Écriture Chinoise

Collecte de fonds pour traductions

Notre vision : Une éducation à l'Histoire gratuite pour tous, dans le monde entier et dans toutes les langues. C'est un objectif ambitieux, mais cela ne nous empêche pas d'y travailler. Pour y parvenir, nous devons traduire... beaucoup ! Faites un don aujourd'hui et aidez-nous à avoir un réel impact mondial. Merci beaucoup !
$1478 / $3000

Définition

Emily Mark
de , traduit par Jerome Couturier
publié le 07 avril 2016
X

Texte original en Anglais : Chinese Writing

Stone Stele & 1,000 Characters of Happiness, Great Wall of China (by Emily Mark, CC BY-NC-SA)
Stèle & 1 000 Caractères de Bonheur, Grande Muraille de Chine
Emily Mark (CC BY-NC-SA)

L'écriture chinoise ancienne a évolué à partir de la pratique de la divination pendant la Dynastie Shang (1600-1046 av. JC). Certaines théories suggèrent que les images et les marques sur les tessons de poterie trouvés au village néolithique de Ban Po (près de Xi'an, Shaanxi) sont la preuve d'un système d'écriture primitif, mais cette affirmation a été contestée à plusieurs reprises. Banpo fut occupé vers 4500-3750 av. JC, il fut découvert par des ouvriers creusant les fondations d'une usine en 1953. Les éclats de céramique découverts sur le site ont été classés en 27 catégories distinctes d'images ou signes qui suggèrent à certains chercheurs une langue ancienne. Cependant, ces images peuvent être simplement des marques de propriété, comparables à faire un X sur un document pour signer son nom, et elles ne pourraient dans ce cas pas être considérées comme témoignant d'une véritable langue écrite. La majorité des études récentes conviennent que l'écriture a évolué pendant la dynastie Shang et s'est développée à partir de là. La chercheuse Patricia Buckley Ebrey exprime le consensus à ce sujet:

On ne sait pas exactement quand l'écriture fut utilisée pour la première fois en Chine, car la plupart des écritures ont dû être faites sur des matériaux périssables comme le bois, le bambou ou la soie. Les symboles ou emblèmes inscrits sur des pots néolithiques tardifs peuvent être les premières formes graphiques chinoises. Les premiers bronzes Shang ont parfois des symboles similaires. La première preuve de phrases complètes se trouve sur des os oraculaires (destinés à la divination royale) de la seconde moitié de la Dynastie Shang. À partir de ces inscriptions divinatoires, il ne fait aucun doute que les Shang utilisaient une langue directement ancestrale du chinois moderne, et une écriture qui évolua pour devenir le système logographique chinois standard encore en usage aujourd'hui (26-27).

Une fois que l'écriture fut développée par les Chinois, elle eut un impact significatif sur la culture. Ebrey écrit: "En Chine, comme ailleurs, une fois l'écriture adoptée, elle eut des effets profonds sur les processus sociaux et culturels" (26). La bureaucratie chinoise en est venue à s'appuyer sur des documents écrits et, sur le plan culturel, l'expression de pensées et de sentiments personnels fut rendue possible grâce à la prose et à la poésie, créant une des plus grandes littérature au monde.

Supprimer la pub

Advertisement

Os Oraculaires

Les os oraculaires étaient des omoplates de bœuf ou des carapaces ventrales de tortue, grattées et nettoyées, sur lesquelles on inscrivait des marques de divination. Les Chinois de l'antiquité étaient très soucieux de connaître l'avenir et se tournaient vers les devins pour obtenir des conseils sur la prise de décisions. Le devin (quelqu'un qu'on appellerait aujourd'hui un 'médium') gravait sur l'os la question de la personne, puis le chauffait près d'un feu. Lorsque l'os se fissurait, les lignes formées étaient interprétées pour répondre à la question de la personne.

