Mistra

Définition

Michael Goodyear
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 13 août 2020
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Cathedral of St. Demetrios, Mystras (by Ava Babili, CC BY-NC-ND)
Cathédrale Saint Dimitri de Mistra
Ava Babili (CC BY-NC-ND)

La ville de Mistra (ou Mystras), dans le sud de la Grèce, fut la capitale provinciale du Despotat byzantin de la Morée du XIIIe au XVe siècle de notre ère. Fondée en 1249 par Guillaume II de Villehardouin, elle servit de centre intellectuel dans le monde byzantin tardif. Après la chute de l'Empire byzantin, la ville se rendit aux Ottomans en 1460 et resta entre leurs mains, avec de brèves interruptions, jusqu'au XIXe siècle. La ville fut abandonnée en 1832, mais ses spectaculaires ruines byzantines continuent d'attirer les visiteurs et sont classées au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Fondation d'une ville

En 1249, Guillaume II de Villehardouin, prince d'Achaïe (r. de 1246 à 1278), construisit un grand château au sommet de l'un des contreforts des montagnes du Taygète. La colline conique, haute d'environ 600 m, dominait la plaine et constituait donc un point d'observation idéal pour surveiller le peuple slave Mélinge de la région et la ville voisine de Lacédémone. La colline était connue sous le nom de Myzithras, mais plus tard sous celui de Mystras ou Mistra.

Supprimer la pub
Advertisement
Lors de sa première occupation, Mistra était un avant-poste byzantin isolé au milieu du territoire achéen franc.

En 1259, Guillaume perdit la bataille de Pélagonia contre l'empereur de Nicée (qui allait bientôt devenir l'empereur de l'Empire byzantin restauré après la prise de Constantinople en 1261), Michel VIII Paléologue (r. de 1259 à 1282), et fut capturé. Les conditions de sa libération étaient la remise des châteaux de Monemvasia, Maina et Mistra. En 1262, le château de Mistra devint byzantin.

Lors de sa première occupation, Mistra était un avant-poste byzantin isolé au milieu du territoire achéen franc. La ville de Lacédémone était encore aux mains des Francs et la population grecque de Lacédémone afflua rapidement à Mistra où elle pouvait être gouvernée comme des citoyens égaux et non comme des membres de seconde zone de la société. Les Mélinges rebelles conclurent également un accord avec Mistra en vertu duquel ils reconnaissaient l'autorité byzantine. L'année suivante, une expédition byzantine tenta de récupérer la région environnante, mais elle fut repoussée par les Francs. Une armée achéenne assiégea même Mistra, mais il fut impossible de déloger la garnison byzantine. Entre-temps, Lacédémone fut pratiquement désertée, la population grecque s'étant déplacée à Mistra, et elle fut abandonnée lorsque les Francs se retirèrent. Il faudrait attendre le XIXe siècle pour qu'une autre ville s'y installe, avec la construction de la Sparte moderne (ou Σπάρτη en grec). Pendant les six siècles qui suivirent, Mistra serait le centre social et politique de la région.

Supprimer la pub
Advertisement

Une capitale byzantine

Au cours de la décennie suivante, l'ensemble de cette région, la plaine laconienne, passa sous contrôle byzantin. Les rois de Naples et les princes d'Achaïe se livrèrent à des menaces et à des escarmouches frontalières, mais la Principauté d'Achaïe se désagrégea progressivement jusqu'à ne plus représenter une menace sérieuse pour les possessions byzantines dans le Péloponnèse au milieu du XIVe siècle. Mistra était le centre de cette domination byzantine désormais sûre. Monemvasia était à l'origine la capitale de la province, mais en 1289, le gouverneur de la province byzantine avait déménagé à Mistra.

Bien que Mistra ait servi de capitale provinciale à partir de cette époque, elle devint véritablement capitale royale en 1349, lorsque le premier despote fut nommé pour régner sur la Morée. En 1349, Jean VI Cantacuzène (r. de 1347 à 1354) nomma son fils cadet Manuel Cantacuzène pour gouverner depuis Mistra sous le titre de despote. Mistra et la province environnante étaient toujours sous le contrôle de Byzance, mais la longue distance qui les séparait de Constantinople signifiait que Manuel était à la tête d'une région autonome et qu'il menait sa propre politique et son administration plutôt que celles de son père. C'est à partir de ce moment que l'on peut parler de Despotat de Morée, une unité autonome du Péloponnèse qui faisait partie de l'Empire byzantin.

Supprimer la pub
Advertisement

Byzantine Castle of Mystras
Château byzantin de Mistra
Ava Babili (CC BY-NC-ND)

Le Despotat de Morée resta prospère malgré la montée en puissance des Ottomans en Europe. Mistra, en tant que capitale de la Morée, bénéficia de cette richesse et devint une ville importante. Après Manuel, son frère Mathieu Cantacuzène régna en tant que despote, suivi par les plus jeunes fils de la famille byzantine régnante de Paléologue: Théodore I, Théodore II, Constantin, et enfin Thomas et Démétrios. Tous, à l'exception de Thomas, régnèrent à partir de Mistra.

