Cérès

Définition

Donald L. Wasson
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 07 juin 2023
Disponible dans ces autres langues: anglais
X
Ceres (by Mark Cartwright, CC BY-NC-SA)
Cérès
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Cérès est la déesse de l'agriculture et des récoltes dans la mythologie romaine. Sa faveur apportait à l'humanité des récoltes abondantes et des cultures fructueuses, mais sa colère apportait le fléau, la sécheresse et la famine. Habituellement représentée sous la forme d'une matrone, ses symboles comprennent la faucille, les hampes de céréales et la corne d'abondance. Son homologue grec est Déméter qui fait partie des douze dieux de l'Olympe.

Famille

Cérès était la fille des Titans Saturne et Ops (Cronos et Rhéa dans la mythologie grecque) et la sœur et l'épouse de Jupiter. C'est Jupiter qui avait vaincu les Titans et forcé Saturne, son père, à vomir ses sœurs - Cérès, Vesta et Junon - et ses frères - Neptune et Pluton. Neptune régnant sur les mers, Pluton gouvernant les Enfers et Vesta servant de déesse du foyer, Cérès devint la déesse de l'agriculture.

Supprimer la pub
Advertisement

Cérès eut des enfants avec des dieux et des mortels. Sa fille Proserpine (Perséphone dans la mythologie grecque), déesse de la végétation, fut engendrée par Jupiter (Zeus). Avec Neptune, elle eut Despoina, la déesse des mystères, et Arion, un cheval d'inspiration divine doté du pouvoir de la parole. Pour échapper aux avances de Neptune, Cérès s'était transformée en jument, mais il se transforma en étalon et engendra Arion. Enfin, Plutus, le dieu aveugle et boiteux de la richesse, était le fils de Cérès et du mortel Iasion.

Apparence et attributs

Cérès est généralement représentée comme une femme matrone, souvent vêtue de draperies fluides et couronnée d'épis de blé.

Les représentations artistiques de la déesse sont assez cohérentes: une femme matrone souvent vêtue de draperies fluides, couronnée d'épis de blé et portant un arbre à grains avec une faucille ou une corne d'abondance. Dans son ouvrage Mythology, E. M. Berens écrit qu'elle est "représentée comme une femme au port noble et à l'apparence majestueuse - grande, matrone et digne... Elle apparaît parfois assise dans un char tiré par des dragons ailés" (45). Le poète épique grec Homère (vers 750 av. J.-C.) qualifiait son homologue grecque Déméter de déesse sacrée et de "porteuse de saisons, dispensatrice de dons splendides" (11), tandis que le poète romain Ovide (de 43 av. J.-C. à 17 ap. J.-C.) écrivait que "Cérès fut la première à retourner la glèbe avec le soc crochu; c'est elle qui, la première, donna le blé et la subsistance au monde, c'est elle qui, la première, donna les lois. Toutes les choses sont le don de Cérès" (93).

Supprimer la pub
Advertisement

Pluton enlève Proserpine

Un jour ensoleillé, Proserpine, la fille de Cérès, et ses nymphes cueillaient des fleurs sur les pentes du majestueux mont Etna en Sicile. Leurs rires attirèrent l'attention de Pluton, et d'un seul regard, le dieu des Enfers fut subjugué par sa beauté - "... presque en un seul acte, Pluton vit, aima et emporta, tant son amour était précipité" (Ovide, 95). Il lui demanda de le rejoindre, mais bien sûr, comme toutes les autres déesses qu'il avait sollicitées, elle refusa. Les Enfers n'étaient pas l'endroit le plus attrayant pour vivre. Ne supportant pas son refus, il décida qu'il n'avait qu'une seule alternative: l'enlever.

Les nymphes tentèrent en vain de protéger Proserpine, mais dans un char tiré par quatre coursiers noirs comme le charbon, Pluton s'avança, la saisit, frappa la terre de sa fourche à deux dents, ouvrit une crevasse et ils descendirent dans le royaume des Enfers. "Son ravisseur accéléra son char et pressa son cheval, appelant chacun d'eux par son nom, et secouant les rênes teintes en noir sur leur cou et leur crinière." (95) Pourtant, avant de plonger dans les ténèbres, Proserpine eut l'idée de jeter sa ceinture dans la rivière Cyané, demandant aux nymphes de la remettre à sa mère.

