Impératrice Théodora

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 03 avril 2018
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Theodora I (by The Yorck Project, Public Domain)
Théodora I
The Yorck Project (Public Domain)

Théodora régna en tant qu'impératrice de l'Empire byzantin aux côtés de son mari, l'empereur Justinien Ier, de 527 à sa mort en 548. Issue d'un milieu modeste et surmontant les préjugés liés à sa carrière d'actrice quelque peu déshonorante, Théodora épousa Justinien (r. de 527 à 565) en 525 et ils régnèrent ensemble pendant une période dorée de l'histoire byzantine. Dépeinte par les auteurs contemporains comme intrigante, sans principes et immorale, l'impératrice était néanmoins considérée comme un soutien précieux pour l'empereur, et son implication directe dans les affaires de l'État faisait d'elle l'une des femmes les plus puissantes jamais vues à Byzance.

Jeunesse

Théodora naquit vers 497 de notre ère, fille d'un gardien d'ours appelé Akakios qui travaillait pour l'Hippodrome de Constantinople. L'historien byzantin Procope de Césarée (VIe siècle de notre ère) affirme dans son Histoire secrète (Anekdota) que Théodora gagnait sa vie, comme sa mère avant elle, en tant qu'actrice, c'est-à-dire en se produisant à l'Hippodrome comme acrobate, danseuse et strip-teaseuse. On dit que Théodora avait un numéro particulièrement sordide impliquant des oies. Par conséquence, étant donné l'association courante des deux professions à l'époque, elle était également une courtisane. Procope nous laisse entendre qu'elle était particulièrement populaire et libidineuse.

Supprimer la pub

Advertisement

L'Histoire secrète de Procope est cependant considérée par beaucoup comme un ragot scandaleux avec quelques faits ajoutés pour l'authenticité. L'attitude de l'écrivain à l'égard de Justinien et de Théodora est clairement qu'ils étaient la pire chose qui soit arrivée à l'Empire byzantin (contrairement aux ouvrages officiels qu'il a rédigés sous le patronage de Justinien et qui sont, comme il se doit, élogieux à l'égard des réalisations de l'empereur, notamment en matière de guerre et d'architecture). Procope avait également une dent contre Antonina, l'épouse de Belisarius (le général le plus talentueux de Justinien), et elle est dépeinte comme complotant constamment avec Théodora pour créer de préjudiciables intrigues de palais. Il est peut-être important de considérer également que notre connaissance de Théodora ne provient que d'auteurs masculins et qu'une femme de la société byzantine, jouant un autre rôle que le traditionnel rôle de femme soumise, était vouée à être, au mieux, désapprouvée et, au pire, carrément diabolisée.

Avec leur somptueux couronnement à Sainte-Sophie, Justinien et Théodora semblaient annoncer une nouvelle ère pour l'Empire byzantin et son peuple.

Avant d'épouser Justinien, le neveu de l'empereur Justin (r. de 518 à 527), en 525, Théodora quitta les sables de l'Hippodrome pour se rendre en Afrique du Nord en tant que maîtresse d'un fonctionnaire de rang moyen. Après la rupture de leur relation, elle rentra chez elle en passant par Alexandrie où elle se convertit peut-être au christianisme.

Supprimer la pub

Advertisement

Le mariage entre une personne aussi modeste que Théodora et un futur empereur était une bien étrange affaire de misère à richesse, mais il était de tradition à la cour byzantine que les empereurs épousent les gagnantes des concours de beauté organisés à cet effet. Les participantes à ces concours pouvaient provenir de classes inférieures et de provinces éloignées, de sorte que de tels déséquilibres n'étaient pas inédits. Certains étaient au courant du statut inférieur de Théodora et une adversaire particulièrement passionnée était l'impératrice Euphémie, dont la mort semble avoir levé le principal obstacle au mariage. Justin Ier alla même jusqu'à modifier les lois (les sénateurs, dont Justinien faisait partie, ne pouvaient épouser des actrices) afin de permettre le mariage et de légitimer la fille illégitime de Théodora. Procope affirme également qu'il y avait un fils illégitime, mais aucune autre source ne le confirme.

