Période Égéenne

Définition

Kelly Macquire
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 17 septembre 2021
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
X
Knossos (by sagaYago, Copyright)
Knossos
sagaYago (Copyright)

L'âge du bronze (c. 3000-1000 av. J.-C.) est la période pendant laquelle les cultures utilisaient, produisaient ou commercialisaient le bronze. Plusieurs cultures se sont épanouies autour de la mer Égée durant cette période: la civilisation minoenne en Crète, la civilisation mycénienne en Grèce continentale et la culture cycladique dans les îles des Cyclades. Ces trois cultures se sont développées indépendamment et à des moments différents, tout en étant en contact les unes avec les autres, ainsi qu'avec d'autres régions, notamment l'Égypte, la Mésopotamie, l'Asie mineure et le Levant.

Chronologie

La datation de la période égéenne est une question qui se pose encore aujourd'hui, les chronologies traditionnelles basées sur les typologies de céramiques, connues sous le nom de chronologie basse, ne reflétant pas les tests scientifiques plus récents de la datation au radiocarbone et de la dendrochronologie, que l'on appelle la chronologie haute. Chaque grande région de le période égéenne, la Grèce continentale, la Crète et les îles Cyclades, possède sa propre terminologie de datation: helladique, minoenne et cycladique, respectivement. Chacune de ces régions est divisée en trois phases: précoce, moyenne et tardive. Ces trois phases peuvent ensuite être subdivisées en sous-sections spécifiques, comme par exemple le Minoen tardif IIa (LM IIa).

Supprimer la pub
Publicité

La datation de ces subdivisions est différente pour chaque culture et s'est développée au fil des changements culturels et céramiques. La terminologie plus large pour la datation de l'ensemble de la mer Égée utilise les termes d'âge du bronze ancien, moyen et tardif, et se divise grosso modo selon les dates suivantes :

  • Âge du bronze ancien: vers 3000-2200 av. J.-C.
  • Âge du bronze moyen: vers 2200-1700 av. J.-C.
  • Âge du bronze tardif: vers 1700-1000 av. J.-C.

Âge du bronze ancien (v. 3000-2200 av. J.-C.)

La fin de l'âge du bronze ancien témoigne d'échanges commerciaux avec le continent, de production de poteries et de techniques de fabrication sophistiquées.

Le début de le période égéenne en Crète marque la période précédant la construction des structures palatiales sur l'île. Les Minoens développaient de petites dagues fabriquées à partir d'un mélange de cuivre et d'arsenic, ce qui montre qu'ils maîtrisaient déjà le travail des métaux et qu'ils étaient en contact avec d'autres cultures, car le mélange de cuivre et d'arsenic n'était pas très répandu en Crète. Les tombes commencèrent à apparaître avec des richesses variées déposées sur les corps, ce qui suggère que les différences de richesse commençaient à apparaître.

Supprimer la pub
Publicité

Une étape importante en Crète au cours de l'âge du bronze précoce fut le développement des colonies, certaines d'entre elles devenant plus importantes que d'autres. La plus importante d'entre elles était Knossos, mais il existe des preuves de la présence d'établissements de l'âge du bronze ancien dans d'autres régions, notamment à Malia et à Phaistos. Les complexités sociales de la Crète ont également été mises en évidence par la découverte de sceaux, utilisés pour l'organisation administrative et l'identification, ainsi que par la production de récipients en pierre et le commerce à longue distance avec le continent, les Cyclades et l'Égypte.

En Grèce continentale, à l'âge du bronze ancien, les habitants connus sous le nom de Mycéniens commençaient à peine à s'établir dans la région. À la fin de l'âge du bronze ancien, des colonies et des bâtiments furent construits. C'est au milieu de cette période que les fortifications commencèrent à être érigées, et la fin de la période fut marquée par des échanges commerciaux avec le continent, la production de poteries et des techniques de fabrication sophistiquées. Sur le site de Lerna, dans le Péloponnèse, on trouve des preuves de l'existence d'un important bâtiment en briques crues avec des escaliers à plusieurs étages. Dans ce bâtiment, connu sous le nom de Maison des tuiles, de nombreux sceaux ont été découverts avec environ 70 motifs différents, ce qui indique un certain degré d'organisation administrative à l'âge du bronze ancien.

