Os Oraculaires

Définition

Emily Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 26 février 2016
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, italien
Oracle bone (by The Trustees of the British Museum, Copyright)
Os oraculaire
The Trustees of the British Museum (Copyright)

Les os oraculaires (également connus sous le nom d'os de dragon) étaient les omoplates de bœufs ou les plastrons de tortues (la face inférieure plate de la carapace de la tortue) qui étaient utilisés pour la divination dans la dynastie Shang en Chine (vers 1600-1046 av. J.-C.). Les symboles gravés sur les os finirent par devenir des mots et une écriture chinoise reconnaissable se développa à partir de cette pratique.

Un devin gravait (plus tard, peignait) des symboles sur les os du bœuf ou la carapace de la tortue, appliquait un tisonnier ou un feu chaud jusqu'à ce que l'os ou la carapace ne se fissure, puis interprétait la direction de la fissure par son dessin pour prédire l'avenir. La plupart des os oraculaires découverts proviennent de la dynastie Shang, mais certains datent du début de la dynastie Zhou (1046-226 av. J.-C.). La pratique consistant à prédire l'avenir au moyen d'os oraculaires est connue sous le nom de scapulomancie (prédire l'avenir au moyen de l'omoplate, l'os de l'épaule, d'un animal), de plastromancie (utiliser le plastron d'une tortue) ou de pyromancie (utiliser le feu). Toutes ces méthodes connurent un déclin lorsque le livre connu sous le nom de I-Ching (un manuel de voyance qui utilise des hexagrammes et des bâtons d'achillée) devint plus populaire dans la dynastie Zhou.

Supprimer la pub

Advertisement

Les os oraculaires continuèrent à être utilisés dans les dynasties ultérieures, mais pas aussi régulièrement que sous les Shang. Ces os sont des sources primaires importantes sur l'histoire de la dynastie Shang et ont donné naissance à l'écriture chinoise. Selon l'historien Harold M. Tanner, "les os oraculaires sont les plus anciens documents écrits de la civilisation chinoise. Les inscriptions nous donnent une image très sélective de certaines des préoccupations et des événements qui concernaient l'élite Shang. Les plus anciens de ces documents datent du règne du roi Wu Ding à la fin de la période Shang (40)." Même si tout le monde s'intéressait à ce que l'avenir réservait, les questions des classes les plus riches de Chine constituent la majorité des inscriptions. C'est probablement parce qu'elles pouvaient se permettre de consulter les médiums plus souvent que les pauvres.

Utilisation des os oraculaires

Le désir de connaître l'avenir a toujours été une constante dans l'histoire de l'humanité et les Chinois de la dynastie Shang n'étaient pas différents des gens d'aujourd'hui. La voyance était considérée comme une ressource importante dans la prise de décision, et ces "médiums" étaient consultés par tous, du fermier au roi. On pensait que ces voyants étaient en contact avec le monde des esprits des ancêtres qui vivaient avec les dieux et connaissaient l'avenir. Ces esprits communiquaient avec les voyants par l'intermédiaire des os oraculaires. Chaque voyant avait son domaine d'expertise (amour, argent, travail, etc.) mais pouvait répondre à des questions sur n'importe quel sujet.

Supprimer la pub

Advertisement

Les voyants se procuraient les os et les coquillages eux-mêmes (et les préparaient) ou les achetaient à un marchand qui les grattait et les nettoyait. Les os/coquillages étaient ensuite conservés dans la boutique du diseur de bonne aventure. Si quelqu'un voulait savoir s'il devait emmener son bétail au marché ou rendre visite à un ami à une certaine date, il se rendait chez un voyant qui pouvait prédire la réussite de ses plans.

Les devins se procuraient eux-mêmes les os et les coquillages (et les préparaient) ou les achetaient à un marchand qui les grattait et les nettoyait.

