Les Chiens et leurs Colliers en Mésoamérique Ancienne

Article

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 19 mars 2021
Disponible dans ces autres langues: anglais, néerlandais, portugais, espagnol
X

Les chiens faisaient partie intégrante de la vie des habitants de la Mésoamérique, quels qu'aient été leur lieu de résidence et leur culture. Dans toute la région, ils étaient reconnus comme des êtres liminaires appartenant non seulement au monde naturel et à celui des humains, mais aussi à ce monde et à le suivant.

Les Aztèques, les Mayas et les Tarasques croyaient que les chiens voyageaient entre les mondes, aidaient les âmes des morts, avertissaient les vivants des dangers qui les guettaient et, en même temps, étaient considérés comme une source de nourriture, un compagnon et un gardien dans la vie de tous les jours. Les chiens des peuples indigènes sont souvent représentés sans collier, car il semble que l'on ait pensé que celui-ci limiterait les déplacements du chien entre les mondes.

Supprimer la pub
Publicité

Néanmoins, il existait bel et bien des colliers - conçus pour être portés par les humains - et l'on pense qu'ils se développèrent à partir des colliers de chiens. Ce modèle changea avec l'arrivée de Christophe Colomb (1451-1506) aux Antilles en 1492. Les chiens de Christophe Colomb portaient tous un collier et étaient beaucoup plus grands que les animaux auxquels les indigènes étaient habitués. Les chiens européens avaient également été dressés pour la guerre et étaient donc beaucoup plus sauvages que n'importe quel chien qu'un Taino, par exemple, avait jamais connu.

Aztec Dog Effigy
Effigie de chien aztèque
Walters Art Museum (Public Domain)

Après Christophe Colomb, qui était reparti vers l'Espagne, d'autres envahisseurs espagnols arrivèrent et traversèrent l'Amérique du Sud vers le nord jusqu'à la Mésoamérique, apportant avec eux le christianisme. Le christianisme commença à remplacer les croyances indigènes et, comme l'Église catholique affirmait que les chiens n'avaient pas d'âme, la croyance dans le pouvoir surnaturel du chien diminua. Bien que de nombreux peuples indigènes aient sans aucun doute continué à croire au chien en tant que psychopompe, il n'existe aucune preuve généralisée de cette croyance après l'arrivée des Espagnols par rapport à la Mésoamérique précolombienne. Les descendants des anciens peuples de la région ne commencèrent à reinstaurer leurs anciennes cultures qu'au cours des cent dernières années et, avec le temps, le chien a peu à peu retrouvé le statut qu'il avait autrefois.

Supprimer la pub
Publicité

Les Olmèques et leurs chiens

Les Olmèques de Mésoamérique vivaient dans les basses terres le long du golfe du Mexique vers 1400-400 avant notre ère et élevaient des chiens pour se nourrir. Les Olmèques constituent la plus ancienne civilisation de l'hémisphère occidental. Ils sont à l'origine de la première langue écrite de Mésoamérique ainsi qu'un art et une architecture distinctifs qui influencèrent les civilisations ultérieures des Aztèques, des Mayas et des Tarasques, entre autres. L'animal sacré des Olmèques était le jaguar, qu'ils pensaient être spirituellement lié au chien. Le chien était donc associé au divin tout en servant de source de nourriture. Il semble qu'il n'y ait pas eu de contradiction à ce sujet puisque les chiens, dignes serviteurs et messagers des dieux, servaient également l'humanité en s'offrant gracieusement en nourriture.

Dans les croyances des Mayas du Yucatèque, les chiens servaient à guider les âmes des morts dans le sombre monde souterrain de Xibalba.

En 2010, à Chiapa de Corzo, on a découvert une tombe du peuple Zoque, une population mésoaméricaine censée descendre des Olmèques, qui contenait des colliers de jade. Il s'agit de colliers ornementaux destinés à être portés par les humains, mais qui pourraient avoir été développés à partir du collier de chien. La tombe date d'entre 700 et 500 avant notre ère et est la plus ancienne tombe pyramidale découverte dans la région.