Supprimer la pub
Publicité

Cycladic Figurine c. 2400 BCE
Figurine cycladique vers 2400 avant notre ère
Mary Harrsch (Photographed at the Getty Villa, Malibu) (CC BY-NC-SA)

Les îles des Cyclades furent colonisées au cours de la période néolithique, vers 5000 avant notre ère, et au début de l'âge du bronze, elles commençaient à cultiver l'olivier et la vigne en plus de l'orge et du blé qu'elles cultivaient déjà. De nombreuses colonies cycladiques étaient très peuplées et les traces de sceaux (comme en Crète et sur le continent) laissent supposer l'existence d'une forme de système administratif. Pendant cette période, les peuples cycladiques produisirent des objets en obsidienne (l'une de leurs exportations les plus lucratives), en cuivre et en bronze, des figures en marbre sophistiquées et stylisées qui avaient souvent les bras croisés, ainsi que des récipients en marbre, une forme très spécifique de poêle à frire et des ornements personnels en cuivre et en argent.

La céramique à fond sombre produite à cette époque, connue sous le nom de céramique brunie, était décorée d'incisions et de peinture blanche. L'interaction et le commerce entre ces trois cultures ont été identifiés à plusieurs reprises, notamment avec des figurines de marbre cycladique en Crète et sur le continent, ainsi qu'avec de grandes quantités d'obsidienne. L'exportation de matières premières des Cyclades vers la Crète commença sérieusement au milieu de l'âge du bronze ancien et une forme de poterie continentale connue sous le nom de saucière a été trouvée à la fois en Crète et dans les Cyclades. Bien que le commerce et les interactions entre ces trois cultures se soient intensifiés à la fin de cette période, leurs identités culturelles individuelles continuèrent à se développer.

Âge du bronze moyen (c. 2200-1700 av. J.-C.)

La Crète se dota de complexes palatiaux, dont les principaux sites sont Knossos, Phaistos et Malia. La fonction de ce que l'on appelle souvent les palais de Crète est entièrement déterminée par l'archéologie, puisque l'écriture linéaire A des Minoens n'a pas encore été déchiffrée. Ce qui est généralement admis comme étant la fonction de ces centres palatiaux est leur utilisation dans les sphères administratives, politiques, économiques et religieuses de leur communauté. À ces fonctions s'ajoutent les ateliers et les zones de stockage, ainsi que l'utilisation potentielle comme résidence pour les souverains.

Supprimer la pub
Publicité

Les premiers complexes apparurent vers 1925-1900 avant notre ère et sont connus sous le nom d'anciens palais. Les poids de métier à tisser sont abondants dans les centres minoens de l'âge du bronze moyen, 400 d'entre eux ayant été trouvés dans ce que l'on appelle aujourd'hui le sous-sol des poids de métier à tisser à Knossos. L'écriture et le scellement se développèrent au cours de cette période, et l'on en trouve des traces dans les centres, ainsi que dans de grands bâtiments apparemment indépendants des complexes palatiaux.

La culture minoenne s'étendit plus loin, potentiellement jusqu'à Samothrace, et la poterie minoenne connue sous le nom de type de Kamarès a été trouvée à Chypre, dans le Levant et en Égypte. Au cours de l'âge du bronze moyen, les Minoens établirent leurs sanctuaires au sommet et dans les grottes sur l'ensemble de l'île. La plupart des 25 sanctuaires de sommet datent de cette période, et chacun d'entre eux est spatialement lié à un établissement important, par exemple le sanctuaire de sommet du mont Iouchtas et l'établissement de Knossos. Sur ces sites de culte, on trouve des figurines votives d'humains, de bovins et de membres, ainsi que des haches doubles (labrys).

Après la destruction des centres palatiaux en 1700 avant notre ère, seule knossos fut reconstruite dans sa splendeur d'antan.

