Boston Tea Party

Définition

Harrison W. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 24 novembre 2023
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Boston Tea Party (by Nathaniel Currier, Public Domain)
La Boston Tea Party
Nathaniel Currier (Public Domain)

La Boston Tea Party fut un acte de protestation politique mené par des colons américains le 16 décembre 1773 à Boston, dans le Massachusetts. Déguisés en Mohawks, les colons déversèrent 342 caisses de thé dans le port de Boston pour protester contre une taxe sur le thé et le monopole de la Compagnie britannique des Indes orientales (EIC) sur le commerce du thé.

La Boston Tea Party s'inscrit dans le cadre d'un conflit plus large entre le Parlement de Grande-Bretagne et les treize colonies de l'Amérique du Nord britannique au sujet du droit du Parlement de taxer les colonies; les colons soutenaient que toute tentative du Parlement de les taxer directement violait leurs droits constitutionnels en tant qu'Anglais puisqu'ils n'étaient pas représentés au Parlement. En mai 1773, le Parlement adopta le Tea Act, censé renflouer les caisses de la Compagnie britannique des Indes orientales, en difficulté financière, en lui accordant le monopole du commerce du thé en Amérique. Les colons interprétèrent cela comme une nouvelle tentative de domination et décidèrent d'empêcher le déchargement du thé. Après la destruction du thé de la Compagnie britannique des Indes orientales, le Parlement décida de punir Boston et émit une série d'actes punitifs au début de l'année 1774, connus sous le nom de "lois intolérables"; l'adoption de ces lois contribua à déclencher la guerre d'Indépendance américaine (1775-1783). La Boston Tea Party reste l'un des épisodes les plus emblématiques de la Révolution américaine (c. 1765-1789).

Supprimer la pub
Advertisement

Contexte

Au milieu des années 1760, le Parlement britannique avait besoin de nouvelles sources de revenus fiscaux pour rembourser l'énorme dette accumulée lors de la récente guerre de Sept Ans (1756-1763). Les treize colonies de l'Amérique du Nord britannique, pour la défense desquelles la guerre avait été en partie menée, constituaient une source potentielle. Estimant que les colonies devaient contribuer à supporter le fardeau financier de l'Empire britannique, le Parlement adopta en mars 1765 le Stamp Act (loi sur le timbre), qui imposait une taxe sur tous les supports papier des colonies américaines, notamment les journaux, les documents juridiques, les calendriers, les cartes à jouer et bien d'autres choses encore. Le Stamp Act se heurta à la résistance véhémente des colons qui estimaient qu'une telle taxe violait leurs droits en tant qu'Anglais, en particulier le droit à l'auto-taxation. Les Américains n'étant pas représentés au Parlement, ils soutenaient que celui-ci n'avait pas le pouvoir de les taxer directement.

Des protestations éclatèrent dans les colonies et les marchands américains exercèrent une pression économique sur la Grande-Bretagne en boycottant les importations britanniques.

Ces sentiments furent réitérés par les assemblées coloniales, notamment par la Chambre des bourgeois de Virginie, qui publia une série de résolutions affirmant que seule la Virginie avait le pouvoir de taxer les Virginiens. Des protestations éclatèrent dans toutes les colonies; tandis que les marchands américains exercèrent une pression économique sur la Grande-Bretagne en boycottant les importations britanniques, d'autres colons descendirent dans la rue. Le 14 août 1765, une foule se rassembla à Boston, capitale de la province de Massachusetts Bay. Elle suspendit à un orme l'effigie du distributeur de timbres de la colonie avant de saccager sa maison. Douze jours plus tard, la foule prit d'assaut la maison du lieutenant-gouverneur du Massachusetts, Thomas Hutchinson, et l'obligea, lui et sa famille, à se réfugier sur Castle Island, dans le port de Boston. Ces émeutes donnèrent naissance aux Fils de la Liberté, une organisation informelle d'agitateurs politiques américains clandestins.

Supprimer la pub
Advertisement

Face à ces réactions hostiles, le Parlement annula le Stamp Act au début de l'année 1766. Toutefois, les colons eurent à peine le temps de se réjouir que le Parlement adopta, en 1767 et 1768, une nouvelle série de taxes et de règlements, connus sous le nom de Townshend Acts. Une fois de plus, les colonies protestèrent; la Chambre des représentants du Massachusetts adressa une lettre circulaire aux autres assemblées coloniales, les exhortant à adresser une pétition au roi contre ces taxes, tandis que les commerçants coloniaux conclurent de nouveaux accords de non-importation de marchandises britanniques. L'épicentre de la défiance américaine se trouva une fois de plus à Boston, où une foule descendit dans la rue en juin 1768 pour frapper les collecteurs d'impôts. La situation à Boston devint si instable que le général Thomas Gage, commandant en chef de toutes les forces britanniques en Amérique du Nord, envoya 2 000 soldats pour maintenir la paix en octobre 1768. Les tensions culminèrent avec le massacre de Boston, lorsque neuf soldats britanniques tirèrent sur une foule de Bostoniens le 5 mars 1770; onze hommes furent touchés, cinq perdirent la vie.

