Popol Vuh

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 21 mars 2014
Disponible dans ces autres langues: anglais, portugais, espagnol
X
Seven Macaw or Vucub-Caquix (by Flickr User: Urban Sea Star, CC BY-NC-ND)
Vucub-Caquix
Flickr User: Urban Sea Star (CC BY-NC-ND)

Le Popol Vuh est l'histoire de la création selon les Mayas Quichés de la région connue aujourd'hui sous le nom de Guatemala. Traduit par "le livre du conseil", "le livre du peuple" ou, littéralement, "le livre du tapis", l'ouvrage a été qualifié de "Bible maya", bien que cette comparaison soit imprécise. Le Popol Vuh n'est pas considéré par les Mayas comme "la parole de Dieu" ni comme une écriture sacrée, mais plutôt comme un récit de "l'ancienne parole" et de la compréhension que les Quichés avaient de la cosmologie et de la création avant l'arrivée du christianisme. Les Quichés désignaient le livre comme un Ilb'al - un instrument de vision - et il était connu sous le nom de "Livre de la natte" en raison des nattes tissées sur lesquelles les gens s'asseyaient pour écouter l'ouvrage récité dans la maison du conseil. L'un de ces bâtiments, à Copan, présente des linteaux de pierre "tissés" pour ressembler à ces nattes.

Au début du livre I, l'auteur inconnu déclare:

Voici le début de l'ancienne parole, ici, en ce lieu appelé Quiché. C'est ici que nous inscrirons, que nous implanterons le Mot Ancien, le potentiel et la source de tout ce qui se fait dans la citadelle de Quiché, dans la nation du peuple de Quiché... Nous écrirons cela maintenant au milieu de la prédication de Dieu, dans la chrétienté maintenant. Nous le ferons ressortir parce qu'il n'y a plus d'endroit où le voir, un Livre du Conseil, un endroit où voir "La lumière qui venait du bord de la mer", le récit de "Notre place dans l'ombre", un endroit où voir "L'aube de la vie", comme on l'appelle (63).

A propos de ces phrases décrivant le Popol Vuh, le mayaniste Dennis Tedlock écrit:

Parce qu'ils ont obtenu le livre (ou une partie du livre) lors d'un pèlerinage qui les a conduits des hautes terres au rivage de l'Atlantique, ils l'ont appelé "La lumière qui est venue du bord de la mer", parce que le livre raconte des événements qui se sont produits avant la première véritable aube, et une époque où leurs ancêtres se cachaient eux-mêmes et les pierres qui contenaient les esprits familiers de leurs dieux dans les forêts, ils l'ont également appelé "Notre place dans les ombres". Et parce qu'il racontait l'apparition de l'étoile du matin, du soleil et de la lune, et qu'il prédisait l'avènement et la splendeur rayonnante des seigneurs quichés, ils l'appelaient "L'aube de la vie" (21).

L'œuvre raconte la Création, les exploits des jumeaux héros Hunahpu et Xbalanque, ainsi que les débuts de l'histoire de la migration quiché.

L'œuvre raconte la création du monde, les exploits des jumeaux héros Hunahpu et Xbalanque dans le monde souterrain et leur triomphe sur les seigneurs de la mort, la création des humains et les débuts de l'histoire de la migration et de l'établissement des Quichés jusqu'à la conquête espagnole au XVIe siècle. L'évêque espagnol Diego de Landa brûla tous les livres des Mayas du Yucatan qu'il put trouver le 12 juillet 1562 dans la ville de Mani, mais comme il n'avait pas de juridiction dans la région sud du Quiché, le Popol Vuh fut épargné. Cependant, il semble, d'après l'ouvrage lui-même, que la pratique continue de la religion indigène ait été réprimée dans le pays de Quiché comme ailleurs et que l'auteur anonyme de l'ouvrage ait ressenti le besoin de consigner les mythes de son peuple avant qu'ils ne soient perdus.

Supprimer la pub
Publicité

Origine et histoire

Le Popol Vuh fut probablement écrit vers 1554-1558, à une époque où il était devenu évident que les anciennes croyances et pratiques des Mayas ne seraient plus tolérées par leurs conquérants chrétiens. Dennis Tedlock détermine cette date sur la base de preuves textuelles vers la fin de l'ouvrage dans lequel l'auteur détaille les migrations, les généalogies et les implantations. L'ouvrage fut porté à l'attention d'un prêtre espagnol au début du 18e siècle. Tedlock écrit:

Entre 1701 et 1703, un frère nommé Francisco Ximenez jeta un coup d'œil à ce manuscrit alors qu'il était curé de la paroisse. Il réalisa la seule copie du texte quiché du Popol Vuh qui ait survécu et y ajouta une traduction en espagnol. Son œuvre resta en possession de l'ordre dominicain jusqu'à l'indépendance du Guatemala, mais lorsque les réformes libérales entraînèrent la fermeture de tous les monastères en 1830, elle fut acquise par la bibliothèque de l'université de San Carlos à Guatemala City. Carl Scherzer, médecin autrichien, l'y découvrit par hasard en 1854, et Charles Etienne Brasseur de Bourbourg, prêtre français, eut la même chance quelques mois plus tard. En 1857, Scherzer publia la traduction espagnole de Ximenez sous le patronage des Habsbourg à Vienne, membres de la même lignée royale qui avait régné sur l'Espagne à l'époque de la conquête du royaume de Quiché, et en 1861, Brasseur publia le texte de Quiché et une traduction française à Paris. Le manuscrit lui-même, que Brasseur avait fait sortir du Guatemala, finit par retraverser l'Atlantique à partir de Paris et se retrouva à la Newberry Library en 1911 (27).

Le manuscrit, qui est actuellement divisé en quatre livres, ne comportait à l'origine aucune division et constituait un récit ininterrompu tiré de la tradition orale. L'ouvrage lui-même mentionne cependant un "livre original et une écriture ancienne", ce qui suggère que l'auteur du Popol Vuh travaillait à partir d'une source écrite antérieure. L'auteur précise également que cet ouvrage antérieur est en possession de quelqu'un qui "a une identité cachée", ce qui indique que les ouvrages religieux des Mayas devaient être cachés aux chrétiens qui les détruiraient, comme l'avait fait de Landa à Mani en 1562. De Landa indique avoir brûlé plus de quarante livres et écrit: "Nous avons trouvé un grand nombre de livres et, comme ils ne contenaient rien qui ne soit pas des superstitions et des mensonges du diable, nous les avons tous brûlés, ce que [les Mayas] ont regretté à un degré étonnant et ce qui leur a causé beaucoup d'affliction" (Christenson, 11). Les Mayas avaient fait confiance à de Landa et lui avaient volontairement montré leurs livres, un honneur qui n'était pas accordé à tous les missionnaires chrétiens. Il brûla plus de quarante ouvrages mayas et des milliers de statues et de peintures en une seule nuit. Seuls quatre ouvrages des Mayas du Yucatan ont survécu jusqu'à nos jours (les Codices de Dresde, Madrid et Paris, ainsi nommés en raison des villes où ils furent apportés, et le Chilam Balam) et un seul des Quichés: le Popol Vuh.

Supprimer la pub
Publicité

Structure du Popol Vuh

L'ouvrage est divisé en un bref préambule et quatre livres. Le préambule expose l'intention de l'auteur lors de la rédaction de l'œuvre, fixe la période postérieure à la conquête et souligne que l'œuvre originale "prend beaucoup de temps pour compléter l'éclairage de tout le ciel et de la terre" (63). Certains chercheurs en ont déduit que l'œuvre originale était beaucoup plus longue que le Popol Vuh actuel, mais pour d'autres, cela signifie simplement qu'il faut prendre son temps pour écouter l'œuvre afin d'en apprécier l'histoire. Le manuscrit existant ne semble pas présenter de lacunes dans le récit, mais comme il n'existe aucune trace de l'œuvre antérieure - et aucune preuve en dehors d'une ligne dans le préambule qui y fait allusion et d'une autre à la fin - il n'y a aucun moyen de savoir ce que l'auteur de l'œuvre aurait pu laisser de côté ou s'il laissa quoi que ce soit de côté. Le mayaniste Allen J. Christenson, qui a traduit l'œuvre, la considère comme complète et comme la dernière œuvre maya précolombienne du peuple quiché.

Christenson cite le missionnaire espagnol du XVIe siècle Bartholome de las Casas, qui faisait partie de la minorité de prêtres ayant déploré la destruction des livres mayas. Las Casas vit un certain nombre d'ouvrages mayas à Quiché en 1540. Christenson écrit :

Supprimer la pub
Publicité

Il a écrit qu'ils contenaient l'histoire des origines et des croyances religieuses du peuple, écrits avec "des figures et des caractères par lesquels ils pouvaient signifier tout ce qu'ils désiraient; et que ces grands livres sont d'une telle astuce et d'une technique si subtile que nous pourrions dire que notre écriture n'offre pas beaucoup d'avantages". Las Casas fut particulièrement impressionné par le fait que les Mayas pouvaient écrire "tout ce qu'ils voulaient". Les Mayas étaient, en fait, le seul peuple du Nouveau Monde à posséder un système d'écriture à l'époque de la conquête espagnole qui avait cette capacité (23).