L'âge du bronze moyen est une période importante dans la formation des sphères sociétales, culturelles et politiques mycéniennes. La fin de l'âge du bronze ancien fut marquée par une crise généralisée dans le sud du continent, qui entraîna la destruction de sites, le dépeuplement et des changements dans les pratiques funéraires et la culture matérielle. Les causes de ces bouleversements ne sont pas tout à fait claires, mais on peut penser aux changements climatiques et aux problèmes environnementaux, ainsi qu'aux invasions et aux migrations de groupes ethniques. La fin de l'âge du bronze moyen connut une augmentation des objets funéraires de prestige déposés dans les sépultures, ce qui est particulièrement visible dans les tombes à puits de Mycènes, ainsi qu'une augmentation du commerce avec la Crète et de la culture matérielle du continent, qui montre une plus grande influence des Minoens. Il est également évident que les colonies et la population de Thèbes, Mycènes et Argos commencèrent à se développer. Sur le continent, les tombes passèrent d'une simple inhumation à des tombes à chambre, à tholos et à puits, conçues pour être réutilisées.

Supprimer la pub
Publicité

Les Cyclades présentaient des établissements concentrés et sophistiqués, dont la taille et l'urbanisme avaient augmenté depuis l'âge du bronze ancien. Un nouveau type de poterie fut introduit dans la production, la poterie blanche cycladique. Il s'agit d'une poterie mate décorée de motifs abstraits, de formes géométriques, de fleurs et d'éléments fantastiques. Ce style était couramment utilisé pour les cruches à bec et les bols peu profonds.

Fin de l'âge du bronze et effondrement (c. 1700-1000 av. J.-C.)

Après la destruction des centres palatiaux en 1700 avant notre ère, seule Knossos fut reconstruite dans sa splendeur d'antan. Les premières centaines d'années de l'âge du bronze tardif connurent un changement dans les pratiques religieuses, la plupart des sanctuaires de pointe tombant en désuétude, seuls quelques-uns associés aux centres palatiaux continuant d'être utilisés. Cette évolution des pratiques religieuses pourrait être attribuée à l'éruption de Théra entre 1650 et 1550 avant notre ère, qui aurait pu provoquer des changements environnementaux et l'apparition de cendres volcaniques et de pierres ponces sur l'île. Des sites palatiaux contenant des outils administratifs tels que des sceaux et des tablettes linéaires A ont été mis au jour à Knossos, Malia, Phaistos, Zakros et Galata, datant de la fin de l'âge du bronze. Des empreintes de chevalières en or ont été mises au jour sur plusieurs sites du début de la fin de l'âge de bronze en Crète, ce qui montre que les centres étaient encore en contact les uns avec les autres.

Boxers Fresco, Akrotiri, Thera
Fresque des boxeurs, Akrotiri, Théra
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Les Minoens prospérèrent au début de l'âge du bronze tardif, avec des preuves de l'importation de matières premières telles que les défenses d'éléphant, le cuivre et l'étain, ainsi que des poteries de Chypre, d'Égypte et du Levant. Vers 1450 avant notre ère, des incendies généralisés détruisirent des sites dans toute la Crète. Ces incendies pourraient avoir eu plusieurs causes, notamment des troubles internes contre la domination des Knossiens, la domination de la Crète par les Mycéniens, ou des catastrophes naturelles et environnementales. La destruction aurait peut-être été causée par une combinaison de ces facteurs, mais nous ne le savons pas. Vers 1400 avant notre ère, la Crète établit des relations plus étroites avec le continent par le biais d'armes, de tombes de guerriers et de styles de poterie continentale. Les tombes et les cimetières témoignent également de leur nouvelle importance, ce qui n'était pas le cas en Crète auparavant. Vers 1200 avant notre ère, la plupart des sites furent abandonnés et les preuves d'une organisation administrative et de liens avec d'autres cultures disparurent.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

L'âge du bronze tardif est l'époque où la culture mycénienne se développa, prospéra et s'effondra. À cette époque, le continent importait du bronze et avait accès à de petites quantités de plomb, de cuivre et d'argent. Les sites mycéniens qui s'étaient formés à l'âge du bronze moyen commencèrent à montrer une homogénéité en plus des variations régionales à l'âge du bronze tardif, et ils présentaient des centres administratifs construits autour d'une salle centrale ou d'un mégaron souvent fortifié. Les sépultures et la culture matérielle typiquement mycéniennes se développèrent sérieusement, et c'est grâce aux objets funéraires qu'une grande partie de notre connaissance de la culture mycénienne s'est développée. Les objets funéraires témoignent d'une hiérarchie sociale complexe ainsi que d'influences et de préférences artistiques. Ils étaient en contact avec d'autres sites mycéniens en plus de la Crète, de l'Italie et de la Macédoine, bien qu'une préférence pour le style artistique minoen soit évidente grâce à l'imitation et à l'adoption de styles artistiques minoens, tant importés que locaux.

