Joseph Warren

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$2012 / $18000

Définition

Harrison W. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 08 janvier 2024
Disponible dans ces autres langues: anglais, chinois
X
Dr. Joseph Warren (by John Singleton Copley, Public Domain)
Docteur Joseph Warren
John Singleton Copley (Public Domain)

Le docteur Joseph Warren (1741-1775) était un médecin de Boston, dans le Massachusetts, qui devint un important dirigeant politique du mouvement patriote pendant les premières années de la révolution américaine (vers 1765-1789). Connu pour avoir envoyé Paul Revere dans sa course de minuit et pour sa mort prématurée lors de la bataille de Bunker Hill, Warren est considéré comme l'un des pères fondateurs des États-Unis.

Jeunesse

Le 11 juin 1741, Joseph Warren vit le jour dans la ville de Roxbury, située juste en face de Boston, dans la colonie britannique de la baie du Massachusetts. Aîné de quatre frères, il était le fils de Joseph Warren, père, fermier, et de Mary Stevens Warren; le jeune Joseph accompagnait souvent son père lors de ses voyages à Boston. Garçon responsable, charismatique et très intelligent, Joseph excella dans ses études à l'école latine de Roxbury et fut inscrit à l'université de Harvard en 1755, à l'âge de 14 ans seulement. En octobre de la même année, Joseph Warren, père, cueillait des pommes lorsqu'il tomba du haut d'une grande échelle. La chute lui brisa la nuque et le tua sur le coup. Joseph Jr. fut désormais chargé de s'occuper de sa mère et de ses jeunes frères, un fardeau rendu un peu plus supportable grâce aux contributions financières d'amis de la famille.

Supprimer la pub
Publicité

Warren ne laissa pas la mort de son père, et les responsabilités supplémentaires qui en découlèrent, gâcher son expérience à Harvard. Il monta plusieurs représentations de la pièce populaire Cato dans sa chambre d'étudiant, fut un membre actif de la milice de l'université et fit peut-être même partie d'un club d'étudiants en médecine qui faisaient des descentes dans les cimetières et les prisons à la recherche de cadavres pour s'entraîner à opérer. Dans son livre Bunker Hill : A City, A Siege, A Revolution (Une ville, un siège, une révolution), l'auteur Nathaniel Philbrick raconte une anecdote datant de l'époque de Warren à Harvard, qui illustre sa personnalité déterminée et son goût pour les sensations fortes :

Un camarade de classe a raconté plus tard comment Warren avait réagi lorsqu'il fut exclu d'une réunion de camarades de classe dans une chambre de dortoir située à l'étage supérieur. Au lieu de frapper à la porte, il se rendit sur le toit du bâtiment, descendit le long d'un tuyau d'arrosage et entra par une fenêtre ouverte. Au moment où il fit son entrée, la gouttière pourrie s'effondra sur le sol dans un fracas spectaculaire. Warren haussa simplement les épaules et déclara que la gouttière avait fait son office. Pour un garçon qui avait perdu son père dans une chute mortelle, c'était un exemple de bravade. C'était un jeune homme qui avait osé faire ce qui aurait dû, en toute logique, le terrifier (144).

Après avoir obtenu son diplôme en 1759, Warren enseigna pendant un an à l'école latine de Roxbury avant de commencer à pratiquer la médecine et la chirurgie à Boston. En 1764, lors d'une épidémie de variole, Warren, âgé de 23 ans, travailla avec une équipe de médecins pour inoculer environ 5 000 personnes qui avaient été mises en quarantaine sur Castle William, dans le port de Boston. Il soigna des Bostoniens de tous horizons, dont l'avocat John Adams et les fils du lieutenant-gouverneur du Massachusetts Thomas Hutchinson, ce qui lui permit de devenir rapidement l'un des médecins les plus connus et les plus respectés de Boston. La même année, Warren épousa Elizabeth Hooten, une héritière de 18 ans; le couple aurait deux fils et deux filles avant la mort prématurée d'Elizabeth en 1773. Warren semble avoir été un homme qui appréciait les belles choses de la vie puisque, au moment de la mort de sa femme, il avait dépensé la quasi-totalité de l'importante dot de celle-ci. Warren se forgea alors une réputation de médecin respecté et de veuf charmant, mais alors que le vent de la révolution souffla de l'autre côté du port, Warren fut bientôt propulsé à la tête d'un nouveau mouvement politique.

Supprimer la pub
Publicité

Le révolutionnaire

Warren fit probablement la connaissance de Hancock, Adams et d'autres Whigs bostoniens de premier plan vers 1765.

