K'inich Janaab' Pakal Ier

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 28 mars 2014
Disponible dans ces autres langues: anglais, portugais
X
Jade Death Mask of Kinich Janaab Pakal (by Gary Todd, Public Domain)
Masque mortuaire en jade de Kinich Janaab Pakal
Gary Todd (Public Domain)

K'inich Janaab' Pakal (23 mars 603 - 31 mars 683) était le roi maya de Palenque, dans l'actuel État du Chiapas, au Mexique. Également connu sous le nom de Pacal (qui signifie "bouclier") et Pacal le Grand, il est surtout célèbre pour avoir fait passer la ville de Palenque (connue sous le nom de B'aakal) d'une relative obscurité à une grande puissance, pour ses projets de construction dans la ville (en particulier le temple des inscriptions) et pour le couvercle de son sarcophage minutieusement sculpté, que certains ont interprété comme représentant un astronaute antique à bord d'une fusée. Pacal monta sur le trône de Palenque à l'âge de 12 ans, en 615, et régna avec succès jusqu'à sa mort à l'âge de 80 ans. Il était marié à la dame Tzakbu Ajaw et eut trois fils qui lui succédèrent au pouvoir. Les ruines de Palenque visibles de nos jours ne représentent qu'une petite partie de l'ancienne cité développée et agrandie par Pacal pendant son règne ; le reste de la vaste métropole n'a pas encore été fouillé dans la jungle environnante. Palenque était une ville de taille modeste lorsque Pacal prit le trône, et c'est grâce à ses efforts qu'elle devint l'un des grands centres urbains de Mésoamérique, rivalisant même avec la puissance et la splendeur de Tikal.

Jeunesse et ascension au pouvoir

Pacal était le fils de Lady Sak K'uk, qui régna en tant que reine de Palenque de 612 à 615. En 611, le roi régnant mourut et l'héritier légitime, Pacal, était trop jeune pour monter sur le trône. Les chercheurs ont déchiffré des inscriptions qui montrent clairement que Palenque subit une importante défaite militaire en 611 et perdit son roi, Ajen Yohl Mot, l'année suivante ; cela perturba l'équilibre de la ville, que le prochain souverain devrait rétablir. En 612, Janaab Pacal, le père de Suk K'ak, monta sur le trône mais mourut la même année. Les inscriptions indiquent qu'un monarque connu sous le nom de Muwaan Mat prit le pouvoir après Janaab Pacal mais, comme Muwaan Mat est une figure surnaturelle symbolisant la prospérité, on pense qu'il s'agit de la Dame Sak K'uk qui rétablit l'équilibre à Palenque après les bouleversements. Elle régna pendant trois ans, jusqu'à ce que son fils n'atteigne sa maturité, c'est-à-dire l'âge de 12 ans à l'époque. La dynastie de Palenque croyait que le pouvoir descendait d'une ancêtre connue sous le nom de Première Mère et que les femmes dirigeantes, bien que rares, n'étaient pas inhabituelles. Il était toutefois entendu qu'une femme monarque devait se retirer dès qu'un héritier mâle atteignait l'âge de la maturité.

Supprimer la pub
Advertisement
Après la montée sur le trône de Pacal, Palenque devint l'un des grands centres urbains de la MésoAmérique.

Lady Sak K'uk semble avoir continué à guider son fils après son accession au trône, comme l'indiquent les inscriptions dans tout Palenque, et ce jusqu'à sa mort en 640. Après avoir accédé au trône, Pacal commença presque immédiatement à construire d'énormes monuments très élaborés afin de célébrer le passé de la ville et le droit légitime de sa famille à régner. L'expert maya Gene Stuart écrit,

Pacal traçait avec insistance sa lignée jusqu'à une divinité ainsi qu'à des humains royaux, et d'autres souverains trouvèrent également judicieux d'établir des ancêtres divins. Un souverain maya était la manifestation humaine des dieux sur terre. En tant qu'intermédiaire entre les humains et les dieux, il revendiquait le pouvoir de contrôler les forces surnaturelles de l'univers. Dans les rituels, il nourrissait et glorifiait les dieux, cherchant à maintenir l'équilibre toujours précaire de la nature dans une société agricole (83).

Comme le père de Pacal était un seigneur, mais pas le roi, d'autres familles nobles de Palenque déclarèrent qu'elles avaient plus le droit de régner que lui. En réponse, Pacal et son fils aîné, Kinich Kan B'alaam II, s'assurèrent de représenter les réalisations et la légitimité de leur famille dans tous les bâtiments et monuments de Palenque, y compris le Palais, les Temples de la Croix et le Temple des Inscriptions.

