Bataille de Platées

Collecte de fonds pour traductions

Notre vision : Une éducation à l'Histoire gratuite pour tous, dans le monde entier et dans toutes les langues. C'est un objectif ambitieux, mais cela ne nous empêche pas d'y travailler. Pour y parvenir, nous devons traduire... beaucoup ! Faites un don aujourd'hui et aidez-nous à avoir un réel impact mondial. Merci beaucoup !
$2052 / $3000

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 11 mai 2013
X

Texte original en Anglais : Battle of Plataea

Plataea 479 BCE (by MinisterForBadTimes, CC BY-SA)
Platées, 479 av.JC,
MinisterForBadTimes (CC BY-SA)

La bataille de Platées fut une bataille terrestre qui opposa les Grecs et les Perses près de la petite ville de Platées, en Béotie, en 479 av. J.-C. Après leur victoire navale à la bataille de Salamine en septembre 480 av. J.-C. contre le même ennemi, les Grecs vainquirent de nouveau une armée d'invasion envoyée par le souverain perse Xerxès Ier (r. 486-465 av. J.-C.), cette fois grâce à leurs guerriers hoplites. Cette victoire garantit le maintien de l'indépendance de leurs cités-états et permit le début d'une période d'activité artistique et culturelle d'une richesse étonnante, qui jettera les bases culturelles de toutes les futures civilisations occidentales.

Contexte: Les guerres perses

Dès les premières années du Ve siècle avant J.-C., la Perse, sous le règne de Darius Ier (r. 522-486 av. J.-C.), s'étendait déjà en Europe continentale et avait soumis la Thrace et la Macédoine. L'objectif suivant était d'étouffer une fois pour toutes l'ensemble des États rebelles potentiellement gênants à la frontière occidentale de l'empire achéménide. En 490 av. J.-C., les forces grecques dirigées par Athènes firent face aux Perses à la bataille de Marathon et vainquirent les envahisseurs. Cette bataille allait acquérir un statut mythique chez les Grecs, mais en réalité, elle n'était que l'ouverture d'une longue guerre dont plusieurs autres batailles constitueraient les principaux actes. En 486 av. J.-C., Xerxès, devenu roi, envahit d'abord les Cyclades, puis la Grèce continentale, après avoir vaincu une force grecque symbolique à la bataille des Thermopyles en août 480 av. J.-C. En même temps que les Thermopyles, une bataille navale indécise eut lieu au cap Artémision, où les Grecs résistèrent à la supériorité numérique de la flotte perse mais furent obligés de se regrouper à Salamine. En septembre 480 av. J.-C., sous la direction du brillant général Thémistocle, la flotte grecque alliée attira les Perses dans les limites étroites du détroit entre Salamine et le continent et remporta une victoire éclatante.

Supprimer la pub

Advertisement

IL DEVint ÉVIDENT QUE LES PERSES NE REMPORTERAIENT PAS LA VICTOIRE PAR LA DIPLOMATIE et QUE SEULE LA GUERRE PERMETTRAIT DE RÉGLER LA QUESTION.

Après la défaite de sa flotte et la fin de la campagne, Xerxès rentra chez lui dans son palais de Sousa et laissa le talentueux général Mardonios en charge de l'invasion. La position des Perses était encore forte malgré la défaite en mer - ils contrôlaient toujours une grande partie de la Grèce et leur énorme armée terrestre était intacte. Xerxès espérait sans doute que la fragile alliance grecque entre des rivaux séculaires comme Athènes et Sparte se briserait si des ouvertures diplomatiques appropriées étaient faites, mais après une série de négociations politiques, il devint évident que les Perses ne remporteraient pas la victoire par la diplomatie et que seule la guerre pourrait régler la question.

L'armée perse à Platées

Le vaste empire perse s'étendait du Danube à l'Égypte et de l'Ionie à la Bactriane, et Xerxès put puiser dans une énorme réserve de ressources pour amasser son énorme force d'invasion. Le commandement général était désormais assuré par Mardonios, gendre et neveu de Darius et cousin de Xerxès. À ses côtés se trouvait Artabaze (un cousin de Darius) qui dirigeait les contingents parthe et chorasmien.