Tous ces livres qui, à l'époque de Las Casas, étaient soigneusement cachés aux missionnaires chrétiens et à leurs incendies, sont supposés avoir été découverts par eux et détruits. S'il en existe encore, ils n'ont pas encore été découverts.

Mesoamerican Ballgame Players
Joueurs de balle mésoaméricains
James Blake Wiener (CC BY-NC-SA)

À l'origine, l'œuvre était un seul et long poème. Il ne fut divisé en livres distincts qu'après avoir été traduit dans les langues européennes. L'intention de l'auteur original semble avoir été de préserver l'expérience d'entendre le poème récité et, par la magie de l'art du conteur, de vivre personnellement les événements au fur et à mesure que l'histoire se déroule. Cette pratique est conforme aux traditions orales d'autres cultures, comme celles de la Grèce antique et de la Mésopotamie, entre autres. Christenson note:

Le Popol Vuh est écrit au temps progressif, ce qui suggère que le narrateur voit ce qui se passe devant lui pendant qu'il écrit. Cela correspond à la manière dont les histoires sont racontées dans les foyers quichés contemporains. Le conteur invite l'auditeur à imaginer le cadre de son récit et raconte presque toujours l'histoire comme si elle se déroulait à ce moment précis, même si elle s'est déroulée dans un passé lointain ou mythique (12).

Les quatre livres racontent l'histoire de la création de la vie, les tentatives des dieux pour créer des êtres humains, le triomphe sur la mort des jumeaux, héros célestes, le succès des dieux dans la création d'êtres humains et les généalogies du peuple Quiché. Robert J. Sharer, de l'université de Pennsylvanie, écrit: "Le monde des anciens Mayas était régi par un ordre cosmologique qui transcendait notre distinction entre les domaines naturel et surnaturel. Toutes les choses, animées ou inanimées, étaient imprégnées d'un pouvoir invisible" (Stuart, 47) et le Popol Vuh exprime pleinement cette vision.

Supprimer la pub
Publicité

Livre I

Le premier livre commence ainsi:

Voici le Compte, le voici: Maintenant, ça ondule encore, ça murmure encore, ça ondule, ça soupire encore, ça bourdonne encore, et c'est vide sous le ciel... Il n'y a pas encore une personne, un animal, un oiseau, un poisson, un crabe, un arbre, un rocher, un creux, un canyon, une prairie, une forêt. Il n'y a que le ciel, la face de la terre n'est pas claire. Seule la mer est regroupée sous tout le ciel - il n'y a rien qui soit rassemblé.

De ce néant silencieux, les dieux ont créé le monde et tous les êtres vivants, à l'exception des humains. Les animaux ne pouvaient ni parler ni louer leurs dieux, mais les dieux déclarèrent: "Nous devons créer un pourvoyeur et un nourricier. Sinon, comment pourrions-nous être invoqués et rappelés à la face de la terre?" Ils tentèrent de créer des êtres humains, mais échouèrent car les créatures "n'avaient pas de cœur" et ne se souvenaient pas de ceux qui les avaient créées. Ils essayèrent à nouveau, cette fois en fabriquant des personnes en bois, mais cela échoua également et les créatures furent détruites par un grand déluge. Ceux qui ne furent pas détruits par le déluge furent attaqués par leurs chiens, par leurs casseroles et leurs tortillas, par toutes les choses de la terre qu'ils avaient mal utilisées et maltraitées. Les dieux furent finalement laissés à eux-mêmes pour se glorifier, ce qui conduisit à l'ascension de la divinité Vucub-Caquix, qui avait une trop haute opinion d'elle-même.

Livre II

Au début du deuxième livre, deux garçons célestes nommés Hunahpu et Xbalanque (les jumeaux héros) complotent la destruction de Vucub-Caquix et de ses deux fils Zipacna et Cabracan. Il n'y a toujours pas d'humains sur la terre et les garçons sont contrariés par le fait que Vucub-Caquix s'impose à tous sans que personne ne puisse le défier ou lui faire remarquer ses défauts. Il semble qu'en l'absence d'êtres humains pour donner aux dieux une valeur particulière, n'importe quel dieu peut revendiquer la valeur qui lui plaît. Vucub-Caquix refuse de reconnaître les autres dieux ou leurs œuvres et, par une série de ruses, les jumeaux héros le tuent, lui et ses fils, rétablissant ainsi l'ordre et l'équilibre dans le monde.

