Bataille de Cynosséma

Article

João Dickmann
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 18 juin 2019
Disponible dans ces autres langues: anglais
X

La bataille de Cynosséma, en 411 avant notre ère, fut une victoire athénienne durant les dernières années de la guerre du Péloponnèse. Elle marqua la résilience du célèbre système démocratique athénien après ses grandes défaites en Sicile et après une petite guerre civile à l'intérieur d'Athènes. Cette victoire, relatée par le célèbre historien grec Thucydide, fut cruciale pour le maintien et l'équilibre des forces en mer Égée, principal théâtre des combats au cours des dernières années du conflit. Cette défaite face à la flotte spartiate démontre l'importance stratégique que les Athéniens accordaient à la ligne droite de l'Hellespont, qui constituait l'une des principales artères de leur empire et de la Ligue de Délos.

Greek Trireme in Battle
Trière grecque dans la bataille
The Creative Assembly (Copyright)

Thucydide

Notre principale source pour la bataille est Thucydide (c. 460/455 - 399/398 av. J.-C.), général et historien athénien, auteur de l'Histoire de la guerre du Péloponnèse, qui raconte l'histoire contemporaine du conflit entre Sparte et Athènes dans les dernières années du Ve siècle avant notre ère. Son style d'écriture montre clairement qu'il fut fortement influencé par les célèbres dramaturges de son époque, tels que Sophocle et Euripide, ainsi que par Socrate dans certaines de ses vues philosophiques sur le monde grec et les cités-États. Xénophon continua sur les traces de Thucydide après qu'il eut brusquement cessé d'écrire sur les dernières années de la guerre, se hissant ainsi au rang de principale source pour les historiens modernes après Thucydide.

Supprimer la pub
Publicité

Portrait of Thucydides
Portrait de Thucydide
Carole Raddato (CC BY-SA)

La guerre du Péloponnèse

La deuxième guerre du Péloponnèse (431-404 av. J.-C.) était un conflit qui durait déjà depuis deux décennies, avant la bataille de Cynosséma. Son impact sur le monde hellénique fut stupéfiant: elle modifia à jamais l'équilibre des pouvoirs entre les cités-États grecques, mais, plus important encore, elle changea les Grecs eux-mêmes. Ils n'avaient jamais connu de guerre prolongée comme celle-ci. La guerre du Péloponnèse fut l'exemple parfait de la dichotomie classique entre la puissance terrestre et la puissance maritime. Les Athéniens dominaient les mers, tandis que les Spartiates et leurs alliés contrôlaient les terres. Cependant, Athènes était protégée par d'énormes remparts qui couvraient l'ensemble de la ville et son port. Athènes était ainsi autosuffisante et invulnérable aux attaques terrestres et aux sièges prolongés, tant qu'elle disposait d'une marine pour collecter le tribut et importer des marchandises dans la capitale. En revanche, Sparte était protégée par deux chaînes de montagnes parallèles au centre de la péninsule du Péloponnèse; ainsi, tant qu'elle exerçait un contrôle militaire sur les terres, sa capitale était en sécurité.

La guerre commença par une petite rivalité locale entre l'île de Corcyre (l'actuelle Corfou) et la ville de Corinthe. La première phase de la guerre, normalement appelée guerre d'Archidamie, fut marquée par un faible enthousiasme pour la guerre et des mouvements de troupes lents qui n'avaient lieu normalement qu'en été. Les deux chefs des factions belligérantes, le roi spartiate Archidamos et le chef athénien Périclès, étaient opposés à la guerre et y avaient été poussés par leur peuple et leurs alliés. Cette phase de la guerre fut marquée par des victoires et des défaites des deux camps, qui n'eurent que peu d'impact sur la situation générale du conflit.

Supprimer la pub
Publicité
La victoire athénienne sur l'île de Sphactérie provoqua un grand émoi dans le monde grec car elle a détruisit la réputation de Sparte.

La guerre entra dans sa deuxième phase après la victoire du général athénien Démosthène à la bataille de Pylos et, surtout, sur l'île de Sphactérie. Cette grande victoire militaire sur les Spartiates sur leur terrain de prédilection (les batailles terrestres) provoqua un grand émoi dans le monde grec car elle détruisit la réputation de Sparte. Cette victoire obligea les Spartiates et Athènes à conclure une trêve, la paix de Nicias, en 421 avant notre ère. La trêve fut de courte durée en raison des campagnes du général spartiate Brasidas en Thrace et d'autres facteurs politiques au sein de l'élite d'Athènes et de Sparte. Alcibiade persuada la population d'Athènes de mener une campagne contre les colonies grecques de Sicile, une manœuvre qui se solda par un désastre.

