Apocalypse Biblique

Article

Rebecca Denova
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 22 juillet 2021
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais

L'apocalypse (grec: apokalypsis, «révélation de secrets») n'est pas un événement, mais un texte qui contient des prophéties concernant l'intervention future de Dieu, et l'apocalyptisme est une référence aux attitudes et aux opinions dans des textes bibliques et non canoniques qui partagent des concepts dans la croyance que le Dieu d'Israël interviendra une fois de plus dans l'histoire de l'humanité pour remédier à ce que nous considérons les maux de la société.

Four Horsemen of the Apocalypse
Les quatre cavaliers de l'Apocalypse
Viktor Vasnetsov (Public Domain)

Les textes apocalyptiques utilisent des concepts religieux pour critiquer les gouvernements perçus comme oppressifs ainsi que les opinions sociales et culturelles d'autres personnes hors de leur groupe. En termes modernes, «apocalyptique» est utilisé pour décrire de grandes catastrophes. L'eschatologie (en grec: eschaton, «derniers jours») est l'étude de textes apocalyptiques qui prophétisent les «derniers jours», lorsque Dieu instituera son royaume sur terre. Les historiens appliquent l'expression «eschatologie apocalyptique».

Supprimer la pub

Advertisement

Idées Apocalyptiques dans l'Ancien Monde

Les cultures anciennes croyaient que les dieux contrôlaient et intervenaient dans la vie des humains. Les codes de loi, émis par les dieux, organisaient le comportement humain. Des crises se produisaient périodiquement. Une tablette assyrienne (environ 2800 av. JC) déplore l'état des choses (qui semble étrangement moderne) :

Notre Terre est dégénérée ces derniers jours; il y a des signes que le monde arrivera rapidement à sa fin; la concussion et la corruption sont courantes; les enfants n'obéissent plus à leurs parents; chaque homme veut écrire un livre et la fin du monde approche de toute évidence.

Des histoires clamant que les dieux avaient décidé de recommencer à zéro émergèrent. La mythologie égyptienne raconte que le dieu du soleil, Ra, envoya la déesse Sekhmet punir les humains. La Mésopotamie produisit L'épopée de Gilgamesh, où les dieux envoyèrent une inondation majeure pour détruire la corruption sur terre. De telles histoires d'inondation étaient courantes; les Juifs avaient leur histoire de Noé, et la mythologie grecque mettait en scène Deucalion qui sauva l'humanité. Le culte d'État de l'Empire perse, le zoroastrianisme, enseignait qu'en fin de compte, il y aurait une bataille entre les forces universelles du bien et du mal. Une résurrection des morts s'ensuivrait, les âmes subissant des épreuves au fur et à mesure qu'elles seraient jugées.

Supprimer la pub

Advertisement

Les « derniers jours » n'ont jamais été compris comme une anéantissement complet ; Dieu ne détruirait jamais sa création originale.

Le judaïsme ancien émergea dans une chronologie linéaire; il y eut un début (création), et il y aura donc une fin. Dans les Écritures juives, l'histoire de la nation racontait les nombreuses fois où Dieu s'était manifesté sur terre pour agir, soit pour les punir, soit pour les sauver d'une crise. Israël subit deux catastrophes nationales: en 722 av. JC, l'Assyrie envahit le royaume du Nord d'Israël et exila dix tribus. En 587, l'Empire babylonien conquit et détruisit la ville de Jérusalem et le Temple. Ces événements historiques créèrent une crise de croyance. Si Dieu avait une alliance (contrat) avec les Juifs, pourquoi ne les avait-t-il pas protégés ?

Théologie de la restauration juive

Les Prophètes d'Israël abordèrent cette crise. Dieu régnait toujours en suprême, mais il avait permis à ces nations de punir Israël pour ses péchés. Le grand péché était l'idolâtrie. En même temps, cependant, ils donnèrent un message d'espoir que Dieu interviendrait encore une fois et que tous les maux du monde seraient éliminés. Israël serait rétabli à sa gloire initiale.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

La catégorie académique de ce message d'espoir est connue sous le nom de Théologie de la restauration juive:

