Sun Tzu

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 09 juillet 2020
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, indonésien
The Art of War by Sun-Tzu (by Coelacan, CC BY-SA)
L'Art de la Guerre de Sun Tzu
Coelacan (CC BY-SA)

Sun Tzu (c. 500 av. J.-C.) était un stratège militaire et général chinois, surtout connu comme l'auteur de l'ouvrage L'art de la guerre (parfois appalé les Treize chapitres), un traité de stratégie militaire. Il était associé (officiellement ou en tant qu'inspirateur) à l'École militaire, l'un des systèmes philosophiques des Cent écoles de pensée de la période des Printemps et Automnes (c. 772-476 av. J.-C.), qui préconisait la préparation militaire pour maintenir la paix et l'ordre social.

L'existence d'un individu du nom de Sun Tzu a été contestée de la même manière que les chercheurs et les historiens débattent de l'existence de son supposé contemporain Lao-Tzu (alias Lao Tseu, c. 500 av. J.-C.), le philosophe taoïste. L'existence de L'art de la guerre, cependant, et sa profonde influence depuis sa publication prouvent clairement que quelqu'un a bel et bien produit cet ouvrage, et la tradition veut que l'ouvrage ait été écrit par un certain Sun Tzu.

Supprimer la pub

Advertisement

Son historicité semble avoir été confirmée par la découverte en 1972 de son œuvre, ainsi que de celle de son descendant apparent, Sun Bin (mort en 316 av. J.-C.) qui a écrit un autre Art de la guerre, dans une tombe à Linyi (province de Shandong). Les experts qui contestent son historicité affirment toutefois que cela ne prouve rien, car l'Art de la guerre antérieur pourrait toujours avoir été composé par quelqu'un d'autre que Sun Tzu.

Sun Tzu aurait vécu, combattu et composé son œuvre pendant la période des Printemps et Automnes, qui précéda la période des Royaumes combattants (c. 481-221 av. J.-C.), au cours de laquelle la dynastie Zhou (1046-256 av. J.-C.) était en déclin et les royaumes qui lui étaient autrefois liés s'affrontaient pour la suprématie et le contrôle de la Chine.

Supprimer la pub

Advertisement

L'ouvrage de Sun Tzu fut consulté par des militaires et des stratèges commerciaux depuis lors, et ses leçons sur la manière d'atteindre ses objectifs sont toujours très prisées.

Au début de la période des Printemps et Automnes, les guerriers chinois suivaient le protocole traditionnel de comportement chevaleresque avant, pendant et après un engagement. Cependant, au fil du temps, cette adhésion à la tradition devint de plus en plus frustrante, car aucun État ne pouvait prendre l'avantage sur un autre parce que chacun suivait exactement le même protocole et employait les mêmes tactiques.

L'œuvre de Sun Tzu visait à sortir de cette impasse en exposant une stratégie claire pour gagner de manière décisive par tous les moyens nécessaires. Ses concepts peuvent avoir été dérivés de philosophies antérieures ou avoir été basés sur sa propre expérience de la bataille. Quoi qu'il en soit, ses théories furent mises en pratique par le roi de l'État de Qin, Ying Sheng (259-210 av. J.-C.) qui, en suivant la philosophie de Sun Tzu, conquit les autres États par une politique de guerre totale et établit la dynastie Qin (221-206 av. J.-C.), se déclarant Shi Huangdi (r. de 221 à 210 av. J.-C.), le premier empereur de Chine. L'œuvre de Sun Tzu a été consultée par des militaires et des stratèges commerciaux depuis cette époque et, de nos jours, ses leçons sur la manière d'atteindre ses objectifs continuent d'être très prisées par toutes les classes sociales et professions confondues.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

L'historicité de Sun Tzu

La difficulté de déterminer si Sun Tzu a bel et bien existé est due à l'époque à laquelle il est censé avoir vécu et écrit son œuvre. La période des Printemps et Automnes et, plus tard, la période des Royaumes combattants sont des époques chaotiques définies par le déclin de l'autorité de la dynastie Zhou et les conflits incessants entre les États qui la soutenaient et la défendaient auparavant.

L'agitation de cette époque, et la destruction ultérieure de divers ouvrages par la dynastie Qin, ont entraîné la perte de nombreux documents importants. Il semble toutefois qu'un général ayant au moins la réputation de Sun Tzu ait vécu et servi à cette époque et qu'il ait préconisé une politique de guerre totale afin de mettre fin au conflit des Royaumes combattants et d'établir la paix.

