Éléphants et Guerre dans l'Inde Ancienne

Article

Dr Avantika Lal
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 11 juin 2018
Disponible dans ces autres langues: anglais
X

Les éléphants étaient utilisés dans l'ancienne armée indienne, indépendamment des régions, des dynasties ou des époques; leur importance n'a jamais été niée et s'est poursuivie jusqu'à la période médiévale. L'éléphant indien (Elephas maximus indicus), l'une des trois sous-espèces reconnues de l'éléphant d'Asie et originaire de l'Asie continentale, étant facilement disponible dans le sous-continent, il fut progressivement apprivoisé et utilisé en temps de paix comme en temps de guerre. Capable de remplir diverses fonctions militaires, dont la plus importante était l'impact psychologique qu'il pouvait provoquer, l'éléphant était néanmoins à la fois une bénédiction et un fléau. Malgré ses défauts, les anciens Indiens continuaient à croire en son efficacité, même si les résultats sur le terrain semblaient prouver le contraire. L'une des principales raisons était le concept de prouesse militaire associé à la possession et à l'utilisation de ces énormes bêtes.

War Elephants of the Rashtrakutas, Ellora Caves
Éléphants de guerre des Rashtrakutas, grottes d'Ellora
Sengai Podhuvan (CC BY-NC-SA)

L'éléphant sur le champ de bataille

Pratiquement tous les souverains de l'Inde possédaient des éléphants et les utilisaient pour servir leurs propres ambitions. Il s'agissait notamment:

Supprimer la pub
Publicité
  • des rois appartenant aux différentes dynasties régnant sur le Magadha (du VIe siècle av. J.-C. au IVe siècle av. J.-C.)
  • Mauryas (du IVe siècle av. J.-C. au IIe siècle av. J.-C.)
  • Guptas (du IIIe siècle au VIe siècle)
  • Pallavas (du IIIe siècle au IXe siècle)
  • Cholas (du IVe siècle av. J.-C. au XIIIe siècle)
  • Rashtrakutas (du VIIIe siècle au Xe siècle)
  • Chalukyas de Vatapi (du VIe siècle au VIIIe siècle)
  • Chalukyas occidentaux de Kalyani (du Xe siècle au XIIe siècle)
  • Palas (du VIIIe siècle au XIIe siècle).

Dans l'Inde ancienne, l'armée était initialement divisée en quatre corps (chaturanga), composée d'infanterie, de cavalerie, d'éléphants et de chars. Si les chars finirent par tomber en désuétude, les trois autres armes continuèrent à être appréciées. Parmi elles, les éléphants occupaient une place de choix. Le corps des éléphants était déployé dans une bataille en bloc ou en ligne, selon la formation générale de l'armée (vyuha) décidée par les commandants. Le Mahabharata mentionne l'utilisation d'éléphants dans les batailles, bien qu'ils soient secondaires par rapport aux chars qui étaient le véhicule préféré des guerriers, en particulier des élites. Le roi Bimbisara (c. 543 av. J.-C.), qui commença l'expansion du royaume de Magadha, s'appuyait fortement sur ses éléphants de guerre. Les Nandas de Magadha (milieu du IVe siècle av. J.-C. - 321 av. J.-C.) possédaient environ 3 000 éléphants. Les empires maurya et gupta disposaient également de divisions d'éléphants; Chandragupta Maurya (321-297 av. J.-C.) avait environ 9 000 éléphants. L'armée des Palas était réputée pour son énorme corps d'éléphants, les estimations allant de 5 000 à 50 000.

Chaque royaume possédait son propre corps d'éléphants, dirigé par un commandant ou un surintendant. Dans l'empire maurya, où le bureau de la guerre, composé de 30 membres, comprenait six conseils, le sixième conseil s'occupait des éléphants, qui étaient dirigés par le gajadhyaksha. Le commandant des éléphants des Gupta était connu sous le nom de mahapilupati. Dans certains cas, cependant, la cavalerie et les éléphants appartenaient à une seule division, comme chez les Chalukyas occidentaux de Kalyani (aujourd'hui Basavakalyan, État du Karnataka), où l'officier en charge portait le titre combiné de kari-turaga (patta) sahini. Dans son ouvrage Manasollasa, le roi Kalyani Chalukya Someshvara III (1126-1138) indique que le général (senapati) doit être un expert en équitation et en éléphants.

Supprimer la pub
Publicité
Pratiquement tous les souverains de l'Inde possédaient des éléphants et les utilisaient pour servir leurs propres ambitions.

