Art Étrusque

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 04 septembre 2017
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, allemand, espagnol, italien
Larthia Seianti (by Egisto Sani, CC BY-NC-SA)
Sarcophage de Larthia Seianti
Egisto Sani (CC BY-NC-SA)

L'art des Étrusques, qui prospérèrent en Italie centrale entre le VIIIe et le IIIe siècle avant J.-C., est réputé pour sa vitalité et ses couleurs souvent vives. Les peintures murales étaient particulièrement vivantes et représentent souvent des scènes où les Étrusques s'amusent lors de fêtes et de banquets. Les ajouts en terre cuite aux bâtiments étaient une autre spécialité étrusque, tout comme les miroirs en bronze sculptés et les sculptures fines en bronze et en terre cuite. Les arts mineurs sont peut-être mieux représentés par les bijoux en or complexes et la poterie noire distinctive connue sous le nom de bucchero dont les formes, comme la coupe kantharos, inspireront les potiers grecs.

Influences et développements

L'identification de ce qu'est exactement l'art étrusque - une question assez difficile pour n'importe quelle culture - est rendue plus compliquée par le fait que l'Étrurie ne fut jamais un État unifié unique, mais plutôt un ensemble de cités-états indépendantes qui connurent au fil du temps une alternance d'alliances et de conflits. Ces villes, bien que culturellement très similaires, produisaient néanmoins des œuvres d'art selon leurs propres goûts et caprices. Une autre difficulté réside dans le fait que les Étrusques ne vivaient pas isolés des autres cultures méditerranéennes. Des idées et des objets d'art provenant de Grèce, de Phénicie et d'Orient parvinrent en Étrurie par le biais des réseaux commerciaux établis de longue date dans l'ancienne Méditerranée. Des artistes grecs s'installèrent également en Étrurie à partir du 7e siècle avant notre ère et de nombreuses œuvres d'art étrusques sont signées par des artistes portant des noms grecs. La géographie joua également un rôle majeur, les villes côtières comme Cerveteri, en raison de leur meilleur accès au commerce maritime, étant beaucoup plus cosmopolites en termes de population et de perspectives artistiques que des villes plus intérieures comme Chiusi.

Supprimer la pub

Advertisement

Les Étrusques appréciaient beaucoup l'art étranger et adoptaient volontiers des idées et des formes répandues dans d'autres cultures.

L'art grec, et en particulier les œuvres d'Athènes, était très apprécié à l'époque, comme il l'est encore aujourd'hui, mais c'est une erreur d'imaginer que l'art étrusque n'en était qu'une pâle copie. Les artistes étrusques et grecs d'Étrurie n'avaient peut-être pas toujours les techniques les plus fines de peinture sur vase et de sculpture sur pierre que possédaient leurs contemporains de Grèce, d'Ionie et de Grande-Grèce, mais, parallèlement, d'autres formes d'art comme la taille des pierres précieuses, l'orfèvrerie et la sculpture en terre cuite montrent que les Étrusques avaient de meilleures connaissances techniques dans ces domaines. S'il est vrai que les Étrusques toléraient souvent des œuvres d'une qualité inférieure à celle qui aurait été acceptée dans le monde grec, cela ne signifie pas qu'ils n'étaient pas capables de produire un art égal à celui produit ailleurs.

Chimera of Arezzo, Florence
Chimère d'Arezzo, Florence
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Les Étrusques appréciaient donc beaucoup l'art étranger (leurs tombes sont pleines de pièces importées) et ils adoptaient volontiers des idées et des formes répandues dans l'art d'autres cultures, mais ils ajoutaient aussi leurs propres variantes aux conventions. Les Étrusques, par exemple, produisirent des statues nues de divinités féminines avant les Grecs et ils mélangèrent de manière unique des motifs et des sujets orientaux (en particulier des motifs mythologiques et des créatures qui n'existaient pas en Étrurie, comme les lions) avec ceux du monde grec et leurs propres idées, qui peuvent être retracées jusqu'à la culture indigène villanovienne (vers 1000 - vers 750 avant J.-C.), le précurseur de la culture étrusque proprement dite. Cette synthèse perpétuelle d'idées est peut-être mieux illustrée par la sculpture funéraire. Les couvercles de cercueils en terre cuite représentant un couple allongé peuvent, si l'on examine de près chaque personnage, ressembler à des modèles grecs archaïques, mais l'attitude physique du couple et l'affection entre eux que l'artiste sut capter sont entièrement étrusques.