Supprimer la pub

Advertisement

Les chiffres concernant les soldats impliqués dans la bataille proviennent principalement d'Hérodote, qui écrivit un récit de Platée dans ses Histoires; cependant, l'exactitude absolue des estimations d'Hérodote est contestée par les spécialistes. Selon Hérodote, les Perses déployèrent 350 000 soldats contre 108 200 pour les Grecs. Il est possible que les chiffres concernant les Perses aient été exagérés afin d'en faire un adversaire plus redoutable et qu'en réalité, ils aient aligné un nombre de combattants très similaire à celui des Grecs. Cependant, même avec une estimation plus prudente, la bataille impliqua environ 200 000 hommes armés, la plus grande bataille de ce type que la Grèce ait connue et un chiffre comparable aux batailles de Waterloo et de Gettysburg.

Persian Archers
Archers Perses
mshamma (CC BY)

La force perse était divisée en unités des différentes nationalités impliquées mais, malheureusement, Hérodote ne précisa pas la force de chacune d'entre elles. Cependant, les estimations approximatives sont les suivantes:

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

  • Perses (les meilleures troupes) : 40.000
  • Mèdes : 20 000
  • Bactriens, Indiens et Sakas : 20 000
  • Grecs pro-perses : 50,000
  • Total : 110 000

Tous ces groupes fournissaient une cavalerie, ce qui donnait une force combinée d'environ 5 000 cavaliers.

L'armée grecque à Platées

L'armée grecque était dirigée par Pausanias, neveu du roi Léonidas, tombé aux Thermopyles, et régent du jeune roi, le fils de Léonidas, Pleistarchos. Les commandants secondaires comprenaient les deux généraux athéniens Aristide le Juste et Xanthippe, le père de Périclès.

Selon Hérodote, les forces hoplites grecques étaient réparties comme suit :

Supprimer la pub

Advertisement

  • Athéniens : 8 000
  • Corinthiens : 5,000
  • Lacédémoniens : 5,000
  • Spartiates : 5 000
  • Mégariens : 3,000
  • Sicyoniens : 3,000
  • Tégéens : 1 500
  • Phléiases : 1,000
  • Troezéniens : 1,000
  • Anactoriens/Leucadiens : 800
  • Epidauriens : 800
  • Orchomènes : 600
  • Platéens : 600
  • Éginètes : 500
  • Ambraciens : 500
  • Érétriens/Styriens : 600
  • Chalcidiens : 400
  • Mycéniens/Tirynthiens : 400
  • Hermioniens : 300
  • Potidéens : 300
  • Lépreum : 200
  • Paléens : 200
  • Thespiens : non spécifié
  • Total : 38 700

Les Grecs n'avaient pas de cavalerie à Platées et seuls les Athéniens avaient un contingent d'archers. Hérodote dénombra également les forces non hoplites qui étaient (comme par hasard) exactement les mêmes que le nombre d'hoplites fournis par chaque cité. L'exception était Sparte qui fournit environ 35 000 hilotes en plus de ses 5 000 hoplites.

Greek Hoplites Fighting
Combat des hoplites grecs
Jan van der Crabben (CC BY-NC-SA)

Armes et stratégies

Les Perses étaient sans doute confiants dans leur succès. Ils disposaient d'une armée massive, les Grecs étaient potentiellement divisés, et le seul accroc à la longue série de victoires terrestres dont ils avaient bénéficié au cours des 50 années précédentes avait été le revers de Marathon.

Les deux armées opposées étaient essentiellement représentatives des deux approches de la guerre classique - la guerre perse privilégiait les assauts à longue distance avec des archers suivis d'une charge de cavalerie, tandis que la guerre grecque privilégiait les hoplites lourdement armés, disposés en une formation dense d'au moins huit hommes de profondeur appelée phalange, chaque homme portant un lourd bouclier rond en bronze et combattant au corps à corps avec des lances et des épées. L'infanterie perse portait un bouclier léger en osier et était armée d'une longue dague ou d'une hache de guerre, d'une lance courte et d'un arc composite. Les forces perses comprenaient également les Immortels, une force d'élite probablement mieux protégée par une armure et armée de lances, un contingent d'égyptiens bien armés et plusieurs milliers d'hoplites provenant d'États grecs alliés, notamment les Thébains. La cavalerie perse était armée, tout comme les fantassins, d'un arc et de deux javelots supplémentaires pour le lancer et la poussée. La cavalerie, qui opérait généralement sur les flancs de la bataille principale, était utilisée pour faire le ménage dans l'infanterie adverse mise en déroute après avoir été soumise aux salves répétées des archers. Bien que les Perses aient eu le dessus dans les combats précédents contre les Grecs lors de la récente révolte ionienne, les Thermopyles avaient montré que les hoplites grecs organisés pouvaient être un vrai casse-tête militaire.

