Femmes du Culte d'Athéna

Article

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 05 juillet 2021
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol, Turc
X

Dans l'Athènes antique, les femmes n'avaient pas de vie en dehors de la maison, sauf si elles se prostituaient ou participaient à des activités religieuses telles que les festivals. Chaque divinité grecque dans chaque cité-État avait son propre culte (secte), mais le culte d'Athéna offrait aux femmes des positions de pouvoir et d'autonomie dans une cité-État qui leur refusait régulièrement l'une et l'autre.

Greek Religious Festival
Festival religieux grec
The Creative Assembly (Copyright)

D'autres cités grecques, notamment Sparte, accordaient aux femmes des libertés bien plus grandes qu'Athènes. Les femmes spartiates géraient des domaines, pouvaient hériter et posséder des biens, et étaient éduquées. Les Athéniennes pouvaient détenir des terres en fiducie pour un homme, s'occuper du ménage, filer la laine, et l'éducation était considérée comme une perte de temps car elles n'auraient jamais eu l'occasion de l'utiliser.

Supprimer la pub
Publicité

Le culte d'Athéna, en revanche, permettait aux femmes de participer pleinement à la vie de la cité dès leur plus jeune âge. Certaines femmes continuaient à faire partie du clergé d'Athéna, tandis que d'autres quittaient le service actif une fois mariées. Quoi qu'il en soit, elles continuaient à participer aux fêtes en l'honneur de la déesse et pouvaient jouir de positions respectées et d'un pouvoir considérable.

Athéna

La statue colossale d'Athéna qui se trouvait autrefois dans le Parthénon comprenait le serpent qui était censé protéger la ville.

Dans la mythologie grecque, Athéna est la déesse de la sagesse, de la guerre, des travaux ménagers et de la cuisine. Elle était connue sous de nombreux épithètes, dont Athena Polias ("de la ville"), Athena Nike ("de la victoire"), Athena Ergane ("l'industrieuse") et Athéna Promachos ("qui combat devant"), entre autres. Elle s'était peut-être développée à partir de la déesse mésopotamienne Inanna (également déesse guerrière et plus connue sous le nom d'Ishtar), mais, selon le mythe grec antique concernant sa naissance, elle aurait jailli du front de son père Zeus, roi des dieux. Athéna était la fille préférée de Zeus et l'une des plus populaires auprès des mortels dans toute la Grèce. Des sanctuaires et des temples lui étaient consacrés dans de nombreuses cités-États, et pas seulement à Athènes, car elle incarnait un certain nombre de valeurs centrales de la culture grecque: l'habileté à la guerre, la sagesse dans les affaires commerciales, martiales et personnelles, le courage, l'indépendance et la virginité féminine.

Supprimer la pub
Publicité

Athéna était une vierge pieuse et l'un de ses épithètes était Athena Parthenos ("la vierge", d'où le nom du Parthénon, son temple le plus célèbre). Elle était également connue sous le nom de Pallas Athena ("celle qui brandit les armes") et était capable de se défendre contre les agressions masculines. Dans un récit, Athéna se rend chez Héphaïstos, le dieu de la forge, pour lui demander de lui fabriquer des armes. Subjugué par sa beauté, Héphaïstos tenta de la violer, mais elle le repoussa. Au cours de leur lutte, une goutte de son sperme tomba sur sa cuisse, qu'elle s'empressa d'essuyer et de jeter sur la terre fertile, donnant ainsi naissance à Erichthonios, roi légendaire d'Athènes, tout en restant vierge. Erichthonios était le fondateur mythique des fêtes des panathénées et, en raison d'un mythe ultérieur, associe Athéna au serpent.

