Justinien Ier

Définition

Will Wyeth
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 28 septembre 2012
Disponible dans ces autres langues: anglais, grec, italien, espagnol
X
Justinian I (by Sponsored by a Greek banker, Julius Argentarius, CC BY-NC-SA)
Justinien Ier
Sponsored by a Greek banker, Julius Argentarius (CC BY-NC-SA)

Justinien Ier régna en tant qu'empereur de l'Empire byzantin de 527 à 565. Né vers 482 à Tauresium, un village d'Illyrie, son oncle l'empereur Justin Ier était un garde du corps impérial qui accéda au trône à la mort d'Anastase en 518. Justinien est considéré comme l'un des plus importants empereurs romains et byzantins tardifs. Il lança une importante campagne militaire pour reprendre l'Afrique aux Vandales (de 533 à 534) et l'Italie aux Goths (de 535 à 554). Il ordonna également la reconstruction de l'église Sainte-Sophie (commencée en 532) ainsi qu'une campagne de construction à l'échelle de l'empire, qui se traduisit par la construction de nouvelles églises, de monastères, de forts, de réservoirs d'eau et de ponts. Son autre grande réussite fut l'achèvement des réformes juridiques contenues dans le Corpus Juris Civilis entre 529 et 534. Il s'agissait de rassembler toutes les lois romaines publiées depuis l'époque de l'empereur Hadrien (117-138 de notre ère) jusqu'à aujourd'hui. Il est généralement considéré comme l'un des plus grands (et des plus controversés) empereurs romains et byzantins de l'histoire.

Jeunesse de Justinien

On ne sait pas grand-chose sur la jeunesse de Justinien. Sa mère Vigilantia était la sœur de l'Excubitor (garde du corps impérial). Justin adopta son neveu et l'emmena à Constantinople pour garantir son éducation. Sous le règne de Justin, Justinien agit en tant que confident et proche conseiller; il devint consul en 521 et, par la suite, commandant de l'armée d'Orient. En 525, il épousa Théodora, une femme issue d'un milieu pauvre et peut-être une courtisane.

Supprimer la pub
Publicité
Bien qu'il n'ait pas lui-même été soldat, Justinien lança une énorme entreprise militaire dans le but de s'emparer de l'Italie, de la Sicile et de l'Afrique.

Bien qu'il n'ait pas été un soldat actif, Justinien lança une énorme entreprise militaire dans le but de prendre l'Italie, la Sicile et l'Afrique. Sa carrière militaire commença cependant à l'est. La guerre d'Ibérie (526 - 532) fut menée contre l'empire sassanide pour le contrôle du royaume d'Ibérie caucasienne (à peu près l'État moderne de Géorgie). Ce conflit s'inscrivait dans le cadre d'une guerre plus vaste contre l'Empire sassanide qui remontait à l'époque d'Anastase Ier. Après plusieurs batailles, une trêve fut signée à la mort du shah (empereur) sassanide Kavadh Ier et à l'avènement de son fils Khosro Ier.

Justinien et les Vandales

Les Vandales contrôlaient Carthage, la capitale de l'Afrique, depuis 439. Ils étendirent ensuite leur influence sur l'Afrique, la Tripolitaine, la Corse, la Sardaigne et les îles Baléares. En 533, Justinien lança un effort de reconquête visant à revendiquer ces régions au nom de l'Empire byzantin. Cette opération débuta au printemps 533 par une révolte anti-vandale en Tripolitaine (l'actuelle Libye occidentale), consolidée par des soldats romains de la province de Cyrénaïque de l'empire. Peu après, le général Bélisaire (le meilleur chef militaire de Justinien) conduisit une force de soldats dans des navires en provenance de la mer Égée, s'arrêtant en Sicile et débarquant en Afrique. Une série de batailles s'ensuivit et, au cours de l'hiver 534, le roi vandale Gélimer se rendit, laissant l'Afrique aux mains des Romains après près d'un siècle de domination vandale.

Supprimer la pub
Publicité

La guerre des Goths et Totila

Les Goths contrôlaient l'Italie et la Sicile depuis 476, date à laquelle le dernier empereur romain d'Occident, Romulus Augustulus, fut déposé. Bien que le Rex Italiae (roi d'Italie) goth Odoacre ait reconnu l'autorité de l'empereur de Constantinople, le régime goth commençait à mettre en place des politiques indépendantes de la sphère romaine. L'aristocratie romaine d'Italie était restée dans une position privilégiée même après la conquête des Goths, mais des conflits et des désaccords apparurent en 524 avec l'exécution du principal politicien romain italien, Boèce. Dans ce contexte de mécontentement du régime goth, Justinien cherchait à reprendre l'Italie et la Sicile. La conquête rapide de l'Afrique avait encouragé l'empereur, et il envoya Bélisaire avec une petite force pour attaquer la Sicile qui tomba rapidement aux mains des Romains en 535. En 540, après une série de victoires et de défaites contre les Goths et leurs alliés en Italie et en Dalmatie (l'actuelle Croatie), l'Italie fut sécurisée pour les Romains.

