Bataille de Bunker Hill

Article

Harrison W. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 18 décembre 2023
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais

La bataille de Bunker Hill (17 juin 1775) fut un engagement majeur de la phase initiale de la guerre d'Indépendance américaine (1775-1783); elle se déroula principalement sur Breed's Hill à Charlestown, dans le Massachusetts. Les troupes coloniales défendirent avec succès Breed's Hill contre deux attaques britanniques, mais finirent par battre en retraite après un troisième assaut. La bataille fut une victoire pour les Britanniques, mais elle leur coûta de lourdes pertes.

Battle of Bunker Hill
Bataille de Bunker Hill
Howard Pyle (Public Domain)

Prélude

À la mi-juin 1775, près de deux mois s'étaient écoulés depuis que le sang des miliciens coloniaux et des soldats britanniques avait coulé sur l'Old Concord Road (aujourd'hui Battle Road) reliant les villes de Lexington et Concord dans le Massachusetts Au cours des semaines qui suivirent, près de 15 000 miliciens venus de toute la Nouvelle-Angleterre assiégèrent la ville de Boston, occupée par environ 6 000 soldats britanniques commandés par le général Thomas Gage. Grâce à la présence de navires de guerre britanniques dans le port de Boston, la garnison britannique put s'approvisionner par la mer, tandis que le manque de poudre à canon et une structure de commandement mal définie empêchèrent les troupes coloniales de lancer un assaut sur la ville. Il en résulta une impasse, les armées opposées - l'une composée de fermiers provinciaux non entraînés, l'autre considérée comme la force de combat la plus disciplinée au monde - attendant que l'autre fasse le premier pas.

Supprimer la pub
Advertisement
Les généraux du roi George furent stupéfaits de constater que les soldats de l'armée de Sa Majesté étaient assiégés par des paysans.

Le général Gage était alors un homme malheureux. Un an plus tôt, il avait été nommé gouverneur militaire de la province de Massachusetts Bay, chargé de restaurer l'autorité royale dans cette colonie dévoyée. Mais au lieu de réaffirmer l'autorité britannique, Gage avait permis à la colonie de se soustraire davantage à l'emprise du Parlement et avait par conséquent perdu la confiance du roi George III de Grande-Bretagne (r. de 1760 à 1820). Avant même que la nouvelle des batailles de Lexington et Concord ne parvienne à Londres, le ministère du roi avait envoyé un triumvirat de généraux triés sur le volet pour aider Gage, frustré, dans ses fonctions. Les généraux John Burgoyne, Henry Clinton et William Howe s'étaient embarqués pour l'Amérique à bord du Cerberus, arrivant à Boston le 25 mai 1775. Les généraux, qui jouissaient tous d'une réputation bien établie en Angleterre, furent stupéfaits de constater que les soldats de l'armée de Sa Majesté étaient assiégés par des paysans et exhortèrent Gage à sortir de cette situation humiliante.

Boston, à l'époque, était entièrement confinée sur une péninsule et reliée au continent par un isthme connu sous le nom de Boston Neck. Les soldats coloniaux contrôlaient l'accès au Boston Neck, coupant ainsi les Britanniques par voie terrestre, et se concentraient dans les villes voisines de Roxbury et Cambridge. Le plan britannique, principalement composé par le général Howe, consistait à lancer une attaque surprise sur la péninsule de Boston et à s'emparer de la position stratégique des hauteurs de Dorchester. Après avoir fortifié les hauteurs, les Britanniques chassèrent les Américains de Roxbury avant d'occuper Charlestown, située sur une autre péninsule au nord de Boston. Les Britanniques fortifièrent alors les trois collines qui surplombaient Charlestown, à savoir Bunker Hill, Breed's Hill et Moulton's Hill, avant de donner l'assaut final qui chasserait les provinciaux de Cambridge. Howe suggéra que l'attaque ait lieu le dimanche 18 juin; les habitants de la Nouvelle-Angleterre, connus pour leur piété, assisteraient probablement à des services religieux et baisseraient leur garde.