Pendant un certain temps, il semblait que le Despotat de la Morée aurait pu survivre comme une sorte de forteresse grecque dans une mer ottomane.. Le Péloponnèse est une péninsule dont le seul accès terrestre vient de l'étroit isthme de Corinthe. À la fin de l'époque romaine, le mur de l'Hexamilion y avait été construit pour protéger le Péloponnèse des tribus germaniques qui l'attaquaient. Il était tombé en ruine depuis longtemps, mais il fut restauré par Théodore Ier en 1395. L'espoir était que le mur hexagonal retiendrait les Turcs ottomans et qu'à l'intérieur de ses murs, la Morée prospérerait et la culture byzantine se poursuivrait sous la direction de Mistra.

À son apogée, Mistra était une ville animée de 20 000 âmes.

Cet espoir se révéla rapidement être une chimère. En 1395 et 1396, les Ottomans franchirent le mur d'enceinte lors de raids. Mistra et la plaine laconienne furent épargnées, mais le mythe de la Morée protégée par le mur de l'Hexamilion fut brisé. Pourtant, l'Hexamilion fut à nouveau réparé en 1415 et 1444. Les deux fois, les forces ottomanes ouvrirent une nouvelle brèche. Le raid de 1423 pénétra jusqu'à Mistra.

Supprimer la pub
Advertisement

Au cours de ses dernières décennies, le Despotat de Morée fut partagé entre deux ou trois despotes. Malgré cet arrangement, Mistra resta prééminente en Morée. En effet, le dernier empereur byzantin, Constantin XI Paléologue (r. de 1449 à 1453), l'ancien despote de Morée, ne fut pas couronné empereur à Constantinople, comme ses prédécesseurs, mais organisa une cérémonie à Mistra. Il s'agirait d'un dernier "hourra" pour la ville de montagne qui se rendrait sans combattre à l'Empire ottoman en 1460.

La ville

À son apogée, Mistra était une ville animée de 20 000 âmes. La ville elle-même était divisée en trois zones: la ville haute, la ville moyenne et la ville basse. La ville haute comprenait le château de Villehardouin, au sommet de la colline, ainsi que le palais du despote, protégé par un triangle de murailles. La ville moyenne se situait en dessous et comprenait davantage de terres à l'intérieur d'une autre série de murailles. Enfin, la ville basse s'étendait sur un terrain plus plat et n'était probablement pas protégée par des murailles.

Mystras Lower Town
Ville basse de Mistra
Egui_ (CC BY-NC)

Sous Villehardouin, seul le château avait été construit, et c'est donc sous les Byzantins que la plupart des constructions eurent lieu. La seule exception est une belle demeure franque qui servait probablement de résidence au châtelain franc. Manuel Cantacuzène et les despotes paléologues ajoutèrent à cette maison pour en faire le palais des despotes. L'agrandissement le plus important, qui comprenait l'ajout d'une salle du trône, eut probablement lieu lors d'une des visites de Manuel II en 1408 ou 1415.

Supprimer la pub
Advertisement

Au fil du temps, les gouverneurs, puis les despotes, construisirent des églises, dont Saint Dimitri, qui servit de cathédrale à la ville, et Hagia Sophia, qui accueillait les cérémonies des despotes. Les magnats locaux établirent des maisons dans la ville, mais il n'y avait pas de quartier aristocratique particulier, les maisons des riches et des pauvres se jouxtant, notamment en raison de l'espace limité de la ville sur la colline. Cet espace limité signifiait également qu'il n'y avait pas de place dans la ville, à l'exception de celle située devant le palais des despotes, qui occupait la plus grande surface de terrain plat sur les pentes. L'architecture des maisons, y compris celle du palais des despotes, s'inspire fortement des influences italiennes ; le palais lui-même ressemble davantage aux palazzos italiens contemporains qu'aux palais de Constantinople. Cependant, Mistra était surtout connue pour ses églises qui, à l'exception de quelques clochers supplémentaires, étaient toujours construites dans le style byzantin, avec des briques superposées et des lignes de briques rouges qui ajoutaient un accent particulier, avec des voûtes en berceau et de belles fresques.

Church of Saints Theodores, Mystras
Église de Saint Théodore, Mistra
Damian Entwistle (CC BY-NC)

Un centre d'apprentissage

Alors même que le monde de langue grecque s'amenuisait et tombait en grande partie sous la domination des Ottomans et des Vénitiens, il connut une renaissance culturelle. Constantinople, Thessalonique et Trébizonde comptaient toutes des philosophes, des mathématiciens et des astronomes, mais à la fin du XIVe siècle, Mistra devint également un centre d'apprentissage de la langue grecque. La naissance de l'intellectualisme à Mistra fut en partie due aux conversations animées entre les intellectuels de Constantinople et ceux qui commencèrent à s'installer à Mistra, ainsi qu'aux fréquentes visites de l'ancien empereur Jean VI Cantacuzène (r. de 1347 à 1354), qui était l'un des historiens et penseurs les plus éminents de son époque. L'atmosphère scientifique bénéficia également des encouragements et du soutien des despotes.

