Paul Revere

Définition

Harrison W. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 09 janvier 2024
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Paul Revere (by John Singleton Copley, Public Domain)
Paul Révère
John Singleton Copley (Public Domain)

Paul Revere (1735-1818) était un orfèvre américain né dans la colonie britannique du Massachusetts. Membre actif des Fils de la Liberté pendant la Révolution américaine (vers 1765-1789), il est devenu un héros populaire pour sa chevauchée de minuit en 1775, lorsqu'il avertit les milices coloniales de l'approche des troupes britanniques avant les batailles de Lexington et de Concord.

Jeunesse

Paul Revere vit le jour dans le quartier nord de Boston, capitale de la province britannique de la baie du Massachusetts, le 1er ou le 2 janvier 1735; à l'époque de sa naissance, le calendrier "Old Style" était encore utilisé dans l'Empire britannique, et sa naissance fut donc enregistrée comme ayant eu lieu le 21 décembre 1734. Son père était né Apollos Rivoire, un huguenot français qui avait immigré à Boston en 1715 à l'âge de 13 ans. Rivoire devint apprenti orfèvre, métier qu'il transmettrait un jour à son fils, et en 1729, il épousa Deborah Hichborn, la fille d'une famille respectée de Boston. Avant son mariage avec Deborah, Rivoire avait anglicisé son nom en Paul Revere. Paul Sr. et Deborah auraient douze enfants, dont Paul Jr., le troisième et l'aîné des fils survivants.

Supprimer la pub
Advertisement

Enfant, Paul Revere fut scolarisé à la North Writing School de Boston, où il acquit plusieurs compétences, telles que la lecture et l'écriture; il développa sa compréhension de la lecture au point d'être capable, plus tard, de comprendre les livres de métallurgie difficiles de son époque. À l'âge de 13 ans, il fut retiré de l'école et devint l'apprenti de son père, et il passa la majeure partie de son adolescence à apprendre l'art de l'orfèvre. L'objectif principal d'un orfèvre est de fabriquer des articles en argent et en or, une tâche dans laquelle l'énergique Revere excella rapidement.

À la fin des années 1760, Revere était un patriote convaincu et un membre de l'organisation politique clandestine connue sous le nom de Fils de la Liberté.

En 1754, Revere avait 19 ans et n'était plus qu'à quelques années de la fin de son apprentissage lorsque son père mourut. Il était trop jeune pour prendre légalement le contrôle de l'atelier d'orfèvrerie de son père, ce qui posait un problème car Revere avait besoin d'une source de revenus pour subvenir aux besoins de sa mère et de ses frères et sœurs. Ce besoin d'argent conduisit Revere à s'engager comme sous-lieutenant dans la milice du Massachusetts en 1756; la guerre de la Conquête (1754-1763) s'intensifiait rapidement en Amérique du Nord, et le service militaire pouvait fournir à Revere un salaire régulier. Il fut stationné au fort William Henry, sur le lac George, dans la province de New York, où il passa l'été 1756. À 21 ans, il était désormais en âge de reprendre la boutique de son père, ce qu'il ne tarda pas à faire.

Supprimer la pub
Advertisement

Le 4 août 1757, Revere épousa Sarah Orne, âgée de 21 ans. Le couple aurait huit enfants avant la mort prématurée de Sarah en mai 1773. Paul Revere épousa sa seconde femme, Rachel Walker, six mois plus tard; Paul et Rachel eurent huit enfants, dont Rachel s'occupa en même temps que les six enfants survivants du premier mariage de son mari.

Activité révolutionnaire

Alors que la guerre de la Conquête s'achevait, l'économie britannique entra en récession et les entreprises comme celle de Revere commencèrent à éprouver des difficultés financières. Revere avait rejoint la loge maçonnique de St. Andrew en 1760, ce qui lui avait permis d'attirer de nombreux nouveaux clients, mais cela ne suffisait pas à joindre les deux bouts pour sa famille qui s'agrandissait rapidement. Il commença à acquérir de nouvelles compétences et à accepter des emplois à temps partiel qui allaient bientôt lui permettre de devenir un véritable touche-à-tout. Il fabriquait des boucles de chaussures, des théières et des sucriers, des outils chirurgicaux et vendait des lunettes. Entre 1768 et 1775, il travailla comme dentiste, notamment pour nettoyer les dents, remplacer les dents manquantes et vendre du dentifrice; malgré la croyance populaire, ce n'est pas lui qui fabriqua le dentier de George Washington. Revere travailla également comme graveur sur cuivre, l'une de ses œuvres les plus célèbres étant une représentation du massacre de Boston en 1770.