La capture, le dressage et l'entretien des éléphants faisaient l'objet d'une très grande attention. De nombreux traités furent rédigés sur ces sujets et plusieurs ouvrages importants de la période antique, comme l'Arthashastra de Kautilya (vers le 4e siècle av. J.-C.), donnent beaucoup d'informations sur les différentes sortes d'éléphants, leur élevage, leur dressage et leur comportement en temps de guerre. Les textes bouddhistes Nikaya mentionnent que l'éléphant royal doit être dressé pour supporter les coups de toutes sortes d'armes, protéger son cavalier royal, aller là où on le lui demande et être capable de détruire les éléphants, l'infanterie, les chars et les chevaux ennemis. L'éléphant était censé s'engager dans la bataille avec sa trompe, ses défenses, ses pattes, sa tête, ses oreilles et même sa queue.

L'importance des éléphants, en particulier des éléphants royaux, peut être mesurée par le fait que dans la Harshacharita, la biographie de son protecteur, l'empereur Harshavardhana (606-647) de Sthanishvara (Thanesar moderne, État d'Haryana), l'auteur Banabhatta (VIIe siècle environ) consacre de nombreuses pages à la description des éléphants possédés par son maître et, en particulier, de son éléphant de guerre favori, Darpashata, décrit comme le "cœur extérieur de l'empereur, son propre moi dans une autre naissance, ses airs vitaux sortis de lui, son ami dans la bataille et dans le sport, nommé à juste titre Darpashata, un seigneur des éléphants" (Banabhatta, 52). Banabhatta ajoute qu'un éléphant offre une protection semblable à celle d'un fort de colline (giridurga), mais avec l'avantage d'être mobile (sanchari). Il est redoutable grâce à ses formidables os pariétaux (kumbhakuta), c'est-à-dire qu'il ressemble à un fort de colline qui est redoutable grâce à ses kutas (monticules de terre inclinés à l'entrée). En outre, l'éléphant était fort et sombre comme un rempart de fer (prakarah) et servait à protéger la terre tout comme un rempart.

Supprimer la pub
Publicité

Utilisations stratégiques et tactiques

L'utilisation principale de l'éléphant était sa capacité à mettre en déroute; d'un seul coup, il pouvait se débarrasser d'un certain nombre de fantassins ennemis, effrayer les chevaux et piétiner les chars. Il s'agissait donc aussi de l'impact psychologique qu'il pouvait avoir, c'est-à-dire de l'effet de choc. Les forces ennemies seraient dispersées, ce qui entraînerait une rupture de formation qui pourrait ensuite être exploitée. La possession d'un certain nombre d'éléphants ajoutait au prestige du souverain et était censée avoir un effet psychologique sur l'esprit de ses ennemis, qui pouvaient ainsi être incités à ne pas le défier ou à se soumettre.

La pratique de faire boire de l'alcool à des éléphants était utilisée car elle faisait ressortir la nature féroce des animaux, ce qui augmentait leur capacité à détruire les troupes ennemies. Un éléphant en état d'ébriété pouvait semer la panique et briser les formations ennemies, en particulier l'infanterie, en les piétinant sans pitié. Les Chalukyas de Vatapi (aujourd'hui Badami, dans l'État de Kanataka) étaient bien connus pour leur utilisation d'éléphants ivres montés par des guerriers tout aussi (ou moins) ivres, qui faisaient reculer l'ennemi dans les murs de sa capitale. L'idée d'employer des hommes et des animaux ivres était de les faire attaquer en masse et de tout piétiner sans réfléchir, ce qui provoquait la panique et la perte du moral et du nombre d'ennemis. Selon l'historien John Keay, grâce à "ses champions et leurs éléphants ivres de punch" (Keay, 170), le roi Chalukya pouvait se permettre de traiter ses voisins avec mépris.

Mauryan and Pre-Mauryan soldiers from the Sanchi Stupa
Soldats mauryas et pré-mauryas du Stupa de Sanchi
Dharma (CC BY)

Outre leur déploiement sur le terrain, les éléphants remplissaient de nombreuses fonctions. Il s'agissait notamment de dégager la voie pour les marches, de traverser à gué les rivières qui se trouvaient sur leur chemin, de garder le front, les flancs et l'arrière de l'armée, et d'abattre les murs de l'ennemi.