Supprimer la pub

Advertisement

Greek Phalanx
Phalange grecque
CA (Copyright)

Un autre facteur important était que, bien que la tactique perse consistant à tirer rapidement un grand nombre de flèches sur l'ennemi ait dû être un spectacle impressionnant, la légèreté des flèches signifiait qu'elles étaient largement inefficaces contre les hoplites à l'armure de bronze, à moins d'être tirées à courte distance et sur des parties du corps non protégées. Au corps à corps, les lances plus longues, les épées plus lourdes, les meilleures armures et la discipline rigide de la formation en phalange signifiaient que les hoplites grecs avaient tous les avantages sur terrain accidenté. Les Perses devaient attirer l'ennemi sur de bons terrains plats pour optimiser l'avantage de leur cavalerie et le plus grand degré de mobilité offert par leurs troupes à l'armure plus légère.

La bataille - Phase 1

Au printemps 479 av. J.-C., la flotte perse se regroupa à Samos, tandis qu'en juin, Mardonios quitta ses quartiers d'hiver en Thessalie et envahit une nouvelle fois l'Attique avant de se retirer pour tenir une ligne en Béotie, au nord du fleuve Asopos, où il construisit un grand camp fortifié.

Pendant ce temps, la flotte grecque se regroupa à Égine, puis mit le cap vers Délos où elle resta stationnée pendant que l'armée de terre se mobilisait. En juillet, l'armée spartiate se dirigea vers Platées et rejoignit les autres contingents grecs à Éleusis avant de se mettre en position, formant un front de 7 km de long à 3-4 km des Perses, sous les cols du Cithéron.

Supprimer la pub

Advertisement

Mardonios avait demandé aux Perses de tenir le flanc droit, et au centre se trouvaient les Mèdes et les groupes de Bactriens, d'Indiens et de Sakas. Sur le flanc gauche se trouvaient les Grecs pro-perses. Les forces de cavalerie étaient légèrement en retrait, un groupe sur chaque flanc. Le long du front grec, les Spartiates, les Tégéens et les Thespiens tenaient le flanc droit et les Athéniens, les Mégariens et les Platéens le flanc gauche, tous les autres se trouvant au centre. Une fois en position, tout le monde attendit. Après deux jours d'impasse où chaque camp s'accrochait au terrain le mieux adapté à ses propres tactiques de combat - les Perses dans la plaine et les Grecs dans les terrains accidentés près des collines - Mardonios envoya finalement sa cavalerie et attaqua en particulier les Mégariens et les Athéniens. Lors de l'escarmouche, seule la présence des archers athéniens semble avoir permis aux Grecs de tenir leurs lignes et le commandant perse Masistius fut tué, ce qui remonta fortement le moral des Grecs.

Spartan Warriors
Guerriers spartiates
The Creative Assembly (Copyright)

Phase 2

Les Grecs avancèrent ensuite vers le nord-ouest, juste au sud de la rivière sur la crête de Pyrgos, pour obtenir un meilleur approvisionnement en eau, mais ce mouvement ne provoqua aucune réponse de Mardonios. Les deux camps maintinrent ensuite leur position pendant une semaine environ, une fois de plus réticents à abandonner leur terrain avantageux. C'est aussi un indice possible que les deux forces étaient de taille égale et qu'aucun commandant ne voulait risquer une bataille directe. Mardonios envoya sa cavalerie en mission sur le flanc droit des forces grecques, où elle rencontra une importante colonne de ravitaillement. Les Perses massacrèrent les Grecs mal armés et brûlèrent les provisions - un coup dur pour la logistique de l'ennemi, car avec autant d'hommes sur le terrain, ils avaient du mal à fournir des quantités suffisantes de nourriture et d'eau, d'autant plus que les archers perses rendaient la rivière inaccessible.