  1. Dieu interviendra une dernière fois, dans les «derniers jours», également connu sous le nom de «jour de la colère de Dieu».
  2. À ce moment-là, Dieu élèvera un messie (« celui qui est oint») de la lignée du roi David. Le Messie dirigera l'armée d'anges et de bons humains de Dieu contre les méchants.
  3. Dieu reconnaîtra un petit groupe de croyants qui n'ont pas péché, les «justes restant», qui restent fidèles à travers des événements catastrophiques.
  4. Les Juifs vivant en exil, en dehors du pays d'Israël, seront rassemblés et reviendront.
  5. Certains Gentils (non-Juifs) «se retourneront» (se repentiront) et adoreront le Dieu d'Israël.
  6. Il y aura une bataille finale entre Israël et le reste des nations.
  7. Après la victoire de Dieu, tous les morts seront ressuscités et jugés. Les méchants seront envoyés à Géhenné (une forme antérieure de l'Enfer), et les justes recevront ce que Dieu avait initialement voulu, l'utopie, un nouveau jardin d'Éden sur terre. C'est ce que le prophète Isaïe voulait dire quand il a dit : «Le loup vivra avec l'agneau» (Ésaïe 11:6) et les gens «battront leurs épées en charrue» (Ésaïe 2:4).

Les «derniers jours» (ou la «fin des jours») n'ont jamais été compris comme une anéantissement complet; Dieu ne détruirait jamais sa création originale. Après le déluge de Noé, la terre existait toujours. Il marquerait plutôt la fin d'un âge; la vie telle qu'elle est maintenant comprise serait totalement transformée et remplacée par le royaume de Dieu sur terre.

Detail, Noah Window, Chartres
Détail, Vitrail de Noé, Chartres
Walwyn (CC BY-NC-SA)

La conquête grecque d'Israël

Quand Alexandre le Grand (r. 336-323 av. JC) conquit toutes les terres qui bordaient le bassin méditerranéen, il institua tous les aspects de la langue et de la culture grecques dans la région. Avec d'autres groupes ethniques, les Juifs adoptèrent ces idées, notamment pour comprendre les concepts de la philosophie grecque concernant la relation entre l'univers (le cosmos) et les humains. C'est alors que nous constatons l'émergence de différents groupes de juifs, appelés sectes juives. De nombreux Juifs eurent du mal à trouver une place dans ce nouveau monde cosmopolite, mais voulurent également conserver leurs marqueurs uniques d'identité ethnique (tels que la circoncision et les lois alimentaires). Les Juifs se révoltèrent avec succès contre la domination grecque en 167 av. JC (la révolte des Maccabées), et la famille des Hasmonéens qui dirigea la révolte gouverna alors Israël.

Supprimer la pub

Advertisement

Écrit durant cette période, Daniel est la seule apocalypse incluse dans les Écritures juives, et les chrétiens la conservèrent plus tard parce qu'elle était citée dans le procès de Jésus devant le Sanhédrin. Il raconte des histoires plus anciennes des Juifs sous domination babylonienne, mais aussi des visions de la fin des temps. Le chapitre 7 évoque la vision apocalyptique de Daniel des bêtes de la mer, décrivant chacune sous forme animale. Les unes après les autres, elles furent dévorées. Un ange révéla que les quatre bêtes représentaient quatre rois, et que le quatrième ferait la guerre contre le «peuple saint» pendant «pendant un temps, des temps, et la moitié d'un temps.» (7:25). Les chercheurs débattent de l'identité et du timing des quatre royaumes.

Je regardai pendant mes visions nocturnes, et voici, sur les nuées des cieux arriva quelqu'un de semblable à un fils de l'homme; il s'avança vers l'ancien des jours, et on le fit approcher de lui. On lui donna la domination, la gloire et le règne; et tous les peuples, les nations, et les hommes de toutes langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle qui ne passera point, et son règne ne sera jamais détruit.. (7:13-14)

Les manuscrits de la mer Morte

En désaccord avec la règle hasmonéenne, certains Juifs, connus dans l'histoire sous le nom d'Essènes, quittèrent Jérusalem et se s'installèrent à Qumrân sur la mer Morte (environ 150 av. JC) pour attendre l'intervention finale de Dieu. En 1947, les rouleaux de leur bibliothèque furent récupérés. Les rouleaux nous donnent une vue sur cette ancienne communauté apocalyptique. À cette époque, les prophètes traditionnels avaient été remplacés par des voyants. Ces hommes vécurent des voyages hors de leurs coprs vers le ciel, où on leur révéla les secrets des derniers jours. Ces textes affirmaient que les anges ou l'un des patriarches d'Israël servait de guide au ciel. Les œuvres furent attribuées à des figures comme Enoch, Moïse, Isaïe, David, Salomon et Ezra.

