Empire Maurya

Définition

Anindita Basu
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 06 octobre 2016
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
The Mauryan Empire, c. 321 - 185 BCE (by Simeon Netchev, CC BY-NC-SA)
Empire Maurya, c. 321-185 av. J.-C.
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

L'Empire maurya (322 av. J.-C. - 185 av. J.-C.) supplanta l'ancien royaume de Magadha et prit le pouvoir sur de vastes étendues de l'est et du nord de l'Inde. À son apogée, l'empire s'étendait sur une partie de l'Iran moderne et sur la quasi-totalité du sous-continent indien, à l'exception de la pointe sud de la péninsule. L'empire vit le jour lorsque Chandragupta Maurya combla le vide créé par le départ d'Alexandre de Macédoine des frontières occidentales de l'Inde. Chandragupta soumit les États frontaliers, recruta une armée, marcha sur le royaume de Magadha, tua son roi tyrannique, méprisé par la population, et monta sur le trône. Il fonda ainsi la dynastie maurya. Dans son ascension au pouvoir, il fut aidé et conseillé par son principal ministre Kautilya (également connu sous le nom de Chanakya), qui rédigea l'Arthashastra, un compendium sur la royauté et la gouvernance.

Consolidation du pouvoir

Chandragupta se lança dans une politique d'expansion agressive. Séleucos Ier Nicator, qui était le satrape d'Alexandre pour les conquêtes de la Macédoine orientale, fut vaincu et dut céder à Chandragupta l'ensemble du territoire dont il avait la charge, ainsi qu'une fille et une somme d'argent considérable. Il envoya également Megasthène, l'auteur de l'Indica, à la cour maurya en tant qu'ambassadeur grec.

Supprimer la pub
Advertisement

Chandragupta utilisa les alliances matrimoniales, la diplomatie, la ruse et la guerre pour étendre son royaume. Sous son règne, l'empire maurya s'étendit de l'est de l'Iran aux frontières occidentales des collines birmanes, et du royaume tribal himalayen aux plateaux méridionaux de l'Inde péninsulaire. Après avoir régné pendant environ 25 ans, Chandragupta abdiqua en faveur de son fils, Bindusâra, et se fit moine jaïn.

Bindusara maintint efficacement les vastes possessions de son père et étendit les frontières méridionales pour couvrir le plateau péninsulaire de l'Inde. À sa mort, son fils Asóka (alias Ashoka) s'empara du trône à la suite d'un conflit de succession fratricide. L'empire dont Asóka hérita était vaste, mais un petit royaume situé sur la côte est, Kalinga, se trouvait en dehors de son périmètre. Asóka décida de le conquérir. La guerre qui s'ensuivit fut longue et sanglante. Kalinga résista jusqu'au dernier homme mais tomba. Après Kalinga, Asóka n'attaqua aucun royaume mais poursuivit une mission de paix. Il érigea plusieurs piliers dans tout son royaume, exhortant les gens à renoncer à la violence et à vivre en harmonie les uns avec les autres et avec la nature. Il encouragea activement le bouddhisme, construisit plusieurs stupas et répara les plus anciens, et envoya des missions évangéliques à l'étranger, dont deux comprenaient son propre fils et sa propre fille.

Supprimer la pub
Advertisement

Statue of Mauryan Emperor Chandragupta
Statue de l'empereur maurya Chandragupta
आशीष भटनागर (CC BY-NC-SA)

...divers animaux ont été déclarés protégés - perroquets, mainas, aruna, oies rousses, canards sauvages, nandimukhas, méduses, chauves-souris, fourmis reines, tortues d'eau, poissons sans arêtes, vedareyaka, gangapuputaka, poissons sankiya, tortues, porcs-épics, écureuils, cerfs, taureaux, okapinda, ânes sauvages, pigeons sauvages, pigeons domestiques et toutes les créatures à quatre pattes qui ne sont ni utiles ni comestibles. Les chèvres nourricières, les brebis et les truies qui ont des petits ou qui donnent du lait à leurs petits sont protégées, ainsi que les petits de moins de six mois. Les coqs ne doivent pas être chaponnés, les coques cachant des êtres vivants ne doivent pas être brûlées et les forêts ne doivent pas être brûlées sans raison ou pour tuer des créatures. Il est interdit de nourrir un animal avec un autre. Pendant es trois Caturmasis, les trois jours de Tisa et les quatorze et quinze jours de l'Uposatha, les poissons sont protégés et ne doivent pas être vendus. Pendant ces jours, les animaux ne doivent pas être tués dans les réserves d'éléphants ni dans les réserves de poissons. Le huitième jour de chaque quinzaine, le quatorzième et le quinzième jour, les jours de Tisa, Punarvasu, les trois Caturmasis et d'autres jours propices, les taureaux ne doivent pas être castrés, ni les boucs, les béliers, les sangliers et d'autres animaux qui sont habituellement castrés. Les jours de Tisa, Punarvasu, Caturmasis et la quinzaine de Caturmasis, les chevaux et les taureaux ne doivent pas être marqués. (Édit du pilier)