The Boston Massacre
Le massacre de Boston
Paul Revere (Copyright)

Environ un mois après le massacre, le Parlement abrogea la plupart des lois des Townshend Acts. Le nouveau Premier ministre britannique, Lord North, souhaitait apaiser les tensions en Amérique du Nord afin de pouvoir se consacrer à d'autres questions dans le vaste empire britannique. Bien que la plupart des taxes aient été abrogées, Lord North maintint la taxe sur le thé pour plusieurs raisons. Tout d'abord, le Parlement voulait faire savoir qu'il ne renonçait pas à son pouvoir de taxer les colonies; en maintenant au moins l'une des taxes des Townshend Acts, le Parlement signalait que le débat n'était pas encore clos. Deuxièmement, le Parlement décida que les salaires des fonctionnaires coloniaux seraient dorénavant payés à partir des recettes de la taxe sur le thé; cela permettrait de maintenir les fonctionnaires sous la dépendance du Parlement et de s'assurer qu'ils seraient moins susceptibles d'être influencés par la pression des colons.

Supprimer la pub
Advertisement

Loi sur le thé

Après cette abrogation partielle des Townshend Acts, une période de calme politique relatif s'installa dans les colonies. Ce calme était loin d'être total; les cicatrices laissées par le massacre de Boston étaient encore profondes, divisant les Américains qui se considéraient des "loyalistes", c'est-à-dire des partisans de la Grande-Bretagne, de ceux qui se considéraient des "patriotes", c'est-à-dire des opposants aux taxes du Parlement. Les assemblées coloniales se querellaient toujours avec leurs gouverneurs, les Fils de la Liberté goudronnaient et plumaient encore parfois les loyalistes, et un groupe d'habitants de Rhode Island s'empara d'une goélette de la Royal Navy, HMS Gaspee, qu'ils brûlèrent en juin 1772. Cependant, malgré des incidents isolés comme l'affaire du Gaspee, il semble que les tentatives de Lord North pour apaiser les tensions en Amérique du Nord aient été couronnées de succès. Les marchands coloniaux renoncèrent à leurs accords de non-importation et les soldats britanniques qui avaient perpétré le massacre de Boston furent jugés et pour la plupart acquittés, ce qui laissait espérer que les relations entre la Grande-Bretagne et ses colonies allaient bientôt s'améliorer.

Lord North
Lord North
National Portrait Gallery, London (CC BY-NC-ND)

Ces espoirs s'évaporèrent après le 10 mai 1773, lorsque le Parlement adopta le Tea Act, la loi sur le thé. Contrairement au Stamp Act et aux Townshend Acts qui l'avaient précédé, le Tea Act n'avait pas pour objectif premier de taxer ou de punir les Américains. Il s'agissait plutôt de renflouer la Compagnie britannique des Indes orientales (EIC), l'une des institutions commerciales les plus importantes de Grande-Bretagne, qui se trouvait au bord de la faillite après avoir connu des revers financiers en Inde. Bien que la compagnie ait des difficultés à vendre le thé sur les marchés européens, il y avait suffisamment de ce produit dans les stocks de la compagnie pour la sauver de la faillite, si seulement un acheteur pouvait être trouvé. La solution du Parlement consista à accorder à la société un monopole sur le commerce du thé dans les colonies d'Amérique du Nord. Ce monopole fut accordé à un prix réduit, afin d'inciter les Américains à acheter le thé légal de la EIC plutôt que le thé hollandais de contrebande, vendu illégalement par les marchands coloniaux. En conséquence, le Parlement décida de maintenir la taxe sur le thé qui avait été imposée initialement en 1767; à seulement trois pence par livre, personne n'aurait pu imaginer que les colons feraient beaucoup d'histoires, étant donné que le thé serait beaucoup moins cher que n'importe quelle autre alternative, même avec la taxe.