Le philosophe le plus célèbre résidant à Mistra était Georges Gémiste, dit Pléthon, l'un des principaux penseurs philosophiques de son époque, qui connaissait très bien Aristote et Platon. Trouvant Constantinople trop risquée pour l'expression du néo-platonisme en raison de l'influence de l'Église orthodoxe, Pléthon fut encouragé à s'installer à Mistra vers 1407, et il put y exprimer plus librement ses idées sous le patronage des despotes paléologues. Il y vécut jusqu'à sa mort en 1452. Pendant cette période, Pléthon servit de tuteur et de conseiller au jeune despote Théodore II (r. de 1407 à 1443).

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

George Gemistos Plethon
Georges Gémiste, dit Pléthon
Benozzo Gozzoli (Public Domain)

Pléthon fit également avancer la réflexion grecque sur l'hellénisme. Pendant des siècles, le terme "Hellène" avait été tourné en dérision comme signifiant païen, mais au cours des derniers siècles de l'Empire byzantin, le terme fut récupéré pour désigner les Grecs. Bien que l'identité romaine soit restée prédominante, l'idée de l'hellénisme gagna considérablement en popularité parmi les intellectuels byzantins, et Pléthon encouragea cette pensée qui jouait également un rôle dans l'idée de la survie de la Morée en tant que forteresse dans la mer ottomane, une île de la pensée et de la culture grecques. D'autres grands penseurs grecs de l'époque séjournèrent à Mistra, notamment Isidore de Kiev, Bessarion de Trébizonde et Jean Eugénikos, qui suivit l'enseignement de Pléthon. Lorsqu'une armée vénitienne s'empara brièvement de Mistra en 1465 et dut battre en retraite, le commandant emporta le corps de Pléthon, le plus grand trésor que Mistra avait à offrir.

Une vie après la mort des Ottomans

Après la fin du Despotat de Morée, les Ottomans créèrent deux sanjaks, ou provinces, en Morée. L'une d'entre elles avait pour capitale Mistra, où le pacha turc présidait depuis le palais des despotes. D'une manière générale, la domination ottomane dans le Péloponnèse fut plutôt réussie, et Mistra fut prospère et la province paisible pendant plus de deux siècles, bien que la population grecque ait été traitée différemment par les souverains turcs.

Palace Complex, Mystras
Complexe palatial, Mistra
Ava Babili (CC BY-NC-ND)

En 1687, les Vénitiens de Francesco Morosini s'emparèrent de Mistra, ainsi que d'autres villes du sud de la Grèce. Les Vénitiens régnèrent sur Mistra jusqu'en 1715, date à laquelle ils furent chassés par les Ottomans. En 1770, Mistra fut prise par des rébellions grecques soutenues par les Russes lors de la révolte d'Orlov. Lorsque l'armée turque arriva, les Russes fuirent vers la côte. La ville fut pillée sans pitié et laissée en ruines. Elle se rétablit partiellement avant d'être incendiée par l'armée égypto-ottomane d'Ibrahim Pacha pendant la guerre d'indépendance grecque en 1824. La ville était tellement dévastée qu'il était impossible de la reconstruire. Une fois le nouvel État grec établi en 1832, le roi grec, Othon (r. de 1832 à 1862), décida de reconstruire l'ancienne ville de Sparte à proximité en 1834. Mistra ne serait plus que les ruines de la ville des despotes, l'ancienne capitale de la Morée byzantine.

Mistra aujourd'hui

Les ruines de Mistra subsistent encore aujourd'hui. La ville est classée au patrimoine mondial de l'UNESCO et abrite un musée et les ruines partiellement restaurées de la ville. Les seuls habitants sont aujourd'hui un groupe de religieuses qui résident dans le monastère de Pantanassa. Les ruines des murs de la ville et de la forteresse de Villehardouin s'élèvent encore au-dessus de la plaine environnante. La plupart des églises les plus importantes sont encore debout, notamment Saint Dimitri, Sainte-Sophie, Saint-Georges et le monastère de la Péribleptos. Le palais des despotes a fait l'objet d'importantes restaurations au cours de la dernière décennie, ce qui en fait une attraction importante. Les visiteurs peuvent accéder aux ruines par la ville moderne de Sparti, qui n'est qu'à quelques kilomètres de Mistra. Bien qu'il s'agisse de l'un des sites historiques les moins connus de Grèce aujourd'hui, Mistra est un retour serein et obsédant au crépuscule de l'Empire byzantin et à la brève renaissance dont Mistra a bénéficié.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Michael Goodyear
Michael est diplômé en histoire et en langues et civilisations du Proche-Orient de l'université de Chicago, où il a principalement étudié l'histoire byzantine. Il est également titulaire d'un diplôme de la faculté de droit de l'université du Michigan.

Citer cette ressource

Style APA

Goodyear, M. (2020, août 13). Mistra [Mystras]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19072/mistra/

Style Chicago

Goodyear, Michael. "Mistra." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le août 13, 2020. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19072/mistra/.

Style MLA

Goodyear, Michael. "Mistra." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 13 août 2020. Web. 21 avril 2024.

Adhésion