Bien que son animal totémique le plus connu soit la chouette (symbole de sagesse), elle est également associée au serpent (symbole de transformation) qui gardait Erichthonios lorsqu'il était un nourrisson enfermé dans un coffre. La statue colossale d'Athéna qui se trouvait autrefois dans le Parthénon comprenait le serpent qui était censé protéger la ville. L'écrivain voyageur Pausanias (IIe siècle de notre ère) décrit la statue:

Supprimer la pub
Publicité

La statue de culte est faite d'ivoire et d'or. Au milieu de son casque se trouve un sphinx et de chaque côté du casque sont sculptés des griffons. La statue d'Athéna est debout, vêtue d'une robe qui lui descend jusqu'aux chevilles, et sur sa poitrine se trouve une représentation en ivoire de la Gorgone Méduse. Athéna tient dans l'une de ses mains une Victoire [la déesse de la victoire, Nike], haute d'environ quatre coudées, et dans l'autre une lance. À ses pieds se trouve un bouclier et, près de la lance, un serpent qui pourrait être Erichthonios. (Grèce, 1.24.5-7; Athènes, Waterfield, 95)

Erichthonios, en tant que serpent, devint le protecteur du temple d'Athéna sur l'Acropole et, par extension, d'Athènes. Il était considéré comme une entité vivante qui, bien qu'invisible, était toujours une force puissante gardant la ville de sa mère virginale.

Athena Parthenos Reconstruction
Athéna Parthénos, Reconstitution
Mary Harrsch (Photographed at the Nashville Parthenon, Tennessee) (CC BY-NC-SA)

Selon la légende, elle fut associée à Athènes après avoir remporté une compétition avec Poséidon, dieu de la mer. Poséidon et elle voulaient tous deux devenir la divinité protectrice de la ville et offrirent donc des cadeaux au peuple. Poséidon frappa le rocher de l'Acropole avec son trident et fit jaillir de l'eau fraîche, mais Athéna offrit au peuple l'olivier, qu'il reconnut comme plus précieux. Il est intéressant de noter que dans une version de ce mythe, ce sont les femmes de la ville qui comprennent la valeur de l'olivier et votent pour Athéna en tant que protectrice de la ville. Les cadeaux et l'hospitalité étaient très appréciés dans la Grèce antique, et Athéna était célèbre pour ces deux qualités.

Elle était la déesse protectrice d'un certain nombre de héros célèbres qu'elle aida afin qu'ils atteignent leurs objectifs, parmi lesquels Jason et les Argonautes, Héraclès, Oreste et Diomède, l'un des héros de la guerre de Troie. Dans l'Iliade d'Homère (VIIIe siècle av. J.-C.), qui rendit ce conflit célèbre, elle aide également Achille à vaincre Hector, et dans l'Odyssée, elle est la figure centrale qui assiste Ulysse lorsqu'il atteint enfin sa maison d'Ithaque. Dans tous ces récits, Athéna est dépeinte comme une femme puissante que les hommes écoutent et dont ils s'inspirent, ce qui leur permet de réussir. Elle incarne les prouesses militaires, l'idéal martial, et est également respectée en tant que déesse du conseil. C'est ainsi qu'elle était comprise à Athènes comme ailleurs, mais, pour une raison ou une autre, les hommes d'Athènes ne voyaient pas la déesse à travers les femmes de la cité qui vivaient comme des citoyennes de seconde zone.

Supprimer la pub
Publicité

Les femmes dans l'Athènes antique

Ce n'est que dans la sphère religieuse que les femmes pouvaient participer sur un pied d'égalité à la vie de la cité et, dans le culte d'Athéna, jouir d'une position de respect et d'autorité.