La personne posait au devin une question du style "Dois-je amener mes bœufs au marché le mois prochain ?" et le devin gravait sur la carapace ou l'os de tortue les symboles de la personne, des bœufs, du mois suivant et peut-être d'un mois ultérieur. Un trou était percé dans l'objet et un tisonnier chaud était appliqué, ou la carapace ou l'os était placé près du feu jusqu'à ce qu'il ne se fissure. Si la fissure allait dans un sens, cela signifiait que la personne devait aller au marché avec les animaux, et si elle allait dans un autre sens, elle devait attendre.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Les gens se fiaient à ces voyants pour les aider à prendre des décisions concernant toutes sortes de choix dans leur vie, qu'il s'agisse de se marier, d'avoir des enfants, de voyager ou de prendre des décisions financières, et même de faire la guerre. Les gens consultaient les voyants à l'époque de la même manière qu'ils consultent aujourd'hui les horoscopes dans les journaux modernes ou sur Internet pour savoir ce que la journée leur réserve. Des symboles gravés sur les os signifiaient "bonne journée" et "mauvaise journée", et une personne pouvait consulter un diseur de bonne aventure le matin pour savoir quel genre de journée elle avait devant elle. Les os oraculaires découverts jusqu'à présent datent d'environ 1250-1046 av. J.-C. et donnent toutes sortes d'informations importantes sur la dynastie Shang.

Découverte d'os oraculaires

La dynastie Shang fut remplacée par les Zhou qui utilisaient toujours des os oraculaires, mais s'appuyaient principalement sur le I-Ching et d'autres méthodes pour prédire l'avenir. La capitale de la dynastie Shang, l'actuelle Anyang, fut rénovée par les Zhou et les zones des ateliers d'ossements et des lieux de divination furent négligées.

En 1899, le chancelier de l'Académie impériale, Wang Yirong (1845-1900), tomba malade de la malaria. Il demanda un médicament à son médecin et fut envoyé chez un apothicaire pour obtenir le remède le plus connu : les os de dragon. Ce médicament était censé être fabriqué à partir d'anciens os de dragons et avait des propriétés mystiques de guérison. Prendre une dose d'os de dragon pendant la dynastie Shang équivaudrait à prendre de l'aspirine ou un médicament sur ordonnance aujourd'hui, et les apothicaires, les médecins et les fournisseurs gagnaient tous de l'argent avec ce médicament qui était toujours donné aux patients sous sa forme pulvérisée.

Supprimer la pub

Advertisement

Mais lorsque Wang Yirong reçut ses os de dragon, ils n'étaient pas broyés. La nuit où cela se produisit, il avait en visite un ami nommé Liu E (1857-1909) qui examina les os du dragon avec lui. Tous deux s'intéressaient à la paléographie (l'étude de l'écriture ancienne) et remarquèrent que ces os semblaient couverts d'une ancienne écriture chinoise.

Wang Yirong et Liu E se rendirent chez l'apothicaire pour savoir où il avait obtenu ces os, mais l'homme refusa de leur dire l'endroit. Il accepta cependant de leur vendre les os non broyés qu'il avait dans sa boutique, et Wang et Liu parlèrent de leur découverte à d'autres personnes. Les érudits s'intéressèrent rapidement à la provenance de ces os, mais les apothicaires et les marchands d'os n'étaient pas prêts à en révéler la source: ils gagnaient trop d'argent avec les médicaments.

Oracle Bone
Os Oraculaire
The Trustees of the British Museum (Copyright)

Wang mourut en 1900 (par suicide à cause de son rôle dans la rébellion des Boxers) sans avoir jamais trouvé la source des os. Liu ne découvrit jamais la provenance des os non plus, mais il publia le premier livre sur les inscriptions des os oraculaires en 1903. Liu souffrit également de sa participation à la rébellion des Boxers et mourut en exil en 1909.

Supprimer la pub

Advertisement

En 1908, l'érudit et philologue Luo Zhenyu (1866-1940) finit par découvrir que les ossements provenaient d'une région située en dehors de la ville d'Anyang. Il s'y rendit et trouva des milliers d'ossements sur lesquels étaient gravées et peintes des inscriptions. Les fermiers de la région lui dirent que ces os et ces coquillages étaient constamment déterrés par des personnes qui les grattaient pour effacer les inscriptions afin qu'ils ressemblent à des os de dragon et les vendaient aux marchands d'os et aux apothicaires. Luo Zhenyu publia sa découverte et traduisit les inscriptions qu'il avait trouvées sur les os et les coquillages. De plus en plus d'érudits s'y intéressèrent et les fermiers vendirent ensuite les "os de dragon" à des collectionneurs, des érudits, des musées et des universités.

