Phrygie

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 05 septembre 2019
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Roman Temple Front, Laodicea (by Carole Raddato, CC BY-NC-SA)
Façade du temple romain, Laodicée
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

La Phrygie était le nom d'un ancien royaume anatolien (12e-7e siècle av. J.-C.) et, après sa disparition, le terme fut appliqué à la zone géographique générale qu'elle couvrait sur le plateau occidental de l'Asie mineure. Avec sa capitale à Gordion et une culture qui mélangeait curieusement des éléments anatoliens, grecs et proche-orientaux, l'une des figures les plus célèbres du royaume est le légendaire roi Midas, celui qui avait acquis la capacité de transformer en or tout ce qu'il touchait, même sa nourriture. Après l'effondrement du royaume suite aux attaques des Cimmériens au VIIe siècle avant J.-C., la région passa sous le contrôle des Lydiens, des Perses, des Séleucides, puis des Romains.

Aperçu historique

La plaine fertile de la partie occidentale de l'Anatolie attira des colons très tôt, au moins au début de l'âge du bronze, puis vit la formation de l'État hittite (1700-1200 avant notre ère). La première référence grecque à la Phrygie apparaît dans les Histoires d'Hérodote (7.73), datant du Ve siècle avant notre ère. Les Grecs appliquèrent le nom aux immigrants balkaniques qui, quelque temps après le 12e siècle avant notre ère, s'installèrent en Anatolie occidentale après la chute de l'empire hittite dans cette région. Le fondateur traditionnel et premier roi du royaume était Górdios (alias Gordias). Personnage légendaire, Górdios est surtout connu aujourd'hui comme le créateur du "nœud gordien", une corde d'une difficulté diabolique que le roi avait utilisée pour attacher son chariot. L'histoire raconte qu'un oracle avait prédit que la personne qui parviendrait à défaire ce nœud régnerait sur toute l'Asie, voire sur le monde entier. Le chariot et le nœud étaient toujours présents à Gordion lorsque Alexandre le Grand (356-323 av. J.-C.) arriva quelques siècles plus tard. Alexandre aurait entendu l'histoire et, de façon peu sportive, aurait tranché le nœud d'un seul coup d'épée. Selon d'autres récits, le jeune général aurait fait glisser la goupille de l'attelage du chariot et le nœud se serait défait de cette façon.

Supprimer la pub
Advertisement
Le marbre de Phrygie fut utilisé dans des bâtiments aussi célèbres que le Forum de Trajan à Rome et la Bibliothèque de Celsus à Ephèse.

Les États voisins de la Phrygie, qui s'étaient également formés à partir des vestiges de l'empire hittite, étaient la Carie (au sud), la Lydie (à l'ouest) et la Mysie (au nord). Le territoire de la Phrygie s'étendait jusqu'à Dascylion au nord et jusqu'à la limite occidentale de la Cappadoce. La Phrygie prospéra grâce à la fertilité de ses terres, à sa situation entre les mondes perse et grec, et aux compétences des métallurgistes et des potiers de l'État. Les tombes à chambre, notamment dans la capitale Gordion, présentent des portes caractéristiques et leur contenu fouillé a révélé à la fois l'utilisation de la langue indo-européenne phrygienne (à partir du VIIIe siècle avant notre ère) et la richesse qui avait donné naissance à la légende du richissime roi Midas (voir ci-dessous).

The Regions of Ancient Anatolia
Les régions de l'ancienne Anatolie
Emok (CC BY-SA)

La Phrygie fut conquise par les Cimmériens au 7e siècle avant notre ère, mais la période de domination de la Lydie et de la Perse laissa un dossier archéologique pauvre. Nous savons que la Lydie se développa sous le règne de la dynastie Mermnad (vers 700-546 av. J.-C.), et surtout du roi Gygès (r. vers 680 à 645 av. J.-C.). La Phrygie fut absorbée vers 625 avant notre ère et Gordion fut conquise vers 600 avant notre ère. La Lydie continua ensuite à prospérer avec des rois aussi célèbres que Crésus (r. de 560 à 547 av. J.-C.). Au cours du siècle suivant, les Perses s'emparèrent de l'Anatolie après la victoire de Cyrus II (m. 530 av. J.-C.) sur les Lydiens à la bataille de la Ptérie en 546 avant J.-C.. La région devint alors une satrapie perse. La Phrygie continua à être utilisée comme une étiquette de convenance pour la zone géographique générale et mal définie qui avait été gouvernée par le royaume de ce nom, aujourd'hui disparu.

