Brève Histoire des Roses

Article

Sheena Harvey
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 16 août 2023
Disponible dans ces autres langues: anglais, italien, portugais, espagnol
X

Les roses qui poussent aujourd'hui sous différentes formes dans les jardins du monde entier sont une évolution de plantes ressemblant à des roses qui vivaient dans l'hémisphère nord il y a entre 33 et 23 millions d'années. Des traces de ces plantes ont été trouvées dans les archives fossiles de l'époque de l'oligocène en Europe, en Asie et dans l'ouest de l'Amérique du Nord.

The Roses of Heliogabalus
Les roses d'Héliogabale
Lawrence Alma-Tadema (Public Domain)

À cette époque, le climat était largement tempéré et les insectes abondants, des conditions qui sont toujours favorables aux roses aujourd'hui. Les fleurs à cinq pétales, les feuilles ovales dentelées et les cynorrhodons colorés, caractéristiques que l'on retrouve aujourd'hui chez les espèces de roses sauvages, ont permis de les différencier des autres restes de plantes lors de l'examen des fossiles.

Supprimer la pub
Advertisement

Origine mythologique et symbolique

Associée au secret, la rose est devenue le symbole visuel de la discrétion.

Selon la mythologie grecque, la déesse des fleurs, Chloris, aurait créé une nouvelle fleur en insufflant la vie à une nymphe des bois qui était morte. Dionysos, le dieu du vin et de la vie végétale, lui donna un parfum magnifique, et Aphrodite, la déesse de la beauté et du plaisir, donna son nom à la rose en réarrangeant les lettres d'Éros, son fils et le dieu de l'amour et du désir. Plus tard, Éros offrit une rose à Harpocrate, le dieu du silence, en guise de pot-de-vin pour qu'il garde pour lui les indiscrétions des dieux. La rose est ainsi devenue le symbole du secret, du silence et de l'amour. Cette histoire fut reprise dans la mythologie romaine, les protagonistes étant remplacés par leurs dieux, Flore, Vénus, Cupidon et Bacchus, bien qu'Harpocrate ait conservé son nom grec.

L'association avec le secret a fait de la rose un symbole visuel de la nécessité de la discrétion. Des roses étaient gravées au plafond et sur les murs des salles publiques des grandes maisons, des salles d'audience et des confessionnaux catholiques pour rappeler que toutes les conversations devaient rester confidentielles. Au Moyen Âge, une rose était souvent suspendue au plafond de la salle du conseil du gouvernement pour garantir le secret des délibérations. Par conséquent, sub rosa ("sous la rose") est devenu un terme quasi-juridique encore utilisé pour désigner quelque chose qu'il vaut mieux garder secret.

Supprimer la pub
Advertisement

Découverte de la première rose

La première espèce de rose décrite pour la science provient des Florissant Fossil Beds, dans le comté de Teller, au Colorado (États-Unis). En 1883, le paléobotaniste Charles Léo Lesquereux rédigea un article scientifique intitulé Contribution to the Fossil Flora of the Western Territories dans lequel il décrit et nomme Rosa hilliae, le simple spécimen de rose qu'il avait reçu parmi les échantillons collectés par l'US Geological Survey de Hayden et l'expédition scientifique de Princeton de 1877.

Leo Lesquereux
Léo Lesquereux
Unknown Artist (Public Domain)

Il choisit ce nom en hommage à la paléontologue amateur Charlotte Hill, qui fut la première à attirer l'attention de la science sur les bancs fossilifères de Florissant. Elle vivait avec sa famille dans un homestead, le Petrified Stump Ranch, à environ 3 kilomètres au sud de la ville de Florissant. Charlotte commença à collectionner les fossiles de plantes et d'insectes qu'elle trouvait en creusant la terre autour de leur propriété et se passionna pour ceux-ci. Elle finit par construire un petit musée et accueillit de nombreux géologues et paléontologues renommés à qui elle donna des parties de sa collection.

Supprimer la pub
Advertisement

Évolution de la rose

Aujourd'hui, le genre Rosa comprend environ 150 espèces d'arbustes vivaces, grimpants ou lianescents, avec des milliers de variétés. Celles-ci proviennent d'un très petit nombre de roses originelles d'Asie qui ont été croisées au fil des siècles avec des espèces sauvages européennes et américaines.