Supprimer la pub
Publicité

Les éléphants étaient également utilisés comme véhicules de commandement, c'est-à-dire comme monture préférée du commandant, lui permettant d'avoir une vue d'ensemble du champ de bataille. Les rois et les princes étaient censés être bien entraînés au maniement des éléphants de guerre. Les textes bouddhistes mentionnent certains de ces rois, comme le roi Kuru, et montrent ainsi qu'aux VIe et Ve siècles avant notre ère, de telles tendances prévalaient. Les princes du royaume du Gange occidental (IVe siècle - XIe siècle de notre ère) étaient également bien entraînés, et certains d'entre eux ont même écrit des traités sur la science de la gestion des éléphants.

Les éléphants de guerre étaient également considérés comme un butin précieux; les exemples historiques sont nombreux où les vainqueurs ont capturé les éléphants de guerre ennemis après une bataille, comme le fit Prasenajit (6e siècle av. J.-C. environ) de Koshala après avoir vaincu le roi Ajatashatru (492-460 av. J.-C.) de Magadha, par exemple. L'empereur Rashtrakuta Dhruva Dharavarsha (780-793) renonça à attaquer le royaume Pallava après s'être vu offrir une indemnité sous forme d'éléphants de guerre.

Armes, armures et cavaliers

Selon le Mahabharata, les éléphants étaient équipés d'armures, de sangles, de couvertures, de cordes à cou et de cloches, de crochets et de carquois, de bannières et d'étendards, de yantras (peut-être des instruments de frappe en pierre ou en flèche) et de lances. Les cavaliers étaient au nombre de sept: deux portaient des crochets, deux étaient des archers, deux étaient des épéistes et le dernier avait une lance et une bannière. Aux VIe et Ve siècles avant notre ère, les éléphants portaient sur leur dos des tapis, appelés hatthatthara dans les ouvrages bouddhiques pali. Les Mauryas utilisaient trois cavaliers, tous archers, dont deux tiraient de face et le troisième de dos, comme le montrent les sculptures du stupa de Sanchi et les fresques des grottes d'Ajanta.

Supprimer la pub
Publicité

Gupta/Vakataka Period War Elephants
Éléphants de guerre de la période Gupta/Vakataka
MediaJet (Public Domain)

Alors qu'au départ, les cavaliers utilisaient à la fois des armes à projectiles et des armes courtes, à partir de la période Gupta, l'arme principale semble avoir été l'arc. Le conducteur d'éléphant était appelé ankushadhara (sanskrit: "détenteur du crochet") car il portait l'ankusha, un crochet à deux pointes ou un aiguillon pour contrôler l'éléphant. Les éléphants continuaient à être décorés avec des ornements.

Inconvénients

Malgré tout le dressage, on ne pouvait pas apprendre à l'éléphant à dominer sa nature lunatique; il restait ingouvernable, et cette nature se manifestait lorsque l'éléphant était vraiment blessé ou qu'il était poussé à la colère. Dans ces cas-là, les éléphants faisaient plus de mal que de bien; ils piétinaient leurs propres troupes, se déchaînaient et pouvaient même entraîner les commandants qui les montaient loin du champ de bataille, ce qui pouvait être interprété comme une fuite, faisant paniquer et fuir leurs soldats, ou simplement abandonner le combat.

Lors de la bataille de l'Hydaspe (326 av. J.-C.), le roi Poros (Sanskrit: Puru ou Paurava; Grec: Poros) (vers le 4e siècle av. J.-C.) misa tout sur ses éléphants pour vaincre les Macédoniens menés par Alexandre le Grand en personne (356-323 av. J.-C.). Ses 200 éléphants étaient postés le long du front de l'infanterie, comme des bastions, afin d'effrayer l'ennemi. Alexandre, cependant, s'avéra être plus qu'à la hauteur. Il s'attacha à détruire les autres armes postées sur les flancs. Alors que la cavalerie, l'infanterie et les chars indiens étaient progressivement mis en déroute, les éléphants, bien qu'ayant réussi à causer des dégâts initiaux, devinrent fous furieux en raison des blessures infligées par l'ennemi et piétinèrent tous ceux qu'ils trouvaient, qui, dans ce cas, étaient principalement les Indiens eux-mêmes. Poros perdit ainsi une grande partie de ses effectifs; lui-même combattant sur un éléphant, il fut également blessé et fait prisonnier.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

War Elephants at the Battle of Takkolam
Éléphants de guerre à la bataille de Takkolam
Dinesh Kannambadi (CC BY-SA)

La situation ne changea guère avec le temps. Des commandants astucieux continuèrent à défier l'utilisation des éléphants pour gagner des batailles, ainsi que les compétences de leurs rivaux en matière d'éléphantologie (gajashastra). Dhruva Dharavarsha vainquit et captura le souverain du Gange occidental Shivamara (788-812/16), auteur d'un traité sur les éléphants de guerre (le Gajashataka). Le roi Kalyani Chalukya Vikramaditya VI (1076-1126) stabilisa ses troupes et remporta la victoire contre son frère et rival Jayasimha (11e siècle), dont le corps d'éléphants avait remporté un premier succès dans la bataille.

