Une Brève Histoire des Colliers pour Chiens

Article

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 27 juin 2022
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais

Le collier de chien, si souvent tenu pour acquis, a une longue et illustre histoire. Quiconque a la chance de partager sa vie avec un chien aujourd'hui participe à une tradition ancienne chaque fois qu'il place un collier autour de son cou pour sortir en promenade. Le collier pour chien est de nos jours un lien universel entre les personnes, quelle que soit leur nationalité, leur religion ou leur affiliation politique et qui les relie également fermement au passé.

Warring States Period Dog Collar
Collier pour chien d'époque des Royaumes combattants
Gary Todd (Public Domain)

Selon l'AVMA (American Veterinary Medical Association), 43 346 000 ménages aux États-Unis possèdent des chiens, et l'Insurance Information Institute, dans leur enquête de 2017, ont conclu que les Américains ont dépensé 69,4 milliards de dollars pour leurs chiens cette année-là seulement tandis que la récente infographie sur les aliments pour chiens "A Pup Above", tirée de l'enquête 2021-2022 de l'APPA (American Pet Products Association), donne une estimation de 1 480 dollars des dépenses annuelles de la part des propriétaires de chiens (81 dollars pour les seules "friandises"), qui sont désormais près de soixante-dix millions aux États-Unis. Il n'est pas surprenant que les chiens soient parmi les animaux les plus populaires et les plus aimés de nos jours, mais la désignation de «meilleur ami de l'homme» n'est pas un développement récent. Les chiens et les humains marchent côte à côte depuis l'Antiquité et le collier pour chien est le dénominateur commun à toutes ces époques.

Supprimer la pub

Advertisement

La plus ancienne représentation de chiens en laisse

La plus ancienne représentation de ce qui semble être des chiens en laisse provient de la région de Shuwaymis dans le nord-est de l'Arabie Saoudite moderne.

Le concept de base du collier n'a pas changé depuis l'époque de la Mésopotamie antique mais les variations sur le collier, en particulier la décoration et le style, reflètent les valeurs des différentes cultures du monde qui avaient domestiqué les chiens. Ces modifications subtiles et parfois moins subtiles du concept central peuvent être très révélatrices du rôle joué par les chiens et de la façon dont ils étaient considérés dans différentes périodes et cultures.

La plus ancienne représentation de ce qui semble être des chiens en laisse — suggérant une sorte de collier — vient de la région de Shuwaymis, dans le nord-est de l'Arabie Saoudite moderne. Dans un article publié en novembre 2017 dans le magazine Science, l'auteur David Grimm décrit le travail de l'archéologue Maria Guagnin de l'Institut Max Planck pour la Science de l'Histoire Humaine à Iéna, en Allemagne. Guagnin et son équipe ont catalogué plus de 1 400 panneaux d'art rupestre à Shuwaymis et dans une autre région, Jubbah, qui comprennent des représentations de chiens de chasse. À Shuwaymis, un panneau montre treize chiens et un chasseur mâle; deux des chiens sont reliés au chasseur par des lignes qui ont été interprétées comme des laisses. Ce tableau est daté d'il y a 8 000 ans.

Supprimer la pub

Advertisement

Colliers mésopotamiens

Cette découverte ne devrait pas surprendre puisque les débuts du collier de chien peuvent être retracés à l'ancienne région mésopotamienne et aux régions voisines. Les anciens Mésopotamiens (probablement les Sumériens) furent probablement les inventeurs du collier, mais, comme pour la question de savoir où les chiens furent d'abord domestiqués, ce sujet est encore débattu. Le collier de chien mésopotamien était un simple cordon passé autour du cou du chien que le propriétaire utilisait pour contrôler l'animal. Avec le temps, ce cordon fut remplacé par un collier, probablement en tissu ou en cuir, qui était attaché à une laisse ou un long bâton.

Man & Dog Plaque, Sippar
Plaque représentant un homme et son chien, Sippar
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Les chiens étaient associés à Gula, la déesse sumérienne de la guérison et de la santé, car il avait été noté qu'ils guérissaient leurs blessures en les léchant. Cependant, les chiens étaient également associés à Inanna/Ishtar, déesse de l'amour, du sexe et de la guerre, qui était souvent représentée tenant ses chiens avec une laisse attachée à d'épais colliers. Les chiens en sont donc venus à symboliser la santé, la vitalité et la protection — contre les menaces naturelles et surnaturelles — comme en témoignent les figurines et les amulettes de chiens.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Avec le temps, à mesure que la civilisation mésopotamienne devenait plus complexe, il en fut de même pour le collier de chien; au moment de la chute de l'Empire assyrien en 612 av. JC, le collier était plutôt orné pour la classe supérieure et, en général, il était passé d'une simple corde ou cordon à une sorte de laisse-lasso, puis à une bande bien ajustée dans laquelle on passait probablement la tête du chien jusqu'a ce qu'elle ne se mette en position correcte autour du cou.