Chinese Terracotta Warrior
Guerriers de Terre Cuite Chinois
glancs (CC BY)

Pour Sun Tzu, la guerre était une extension de la politique et devait être menée dans l'intérêt du plus grand bien de tous, le conquérant et le conquis. Cependant, pour que la guerre soit définie comme autre chose qu'un gaspillage de vies et de ressources, il fallait gagner. L'expert Samuel B. Griffith écrit :

Supprimer la pub

Advertisement

La guerre, partie intégrante de la politique de puissance de l'époque, devint "une question d'importance vitale pour l'État, une question de vie ou de mort, la voie de la survie ou de la ruine". Pour être menée avec succès, elle exigeait une théorie stratégique et tactique cohérente et une doctrine pratique régissant le renseignement, la planification, le commandement, les procédures opérationnelles et administratives. L'auteur des "Treize chapitres" fut le premier homme à fournir une telle théorie et une telle doctrine. (Griffith, 44)

L'identité de cet homme, cependant, continue d'être débattue. L'historicité de Sun Tzu est étayée par deux ouvrages essentiels, les Annales des printemps et automnes (les archives de l'État de la dynastie Zhou de 722 à 481 av. J.-C.) et les Mémoires du Grand Historien ( alias Shiji, c. 94 av. J.-C.) de l'historien de la dynastie Han Sima Qian (145/135-86 av. J.-C.). Les experts ont critiqué les deux ouvrages pour leurs inexactitudes et leurs possibles confusions d'événements. L'argument opposé à l'historicité de Sun Tzu affirme que, si un si grand esprit militaire avait existé, il aurait fait l'objet de plus d'écrits que de simples références passagères. Pourtant, de nombreuses entrées dans les deux ouvrages, acceptées comme historiquement exactes, sont traitées tout aussi brièvement. L'expert Robert Eno commente :

Les Annales des printemps et automnes... sont brèves, peu informatives et incohérentes dans le choix des événements à noter. Une entrée typique pourrait être la suivante : " Automne ; huitième mois ; sauterelles ". (1)

Suivant l'observation d'Eno, les critiques de l'historicité de Sun-Tzu peuvent avoir un argument valable, mais il faut concéder que les Annales qui selon eux devraient avoir des récits plus complets de sa vie n'ont pas de récit complet de quelque personnage ou événement significatif que ce soit. Dans le cas des Annales, Sima Qian consacre plus de temps aux biographies de ceux qui, selon lui, ont été mal jugés par l'histoire et ne passe donc pas beaucoup de temps sur Sun Tzu qui, vraisemblablement, aurait été bien connu du public de son époque et dont la réputation n'était plus à faire.

Sima Qian
Sima Qian
ZazaPress (CC BY-NC-SA)

En dehors de cette brève mention, les Mémoires du Grand Historien ont été critiquées comme n'étant pas fiables pour établir l'historicité de Sun Tzu par des experts affirmant qu'elles sont largement fantaisistes en ce qui concerne les descriptions des dynasties Xia et Shang. Cette affirmation aurait pu être considérée comme valable par le passé, mais les fouilles archéologiques du 20e siècle ont mis au jour des preuves matérielles étayant totalement les affirmations de Sima Qian concernant les Shang et probablement les Xia. En fait, les Mémoires sont pour la plupart assez précises, et cela inclut la section sur Sun Tzu.

Supprimer la pub

Advertisement

Le nom sous lequel il est connu, cependant, est un autre obstacle dans la mesure où il ne s'agit pas d'un nom de personne, mais d'un titre traduit par " Le Maître". Comme L'art de la guerre utilise à plusieurs reprises la phrase "Sun-Tzu a dit..." pour introduire les préceptes, il a été affirmé qu'un grand génie militaire, dont le nom est inconnu, aurait inspiré l'ouvrage qui fut écrit pour consigner ses stratégies. Il a également été suggéré qu'un étudiant de l'École militaire aurait pu écrire l'ouvrage pour consigner sa vision centrale selon laquelle la victoire à la guerre garantit la paix.

