaient souvent avec eux, surtout en hiver.

Supprimer la pub

Advertisement

Dog Mosaic in the House of Paquius Proculus in Pompeii
Mosaïque de chiens dans la maison de Paquius Proculus à Pompéi
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Toutes les races portaient des colliers, développés à partir de modèles grecs, mais qui devinrent plus ornés avec le temps. Le Vertragus portait un collier en cuir léger avec un anneau métallique dans lequel passait une lanière de cuir afin de pouvoir contrôler le chien lors des promenades, des chasses ou avant une course. Le Molosse (ancêtre probable du Mâtin de Naples) était entraîné à la guerre et équipé de sa propre armure de protection, y compris un collier à pointes. Les spécialistes ne s'accordent pas sur la question de savoir si le Molosse était utilisé au combat, mais il existe de nombreuses preuves qu'il était utilisé pour garder les camps, comme messager et pour traquer les adversaires, tout comme les chiens sont utilisés par les forces militaires de nos jours.

Organisation militaire et religieuse

Bien qu'il ne s'agisse pas de la première armée professionnelle permanente au monde (cet honneur revient à l'empire assyrien), l'armée romaine était la plus efficace et la plus puissante de son temps et les Romains développèrent de nombreux aspects de la vie militaire encore utilisés aujourd'hui. L'entraînement de base était obligatoire afin d'inculquer la discipline ainsi que les compétences en matière de combat et d'utilisation des armes. Les légions romaines étaient égalitaires en ce sens qu'un soldat de la classe la plus basse pouvait gravir les échelons pour devenir officier. L'armée romaine disposait d'un corps d'ingénieurs, d'un personnel de logistique et de soutien, d'un corps d'artillerie, de divisions de communication et d'un personnel de soutien médical qualifié. Les médecins étaient si efficaces, en fait, qu'un soldat servant dans l'armée de la Rome antique avait plus de chances de survivre à ses blessures que n'importe quel soldat ayant servi dans la guerre civile américaine entre 1861 et 1865.

Caesar in Gaul
César en Gaule
The Creative Assembly / SEGA (Copyright)

Les croyances et rituels religieux romains eurent également une influence sur le développement ultérieur du christianisme. Constantin le Grand (r. 306-337 de notre ère) dicta le Credo de Nicée en 325, qui fut adopté par l'Église catholique et, sous une forme parfois modifiée, par les Églises protestantes ultérieures. Les concepts du prêtre servant personnellement la divinité, de la transformation par le rituel, de la nomination des prêtres par un conseil (la collegia), d'un grand prêtre et de prêtres subalternes, de la récitation d'un rituel religieux en latin et de l'utilisation de l'encens dans un service religieux sont autant de traditions romaines adoptées par l'Église, naturellement, puisque le christianisme fut officiellement reconnu et promu par les Romains.

Langue et loisirs

Les Romains parlaient le latin et cette langue se répandit dans les régions conquises par Rome de la même manière que l'architecture et la culture romaine en général. La langue latine est à l'origine des langues romanes (français, italien, espagnol, portugais et roumain) et de nombreux mots ou expressions latins sont encore utilisés aujourd'hui ou constituent la base de mots anglais. School, par exemple, vient du latin schola et island du latin insula. En fait, le latin est à l'origine de 80 % de l'anglais, soit en tant que mot racine, soit directement, et de nombreuses expressions latines sont familières aux anglophones, telles que carpe diem (saisis le jour), bona fide (de bonne foi), per diem (par jour), et vice versa (une position échangée avec une autre), ainsi que de nombreuses autres.

La langue continua à se répandre longtemps après la chute de l'empire grâce à la littérature romaine. De grands écrivains latins tels qu'Ovide, Virgile, Horace, Juvénal, Marc-Aurèle, Cicéron, Quintilien et bien d'autres ont préservé la langue et la culture qui influenceront les œuvres d'écrivains ultérieurs et le développement de langues ultérieures.

Odes of Horace
Odes d'Horace
Digital Collections at the University of Maryland (CC BY-NC-ND)

Rome développa également l'immeuble d'habitation - appelé insula parce qu'il était comme une île à part dans une ville - et le bloc urbain - également appelé insula. Ces immeubles d'appartements avaient des propriétaires et des logeurs, l'eau courante et des installations sanitaires, tout comme les immeubles d'appartements d'aujourd'hui. En été, sans climatisation, il pouvait faire assez chaud dans les appartements romains et les gens se rendaient dans les parcs publics pour se baigner et s'asseoir à l'ombre, tout comme aujourd'hui. Ils aimaient également pratiquer et regarder des sports, aller au théâtre, faire du bateau, nager et assister à des concerts en plein air.

Conclusion

Les exemples ci-dessus ne sont que quelques-uns des nombreux exemples de l'héritage que nous avons reçu des anciens Romains. La pratique consistant à lancer du riz lors des mariages provient du rituel romain selon lequel les mariés lançaient des noix et des sucreries vers leurs invités, qui se les renvoyaient ensuite les uns vers les autres. Le fait que le marié porte la mariée pour franchir le seuil de leur nouvelle maison est également une innovation romaine. Les Romains inventèrent la publicité et le concept du panneau d'affichage pour promouvoir leurs marchandises ainsi que la marque de fabrique par la pratique des artisans qui apposaient leur nom et/ou leur sceau sur leur travail comme symbole d'authenticité et de qualité.

L'héritage durable des Romains n'a rien de surprenant, comme l'a noté le spécialiste Brian K. Harvey:

En l'espace d'un millénaire, les Romains s'élargirent depuis leur petit village sur les rives du Tibre pour devenir la culture dominante du bassin méditerranéen. Même plus de mille cinq cents ans après leur effondrement, les Romains continuent de captiver l'imagination. De grandes œuvres telles que l'Énéide de Virgile et le Colisée de Rome continuent d'inspirer les nouvelles générations qui souhaitent en savoir plus sur les Romains et leur culture disparue.

Harvey a raison dans son observation de l'intérêt continu pour la Rome antique, mais pas pour la culture perdue. La culture romaine s'est perpétuée et, même de nos jours, elle affecte la vie des gens dans le monde entier, qu'ils le sachent ou non. L'organisation des villes et la planification urbaine, les expressions latines utilisées dans les décisions juridiques, la bureaucratie, la monnaie standardisée, le calendrier, la piscine publique, la bibliothèque publique, les centres civiques et les places, tout cela vient des Romains. Il est en fait très difficile d'imaginer le monde moderne tel que nous le connaissons sans l'héritage de la Rome antique.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth enseigne l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Joshua J. Mark
Écrivain indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2020, septembre 15). Héritage des anciens Romains [Legacy of the Ancient Romans]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1601/heritage-des-anciens-romains/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Héritage des anciens Romains." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 15, 2020. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1601/heritage-des-anciens-romains/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Héritage des anciens Romains." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 15 sept. 2020. Web. 18 oct. 2021.