Les femmes athéniennes étaient reléguées dans leurs propres quartiers à l'intérieur de la maison, qui pouvaient être fermés à clé de l'extérieur, et on attendait d'elles qu'elles se marient, qu'elles mettent au monde des enfants, qu'elles les élèvent, qu'elles gardent la maison, et qu'elles le fassent aussi discrètement que possible. Bien qu'il soit fait mention de femmes de la classe inférieure qui étaient potières, artisanes et marchandes, et de femmes de la classe supérieure qui travaillaient comme courtisanes (hetaïre), les femmes qui apparaissaient à l'extérieur du foyer étaient principalement des esclaves, des prostituées ou des métis (étrangères). Les prostitués, hommes et femmes, étaient présents dans les rues et les ruelles d'Athènes, mais pas les jeunes filles, les épouses ou les mères qui restaient à la maison sous le contrôle d'un tuteur masculin, qu'il s'agisse d'un père, d'un mari, d'un fils adulte ou d'un autre membre de la famille de sexe masculin. La spécialiste Louise Bruit Zaidman commente:

Athènes, bien sûr, n'était pas toute la Grèce. En ce qui concerne la place des femmes, la situation y était inhabituelle, voire extrême. La méfiance à l'égard des femmes, la misogynie dans la rhétorique et le droit étaient plus fortes à Athènes que partout ailleurs. En effet, la misogynie athénienne était si extrême qu'il a fallu un mythe pour expliquer pourquoi les femmes ne devaient pas s'appeler Athéniennes et les enfants ne devaient pas prendre le nom de leur mère. Varron nous dit que c'était pour calmer l'ire de Poséidon, agacé par le fait que les femmes d'Athènes avaient voté pour que la ville porte le nom d'Athéna plutôt que le sien. Selon la loi péricléenne sur la citoyenneté (451 av. J.-C.), la citoyenneté était accordée à tout homme qui pouvait prouver qu'il était à la fois le fils d'un citoyen et de "la fille d'un citoyen". Lorsqu'un garçon était enregistré [à la naissance], le nom du père de sa mère était inscrit, mais pas celui de sa mère. Si le père jurait que le fils était issu d'un mariage avec une "femme de la ville", le nom de la mère n'était pas mentionné. (Schmitt Pantel, et. al. 339-340)

Le patriarcat athénien définissait le rôle des femmes dans la société comme celui de porteuses d'enfants, et il était entendu que c'était tout ce dont une femme avait besoin pour se réaliser. Les relations sexuelles conjugales étaient destinées à la procréation; les relations sexuelles agréables pour les hommes étaient extraconjugales, avec des hommes plus jeunes, des prostitués hommes ou femmes, ou des hétaïres. Les chercheurs continuent à débattre de la question de savoir si les femmes étaient même autorisées à assister au théâtre grec et, si c'était le cas, elles étaient séparées des hommes. Ce n'est que dans la sphère religieuse que les femmes pouvaient participer sur un pied d'égalité à la vie de la cité et, dans le culte d'Athéna, jouir d'une position de respect et d'autorité. Zaidman note:

Sur les trente festivals célébrés chaque année à Athènes, dont beaucoup duraient deux ou trois jours, les femmes participaient activement à près de la moitié d'entre eux. Les différentes célébrations impliquaient différents aspects de la vie des femmes. Les jeunes filles portaient des paniers d'offrandes à Athéna lors de l'Arrhéphorie et des Plyntéries; les femmes mariées participaient aux Halôa et aux Thesmophories de Déméter; les femmes d'âge canonique servaient la reine des Anthestéries, présidée par Dionysos. Le point culminant étaient les Panathénées (célébrée tous les ans et avec plus de faste tous les quatre ans), à laquelle participaient des femmes de tous âges et de toutes conditions. (340)

Même si, la plupart du temps, les femmes étaient censées rester à la maison, filant tranquillement la laine, confectionnant des vêtements et s'occupant de la maison et des enfants, les fêtes religieuses leur donnaient l'occasion d'imiter la déesse en faisant preuve de courage et d'indépendance, surtout en tant que membres actifs du culte d'Athéna.

Supprimer la pub
Publicité

Les femmes du culte d'Athéna

Entre la naissance et l'âge de sept ans, les filles et les garçons étaient élevés par leur mère plus ou moins de la même manière, mais après sept ans, les garçons étaient pris en charge par leur père pour apprendre leur métier et devenir des citoyens athéniens, tandis que les filles étaient préparées au mariage, à la maternité et à l'entretien de la maison. D'après les archives, c'est ainsi que fonctionnait la classe supérieure d'Athènes, mais on suppose que toutes les classes suivaient à peu près le même paradigme, car la classe supérieure établissait le modèle de vie de la classe inférieure.

