Caton l'Ancien

Définition

Donald L. Wasson
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 17 juillet 2023
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Cato the Elder (by Unknown Artist, Public Domain)
Caton l'Ancien dit le Censeur
Unknown Artist (Public Domain)

Marcus Porcius Cato, plus connu sous le nom de Caton le Censeur ou Caton l'Ancien (234-149 av. J.-C.), était une personnalité politique influente de la République romaine. En tant que questeur, édile, préteur, consul et censeur, il défendait les vertus romaines et détestait la culture grecque. Il écrivit les premières histoires romaines en latin et était un orateur éloquent. Vers la fin de sa carrière, il plaida en faveur de la troisième guerre punique en prononçant sa célèbre phrase: "Carthage doit être détruite".

Jeunesse et famille

Caton vit le jour en 234 avant notre ère à Tusculum, mais il passa la plus grande partie de son enfance dans le domaine familial en pays sabin. Dans ses Vies , l'historien Plutarque écrit qu'"il acquit très tôt une bonne hygiène de vie en travaillant de ses propres mains, en menant une vie tempérée et en servant à la guerre..." (379) On sait peu de choses sur sa vie avant qu'il n'entre dans l'armée.

Supprimer la pub
Advertisement
Caton le Censeur était considéré comme un champion des vertus romaines, ce qu'il défendit tout au long de sa longue carrière politique et militaire.

Vers 220 avant notre ère, le patricien Lucius Valerius Flaccus vit quelque chose dans le jeune fermier et l'emmena à Rome où il commença une vie politique. Marié deux fois, Plutarque affirme que Caton était à la fois un bon mari et un bon père. Faisant écho à l'attitude de l'époque, Caton pensait qu'il valait mieux épouser "une femme plus noble que riche, car elle serait plus obéissante dans tout ce qui est convenable et juste" (392). Son fils aîné mourut en 152 avant notre ère, tandis que son second fils serait le grand-père de l'homme d'État et orateur romain Caton le Jeune (95-46 av. J.-C.) - d'où le surnom de Caton l'Ancien, plus tard attribué à Caton le Censeur. Comme le futur Caton, Caton le Censeur était considéré comme un champion des vertus romaines, ce qu'il défendit tout au long de sa longue carrière politique et militaire.

Carrière politique

L'ascension de Caton sur le cursus honorum commença dans l'armée. Très jeune (Plutarque prétend qu'il avait 17 ans), il servit pendant la deuxième guerre punique (218-201 av. J.-C.), se distinguant à la bataille du Métaure en 207 avant J.-C. Plutarque écrit qu'au combat, "il frappait hardiment, sans broncher, restait fermement campé sur ses positions, fixait un visage audacieux sur ses ennemis..." (379). Il servit comme questeur sous le héros de la bataille de Zama (202 av. J.-C.), Scipion l'Ancien (236-183 av. J.-C.), en Italie et en Afrique. C'est au cours de la deuxième guerre punique que le mépris de Caton pour Carthage commença à se manifester. Il fut ensuite édile de la plèbe en 199 avant notre ère et préteur en Sardaigne en 198 avant notre ère, où il réprima l'usure. Il devint consul avec son ancien mentor Lucius Valerius Flaccus en 195 avant notre ère et s'opposa sans succès à l'abrogation de la loi Oppia (Lex Oppia), qui limitait non seulement la richesse d'une femme, mais aussi l'étalage de sa richesse. Il réprima une rébellion en Espagne, étendant le contrôle romain et organisant l'exploitation des mines d'or et d'argent.

Supprimer la pub
Advertisement

The Second Punic War (218 - 201 BCE)
La deuxième guerre punique (218 - 201 avant notre ère)
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

À la fin de sa carrière militaire, il servit comme tribun militaire (certains disent légat) à la bataille des Thermopyles en 191 avant notre ère contre Antiochos III (r. de 223 à 187 av. J.-C.), souverain de l'Empire séleucide. Selon Philip Matyszak, dans son ouvrage Greece Against Rome, les Séleucides et les Romains étaient parfaitement au courant de la défaite de Léonidas et des 300 Spartiates aux Thermopyles en 480 avant notre ère. Ils étaient également au courant de l'existence du célèbre col. Sachant cela, Antiochos posta une garnison étolienne pour garder le col qui avait permis à l'armée perse de Xerxès Ier d'attaquer Léonidas par l'arrière. Les Romains ripostèrent en envoyant une colonne attaquer la garnison tandis qu'une autre la contournait. La seconde colonne était dirigée par Caton, qui "s'amusait comme un fou" et manqua de se perdre. Lorsque les Romains, sous le commandement de Marcus Glabrio, attaquèrent enfin la garnison, le bruit de la bataille guida Caton et ses forces vers l'arrière des Séleucides. La bataille s'acheva sur une perte de 200 hommes pour les Romains.