Le Collier en Perse

Les colliers pour chien dans l'ancienne Perse auraient été assez décorés — les chiens de la classe supérieure auraient porté des «ornements en or» et portaient des habits de toile fine — tandis que les colliers de la classe inférieure étaient très probablement faits de cuir ou de simple tissu. Quelle que soit la classe à laquelle on appartenait, les chiens étaient domestiqués à des fins de protection, d'élevage, de chasse et de compagnie. Les chiens étaient tellement appréciés par les Perses que la destination finale d'une personne dans l'au-delà était en partie déterminée par la qualité — ou la médiocrité — de la façon dont elle avait traité les chiens. Il n'est donc pas surprenant que ceux qui pouvaient se le permettre aient donné à leurs chiens des colliers de très haute qualité.

Persian Silver Plaque Depicting Hunting Dogs
Plaque en argent représentant des chiens de chasse, Perse
The Trustees of the British Museum (CC BY-NC-SA)

La plupart des représentations de chiens de la Perse antique, cependant, montrent des chiens sans colliers (comme sur les céramiques trouvées dans l'ancienne ville de Susa) et même l'art précoce représentant des scènes de chasse montre des chiens sans collier pourchassant le gibier. Plus tard, l'art sassanien (224-651 ap. JC) donne l'impression de colliers ornés pour les chiens des plus riches, mais aucun document survivant ne prouve l'existence de colliers pour les chiens de la classe inférieure. De tels colliers ont dû exister, car les gens de toutes les classes sociales semblent avoir valorisé les chiens de la même manière.

Supprimer la pub

Advertisement

Colliers égyptiens anciens

Les colliers égyptiens suivirent un paradigme similaire de simple à complexe, mais les Égyptiens tenaient les animaux, en général, en plus grande estime que la plupart des autres cultures et les colliers reflètent cette valeur. Le premier collier égyptien était aussi une simple corde, mais se transforma en collier digne de ce nom dès l'époque de l'ancien royaume (vers 2613-2181 av. JC). Le collier se développa tout au long du Moyen Empire (2040-1782 av. JC) et, à l'époque du Nouveau Royaume (c. 1570 - c. 1069 av. JC), il était devenu une œuvre d'art célébrant les chiens à travers des motifs et des ornements complexes. Les chiens étaient associés au dieu chacal Anubis, guide de l'au-delà, et les colliers commencèrent à avoir des motifs plus grandioses pour refléter le statut élevé des chiens. Deux colliers pour chien de la tombe du noble Maiherpri (du Nouveau Royaume) sont ornés de clous en laiton et d'images de fleurs de lotus, de chiens qui chassent, et l'un d'eux donne même le nom du chien: Tantanuit. La pratique consistant à mettre le nom d'un chien sur son collier, courante aujourd'hui, apparut pour la première fois dans l'Égypte ancienne.

Seated Dog, Tomb of Nebamun
Chien assis, Tombeau de Nebamun
The Metropolitan Museum of Art (Copyright)

Colliers en Grèce antique

Les étroites relations séculaires de l'Égypte avec la Grèce à travers le commerce influencèrent très probablement le collier pour chien grec, mais les Grecs avaient besoin d'un collier qui non seulement contrôlerait l'animal mais le protégerait des prédateurs tels que les loups. L'invention par les grecs antiques du collier étrangleur moderne et du collier à pointes fut inspirée de ce besoin. Les Grecs appréciaient également les chiens, comme en témoignent leur apparition régulière dans la mythologie grecque et la littérature grecque comme le chien à trois têtes Cerbère qui gardait les portes de Hadès et le fidèle chien d'Odysseus Argos, entre autres. Platon affirma même que le chien était un vrai philosophe en raison de sa capacité à distinguer un ami d'un ennemi et la vérité du mensonge sans qu'on lui ait appris à le faire.

Les colliers grecs expriment cette admiration à travers des ornements élaborés et des couleurs vives. Les tasses grecques (rhytes ouritons , pluriel etriton , singulier) et d'autres articles de table ornés d'images de chiens munis d'un collier en sont témoins. Peu de colliers pour chiens ont survécu, mais les colliers dans l'art et ces colliers figuratifs sont considérés comme des colliers ayant vraiment existés.

Supprimer la pub

Advertisement

Colliers romains

Les Romains héritèrent du concept de collier de chien des Étrusques comme en témoignent les peintures murales dans la tombe étrusque des Augures, datant d'environ 530-520 av. JC, mais qui représenteraient un rituel plus ancien. Une scène dans la tombe représente un chien portant un collier, un clou tourné vers le cou, conçu pour enrager l'animal et le faire attaquer lorsque la laisse était tirée; ce même type de dispositif fut utilisé par les Romains dans leurs Jeux dans les arènes, ce qui lie le concept étrusque à la version romaine ultérieure.