L'impératrice, de 20 ans plus jeune que son mari, est décrite par Procope comme étant petite mais séduisante, attachée aux cérémonies de la cour et amatrice de luxe. Théodora fut couronnée impératrice lors de la même cérémonie de couronnement que son mari, le 1er avril 527. Justinien avait insisté pour que sa femme soit couronnée comme son égale et non comme sa compagne. Les deux époux étaient également égaux en intelligence, en ambition et en énergie et, avec leur somptueux couronnement à Sainte-Sophie, ils semblaient annoncer une nouvelle ère pour l'Empire byzantin et son peuple.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

La sédition Nika

Le rôle actif de Théodora dans la politique byzantine et le soutien indéfectible qu'elle apporta à son mari sont révélés par l'incident de la révolte Nika, du 11 au 19 janvier 532. Il s'agissait d'une émeute tristement célèbre provoquée par des factions de partisans dans l'Hippodrome de Constantinople. Les véritables motifs de plainte étaient les hausses d'impôts de Justinien (pour financer ses incessantes campagnes militaires) et son autocratie générale, mais l'émeute fut déclenchée par le refus de l'empereur de pardonner les partisans des Bleus et des Verts pour une récente explosion de violence dans l'Hippodrome. Les fauteurs de troubles s'unirent pour une fois et, en utilisant le sinistre chant "Conquérir !"(Nika), qu'ils criaient habituellement à l'adresse du charretier qu'ils soutenaient dans une course, ils s'organisèrent en une force efficace.

Justinian I
Justinien Ier
Sponsored by a Greek banker, Julius Argentarius (CC BY-NC-SA)

Tout commença avec l'apparition de Justinien dans l'Hippodrome à l'occasion des premières courses des jeux. La foule se retourna contre son empereur, les courses furent abandonnées et les émeutiers sortirent de l'Hippodrome pour tout saccager dans la ville. Ils laissèrent une impressionnante traînée de destruction partout où ils passèrent, brûlant l'église de Sainte-Sophie, l'église de Sainte-Irène, les bains de Zeuxippe, la porte de Chalkè et une bonne partie du forum de l'Augustaion, y compris, de manière significative, la maison du Sénat. Le point de départ de toutes ces destructions, l'hippodrome, ne subit que des dommages mineurs. L'émeute s'était transformée en rébellion à grande échelle et Hypatios, le général et neveu d'Anastase Ier (r. de 491 à 518), fut couronné dans l'Hippodrome comme nouvel empereur par les émeutiers.

Justinien ne se laisserait pas si facilement être chassé de son trône, bien que l'on attribue à Théodora le mérite d'avoir persuadé l'empereur de ne pas fuir la foule mais de tenir bon et de se battre. Ses paroles à ce moment crucial furent rapportées par Procope comme suit :

Supprimer la pub

Advertisement

Je ne me soucie pas de savoir s'il est approprié ou non pour une femme de donner des conseils courageux à des hommes effrayés ; mais dans les moments d'extrême danger, la conscience est le seul guide. Tout homme qui naît à la lumière du jour doit tôt ou tard mourir ; et comment un Empereur peut-il se permettre de devenir un fugitif ? Si vous voulez, monseigneur, sauver votre peau, vous n'aurez aucune difficulté à le faire. Nous sommes riches, il y a la mer, il y a aussi nos navires. Mais demandez-vous d'abord si, lorsque vous serez en sécurité, vous ne regretterez pas de ne pas avoir choisi la mort de préférence. Quant à moi, je m'en tiens à l'ancien dicton : la royauté fait le meilleur linceul. (cité dans Brownworth, 79-80)

La cause impériale fut grandement aidée par les talentueux généraux Bélisaire et Mundus, qui réprimèrent la révolte de manière impitoyable en massacrant 30 000 de ses auteurs à l'intérieur de l'Hippodrome. Hypatios, qui n'avait pas souhaité être couronné par les émeutiers, fut néanmoins exécuté. Aucun jeu ne fut organisé à l'Hippodrome pendant plusieurs années après la crise, mais une conséquence heureuse de cet épisode destructeur fut le programme de reconstruction nécessaire qui aboutit à la construction de la version actuelle de l'église Sainte-Sophie.

Attitude à l'égard de l'Église

La politique religieuse de Théodora semble avoir été entièrement la sienne, elle n'était certainement pas celle de son mari, chef de l'église byzantine et protecteur de l'orthodoxie. L'impératrice était favorable au monophysisme, c'est-à-dire à la croyance que Jésus-Christ n'avait qu'une seule nature divine (physis), ce qui allait à l'encontre de l'opinion orthodoxe selon laquelle il avait deux natures - une humaine et une divine. Ses vues n'étaient pas de simples réflexions théoriques, car Théodora les mit en pratique et protégea et hébergea des prêtres et des moines qui adhéraient aux croyances monophysites, utilisant même le Grand Palais de Constantinople à cette fin. En effet, on attribue à l'impératrice la promotion et l'adoption du monophysisme en Nubie vers l'an 540.