C'est dans le cadre de sa profession que le Dr Warren fit la connaissance des hommes qui allaient changer non seulement sa vie, mais aussi le cours de l'histoire américaine. John Hancock était le marchand le plus riche de Nouvelle-Angleterre, dont l'ambition et le style de vie tapageur étaient illustrés par son grand manoir au sommet de Beacon Hill, à Boston. Samuel Adams, quant à lui, était un homme d'affaires sans succès, constamment au bord de la pauvreté, mais dont la langue charismatique et l'habileté à manier la plume allaient bientôt le placer à l'avant-garde du mouvement révolutionnaire. Warren fit probablement la connaissance de Hancock, d'Adams et d'autres Whigs bostoniens de premier plan vers 1765, année où le Parlement britannique promulgua le Stamp Act.

Le Stamp Act était la tentative du Parlement d'amener les treize colonies britanniques d'Amérique du Nord à contribuer au remboursement de la dette contractée par l'Empire britannique lors de la guerre de Sept Ans, qui s'était achevée deux ans plus tôt. La loi exigeait des colons qu'ils paient une taxe, représentée par un timbre, sur tous les documents papier qu'ils achetaient. Bien que la taxe en elle-même n'ait pas été particulièrement lourde, de nombreux Américains s'opposèrent au Stamp Act, estimant que le Parlement n'avait pas le droit de les taxer directement.

Supprimer la pub
Publicité

Lorsque les ancêtres des colons avaient effectué la première traversée vers le Nouveau Monde, ils avaient emporté avec eux leurs "droits d'Anglais", des droits inscrits dans la constitution britannique et dans leurs propres chartes coloniales. L'un de ces droits était le droit du peuple à s'imposer lui-même; comme aucun Américain n'était représenté au Parlement britannique, ce dernier n'avait pas le droit d'imposer les Américains. Samuel Adams fut l'une des voix les plus fortes à s'opposer au Stamp Act, arguant que si les Américains payaient la taxe, ils passeraient "du statut de sujets libres à celui, misérable, d'esclaves tributaires" (Schiff, 73).

Portrait of Samuel Adams
Portrait de Samuel Adams
John Singleton Copley (Public Domain)

Le 14 août 1765, une foule de Boston pendit en effigie l'un des nouveaux fonctionnaires du timbre avant d'attaquer sa maison; le fonctionnaire du timbre démissionna le lendemain, et l'arbre auquel l'effigie avait été pendue fut surnommé l'arbre de la liberté (Liberty Tree). Bien que Warren n'ait pas participé aux émeutes du Stamp Act, il en fut certainement le témoin et put ainsi goûter pour la première fois à la ferveur révolutionnaire. Au début de l'année 1766, le Parlement abrogea le Stamp Act, mais les colons eurent à peine eu le temps de se réjouir avant l'adoption des Townshend Acts en 1767, des taxes considérées comme tout aussi oppressives par les colons. Entre-temps, la position de Warren en tant que membre estimé de la communauté de Boston lui permit de s'intégrer davantage dans la faction patriote de la ville. Il se rapprocha du groupe clandestin d'agitateurs politiques connu sous le nom de Fils de la Liberté. Le médecin se lia notamment d'amitié avec l'un des membres du groupe, un orfèvre nommé Paul Revere.

En 1768, Warren entra pour la première fois dans l'arène politique en écrivant une série d'articles pour la Boston Gazette qui dénonçaient les lois Townshend; les articles étaient rédigés dans une prose élégante mais enflammée et étaient signés "A True Patriot" (Un vrai patriote). Les propos de Warren étaient si incendiaires que le gouverneur royal tenta d'accuser Warren et ses éditeurs de diffamation, mais un grand jury refusa de donner suite aux accusations. La même année, des émeutes éclatèrent à nouveau à Boston après que des fonctionnaires britanniques eurent tenté de saisir le Liberty, un sloop appartenant à Hancock; les Britanniques répondirent aux émeutes en envoyant des soldats, le 1er octobre 1768, qui commencèrent à installer leur camp sur le Boston Common (ancien jardin public de la ville de Boston). Warren avait choisi un moment précaire pour se lancer dans la politique, mais il s'aperçut qu'il aimait les sensations fortes; il se retrouva bientôt parmi les hommes les plus révolutionnaires de la ville la plus révolutionnaire d'Amérique.