Supprimer la pub
Advertisement

The Boston Massacre
Le massacre de Boston
Paul Revere (Copyright)

Malgré ses nombreuses compétences et sa réputation grandissante en tant que l'un des meilleurs artisans de Boston, les temps étaient durs pour Revere, comme pour beaucoup de ses compatriotes. C'est l'une des raisons pour lesquelles la population de Boston fut si furieuse lorsqu'elle apprit l'existence du Stamp Act, adopté par le Parlement britannique en mars 1765. Dans l'espoir de rembourser la dette faramineuse contractée lors de la guerre de la Conquête, le Parlement avait décidé de taxer tous les documents papier dans les treize colonies britanniques d'Amérique du Nord. Représentée par un timbre, la taxe frappait les journaux, les calendriers, les almanachs et les cartes à jouer, ainsi que les documents juridiques tels que les contrats, les actes de mariage et les licences d'exploitation de boissons alcoolisées. Si Revere et nombre de ses compatriotes s'opposèrent d'abord à cette loi en raison de la pression supplémentaire qu'elle exerçait sur leur porte-monnaie, des agitateurs coloniaux comme Samuel Adams leur donnèrent rapidement une autre raison de s'y opposer. Adams soutenait que toute tentative du Parlement de taxer directement les colonies violait leur droit constitutionnel à l'auto-taxation puisqu'aucun Américain n'était représenté au Parlement. Cette "taxation sans représentation" équivalait, selon Adams, à un esclavage tributaire.

Revere fut exposé à ces idées par l'intermédiaire de ses amis maçons, dont beaucoup, comme le Dr Joseph Warren, allaient devenir des leaders du mouvement patriote du Massachusetts. À la fin des années 1760, Revere était un patriote convaincu et un associé de l'organisation politique clandestine connue sous le nom de Fils de la Liberté. Revere était considéré comme un lien précieux entre les leaders intellectuels de la révolution, tels que Samuel Adams et John Hancock, et les artisans et autres travailleurs de Boston. Il contribua à la cause en réalisant des caricatures et des gravures politiques anti-britanniques. En 1770, il acheta une maison sur North Square, dans le quartier nord de Boston, pour subvenir aux besoins de sa famille élargie et devint membre du caucus informel du quartier nord qui dirigeait l'activité politique dans cette partie de la ville.

En novembre 1773, un navire transportant du thé de la Compagne britannique des Indes orientales, le Dartmouth, entra dans le port de Boston. Le Parlement avait récemment adopté le Tea Act, qui accordait à la Compagnie britannique des Indes orientales un monopole sur le commerce du thé américain; les Patriotes américains s'opposaient à cette loi, car le thé de la Compagnie des Indes orientales était soumis à une taxe parlementaire. Samuel Adams ayant insisté sur le fait que le thé ne pouvait en aucun cas être vendu, Revere et le Dr Warren organisèrent une garde pour veiller à ce que le thé ne quitte pas la cale du Dartmouth. Le 16 décembre 1773, Revere faisait partie d'un groupe de 30 à 130 Fils de la Liberté qui se déguisèrent en Amérindiens Mohawks, montèrent à bord du Dartmouth et de deux autres navires et déversèrent 342 caisses de thé de la Compagnie des Indes dans le port de Boston. Le lendemain, Revere se rendit à New York et à Philadelphie pour faire connaître cette manifestation, connue sous le nom de Boston Tea Party; ce fut le début de sa position informelle de "messager de la révolution américaine". Il servit en tant que messager pendant le premier Congrès continental en septembre et octobre 1774, transmettant des messages entre le Massachusetts et le Congrès à Philadelphie.

Supprimer la pub
Advertisement

La Midnight ride

Lorsque le Parlement apprit l'existence de la Boston Tea Party, il chercha à faire un exemple de la rébellion de Boston et adopta une série de mesures qui seraient bientôt connues dans les colonies sous le nom de "lois intolérables", notamment la fermeture du port de Boston au commerce, l'installation d'un gouverneur militaire dans le Massachusetts et le remplacement de plusieurs fonctionnaires par des personnes nommées par la royauté. Dans le Massachusetts, l'agitation politique monta en flèche; les milices locales commencèrent à se préparer à la guerre contre les soldats britanniques, tandis qu'en octobre 1774, les dirigeants du Massachusetts formèrent le Congrès provincial, un gouvernement provisoire américain destiné à faire contrepoids au gouvernement militaire britannique. Pendant ce temps, Revere et plusieurs autres artisans commencèrent à recueillir des renseignements sur les officiers britanniques à Boston et se réunirent dans une taverne appelée le Green Dragon (Dragon vert) pour discuter de leurs découvertes.

La midnight ride de Paul Revere cimenta son rôle de héros populaire américain.