Les successeurs d'Asóka ne furent pas assez forts pour maintenir l'empire en place. Il commença à se désintégrer petit à petit et, en 185 avant notre ère, près de 150 ans après que Chandragupta eut renversé le roi de Magadha, le dernier souverain maurya fut assassiné par son commandant en chef alors qu'il inspectait ses troupes.

Mauryan Empire Palace Scene
Dans un palais de l'Empire maurya
Amplitude Studios (Copyright)

Économie

Le commerce et l'entreprise étaient des affaires publiques-privées: l'État pouvait posséder et s'engager dans des activités commerciales tout comme les citoyens ordinaires. Les revenus royaux provenaient des impôts (et du butin de guerre). En outre, le roi possédait des futaies, des forêts, des forêts, des bosquets pour la chasse et des fabriques, dont les excédents étaient vendus. L'État avait le monopole de la frappe de la monnaie, de l'exploitation minière, de la production de sel, de la fabrication d'armes et de la construction de bateaux.

L'État pouvait posséder et exercer des activités commerciales tout comme les citoyens ordinaires. En outre, il avait le monopole de la frappe de la monnaie, de l'exploitation minière, de la production de sel, de la fabrication d'armes et de la construction de bateaux.

Les agriculteurs représentaient la majeure partie de la population et l'agriculture était taxée. Les commerçants étaient organisés en guildes qui détenaient à la fois l'autorité exécutive et judiciaire et faisaient également office de banques. Les artisans engagés dans une industrie particulière avaient tendance à vivre ensemble. Les marchandises ne pouvaient pas être vendues sur le lieu de production; elles devaient être acheminées vers des marchés spécifiques. Les marchandises vendues à l'intérieur du royaume étaient taxées, de même que les importations et les exportations. L'État fixait le prix de gros des marchandises et contrôlait les poids et mesures. Le troc était courant, tout comme les pièces d'or, de bronze et de cuivre. L'argent était prêté à intérêt contre des billets à ordre.

Supprimer la pub
Advertisement

La route principale qui traversait tout le royaume et le reliait au monde grec occidental était bien entretenue et bien patrouillée, avec des piliers et des panneaux indiquant les distances et les routes secondaires. Les navires descendaient le Gange et ses affluents, et se rendaient sur des côtes étrangères telles que le Sri Lanka, la Chine et les ports africains et arabes, et l'État avait la charge de réprimer les pirates.

Administration

Le roi était le chef de l'État et contrôlait l'armée, l'exécutif, le judiciaire et le législatif. Il prenait conseil auprès d'un conseil composé du ministre principal, du trésorier, du général et d'autres ministres. Le royaume était divisé en provinces dirigées par des gouverneurs, qui étaient souvent des princes royaux. Les provinces étaient également composées de villes et de villages dirigés par leurs propres administrateurs de district et de village. C'était une vaste bureaucratie au service du roi. Comme aujourd'hui, les échelons de la fonction publique étaient clairement définis et ceux qui se trouvaient au sommet étaient très éloignés des grades inférieurs. Par exemple, le rapport entre le salaire d'un commis et celui du ministre en chef a été estimé à 1:96. Avec des salaires aussi élevés, on peut supposer que les hauts fonctionnaires étaient censés superviser attentivement le fonctionnement de leurs départements.