Supprimer la pub
Advertisement

The Rape of Proserpina
Enlèvement de Proserpine
Gian Lorenzo Bernini (CC BY-SA)

Plus tard dans la nuit, sa fille n'étant pas rentrée à la maison, Cérès s'inquiéta et commença à chercher frénétiquement Proserpine, négligeant ses devoirs - "elle reprocha aux terres, les traitant d'ingrates et d'indignes du don du maïs [grain] ... la fertilité de cette terre, célèbre dans le monde entier, faisait mentir sa bonne réputation ..." (97) Elle erra pendant neuf jours, mais ne trouva personne qui puisse l'aider. Le dixième jour, elle rencontra la déesse Hécate, qui lui dit avoir entendu les cris de Proserpine mais ne pas savoir qui l'avait enlevée. Elle suggéra à Cérès de s'adresser au dieu du soleil Hélios, qui voyait tout. Elle apprit d'Hélios que son frère Jupiter avait autorisé Pluton à épouser Prosperine et à l'emmener au Tartare. Fâchée contre Jupiter, Cérès abandonna la demeure des dieux et toute nourriture céleste et choisit d'errer sur la terre déguisée en vieille femme.

Éleusis

Un jour, dans la ville d'Éleusis, alors qu'elle était assise seule et en larmes, elle attira l'attention des filles du roi Céléos. Prises de pitié pour la vieille femme, elles demandèrent à leur mère la permission de la ramener chez elle. La reine, Métanire, accepta et elles l'emmenèrent dans leur palais où on lui offrit le poste d'infirmière, portant leur petit frère Démophon/Triptolème. Le petit garçon s'épanouit sous les soins de Cérès. Chaque nuit, Cérès nourrissait le petit garçon de nectar et le plaçait dans le feu dans l'intention de le rendre immortel et de le préserver de la vieillesse.

Une nuit, la reine vit son fils dans les flammes, cria et le sortit des flammes, mais il était indemne. Elle se retourna pour exprimer son indignation à Cérès déguisée, mais celle-ci avait disparu. Courroucée par l'attitude de la reine, Cérès avait abandonné la forme de la vieille femme et s'était révélée à la reine. Elle lui dit qui elle était et lui fit part de ses projets d'immortalité pour son fils, projets désormais rendus impossibles. Un hymne homérique décrit la scène dans la tradition grecque :

Supprimer la pub
Advertisement

Je suis Cérès, pleine de gloire ; je fais la joie et le bonheur des dieux et des hommes. Allons, que près de la ville et de ses murs élevés tout le peuple me bâtisse un temple avec un grand autel sur la haute colline Callichore ! Je vous enseignerai les mystères, vous les célébrerez avec piété et vous apaiserez ainsi mon âme. (Hymne 4, Trad. E. Falconnet, Remacle)

Retour de Proserpine

Cérès quitta Éleusis et poursuivit son voyage jusqu'à ce qu'elle n'arrive en Sicile. En arrivant à la rivière Cyane, elle découvrit la ceinture que sa fille avait laissée. En serrant la ceinture contre sa poitrine, elle entendit les faibles cris de la nymphe Aréthuse. La nymphe l'informa qu'en tentant d'échapper au dieu fleuve Alphée, elle était descendue aux Enfers par une crevasse. Là, elle avait vu Proserpine assise sur un trône de sable à côté de Pluton: "J'ai vu Proserpine avec ces deux yeux. Elle semblait triste et son visage était encore troublé par la peur" (Ovide, 97). Cérès décida qu'elle devait affronter Jupiter, mais elle hésitait, réalisant que Pluton ne renoncerait jamais à sa fille. Elle se retira en désespoir de cause.