Supprimer la pub

Advertisement

Peinture de tombeaux étrusques

Les tombes magnifiquement peintes que l'on trouve dans de nombreux sites comme Tarquinia, Cerveteri, Chiusi et Vulci constituent peut-être le plus grand héritage des Étrusques. Les peintures représentent des scènes vivantes et colorées de la mythologie étrusque et de la vie quotidienne (notamment les banquets, la chasse et les sports), des figures héraldiques, des éléments architecturaux et parfois même l'occupant de la tombe en personne. Les murs étaient souvent divisés pour des types de décoration spécifiques : un dado en bas, un grand espace central pour les scènes, une corniche supérieure ou entablement, et l'espace triangulaire, également réservé aux scènes peintes, atteignant le plafond tel le fronton d'un temple classique.

Les couleurs utilisées par les artistes étrusques étaient réalisées à partir de peintures de matières organiques. L'ombrage était très peu utilisé jusqu'à l'arrivée de l'influence des artistes grecs depuis la Grande Grèce et leur nouvelle méthode de clair-obscur avec ses forts contrastes de lumière et d'obscurité au IVe siècle avant Jésus-Christ. À Tarquinia, les peintures sont appliquées sur une fine couche de base de plâtre, les artistes dessinant d'abord les contours à la craie ou au fusain. En revanche, de nombreuses peintures murales de Cerveteri et de Veii furent appliquées directement sur les murs de pierre sans sous-couche de plâtre. Seules 2 % des tombes étaient peintes, ce qui en fait un exemple suprême de consommation ostentatoire de l'élite étrusque.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Dancers, Tomb of the Triclinium, Tarquinia
Danseurs, tombe du Triclinium, Tarquinia
The Yorck Project (Public Domain)

La tombe François de Vulci, datant de la fin du IVe siècle avant J.-C., est un exemple exceptionnel de cette forme d'art. Elle présente un duel tiré d'un mythe thébain, une scène de l'Iliade et une scène de bataille entre la ville et des rivaux locaux, dont certains guerriers portent des noms romains. Un autre bel exemple est la Tombe des Lionnes à Tarquinia, construite de 530 à 520 avant J.-C., qui présente en fait deux panthères et une grande scène de banquet. Elle est tout particulièrement intéressante pour son inhabituel plafond en damier. Dans la Tombe du Singe, également à Tarquinia, construite 480-470 avant J.-C., le plafond présente un intéressant caisson unique peint avec quatre sirènes soutenant une rosette avec une plante à quatre feuilles. Ce motif réapparaîtra plus tard dans l'architecture romaine et chrétienne, mais avec des anges à la place des sirènes.

Sculpture étrusque

L'Étrurie avait la chance de posséder de riches ressources en métaux, notamment en cuivre, en fer, en plomb et en argent. Les premiers Étrusques en firent bon usage et le bronze était utilisé pour fabriquer un large éventail de produits, mais nous nous intéresserons ici à la sculpture. Le bronze était martelé, coupé, coulé à l'aide de moules ou de la technique de la cire perdue, estampé, gravé et riveté selon toute une gamme de techniques. De nombreuses villes étrusques créèrent des ateliers spécialisés dans la production d'œuvres en bronze et, pour donner une idée de l'ampleur de la production, on dit que les Romains pillèrent plus de 2 000 statues en bronze lorsqu'ils attaquèrent Volsinii (l'actuelle Orvieto) en 264 avant J.-C., les fondant pour en faire de la monnaie.