Dans la classe supérieure aristocratique, entre sept et onze ans, l'assemblée masculine d'Athènes choisissait quatre filles, appelées arrephoroi ("porteuses de paniers sacrés"), pour un honneur particulier. Deux d'entre elles participaient au tissage du grand peplos (vêtement) qui serait offert à Athéna et habillerait sa célèbre statue du Parthénon. Les deux autres participaient à un rituel au cours duquel elles portaient sur leur tête des coffres scellés, qu'il leur était interdit de regarder, jusqu'à un certain endroit des jardins situés sous l'Acropole et échangeaient ce qu'ils contenaient contre d'autres objets placés dans des coffres, qui étaient ensuite soit portés jusqu'à l'Acropole, soit retournés à leur source.

Greek Peplos Dress
Peplos grec
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Ce rituel reprenait l'histoire d'Erichthonios qui, lorsqu'il était bébé, avait été placé dans un petit coffre par Athéna pour le mettre en sécurité et garder sa naissance secrète. Elle confia le coffret aux trois filles du roi Cécrops d'Athènes pour qu'elles le gardent en sécurité, en leur demandant de ne jamais regarder à l'intérieur. L'une des filles, Pandrose, tint compte de l'avertissement, mais les deux autres, Hersé et Aglaure, ne purent contenir leur curiosité et jetèrent un coup d'œil dans le coffre. Elles y virent soit l'enfant Erichthonios enveloppé dans les spires d'un serpent, soit le mi-homme mi-serpent qu'était Erichthonios. Les jeunes filles furent tellement horrifiées par ce spectacle qu'elles devinrent folles et se jetèrent du haut de l'Acropole pour mourir. Dans la reconstitution, les jeunes vierges choisies pour porter les coffres rachetaient le péché des filles de Cécrops en ne regardant pas dans les coffres et en les livrant fidèlement à leur destination.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Les filles âgées de 11 à 14 ans environ étaient honorées en tant que kanephoroi qui portaient un panier (kanoun) d'orge sacré destiné à être placé sur l'autel des sacrifices d'animaux par le sang. Les femmes n'étaient pas autorisées à participer aux sacrifices de sang à Athènes et cette fonction était donc enviable pour les jeunes filles de la ville. La spécialiste Sarah B. Pomeroy commente:

Les kanephoroi étaient des vierges sélectionnées parmi les familles nobles. Leur virginité était un facteur puissant pour garantir l'utilisation propice des offrandes sacrées et des instruments sacrificiels transportés dans leurs paniers. Empêcher une candidate de participer à cet événement, c'était jeter l'opprobre sur sa réputation. (75-76)

L'exemple le plus célèbre de la gravité du rejet d'une candidate est celui du renvoi de la sœur d'Harmodios en 514 avant notre ère. À cette époque, Athènes était dirigée par les deux fils de Pisistrate (mort vers 528 av. J.-C.), Hippias (r. vers 528-510 av. J.-C.) et Hipparque (r. vers 528-514 av. J.-C.). Hipparque fit des avances à un jeune homme nommé Harmodios qui avait déjà un amant, Aristogiton, et fut rejeté. En réponse, Hipparque renvoya la sœur d'Harmodios en tant que kanephoroi sans explication, mettant ainsi en doute sa vertu et insultant le nom de la famille. Harmodios et son amant Aristogiton assassinèrent Hipparque lors des Panathénées de 514 avant notre ère, ce qui poussa Hippias à devenir plus tyrannique et, en 510 avant notre ère, conduisit à sa chute et à la restauration et au développement de la démocratie athénienne.