La défaite athénienne en Sicile eut des répercussions colossales dans l'immédiat. À l'image de la défaite spartiate lors de la bataille de Sphactérie, l'échec des Athéniens en Grande-Grèce détruisit non seulement les meilleurs généraux de leur empire (Démosthène et Nicias), mais aussi le mythe de l'invincibilité maritime de leur marine. La nouvelle de ce désastre bouleversa la ligue de Délos. Tout d'abord, elle eut de graves conséquences politiques au niveau interne, en particulier à Athènes. Un énorme scepticisme démocratique se développa dans la capitale et, progressivement, donna naissance à une nouvelle oligarchie populiste au cœur de l'empire. Sparte, suivant les conseils d'Alcibiade, adopta une stratégie de guerre offensive afin de tirer parti de sa nouvelle supériorité stratégique. De ce fait, la Ligue du Péloponnèse réussit à susciter de nombreuses rébellions au sein de l'Empire athénien à travers la mer Égée, principalement dans les îles de Rhodes, de Milet, de Chios et dans d'autres cités-États importantes d'Asie Mineure.

Supprimer la pub
Publicité

Peloponnesian War
Guerre du Péloponnèse
Marsyas (CC BY-SA)

Lorsque les oligarques prirent le pouvoir à Athènes, le centre de gravité de l'empire athénien se déplaça vers le cœur géographique de la mer Égée, et le gros de la flotte démocratique (qui n'était pas fidèle au nouveau gouvernement de la capitale) établit son quartier général sur l'île de Samos, qui devint la capitale de facto de la Ligue de Délos, tandis qu'Athènes était abandonnée à son destin; son importance stratégique était sérieusement réduite. Cependant, l'Hellespont, au nord de la mer Égée, était contrôlé par les Athéniens qui taxaient le passage et contrôlaient les importations de céréales et de fournitures qui alimentaient leur machine de guerre.

Bien que les démocrates d'Athènes aient réussi à reprendre le contrôle de la ville, leur légitimité politique était encore douteuse au moment de la bataille de Cynosséma. Le principal catalyseur de la bataille fut probablement Tissapherne, le satrape perse des régions d'Asie Mineure de Lydie et de Carie. Ce gouverneur local avait déjà conspiré avec Alcibiade afin de fournir une aide logistique aux Spartiates dans la mer Égée. Son objectif était de reconquérir les poleis grecs d'Asie Mineure. Cependant, le soutien n'arrivant pas, les Spartiates se tournèrent vers d'autres régions, principalement le nord de l'Asie mineure, où régnait le satrape Pharnabaze, gouverneur local de Dascylion en Phrygie, qui leur promit de l'argent et de l'aide.

Bataille de Cynosséma

Les Athéniens étaient occupés par leurs opérations en Égée lorsqu'ils reçurent la nouvelle du déplacement de la flotte spartiate vers le nord. Rapidement, ils prirent la mer pour intercepter l'ennemi avant qu'il n'atteigne le détroit de l'Hellespont. Cependant, Mindarus, le général spartiate, en raison d'une forte tempête dans la région d'Icare, décida de s'arrêter à mi-chemin et de se réapprovisionner sur l'île de Chios. Thrasyllus, un général athénien qui opérait dans la mer Égée, l'apprit et attaqua la ville d'Eresus, sur l'île de Lesbos, afin d'inciter l'ennemi à l'attaquer à cet endroit et faire en sorte qu'ils se battent selon ses propres termes. Pendant ce temps, il attendait des renforts en provenance de l'Hellespont, sous la direction d'un autre général athénien appelé Thrasybule.

Supprimer la pub
Publicité

Les Spartiates ne se laissèrent pas prendre au piège et naviguèrent le long de la partie orientale de l'île de Lesbos pour éviter d'être repérés. Mindarus réussit à atteindre l'Hellespont et à fermer le détroit avec une flotte composée de 86 navires et Mindarus campa son armée entre les villages d'Abydos et d'Arcanania. L'une des principales voies d'accès à la Ligue de Délos était ainsi fermée, ce qui menaçait d'entraîner un effondrement économique et la famine. Les deux généraux athéniens devaient investir tout ce qu'ils avaient pour reprendre le détroit par une bataille maritime à grande échelle. Ils se rendirent donc aux Dardanelles avec une flotte de 76 trirèmes.

Conscients de l'imminence de la bataille, les deux belligérants étendirent leurs flancs: les Athéniens le long de la Chersonèse, d'Idacus à Arrhiani, avec soixante-seize navires; les Péloponnésiens, d'Abydos à Dardanus, avec quatre-vingt-six navires. (Thucydide, chapitre XXVI)

Les deux flottes se firent face, les navires étant positionnés parallèlement à la côte; les Athéniens du côté européen et les Spartiates du côté asiatique du détroit. Mindarus organisa sa marine en ligne droite, avec les Syracusains alliés sur la droite, les troupes les plus expérimentées au centre et le commandant lui-même sur la gauche. Les Athéniens disposèrent leurs navires de la même manière, avec Thrasybulus à droite et Thrasylus à gauche. L'objectif était de repousser l'ennemi suffisamment fort pour le forcer à débarquer et le détruire complètement. Dans cette optique, les Athéniens misèrent tout sur cette bataille et étaient parfaitement conscients qu'une défaite pourrait compromettre toute la guerre.

