Calligraphie Chinoise Ancienne

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 16 octobre 2017
X
translations icon
Calligraphy by Cai Xiang (by Cai Xiang, Public Domain)
Calligraphie par Cai Xiang
Cai Xiang (Public Domain)

La calligraphie s'est imposée comme la forme d'art la plus importante de la Chine ancienne, à côté de la peinture, et elle fit son apparition sous la dynastie Han (206 avant J.-C. - 220 après J.-C.). Tous les hommes instruits et certaines femmes de la cour étaient censés être compétents dans ce domaine, une attente qui s'est maintenue jusqu'à l'époque moderne. Bien plus qu'une simple écriture, une bonne calligraphie exigeait un sublime contrôle du pinceau et une attention particulière à la composition, mais la manière d'écrire était également importante, l'idéal étant des traits rapides et spontanés. Le coup de pinceau de la calligraphie, sa philosophie et ses matériaux influenceront les styles de peinture chinois, en particulier la peinture de paysage, et de nombreuses écritures anciennes sont encore imitées aujourd'hui dans l'écriture chinoise moderne.

Matériaux

Les pinceaux très souples utilisés pour la calligraphie étaient faits de poils d'animaux (ou plus rarement de plumes) coupés en pointe et attachés à un manche en bambou ou en bois. L'encre utilisée était fabriquée par l'écrivain lui-même en frottant sur une pierre humide une pâte séchée de matière animale ou végétale mélangée à des minéraux et à de la colle. Le bois, le bambou, la soie (à partir de 300 av. J.-C.), puis le papier (à partir de 100 av. J.-C.) étaient les supports d'écriture les plus courants, mais la calligraphie pouvait également apparaître sur des objets de la vie quotidienne tels que des éventails, des écrans et des bannières. Le meilleur matériau était cependant le papier, et l'invention d'un papier de qualité supérieure - attribuée à Cai Lun en 105 de notre ère - favorisa le développement de styles de calligraphie plus artistiques, car sa capacité d'absorption permettait de saisir chaque nuance du coup de pinceau.

Supprimer la pub

Advertisement

Méthodes d'application

Un savoir-faire se développa rapidement, et la calligraphie devint l'un des six arts classiques et anciens, aux côtés du rituel, de la musique, du tir à l'arc, de la course de chars et des chiffres. Les calligraphes chinois accomplis devaient utiliser des coups de pinceau d'épaisseur variable, leurs angles subtils et leur connexion fluide les uns avec les autres - tous disposés avec précision dans des espaces imaginaires sur la page - pour créer un ensemble esthétiquement agréable.

Calligraphy Brushes
Pinceaux pour calligraphie
Karl (CC BY-NC-SA)

L'historien R. Dawson donne la description suivante de l'attrait de la calligraphie créée avec un pinceau expert par rapport à la version imprimée :

Supprimer la pub

Advertisement

Les caractères imprimés sont comme les personnages d'une photographie victorienne, se tenant raides au garde-à-vous ; mais ceux écrits au pinceau dansent sur les pages avec la grâce et la vitalité du ballet. Les belles formes de la calligraphie chinoise étaient en effet comparées aux beautés naturelles, et l'on pensait que chaque trait était inspiré par un objet naturel et avait l'énergie d'un être vivant. Les calligraphes chinois cherchaient donc à s'inspirer en observant les phénomènes naturels. Le plus célèbre d'entre eux, Wang Xizhi, aimait observer les oies, car le mouvement gracieux et facile de leur cou lui rappelait le maniement du pinceau, et le moine Huai-su aurait apprécié l'infinie variété possible dans le style cursif de la calligraphie connu sous le nom de "style d'herbe" en observant les nuages d'été emportés par le vent. (201-202)

Les écritures calligraphiques

Il y avait cinq écritures principales dans la calligraphie chinoise ancienne :

  1. Écriture sigillaire (zhuan shu) - utilisée depuis environ 1200 avant notre ère.
  2. Écriture cléricale (li shu) - depuis environ 200 avant J.-C.
  3. Écriture régulière (kai shu, zhen shu ou zheng shu) - depuis environ 200-400 avant notre ère.
  4. Écriture cursive (xing shu) - à partir du 4e siècle de notre ère
  5. Écriture de brouillon (ou d'herbe, cao shu) - à partir du 7e siècle

L'écriture sigillaire, comme son nom l'indique, était un style formel utilisé pour les sceaux et autres documents officiels, car ses traits sont d'une épaisseur uniforme et présentent moins de changements de direction, ce qui en facilite la reproduction par les sculpteurs. L'écriture cléricale, avec ses extrémités de traits lourdes, était également formelle et réservée à la tenue de dossiers par les employés de bureau et les fonctionnaires. Plus tard, elle est devenue l'écriture commune pour les inscriptions. Les écritures sigillaire et cléricale ont été remises au goût du jour en tant qu'écritures artistiques aux 17e et 18e siècles. L'écriture régulière était la forme standard pour l'impression et reste la plus utilisée aujourd'hui. L'écriture cursive, plus flamboyante, était le choix le plus populaire pour l'expression artistique et était également utilisée dans les notes ajoutées aux peintures. Enfin, l'écriture de brouillon, parfois appelée aussi écriture d'herbe, était appelée ainsi parce qu'elle était la plus rapide à produire et la plus "sauvage" dans la mesure où l'artiste poussait la convention à ses limites, de sorte que certains caractères devenaient difficiles à reconnaître immédiatement.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Li Po's Calligraphy
Calligraphie de Li Po
Li Bai (Public Domain)