Ball Court, Copan
Terrain de jeu de balle, Copan
Adalberto Hernandez Vega (CC BY)

Livre III

Le troisième livre raconte les aventures du père et de l'oncle des jumeaux héros, Hun-Hunahpu et Vucub Hunahpu, qui sont les fils de Xpiyacoc et Xmucane, les premiers devins qui ont tenté de créer des humains. Ils sont donc liés à la création et à la divination. Trompés par les Seigneurs de la Mort qui les invitent à un jeu de balle à Xibalba, ils sont assassinés et la tête de Huh-Hunahpu est placée dans un calebassier du monde souterrain. La princesse vierge Xquiq (également connue sous le nom de déesse de la lune de sang) est attirée par la tête, bien qu'on lui ait dit de ne pas s'en approcher. Elle s'approche de l'arbre et la tête crache dans sa main, la fécondant. Elle doit alors quitter le monde souterrain et se rendre dans le royaume supérieur de la terre pour vivre avec sa nouvelle belle-mère Xumucane. En raison de la tragédie qui a frappé ses fils, Xumucane se méfie de Xquiq et lui impose un certain nombre de tâches pour faire ses preuves. Lorsque les jumeaux naissent, elle se méfie également d'eux et ils doivent eux aussi montrer qu'ils sont dignes. Xumucane cache l'équipement de balle de ses fils parce qu'elle ne veut pas que ses petits-fils sachent ce qui est arrivé à leur père et à leur oncle et qu'ils essaient de les venger. Les jumeaux trouvent cependant l'équipement et défient les Seigneurs de la Mort dans un nouveau match. Après de nombreuses aventures dans le monde souterrain au cours desquelles ils trompent les Seigneurs de Xibalba à plusieurs reprises, les jumeaux héros les détruisent et gravissent l'Arbre du Monde dans le ciel où ils deviennent le soleil et la lune.

Supprimer la pub
Publicité

Livre IV

Dans le livre IV, les êtres humains sont créés avec succès à partir de maïs. Au début, les dieux créent quatre hommes qui..:

...étaient de braves gens, beaux, avec une apparence masculine. Des pensées sont nées et ils ont regardé; leur vision est venue d'un seul coup. Ils voyaient parfaitement, ils connaissaient parfaitement tout ce qui se trouvait sous le ciel, autour du ciel, sur la terre, tout était vu sans aucune obstruction... Au fur et à mesure qu'ils regardaient, leur connaissance devenait intense. Leur vue traversait les arbres, les rochers, les lacs, les mers, les montagnes, les plaines.

Cela trouble les dieux qui comprennent que les humains ne devraient pas avoir les mêmes dons que leurs créateurs. Ils se concertent et disent: "Ne s'agit-il pas simplement d'"œuvres" et de "dessins" dans leur nom même? Mais ils deviendront aussi grands que les dieux s'ils ne procréent pas, s'ils ne prolifèrent pas à l'ensemencement, à l'aube, s'ils ne s'accroissent pas. Qu'il en soit ainsi: nous allons maintenant les démonter un peu". Les dieux introduisent la mortalité dans l'humanité et:

...changent la nature de leurs œuvres, de leurs projets, il suffisait que les yeux soient abîmés. Ils furent aveuglés comme on souffle sur la face d'un miroir. Leur vision a vacillé. Désormais, ce n'est que de près qu'ils pouvaient voir ce qu'il y avait là avec une certaine clarté. C'est ainsi qu'ils perdirent le moyen de comprendre et de tout savoir.

Les dieux donnent alors des épouses aux hommes et "tout de suite, ils retrouvèrent le bonheur du cœur, grâce à leurs épouses" et ils oublient qu'autrefois, ils savaient tout et étaient comme les dieux. Les hommes et les femmes se contentent d'avoir des enfants, de planter des cultures et d'apprécier les cadeaux que les dieux leur ont offerts. Le livre se termine par l'histoire de la migration des Quichés et de leur généalogie. Cette section comprend la présentation du dieu Gucumatz, le serviteur au plumage, connu des Mayas du Yucatan sous le nom de Kukulkan et des Aztèques sous celui de Quetzalcoatl. Le livre IV se termine par les lignes suivantes:

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Cela suffit pour l'être de Quiché, étant donné qu'il n'y a plus d'endroit pour le voir. Il y a le livre original et l'écriture ancienne appartenant aux seigneurs, aujourd'hui perdus, mais même ainsi, tout a été achevé ici concernant Quiché, qui s'appelle maintenant Santa Cruz.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2014, mars 21). Popol Vuh [Popol Vuh]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-11164/popol-vuh/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Popol Vuh." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 21, 2014. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-11164/popol-vuh/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Popol Vuh." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 21 mars 2014. Web. 25 mai 2024.

Adhésion