Historicité et influence

Les experts qui soutiennent l'historicité de Sun Tzu en veulent pour preuve son rôle dans la victoire de la bataille de Boju (506 av. J.-C.). Les sources sur Sun Tzu affirment qu'il aurait servi le roi Ho Lu de Wu (également donné comme Helu, r. de 515 à 496 av. J.-C.) dans les guerres Wu-Chu de 512-506 avant J.-C.. Ho Lu voulait tester les compétences et l'engagement de Sun Tzu avant de le nommer à la tête du royaume et lui ordonna donc de former ses 180 concubines pour en faire des soldats. Sun Tzu divisa le harem en deux compagnies, chacune ayant pour commandants les deux favorites du roi. Lorsqu'il donna le premier ordre de faire face à la droite, les femmes rirent, ne prenant pas l'exercice au sérieux. Sun Tzu répéta son ordre et, à nouveau, elles rirent ; il fit alors exécuter et remplacer les deux "commandantes". Par la suite, les femmes obéirent à ses ordres sans hésiter et Ho Lu engagea Sun Tzu comme général.

Cette histoire est considérée comme une fiction depuis au moins le 11e siècle de notre ère, lorsque l'érudit de la dynastie Sung Yeh Cheng-Tse mit en doute l'existence de Sun Tzu, mais cela ne l'a pas empêchée d'être répétée comme étant vraie jusqu'à aujourd'hui. Même si elle n'a jamais eu lieu, elle illustre l'engagement de Sun Tzu à gagner, quel qu'en soit le prix, en commençant par la discipline des troupes.

Supprimer la pub

Advertisement

Chinese Army on the March
L'armée chinoise en marche
The Creative Assembly (Copyright)

Selon Sima Qian, l'histoire doit être acceptée car elle est en accord avec le concept de discipline de Sun Tzu, comme en témoigne la victoire des Wu à Boju. La victoire de Boju résultait autant de la discipline des troupes que de la stratégie employée. Sun Tzu aurait dirigé les forces Wu avec le roi Ho Lu, ainsi que le frère de Ho Lu, Fugai, et aurait vaincu les forces Chu grâce à ses tactiques. L'Art de la guerre décrit la stratégie optimale :

Bien que, selon mon estimation, les soldats de Chu soient plus nombreux que les nôtres, cela ne les avantagera pas en matière de victoire. Je dis donc que la victoire peut être obtenue. Même si l'ennemi est plus fort en nombre, nous pouvons l'empêcher de combattre. Il faut s'organiser pour découvrir ses plans et leurs chances de succès. Éveillez-le et apprenez le principe de son activité ou de son inactivité. Le forcer à se dévoiler, afin de découvrir ses points vulnérables. Comparez soigneusement l'armée adverse avec la vôtre, afin de savoir où la force est surabondante et où elle est déficiente. En prenant des dispositions tactiques, le plus haut niveau que vous puissiez atteindre est de les dissimuler ; dissimulez vos dispositions, et vous serez à l'abri de la curiosité des espions les plus subtils, des machinations des cerveaux les plus sages. Comment la victoire peut être produite pour eux à partir de la tactique même de l'ennemi - voilà ce que la multitude ne peut comprendre. (6.21-26)

À Boju, les forces Chu étaient numériquement supérieures aux Wu et le roi Ho Lu hésita à attaquer, bien que les deux armées aient été sommées sur le terrain. Fugai demanda que l'on donne l'ordre de sonner la charge, mais Ho Lu refusa. Fugai choisit alors d'agir de son propre chef, conformément aux conseils stratégiques de Sun Tzu, et donna l'ordre d'avancer. Si les troupes n'avaient pas été aussi bien disciplinées, elles auraient pu hésiter, attendant les ordres du roi. Mais elles obéirent à leur commandant et Fugai chassa l'ennemi du champ de bataille. Il les poursuivit ensuite, les vainquit à plusieurs reprises lors de cinq autres combats et captura la capitale Chu de Ying.