Oracle Bone
Os Oraculaire
The Trustees of the British Museum (Copyright)

Un exemple de ceci pourrait être: "le roi doit-il aller chasser un jour donné?" Le devin gravait le nom du roi posant la question et la date à laquelle elle était posée. Ils gravait ensuite le sujet de la question (Chasse) et la question spécifique (le roi devrait-il aller chasser demain?). L'os était alors chauffé, se fissurait et était interprété. Enfin, le pronostic était inscrit (oui, le roi devrait aller chasser demain), et plus tard, la vérification que la prédiction était correcte (le roi est allé chasser et a réussi). Les os oraculaires étaient consultés par tout le monde pendant la période Shang, de la classe la plus basse à la plus élevée.

Supprimer la pub

Advertisement

Les os oraculaires ont continué à être utilisés pendant la Dynastie Zhou (1046-226 av. JC), après quoi ils ont été remplacés par une autre forme de divination connue comme le Yi Jing (ou Yi King, le Livre des Changements). Celui-ci reposait sur un texte d'hexagrammes pour interpréter la signification des figures produites par le questionneur en jetant des bâtons faits de tiges d'Achillée millefeuille sur une table. Avec les os oraculaires et le Yi Jing, on pensait que les esprits de ses ancêtres influençaient la divination et communiquaient directement avec le devin.

Évolution du Script

À partir de ces débuts, l'écriture chinoise évolua. Ces styles furent:

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Jiaguwen - écriture dite 'ossécaille', première forme d'écriture sur les os oraculaires, utilisée vers 1600-1000 av. JC. Cette écriture était pictographique, c'est-à-dire que l'inscription représentait un objet lié à un concept. Exemple: si l'on voulait écrire "Le roi doit-il aller chasser demain?" on gravait une image du roi avec son arc et un lever de soleil.

Dazhuan - connu sous le nom de style 'Grand Sceau', développé c. 1000-700 av. JC. Il s'agissait également d'un style pictographique, mais avec beaucoup plus de caractères et plus raffiné. Les images étaient inscrites sur du bronze et probablement du bois.

XIAOZHUAN, LE STYLE D'ECRITURE PETIT SCEAU, FUT DÉVELOPPÉ VERS 700 AV. JC et EST TOUJOURS EN USAGE AUJOURD'HUI.

Xiaozhuan - connu comme le style d'écriture 'Petit Sceau', il fut développé vers 700 av. JC et est toujours en usage aujourd'hui. Ce style était moins pictographique et plus logographique, ce qui signifie que les symboles représentaient les concepts eux-mêmes, pas les objets. Exemple: si l'on voulait maintenant écrire "Le roi doit-il aller chasser demain?", on inscrirait l'image du roi et le signe qui représentait 'chasse' et 'demain'.

Supprimer la pub

Advertisement

Lishu - connue comme l'Écriture des Clercs, il fut développé vers 500 av. JC et utilisé pendant la Dynastie Qin (221-206 av. JC) et la Dynastie Han (206 av. JC - 220 ap. JC). Lishu est né de la nécessité d'une documentation complète des affaires gouvernementales et, comme son nom l'indique, était utilisé par les greffiers dans leur travail bureaucratique. Les phrases étaient écrites sur des rouleaux de bambou attachés ensemble avec de la ficelle. Les autodafés de l'empereur Shi Huangdi (259-210 av. JC) de la dynastie Qin ont concerné ce type de livres. Le papier ne fut inventé que sous la dynastie Han en 105 ap. JC.

En plus des styles précédents, il a également été développé des scripts cursifs utilisés dans la poésie et la calligraphie. Ce sont: Kaishu (Style Standard) Xingshu (Style Semi-cursif, ou Courant) et Caoshu (Style Cursif). Caoshu s'est développé pendant la Dynastie Qin, Kaishu et Xing pendant la période Han.