Malgré ces grands types, le style d'écriture de chaque calligraphe était, bien sûr, le sien propre. Un calligraphe pouvait préférer la précision à la spontanéité, la flamboyance à la grâce ou se concentrer sur les espaces vides de la composition. Outre les résultats esthétiques, l'écriture était également jugée à d'autres fins, comme l'explique ici l'historien M. Dillon :

L'écriture d'une personne étant considérée comme un indice de son tempérament, de sa valeur morale et de son savoir, les empereurs des dynasties Tang et Song choisissaient souvent leurs ministres sur la base de la qualité de leur calligraphie... La vie de la tradition calligraphique a été soutenue par la notion que la calligraphie pouvait transmettre les sentiments spontanés de l'individu vraiment perspicace par une effusion d'esprit à un instant particulier. (37)

Calligraphes célèbres

Comme dans tout autre art, les praticiens les plus doués de la calligraphie sont devenus célèbres pour leur travail et leurs écritures ont été copiées et utilisées dans des innovations telles que les livres imprimés. Le plus vénéré de tous les calligraphes chinois, comme nous l'avons déjà mentionné, était Wang Xizhi (c. 303 - c. 365 de notre ère), bien qu'il ait été l'élève de Dame Wei (272-349 de notre ère). Aucun exemple de l'écriture de l'un ou l'autre personnage ne subsiste, sauf peut-être dans des copies existantes de celle de Xizhi. Le fils de Wang Xizhi, Wang Xianzhi (344-388 de notre ère), était un autre praticien célèbre, les deux hommes étant souvent appelés "les deux Wangs". Zhao Mengfu (1254-1322) était un autre calligraphe célèbre qui produisait des caractères si précis placés dans des cases carrées sur son papier que les imprimeurs utilisaient son écriture pour leurs propres blocs de caractères.

Les exemples d'écritures et de styles créés par ces maîtres étaient souvent copiés sur du bois ou de la pierre pour les préserver.

Des exemples d'écritures et de styles créés par ces maîtres étaient souvent copiés sur du bois ou de la pierre pour les préserver, à partir desquels on réalisait des frottis d'encre (bei). Ainsi, les copies papier pouvaient être distribuées et les écritures pouvaient être imitées par des calligraphes de moindre importance partout dans le monde. Ces copies étaient également utiles aux empereurs qui souhaitaient promouvoir un style plutôt qu'un autre pendant leur règne, et elles sont devenues un témoignage inestimable de l'évolution de la calligraphie chinoise, et ces styles continuent d'être consultés et imités aujourd'hui.

Supprimer la pub

Advertisement

Des exemples de calligraphie célèbre subsistent sous la forme de lettres, d'introductions à des livres, de morceaux de prose, de textes religieux, de notes prises sur des peintures, et de stèles, pierres tombales et tablettes gravées, où le tailleur de pierre a fidèlement copié l'œuvre d'un calligraphe réputé. Les exemples de calligraphie fine d'écrivains célèbres étaient même collectionnés dans l'Antiquité, notamment dans les bibliothèques des empereurs, voire enterrés avec eux dans leurs tombes. La valeur de ces pièces était telle que des faux étaient fabriqués et vendus aux collectionneurs comme étant authentiques . Autre indicateur de la valeur accordée aux exemples de calligraphie des grands maîtres du passé, la signification réelle du texte est souvent sans rapport avec les prix et l'interêt pour le collectionneur. Il existe de nombreux fragments (tie) qui peuvent être très anciens et très appréciés, mais qui ne sont en fait que des commentaires sur le temps qu'il fait ou une note accompagnant des oranges offertes.

Calligraphy by Wang Xizhi
Calligraphy par Wang Xizhi
Wang Xizhi (Public Domain)

Influence sur la peinture

Les techniques et les conventions de l'écriture influençaient la peinture où les critiques recherchaient l'utilisation énergique des coups de pinceau par l'artiste, leur spontanéité et leur variation pour produire l'illusion de la profondeur. Une autre influence des techniques de calligraphie sur la peinture était l'importance accordée à la composition et à l'utilisation des espaces vides. Enfin, la calligraphie est restée si importante qu'elle est même apparue sur des peintures pour décrire et expliquer ce que le spectateur voyait, indiquer le titre (bien que toutes les peintures n'aient pas reçu de titre de la part de l'artiste original) ou noter le lieu de création et la personne à qui elle était destinée. Ces notes, voire ces poèmes, ont fini par faire partie intégrante de la composition générale et par devenir un élément indissociable du tableau lui-même.

La mode était également à l'ajout d'inscriptions par les propriétaires et les collectionneurs ultérieurs, allant jusqu'à ajouter des portions supplémentaires de soie ou de papier à l'œuvre originale pour ce faire. À partir du 7e siècle, les propriétaires ajoutaient fréquemment leur propre sceau à l'encre rouge, par exemple, et si une œuvre changeait de mains, le nouveau propriétaire ajoutait son sceau, de sorte que l'histoire de la propriété de l'œuvre peut parfois être retracée sur des centaines d'années. Les peintures chinoises, semble-t-il, étaient destinées à être perpétuellement manipulées et embellies par une fine calligraphie.

Supprimer la pub

Advertisement

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2017, octobre 16). Calligraphie Chinoise Ancienne [Ancient Chinese Calligraphy]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-16391/calligraphie-chinoise-ancienne/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Calligraphie Chinoise Ancienne." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 16, 2017. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-16391/calligraphie-chinoise-ancienne/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Calligraphie Chinoise Ancienne." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 16 oct. 2017. Web. 28 nov. 2022.

Adhésion