Supprimer la pub
Publicité

Les populations indigènes du Mexique, du Belize, du Guatemala, du Honduras et des régions voisines construisaient des pyramides pour en faire des temples et non des tombes, et l'on pense que cette découverte reflète une ancienne pratique olmèque consistant à conserver des objets précieux dans les temples, pratique qui était également observée par les cultures ultérieures. Les colliers de jade, bien que manifestement destinés à un usage humain, auraient pu relier un officiant à l'esprit d'un chien liminal qui aurait apporté des messages des dieux.

Les chiens dans la religion maya

Les Olmèques cédèrent la place à d'autres civilisations et furent remplacés principalement par les Mayas, qui continuèrent à élever des chiens dans des enclos et à les utiliser comme nourriture. Cependant, les chiens occupaient également une place importante dans la mythologie maya et étaient très bien traités dans la vie quotidienne. Dans les croyances des Mayas yucatèques, les chiens servaient à guider les âmes des morts à travers le sombre monde souterrain de Xibalba vers le paradis et, dans les mythes des Mayas Quichés, les chiens servaient la volonté des dieux en détruisant la race ingrate et inutile des humains créés avant la race actuelle.

Maya Vessel with Dog Painting
Récipient maya représentant un chien
Metropolitan Museum of Art (Copyright)

Ces premiers humains avaient été faits de bois par les dieux, mais ils avaient oublié leur devoir envers leurs créateurs et leurs congénères. Les dieux livrèrent ces créatures ingrates et cruelles au châtiment des animaux - même des objets inanimés - qu'elles avaient maltraités. Lorsqu'ils furent livrés aux chiens, les animaux dirent aux humains :

Supprimer la pub
Publicité

Pourquoi n'arrivez-vous pas à nous donner notre nourriture ? Nous regardons et vous nous gardez à terre et vous nous jetez partout. Vous tenez un bâton prêt quand vous mangez, juste pour pouvoir nous frapper. Nous ne parlons pas, donc nous n'avons rien reçu de vous. Comment avez-vous pu ne pas savoir ? Vous saviez que nous étions en train de dépérir derrière vous. Alors aujourd'hui même, tu vas goûter les dents de nos bouches. Nous vous mangerons. (Tedlock, 72)

Les chiens se jetèrent alors sur les humains et les détruisirent. Les chiens étaient les seules créatures parmi les nombreux éléments de la vie sur terre choisis par les dieux pour détruire ces êtres inférieurs afin qu'une nouvelle vie puisse être créée à partir du maïs. Les objets inanimés tels que les grilles à tortilla, les marmites, les pierres de foyer et les broyeurs, qui ont tous été maltraités et utilisés à mauvais escient par les personnes ingrates et insensibles, se joignirent également à eux pour les attaquer. Une fois détruit, le nouveau peuple fut fait de maïs, un aliment de base des Mayas, et ces créatures apprirent la grâce et la gratitude, ainsi que l'attitude appropriée envers les dieux. Les Mayas donnaient régulièrement du maïs à manger à leurs chiens, en tant que nourriture de base pour la vie et, peut-être, pour encourager leur propre obéissance aux puissances supérieures qui leur fournissaient ce maïs.

Le chien apparaît plus tard dans le Popol Vuh, le livre religieux des Mayas Quichés, dans le récit de la manière dont les jumeaux héros Hunahpu et Xbalanque trompent les sombres seigneurs du monde souterrain de Xibalba. Les jumeaux avaient été enlevés par les Xibalbans et, en essayant de gagner leur liberté, ils furent testés à plusieurs reprises par les seigneurs, connus pour tromper les âmes des morts et les égarer. Les jumeaux réussirent chaque épreuve puis ils dirent aux seigneurs qu'ils avaient le pouvoir sur la vie et la mort. Pour le prouver, ils sacrifièrent un chien appartenant aux seigneurs et le ramenèrent à la vie.