Mycenaean Engraved Gold Ring
Bague en or gravée mycénienne
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Vers 1400 avant notre ère, les Mycéniens s'étendirent à la Crète avec l'introduction du linéaire B utilisé à des fins administratives à Knossos. Entre 1400 et 1300 avant notre ère, la poterie mycénienne était plus répandue sur le continent, les sites palatiaux étaient ornés de fresques et la plupart de nos tablettes linéaires B datent de cette époque, également connue sous le nom de "période des palais" sur le continent. Vers 1200 avant notre ère, le système palatial du continent s'effondra, les principaux complexes furent détruits et ne furent pas reconstruits. Certains établissements furent détruits, d'autres abandonnés, et l'écriture tomba en désuétude dans la région. Vers 1100 avant notre ère, il existe peu de preuves archéologiques des Mycéniens. Cette destruction et cet abandon, connus sous le nom d'effondrement de l'âge du bronze, pourraient avoir été causés par des catastrophes naturelles, des changements climatiques, des troubles politiques et sociaux, une surpopulation, l'invasion des mystérieux Peuples de la mer, ou une combinaison de plusieurs facteurs.

Entre 1700 et 1400 avant notre ère, les Cyclades présentaient un degré élevé de minoanisation par l'imitation des styles artistiques minoens sur les poteries et les fresques, ainsi que des caractéristiques architecturales telles que le bassin lustral ou la salle des piliers. Elles adoptèrent également les mesures de poids minoennes, l'écriture linéaire A et importèrent un grand nombre de poteries minoennes. Le site d'Akrotiri, préservé par l'éruption de Théra, un peu comme une Pompéi égéenne, en est la meilleure preuve. On ne sait pas si cette minoanisation des Cyclades aurait été due au fait qu'elles étaient régulièrement exposées à la culture minoenne ou si les Minoens étaient une thalassocratie, ou un empire marin, au début de la fin de l'âge du bronze. Vers 1400 av. J.-C., on observe un changement dans les Cyclades. La fréquence des importations et de l'influence minoenne diminua au profit de la poterie mycénienne importée et des caractéristiques de l'architecture mycénienne (principalement les tombes à tholos). À la fin de l'âge du bronze tardif, les centres et les établissements cycladiques furent détruits ou abandonnés, et la production de poterie fut considérablement réduite et simplifiée.

Mediterranean Trade in the Late Bronze Age c. 1400-1200 BCE
Le commerce méditerranéen à la fin de l'âge du bronze, vers 1400-1200 avant notre ère
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Conclusion

La mer Égée à l'âge du bronze fut le théâtre du développement, de la domination et de l'effondrement de trois grandes cultures. À la fin de la période égéenne, les colonies de la mer Égée étaient petites et dispersées, et l'écriture n'était plus utilisée jusqu'à la période archaïque grecque, qui débuta au 8e siècle avant notre ère. Les épopées grecques, l'Iliade et l'Odyssée d'Homère, écrites pour la première fois au VIIIe siècle avant notre ère, sont des histoires de héros de la période égéenne et de lieux du monde mycénien, minoen et cycladique.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Kelly Macquire
Kelly is a graduate from Monash University who has completed her BA (Honours) in Ancient History and Archaeology, focussing on iconography and status in Pylos burials. She has a passion for mythology and the Aegean Bronze Age.

Citer cette ressource

Style APA

Macquire, K. (2021, septembre 17). Période Égéenne [Bronze Age Aegean]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20075/periode-egeenne/

Style Chicago

Macquire, Kelly. "Période Égéenne." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 17, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20075/periode-egeenne/.

Style MLA

Macquire, Kelly. "Période Égéenne." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 17 sept. 2021. Web. 29 mai 2024.

Adhésion