Les roses sont classées en trois catégories

  1. les espèces - le "rosier sauvage" familier
  2. les roses de l'Ancien Monde (introduites avant 1867)
  3. les roses modernes

Les premières espèces de roses avaient cinq pétales simples, comme les fleurs de Rosa hilliae. Ce sont ces espèces qui constituent les éléments génétiques de base de nos roses modernes. Il s'agit notamment de l'églantier, Rosa canina, que l'on trouve couramment dans les haies. Il y a aussi le rosier écossais, Rosa pimpinellifolia, un rosier robuste et touffu qui survit bien dans les endroits exposés ou en bord de mer, Rosa gallica, qui vient du sud chaud de l'Europe, Rosa carolina de l'est des États-Unis et Rosa blanda qui résiste bien dans les prairies américaines.

Rosa Blanda
Rose Blanda
New York Public Library (Public Domain)

Le processus de transformation de la rose sauvage en une plante de jardin d'une variété infinie commença il y a bien longtemps. Les premières roses domestiquées pourraient avoir été cultivées délibérément dès 3 000 ans avant notre ère en Chine. Elles étaient utilisées pour la fabrication d'eau de rose et d'huiles parfumées, à des fins médicinales et comme confettis pour les fêtes. Le philosophe Confucius rapporte que des roses poussaient dans les jardins du palais impérial en 500 avant notre ère et que la bibliothèque de l'empereur chinois contenait un grand nombre d'ouvrages sur le sujet. La Chine était la seule source de roses jaunes et de tous leurs descendants actuels, car il n'y a pas de roses sauvages de cette couleur en Europe.

Supprimer la pub
Advertisement

Les Égyptiens de l'Antiquité se baignaient dans de l'eau de rose et dispersaient des pétales de rose pour parfumer leur chambre. Les Romains cultivaient abondamment les roses dans de grands jardins publics, et l'on trouvait Rosa alba dans les jardins des nobles et des moines de l'Europe médiévale; on pense généralement qu'elle y fut introduite par des Romains en visite. Chaque monastère médiéval avait son moine botaniste qui cultivait des roses avec d'autres plantes et herbes à utiliser dans les cérémonies religieuses.

Les jardiniers médiévaux cultivaient également la Rosa damascena, ou rose de Damas, avec ses fleurs doubles luxuriantes et très parfumées. Comme son nom "de Damas" l'indique, elle fut probablement ramenée en Europe de Syrie par des marchands au XIIe siècle ou par des croisés au XIIIe siècle, en même temps que Rosa oficinalis, connue sous le nom de "rose des apothicaires".

C'est l'intervention continue des botanistes et des sélectionneurs qui a transformé le rosier sauvage en une plante de jardin. Les roses cultivées à partir de graines ne conservent pas les caractéristiques "parentales". Pour maintenir une variété, il faut faire des boutures. On peut donc dire qu'une rose ancienne d'aujourd'hui est un lien vivant avec une rose qui poussait autrefois dans un jardin médiéval. Souvent, les roses anciennes ne fleurissent pas aussi longtemps que leurs descendantes cultivées, et leurs couleurs sont plus pastel et moins voyantes. Cependant, elles sont robustes et ne nécessitent pas le même degré d'attention et d'entretien qu'un hybride moderne. De plus, elles exhalent toujours les parfums puissants de leurs ancêtres sauvages.

Supprimer la pub
Advertisement

La rose politique

Les roses prirent progressivement une signification plus symbolique lorsqu'elles commencèrent à apparaître dans les emblèmes de la noblesse.

De purement décoratives, les roses prirent progressivement une signification plus symbolique lorsqu'elles commencèrent à apparaître dans les emblèmes de la noblesse. Au XIIIe siècle, la Rosa alba blanche était l'insigne d'Aliénor de Provence, épouse d'Henri III d'Angleterre. Son fils Edmond, comte de Lancastre, adopta la Rosa gallica rouge de sa femme Blanche d'Artois lorsqu'ils se marièrent. C'est ainsi que la rose rouge devint la marque de la Maison de Lancastre.

Plus de 200 ans plus tard, Richard, duc d'York, choisit la rose blanche comme insigne. Lorsque le droit à la couronne d'Angleterre fut contesté par la Maison de Lancastre et la Maison d'York entre 1455 et 1487, le conflit fut connu sous le nom de Guerre des deux Roses. À l'issue de cette guerre civile, le Lancastre Henri Tudor fut couronné roi Henri VII d'Angleterre. Il épousa Élisabeth d'York et réunit les roses symboliques blanche et rouge pour former la rose Tudor. La forme de cette double rose est très souvent sculptée dans les bâtiments et les meubles des Tudor et peinte sur les portraits de l'époque, symbolisant à jamais un pays uni.