Le 16 avril 1775, Revere fut convoqué par son ami le docteur Joseph Warren. Warren lui expliqua que les soldats britanniques semblaient préparer une expédition vers la ville de Concord pour s'emparer de la poudre à canon qui y était entreposée. Sur la route de Concord se trouvait la ville de Lexington, où se cachaient les leaders révolutionnaires Samuel Adams et John Hancock, et Warren craignait que les soldats ne cherchent à les arrêter également. Warren envoya Revere à Lexington pour prévenir Adams et Hancock. Sur le chemin du retour vers Boston, Revere s'arrêta à Charlestown, juste au nord de Boston, pour organiser un signal lorsque les Britanniques commenceraient effectivement à marcher: une lanterne serait accrochée au clocher de l'église du Nord si les Britanniques se déplaçaieent par voie terrestre, et deux lanternes seraient accrochées si les Britanniques traversaient la rivière Charles en bateau. Aujourd'hui, les écoliers américains mémorisent ce célèbre signal par la phrase "one if by land, two if by sea" (une par terre, deux par mer).

Dans la nuit du 18 avril, Revere fut informé par le Dr Warren que l'expédition britannique partirait dans quelques heures seulement. Revere emprunta l'une des deux routes principales menant à Concord, traversant les villes actuelles de Somerville, Medford et Arlington, afin d'alerter les milices locales que "les réguliers sortaient"; un autre homme, William Dawes, fut envoyé sur l'autre route pour transmettre le même message. Revere échappa à la capture de deux officiers britanniques avant d'arriver à nouveau à Lexington, près de minuit. Alors qu'il s'approchait de la maison où dormaient Hancock et Adams, Revere fut réprimandé par un milicien local pour avoir fait trop de bruit. "Du bruit !" répondit Revere. "Vous ferez assez de bruit d'ici peu! Les réguliers sortent" (Philbrick, 238).

Supprimer la pub
Advertisement

Paul Revere Wakes the Town of Lexington
Paul Revere réveille la ville de Lexington
Hy Hintermeister (Public Domain)

Hancock et Adams furent alors réveillés et, après s'être entretenus avec Revere, décidèrent de fuir pour leur propre sécurité pendant que les miliciens de la ville commençaient à se rassembler sur Lexington Green pour affronter les Britanniques. Revere, Dawes et un troisième homme, le docteur Samuel Prescott, poursuivirent alors leur route vers Concord. En chemin, Revere fut capturé par un autre groupe d'officiers britanniques, mais Dawes et Prescott parvinrent à terminer la route. Bien qu'il ait été tenu en joue et forcé de descendre de cheval, Revere fut finalement relâché par les officiers. Il retourna à Lexington à pied, arrivant à temps pour assister à l'affrontement entre les miliciens et les réguliers britanniques qui déclencha les batailles de Lexington et de Concord. Revere aida à emporter une malle contenant les papiers de Hancock alors que le crépitement des tirs de mousquet éclatait sur Lexington Green, faisant huit morts et dix blessés parmi les colons. La Midnight ride (chevauchée de minuit) de Paul Revere était terminée, mais, surtout après avoir été immortalisée dans le poème "Paul Revere's Ride" (1861) de Henry Wadsworth Longfellow, elle avait cimenté son rôle de héros populaire américain.

La guerre d'Indépendance

Après avoir traversé Lexington, les Britanniques continuèrent jusqu'à Concord, mais ils furent frustrés de constater que les Américains avaient caché la plupart des équipements militaires. Au cours de leur retraite vers Boston, les soldats furent la cible d'un nombre croissant de miliciens coloniaux. Le lendemain matin, 15 000 miliciens des colonies de la Nouvelle-Angleterre encerclèrent Boston et commencèrent à l'assiéger. Le siège l'empêchant de retourner à Boston, Revere loua une chambre dans la ville voisine de Watertown, où il fut rejoint par sa femme et ses enfants. Bien qu'on lui ait refusé une commission dans l'armée continentale nouvellement formée, il fut envoyé par le Congrès provincial à Philadelphie pour étudier la seule usine de poudre à canon en état de marche dans les colonies, dans l'espoir d'en construire une deuxième dans le Massachusetts. Revere recueillit suffisamment d'informations pour qu'un moulin soit construit dans l'actuelle ville de Canton, dans le Massachusetts.