Demeter & Persephone
Déméter et Perséphone
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Jupiter finit par réaliser que la famine continuait et que les prières du peuple étaient désespérées, il devait faire quelque chose. Il envoya les dieux supplier Cérès de revenir sur l'Olympe. Lorsqu'elle revint enfin, elle dit à Jupiter: "Si tu n'as pas d'égards pour la mère, laisse au moins la fille toucher le cœur de son père" (Ovide, 98). Consentant à ce que Proserpine soit rendue à sa mère, Jupiter lui rappelle que Proserpine ne doit pas avoir mangé quoi que ce soit pendant son séjour aux Enfers, sinon elle ne pourra pas revenir sur terre. Mercure est envoyé auprès de Pluton pour plaider la cause de Proserpine, et Pluton y consent. Cependant, un esprit nommé Ascalaphe rappela à Jupiter qu'elle avait mangé trois graines de grenade pendant son séjour aux Enfers. Dans le cadre d'un compromis, Proserpine dut passer un mois pour chaque pépin dans le Tartare, soit trois mois par an. Certaines sources, dont Ovide, affirment que le compromis portait sur six mois. Pendant son séjour sur terre, les récoltes reviennent et les arbres et les fleurs s'épanouissent. Bien qu'aucun enfant ne soit né du mariage de Proserpine avec Pluton, un vieux mythe la présente comme la mère de Dionysius-Zagreus, le Bacchus romain.

Tantale et Erysichthon

L'enlèvement de sa fille révèle le côté émotionnel de Cérès, mais deux histoires courtes révèlent une facette plus sombre de la déesse. Tantale était un chef cruel qui avait affamé son peuple. Il avait insulté les dieux immortels en les invitant à dîner. Il avait tué et cuisiné son propre fils, Pélops, et l'avait servi aux dieux. Soupçonnant que quelque chose n'allait pas, les dieux refusèrent de manger, à l'exception de Cérès, qui, se remettant encore de son épreuve, prit un morceau de son épaule. Les dieux ramenèrent le garçon à la vie et Cérès remplaça l'épaule par une épaule d'ivoire. Pour le punir, les dieux l'envoyèrent au Tartare où il se tient debout dans un ruisseau d'eau pure, mais sa soif ne peut jamais être étanchée car l'eau se retire chaque fois qu'il se baisse pour boire. Au-dessus de sa tête pendent des fruits frais, mais dès qu'il les saisit, la branche s'envole. Il a toujours faim et soif.

Supprimer la pub
Advertisement

Tantalus
Tantale
Gioacchino Assereto (Public Domain)

Erysichthon, quant à lui, commit l'erreur d'abattre les arbres sacrés de Cérès, même lorsque l'un d'eux se mit à saigner. Furieuse de son insolence, Cérès lui donna une faim insatiable, qu'aucune nourriture ne pouvait atténuer. Il perdit tout ce qu'il possédait pour acheter de la nourriture, mais il finit par se dévorer lui-même.

Culte et héritage

Un certain nombre de festivals et de temples étaient consacrés à Cérès en Grèce et en Italie. Les plus remarquables étaient les Mystères d'Éleusis, célébrés à l'automne et institués par la déesse elle-même pour honorer à la fois sa fille et elle-même. Un second festival, les Petits Mystères, était célébré au printemps. Parmi les autres fêtes annuelles, citons les Thesmophories et les Cerealia.

Le mot "céréales" dérive du nom de la déesse. Une planète naine située dans la ceinture d'astéroïdes entre Mars et Jupiter, découverte par Giuseppe Piazzi en 1801, est également nommée en son honneur.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

De quoi Cérès est-elle la déesse ?

Cérès était la déesse de l'agriculture, de la fertilité des cultures et des récoltes dans la mythologie romaine.

Qui est Cérès dans la mythologie grecque ?

L'équivalent grec de la déesse romaine Cérès est Déméter.

Quels sont les pouvoirs de Cérès ?

En tant que déesse de l'agriculture, Cérès pouvait apporter des récoltes abondantes et des cultures fructueuses, mais sa colère entraînait le fléau, la sécheresse et la famine.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Donald L. Wasson
Donald a enseigné l’histoire antique et médiévale ainsi que l’histoire des États-Unis à Lincoln College (Illinois). Éternel étudiant d’histoire depuis qu’il a découvert Alexandre le Grand, il met toute son énergie à transmettre son savoir à ses étudiants.

Citer cette ressource

Style APA

Wasson, D. L. (2023, juin 07). Cérès [Ceres]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14359/ceres/

Style Chicago

Wasson, Donald L.. "Cérès." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 07, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14359/ceres/.

Style MLA

Wasson, Donald L.. "Cérès." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 07 juin 2023. Web. 23 mai 2024.

Adhésion