Héritage

Comme on peut le voir, l'écriture chinoise s'est développée à partir d'images d'objets qui représentaient des concepts, puis vers des signes représentant les concepts eux-mêmes. Cette évolution a radicalement changé la société et la culture chinoises et a également affecté la façon dont elles devaient se développer ensuite. Ebrey explique:

Supprimer la pub

Advertisement

C'est principalement par accident que les Shang ont développé une écriture logographique plutôt qu'une écriture phonétique comme la plupart de celles qui sont devenues dominantes ailleurs en Eurasie. Cet accident a cependant eu des conséquences majeures sur le développement de la civilisation chinoise. Il a façonné la nature des élites: la difficulté de maîtriser cette écriture faisait de ces experts une élite possédant des compétences rares mais essentielles (28).

Le côté positif fut qu'au fur et à mesure que l'écriture chinoise faisait partie de plus en plus du commerce chinois, la culture se répandit dans les régions voisines. Comme le note Ebrey:

Du fait que l'écriture logographique chinoise n'a pas changé pour refléter les différences de prononciation, l'élite lettrée s'est facilement identifiée à d'autres dont elle pouvait lire les écrits, y compris des prédécesseurs qui vécurent plusieurs siècles avant et des contemporains dont elle ne pouvait pas comprendre les langues parlées. De manière tout aussi cruciale, cette écriture a également affecté les processus d'expansion et d'assimilation culturelle. Les peuples en marge de la culture chinoise, qui ont appris à lire le chinois pour des raisons pragmatiques d'avancement ou de défense de leurs intérêts, furent plus efficacement attirés vers la culture chinoise qu'ils ne l'auraient été si la Chine avait eu une écriture phonétique. Pour ceux-là, la lecture et l'écriture ne pouvaient pas être facilement détachés du corpus de textes chinois imprégnés de valeurs chinoises, ce qui rendait difficile pour eux d'exprimer la vision de leur population locale en se définissant en opposition à la Chine (28).

L'écriture logographique faisait une impression beaucoup plus forte sur les lecteurs qu'une écriture phonétique parce que les gens ne lisaient pas seulement des mots sur une page, mais assimilaient les concepts au fur et à mesure qu'ils lisaient. Côté négatif, la création d'une élite lettrée signifiait des divisions de classe où ceux qui savaient lire et écrire étaient considérés comme des membres plus précieux de la société que ceux qui ne le pouvaient pas. Cette distinction de classe caractérisa la société et l'histoire chinoises jusqu'en 1949, lorsque Mao Zedong établit la République Populaire de Chine, en grande partie dans le but de remédier aux inégalités sociales.

L'écriture chinoise fut adoptée par le Japon, la Corée, le Vietnam et devint la base des écritures Khitan (peuple voisin des Mongols), Jürchen (Mandchous), et de l'écriture Yi des peuples indigènes de la province du Yunnan, qui diffère de l'écriture chinoise traditionnelle. Elle a également influencé d'autres nations de la région comme le montre l'écriture Tangoute du Tibet. L'écriture chinoise a permis aux Chinois, puis à d'autres nations, non seulement de communiquer et de tenir des archives, mais aussi de créer des œuvres parmi les plus marquantes de la littérature mondiale.

Supprimer la pub

Advertisement

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Jerome Couturier
Je suis médecin, spécialisé en Génétique. J'aime l'Histoire et l'Antiquité depuis mon plus jeune âge. J'ai toujours eu un interêt pour la recherche dans divers domaines scientifiques, dont l'archéologie.

Auteur

Emily Mark
Emily Mark a étudié l'histoire et la philosophie à l'Université de Tianjin, Chine, et l'anglais à SUNY New Paltz, NY. Elle a publié des essais historiques et de la poésie. Ses premiers récits de voyage ont été publiés dans le magazine Timeless Travels.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, E. (2016, avril 07). Écriture Chinoise [Chinese Writing]. (J. Couturier, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14610/ecriture-chinoise/

Style Chicago

Mark, Emily. "Écriture Chinoise." Traduit par Jerome Couturier. World History Encyclopedia. modifié le avril 07, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14610/ecriture-chinoise/.

Style MLA

Mark, Emily. "Écriture Chinoise." Traduit par Jerome Couturier. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 07 avril 2016. Web. 03 déc. 2021.

Adhésion