En mars 1776, le siège de Boston se solda par une victoire américaine. Dans la foulée, Revere identifia le corps mutilé de son ami, le docteur Warren, tué lors de la bataille de Bunker Hill (17 juin 1775). Revere pleura la perte de son ami et, lorsque son fils suivant naquit en 1777, il l'appela Joseph Warren Revere en l'honneur du docteur. Cherchant d'autres moyens de servir la Révolution, Revere fut nommé lieutenant-colonel dans l'artillerie de la milice du Massachusetts. En juin 1779, il se vit confier le commandement de l'artillerie lors d'une expédition organisée par plusieurs colonies dans le district du Maine du Massachusetts (l'État moderne du Maine) pour s'emparer d'un fort britannique à l'embouchure de la rivière Penobscot. L'expédition de Penobscot connut cependant des débuts difficiles, car ses commandants terrestres et navals se querellèrent. En arrivant dans la baie de Penobscot, les forces américaines furent prises au piège par un escadron de navires britanniques; lorsque les Britanniques commencèrent à tirer sur les navires américains, les Américains se dispersèrent et redescendirent la rivière Penobscot en courant, dans une retraite désordonnée.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

American War of Independence, 1775 - 1783
Guerre d'indépendance américaine, 1775 - 1783
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Revere fut accusé de lâcheté et d'insubordination et fut largement tenu pour responsable de l'échec de l'expédition. Cette situation indigna Revere, qui exigea d'être traduit en cour martiale afin de pouvoir se disculper de tout acte répréhensible; Revere finit par être traduit en cour martiale en février 1782, ce qui le disculpa. Bien que les accusations aient déjà tué sa carrière militaire, Revere estima que les conclusions de la cour martiale avaient rétabli son honneur et il fut satisfait. Il retourna à Boston et reprit sa vie d'orfèvre. En 1783, la guerre d'Indépendance américaine prit fin: les États-Unis d'Amérique étaient enfin indépendants.

Dernières années

Dans les décennies qui suivirent la guerre d'Indépendance, Revere devint un homme d'affaires prospère et un citoyen respecté de Boston. Confiant les opérations quotidiennes de son atelier d'orfèvrerie à son fils Paul Jr, Revere ouvrit une quincaillerie dans le centre de Boston; en 1788, ses affaires étaient suffisamment prospères pour lui permettre d'ouvrir une troisième entreprise, une fonderie, à partir de laquelle il vendait des boulons, des pointes et des clous aux chantiers navals. Les accessoires en laiton du célèbre navire de guerre USS Constitution provenaient de la fonderie de Revere. En 1801, Revere ouvrit le premier laminoir à cuivre d'Amérique du Nord pour éviter de dépendre des importations d'Angleterre et fournit le cuivre pour le dôme de la State House du Massachusetts en 1802. Lorsque l'USS Constitution eut besoin de nouvelles feuilles de cuivre en 1803, l'usine de Revere les fournit également. Tout au long de cette période, Revere resta actif en politique; il soutint les politiques fédéralistes d'Alexander Hamilton et de John Adams dans les années 1790 et fut Grand Maître des francs-maçons du Massachusetts de 1795 à 1797.

Revere se retira de ses affaires en 1811, à l'âge de 76 ans, et céda sa prospère usine de cuivre à son fils John Warren Revere. L'entreprise de cuivre subsiste encore aujourd'hui sous le nom de Revere Copper Company. En 1813, il perdit sa femme Rachel ainsi que son fils Paul Jr. Revere resta en bonne santé jusqu'à sa mort de causes naturelles le 10 mai 1818, à l'âge de 83 ans. Sa mémoire reste dans la culture américaine comme l'une des figures les plus emblématiques de la Révolution dont la célèbre Midnight ride contribua à la naissance des États-Unis d'Amérique.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qui était Paul Revere ?

Paul Revere était un orfèvre américain originaire de Boston, dans le Massachusetts. Membre actif des Fils de la Liberté pendant la Révolution américaine, il est surtout connu pour sa "chevauchée de minuit", au cours de laquelle il alerta les milices coloniales de l'approche des troupes britanniques avant les batailles de Lexington et de Concord.

Pour quoi Paul Revere est-il surtout connu ?

Paul Revere est surtout connu pour sa "chevauchée de minuit" dans la nuit du 18 au 19 avril 1775, lorsqu'il avertit les milices coloniales de l'approche des soldats britanniques avant les batailles de Lexington et de Concord.

Quand Paul Revere est-il mort ?

Paul Revere est mort à Boston le 10 mai 1818, à l'âge de 83 ans.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Harrison W. Mark
Harrison Mark est diplômé de SUNY Oswego où il a étudié l'histoire et les sciences politiques.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, H. W. (2024, janvier 09). Paul Revere [Paul Revere]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22412/paul-revere/

Style Chicago

Mark, Harrison W.. "Paul Revere." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le janvier 09, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22412/paul-revere/.

Style MLA

Mark, Harrison W.. "Paul Revere." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 09 janv. 2024. Web. 16 avril 2024.

Adhésion