The Tudor Rose
La rose Tudor
Smabs Sputzer (CC BY)

Pas plus tard qu'en 1986, la rose fut choisie comme fleur nationale officielle des États-Unis par un vote populaire. Lors d'une cérémonie spéciale, le président Ronald Reagan signa la résolution commune du Sénat et de la Chambre des représentants avec les mots suivants:

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Plus que toute autre fleur, la rose est le symbole de la vie, de l'amour et de la dévotion, de la beauté et de l'éternité... Nous en avons la preuve partout. L'étude des fossiles révèle que la rose existe en Amérique depuis des temps immémoriaux. Nous avons toujours cultivé des roses dans nos jardins. Notre premier président, George Washington, cultivait des roses, et une variété qu'il nomma en l'honneur de sa mère est encore cultivée aujourd'hui. La Maison Blanche elle-même s'enorgueillit d'une magnifique roseraie. Nous cultivons des roses dans nos cinquante États membres. Nous trouvons des roses dans l'art, la musique et la littérature. Nous décorons nos célébrations et nos défilés avec des roses. Par-dessus tout, nous offrons des roses à ceux que nous aimons et nous les prodiguons sur nos autels, nos sanctuaires civils et les dernières demeures de nos morts honorés. (Proclamation 5574)

Une collection nationale

Au cours des 15e et 16e siècles, les rosiéristes commencèrent à sélectionner et à modifier des variétés telles que R. damascena et sa cousine du Moyen-Orient, Rosa centifolia. Les Hollandais furent les pionniers en la matière, et la recherche moderne a montré qu'au moins quatre espèces de roses sauvages peuvent être trouvées dans la composition de R. centifolia. Les résultats des roses cultivées en Hollande aux XVIe et XVIIe siècles sont visibles dans les peintures des vieux maîtres hollandais. Ces tableaux représentent de grandes fleurs doubles ayant la forme caractéristique de la "rose centfeuille chou" de R. centifolia. Les fleurs à face plate ont l'air d'avoir eu leurs pétales tranchés par un couteau.

Rosa Centifolia
Rose centifolia
Llez (CC BY-SA)

L'âge d'or des roses se situe au début du XIXe siècle. Joséphine de Beauharnais, épouse de Napoléon Bonaparte, en fut l'instigatrice. Lorsqu'elle acheta le château de Malmaison aux portes de Paris, Joséphine remplit ses jardins de toutes les roses connues à l'époque. Elles provenaient de fournisseurs de toute l'Europe. C'était l'époque des guerres napoléoniennes et du blocus continental, mais on dit que des dispositions spéciales furent prises pour que les envois de roses en provenance d'Angleterre puissent franchir sans encombre les barrages de la Manche.

Lorsque la collection s'agrandit, Joséphine demanda au peintre Pierre-Joseph Redouté d'enregistrer les roses. L'ouvrage qu'il publia, Les Roses, 1817-24, constitue aujourd'hui le point de départ d'une grande partie de la recherche scientifique moderne sur les roses de jardin. La collection contribua à susciter l'enthousiasme de la France pour ces fleurs, ce qui entraîna un essor de la culture des roses. En fait, presque toutes les roses anciennes que nous cultivons aujourd'hui ont été sélectionnées en France.

Jacques-Louis Descemet fut l'un des quatre grands rosiéristes français qui cultivaient des roses autour de Paris à l'époque de Joséphine. Il contribua à populariser une variété qui avait été importée en France par des rosiéristes hollandais, mais qui fut connue sous le nom de Rosa gallica (rose française) lorsqu'elle fut envoyée de France en Angleterre. Les origines de R. gallica ne sont pas claires, mais cette espèce était connue des Perses au XIIe siècle et les Hollandais l'ont aussi cultivée 400 ans plus tard, même s'ils préféraient R. centifolia.

Une multitude d'hybrides

Lorsque les roses de Chine à floraison répétée arrivèrent en Europe vers 1790, elles donnèrent aux sélectionneurs de roses une nouvelle caractéristique fantastique à exploiter: la capacité de fleurir non pas une seule fois, mais tout au long de la saison de croissance. L'étape suivante dans le développement de la rose fut franchie lorsque les hybrideurs croisèrent l'ancienne rose de Chine, Rosa chinensis, avec l'européenne Rosa gigantea. Le résultat avait une odeur qui rappelait, dit-on, celle d'une tasse de thé de Chine, ce qui lui valut le surnom de "rose thé".