Ashoka's pillar
Pilier d'Asóka
Undisclosed (CC BY-SA)

Il existe des départements chargés de gouverner, de surveiller et de contrôler presque tous les aspects de la vie sociale: l'art industriel, les usines, le commerce général, les étrangers, les naissances et les décès, les impôts commerciaux, les terres et l'irrigation, l'agriculture, les forêts, les fonderies, les mines, les routes et les bâtiments publics. Les hauts fonctionnaires devaient effectuer des tournées d'inspection pour s'assurer que la bureaucratie s'acquittait bien de ses tâches.

Supprimer la pub
Advertisement
Celui qui fait perdre des revenus mange la richesse du roi, celui qui produit le double des revenus [prévus] mange le pays, et celui qui dépense tous les revenus [sans faire de profit] mange le travail des ouvriers. (Arthashastra, 2.9.13, 15, 17)

L'empire disposait également d'un vaste réseau d'espionnage et entretenait une importante armée permanente. L'armée du roi ne fut pas réellement dissoute, même après l'abandon de la guerre par le troisième roi maurya, Asóka. Après les agriculteurs, c'étaient les soldats qui formaient le gros de la population. Les soldats étaient censés se contenter de combattre et n'étaient pas tenus de rendre d'autres services au roi; lorsqu'il n'y avait pas de guerre, ils pouvaient se divertir de la manière qui leur plaisait. Il existait des départements distincts pour l'infanterie, la cavalerie, la marine, les chars, les éléphants et la logistique. Les soldats recevaient non seulement leur solde du responsable des finances, mais aussi des armes et de l'équipement aux frais de l'État. Nous disposons de descriptions de certaines des armes que portaient ces soldats: les fantassins portaient des arcs (et des flèches) de la longueur d'un homme, des boucliers en cuir de bœuf, des javelots et des épées. La cavalerie montait à cru et utilisait des lances et des boucliers.

... ils ne les brident pas non plus avec des mors comme ceux utilisés par les Grecs ou les Celtes, mais ils fixent autour de l'extrémité de la bouche du cheval une pièce circulaire en cuir de bœuf brut cousu, piquée de pointes de fer ou de laiton dirigées vers l'intérieur, mais pas très tranchantes. Si un homme est très droit, il utilise des pointes d'ivoire. Dans la bouche du cheval est placée une pointe de fer semblable à une brochette à laquelle sont attachées les rênes. Lorsque le cavalier tire sur les rênes, la pince contrôle le cheval et les aiguillons, qui sont attachés à cette pince, piquent la bouche... (Indica)

Sasa Jataka Narrative Sculpture
Sculpture narrative de Sasa Jataka
Anindita Basu (CC BY-NC-SA)

Religion

Chandragupta, le fondateur de la dynastie des Maurya, était hindou. Plus tard, il devint jaïn. Son petit-fils Asóka mit toutes les ressources de l'État au service de la promotion du bouddhisme, mais on ne sait pas s'il se convertit formellement à cette religion. Dans l'ensemble, la population appartenait à l'une de ces trois religions, tandis que d'autres groupes notables étaient athées, agnostiques ou adeptes de croyances primitives.

Chute

Environ 50 ans après la mort d'Asóka, le roi maurya fut tué par son général en chef, Pushyamitra, qui fonda la dynastie Shunga. Les spécialistes avancent plusieurs raisons pour expliquer la chute de l'empire, les principales étant sa taille et la faiblesse des dirigeants après Asóka. Les États frontaliers commencèrent à affirmer leur indépendance juste après la mort d'Asóka. L'empire commença à se rétrécir sous les successeurs d'Asóka. Lorsque Pushyamitra s'empara du trône, le puissant empire maurya n'était plus qu'une fraction de sa taille, réduite aux trois cités-États de Pataliputra, Ayodhya et Vidisha, ainsi qu'à quelques parties du Pendjab.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Anindita Basu
Anindita is a technical writer and editor. Her off-work interests include Indology, data visualisation, and etymology.

Citer cette ressource

Style APA

Basu, A. (2016, octobre 06). Empire Maurya [Mauryan Empire]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10477/empire-maurya/

Style Chicago

Basu, Anindita. "Empire Maurya." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 06, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10477/empire-maurya/.

Style MLA

Basu, Anindita. "Empire Maurya." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 06 oct. 2016. Web. 02 mars 2024.

Adhésion