Supprimer la pub
Advertisement

Temple of the Inscriptions, Palenque
Temple des Inscriptions, Palenque
Jan Harenburg (CC BY)

Le Temple des Inscriptions

Cette volonté d'enregistrer l'histoire de la ville à travers l'architecture est particulièrement remarquable dans le célèbre Temple des Inscriptions. Sa construction commença en 675 et il fut délibérément construit pour servir de tombeau à Pacal. Le temple des inscriptions est une pyramide surmontée d'un petit bâtiment sur lequel est inscrit le deuxième plus long texte maya continu jamais découvert en Mésoamérique (le plus long étant l'escalier hiéroglyphique de la ville de Copan). Pendant un siècle après la découverte de Palenque, on a pensé que la pyramide était un centre religieux de la ville (car les inscriptions étaient indéchiffrables) jusqu'à ce que l'archéologue mexicain Alberto Ruiz ne réalise que les murs du petit temple se poursuivaient sous le sol. Il a découvert que la plate-forme du plancher avait des trous de forage, qui avaient été scellés par des bouchons de pierre, et a supposé que les Mayas avaient abaissé le plancher en place avec des cordes, peut-être pour sceller une tombe royale. Entre 1948 et 1952, Ruiz travailla avec son équipe, fouillant le temple et, finalement, découvrit la tombe de Pacal le Grand. Il braqua sa lampe de poche dans la tombe et, comme il l'écrit :

Des ombres sombres émergea une vision d'un conte de fées, une vue fantastique, éthérée d'un autre monde. On aurait dit une immense grotte magique taillée dans la glace, dont les parois étincelaient et scintillaient comme des cristaux de neige. De délicats festons de stalactites pendaient comme les glands d'un rideau, et les stalagmites au sol ressemblaient aux gouttes d'une grande bougie. L'impression, en fait, était celle d'une chapelle abandonnée. Sur les murs défilaient des figures de stuc en bas-relief. Puis mes yeux ont cherché le sol. Il était presque entièrement rempli d'une grande dalle de pierre sculptée, en parfait état.

La dalle de pierre était le sarcophage de Pacal qui, lorsqu'on le déplaça, révéla le grand roi portant un masque de jade et paré comme le dieu maya du maïs de bijoux en jade et d'une jupe en filet perlé. L'historien Clare Gibson commente cet écrit,

Supprimer la pub
Advertisement

La jupe en filet perlé que porte Pacal le relie au dieu du maïs qui peut être représenté vêtu de cette jupe dans des scènes où on le voit sortir en dansant de Xibalba [le monde souterrain maya]. Ce type de jupe était généralement porté par les femmes mayas, mais orne le dieu du maïs pour signifier ses pouvoirs de fertilité. Pacal aurait dû imiter le Dieu Maïs en étant ressuscité après sa mort (46).

Pakal the Great & Xibalba
Pakal le Grand et Xibalba
Marcellina Rodriguez (Copyright)

La tombe contenait une grande quantité de boucles d'oreilles, de bracelets et de colliers, ainsi qu'un relief de base en jade de grande qualité. Stuart écrit : "Les Mayas tenaient le jade en estime au même titre que les plumes de quetzal, en partie parce qu'ils voyaient dans le vert des deux un symbole de vie. L'élite portait des bijoux en jade à la livre sous forme de colliers, d'ornements d'oreilles, de bracelets, de bracelets de cheville et de ceintures" (101). Cependant, aucun de ces trésors ne s'est avéré aussi précieux pour les Mayas que le couvercle du sarcophage à proprement parler, qui représentait la vision maya du cosmos.

Le Sarcophage de Pacal et la controverse sur son identité

Le couvercle du sarcophage mesure 3,6 x 2 mètres (12 x 7 pieds) et montre un homme incliné vers l'arrière à la base d'un arbre, avec un oiseau au sommet, tombant ou jaillissant de ce qui semble être une grande urne. Des glyphes et des symboles courent sur les bords du couvercle, tous représentant des éléments importants de la cosmologie maya. Le sarcophage de Pacal est ce pour quoi il est le plus connu de nos jours, car les théoriciens des extraterrestres antiques, suivant l'interprétation d'Erich Von Daniken dans son livre Chariots of the Gods, ont affirmé que le couvercle représente un homme chevauchant une fusée, de la fumée sortant d'un tuyau d'échappement derrière lui, et les glyphes représentant l'espace. En réalité, le relief montre l'arbre du monde, dont les Mayas pensaient qu'il avait ses racines dans le monde souterrain, son tronc sur le plan terrestre et ses branches dans le paradis, et la relation de Pacal avec cet arbre dans la mort. Le roi est représenté soit au moment de sa mort, tombant du plan terrestre vers Xibalba, soit au moment de sa résurrection du monde souterrain, grimpant le long de l'arbre du monde vers le paradis. Les ornements le long des bords représentent le ciel et d'autres glyphes le soleil et la lune et, d'autres encore, les anciens souverains de Palenque et la place de Pacal parmi eux. L'oiseau au sommet de l'arbre est l'oiseau du ciel (également connu sous le nom d'oiseau céleste ou de divinité principale des oiseaux) qui représente le royaume des dieux dans cette pièce, et l'"urne" sous Pacal est l'entrée de Xibalba. Une fois que l'on connaît les concepts cosmologiques mayas, le couvercle du sarcophage de Pacal n'a rien de mystérieux, mais en 1952, les experts en savaient beaucoup moins que de nos jours, et le relief était donc plus ouvert à l'interprétation à l'époque où Von Daniken a écrit son livre (en 1968) qu'il ne l'est aujourd'hui. Aucun expert crédible de nos jours n'accepte que le couvercle représente quoi que ce soit ayant trait à une fusée ou à un astronaute, mais certains auteurs persistent à soulever le débat sur l'interprétation de cet objet.