Supprimer la pub
Advertisement

Map of Boston, 1775
Carte de Boston, 1775
J. DeCosta (Public Domain)

Le plan britannique fut, bien entendu, élaboré en secret et finalisé le 12 juin. Cependant, le secret ne dura même pas 24 heures avant que le plan de Howe ne soit remis au Congrès provincial, le gouvernement américain intérimaire du Massachusetts; l'informateur était un "gentleman anonyme du New Hampshire à la sincérité incontestable" qui avait "souvent eu l'occasion de converser avec les principaux officiers de l'armée du général Gage" (Philbrick, 380). À cinq jours de l'attaque britannique, le Congrès provincial décida d'agir de manière préventive et chargea le général Artemas Ward, commandant de l'armée de la Nouvelle-Angleterre, de construire des fortifications supplémentaires. Le 15 juin, le général Ward décida d'envoyer un détachement de soldats sous les ordres du général Israel Putnam pour occuper la péninsule de Charlestown. Putnam reçut l'ordre de s'emparer de Bunker Hill et de la fortifier, qui, avec ses 33 mètres, était la plus haute des trois collines de la péninsule.

Fortification de la colline

Le 16 juin à 18 heures, environ 1 000 soldats coloniaux se rassemblèrent à Cambridge, face au quartier général du général Ward. Ils étaient commandés par le colonel William Prescott, 49 ans, fils d'une famille distinguée du Massachusetts et vétéran de la guerre de la conquête. Ils furent bientôt rejoints par un groupe de travail de 200 hommes du régiment de Putnam, dirigé par le capitaine Thomas Knowlton, ainsi que par le colonel Richard Gridley, ingénieur en chef de l'armée provinciale qui superviserait la construction des fortifications de Bunker Hill. Les troupes coloniales ne portaient pas d'uniforme, mais les mêmes vêtements civils qu'elles portaient probablement depuis des semaines, et elles étaient équipées de mousquets de toutes sortes. Chaque soldat reçut des rations suffisantes pour une journée et des outils pour creuser des tranchées. Vers 21 heures, le colonel Prescott conduisit les 1 200 hommes hors de Cambridge et sur la péninsule de Charlestown.

Supprimer la pub
Advertisement

À l'arrivée à Charlestown, Prescott fut accueilli par le général Israel Putnam en personne. À 57 ans, Putnam était pratiquement une figure mythologique dans les colonies, connu pour ses exploits pendant la guerre de la Conquête, notamment pour avoir échappé à la capture des Iroquois et survécu à un naufrage au large de Cuba. Putnam, Prescott et Gridley se réunirent et décidèrent de fortifier Breed's Hill au lieu de Bunker Hill, comme Ward l'avait ordonné. Bien que les raisons exactes de cette décision ne soient pas claires, l'explication la plus probable est que l'occupation de Breed's Hill aurait été plus provocante. Avec ses 23 mètres de haut, Breed's Hill était plus proche de Boston, ce qui signifie que la vue d'une fortification américaine sur cette colline nécessiterait une réponse britannique, alors qu'un fort similaire sur Bunker Hill ne l'aurait pas fait. Putnam et Prescott avaient depuis longtemps envie d'en découdre et il est possible qu'ils aient considéré Breed's Hill comme leur billet d'entrée.

