Pancrace

Définition

Stella Nenova
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 09 février 2016
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Greek Pankratiast (by Mark Cartwright, CC BY-NC-SA)
Pancratiaste grec
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Le pancrace (pankrátion) est un art martial ancien qui mélange la lutte et la boxe. L'origine de ce sport remonte au deuxième millénaire avant notre ère, sur le territoire de la Grèce antique. Son nom dérive des mots grecs anciens pan (tout) et kratos (force, puissance, pouvoir) et signifie littéralement "toute la puissance". En 648 av. JC, le pancrace fut introduit comme épreuve sportive aux 33e Jeux olympiques, où il rejoignit la boxe et la lutte dans une catégorie appelée "épreuves lourdes". Ce groupe spécial de sports était réservé aux meilleurs athlètes, dotés de la plus grande force et endurance.

L'épreuve de pancrace était le sport préféré des spectateurs de l'antiquité. On pensait alors qu'un entraînement militaire basé sur cet ancien système de combat à mains nues aida les Spartiates à exceller dans les combats à mains nues. Les soldats formés au pancrace étaient très appréciés dans les célèbres phalanges macédoniennes, Alexandre le Grand leur aurait, dit-on, donné la priorité dans le recrutement de son armée.

Supprimer la pub

Advertisement

Le pancrace dans la mythologie

La mythologie de la Grèce antique désigne d'illustres personnages mythologiques comme les tout premiers pancratiastes. Thésée, le roi fondateur d'Athènes, aurait utilisé des techniques de cet art martial pour vaincre le Minotaure (la créature mi-humaine mi-taureau enfermée dans le Labyrinthe de Minos). Hercule aurait gagné un concours de pancrace à Olympie, ainsi qu'un autre événement organisé par les Argonautes (les héros partis à la recherche de la Toison d'or en Colchide). Il aurait également utilisé ses talents de pancratiaste dans l'un de ses douze travaux. De nombreux vases grecs représentent des images du héros terrassant le lion de Némée à l'aide d'une prise spécifique, censée faire partie des méthodes de combat du pancrace.

Les règles du pancrace

Les sources antiques présentent le pancrace comme un sport de combat à part entière qui permet l'utilisation de diverses techniques telles que la frappe, la prise et la lutte. En fait, le pancrace était une combinaison de boxe, de lutte et d'autres arts de combat, à la seule différence qu'il n'y avait pratiquement aucune règle. Mordre et mettre les doigts dans les yeux, le nez ou la bouche d'un adversaire étaient les seuls interdits une fois sur le ring. Tout le reste - comme les coups de pied dans le ventre et les parties génitales - était autorisé et même escompté.

Supprimer la pub

Advertisement

LE PANcrace ÉTAIT UNE COMBINAISON DE BOXE, DE LUTTE ET D'AUTRES ARTS DE COMBAT, À LA SEULE DIFFÉRENCE QU'IL N'Y AVAIT PRATIQUEMENT AUCUNE RÈGLE.

L'épreuve athlétique commençait après le tirage au sort et la formation de paires d'adversaires. À la fin de chaque combat, le tirage au sort était répété parmi les vainqueurs des combats précédents, et ainsi de suite jusqu'à ce qu'il ne reste qu'un seul vainqueur final. Un combat se terminait soit par la soumission (l'adversaire levait son index en signe de défaite), soit par la mort. Selon une histoire, le combattant Arrhichion de Phigalia remporta une compétition de pancrace aux Jeux olympiques en mourant littéralement sur le ring. Il était pris dans un étau et dut briser la cheville de son adversaire afin de desserrer l'étau mortel. Au même moment, cependant, lorsque son concurrent leva le doigt en signe de soumission, Arrichion tomba raide mort. Néanmoins, il fut honoré comme un vainqueur.

Ce sport comportait deux phases principales. Durant la première, appelée Ano Pankration, les concurrents devaient se battre debout. L'objectif principal étant d'assommer l'adversaire, des coups de poing, des coups de pied et toutes sortes de coups mortels étaient généralement portés. La deuxième phase, connue sous le nom de Kato Pankration commençait avec la première chute au sol de certains des compétiteurs. Ici, les prises, le blocage des articulations et même l'étranglement étaient utilisés comme méthodes plus efficaces de combat au sol.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Les pancratiastes avaient la liberté de construire leur propre style de combat. Au début d'un combat, certains préféraient utiliser des crochets courts appelés krocheirismos. Une technique connue sous le nom de klimakismos (tour de l'échelle) était souvent utilisée pour grimper sur le dos d'un adversaire, pour bloquer ses jambes autour de son corps et pour l'étrangler par derrière. C'est probablement celle qui s'avéra fatale pour Arrhichion de Phigalia.