Deux jours de plus s'écoulèrent avant que Mardonios ne lance enfin sa cavalerie dans une attaque frontale contre les lignes grecques. Causant de grands ravages parmi les Grecs, les envahisseurs réussirent même à endommager et à bloquer la source gargaphienne qui était la principale source d'eau des Grecs. Il est fort probable que la cavalerie perse harcela également les arrières de l'ennemi, coupant leurs lignes d'approvisionnement.

Phase 3

Pausanias, afin de protéger ses flancs et ses arrières et dans le but d'atteindre une source d'eau, sous le couvert de l'obscurité, fit alors reculer le centre grec jusqu'à la base de la colline du Cithéron, juste devant Platées. Après un certain retard, dû soit à la confusion, soit à un désaccord avec la décision de se retirer, la force droite grecque suivit le mouvement, tandis que le flanc gauche resta en position et se retrouva donc isolé. Lorsque le flanc gauche battit également en retraite, il fut attaqué de tous côtés par les hoplites pro-perses, et le flanc gauche perse traversa le fleuve à sa poursuite. À ce moment-là, la cavalerie s'était déjà retirée, probablement pour se réarmer avec de nouvelles flèches.

LES ARMES ET ARMURES SUPÉRIEURES DES HOPLITES GRECS S'avérèrent DÉCISIVES.

Au moment où les Perses semblaient avoir pris le dessus, le flanc droit grec des Spartiates et des Tégéens contre-attaqua. Lorsque le flanc gauche grec les rejoignit, les forces perses, encerclées par leur propre centre arrivant derrière elles, sans formation disciplinée et enfin, se défendant de manière inadéquate derrière une barricade de boucliers en osier, furent mises en déroute. Plus important encore, Mardonios fut tué par une pierre lancée par le Spartiate Arimnestos. La supériorité des armes et des armures des hoplites s'avèra finalement décisive. Les Perses restants furent contraints de retraverser le fleuve dans un certain désarroi, leur retraite évitant de tourner au désastre grâce à la couverture offerte par la cavalerie thébaine qui leur permit de réoccuper leur camp fortifié. Les hoplites grecs pro-perses du flanc droit furent également contraints de battre en retraite sous la pression des Athéniens, prenant position derrière les murs de Thèbes.

Le centre grec, sans doute inspiré par le succès spartiate, entra également dans la mêlée, mais sans une stricte discipline de formation, ce qui lui valut d'être débordé par la cavalerie pro-persane et de subir de lourdes pertes. Pendant ce temps, les Athéniens, les Spartiates et les Tégéens se trouvaient maintenant dans le camp perse qu'ils finirent par prendre d'assaut, causant de nouvelles pertes importantes parmi les envahisseurs. Les Grecs tournèrent alors leur attention vers Thèbes, qui fut attaquée et mise à sac. La victoire était acquise et les plans d'invasion des Perses étaient maintenant en lambeaux.

Les suites de la bataille

Après les rituels habituels d'après-bataille - enterrements, collecte du butin de guerre et mise en place des trophées - les Grecs étaient loin d'en avoir terminé. Lors de la bataille du cap Mycale, en Ionie, la flotte grecque dirigée par Léotychidas débarqua une armée qui anéantit la garnison perse et tua le commandant Tigranes. Les États ioniens prêtèrent serment de réintégrer l'Alliance hellénique et la Ligue de Délos fut créée. En outre, Chersonèse, qui contrôlait la mer Noire, et Byzance, qui contrôle le Bosphore, furent toutes deux reprises. Les Grecs avaient envoyé un message fort et clair à Xerxès : la Grèce ne se laisserait pas soumettre par une autorité étrangère. Il était peut-être inévitable que les guerres se poursuivent au cours des décennies suivantes et que les États grecs aient été impliqués dans les longues et pénibles guerres du Péloponnèse, mais les victoires de Marathon, de Salamine et de Platées avaient assuré la survie de la Grèce et permis à la culture et à l'excellence artistique grecques de s'épanouir et de devenir le fondement de toutes les cultures occidentales pendant des millénaires.

Bibliographie

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2013, mai 11). Bataille de Platées [Battle of Plataea]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-11465/bataille-de-platees/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Bataille de Platées." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mai 11, 2013. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-11465/bataille-de-platees/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Bataille de Platées." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 11 mai 2013. Web. 09 déc. 2021.

Adhésion