Censure

Pour décourager la vie de luxe, Caton imposa des taxes punitives sur les vêtements, les carrosses, les ornements féminins et les meubles coûteux.

Caton eut ses détracteurs tout au long de sa carrière. Anthony Everitt, dans son ouvrage The Rise of Rome, écrit qu'une "nouvelle génération de politiciens (novus homo) apparut après la fin des guerres contre Carthage, dont le plus compétent, mais aussi le plus antipathique, était Marcus Porcius Cato" (296). Adrian Goldsworthy, dans son ouvrage intitulé Fall of Carthage, a déclaré que ces nouveaux hommes "avaient eux-mêmes tendance à exagérer les obstacles qu'ils avaient surmontés afin de rehausser leurs propres réalisations" (41). L'impopularité de Caton devint très visible lorsqu'en 184 avant notre ère, il servit de censeur avec Flaccus. Le censeur était généralement un ex-consul et pouvait occuper cette fonction pendant 18 mois. Ses principales fonctions consistaient à dresser les listes de citoyens et à évaluer leurs biens et leur moralité. Ils surveillaient également les listes du Sénat romain, expulsant toute personne soupçonnée de comportement inapproprié - un sénateur fut expulsé pour avoir serré sa femme dans ses bras en public. Pour décourager la vie de luxe, Caton imposa des taxes punitives sur les vêtements, les carrosses, les ornements féminins et les meubles coûteux.

Supprimer la pub
Advertisement

Orateur et défenseur des valeurs romaines

Selon Plutarque, Caton avait un caractère solidaire et profond. Il était admiré par son entourage car, alors que d'autres Romains succombaient aux influences extérieures et aux "coutumes mélangées", Caton résistait. Il était considéré comme quelqu'un "qui pouvait cultiver les vieilles habitudes [...] ou être amoureux de vêtements pauvres et de logements confortables, ou qui pouvait fixer ses ambitions plutôt sur le fait de se passer de luxe que sur le fait de le posséder" (381). Surtout connu et respecté pour son éloquence oratoire, on disait de lui qu'il était courtois et agréable, mais redoutable et écrasant. Son éloquence devant le Sénat lui valut le surnom de Démosthène romain.

Ancient Roman Society and Social Order
Société romaine antique et ordre social
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Selon Josiah Osgood dans son ouvrage Uncommon Wrath, Caton "défendait les valeurs romaines traditionnelles de travail acharné, d'austérité et de volonté de faire n'importe quel sacrifice pour le bien public, et il attaquait les sénateurs nobles qui n'étaient pas à la hauteur de ces valeurs" (23). Goldsworthy a écrit que tout au long de sa carrière, "Caton s'est présenté comme le défenseur de la morale et de la vertu romaines traditionnelles contre l'influence corruptrice de la culture étrangère, en particulier grecque" (324).

Œuvre

Outre son rôle d'homme politique, Caton l'Ancien était également un auteur; il rédigea le premier ouvrage historique en latin. Les sept livres d'Origène traitent de Rome à l'époque royale, tout en évitant les débuts de la République. Dans Origène, Caton estime que le service de l'État est plus important que l'individu. Un deuxième ouvrage - le seul à être resté intact - est le De agri cultura. Pour Caton, le commerce était plus rentable que l'agriculture mais trop risqué, tandis que la banque était plus déshonorante. Caton y affirme que "le citoyen avec sa charrue et sur le champ de bataille avec l'épée et la lance, représente tout ce qu'il y a de meilleur à Rome" (Everitt 296).

Supprimer la pub
Advertisement

Bien qu'il ait parlé couramment le grec, dans son Ad filium, il exprime son mépris pour tout ce qui est grec, les qualifiant de "race vile et corruptrice". Caton s'en prend à l'influence corruptrice de la culture grecque, à savoir la littérature et la philosophie grecques, sur le comportement et la morale traditionnels des Romains. Bien qu'il admire le philosophe grec Socrate (c. 470/469-399 av. J.-C.) pour avoir mené une vie tempérée et satisfaite, il le qualifie de "terrible radoteur".