Supprimer la pub
Publicité

L'étoile montante

Au printemps 1770, l'occupation britannique de Boston durait depuis près d'un an et demi; pendant tout ce temps, la tension était montée entre les soldats et les habitants de la ville. Le 22 février 1770, une foule de Bostoniens, composée principalement de jeunes garçons, se rassembla pour protester devant la maison d'un fonctionnaire des douanes et d'un loyaliste; affirmant qu'il craignait pour sa vie, le loyaliste tira sur la foule, tuant Christopher Seider, âgé de 11 ans. Le docteur Warren pratiqua l'autopsie du jeune Seider, dont le meurtre enflamma la population de Boston, conduisant une autre foule à harceler un groupe de soldats britanniques quelques jours plus tard, le 5 mars. Les soldats ouvrirent le feu sur la foule, tuant finalement cinq colons et en blessant six autres.

Comme beaucoup de ses concitoyens bostoniens, Warren réagit avec rage au massacre de Boston. Aux côtés de deux autres Fils de la Liberté, James Bowdoin et Samuel Pemberton, Warren faisait partie d'un comité qui recueillit des déclarations sous serment sur le massacre afin de faciliter les poursuites contre les soldats britanniques. Le comité décida de publier ces déclarations sous le titre A Short History of the Horrid Massacre in Boston (Histoire brève de l'horrible massacre de Boston), un récit qui était tout à fait aussi propagandiste que son titre le suggère; le récit mettait l'accent sur l'agression des soldats britanniques dans les jours précédant le massacre tout en présentant les citoyens de Boston comme pacifiques et respectueux des lois. Ce récit est devenu le plus connu du massacre de Boston, influençant fortement l'opinion publique autour de l'événement; malgré cela, la plupart des soldats britanniques accusés furent acquittés lors du procès, brillamment défendus par le patient et ami de Warren, John Adams.

The Boston Massacre
Le massacre de Boston
Paul Revere (Copyright)

Le travail de Warren au sein du comité du massacre de Boston accrut considérablement son image publique en tant que patriote; il devint étroitement associé à Samuel Adams, qui devint une sorte de mentor pour Warren. Le 16 décembre 1773, des membres des Fils de la Liberté déversèrent 342 caisses de thé de la Compagnie britannique des Indes Orientales dans le port de Boston pour protester contre le récent Tea Act. Warren et son ami Paul Revere faisaient partie de ceux qui avaient organisé une garde pour s'assurer que le thé ne soit pas déchargé dans les jours précédant ce que l'on a appelé la Boston Tea Party, tandis que Warren travailla plus tard avec Sam Adams pour justifier la protestation auprès des autres colonies. En 1774, le Parlement réagit en adoptant une série de mesures punitives connues dans les colonies sous le nom de lois intolérables. Ces lois comprenaient la fermeture du port de Boston au commerce, l'installation du général britannique Thomas Gage en tant que gouverneur militaire du Massachusetts et le remplacement de nombreux fonctionnaires de la colonie par des personnes nommées par le roi. Les lois intolérables furent condamnées dans toutes les colonies en tant qu'atteinte aux libertés américaines.

Supprimer la pub
Publicité

En août 1774, Samuel Adams, John Adams et John Hancock partirent pour Philadelphie afin d'assister au premier Congrès continental, une réunion de délégués de douze des treize colonies pour discuter d'une réponse unifiée aux lois intolérables. Warren resta dans le Massachusetts, où il joua un rôle de premier plan dans la rédaction des Résolutions de Suffolk, qui demandaient aux milices locales de la colonie de commencer à se préparer à un conflit potentiel avec les troupes britanniques. Warren envoya Revere remettre les résolutions du Suffolk au Congrès continental, dont la première tâche était de les approuver. Lorsque Hancock et les Adams revinrent du Congrès continental à la fin du mois d'octobre, ils rejoignirent Warren et d'autres patriotes du Massachusetts dans la ville de Concord où ils formèrent le Congrès provincial, un gouvernement américain provisoire destiné à faire contrepoids au gouvernement militaire du général Gage. Warren joua un rôle actif dans la préparation des milices de la colonie et dans l'approvisionnement en armes et en poudre à canon.

Pendant tout ce temps, Warren poursuivit son travail de médecin; il répara la main cassée du jeune John Quincy Adams, le futur sixième président des États-Unis, qui lui attribuerait plus tard la capacité de tenir un stylo dans cette main. Warren entama également une liaison passionnée avec Mercy Scollay, une de ses anciennes patientes âgée de 33 ans; à la fin de l'année 1774, leur relation était l'une des plus discutées à Boston et, au début de l'année 1775, ils se fiancèrent.