Supprimer la pub
Advertisement
La Phrygie devint une partie de la province romaine d'Asie en 116 avant J.-C. et la région prit alors de l'ampleur, du moins en tant que terme géographique.

Après les campagnes d'Alexandre le Grand, la région de Phrygie/Lydie passa sous le contrôle de l'un des successeurs d'Alexandre, Antigone Ier (382-301 av. J.-C.). Peu après, l'Anatolie devint une partie de l'Empire séleucide vers 280 avant J.-C. À la suite de cette prise de pouvoir, de nombreux colons vinrent de l'ancienne Macédoine et leur culture hellénistique avec eux. Parmi les villes phrygiennes notables de cette période, outre Gordion, figurent Hiérapolis, Laodikeia sur le Lykos (alias Laodicée), Aizanoi, Apamée et Synnada, même si la plupart des habitants de la région vivaient dans de petits villages agricoles.

La Phrygie devint une partie de la province romaine d'Asie (avec une partie en Galatie, aussi) en 116 avant J.-C., et la région prit alors de l'ampleur, du moins en tant que terme géographique. Pour citer l'Oxford Classical Dictionary :

Supprimer la pub
Advertisement

Pendant la période romaine, la région s'étendait au nord jusqu'en Bithynie, à l'ouest jusqu'à la haute vallée de l'Hermus et en Lydie, au sud jusqu'en Psidie et en Lycaonie, et à l'est jusqu'au lac Salé (1142).

Roman Theatre of Hierapolis
Théâtre romain d'Hiérapolis
Carole Raddato (CC BY-SA)

La Phrygie se retrouva ensuite mêlée aux guerres mithridatiques du 1er siècle avant J.-C. entre Rome et les rois du Pont. Avec le règne d'Auguste (27 av. J.-C. - 14 de notre ère), une période de paix et de stabilité s'ensuivit dans la région. La prospérité fut assurée par la fertilité continue des terres et par les importantes carrières de marbre situées près de Dokimeion, dont la pierre serait utilisée dans des édifices tels que le Forum de Trajan à Rome et la Bibliothèque de Celsus à Éphèse. Au IIIe siècle de notre ère, la culture de la région était devenue un mélange de pratiques et de coutumes autochtones anatoliennes, grecques, romaines, juives et chrétiennes. La langue phrygienne, telle qu'elle est attestée par les inscriptions, était encore utilisée au IIIe siècle de notre ère, bien qu'elle soit appelée nouveau phrygien par les historiens pour la distinguer du vieux phrygien utilisé lorsque le royaume lui-même existait (le lien entre les deux a probablement été créé par le fait que la langue n'était parlée que comme une langue vernaculaire dans l'intervalle).

Le roi Midas

Le personnage le plus célèbre de la longue histoire de la Phrygie est sans doute Midas, le roi qui est connu pour son don de transformer en or tout ce qu'il souhaitait. Ce personnage familier de la mythologie grecque pourrait être basé sur un souverain réel de la fin du VIIIe siècle avant J.-C., connu dans les inscriptions de l'ancienne Phrygie et les sources assyriennes sous le nom de "Mita de Mushki" (r. de 738 av. J.-C. à c. 696 av. J.-C.). Selon la légende, Midas avait aidé le satyre Silène à se remettre des effets d'une nuit de beuverie et l'avait rendu à son maître, le dieu du vin Dionysos. En guise de remerciement, le dieu avait accordé à Midas un seul souhait et le roi obtint ainsi la capacité de transformer en or tout ce qu'il touchait. Un peu trop beau pour être vrai, ce don s'avéra un peu problématique lorsque Midas voulait manger ou boire, car même ces choses se transformaient en métal précieux. Demandant à Dionysos de retirer son vœu, Midas se vit répondre qu'il pourrait perdre cette capacité gênante s'il se lavait dans le fleuve Pactole en Lydie (un fleuve, comme par hasard, célèbre pour ses dépôts de poussière d'or).