Les Romains incorporèrent également des innovations grecques, telles que les colliers à pointes et le collier étrangleur. Les colliers pour chiens de la Rome antique prirent de nombreuses formes, allant de simples bandes de cuir aux colliers épais à pointes de fer portés par les molosses pendant les guerres, en passant par les colliers de couleur vive portés par les chiens de course. Quel que fut le type de collier porté par le chien, et quel que fut son but, le collier était toujours pragmatique et utilitaire. Même le collier d'or mentionné par Pline l'Ancien (l. 23-79 ap.JC) était donné à un chien parce qu'on pensait qu'il calmait l'animal et l'empêchait d'aboier inutilement.

Roman Guard Dog Mosaic
Mosaïque de chien de garde
Robin Dawes (CC BY-NC-ND)

Les bichons maltais, une des races préférées des femmes romaines de classe supérieure, portaient un collier délicat souvent orné de cloches, et le Vertragus, chien de course populaire et ancêtre du lévrier italien, portait un collier léger. Les colliers épais en cuir ou en métal étaient portés par les chiens de combat et les races utilisées par les soldats.

Supprimer la pub

Advertisement

Colliers mésoaméricains

Les Aztèques croyaient que les chiens étaient antérieurs aux humains et qu'ils méritaient le même respect que l'on devait à ses aînés.

De son côté, le collier pour chien se développa en Méso-Amérique où les Mayas, les Aztèques et les Tarasques élevaient les chiens comme source de nourriture, de protection et comme animal spirituel. Les colliers de chiens dans ces cultures variaient selon la classe sociale du propriétaire avec des colliers plus ornés, évidemment, appartenant aux chiens des nobles si l'on en juge les gravures et les peintures murales. Le respect des chiens se manifeste dans les couleurs et les ornements utilisés. Les Aztèques croyaient que les chiens étaient antérieurs aux humains et qu'ils méritaient le même respect que l'on devait à ses aînés.

Les chiens des trois cultures étaient considérés comme une sorte de pont entre le monde civilisé des êtres humains et le monde naturel des esprits et des dieux. Les chiens, par conséquent, pouvaient servir de guides pour affronter les périls qui attendaient les personnes après la mort afin de conduire une âme vers la sécurité du paradis à travers les sombres enfers.

Colliers en Chine et Japon

Cette même compréhension du chien est évidente dans les cultures de la Chine ancienne et du Japon. Le chien en tant qu'animal spirituel et protecteur se reflète dans leurs colliers souvent ornés de breloques et, surtout, de petites cloches, qu'ils croyaient utiles pour éloigner les fantômes et les mauvais esprits. Les fantômes étaient une préoccupation majeure pour les peuples chinois et japonais et les chiens étaient une défense sûre contre eux.

Chinese Ceramic Dog
Chien en céramique chinois
Wikipedia User: Rosemania (CC BY)

Les fantômes craignaient les chiens, mais les chiens n'avaient aucun problème à se défendre contre les entités spirituelles. Les colliers de chien reflétaient ce système de croyance à travers des symboles et, plus particulièrement, des cloches. Les mères chinoises, en fait, mettaient des cloches sur les vêtements de leurs enfants croyant que les fantômes prendraient l'enfant pour un chien et ainsi l'éviteraient comme la peste.

Développements ultérieurs

En Scandinavie, on retrouve cette même croyance dans les chiens en tant que défenseurs spirituels et les chiens figuraient en bonne place dans les contes de l'au-delà et étaient souvent enterrés avec leurs maîtres comme forme de protection. Alors que les Vikings faisaient de nouvelles percées dans les régions européennes vers 790-1100, leurs croyances se mélangèrent avec celles des peuples indigènes, et la mystique du chien continua dans l'Europe médiévale.

À cette époque, cependant, les chiens en Europe étaient considérés à peine plus que des bêtes utiles (très probablement une forme diluée de la façon dont les Romains les voyaient) qui pouvaient tirer une charrette, garder une maison ou gagner de l'argent dans les fosses de combat. Les colliers pour chien de l'époque reflètent le statut du chien et sa fonction avec des colliers de meilleure qualité pour les chiens des plus riches mais, avant tout, de concept essentiellement utilitaire.