Outre les sombres histoires de vengeances personnelles et de copinage, Théodora fut remarquée pour son influence sur les réformes sociales de Justinien et son travail caritatif.

Intrigues politiques

Les manœuvres politiques de Théodora sont tenues pour responsables de la chute du ministre principal Jean de Cappadoce, qui n'était pourtant pas très populaire auprès du peuple byzantin, car il était considéré comme l'instigateur des réformes fiscales oppressives qui avaient provoqué la révolte de Nika. Procope, lui aussi, dépeint le ministre des finances comme un modèle de corruption et de débauche. Jean fut démis de ses fonctions après la révolte, l'une des exigences des émeutiers, mais il fit ensuite son retour en politique. C'est alors que Théodora aurait conspiré contre lui par haine personnelle. Jean fut donc banni de la cour en 541.

Supprimer la pub

Advertisement

D'autres victimes des machinations de l'impératrice furent le pape Silvère (déposé en 537) et peut-être la reine gothique Amalasonte qui fut assassinée, mais les détails réels et les preuves tangibles font défaut. Bélisaire est un autre personnage qui se retrouva dans les petits papiers de Théodora. Il était peut-être un grand général, peut-être le plus grand de Byzance, mais son succès ne fit qu'éveiller les soupçons de l'impératrice, qui déforma peut-être les relations de son mari avec son principal commandant, ce qui entraîna un manque de soutien matériel sur le champ de bataille lorsque cela fut nécessaire.

Empress Theodora & Her Court
L'impératrice Théodora et sa cour
Carole Raddato (CC BY-SA)

Le pire était à venir pour Belisarius lorsque la peste bubonique dévastatrice frappa l'empire au printemps 542. Justinien lui-même fut infecté ; il survécut, mais pendant qu'il était gravement malade, Théodora régna seule. Voyant que si son mari mourait, et sans héritier pour jouer le rôle de régent, sa position serait intenable, l'impératrice agit rapidement contre le général qu'elle considérait comme son plus grand rival pour le trône. Bélisaire était un personnage trop populaire pour être simplement emprisonné ou assassiné, mais il pouvait être rabaissé d'un cran ou deux, et Théodora ordonna donc qu'il soit relevé de son commandement et que ses biens soient confisqués. Heureusement pour le général, lorsque Justinien se rétablit l'année suivante et que les Maures et les Goths se déchaînèrent aux frontières de l'empire, il fut rétabli dans ses fonctions.

Procope affirme également que l'impératrice ne perdait jamais de temps pour placer ses propres amis et associés à des postes de pouvoir à la cour. Outre ces sombres histoires de vengeances personnelles et de copinage, Théodora est connue pour son influence sur les réformes sociales de Justinien et pour son action caritative, parrainant la fondation de nombreuses institutions pour les pauvres, telles que des orphelinats, des hôpitaux et (ce qui est peut-être significatif compte tenu de son ancienne profession) un foyer pour les anciennes prostituées cherchant à réintégrer la société respectable.

Supprimer la pub

Advertisement

Décès

Théodora mourut en 548, à l'âge de 51 ou 52 ans, probablement d'un cancer. Justinien n'eut pas d'héritier mais, fait peut-être significatif, il ne se remaria jamais. La fille de Théodora, née avant son mariage avec Justinien, eut trois fils, qui devinrent tous des personnages importants de la cour byzantine. Justinien, après une période de deuil profond, régna encore 17 ans, mais il ne semblait jamais aussi concentré ou brillant que lorsqu'il avait Théodora à ses côtés.

Procope remporta peut-être la palme du portrait littéraire le plus durable et le plus coloré de l'impératrice, mais, dans les arts visuels, il existe un rival redoutable dans la façon dont l'histoire se souvient de Théodora. Cette représentation la plus célèbre se trouve dans l'église de San Vitale à Ravenne, en Italie. La mosaïque murale scintillante montre l'impératrice sur un panneau tandis qu'un autre montre Justinien et l'archevêque de Ravenne, Maximien (r. de 546 à 556). Théodora, comme son mari, est représentée avec une grande auréole. Elle porte également de nombreux bijoux : colliers, boucles d'oreilles, une fabuleuse couronne sertie de pierres précieuses et une robe pourpre tyrienne. Elle présente à l'église un calice d'or orné de bijoux et est entourée de fonctionnaires et de son vaste entourage de dames de la cour.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2018, avril 03). Impératrice Théodora [Empress Theodora]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-16896/imperatrice-theodora/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Impératrice Théodora." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le avril 03, 2018. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-16896/imperatrice-theodora/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Impératrice Théodora." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 03 avril 2018. Web. 07 août 2022.

Adhésion