Battle of Cynossema
Bataille de Cynossema
Renato de carvalho ferreira (CC BY-SA)

La bataille commença par l'attaque de la flotte athénienne par les trières spartiates. Mindarus tenta de déborder la droite athénienne afin de la piéger dans le détroit et d'empêcher ainsi la flotte ennemie de se replier vers la mer Égée. Cependant, Thrasybulus prévit ce mouvement et, agissant rapidement, étendit sa ligne pour qu'elle soit plus large que celle de Mindarus et tenta de déborder la gauche spartiate à la place. Cependant, pour élargir la ligne, les Athéniens durent transférer des navires sur les flancs, laissant toute la ligne faible et fragile aux attaques puissantes. Les Athéniens échangèrent leurs forces contre de la manœuvrabilité.

Supprimer la pub
Publicité

Lorsque les Péloponnésiens virent l'ennemi étendre ses lignes, ils saisirent l'occasion pour charger plus fort, et les Spartiates au centre et leurs alliés syracusains à droite parvinrent à repousser les Athéniens jusqu'à la côte. La bataille se réduisit alors à la droite athénienne et à sa capacité à déborder Mindarus. Thrasybulus lança ses forces avec audace et parvint à écraser Mindarus. Pendant ce temps, le reste de la marine péloponnésienne était distrait par sa victoire rapide et ne remarqua même pas que la partie gauche de sa flotte était perdue. Thrasybulus profita de cette situation et chargea le détroit vers le nord, balayant par surprise l'ensemble de la flotte spartiate et syracusaine. Dans la panique qui s'ensuivit, les Péloponnésiens s'enfuirent pour être rattrapés et détruits quelques instants plus tard par les Athéniens.

Jusqu'alors, ils avaient craint la flotte péloponnésienne, en raison de quelques pertes insignifiantes et du désastre de Sicile, mais ils ne se méfiaient plus d'eux-mêmes et ne pensaient plus que leurs ennemis étaient bons à rien sur la mer. (Thucydide, chapitre XXVI)

Une fois la bataille gagnée, une trière fut envoyée à Athènes avec la nouvelle de cette victoire. Toute la marine du Péloponnèse fut détruite et la Ligue de Délos reprit de facto le contrôle de la mer Méditerranée. À Sparte, le roi Agis II fut remplacé par son jeune demi-frère Agésilas, et c'est à ce moment-là que l'ambitieux général spartiate Lysandre fit sa première apparition. Il reconstruisit la marine spartiate avec l'aide des Perses et insista sur une tactique maritime offensive afin d'infliger un coup décisif à l'ennemi et de gagner ainsi la guerre. Quelques années plus tard, Lysandre eut l'occasion d'attaquer l'Hellespont, ce qu'il fit en tirant les leçons des erreurs commises à Cynosséma. Il remporta la bataille contre Alcibiade, connue sous le nom de bataille d'Aigos Potamos. Cette victoire posa de sérieux problèmes logistiques à l'empire athénien et, quelques jours plus tard, Lysandre conquit le Pirée et Athènes. Cette victoire annonça officiellement la fin de la guerre du Péloponnèse.

Conclusion

La bataille de Cynosséma témoigne de la discipline militaire athénienne intacte, même après des années de guerre, et même s'il s'agissait d'une bataille décisive qui déterminerait l'avenir de l'empire. La victoire peut être attribuée à deux éléments simples: la discipline et l'expérience. Les Spartiates disposaient de plus d'hommes, étaient mieux approvisionnés et leurs troupes étaient mieux équipées que celles des Athéniens. Bien qu'ils aient eu le dessus la plupart du temps pendant la bataille, les Péloponnésiens ne furent pas en mesure d'atteindre leur objectif. Le manque de discipline des Syracusains et des Spartiates entraîna la destruction de leur flotte, ce qui aurait pu être facilement évité s'ils avaient conservé leurs formations pour repousser l'attaque de Thrasybulus après sa victoire sur Mindarus.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Donald Kagan, dans son livre The Peloponnesian War, souligne que la population athénienne s'était réjouie à l'annonce de cette victoire qui renforça la légitimité du régime démocratique nouvellement rétabli. Cela contribua fortement à l'extension de la guerre qui offrit à la Ligue de Délos l'opportunité de retrouver la supériorité dans la mer Égée. Néanmoins, les Spartiates n'oublièrent pas l'importance du détroit de l'Hellespont qui, plus tard dans la guerre, se révélerait être le talon d'Achille de l'Empire athénien et la clé de sa destruction.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Citer cette ressource

Style APA

Dickmann, J. (2019, juin 18). Bataille de Cynosséma [The Battle of Cynossema]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1400/bataille-de-cynossema/

Style Chicago

Dickmann, João. "Bataille de Cynosséma." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 18, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1400/bataille-de-cynossema/.

Style MLA

Dickmann, João. "Bataille de Cynosséma." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 18 juin 2019. Web. 24 mai 2024.

Adhésion