Les colons, eux, voyaient les choses différemment. Plutôt qu'un simple effort du Parlement pour renflouer les caisses de la EIC, ils y virent une nouvelle tentative de domination. Samuel Adams (1722-1803), un Bostonien déjà connu pour son opposition farouche à l'imposition sans représentation, condamna le monopole de la EIC en le qualifiant de "poison"; lui et d'autres personnalités partageant ses idées soulignèrent qu'en achetant le thé bon marché de la EIC, les colons paieraient également la taxe sur le thé du Parlement, ce qui équivaudrait à reconnaître l'autorité du Parlement à les taxer. Pour reprendre les termes de Stacy Schiff, biographe d'Adams, il semblait que le Parlement "pouvait littéralement glisser la souveraineté britannique dans l'eau potable" (230). C'est pourquoi, lorsque la nouvelle de la loi sur le thé arriva dans les colonies en septembre 1773, l'indignation qui sommeillait depuis trois ans fut ravivée.

Supprimer la pub
Advertisement

Résistance des colonies

Peu après avoir appris l'adoption de la loi sur le thé, les colons apprirent que sept navires transportant du thé de la EIC étaient déjà en route pour les colonies: quatre pour Boston, un pour Philadelphie, un pour New York et un pour Charleston. Dans chacune de ces villes, la EIC avait désigné des marchands américains pour agir en tant que consignataires; ces marchands recevaient le thé de la EIC et le vendaient pour elle en échange d'une commission. Avant même que le thé n'arrive dans les colonies, les Fils de la Liberté dirigèrent la colère des colons contre ces consignataires. Le 16 octobre 1773, à Philadelphie, les Fils de la Liberté organisèrent une réunion au cours de laquelle il fut décidé que quiconque importait du thé de la EIC serait considéré comme "un ennemi de son pays", et un comité fut nommé pour exiger la démission des consignataires (Middlekauff, 228). En décembre, tous les consignataires de Philadelphie avaient démissionné; ces décisions étaient fortement influencées par les menaces de groupes de patriotes tels que le "Comité pour le goudronnage et le plumage", au nom peu subtil. Par conséquent, lorsque le navire transportant le thé de la EIC arriva à Philadelphie, il n'y avait personne pour le recevoir, ce qui obligea le navire à retourner en Grande-Bretagne avec sa cargaison invendue.

The Bostonians Paying the Excise-Man, or Tarring and Feathering
Les Bostoniens paient leur droits d'accise, ou goudronnage et plumage
Philip Dawe (Public Domain)

De même, les Fils de la Liberté de New York intimidèrent leurs consignataires pour qu'ils démissionnent. Le gouverneur de New York tenta de riposter en exigeant que le thé soit déchargé dès son arrivée, et un navire de guerre britannique était prêt à appliquer ce décret. Cependant, le cargo n'arriva jamais; endommagé par une tempête et contraint de se faire réparer, il arriva à New York beaucoup trop tard et fut forcé de naviguer vers l'Angleterre, sans avoir jamais déchargé son thé. Le navire à destination de Charleston, en Caroline du Sud, arriva à bon port, mais dut attendre dans le port, car tous les destinataires de Charleston avaient démissionné. Au bout de 20 jours, le gouverneur de Caroline du Sud saisit légalement le thé, le navire n'ayant pas été en mesure de payer les droits d'importation. La cargaison fut ensuite stockée et ne fut jamais vendue. Dans trois des quatre villes coloniales, les Américains protestataires avaient donc fait entendre leur voix. Mais, une fois de plus, c'est à Boston que se produisit la plus spectaculaire et la plus importante de ces protestations.

Troubles à Boston

Avant même que la nouvelle de le Tea Act n'éclate, des troubles se produisirent à Boston. En août 1772, le Massachusetts apprit que les salaires de ses juges seraient désormais payés sur les recettes de la taxe sur le thé, plaçant ainsi le pouvoir judiciaire de la colonie hors de la sphère d'influence publique. Inquiets de voir de plus en plus de fonctionnaires coloniaux devenir redevables à la Couronne plutôt qu'au peuple du Massachusetts, Samuel Adams et ses alliés demandèrent la création d'une commission chargée d'énoncer les droits des colonies. Cette commission se réunit en novembre 1772 et produisit un document dans lequel elle affirmait les droits naturels des colons et condamnait les salaires versés par la Couronne aux juges comme la dernière d'une longue liste d'"infractions et de violations" de ces droits (Schiff, 218). Ce document, connu sous le nom de "Pamphlet de Boston", fut rédigé par Adams et certains des principaux patriotes de Boston, notamment James Otis, Jr, Josiah Quincy, Jr et le Dr Joseph Warren.