Bostonians Watch the Battle of Bunker Hill
Les Bostoniens assistent à la bataille de Bunker Hill
Winslow Homer (Public Domain)

Gridley conçut les fortifications nécessaires et, un peu après minuit, les hommes se mirent à creuser. Le plan prévoyait la construction d'une redoute carrée d'environ 40 mètres de côté, avec des fossés et des murs en terre. Les murs mesuraient 1,8 mètre de haut et étaient dotés d'une plate-forme en bois sur laquelle les hommes pouvaient se tenir debout pour tirer au-dessus des remblais. Le 17 juin, à 4 heures du matin, alors que la construction était toujours en cours et que l'aube commençait à poindre sur le port de Boston, les troupes provinciles furent repérées par un sloop royal, le Lively, qui ouvrit le feu sur elles depuis le port. Le Lively ne put pas infliger beaucoup de dégâts car il ne pouvait pas élever ses canons suffisamment haut pour tirer efficacement sur la colline, mais il fut bientôt rejoint par une batterie britannique située sur Copp's Hill dans le North End de Boston.

Bien que la canonnade ait été en grande partie inefficace, elle réussit à terrifier les troupes américaines dont la plupart n'avaient jamais essuyé de tirs auparavant. Prescott fit de son mieux pour calmer ses hommes, leur assurant que les canons britanniques étaient inoffensifs à cette distance, mais ses bonnes paroles se révélèrent vaines lorsqu'un boulet de canon britannique arracha la tête d'Asa Pollard, un soldat qui creusait devant la redoute. La mort atroce de Pollard ébranla les derniers vestiges de courage de nombre de ses camarades, et plusieurs troupes provinciales commencèrent à déserter. Dans l'espoir de rallier les hommes, Prescott bondit sur le parapet de la redoute, se pavanant d'avant en arrière et agitant son chapeau à trois coins tandis que les boulets de canon passaient en trombe devant sa tête. "Frappez-moi si vous le pouvez ! Prescott cria aux navires britanniques en contrebas, une performance inspirante qui insuffla à ses hommes suffisamment de courage pour qu'ils continuent à travailler sur la colline. Pendant ce temps, à Boston, le général Gage observait l'agitation depuis une longue-vue. Remarquant l'homme excentrique qui criait depuis le parapet, Gage passa sa longue-vue à un loyaliste américain, Abijah Willard, et lui demanda s'il pouvait identifier l'homme. Willard répondit par l'affirmative: il s'agissait de son beau-frère, William Prescott. "Se battra-t-il ?", demande Gage, ce à quoi Willard répondit: "Oui, monsieur. C'est un vieux soldat et il se battra tant qu'il restera une goutte de sang dans ses veines" (Philbrick, 397).

Supprimer la pub
Advertisement

Les Britanniques réagissent

Le sifflement et le grondement des tirs d'artillerie se firent entendre de l'intérieur des murs de la Province House de Boston, où Gage s'était réuni avec les généraux Burgoyne, Clinton et Howe pour discuter de ce qu'il convenait de faire. Après quelques débats, il fut décidé que les Britanniques débarqueraient à l'angle sud-est de la péninsule de Charlestown, près de Moulton's Hill, ce qui leur permettrait de menacer le flanc gauche de la redoute américaine, son point le plus vulnérable. Le général Howe dirigerait personnellement l'assaut principal, qui attaquerait le flanc gauche des Américains et, avec un peu de chance, pivoterait pour les attaquer à l'arrière. Une attaque simultanée menée par le commandant en second de Howe, le brigadier général Sir Robert Pigot, servirait à faire diversion en lançant un assaut direct sur la redoute. Le plan prévoyait également une force de réserve sous les ordres du major John Pitcairn des Royal Marines, qui s'était récemment fait connaître des officiers britanniques pour son leadership à Lexington et Concord.

Il fallut six heures aux Britanniques pour organiser cette force, qui comprenait un total de 1 500 hommes, et l'embarquer dans 28 grandes barges. Depuis les toits de Boston, les civils regardèrent avec stupéfaction les soldats britanniques traverser la Mystic River à la rame. Immobiles dans leurs manteaux écarlates, leurs baïonnettes fixes scintillant au soleil de midi, ils devaient ressembler à l'image même de la vengeance impériale britannique. Les navires du port intensifièrent leurs bombardements pour couvrir le débarquement des soldats, qui eut lieu vers 13 heures à Moulton's Hill. Le débarquement ne fut pas contesté par les Américains mais, en observant de plus près la position coloniale, Howe se rendit compte que l'attaque risquait de ne pas se dérouler aussi bien qu'il l'espérait.