Très souvent, les pancratiastes recevaient des surnoms en fonction de leur technique préférée pour vaincre leurs adversaires. Un pancratiaste de la ville de Sikyon était surnommé "bout de doigts" en raison de son habitude de briser les doigts de son adversaire au début du combat. Il existait également des particularités locales. Les Spartiates, par exemple, étaient célèbres pour leurs balayages de jambes utilisés pour faire tomber leurs adversaires. Les Eléens, en revanche, n'hésitaient pas à étrangler leurs adversaires.

Au début, les pancratiastes se battaient nus, le corps huilé et les mains nues. Plus tard, ils portaient des lanières autour des mains et des avant-bras. Lorsque le pancrace fut adopté à Rome, les combattants couvraient leurs parties génitales avec des pagnes et étaient même équipés de gants de combat (caesti) faits de bandes de cuir et remplis de plaques de fer, de lames ou de pointes.

Supprimer la pub

Advertisement

Agias, Son of Aknonios
Agias, fils d'Aknonios
James Lloyd (CC BY-NC-SA)

Un entraînement pour les Spartiates et l'armée d'Alexandre

Développé à partir d'un système de combat antique existant, le pancrace faisait partie de l'entraînement militaire de nombreuses cités-États grecques. Il était au cœur de l'instruction militaire des hoplites (la célèbre infanterie grecque). Les Spartiates étaient particulièrement bien entraînés et excellaient dans cet art. Lors de leur dernier combat aux Thermopyles, ils auraient utilisé l'art du pancrace comme arme ultime. Une fois que les 300 perdirent leurs armements, ils se battirent à mains nues, avec leurs pieds et leurs dents, se fiant à leurs capacités à utiliser des techniques de combat sans armes.

Alexandre le Grand appréciait également beaucoup ces compétences militaires. Il cherchait souvent à attirer des pancratiastes dans ses célèbres phalanges macédoniennes, car il considérait les soldats formés au pancrace un atout précieux pour son armée. Un champion athénien de pancrace des Jeux olympiques de 336 av. JC était très populaire dans l'armée macédonienne où il était en service. Il s'appelait Dioxippus, et l'historien Curtius Rufus, dans ses "Histoires d'Alexandre le Grand", nous apprend qu'un jour, il fut défié dans un combat en tête-à-tête. Son adversaire était l'un des meilleurs soldats d'Alexandre, connu sous le nom de Coragus. Le souverain macédonien organisa un match entre eux deux lors d'un de ses banquets organisés en Perse. Lors du combat, Dioxippus se présenta nu et armé seulement d'une massue. Coragus se présenta en armure complète. Après un court combat, le champion athénien vainquit son adversaire armé et habile en utilisant uniquement des techniques de Pancrace. Il aurait pu le tuer s'il n'y avait pas eu l'intercession d'Alexandre.

Les phalanges macédoniennes auraient contribué à la diffusion du pancrace en Orient. Il est suggéré qu'à la suite des conquêtes d'Alexandre sur l'Europe et la Perse, le système grec de combat sans armes finit par atteindre la vallée de l'Indus. Certains chercheurs spéculent même qu'en pratiquant leur ancien art militaire le long de leur route, les soldats macédoniens influencèrent l'art combatif indien Vajra Musti et, finalement, eurent un impact sur les arts martiaux en Chine. Selon la tradition orientale, les systèmes de combat chinois évoluèrent à partir des doctrines bouddhistes indiennes qui enseignaient les premiers arts combatifs indiens.

Supprimer la pub

Advertisement

Supprimer la pub

Publicité

Bibliographie

  • Arvanitis, J. Pankration: The Traditional Greek Combat Sport and Modern Mixed Martial Art. Paladin Press, 2003
  • Georgiou, A.V. Pankration: An Olympic Combat Sport, Vol. I. Xlibris Corporation, 2005
  • Liddell, H.G. & Scott, R. A Greek-English Lexicon. Oxford. Clarendon Press, 1940
  • Pankration - the Ancient MMAAccessed 1 Dec 2016.
  • Quintus Curtius Rufus. Life and Exploits of Alexander the Great. New York, London, D. Appleton and company, 1860
  • Smith, William, D.C.L., LL.D. A Dictionary of Greek and Roman Antiquities, “Pancratium”. John Murray, London,, 1875, pp. 857 - 858.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Stella Nenova
I have a degree in Classics and Ph.D. in Ancient History. I have taught Latin and Greek at university for five years. Every subject of the ancient Greek and Roman civilizations passionates me, and I write a blog about that on www.ancientworldalive.com

Citer cette ressource

Style APA

Nenova, S. (2016, février 09). Pancrace [Pankration]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13363/pancrace/

Style Chicago

Nenova, Stella. "Pancrace." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 09, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13363/pancrace/.

Style MLA

Nenova, Stella. "Pancrace." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 09 févr. 2016. Web. 09 déc. 2022.

Adhésion