Cependant, la guerre des Goths ne s'arrêta pas là. Bien que la majeure partie de l'Italie ait été sous contrôle romain, certaines villes (comme Vérone) restèrent sous l'influence gothique. Bien que vaincu, l'exécutif gothique trouva un nouveau chef en la personne de Totila. À l'automne 541, il fut proclamé roi et mena peu après une reconquête de l'Italie. Bien qu'il ait été à la tête d'une force relativement réduite, Totila fut aidé dans sa tâche par plusieurs problèmes au sein de l'Empire romain. À la même époque, de nouvelles hostilités entre Justinien et l'empire sassanide se manifestèrent, ce qui obligea à répartir les ressources entre l'Est et l'Ouest. Une épidémie de peste en 542 (appelée plus tard la peste justinienne) paralysa la capacité de réaction de l'empire. Totila réussit donc à vaincre les premières contre-attaques romaines et à s'emparer de Naples en l'assiégeant en 543. Rome elle-même changea trois fois de mains en succession rapide, pour finir en 549 aux mains de Totila. Bélisaire avait déjà tenté de vaincre Totila à plusieurs reprises, mais il avait été gêné par le manque de ravitaillement et de soutien de Justinien. Le neveu de Justinien, Germanus Justinus, entreprit une nouvelle campagne, mais il mourut en 551 et fut remplacé par le général Narses. En 553, Narses vainquit Totila et l'Italie redevint romaine.

Supprimer la pub
Publicité

Le règne de Justinien dura près de 40 ans, mais il ne fut pas toujours populaire. En 529, Julianus ben Sabar, figure messianique de Palestine, mena une révolte du peuple samaritain contre l'empire. En 532, Constantinople fut en proie au mécontentement civil; la sédition Nika dura une semaine, provoqua la mort de milliers de citoyens et laissa une grande partie du centre de la ville en ruines. Une seconde révolte samaritaine en 559, plus importante et impliquant peut-être des éléments de la population juive de Palestine, ne fut réprimée qu'après la mort de Justinien.

Le Codex Justinianus

Au début de son règne, Justinien chargea un juriste de sa cour, Tribonien, de rassembler de nombreuses notes juridiques, des commentaires et des lois du système juridique romain en un seul texte qui aurait force de loi: le Codex Iustinianus. En 529, la première édition fut publiée, suivie en 534 d'une deuxième édition révisée (qui, contrairement à la première, subsiste encore aujourd'hui). Le texte, divisé en titres relatifs à des aspects spécifiques de la loi, fut rédigé en latin. Il contenait également des lois sur l'hérésie, l'orthodoxie et le paganisme.

La vie de Justinien par Procope

Justinien est unique parmi les empereurs romains en ce sens que sa vie fut relatée dans deux sources distinctes par le même auteur. Procope de Césarée, qui était secrétaire juridique du général Bélisaire, composa le De Bellis ("Sur les guerres [de Justinien]") entre 545 et 553, qui relate les succès et certains échecs de la campagne militaire lancée par l'empereur. Il composa également le De Aedificiis ("Sur les bâtiments [de Justinien]") entre 550 et 557, un ouvrage décrivant en détail les nombreux projets de construction entrepris par l'empereur au cours de son règne. Procope composa également l'Anecdota (traduite par "Histoire secrète") entre 550 et 562, qui prétend révéler la réalité de la vie à la cour impériale. Il y détaille les prétendues activités sexuelles de l'impératrice Théodora, la faible détermination de l'empereur et le pouvoir que les femmes détenaient à la cour impériale. Compte tenu du ton très négatif du texte, il n'est pas certain que Procope ait voulu donner une vision satirique de la vie à la cour ou un compte rendu plus fidèle de la vie impériale que celui présenté dans le De Bellis ou le De Aedificiis. Ce qui est presque certain, c'est que l'Anecdota révèle que Procope avait perdu confiance dans le régime de Justinien, contrairement aux sentiments positifs exprimés dans ses œuvres précédentes.

Supprimer la pub
Publicité

Justinien est considéré comme l'un des plus grands empereurs de l'histoire romaine et byzantine tardive. Ses réalisations dans les domaines de l'art, de l'architecture, de la réforme juridique et de la conquête sont remarquables par rapport à n'importe quel dirigeant de l'histoire. Les travaux de Procope ont grandement contribué à cette compréhension, tout comme les critiques de son régime. Sa foi chrétienne était évidente dans toutes les sphères de son entreprise, marquant une étape dans la transition des empereurs de chefs de guerre et de politique à chefs de foi et de mécénat.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Citer cette ressource

Style APA

Wyeth, W. (2012, septembre 28). Justinien Ier [Justinian I]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-726/justinien-ier/

Style Chicago

Wyeth, Will. "Justinien Ier." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 28, 2012. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-726/justinien-ier/.

Style MLA

Wyeth, Will. "Justinien Ier." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 28 sept. 2012. Web. 12 juin 2024.

Adhésion