Burning of Charlestown During the Battle of Bunker Hill
Incendie de Charlestown pendant la bataille de Bunker Hill
Paul Revere (Public Domain)

Les Américains avaient renforcé leur flanc gauche qui était désormais gardé par un nouveau rempart, appelé "rail fence", et défendu par les troupes du Connecticut sous les ordres du capitaine Knowlton. Pire encore du point de vue de Howe, les Américains avaient été renforcés par deux régiments du New Hampshire sous les ordres des colonels John Stark et James Reed. Parmi les renforts américains se trouvait le Dr Joseph Warren, le jeune et populaire président du Congrès provincial et peut-être le plus important dirigeant patriote du Massachusetts à l'époque (Samuel Adams, John Adams et John Hancock se trouvaient à Philadelphie, où ils participaient au deuxième Congrès continental). Warren attendait l'arrivée de sa commission en tant que général de division mais, ne voulant pas être tenu à l'écart des combats, avait choisi de servir temporairement en tant que simple soldat d'infanterie. Enfin, le général Putnam avait commencé à superviser la construction de fortifications sur Bunker Hill pour compléter la position de Prescott sur Breed's Hill. Face à cette nouvelle situation, Howe décida d'attendre à Moulton's Hill et écrivit à Gage pour lui demander des renforts. Lorsque ces hommes arrivèrent, il était 15 heures; même si Howe commandait une force de 2 400 hommes (contre environ 3 000 provinciaux), les Américains étaient mieux préparés qu'ils ne l'auraient été si Howe avait attaqué lors de son premier débarquement.

Supprimer la pub
Advertisement

Début de la bataille

Les troupes de Howe commencèrent à se former en lignes pour l'assaut de Breed's Hill; le général Burgoyne, qui observait la scène du haut de Copp's Hill, décrivit ce déploiement comme "extrêmement soldat. A mon avis, il était parfait" (Philbrick, 423). Mais alors que les hommes du général Pigot se formaient juste au sud de Charlestown, ils essuyèrent le feu des tireurs d'élite coloniaux qui tiraient depuis l'intérieur de la ville. Howe demanda à l'amiral Samuel Graves de l'aider à chasser les rebelles, ce qui amena Graves à tirer deux coups de feu de carcasse sur Charlestown. Les tirs de carcasse, décrits par l'auteur Nathaniel Philbrick comme des "paniers métalliques circulaires remplis de poudre à canon, de salpêtre et de suif", explosèrent et, peu de temps après, des centaines de bâtiments en bois de Charlestown furent engloutis dans les flammes (423).

C'est dans ce contexte infernal que les soldats britanniques commencèrent leur avancée. L'artillerie que Howe avait postée au sommet de Moulton's Hill pour couvrir les tirs était pratiquement inutile une fois que les artilleurs découvrirent qu'ils n'avaient pas apporté des munitions de la bonne taille. De plus, le foin sur le côté de Breed's Hill n'avait pas encore été récolté, obligeant les soldats à marcher dans l'herbe jusqu'à la taille; les troupes trébuchaient constamment sur des rochers, des trous et des clôtures dissimulés par les broussailles.

Tandis que les hommes de Howe s'attaquaient à la gauche américaine et que Pigot menait l'attaque de diversion contre la redoute, plusieurs compagnies d'infanterie légère britannique se déplacèrent le long d'une plage étroite qui longeait la Mystic River. La plage se trouvait au pied d'une falaise, au sommet de laquelle se trouvait la barrière de rails tenue par le capitaine Knowlton; si les tuniques rouges pouvaient contourner Knowlton et la barrière de rails en passant par la plage, ils pourraient flanquer la position américaine. Mais les fantassins légers, menés par les célèbres Royal Welch Fusiliers, tombèrent bientôt sur le régiment du New Hampshire du colonel John Stark qui attendait derrière un mur de pierre construit à la hâte.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