Lexington et Concord

Le 5 mars 1775, cinquième anniversaire du massacre de Boston, Warren prononça un discours devant une foule rassemblée dans l'Old South Meetinghouse de Boston; rappelant l'époque où il montait des pièces de théâtre dans son dortoir de Harvard, Warren prononça son discours vêtu d'une toge pour rappeler les libertés de l'ancienne République romaine. Après avoir décrit de façon dramatique les familles endeuillées des victimes du massacre, Warren annonça ce qui suit:

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

L'indépendance par rapport à la Grande-Bretagne n'est pas notre objectif. Non, notre souhait est que la Grande-Bretagne et les colonies puissent, comme le chêne et le lierre, croître et se renforcer ensemble... mais si ces mesures pacifiques sont inefficaces et qu'il apparaît que le seul chemin vers la sécurité passe par des champs de sang, je sais que vous ne détournerez pas vos visages de vos ennemis mais que vous avancerez, sans relâche, jusqu'à ce que la tyrannie soit foulée aux pieds et que vous ayez fixé votre déesse adorée, la Liberté... sur le trône américain (Philbrick, 203).

Les paroles de Warren laissaient présager un conflit qui ne tarderait pas à se manifester. En mars 1775, la rébellion planait dans l'air au-dessus du Massachusetts; pour retarder le conflit le plus longtemps possible, le général britannique Gage envoya des troupes dans la campagne pour confisquer les stocks d'armes et de munitions, afin d'empêcher les milices coloniales de s'en servir. Aux premières heures du 19 avril 1775, une expédition de 700 soldats britanniques fut envoyée sur la route de Concord, où se trouvait l'un de ces entrepôts. Gage voulait prendre les colons par surprise, mais ses intentions avaient été dévoilées aux Américains plusieurs jours auparavant. Dans la soirée du 18 avril, Warren envoya Revere et un autre homme, William Dawes, sur la route de Concord pour alerter les milices de l'arrivée des réguliers.

Paul Revere Wakes the Town of Lexington
Paul Revere réveille la ville de Lexington
Hy Hintermeister (Public Domain)

La célèbre chevauchée nocturne de Revere permit à quelque 70 miliciens d'affronter les soldats britanniques sur Lexington Green vers 4h30 du matin le 19 avril; au cours de l'affrontement, un coup de feu retentit, conduisant les Britanniques à tirer deux salves sur les colons, tuant huit d'entre eux et en blessant dix autres. Les Britanniques poursuivirent leur route jusqu'à Concord, mais découvrirent que les Américains avaient caché la plupart des munitions. Sur le chemin du retour vers Boston, les Britanniques furent harcelés par des troupes coloniales de plus en plus nombreuses. Ne voulant pas être tenu à l'écart de l'action, Warren arriva au combat et faillit être tué par une balle qui lui traversa les cheveux. Les batailles de Lexington et Concord se soldèrent par 273 pertes britanniques et 95 pertes américaines; les Britanniques se replièrent sur Boston, qui fut encerclée par plus de 15 000 miliciens coloniaux dès le lendemain matin. Le siège de Boston, première grande opération militaire de la guerre d'Indépendance américaine (1775-1783), avait commencé.

Bunker Hill et mort

Peu après Lexington et Concord, Hancock et les Adams partirent pour Philadelphie afin d'assister au deuxième Congrès continental. Le 2 mai 1775, Warren fut élu à la présidence du Congrès provincial du Massachusetts à la place de Hancock; à seulement 33 ans, il était le dirigeant révolutionnaire le plus important du Massachusetts et était chargé de l'effort de guerre. Alors qu'il supervisait le siège, il fut confronté à la tâche ardue de se procurer suffisamment de poudre à canon et d'artillerie, deux éléments qui faisaient cruellement défaut à l'armée coloniale. Il se lia d'amitié avec un soldat du Connecticut nommé Benedict Arnold qu'il envoya avec quelques troupes pour s'emparer du fort Ticonderoga sur le lac Champlain; Arnold réussit finalement, même si l'artillerie de Ticonderoga n'arriverait à Boston qu'en février 1776.

Le 15 juin 1775, l'armée coloniale apprit que les Britanniques avaient l'intention de fortifier la position stratégique de Dorchester Heights, à partir de laquelle ils pourraient balayer les Américains des villes de Roxbury et de Cambridge et mettre fin au siège. Le Congrès provincial décida d'anticiper ce mouvement en s'emparant de Bunker Hill et en le fortifiant, sur la péninsule de Charlestown, au nord de Boston. Dans la nuit du 16 juin, 1 200 soldats coloniaux sous les ordres du général Israel Putnam et du colonel William Prescott se mirent en route pour Charlestown, mais au lieu de fortifier Bunker Hill comme cela leur avait été demandé, ils commencèrent à se retrancher sur Breed's Hill, une position plus proche de Boston. Lorsque les Britanniques s'aperçurent de ce mouvement le lendemain matin, ils n'eurent d'autre choix que de réagir. Après une canonnade matinale, 2 400 soldats britanniques sous les ordres du général William Howe débarquèrent à Charlestown pour chasser les Américains de leur position.