Dead Sea Scroll of Pesher Isaiah
Parchemin de la mer Morte de Pesher Isaïe
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

En maintenant les éléments fondamentaux de la théologie de la restauration juive, les Essènes recadrèrent leurs croyances à travers des concepts polarisés:

Supprimer la pub

Advertisement

  1. Toute l'histoire était divisée en deux périodes mutuellement exclusives, l'âge maléfique actuel et l'âge à venir.
  2. L'humanité était également divisée entre les «fils de lumière» (les Essènes) et les «fils des ténèbres». Il n'y avait pas de zone grise entre les deux. Il n'y avait pas de onzième heure pour se repentir; il était trop tard. L'histoire était prédestinée par Dieu, et les efforts humains ne pouvaient rien y changer.
  3. La pureté était maintenue dans les justes restant. Les Essènes avaient des règles communautaires conçues pour garder leur communauté pure et non entachée par des étrangers. Cela signifiait éviter la culture dominante, juive et gréco-romaine.
  4. Alors que les Prophètes d'Israël faisaient part d'une bataille finale entre Israël et les nations, la bataille finale engloberait désormais toutes les forces de l'univers, le bien et le mal. Tous ceux qui n'étaient pas d'accord avec les Essènes étaient décrits comme des agents de Satan. Satan serait détruit lors de la bataille finale.
  5. Le drame de la pensée apocalyptique était renforcé par des scènes de violence et de destruction qui attendaient les fils des ténèbres. La conviction était que cet âge était tellement corrompu que seule une action violente le guérirait. Les tribulations précédaient la fin. Ce sont là les signes avant-coureurs de l'intervention finale: guerres, famine, fléaux.
  6. Les apocalypses utilisaient un langage codé et des symboles. Ils furent écrits en temps de crise ou de persécution par les dirigeants actuels ou les groupes de croyants concurrents, et à ce titre, il s'agissait d'une littérature subversive qui critiquait le régime actuel. Dans le monde antique, ces critiques étaient interprétées comme une trahison, qui débouchait toujours la peine de mort. En encadrant leurs prophéties d'événements futurs à l'aide de codes ou de mots à la mode, seul un groupe sélectionné pouvait comprendre les références. Aucun vrai nom ou lieu n'était mentionné, ce qui fournit aux textes apocalyptiques une élasticité incroyable par rapport à l'interprétation au cours des siècles. Les textes apocalyptiques furent (et restent) mis à jour à mesure que les régimes et les cultures évoluaient au fil du temps.

Jésus de Nazareth, un prophète apocalyptique

Dans l'évangile de Marc (environ 70 de notre ère), Jésus fut introduit avec la proclamation «...le royaume de Dieu est proche. Repentez-vous, et croyez à la bonne nouvelle.» (1:14). Au 1er siècle de notre ère, la liste de la Théologie de la restauration juive était réduite à une phrase courte, le royaume. C'est la «bonne nouvelle» (Évangile) qui était prêchée par les disciples de Jésus après sa mort. Les évangiles et les lettres de Paul citent systématiquement les Prophètes pour affirmer que la fin des temps était manifeste dans la vie et les enseignements de Jésus-Christ. Le titre préféré de Marc pour Jésus est le «fils de l'homme» tiré du livre de Daniel. Plus tard, la théologie chrétienne affirmerait que, en tant que fils de l'homme, Jésus était préexistant et présent à la création de Dieu.

Le contexte historique de l'évangile de Marc est la grande révolte juive de 66 après JC, où Rome détruisit la ville de Jérusalem et le complexe du Temple. Marc 13 est décrit comme la petite apocalypse :

Alors que Jésus quittait le temple, un de ses disciples lui dit : «Maître, regarde quelles pierres, et quelles constructions! Jésus lui répondit: Vois-tu ces grandes constructions? Il ne restera pas pierre sur pierre qui ne soit renversée.» (13:1-2)

Marc télescopa le temps entre le ministère et les événements courants en permettant à Jésus de prédire que le Temple serait détruit par Rome. Pour Marc, c'était le premier signe de la fin.