British Soldiers at the Battle of Bunker Hill
Soldats britanniques à la bataille de Bunker Hill
E. Percy Moran (Public Domain)

L'étroitesse de la plage avait forcé les fantassins légers à se regrouper en colonnes compactes, ce qui en faisait des cibles faciles lorsque le colonel Stark ordonna à ses hommes de tirer; Stark attendit que les Britanniques soient à 50 pas, et la volée américaine fut dévastatrice. Ceux qui eurent la malchance de se trouver à l'avant des rangs britanniques s'écroulèrent sur le sol, tandis que les officiers britanniques poussaient leurs hommes à avancer, malgré les nouvelles salves de balles des troupes provinciales. Après plusieurs minutes, les fusiliers se retirèrent, laissant 96 de leurs camarades morts sur la plage; les morts, se souviendrait Stark, "étaient aussi nombreux que des moutons dans un bercail" (Middlekauff, 296).

Sur les hauteurs à l'ouest, les grenadiers du général Howe poursuivirent leur lente progression vers la clôture de rails, où les hommes du capitaine Knowlton étaient à l'affût. Là aussi, les provinciaux attendirent que les Britanniques s'approchent pour déclencher une volée meurtrière. La fumée, ainsi que le terrain difficile, provoquèrent une grande confusion dans les rangs britanniques, stoppant net l'avancée; les grenadiers, trébuchant dans leurs tentatives de réorientation, étaient des cibles faciles pour les Américains. Les officiers britanniques, dans leurs resplendissants manteaux écarlates, se distinguaient particulièrement et furent délibérément pris pour cible. En peu de temps, l'assaut de Howe se désintégra et ses hommes redescendirent la pente de la colline.

Howe rallia ses hommes et tenta un nouvel assaut, mais celui-ci se termina de manière aussi désastreuse que le premier; un Américain rapporta que les grenadiers en vinrent à empiler les corps de leurs camarades tombés au combat pour se mettre à l'abri derrière eux. Au bout de 30 minutes, les grenadiers battirent à nouveau en retraite. L'attaque de Pigot sur la redoute, qui démarra tardivement, ne se déroula pas beaucoup mieux. Craignant de manquer prématurément de poudre, le colonel Prescott veilla à ce que ses hommes ne tirent pas avant que les réguliers ne soient presque sur eux; lorsque la volée arriva, les tuniques rouges de Pigot se brisèrent presque immédiatement. Sur les trois fronts, les assauts britanniques échouèrent.

Les Britanniques prennent la colline

Le général Howe fut ébranlé par cette expérience. Son aide de camp avait été tué à ses côtés, et la vue des tuniques rouges mortes et agonisantes gisant dans l'herbe produisit en lui un "moment que je n'avais jamais ressenti auparavant" (Middlekauff, 296). Howe n'était cependant pas prêt à abandonner. Il changea de cap, abandonnant la clôture de rails et décidant de concentrer toutes ses forces contre la redoute à proprement dit. En outre, ses troupes reçurent l'ordre de se débarrasser de leurs sacs afin de voyager plus légèrement et de marcher en colonnes plutôt qu'en lignes. En peu de temps, Howe lui-même mena la colonne britannique en haut de la colline; ses hommes, au lieu de se sentir vaincus, étaient impatients de prendre leur revanche sur les provinciaux et criaient "poussez, poussez !". (Middlekauff, 297).