Importance des os oraculaires

Les os oraculaires ont été des découvertes importantes pour l'écriture et l'histoire de la Chine. Les inscriptions sont des caractères chinois anciens, reconnaissables comme une langue écrite. Ces inscriptions sont d'une valeur inestimable pour les historiens car elles enregistrent les questions et les réponses des gens sur leur vie, et en particulier les questions et les activités du roi.

Le roi finit par devenir le "devin en chef" qui interprétait le message des esprits à travers les fissures des ossements. Les os oraculaires contiennent des informations sur les règnes des derniers rois de la dynastie Shang, les questions qu'ils posèrent, les réponses qu'ils ont reçurent, et même la façon dont l'événement se déroula. Si un roi voulait savoir s'il devait augmenter les impôts, l'os oraculaire repertoriait cette question, la réponse, si le roi avait suivi le conseil ou pas mais aussi les résultats. Les os oraculaires sont des sources primaires pour l'histoire de la dynastie Shang en raison du soin avec lequel les devins enregistraient tout ce qui avait trait à la préoccupation de la personne.

Supprimer la pub

Advertisement

Chaque question posée était enregistrée en quatre étapes :

  1. Préface - la date à laquelle la question a été posée, le nom du devin, et parfois le nom de la personne qui pose la question (par exemple, 14 février 2016, Ai mi li a deviné, Ma ke a demandé).
  2. Charge - le sujet de la question (par exemple, les finances) et la question spécifique (par exemple, dois-je amener mes bœufs au marché/dois-je ne pas amener mes bœufs au marché).
  3. Pronostic - la réponse à la question fournie par les esprits et interprétée à travers les fissures de la coquille ou de l'os (par exemple, les esprits indiquent que oui, vous devriez amener les bœufs au marché).
  4. Vérification - si la prophétie s'est avérée vraie et ce qui est arrivé à la personne qui a posé la question (par exemple, Ma Ke a écouté la prophétie, a amené des bœufs au marché et a gagné une grosse somme d'argent).

Chacune de ces étapes était notée avec un tel soin que les érudits ont pu vérifier que les histoires que l'on croyait auparavant être des mythes sur la dynastie Shang étaient en fait vraies. Les écrivains chinois des dynasties ultérieures (avant les Tang, en particulier) faisaient référence aux Shang comme à une sorte d'âge d'or, et les inscriptions des os oraculaires montrent qu'ils avaient une bonne raison de le penser.

Chinese Oracle Bone
Os Oraculaire Chinois
BabelStone (CC BY-SA)

Conclusion

Les inscriptions relatent la prospérité de la dynastie Shang et la façon dont les gens passaient leur temps, ce qui corrobore les écrits des historiens ultérieurs. Les détails tels que la date de construction des villes, le défrichage des terres, la création d'entreprises, la plantation de cultures, les types d'animaux/objets vendus, les lieux visités, les zones d'échange, les mariages arrangés, les taxes payées, les taxes augmentées, les taxes non réduites, les événements astronomiques, et les activités de la cour de l'empereur telles que les voyages de chasse spécifiques, les visites du royaume, et les nominations à des postes sont tous enregistrés sur les os oraculaires.

Même si beaucoup de ces objets ont été broyés et détruits pour le placebo connu sous le nom d'os de dragon, des milliers d'autres ont été découverts, déchiffrés et préservés. Ces os oraculaires racontent l'histoire des personnes qui vivaient en Chine il y a plus de deux mille ans et, comme tous les artefacts historiques, ils montrent que ces anciens peuples n'étaient pas si différents de ceux qui vivent aujourd'hui.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Emily Mark
Emily Mark a étudié l'histoire et la philosophie à l'Université de Tianjin, Chine, et l'anglais à SUNY New Paltz, NY. Elle a publié des essais historiques et de la poésie. Ses premiers récits de voyage ont été publiés dans le magazine Timeless Travels.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, E. (2016, février 26). Os Oraculaires [Oracle Bones]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14417/os-oraculaires/

Style Chicago

Mark, Emily. "Os Oraculaires." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 26, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14417/os-oraculaires/.

Style MLA

Mark, Emily. "Os Oraculaires." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 26 févr. 2016. Web. 06 déc. 2022.

Adhésion