Supprimer la pub

Advertisement

Paul (écrivant dans les années 50 et 60) proclama également le message du royaume à venir, avec l'urgence de la crise imminente. Mais pourquoi le royaume n'avait-t-il pas été institué alors que le Christ était sur terre? Un paléochrétien rationalisait le fait que Jésus reviendrait. Tous les éléments du royaume seraient alors remplis. Ce concept était connu sous le nom de parousie, deuxième apparition.

Resurrection of Christ by Piero della Francesca
La Résurrection du Christ par Piero della Francesca
Piero della Francesca (CC BY-NC-SA)

Les lettres de Paul à ses communautés expliquaient comment l'univers entier serait transformé. Toutes les conventions sociales seraient mises à jour: Dans le royaume, «il n'y a ni Juif ni Gentil, ni esclave ni libre, ni hommes et femmes» (Galates 3:28). En attendant le retour, ses communautés devaient vivre proleptiquement, comme si le royaume était déjà là. Paul considérait le retard comme le moment pour lui de terminer sa vocation donnée par Dieu d'être l'apôtre des Gentils.

Au fil des décennies, des communautés chrétiennes s'établirent dans tout l'Empire romain. En attendant la fin de l'âge, les chrétiens développèrent une hiérarchie (élection des évêques) et des règles de comportement pour les croyants. La séparation entre le christianisme et le judaïsme fut achevée au IIe siècle de notre ère. L'Église était maintenant un modèle du royaume jusqu'au retour du Christ. L'au-delà n'a plus été interprété comme étant sur terre, mais comme des récompenses et des punitions au Ciel ou en Enfer. À cette époque, des apocalypses chrétiennes furent produites (attribuées à Paul, Pierre et autres). L'Apocalypse de Pierre fournit l'une de nos premières visites de l'enfer, avec les tortures détaillées qui attendaient différentes catégories de péchés. La version ultérieure de cette étude se trouve dans la littérature médiévale, notamment dans l'Enfer de Dante Alighieri.

Le livre de l'Apocalypse de Jean de Patmos

Sous le règne de Domitien (r. 81-96 de notre ère), les chrétiens furent persécutés pour leur refus de participer aux cultes impériaux et étatiques de Rome. Les chrétiens furent accusés d'athéisme ou d'incrédulité envers les dieux. C'était un crime, celui de la trahison, car la colère des dieux signifiait que vous pouviez menacer la prospérité de l'Empire. Ainsi, les chrétiens aux lions pour leur refus d'honorer les dieux.

L'un des livres apocalyptiques les plus célèbres a peut-être été écrit par Jean, un chrétien exilé sur l'île de Patmos vers la fin du 1er siècle de notre ère. Il nota ses visions des derniers jours, en utilisant les livres de Daniel et d'Ézéchiel. Comme les Essènes, Jean imaginait un monde polarisé entre le bien et le mal: les chrétiens et Rome. En termes de langage symbolique et d'images, l'Apocalypse est l'un des textes apocalyptiques les plus complexes.

Jean fut emmené au ciel, où il envisagea tout en sept et douze, des nombres sacrés dans le judaïsme. Il fut témoin de la libération des quatre cavaliers de l'Apocalypse, qui représentent tous les maux qui se déclencheront sur terre. Les anges ouvrirent des rouleaux, un à la fois, prédisant les catastrophes à venir. Jean affirma que Satan (à l'origine l'un des anges de Dieu) avait déjà été enchaîné en Enfer. (C'est la source de l'idée de la chute de Satan du Ciel.) Satan enverra son agent, le trompeur, sur terre. Le terme «anti-Christ» n'apparaît pas dans ce texte mais est devenu un mot de passe pour cet agent. Il trompera les gens en croyant qu'il est bon. Au cours des siècles, de nombreux individus se sont vu attribuer le rôle d'antéchrist: Attila le Hun au Ve siècle, Napoléon, et bien sûr, Hitler et Staline. Ceux qui suivent le trompeur sont marqués d'un signe secret, «666». on spécule toujours sur la signification de ce nombre.

Famine, the Third Horseman of the Apocalypse
Famine, le troisième cavalier de l'Apocalypse
Kimon Berlin (CC BY-SA)

Jean prétendit que le Christ retournerait sur terre et régnerait pendant mille ans. Cette idée du millénaire fut ensuite confondu avec l'horloge terrestre. En l'an 1000, les chrétiens d'Europe étaient préoccupés par les tentatives visant à établir une chronologie qui décodait les événements prédits, en particulier à partir des Empires énumérés dans le livre de Daniel. Lorsque nous avons atteint l'an 2000, les rumeurs étaient abondantes sur le virus de l'an 2000 qui détruirait nos ordinateurs.