Comme auparavant, les hommes de Prescott attendirent le dernier moment avant de déclencher leur première salve. Les Royal Marines subirent le plus gros des dégâts et le major Pitcairn comptait parmi les morts. Tandis que les marines vacillaient, les grenadiers poursuivaient leur action et, dans un rugissement, sautèrent dans la redoute. Cela provoqua la panique parmi les hommes de Prescott qui se mirent à courir pour sauver leur vie. Au moins 30 hommes se retrouvèrent piégés dans la redoute et furent tués à la baïonnette par les grenadiers. Le docteur Joseph Warren, l'un des derniers à quitter la redoute, fut tué d'un coup de feu au visage, puis son corps fut découpé à la baïonnette par des soldats britanniques vengeurs, au point d'être presque méconnaissable. La mort de Warren porta un coup considérable à la cause patriote.

Death of General Warren at the Battle of Bunker Hill
Mort du général Warren à la bataille de Bunker Hill
John Trumbull (Public Domain)

Avec la chute de la redoute provinciale, la bataille de Bunker Hill (ou Breed's Hill, comme on devrait peut-être l'appeler) était terminée. Les colons s'étaient d'abord repliés vers la position du général Putnam sur Bunker Hill mais, à 17 heures, ils avaient retraversé le Charlestown Neck pour prendre position à Cambridge. Les Américains déploraient 115 morts et 305 blessés, la plupart d'entre eux ayant été tués au cours de leur retraite effrénée. Les Britanniques, bien qu'ayant remporté une victoire tactique, subirent des pertes considérables: 226 soldats britanniques furent tués et 808 blessés, ce qui portait le nombre total de pertes britanniques à 1 054, soit près de la moitié de l'ensemble de leurs forces. Une grande partie des pertes britanniques était constituée d'officiers. Pour les Britanniques, il s'agit de la journée la plus sanglante de toute la guerre.

Répersussions

Le 2 juillet 1775, quelques semaines seulement après la bataille, George Washington arriva à Cambridge pour prendre le commandement de la force américaine hétéroclite, bientôt réorganisée sous le nom d'armée continentale. Le siège de Boston se poursuivrait jusqu'en mars 1776, date à laquelle les Britanniques évacueraient la ville. Malgré leur défaite, les Américains ont pu considérer Bunker Hill comme la preuve qu'ils étaient capables de combattre efficacement les troupes régulières britanniques. En même temps, la bataille endurcit le cœur des Britanniques contre les Américains et contribua peut-être à la décision du roi George III de rejeter la pétition du Rameau d'olivier des colons, leur dernière tentative de réconciliation avant la Déclaration d'indépendance américaine.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qu'est-ce que la bataille de Bunker Hill ?

La bataille de Bunker Hill fut une bataille importante de la Révolution américaine, et elle se déroula le 17 juin 1775 sur Breed's Hill à Charlestown, dans le Massachusetts. Elle se solda par une victoire britannique à la Pyrrhus, les Britanniques ayant subi de lourdes pertes.

Où s'est déroulée la bataille de Bunker Hill ?

Malgré son nom, la bataille de Bunker Hill s'est principalement déroulée sur Breed's Hill; les deux collines, Bunker et Breed's, étaient situées à Charlestown, dans le Massachusetts, au nord de Boston.

Pourquoi la bataille de Bunker Hill a-t-elle été importante ?

La bataille de Bunker Hill fut l'une des plus sanglantes de la Révolution américaine pour les troupes britanniques. Elle endurcit le cœur des Britanniques contre les Américains et incita peut-être le roi George III à rejeter la pétition des colons intitulée Olive Branch Petition (Rameau d'olivier). Elle prouva également aux Américains qu'ils avaient une chance contre les troupes britanniques.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Harrison W. Mark
Harrison Mark est diplômé de SUNY Oswego où il a étudié l'histoire et les sciences politiques.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, H. W. (2023, décembre 18). Bataille de Bunker Hill [Battle of Bunker Hill]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2345/bataille-de-bunker-hill/

Style Chicago

Mark, Harrison W.. "Bataille de Bunker Hill." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le décembre 18, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2345/bataille-de-bunker-hill/.

Style MLA

Mark, Harrison W.. "Bataille de Bunker Hill." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 18 déc. 2023. Web. 12 avril 2024.

Adhésion