Supprimer la pub
Advertisement

Ce pamphlet de Boston a été contesté par Thomas Hutchinson, devenu gouverneur du Massachusetts. En janvier 1773, il prononça un discours dans lequel il affirma que les colons jouissaient de certains droits des Anglais, mais pas de tous, et que les colonies étaient soumises au Parlement depuis leur fondation. Adams et ses alliés répondirent à cette attaque en juin, en publiant les lettres personnelles de Hutchinson, qui leur avaient été fournies six mois plus tôt par Benjamin Franklin (1706-1790). Ces lettres révélaient la frustration d'Hutchinson et d'autres fonctionnaires royaux face à la récente opposition dans les colonies. Bien que cela ne soit guère surprenant, le moment choisi pour la publication des lettres ne fit qu'accentuer le fait que les fonctionnaires britanniques ne partageaient pas les intérêts des colons. Certains Américains interprétèrent même ces lettres comme la preuve de l'existence d'une conspiration visant à les priver de leurs droits.

Incapable de décharger le thé ou de prendre la mer, le Dartmouth ne pouvait qu'attendre la date limite de paiement et voir comment les événements allaient se dérouler.

Ainsi, lorsque Boston apprit que quatre navires chargés de thé de la EIC étaient en route, les tensions étaient déjà vives. La faction des patriotes d'Adams fit de son mieux pour obliger les consignataires de Boston à démissionner, comme cela s'était produit à Philadelphie, à New York et à Charleston. Le gouverneur Hutchinson, désireux de réaffirmer son autorité, persuada les consignataires (dont deux de ses fils) de rester sur leurs positions. L'intimidation des Fils de la Liberté ne suffit pas à les forcer à démissionner, ce qui conduisit à une certaine impasse le 28 novembre 1773, lorsque le premier des navires transportant du thé, le Dartmouth, arriva dans le port de Boston. Selon la loi britannique, le Dartmouth disposait de 20 jours pour décharger sa cargaison et payer les droits d'importation nécessaires avant que les marchandises ne soient saisies et vendues aux enchères par les douaniers. Dans ce cas précis, le délai fut fixé au 17 décembre à minuit. Le 29 novembre, Adams invita "tout ami de son pays, de lui-même et de la postérité" à assister à une réunion au Faneuil Hall de Boston pour discuter de la meilleure façon de faire face à cette menace pour la liberté américaine (Schiff, 234). En fait, 5 000 Bostoniens (sur une population totale de 16 000 habitants) assistèrent à la réunion d'Adams; le lieu de réunion dut être changé pour l'Old South Meeting House, Faneuil Hall s'étant avéré trop petit.

Adams insista sur le fait que le thé devait être rejeté et informa Francis Rotch, le jeune marchand de Nantucket propriétaire du Dartmouth, que la cargaison devait être renvoyée en Angleterre; toute tentative de déchargement du thé serait repoussée. L'assemblée décida également de poster une garde de 25 hommes pour surveiller le Dartmouth et s'assurer qu'aucune des 114 caisses de thé du navire ne quitte la cale. Le gouverneur Hutchinson riposta en interdisant au Dartmouth de quitter le port de Boston tant qu'il n'aurait pas acquitté les droits nécessaires. Rotch et le capitaine du navire étaient donc pris au piège, incapables de décharger le thé ou de s'éloigner; tout ce qu'ils pouvaient faire, c'était attendre la date limite de paiement et voir comment les événements allaient se dérouler.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

La Tea Party

Le 16 décembre 1773, à 10 heures du matin, Samuel Adams convoqua une nouvelle réunion à l'Old South Meeting House. Comme celle du 29 novembre, cette réunion réunit une partie importante de la population de Boston; les Bostoniens durent probablement tendre l'oreille pour entendre la voix d'Adams à cause de la pluie froide de décembre qui tombait à l'extérieur. Alors qu'il restait moins de 14 heures avant que les douaniers ne puissent légalement saisir le thé, Adams demanda à Rotch de lancer un appel de dernière minute au gouverneur Hutchinson pour qu'il l'autorise à partir. Rotch s'exécuta et revint à l'Old South Meeting House vers 18 heures pour annoncer que sa demande avait été rejetée. Lorsqu'on lui demanda s'il allait décharger le thé, Rotch répondit qu'il le ferait, mais seulement si les douaniers l'y contraignaient. Adams se leva alors pour remercier Rotch de ses efforts, annonçant que les participants à la réunion avaient "fait tout ce qu'ils avaient pu pour le salut de leur pays" (Schiff, 240).