La controverse a également porté sur l'identité du squelette qui se trouvait dans la tombe. On a découvert que les dents du squelette étaient en très bon état et indiquaient un homme d'environ 40 ans au moment de sa mort. Comme les archéologues savaient que Pacal était mort à l'âge de 80 ans, après avoir daté les monuments et les bâtiments construits sous son règne, les conclusions des épigraphistes qui identifiaient Pacal comme le squelette dans la tombe ont été remises en question. David Kelly et Floyd Lounsbury ont été les premiers épigraphistes à identifier la tombe comme appartenant au seigneur Pacal de Palenque, et leur travail a été poursuivi plus tard par Peter Matthews et Linda Schele. Les anthropologues physiques, pour la plupart, ont soutenu que la tombe devait appartenir à un homme plus jeune et que les épigraphistes avaient commis une erreur en l'identifiant comme celle de Pacal, tandis que les anthropologues culturels ont défendu l'identification et leur travail. La controverse a finalement été résolue en 1996, lorsqu'il a été convenu que, en tant que noble toute sa vie, Pacal aurait bénéficié d'une meilleure alimentation que ses sujets et que ses dents auraient donc été en meilleur état que celles des autres. De plus, comme personne ne sait ce que Pacal privilégiait dans son régime alimentaire, il aurait pu manger des aliments plus tendres qui n'ont pas trop endommagé ses dents. Le fait qu'il ait vécu jusqu'à l'âge de 80 ans, et qu'il ait encore une dentition complète, plaide en faveur d'un mode de vie sain et d'une attention portée à l'hygiène personnelle. Aujourd'hui, il est généralement reconnu que la tombe appartient à Pacal et que les restes trouvés par Ruiz en 1952 sont ceux du grand roi de Palenque.

Supprimer la pub
Advertisement

Lord Pacal
Seigneur Pascal
Graeme Churchard (CC BY)

Le déclin de Palenque

La ville continua à prospérer sous le règne des fils de Pacal et de leurs héritiers, mais elle fut envahie et mise à sac par les forces de la ville de Tonina en 711. Les preuves archéologiques de cette période ne montrent aucune construction de nouveaux bâtiments, et les inscriptions indiquent que le roi fut capturé et, peut-être, exécuté. Il semble qu'il n'y ait pas eu de monarque dans la ville pendant un certain temps après cela, mais on sait que les hostilités entre Tonina et Palenque continuèrent jusqu'à environ 750. La cause de cette guerre est inconnue. Comme pour les autres grands centres urbains mayas, Palenque fut abandonnée vers 800 et la jungle se reballa et revendiqua la ville. Elle était déjà en ruine lorsque la conquête espagnole commença au XVIe siècle et continua à s'enfoncer dans la végétation, malgré des expéditions sur le site au XVIIIe siècle, jusqu'à ce que les travaux de John Lloyd Stephens et Frederic Catherwood n'attirent l'attention du monde sur la ville et que des fouilles préliminaires soient entreprises à la fin du XIXe siècle. Aujourd'hui, la cité de Pacal le Grand est le site maya le plus étudié, y compris Chichen-Itza, en raison de la grandeur de son architecture et de la précision de ses inscriptions, qui racontent l'histoire de son roi le plus vénéré et de la splendide cité qu'il mena à la gloire.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2014, mars 28). K'inich Janaab' Pakal Ier [K'inich Janaab' Pakal]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12539/kinich-janaab-pakal-ier/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "K'inich Janaab' Pakal Ier." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 28, 2014. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12539/kinich-janaab-pakal-ier/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "K'inich Janaab' Pakal Ier." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 28 mars 2014. Web. 23 mai 2024.

Adhésion