Harold Godwinson on a Hunt, Bayeux Tapestry
Harold Godwinson à la chasse, tapisserie de Bayeux
Thincat (Public Domain)

Lorsque l'Empire byzantin s'effondra en 1453 et que les Turcs ottomans fermèrent la Route de la Soie, de nouvelles routes commerciales durent être trouvées et l'Âge de l'Exploration (mieux connu sous le nom d'Époque des Grandes Découvertes) fut lancé au cours duquel les capitaines européens et leurs équipages prirent le large. Le plus célèbre (ou plutôt tristement célèbre) d'entre eux était Christophe Colomb dont l'utilisation des chiens dans sa conquête des peuples indigènes du soi-disant Nouveau Monde est bien documentée. Dans son voyage de 1494, il rencontra une forte résistance de la part du peuple vivant alors en ce que nous appellons aujourd'hui la Jamaïque jusqu'à ce qu'il ne lâche sur eux ses mastiffs. Le peuple indigène n'avait jamais vu de tels animaux et s'enfuit à toute vitesse, ce qui permit à Colomb d'obtenir sa victoire.

Les chiens de Colomb portaient des colliers épais en cuir avec des clous menaçants qui renforçaient leur aspect terrifiant. Ce même collier, avec quelques variations, est vu plus tard dans la Conquête du Mexique par les Espagnols au XVIe siècle. À bien des égards, ces colliers rappellent les colliers romains de chien de guerre, et le concept initial vient très probablement de la Rome antique mais aurait pu aussi facilement se développer indépendamment. Les chiens amenés par les Européens dans leur conquête du Nouveau Monde valaient, selon les dires de Colomb et d'autres, plus que la plupart de leurs troupes et un aspect de l'efficacité de ces chiens était leur épais colliers à pointes.

Conclusion

Les colliers pour chiens deviennent plus raffinés pendant la Renaissance en Europe (XVIe siècle) et atteignent leur apogée de conception et d'ornementation pendant le Siècle des Lumières (XVIIIe siècle) lorsque les propriétaires de la classe supérieure achetaient des colliers ornés pour leurs chiens, souvent avec le nom du chien, le nom du propriétaire et l'adresse imprimée sur la bande en cuir ou en métal. Cette vogue se poursuivit jusqu'à l'époque victorienne et fut encouragée par la très populaire reine Victoria (r. 1837-1901) dont le chien fut le compagnon fidèle jusqu'à ce qu'il ne meure et que l'intérêt de Victoria ne se tourne alors vers les chats.

16th-century CE Dog Collar
Collier pour chien du XVIe siècle
Michiel2005 (CC BY-NC)

Il y a beaucoup d'autres cultures et civilisations qui utilisèrent des colliers pour chien et contribuèrent à leur développement. Pour ne citer que deux exemples, les Celtes avaient développé le collier large pour contrôler les grands chiens (comme le lévrier irlandais) et les tribus amérindiennes d'Amérique du Nord développèrent le harnais pour utiliser les chiens pour tirer traîneaux et chariots.

Les colliers pour chien sont restés assez similaires de l'époque de Victoria à nos jours, mais portent avec eux des siècles d'histoire et de variations en terme de développement. Les gens promènent leurs chiens de la même manière et par les mêmes méthodes depuis la nuit des temps; par le simple acte de promener son chien aujourd'hui, on participe à une tradition qui remonte à des milliers d'années et qui couvre pratiquement toutes les cultures de la planète.

Supprimer la pub

Publicité

Questions et réponses

Quelle est la plus ancienne preuve du collier de chien ?

La plus ancienne preuve de collier de chien provient de panneaux d'art rupestre de la région de Shuwaymis, dans l'actuelle Arabie saoudite, datés de 8 000 ans.

Qui a inventé le collier pour chien ?

La question de savoir où le collier pour chien a été inventé est encore débattue, mais il est fort probable qu'il trouve son origine dans l'ancienne Mésopotamie, probablement à Sumer.

Quelle ancienne civilisation avait les colliers de chiens les plus élaborés ?

De nombreuses civilisations anciennes ont créé des colliers pour chiens élaborés à différentes époques, mais l'Égypte ancienne, à l'époque du Nouvel Empire (entre 1570 et 1069 avant J.-C.), a développé les colliers les plus ornés et les plus détaillés de l'époque, ils incluaient même le nom du chien.

Quand les cloches ont-elles été fixées aux colliers des chiens ?

La date précise à laquelle les cloches ont été attachées aux colliers des chiens est inconnue, mais cette pratique est née dans la Chine ancienne pour effrayer les fantômes et les mauvais esprits qui craignaient à la fois les chiens et le son des cloches ; les cloches sur les colliers des chiens offraient une double protection contre les menaces paranormales.

Bibliographie

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2022, juin 27). Une Brève Histoire des Colliers pour Chiens [A Brief History of the Dog Collar]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1605/une-breve-histoire-des-colliers-pour-chiens/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Une Brève Histoire des Colliers pour Chiens." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 27, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1605/une-breve-histoire-des-colliers-pour-chiens/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Une Brève Histoire des Colliers pour Chiens." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 27 juin 2022. Web. 25 sept. 2022.

Adhésion