The Boston Tea Party
La Boston Tea Party
W. D. Cooper (Public Domain)

Une quinzaine de minutes plus tard, des cris de guerre et des sifflets se firent entendre dans la rue sombre à l'extérieur de la salle de réunion. La foule commença lentement à filtrer à l'extérieur, malgré les appels d'Adams et de John Hancock pour que la réunion continue. Certains de ceux qui étaient partis marchèrent le long du front de mer jusqu'à Griffin's Wharf; à ce moment-là, le Dartmouth fut rejoint par l'Eleanor et le Beaver, deux autres navires transportant du thé de la EIC. C'est à ce moment-là qu'entre 30 et 130 hommes, dont certains étaient déguisés en Mohawks, montèrent à bord des navires. Sous les yeux de la foule rassemblée, les hommes tirèrent les caisses de thé sur le pont, les brisèrent et déversèrent leur contenu dans le port de Boston. En peu de temps, les 342 caisses furent détruites, ce qui représentait 92 000 livres de thé, d'une valeur approximative de 10 000 livres sterling. Avant que quiconque ne puisse les arrêter, les auteurs de la Boston Tea Party se fondirent dans la foule.

Suites des événements

Contrairement à la croyance populaire, Samuel Adams n'avait probablement pas donné le signal de la destruction du thé. Cependant, il s'employa immédiatement à faire connaître la Boston Tea Party et à la défendre, en soulignant qu'il ne s'agissait pas de l'œuvre d'une foule aveugle, mais d'un acte de protestation politique. Au fur et à mesure que la nouvelle se répandit, de nombreux chefs patriotes annoncèrent publiquement leur soutien, bien que certains aient été secrètement mal à l'aise avec la destruction de biens privés. Dans les mois qui suivirent la Boston Tea Party, des actes similaires furent perpétrés. Le septième navire transportant du thé de la EIC s'était échoué à Cape Cod, dans le Massachusetts, en décembre 1773. Son thé fut taxé et vendu. En mars 1774, les Fils de la Liberté apprirent que ce thé se trouvait dans un entrepôt de Boston; ils prirent d'assaut l'entrepôt, une fois de plus déguisés en Mohawks, et détruisirent tout ce qu'ils trouvèrent. En octobre 1774, des colons d'Annapolis, dans le Maryland, inspirés par la Boston Tea Party, brûlèrent un cargo, le Peggy Stewart.

À Londres, la nouvelle de la Boston Tea Party fut accueillie avec colère; même les membres du Parlement qui avaient auparavant défendu les colonies estimaient que les Américains étaient allés trop loin. Bien que Lord North ait habituellement été modéré en ce qui concernait les affaires coloniales, il estimait que le Parlement ne pouvait pas laisser impunie la destruction des biens de la EIC. Au début de l'année 1774, le Parlement adopta une série de lois connues dans les colonies sous le nom de "lois intolérables" (Intolerable Acts), qui prévoyaient notamment la fermeture du port de Boston jusqu'à ce que la EIC ne soit intégralement remboursée pour le thé détruit. Bien que les "lois intolérables" aient principalement visé Boston, elles suscitèrent l'indignation dans toutes les colonies et devinrent l'une des causes directes de la guerre d'Indépendance américaine.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qu'est-ce que le Boston Tea Party ?

La Boston Tea Party fut une manifestation de protestation contre les taxes britanniques, menée par des colons bostoniens le 16 décembre 1773. Les colons, dont certains étaient déguisés en Amérindiens Mohawks, déversèrent 340 caisses de thé dans le port de Boston.

Quand eut lieu la Boston Tea Party ?

La Boston Tea Party eut lieu le 16 décembre 1773, avant la guerre d'Indépendance américaine (1775-1783).

Pourquoi les colons jetèrent-ils le thé lors de la Boston Tea Party ?

Lors de la Boston Tea Party, les colons déversèrent le thé dans le port de Boston pour protester contre le Tea Act de 1773, qui avait accordé à la Compagnie britannique des Indes orientales un monopole sur le commerce du thé américain et prévoyait une taxe parlementaire; les colons y voyaient une nouvelle tentative de domination de la part de la Grande-Bretagne.

Quels étaient les groupes impliqués dans la Boston Tea Party ?

La Boston Tea Party fut commise par des Bostoniens associés aux Fils de la Liberté, tandis que le thé détruit appartenait à la Compagnie britannique des Indes orientales.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Harrison W. Mark
Harrison Mark est diplômé de SUNY Oswego où il a étudié l'histoire et les sciences politiques.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, H. W. (2023, novembre 24). Boston Tea Party [Boston Tea Party]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22424/boston-tea-party/

Style Chicago

Mark, Harrison W.. "Boston Tea Party." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le novembre 24, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22424/boston-tea-party/.

Style MLA

Mark, Harrison W.. "Boston Tea Party." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 24 nov. 2023. Web. 18 avril 2024.

Adhésion