L'une des principales cibles politiques de Caton était le commandant et héros romain Publius Cornelius Scipion l'Africain (Major), sous lequel Caton avait servi en tant que questeur. Pendant son mandat, Caton accusa Scipion de faire preuve d'indulgence personnelle et de surpayer ses troupes, qui, selon Caton, dépensaient l'argent en produits de luxe. L'appréciation de Scipion pour la culture grecque et la langue grecque poussa, selon Everitt, Caton à consacrer une grande partie de son temps à essayer de le discréditer. Au retour de leur bataille victorieuse contre Antiochos III, Scipion et son frère Lucius furent accusés de fraude. Refusant de faire face à ces allégations, Scipion quitta Rome et se retira dans sa villa.

Scipio Africanus the Elder
Scipion l'Africain (Major)
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Malgré son dédain pour les Grecs, Caton reconnaît le lien romain avec Énée et la guerre de Troie. Everitt écrit que pour Caton "il y avait quelque chose d'impardonnablement grec dans la sophistication et la complaisance de la vie urbaine" (296). Mais Mary Beard, dans son SPQR, écrit que l'idée que Caton se faisait des "valeurs romaines à l'ancienne, sans états d'âme, était autant une invention de son époque qu'une défense de la tradition romaine de longue date" (268). Le sens romain de l'austérité était le produit d'un choc culturel dans une période d'expansion.

Supprimer la pub
Advertisement

Carthage doit être détruite

Après la deuxième guerre punique et la défaite et l'exil d'Hannibal (247-183 av. J.-C.), Carthage commença à retrouver sa puissance économique tout en respectant le traité de paix signé avec Rome. Vers 153 avant notre ère, Caton, alors octogénaire, fut l'un des représentants chargés d'arbitrer un différend entre Carthage et le roi numide Masinissa (r. de 202 à 148 av. J.-C.), Caton fut impressionné par la richesse croissante de la ville et son essor économique. De retour à Rome, Caton lança un avertissement à Rome : "Carthago delenda est" ("Carthage doit être détruite"). Plutarque écrit que Caton avait trouvé Carthage "bien équipée, pleine de richesses et de toutes sortes d'armes et de munitions" (396). Il estimait que Rome devait surveiller attentivement Carthage, sous peine de se mettre elle-même en danger.

Les Numides, sous la direction de leur roi vieillissant, continuèrent d'empiéter sur le territoire carthaginois, prétendant récupérer des terres saisies précédemment. Les appels à Rome restèrent sans réponse. Finalement, Carthage se souleva et envoya des forces contre Masinissa, mais le résultat fut désastreux. Cette attaque constituait une violation des ordres romains interdisant à la ville de s'engager dans une quelconque action militaire. Réagissant à l'avertissement de Caton, une armée romaine fut envoyée à Carthage en 149 avant notre ère. La ville se soumit, livrant 300 otages et des armes, mais lorsque Rome exigea qu'elle reconstruise sa ville plus à l'intérieur des terres, à 16 km de la mer, ce qui détruirait sa capacité à commercer, la ville s'y opposa.

Carthage and its Harbour
Carthage et son port
The Creative Assembly (Copyright)

Pour mettre fin à la troisième guerre punique, Rome envoya des forces sous les ordres du consul et commandant Publius Cornelius Scipio (petit-fils adoptif de Scipio l'Africain) et, en 146 avant notre ère, Carthage se rendit, la ville fut rasée et l'Afrique du Nord devint une province de Rome. Pour beaucoup, Rome n'avait aucune justification pour la guerre ou l'anéantissement de la ville. Plutarque écrit que "Caton, dit-on, déclencha la troisième et dernière guerre contre les Carthaginois, mais à peine ladite guerre fut-elle commencée qu'il mourut" (397).

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Pourquoi Caton l'Ancien est-il célèbre ?

Caton l'Ancien était connu pour être un orateur éloquent, défendre les vertus romaines traditionnelles, détester la culture grecque et plaider en faveur de la troisième guerre punique.

Quel âge avait Caton l'Ancien à sa mort ?

Caton l'Ancien avait 85 ans lorsqu'il mourut en 149 avant notre ère.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Donald L. Wasson
Donald a enseigné l’histoire antique et médiévale ainsi que l’histoire des États-Unis à Lincoln College (Illinois). Éternel étudiant d’histoire depuis qu’il a découvert Alexandre le Grand, il met toute son énergie à transmettre son savoir à ses étudiants.

Citer cette ressource

Style APA

Wasson, D. L. (2023, juillet 17). Caton l'Ancien [Cato the Elder]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13419/caton-lancien/

Style Chicago

Wasson, Donald L.. "Caton l'Ancien." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juillet 17, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13419/caton-lancien/.

Style MLA

Wasson, Donald L.. "Caton l'Ancien." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 17 juil. 2023. Web. 22 avril 2024.

Adhésion