Maya Urn with Jaguar Figure & Skulls
Urne maya avec jaguar et crânes
Walters Art Museum (CC BY-SA)

Les seigneurs de Xibalba furent tellement impressionnés qu'ils voulurent eux aussi être sacrifiés et ramenés à la vie. Hunahpu et Xbalanque les tuèrent chacun à leur tour, mais n'avaient jamais eu l'intention de les ressusciter. Ils furent ensuite libres de quitter le royaume des ténèbres et de retourner à la surface de la terre. L'histoire élève le chien, simple source de nourriture, travailleur et gardien, au niveau surnaturel de psychopompe puisqu'il a vu la mort, est revenu à la vie et peut donc guider les humains lorsque le moment est venu de faire le même voyage.

Supprimer la pub
Publicité

Les chiens, symboles de transformation

Le chien en tant que guide vers l'au-delà est célèbre dans une peinture du temple I de Tikal au Guatemala. La peinture montre les deux dieux pagayeurs - le vieux galuchat et le vieux jaguar - transportant le dieu du maïs vers le monde souterrain. Dans le bateau, ils sont accompagnés d'un iguane, d'un singe-araignée, d'un perroquet et d'un chien. Les dieux pagayeurs avaient aidé à construire le foyer cosmique pour les autres divinités au début de la création et symbolisaient la danse des opposés qui maintenait l'équilibre de l'univers. On les voit souvent dans les œuvres d'art mayas emmener le dieu du maïs vers le pays des morts ou le ramener à la vie sur terre. Sur cette peinture de tombeau de Tikal, le chien qui sert de guide se trouve directement derrière le vieux jaguar, à l'avant du bateau.

La période classique des Mayas s'étend de 250 à 950 de notre ère, époque à laquelle leur civilisation était à son apogée. Les jouets pour enfants de cette époque comprennent des figurines de chiens avec collier. Les chiens sont également représentés dans la statuaire avec des colliers qui semblent avoir été une bande de cuir ou de tissu de différentes largeurs. Les chiens étaient également utilisés pour la chasse, la protection et la compagnie et, bien qu'ils aient sans aucun doute porté des colliers, aucun d'entre eux n'a survécu. D'après des images de poteries et de peintures murales, les colliers étaient de couleurs vives (rouge, noir et turquoise), comme c'était le cas pour d'autres civilisations de la région.

Xolotl, Codex Fejérváry-Mayer
Xolotl, Codex Fejervary-Mayer
British Museum (CC BY-NC-SA)

Les chiens des Aztèques et des Tarasques

Les Aztèques et les Tarasques étaient traditionnellement ennemis, mais ils élevaient tous deux des chiens pour les mêmes raisons et les considéraient de la même manière. Dans les croyances aztèques, les chiens étaient associés à Xolotl, le dieu de la foudre, du coucher de soleil et de la mort, que l'on imaginait sous la forme d'un énorme chien. Xolotl était considéré comme le créateur de la race connue aujourd'hui sous le nom de Xoloitzcuintli, également connu sous le nom de chien sans poil mexicain, de Xolo et de chien de Xolotl. Xolotl est régulièrement représenté portant un collier épais, généralement de couleur rouge, et a créé le chien pour protéger les vivants et guider les âmes des morts à travers le Mictlan, le monde souterrain aztèque, semblable à la Xibalba des Mayas, lieu d'obscurité et de danger.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Les chiens étaient considérés comme des experts capables de localiser les âmes de ceux qui étaient morts mais qui ne pouvaient pas mourir sans être enterrés correctement.

Le Xolo était déjà ancien à l'époque de l'arrivée de Christophe Colomb dans le Nouveau Monde et date d'au moins 3 500 ans. Ils étaient principalement élevés pour la nourriture, mais parfois, si un chien particulier semblait posséder des pouvoirs de guérison, il était épargné et c'est peut-être à ce moment-là qu'il recevait un collier. Les Aztèques et les Tarasques, comme les Mayas, croyaient que les chiens étaient les serviteurs des dieux et qu'ils étaient particulièrement efficaces pour guider, réconforter et apaiser les âmes des morts.