Midas était peut-être un riche mortel, mais il semble avoir été malchanceux avec les dieux à deux reprises. Lors d'une autre rencontre malheureuse, cette fois avec Apollon, le roi offensa la divinité lorsqu'on lui demanda de juger qui était le meilleur musicien, Pan ou Apollon. Midas choisit imprudemment Pan, et Apollon, mécontent, transforma les oreilles du roi, manifestement sourdes, en celles d'un âne. Le roi fut obligé de porter un turban pour le reste de ses jours.

Supprimer la pub
Advertisement

Phrygian Captive, Corinth
Captif phrygien, Corinthe
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Gordion

Bien que, d'une manière générale, la Phrygie n'ait pas connu les grandes villes de la côte ouest de l'Anatolie comme Pergame et Ephèse, il y avait une ou deux zones urbaines importantes, notamment, bien sûr, la capitale du royaume Gordion. Également connue sous le nom de Gordium, la ville était stratégiquement située à l'endroit où la principale route terrestre vers la côte est - souvent appelée la "route royale" perse - traversait l'ancienne rivière Sangarios (nom moderne de la rivière Sakarya et environ 100 km ou 62 miles à l'ouest d'Ankara). La colonie devint probablement la plus importante du royaume phrygien à partir du 10e siècle avant notre ère. À son apogée au 9e siècle avant J.-C. (selon les techniques de datation au carbone), la ville s'enorgueillissait alors d'un beau palais royal, d'impressionnants murs de fortification et a fourni aux archéologues de nombreuses tombes à tumulus, dont peut-être celle de Midas/Mita. Cette dernière tombe, à laquelle les spécialistes ont donné le nom peu romantique de "Tumulus MM", est le deuxième plus grand tumulus antique d'Anatolie.

Gordion fut saccagée par les Cimmériens lors de leur invasion de la région, mais elle se rétablit, même si elle ne retrouva jamais vraiment sa gloire d'antan. Les Romains détruisirent la ville pendant leur campagne contre les Galates en 189 avant J.-C., et au 1er siècle de notre ère, elle n'était plus qu'un village.

Zeus Temple in Aizanoi
Temple de Zeus à Aizanoi
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Religion

La religion de la Phrygie, comme la culture en général de la région, était un mélange d'éléments grecs, anatoliens et proche-orientaux. Les inscriptions ont révélé certains détails comme la prédominance de Zeus, d'Apollon, du dieu anatolien Men, de quelques divinités désignées uniquement par les termes "Saint et Juste" dans les textes, et de plusieurs déesses mères. Des cultes étaient dédiés à ces dieux et les idéaux de justice, de droiture et de vengeance semblent avoir été particulièrement importants. À partir du IIIe siècle de notre ère, le christianisme fut particulièrement populaire dans la région, ce qui peut être dû au fait que son code moral était similaire aux croyances indigènes qui remontaient à la préhistoire. Parmi les vestiges impressionnants que l'on peut visiter aujourd'hui, citons le très beau temple de Zeus d'Aizanoi (92 de notre ère), le théâtre romain de Hiérapolis (IIe siècle de notre ère) et le temple A de Laodicée (IIe siècle de notre ère).

Supprimer la pub
Advertisement

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2019, septembre 05). Phrygie [Phrygia]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-176/phrygie/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Phrygie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 05, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-176/phrygie/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Phrygie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 05 sept. 2019. Web. 21 avril 2024.

Adhésion