Lorsque l'éléphant était utilisé comme véhicule de commandement, le commandant était une cible facile pour les soldats ennemis; sa mort ou sa chute du siège (howdah) créait une panique injustifiée et renversait la situation. Dans de nombreux cas, l'éléphant royal était expressément visé pour cette raison. Lors de la bataille de Takkolam (949), le prince héritier Chola Rajaditya (Xe siècle) fut attaqué par l'ennemi; son éléphant fut tué, l'ennemi monta dans son howdah et le tua sur le champ. L'armée chola, découragée, s'enfuit en désordre, laissant leurs adversaires, les Rashtrakutas, victorieux. Ainsi, l'éléphant n'offrait pas vraiment de protection au commandant; le ou les cavaliers restaient vulnérables. Lors de la bataille de Koppam (1052/54), le prince chola Rajendra (1052/54-1063) tua de nombreux guerriers ennemis qui étaient montés sur son éléphant après l'avoir criblé d'une pluie de flèches, tandis que son frère, le roi chola Rajadhiraja (1044-1052/54), mourut des suites de blessures mortelles infligées à son éléphant lors d'un assaut similaire.

Héritage

L'importance excessive accordée aux éléphants entraîna une forte dépendance à leur égard tout au long de l'histoire de l'Inde ancienne et même médiévale. Les envahisseurs turcs, puis moghols, eux aussi adoptèrent l'utilisation des éléphants une fois qu'ils eurent établi des royaumes en Inde. Cependant, l'utilisation croissante d'archers à cheval, d'armes à feu et, plus tard, d'artillerie, rendit les éléphants superflus en tant que force de campagne efficace.

Chola King Rajendra I
Roi chola Rajendra Ier
WestCoastMusketeer (CC BY-NC-SA)

Les éléphants n'ont donc pas laissé un grand d'héritage - partie d'un système militaire particulier développé par les anciens Indiens, ils ne pouvaient pas faire face, et encore moins contrer, les différents styles de guerre introduits par différents envahisseurs à différentes époques, y compris finalement l'infanterie européenne et la guerre basée sur l'artillerie des 17ème et 18ème siècles. La nature même de l'éléphant, qui supporte mal un contrôle et une discipline trop stricts et se révolte en cas de pression excessive, implique que le corps des éléphants ne pourra jamais être entraîné au même niveau d'efficacité que l'infanterie et la cavalerie. Pour ne rien arranger, les éléphants incontrôlés causaient beaucoup plus de dégâts (toujours en raison de leur taille et de leur puissance) à leur propre camp que d'autres armes dans des situations de panique similaires.

Les souverains indiens et les penseurs militaires de l'époque antique pensaient néanmoins qu'une charge initiale puissante des éléphants pouvait briser le moral et la formation de l'ennemi et ouvrir ainsi la voie aux autres armes vers la victoire. Cependant, des généraux compétents pouvaient facilement déjouer les experts en éléphants, manœuvrer le corps d'éléphants et atténuer le choc initial, ce qu'ils firent tout au long de l'histoire de l'Inde ancienne.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Dr Avantika Lal
Dr Avantika Lal is a PhD (South Asian Studies), specializing in military operations. Her interests cover ancient political and military history, Indian art history, warfare in general and unit research for mods based on Total War: Rome.

Citer cette ressource

Style APA

Lal, D. A. (2018, juin 11). Éléphants et Guerre dans l'Inde Ancienne [Elephants In Ancient Indian Warfare]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1241/elephants-et-guerre-dans-linde-ancienne/

Style Chicago

Lal, Dr Avantika. "Éléphants et Guerre dans l'Inde Ancienne." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 11, 2018. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1241/elephants-et-guerre-dans-linde-ancienne/.

Style MLA

Lal, Dr Avantika. "Éléphants et Guerre dans l'Inde Ancienne." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 11 juin 2018. Web. 20 juin 2024.

Adhésion