Le succès de Fugai dans les guerres Wu-Chu fut entièrement dû à son propre courage et à sa foi dans les préceptes de Sun Tzu. Grâce aux renseignements fournis par des espions, Fugai savait que le général adverse, Nang Wa, était méprisé par ses troupes et qu'elles n'avaient aucune envie de se battre. Suivant le conseil de Sun Tzu de "le forcer à se dévoiler... trouver ses points vulnérables", il compara son armée à celle de Nang Wa et la trouva suffisante à ses fins. Il remporta la victoire grâce à la tactique de l'ennemi, comme l'avait indiqué Sun Tzu, en refusant d'adhérer aux règles standard de la guerre telles qu'elles étaient comprises à l'époque. Il ne laissa pas l'ennemi se retirer en lieu sûr et ne lui permit pas de traverser la rivière Qingfa, mais, au contraire, coupa les forces en deux à mi-chemin, empêcha leur mobilisation et la formation de lignes, et les attaqua même plus tard à l'heure du dîner.

Guerre totale et influence taoïste

La victoire de Fugai à Boju aurait été impossible avant Sun Tzu. Comme indiqué ci-dessus, la guerre en Chine jusqu'aux premières années de la période des Printemps et Automnes était considérée comme une sorte de sport de la noblesse dans lequel la chevalerie prévalait et les règles ne devaient pas être enfreintes ; Sun Tzu changea tout cela. Griffith commente :

Dans la Chine ancienne, la guerre était considérée comme un combat de chevaliers. En tant que telle, elle était régie par un code auquel les deux parties adhéraient généralement. On en trouve de nombreuses illustrations... Par exemple, en 632 avant J.-C., le commandant Chin, après avoir vaincu Ch'u à Ch'eng P'u, donna à l'ennemi vaincu trois jours de nourriture. Cette courtoisie fut rendue plus tard par une armée Ch'u victorieuse à Pi. Au moment où L'art de la guerre a été écrit, ce code avait été abandonné depuis longtemps. (Griffith, 23)

Sun Tzu changea les règles en appliquant les principes taoïstes à la guerre et en refusant de considérer la guerre comme un sport. L'Art de la guerre déclare :

À la guerre, donc, que votre grand objectif soit la victoire, et non les longues campagnes. Ainsi, on peut savoir que le chef des armées est l'arbitre du sort du peuple, l'homme dont il dépend que la nation soit en paix ou en péril. (2.19-20)

Sun Tzu n'avait aucune patience avec les jeux prolongés auxquels les généraux semblaient aimer se livrer. Une fois les hostilités déclenchées, la priorité était de vaincre l'ennemi, et non de s'adonner à la galanterie qui ne pouvait que prolonger le conflit et coûter plus de vies. L'expert John M. Koller commente l'influence du taoïsme sur les concepts de L'art de la guerre:

Le Taoïsme trouve [la] voie pour bien vivre en faisant ce qui est naturel, plutôt qu'en adhérant aux conventions de la société. Par conséquent, au lieu de mettre l'accent sur la culture de la vertu et le développement des relations humaines comme le fait le confucianisme, le taoïsme met l'accent sur la facilité spontanée de vivre atteinte en agissant en accord avec la manière naturelle des choses. (243)

Cette "facilité de vie spontanée" est illustrée dans les écrits de Sun Tzu en ce qu'il met constamment l'accent sur la voie naturelle vers la victoire tout en ignorant la sagesse conventionnelle de l'époque concernant les engagements militaires. Koller écrit en outre que le grand ouvrage taoïste, le Tao-Te-Ching, "reflète une horreur de la guerre et une aspiration profonde à la paix" (244) et l'œuvre de Sun Tzu reflète également cette idée en ce sens que la meilleure façon d'atteindre la paix est de remporter une victoire rapide ou, mieux encore, de vaincre un ennemi avant même que la guerre ne commence.

Gate Towers, Chang'an
Tour de Chang'an
Unknown Artist (Public Domain)

Sun Tzu écrit : "Combattre et conquérir dans toutes ses batailles n'est pas l'excellence suprême ; l'excellence suprême consiste à briser la résistance de l'ennemi sans combattre" (2.2). Sa stratégie fondamentale, tout au long de ses écrits, peut être trouvée dans les lignes du Dao-de-Jing:

Ce qui est incomplet s'accomplira.

Ce qui est courbé deviendra droit.

Ce qui est vide sera rempli.

(Verset 22)

En s'adaptant à sa situation, plutôt que de s'accrocher rigidement à la façon dont on pense que les choses devraient être, on est capable de reconnaître la fluidité des conditions et d'agir sur elles de façon décisive.