Un mauvais enterrement était aussi grave en Mésoamérique que partout ailleurs dans le monde antique et le fantôme d'une personne qui n'avait pas reçu les rites appropriés était sûr de revenir hanter les vivants. On pensait que les chiens étaient experts dans la localisation des âmes de ceux qui étaient morts mais qui ne pouvaient pas mourir sans être enterrés correctement (les personnes qui s'étaient noyées, par exemple, ou qui avaient été tuées alors qu'elles chassaient seules). Ces âmes erraient sur terre jusqu'à ce qu'elles ne soient retrouvées par un chien spirituel qui les conduirait dans l'au-delà et leur permettrait de se reposer.

Les chiens dans l'art aztèque

Les images de chiens étaient incluses dans les tombes des personnes enterrées avec tous les rites et rituels appropriés, et n'étaient en aucun cas invoquées uniquement pour les âmes des personnes perdues ou disparues. Les célèbres céramiques canines de Colima (récipients en forme de chiens ou de figurines canines, appelés ainsi parce qu'ils ont été trouvés principalement dans l'État de Colima, à l'ouest du Mexique) ont été découverts dans plus de 75 % des sépultures de la période préclassique (c. 300 avant notre ère - 300 de notre ère). Les esprits de ces chiens robustes auraient nourri l'âme d'un défunt humain lors de son voyage à travers Mictlan vers le paradis.

Colima Dog with Maize
Chien de Colima avec du maïs
Ziko van Dijk (CC BY-SA)

Dans la plupart des œuvres d'art mésoaméricaines, les chiens ne portent pas de collier, car ces images représentent généralement le chien en tant que symbole. Les célèbres chiens dansants de Colima, par exemple, sont probablement des représentations symboliques de la vie et de la mort, de l'équilibre des opposés dans l'union, et non une représentation réaliste des chiens. Les statuettes de chiens de Colima et d'autres figurines représentant un chien gras avec un épi de maïs dans la gueule ont très probablement servi le même objectif symbolique.

Les chiens étaient nourris avec du maïs et un chien gras évoquait la santé et une bonne récolte, de sorte que ces statuettes symbolisaient probablement "l'abondance". Comme nous l'avons vu, les chiens étaient souvent enterrés avec les morts pour guider l'âme, tout comme les vrais chiens, car on pensait que l'âme avait besoin de nourriture pour son long voyage à travers le monde souterrain jusqu'à l'Arbre du Monde et le royaume du paradis.

Les chiens en tant qu'êtres liminaux

Il est possible que les chiens ne portent pas de collier en raison de leur statut de protecteurs et de guides. La croyance mésoaméricaine dans le tonalli et le concept du Nagual pourraient également avoir un rapport avec cela. Un tonalli est un lien spirituel entre une personne et un certain animal, établi à la naissance de l'individu, par lequel la personne présente les caractéristiques et partage avec empathie la vie de l'animal spirituel. Une personne née avec un chien, par exemple, présentera des caractéristiques canines, mais le lien est si fort que, si l'animal spirituel est blessé d'une manière ou d'une autre, son homologue humain en ressentira les effets. Le nagual est un pratiquant religieux - un chaman - qui a le pouvoir de changer de forme et peut devenir l'animal de son choix, généralement la nuit.

Le tonalli et le nagual sont étroitement liés en ce sens que le nagual doit être capable de "lire" l'énergie d'une journée et de comprendre quelle magie fonctionnera ou ne fonctionnera pas un jour donné. Le tonalli est intimement lié à l'énergie d'une journée et, dans la croyance maya, il est associé aux Wayobs (également connus sous le nom de Way), l'incarnation spirituelle de l'énergie d'une journée qui veille sur les gens et les conseille ou prédit leur destin dans les rêves. Un nagual, lisant correctement l'énergie du jour, pourrait faire le lien tonalli avec un chien et serait capable de comprendre les messages que ce chien ramènerait de l'autre monde.