Les figurines en bronze, souvent dotées d'un petit socle en pierre, étaient une forme courante d'offrande votive dans les sanctuaires.

Les figurines en bronze, souvent dotées d'une petite base en pierre, étaient une forme courante d'offrande votive dans les sanctuaires et autres sites sacrés. Certaines, comme celles trouvées à la Fonte Veneziana d'Arretium (Arezzo moderne), étaient à l'origine recouvertes de feuilles d'or. La plupart des figurines sont des femmes en longues robes de chiton, des hommes nus comme les kouroi grecs, des guerriers armés et des jeunes gens nus. Parfois, des dieux étaient représentés, notamment Hercule. Une pose courante des figurines votives est celle avec un bras levé (peut-être en appel) et tenant un objet - généralement une grenade, des fleurs ou un aliment circulaire (probablement un gâteau ou du fromage). Parmi les beaux exemples d'œuvres en bronze plus petites, citons une figurine d'un homme faisant une offrande votive, datant du VIe siècle avant J.-C., provenant de la "Tombe de la statuette en bronze du porteur d'offrande" à Populonia. Volterra était réputée pour sa production de figurines en bronze distinctives, des figures humaines extrêmement grandes et minces avec des têtes minuscules. Elles sont peut-être une relique de figures beaucoup plus anciennes taillées dans une feuille de bronze ou sculptées dans le bois et ressemblent curieusement à des sculptures d'art moderne.

Supprimer la pub

Advertisement

Bronze Head of an Etruscan Youth
Tête en bronze d'un jeune étrusque
Egisto Sani (CC BY-NC-SA)

Parmi les plus célèbres des grandes œuvres, citons la Chimère d'Arezzo. Ce monstre cracheur de feu de la mythologie grecque date du 5e ou 4e siècle avant J.-C. et faisait probablement partie d'une composition de pièces avec le héros Bellérophon, qui tua le monstre en question, et son cheval ailé Pégase. Une inscription sur l'une des pattes indique qu'il s'agit d'une offrande votive au dieu Tins (alias Tinia), chef du panthéon étrusque : tinscvil ou "cadeau à Tins". Elle est actuellement exposée au musée archéologique de Florence.

Parmi les autres œuvres célèbres, citons le Mars de Todi, un magnifique jeune homme, presque grandeur nature, portant une cuirasse et tenant autrefois une lance. Dans l'autre main, il versait probablement une libation. Il se trouve aujourd'hui dans les musées du Vatican à Rome. La Minerve d'Arezzo est en fait une représentation de Menrva, la déesse étrusque, qui était l'équivalent de la déesse grecque Athéna et de la divinité romaine Minerve. Enfin, le Portrait d'un homme barbu, souvent appelé "Brutus" d'après le premier consul de Rome (sans aucune preuve), est une figure notable. La plupart des historiens de l'art s'accordent à dire que, pour des raisons stylistiques, il s'agit d'une œuvre étrusque datant d'environ 300 avant notre ère. Elle est aujourd'hui exposée dans les musées du Capitole de Rome.

Image Gallery

A Gallery of Etruscan Art

In this gallery, we showcase 25 pieces of art produced by the Etruscan civilization which flourished in central Italy between the 8th and 3rd century...

Miroirs étrusques en bronze

Les Étrusques furent vivement critiqués par leurs conquérants romains pour leur caractère un peu trop efféminé et fêtard, et le grand nombre de miroirs en bronze trouvés dans leurs tombes et ailleurs n'a fait qu'alimenter cette réputation de grands narcissiques de la Méditerranée antique. Les miroirs, connus des Étrusques sous le nom de malena ou malstria, furent produits en grande quantité à partir de la fin du VIe siècle avant J.-C. jusqu'au IIe siècle avant J.-C.. En plus d'être un objet d'usage quotidien, les miroirs, avec leur dos finement sculpté, étaient un symbole de statut social pour les femmes aristocratiques étrusques et étaient couramment offerts comme partie de la dot d'une épouse.