Sun-Tzu et la montée des dynasties

Bien que l'œuvre de Sun Tzu semble avoir été connue pendant la période des Royaumes combattants, ses préceptes ne furent pas utilisés avant les réformes de l'homme d'État Qin Shang Yang (d. 338 av. J.-C.), qui eut peut-être connaissance de l'œuvre. Conformément à la vision de Sun Tzu, Shang préconisait la guerre totale plutôt que l'adhésion aux pratiques chevaleresques du passé. Les réformes de Shang Yang furent pleinement mises en œuvre par le roi Qin Ying Zheng qui, en conquérant les autres États entre 230 et 221 avant J.-C., unifia la Chine sous son règne sous le nom de Shi Huangdi et fonda la dynastie Qin, la première dynastie impériale de Chine.

On pourrait dire que L'art de la guerre a été le texte fondateur de l'établissement des dynasties impériales qui ont régné sur la Chine jusqu'en 1912.

Après l'effondrement de la dynastie Qin, entre 206 et 202 avant J.-C., les principaux prétendants au pouvoir en Chine, Liu Bang de Han (c. 256-195 av. J.-C.) et Xiang Yu de Chu (c. 232-202 av.J.-C.), ont continué à utiliser les principes de Sun Tzu dans leurs conflits. Les stratégies qui conduisirent à la victoire décisive des Han à la bataille de Gaixia (202 av. J.-C.) suivirent l'idéologie de L'art de la guerre à bien des égards, mais surtout dans le fait que le général Han Xin (231-196 av. J.-C.) ait attaqué sans relâche Xiang-Yu sans tenir compte des anciennes règles de la guerre et que l'armée Han ait chanté les chants indigènes de Chu pour démoraliser les forces de Chu.

La bataille de Gaixia conduisit à l'avènement de la dynastie Han (202 av. J.-C. - 220 ap. J.-C.), qui fit revivre la culture antérieure de la dynastie Zhou et encouragea les développements culturels, notamment l'invention du papier, le perfectionnement de la poudre à canon, l'histoire écrite et, en 130 avant J.-C., l'ouverture de la route de la soie et le début du commerce mondial. La dynastie Han établit le modèle standard pour toutes les dynasties suivantes et l'on peut donc affirmer que L'art de la guerre a été le texte fondateur de l'établissement des dynasties impériales qui ont régné sur la Chine jusqu'en 1912.

Conclusion

On sait que L'art de la guerre fut consulté par le chef de guerre Cao Cao (155-220 de notre ère), l'un des généraux qui tentèrent de conquérir le trône lorsque la dynastie Han était en déclin. Cao Cao écrivit un commentaire sur l'ouvrage, établissant son importance à cette époque, mais il était sans doute connu des nobles qui s'engagèrent dans la guerre des Huit Princes (291-306 de notre ère), chacun se faisant la guerre selon les préceptes de Sun Tzu. La défaite de Cao Cao à la bataille de la Falaise rouge (208 de notre ère) entraîna la division de la période des Trois Royaumes (220-280 de notre ère) qui établit des royaumes distincts, tous dirigés par d'anciens généraux qui avaient utilisé l'ouvrage de Sun Tzu.

L'Art de la guerre continua à être consulté tout au long de l'histoire de la Chine et finit par être considéré comme l'un des classiques et une lecture obligatoire. Depuis la Chine, l'ouvrage fit le tour du monde et, à l'heure actuelle, il figure parmi les livres les plus vendus de tous les temps. La maxime de Sun Tzu selon laquelle "Toute guerre est basée sur la tromperie" (1.18) a été citée comme une composante essentielle de toute campagne militaire ainsi que dans les transactions commerciales, les procédures judiciaires et les campagnes politiques.

Son œuvre a gagné en popularité grâce à ses traductions dans le monde entier et a été utilisée, non seulement par les militaires, mais aussi par les stratèges d'entreprise, les conseillers politiques, les coachs de vie et d'autres personnes qui conseillent les gens sur leurs choix financiers ou personnels. L'existence même de Sun Tzu en tant qu'individu n'a plus vraiment d'importance, car l'œuvre qui porte son nom a réussi à rendre ce nom immortel.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2020, juillet 09). Sun Tzu [Sun-Tzu]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-11682/sun-tzu/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Sun Tzu." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juillet 09, 2020. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-11682/sun-tzu/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Sun Tzu." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 09 juil. 2020. Web. 29 janv. 2023.

Adhésion