Le chien étant considéré comme une entité liminale par les peuples mésoaméricains, capable de passer d'un monde à l'autre, il se pourrait que les colliers n'aient été donnés aux chiens que dans certaines circonstances. Une grande partie des écritures et de la littérature mésoaméricaines a été détruite par la conquête espagnole du XVIe siècle et il est donc impossible de savoir quelles étaient ces circonstances. Jusqu'à très récemment, les archéologues ne disposaient pour interpréter la culture que de quelques livres - un infime pourcentage de ce qui était autrefois la bibliothèque culturelle d'une civilisation - et de représentations artistiques sur les murs des temples, les stèles et les tombes. Cependant, à mesure que les archéologues et d'autres chercheurs parviennent à mieux comprendre les différentes écritures mésoaméricaines, les cultures indigènes sont de plus en plus mises en évidence. Malgré cela, on ne saura peut-être jamais pourquoi ni dans quelles circonstances un chien recevait un collier dans ces communautés indigènes.

Sculpture of Xolotl, Mexico City
Sculpture de Xolotl, Mexico City
Arienne King (Public Domain)

Conclusion

Les chiens allaient également jouer un rôle important dans la conquête du "Nouveau Monde". Christophe Colomb utilisait régulièrement des chiens pour écraser la volonté des peuples indigènes. Le mastiff avait été utilisé avec succès par les Espagnols lors des guerres contre les Maures de Grenade et fut donc inclus dans le deuxième voyage de Christophe Colomb en 1493. Les mêmes maîtres-chiens qui avaient servi à Grenade furent envoyés avec les chiens et Colomb les utilisa tous deux à bon escient. Lorsqu'il arrivèrent en Jamaïque en 1494, il se heurtèrent à une forte résistance des défenseurs de la plage jusqu'à ce qu'ils ne lâchent les mastiffs sauvages qui terrorisèrent les guerriers indigènes et les dispersèrent.

Christophe Colomb écrirait plus tard qu'un chien valait 50 hommes au combat. Les 20 chiens qu'il avait apportés d'Europe allaient se multiplier au fur et à mesure de l'arrivée des Européens dans le Nouveau Monde, et ces chiens allaient être utilisés de la même manière que dans l'Ancien Monde. En fait, les chiens s'avérèrent plus efficaces dans la conquête de la Mésoamérique que la plupart des armes déployées par leurs maîtres humains, car ils terrorisaient vraiment les populations indigènes.

L'utilisation du chien par les Européens, associée à l'insistance du christianisme sur le fait que les chiens sont des êtres sans âme, conduisit à la perte de statut des chiens dans la région pendant et après la conquête espagnole. Toutefois, au cours des cent dernières années, les croyances indigènes ont fait leur retour et le chien est de plus en plus considéré comme un animal qui correspond davantage à son statut antérieur qu'à son statut postcolombien. Le "renouveau maya" des années 1920 et 1930 a encouragé les progressistes des États-Unis et d'ailleurs à s'éloigner des valeurs européennes traditionnelles en adoptant celles de la Mésoamérique. L'ancien statut du chien, parmi d'autres aspects de la culture indigène de la région, est mieux apprécié aujourd'hui qu'il ne l'était pendant les 400 années qui ont suivi la conquête espagnole.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2021, mars 19). Les Chiens et leurs Colliers en Mésoamérique Ancienne [Dogs and Their Collars in Ancient Mesoamerica]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1714/les-chiens-et-leurs-colliers-en-mesoamerique-ancie/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Les Chiens et leurs Colliers en Mésoamérique Ancienne." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 19, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1714/les-chiens-et-leurs-colliers-en-mesoamerique-ancie/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Les Chiens et leurs Colliers en Mésoamérique Ancienne." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 19 mars 2021. Web. 24 mai 2024.

Adhésion