Supprimer la pub

Advertisement

Conçus pour être tenus dans la main à l'aide d'une seule poignée, le côté réfléchissant des miroirs était obtenu en polissant fortement ou en argentant la surface. À partir du IVe siècle avant notre ère, certains miroirs étaient protégés par un couvercle concave fixé par une charnière unique. L'intérieur du couvercle était souvent poli pour réfléchir davantage de lumière sur le visage de l'utilisateur tandis que l'extérieur portait des reliefs découpés remplis d'un support en plomb. Le revers plat des miroirs en bronze, s'il n'était pas laissé brut (c'est le cas de la moitié des exemples qui subsistent), constituait un support idéal pour une décoration gravée, une inscription ou même un bas-relief sculpté. Certaines poignées étaient peintes ou comportaient également des scènes sculptées en relief.

Etruscan Bronze Mirror Showing Hercules
Miroir en bronze étrusque représentant Hercule
The British Museum (Copyright)

Les scènes et les personnes qui y figurent sont souvent identifiées par des inscriptions autour du bord du miroir. Les sujets les plus populaires étaient les préparatifs de mariage, les couples s'embrassant ou une dame en train de s'habiller. Le sujet le plus courant de décoration des miroirs était la mythologie et les scènes sont souvent encadrées par une bordure de feuilles de lierre, de vigne, de myrte ou de laurier torsadées.

La poterie étrusque

La première poterie indigène d'Étrurie est l'impasto de la culture villanovienne. Ces poteries relativement primitives contenaient de nombreuses impuretés dans l'argile et étaient cuites uniquement à basse température. À la fin du 8e siècle avant J.-C., les potiers avaient réussi à en améliorer la qualité. Les petites maisons et les urnes biconiques (composées de deux vases dont l'un, plus petit, servait de couvercle à l'autre) étaient des formes populaires et servaient à conserver les restes humains incinérés.

Supprimer la pub

Advertisement

Le type de poterie suivant était la poterie rouge sur blanc. Ce type de poterie, originaire de Phénicie, fut produit en Étrurie à partir de la fin du 8e siècle avant J.-C. et jusqu'au 7e siècle avant J.-C., notamment à Cerveteri et Veii. Les récipients de couleur rouge étaient souvent recouverts d'un engobe blanc, puis décorés de motifs géométriques ou floraux rouges. Autrement, le blanc était utilisé pour créer des motifs sur le fond rouge non peint. Les grands vases de stockage avec de petits couvercles à poignée sont courants dans ce type de vases, de même que les cratères qui présentent des scènes de batailles navales et de guerriers en marche.

Apollo of Veii
Apollon de Veii
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Remplaçant en grande partie les céramiques de style impasto du 7e siècle avant J.-C., le bucchero était utilisé pour les objets de la vie quotidienne ou les offrandes votives. Façonné sur un tour, ce nouveau type de poterie avait une cuisson plus uniforme et une finition brillante gris foncé à noir caractéristique. Les récipients étaient de tous types et le plus souvent unis, mais ils pouvaient être décorés de lignes simples, de spirales et d'éventails en pointillés incisés sur la surface. Des figures tridimensionnelles d'humains et d'animaux pouvaient également être ajoutées. Les Étrusques étaient également des commerçants de toute la Méditerranée, et le bucchero était donc exporté au-delà de l'Italie vers des endroits aussi éloignés que l'Ibérie, le Levant et la région de la mer Noire. Au début du Ve siècle avant J.-C., le bucchero fut remplacé par des poteries étrusques plus fines, comme les poteries à figures noires et rouges, influencées par la poterie grecque importée de l'époque.