Panathenaic Procession
Procession des Panathénées
James Lloyd (CC BY-NC-SA)

Les kanephoroi pouvaient continuer à servir la déesse pendant leur adolescence jusqu'à leur mariage. Les femmes pouvaient être choisies, sur la base de liens familiaux ou de vertus notables, comme hiereiai, grandes prêtresses, qui pouvaient ne servir que jusqu'à leur mariage, pour un an seulement ou à vie. Le poste de grande prêtresse d'Athéna était l'un des plus prestigieux d'Athènes, et la femme qui l'occupait était censée transmettre au peuple la volonté de la déesse. Lorsque les Perses envahirent la Grèce en 480 avant notre ère, selon Hérodote, la grande prêtresse d'Athènes fit évacuer la ville juste avant la bataille de Salamine en leur disant que le serpent Erichthonios, et donc Athéna, avait déjà fui l'Acropole et qu'ils devaient faire de même (Histoires, VIII, 41). Les Athéniens écoutèrent son avertissement et évacuèrent les femmes et les enfants ainsi que divers biens avant que les hommes ne reviennent défendre la ville.

Conclusion

Les femmes participaient aux rites de Déméter, aux Mystères d'Éleusis, librement avec les hommes et, comme on l'a vu, à de nombreux autres festivals athéniens, mais les femmes qui participaient activement au culte d'Athéna, même après avoir été mariées et reléguées dans les quartiers féminins de la maison, continuaient à apporter leur contribution et étaient reconnues et honorées. Le peplos, commencé par les jeunes filles sélectionnées dans leur jeunesse, était poursuivi et achevé par celles qui avaient joué le même rôle dans leur jeunesse. Tous les quatre ans, le gigantesque péplos était porté par les femmes qui l'avaient créé sur la voie panathénaïque jusqu'à l'Acropole pendant les grandes Panathénées.

The Panathenaic Way, Athens, Greece
La voie sacrée, Grèce
Betsy Mark (CC BY-NC-SA)

Le culte d'Athéna offrait aux femmes de la Grèce antique non seulement une raison d'être en dehors du foyer et de la maternité, mais aussi un rôle important dans la vie de la cité. Dans la culture athénienne, qui réprimait régulièrement l'énergie féminine tout en la célébrant à travers sa divinité protectrice, le culte d'Athéna permettait aux femmes de s'exprimer, d'être reconnues et de contribuer à la vie religieuse et culturelle de la cité. Le culte se poursuivit jusqu'au IVe siècle de notre ère, époque à laquelle, après l'avènement du christianisme en Grèce, il perdit des adeptes, les femmes devenant chrétiennes.

Le christianisme encouragea d'abord la participation des femmes à tous les niveaux et leur accorda le même type de liberté et de reconnaissance personnelle qu'elles avaient obtenu dans le cadre du culte d'Athéna. Cependant, lors du concile de Nicée en 325 de notre ère, qui visait à unifier la vision chrétienne et à normaliser sa pratique, les hommes choisirent de suivre l'exemple du pape Clément Ier (c. 35-99 de notre ère), qui avait décrété que seuls les hommes pouvaient occuper des postes d'autorité dans le christianisme parce que le Christ n'avait choisi que des apôtres de sexe masculin. La décision de Nicée relégua les femmes à un statut secondaire dans la nouvelle religion et, avec le déclin du culte d'Athéna - ainsi que ceux d'autres divinités féminines puissantes qui avaient également offert des possibilités d'élévation sociale - les femmes d'Athènes assumèrent de nouveau le seul rôle qui leur était permis par les hommes de la ville, à savoir celui de porteuses d'enfants et de femmes au foyer.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2021, juillet 05). Femmes du Culte d'Athéna [The Women of Athena's Cult]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-74/femmes-du-culte-dathena/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Femmes du Culte d'Athéna." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juillet 05, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-74/femmes-du-culte-dathena/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Femmes du Culte d'Athéna." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 05 juil. 2021. Web. 11 juin 2024.

Adhésion