Quelques années plus tard, un autre croisement permit de mélanger la rose de Damas avec d'autres espèces de roses qui fleurirent librement pendant de nombreuses années et qui furent appelées "hybrides perpétuels". Le dernier chapitre de l'histoire de ce rosier particulier fut écrit au milieu du XIXe siècle, lorsque des roses thé furent croisées avec des hybrides perpétuels, et la rose thé hybride vit le jour. Ses grandes fleurs et sa floraison vigoureuse et durable en ont fait le type de rose le plus populaire au monde.

Les roses Bourbon sont nées d'une hybridation naturelle entre R. chinensis et une rose de Damas sur l'île Bourbon, mieux connue aujourd'hui sous le nom d'île de la Réunion. Cette île était un port d'escale important pour le réapprovisionnement des navires français à l'époque précédant le canal de Suez. Au début du XIXe siècle, un plant de l'hybride fut transporté à Paris et croisé avec R. gallica. Les roses à longue floraison qui en résultèrent, au parfum puissant, sont encore largement cultivées aujourd'hui.

Noisette Rose
Rose noisette
New York Public Library (Public Domain)

Le premier groupe d'hybrides cultivés en Amérique - les "roses Noisette" - fut cultivé pour la première fois dans les années 1800 en Caroline du Sud. Un pépiniériste français, Louis Noisette, envoya une rose de Chine de la variété "Old Blush" à son frère Philippe, qui vivait aux États-Unis. Philippe transmit le rosier à son voisin John Champneys, qui le croisa avec un rosier musqué grimpant, Rosa moschata, et le résultat fut baptisé "Champneys' Pink Climber" (rosier grimpant rose de Champneys). Les graines de cette plante furent renvoyées en France et donnèrent naissance à une nouvelle plante grimpante appelée Noisette Carnée, et d'autres hybrides naquirent du croisement de ces Noisettes avec des roses thé.

Au 20e siècle

Les roses modernes ont commencé avec les hybrides de roses thé, bientôt rejointes par des floribundas et des grandifloras. Les premières furent cultivés à la fin du XIXe siècle par la société néerlandaise Poulsen qui existe encore aujourd'hui. Ses hybrideurs croisèrent des roses de Chine naines avec de petits rosiers thés hybrides pour produire des arbustes compacts avec de multiples grappes de petites fleurs doubles.

Les roses Grandiflora naquirent dans les années 1950 de croisements entre des hybrides de roses thé et des floribundas. Ces grands buissons robustes aux fleurs épanouies sont aujourd'hui les rosiers de jardin les plus connus, mais ils ne dégagent pas le même parfum que les roses des rosiers anciens. Ils ont une forme plus standardisée et des couleurs plus vives et plus variées, ce qui les rend populaires pour une exposition dans un grand jardin.

Roses in a Champagne Glass
Roses dans une coupe de champagne
Burrell Collection (Public Domain)

De nos jours, de nouveaux hybrides naissent chaque année chez de nombreux cultivateurs du monde entier, à la recherche de la rose parfaite. Pendant ce temps, les rosiers botaniques maintiennent en vie le patrimoine génétique d'origine et les roses anciennes conservent un public fidèle, appréciées pour leur croissance naturelle et leur parfum puissant. L'histoire s'écrit continuellement dans le monde de la culture des roses.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

D'où vient la rose à l'origine ?

Les plantes ressemblant à des roses vivent dans l'hémisphère nord depuis 33 à 23 millions d'années. Les 150 espèces de roses qui existent aujourd'hui proviennent d'un très petit nombre de roses originelles d'Asie qui ont été croisées au fil des siècles avec des espèces sauvages européennes et américaines.

Quel est le symbolisme de la rose ?

La rose est devenue le symbole du secret, du silence et de l'amour.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Sheena Harvey
Sheena Harvey is a freelance writer who has been the Editor of six UK national magazine titles, including Discover Britain, LandScape and BBC Wildlife and contributor to magazines such as English Heritage and Countryfile.

Citer cette ressource

Style APA

Harvey, S. (2023, août 16). Brève Histoire des Roses [A Brief History of the Rose]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2264/breve-histoire-des-roses/

Style Chicago

Harvey, Sheena. "Brève Histoire des Roses." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le août 16, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2264/breve-histoire-des-roses/.

Style MLA

Harvey, Sheena. "Brève Histoire des Roses." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 16 août 2023. Web. 20 mai 2024.

Adhésion