À ce moment-là, le Dr Warren avait été nommé major général par le Congrès continental et attendait l'arrivée de sa commission. Mais il était impatient de participer aux combats; laissant ses tâches chirurgicales à l'un de ses apprentis, Warren partit seul pour Charlestown. Là, il se procura un mousquet auprès d'un soldat colonial blessé et se présenta au général Putnam, offrant de servir comme simple soldat d'infanterie. Il rejoignit alors les soldats qui défendaient la redoute de Breed's Hill; il dut faire bonne impression auprès des troupes coloniales sales et en sueur, car Warren était vêtu d'un "manteau de toile légère dont les boutons couverts étaient travaillés en argent, ses cheveux bouclés sur les côtés de sa tête et épinglés" (Philbrick, 420).

Death of General Warren at the Battle of Bunker Hill
Mort du général Warren à la bataille de Bunker Hill
John Trumbull (Public Domain)

Vers le milieu de l'après-midi, les Britanniques avancèrent à deux reprises sur Breed's Hill; à chaque fois, les colons attendirent le dernier moment pour lancer des salves de plomb dévastatrices, ce qui entraîna de lourdes pertes britanniques et les obligea à redescendre la colline. Lors de la troisième tentative, les Britanniques parvinrent à prendre d'assaut la redoute, dispersant les défenseurs américains et tuant ceux qui refusaient de fuir. Warren, qui fut peut-être l'un des derniers Américains à quitter la fortification, fut tué instantanément d'une balle entre les deux yeux. Il fut reconnu par les soldats britanniques qui donnèrent plusieurs coups de baïonnette à son cadavre et le dépouillèrent de ses vêtements de luxe. Son corps nu et en décomposition fut retrouvé quelques mois plus tard par ses frères et Paul Revere, qui l'identifia grâce à ses fausses dents.

Héritage

Warren devint un martyr de la cause américaine et sa mort fut déplorée dans toutes les colonies. La perte de son service énergique fut fortement ressentie; en 1782, un homme déclara même qu'il pensait que si Warren avait vécu, George Washington aurait été "un parfait inconnu" (Philbrick, 481). Warren laissa quatre enfants; en 1778, Benedict Arnold leur donna à chacun 500 dollars pour leur éducation et demanda au Congrès de leur verser une pension de major-général. Bien qu'il soit mort avant la Déclaration d'indépendance américaine, la contribution de Warren à la Révolution américaine lui valut d'être reconnu comme l'un des pères fondateurs des États-Unis. De nombreuses villes et comtés américains modernes ont été nommés en son honneur.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qui était le Dr Joseph Warren ?

Le docteur Joseph Warren était un médecin de Boston, dans le Massachusetts, qui joua un rôle important en tant que leader patriote dans les premières années de la Révolution américaine (vers 1765-1789). Il dépêcha Paul Revere pour sa célèbre course de minuit et participa à la bataille de Bunker Hill, au cours de laquelle il fut tué.

Pourquoi le Dr Joseph Warren est-il important ?

Joseph Warren est un personnage important de l'histoire américaine car il contribua à l'organisation des milices coloniales dans les jours qui précédèrent la guerre d'Indépendance. Il envoya Paul Revere dans sa course de minuit pour alerter les milices avant les batailles de Lexington et de Concord et supervisa les premiers mois du siège de Boston.

Comment Joseph Warren est-il décédé ?

Joseph Warren fut tué le 17 juin 1775, lors de l'attaque britannique à la bataille de Bunker Hill. Sa mort a fait de lui un martyr de la cause révolutionnaire américaine.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Harrison W. Mark
Harrison Mark est diplômé de SUNY Oswego où il a étudié l'histoire et les sciences politiques.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, H. W. (2024, janvier 08). Joseph Warren [Joseph Warren]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22526/joseph-warren/

Style Chicago

Mark, Harrison W.. "Joseph Warren." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le janvier 08, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22526/joseph-warren/.

Style MLA

Mark, Harrison W.. "Joseph Warren." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 08 janv. 2024. Web. 12 juil. 2024.

Adhésion