Lors de la bataille finale, les armées de Dieu se réuniront dans la ville de Megiddo et se déplaceront vers le sud vers Jérusalem. Décrit comme étant situé près de la montagne de Megiddo (hébreu : har-megeddan), le terme «Armageddon» est devenu synonyme de la bataille finale et est souvent utilisé comme métaphore moderne. En fin de compte, Satan est libéré de l'Enfer et est vaincu par le Christ. Un nouveau temple descend dans une nouvelle Jérusalem et le royaume de Dieu commence enfin.

Le concept connu sous le nom d'«Enlèvement» n'apparaît pas dans le Livre de l'Apocalypse. Un ministre britannique du XVIIIe siècle s'inquiétait des tribulations à venir. Comment de bons chrétiens ne pourraient-ils pas se faire prendre entre deux feux quand Dieu déclencherait la destruction à venir? Il se tourna vers la première lettre de Paul aux Thessaloniciens, où Paul décrit ce qui se passerait lorsque le Christ reviendrait, en ce sens que «nous qui serons restés en vie au moment où le Seigneur viendra » (4:15) à l'époque, serions transportés au ciel pour accueillir Christ. C'est ce qu'il appela l'Enlèvement — que juste avant la fin, les fidèles seraient pris en charge pour les sauver de la violence et de la destruction imminentes.

Il existe plusieurs livres et productions de chaînes câblées connus sous le nom de la série Left-Behind qui décrivent la vie sur terre après le début de la fin, pour ceux qui n'étaient pas assez purs pour être pris en charge lors du premier enlèvement.

Les idées apocalyptiques en Islam

En réformant le judaïsme traditionnel et le christianisme, le prophète Mahomet (570-632) conserva les mêmes idées de la fin des temps. Le jour du jugement (en arabe : Yawm al-Qiyāmah) est le moment où tous les morts seront ressuscités et jugés en conséquence. Entre-temps, les musulmans sont rejoints par deux anges dans leurs tombes qui leur montrent des images de ce qui les attend soit au Ciel, soit en Enfer.

L'héritage de la pensée apocalyptique

Le Livre de l'Apocalypse a été interprété à de nombreuses reprises au cours des siècles et chaque génération décrit ses propres évaluations de qui est bon et qui est mauvais. Dans le contexte historique, le livre original était dominé par la vengeance contre l'Empire romain à l'époque.

Lorsque Martin Luther protesta contre la corruption du Vatican et de l'Église catholique (1519), divers groupes de communautés chrétiennes furent établis en tant que confessions protestantes. Le Livre de l'Apocalypse est devenu populaire lorsque ces dénominations furent persécutées en Europe (calvinistes, anabaptistes, puritains, pèlerins). En émigrant vers l'Amérique, la nouvelle terre promise, des règles de comportement furent établies pour se maintenir comme justes restant, jusqu'au retour du Christ.

En tant que genre, la science-fiction contient une critique sur la société contemporaine. Se situant dans le futur, ses récits détaillent la façon dont la société a résolu les problèmes (ou non). L'influence des idées apocalyptiques domine les productions hollywoodiennes de sociétés post-nucléaires, souvent avec une poignée de survivants qui peinent à se frayer un chemin dans un monde radicalement modifié. Plus récemment, des scénarios apocalyptiques sont utilisés dans les discussions sur le changement climatique.

En se tournant vers la Bible pour valider ses opinions, nous sommes convaincus que les maux actuels finiront par être résolus par une intervention divine.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Rebecca Denova
Rebecca I. Denova, Ph. D., est Maître de Conférences à temps plein en Christianisme Primitif au Département d'Études Religieuses de l'Université de Pittsburgh. Elle a récemment terminé un manuel, «Religions de la Grèce et de Rome» (Wiley-Blackwell).

Citer cette ressource

Style APA

Denova, R. (2021, juillet 22). Apocalypse Biblique [Biblical Apocalypse]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1801/apocalypse-biblique/

Style Chicago

Denova, Rebecca. "Apocalypse Biblique." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juillet 22, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1801/apocalypse-biblique/.

Style MLA

Denova, Rebecca. "Apocalypse Biblique." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 22 juil. 2021. Web. 12 août 2022.

Adhésion