Un domaine inhabituel pour la poterie, qui devint une spécialité étrusque, était la création de décorations de toit en terre cuite.

Un domaine inhabituel pour la poterie, qui devint une spécialité étrusque, est la création de décorations de toit en terre cuite. L'idée remonte à la culture villanovienne, mais les Étrusques poussèrent les choses plus loin et produisirent des sculptures de personnages grandeur nature pour décorer les toits de leurs temples. Le vestige le plus impressionnant dans ce domaine est la figure d'Apollon en marche, provenant du temple de Portonaccio à Veii (510 av. J.-C.). Les bâtiments privés étaient également décorés de plantes, de palmiers et de figurines et de plaques en terre cuite représentant des scènes mythologiques étaient souvent fixées aux murs extérieurs de tous les types de bâtiments.

Les Étrusques enterraient les restes incinérés de leurs morts dans des urnes funéraires ou des sarcophages décorés en terre cuite. Les deux types d'urnes pouvaient comporter une figure sculptée du défunt sur le couvercle et, dans le cas des sarcophages, parfois un couple. L'exemple le plus célèbre de ce type est le Sarcophage du couple marié de Cerveteri, aujourd'hui à la Villa Giulia à Rome. À l'époque hellénistique, l'art funéraire prit véritablement son essor et les personnages, bien que dans des poses similaires à celles des sarcophages du VIe siècle avant J.-C., devinrent des représentations moins idéalisées et plus réalistes des morts. Ils ne représentaient généralement qu'un seul individu et étaient à l'origine peints dans des couleurs vives. Le Sarcophage de Seianti Thanunia Tlesnasa de Chiusi en est un excellent exemple.

The Arringatore (Orator)
L'Arringatore, Florence
corneliagraco (CC BY)

L'héritage

Les Étrusques étaient de grands collectionneurs d'art étranger, mais leurs propres œuvres étaient également largement exportées. Comme nous l'avons vu, on a retrouvé des poteries en Bucchero dans toute la Méditerranée, de l'Espagne à la Syrie. Les Étrusques commerçaient également avec les tribus d'Europe centrale et septentrionale, et leurs œuvres d'art ont ainsi atteint des sites celtiques de l'autre côté des Alpes, dans l'actuelle Suisse et en Allemagne. La plus grande influence de l'art étrusque s'exerça toutefois sur leurs voisins immédiats et leurs successeurs culturels en général, les Romains. Rome conquit les cités étrusques au IIIe siècle avant J.-C., mais celles-ci demeurèrent des centres indépendants de production artistique. Les œuvres d'art reflétaient cependant les goûts et la culture romains, de sorte que l'art étrusque et l'art romain sont souvent devenus indiscernables. Un excellent exemple de la proximité entre les deux est la statue en bronze d'un orateur de Pila, près de l'actuelle Pérouse. Fondée en 90 avant J.-C., la figure, avec sa toge et son bras droit levé, semble tout aussi romaine qu'une statue de la période impériale.

Outre leur rôle évident de lien culturel entre le monde grec et la Rome antique, l'héritage le plus durable des artistes étrusques est peut-être le réalisme qu'ils ont parfois tenté d'atteindre dans l'art du portrait. Bien qu'ils soient encore partiellement idéalisés, les portraits funéraires figurant sur les sarcophages étrusques sont suffisamment honnêtes pour révéler les défauts physiques de l'individu, et les artistes tentent clairement d'illustrer la personnalité unique de ce dernier. C'est un concept que leurs successeurs romains s'efforceront également d'atteindre et de saisir dans des portraits souvent très touchants de citoyens romains privés magnifiquement rendus par la peinture, le métal et la pierre.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2017, septembre 04). Art Étrusque [Etruscan Art]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-15081/art-etrusque/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Art Étrusque." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 04, 2017. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-15081/art-etrusque/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Art Étrusque." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 04 sept. 2017. Web. 01 déc. 2022.

Adhésion