Chandragupta Maurya

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$3832 / $18000

Définition

Dr Avantika Lal
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 04 février 2019
Disponible dans ces autres langues: anglais
X
Statue of Mauryan Emperor Chandragupta (by आशीष भटनागर, CC BY-NC-SA)
Statue de l'empereur maurya Chandragupta
आशीष भटनागर (CC BY-NC-SA)

Chandragupta Maurya (c. 321-c. 297 av. J.-C.), connu sous le nom de Sandrakottos (ou Sandrokottos) par les Grecs, fut le fondateur de la dynastie Maurya (IVe-IIe siècle av. J.-C.) et on lui attribue la création du premier empire pan-indien (ou presque). Avec l'aide de son mentor et futur ministre Chanakya ou Kautilya (vers le 4e siècle av. J.-C.), il mit en place un vaste empire centralisé, dont les détails du fonctionnement, de la société, de l'armée et de l'économie sont bien conservés dans l'Arthashastra de Kautilya.

La période de Chandragupta: contexte politique

Au 4e siècle avant notre ère, l'Inde était divisée en de nombreux royaumes et républiques. Le plus important d'entre eux était le royaume de Magadha, dans l'est de l'Inde, dont les souverains, à commencer par le roi Bimbisara (543-492 av. J.-C.), s'étaient lancés dans l'édification d'un empire. Les frontières du royaume de Magadha avaient donc été considérablement étendues au fil du temps et comprenaient une bonne partie du centre, de l'est et du nord-est de l'Inde. Alexandre le Grand (356-323 av. J.-C.) envahit l'Inde en 326 avant notre ère, ce qui plongea une grande partie du nord-ouest de l'Inde dans la tourmente et le chaos politique.

Supprimer la pub
Publicité

Le souverain de Magadha à cette époque était Dhanananda (329-322/321 av. J.-C.) de la dynastie Nanda. Il possédait un vaste trésor et une armée comptant 20 000 cavaliers, 200 000 fantassins, 2 000 chars et 3 000 éléphants, selon l'historien romain Quinte-Curce (vers le 1er siècle de notre ère). Connu des Grecs sous le nom de Xandrames ou Agrammes, la connaissance de sa puissance à Magadha contribua également au désespoir des troupes macédoniennes déjà épuisées par la guerre au nord-ouest de l'Inde, les obligeant, entre autres, à ne pas s'enfoncer plus avant dans l'Inde.

Débat sur les origines

La vie et les origines de Chandragupta sont encore en grande partie entourées de mystère. L'essentiel de ce que l'on sait de lui provient davantage de légendes et de folklore que de sources historiques réelles. "La seule référence définitive à Chandragupta se trouve dans l'inscription de Junagarh du IIe siècle de notre ère..." (Singh, 330.) L'historien K. A. Nilakanta Sastri fait remarquer:

Supprimer la pub
Publicité

Pour obtenir des détails sur les événements importants qui ont conduit à l'éviction des Nandas par les Mauryas, nous devons nous tourner vers les chroniqueurs et les conteurs indiens. Aucun récit contemporain n'a survécu. L'histoire traditionnelle est racontée différemment selon les auteurs. (Sastri, 145).

Les origines sociales de Chandragupta, en particulier sa caste, sont encore débattues. Les ouvrages bouddhistes, jaïns et littéraires anciens donnent tous des versions différentes. Il est mentionné à plusieurs reprises comme appartenant au clan Kshatriya Moriya régnant sur Pippalivahana, à l'actuelle frontière indo-népalaise, comme étant issu d'une tribu de dompteurs de paons, fils d'une femme nommée Mura (d'où le titre de Maurya) et même apparenté de près ou de loin aux Nandas, mais méprisé et chassé car Dhanananda était jaloux de ses talents bien supérieurs.

The Mauryan Empire, c. 321 - 185 BCE
Empire Maurya, c. 321-185 av. J.-C.
Simeon Netchev (CC BY-NC-ND)

Les historiens sont donc divisés quant à ses origines sociales. Certains affirment qu'"il semble avoir appartenu à une famille ordinaire" (Sharma, 99) et qu'"il n'était pas un prince mais un simple roturier sans titre direct à la couronne de Magadha" (Tripathi, 146). D'autres historiens affirment qu'il appartenait effectivement au clan des Moriya ou des Maurya, qui, au 4e siècle avant notre ère, avait connu des temps difficiles, et que Chandragupta "a donc grandi parmi les dompteurs de paons, les bergers et les chasseurs" (Majumdar, Raychaudhuri et Datta, 92). L'historien romain Justin (vers le IIe siècle de notre ère) fait allusion à ses origines modestes. Les textes bouddhistes et les inscriptions médiévales le mentionnent en tant que Kshatriya (gouvernant/guerrier). On peut donc supposer qu'il appartenait à une caste de Kshatriya ou à une caste apparentée, car le brahmane Kautilya, conformément aux règles de la caste, ne l'aurait pas favorisé pour accéder à la fonction de gouverneur.

Supprimer la pub
Publicité
Les légendes disent que Chandragupta aurait rencontré Alexandre le Grand et qu'il aurait peut-être obtenu sa permission de servir dans son armée afin d'apprendre l'art de la guerre des Macédoniens.

Chandragupta était ambitieux et souhaitait trouver les moyens d'accéder à une position d'autorité, voire à une couronne. Ce désir aurait pu facilement naître de sa situation personnelle. Il voulait restaurer la fortune de son clan et s'établir dans la position qui lui revenait de droit en tant que souverain kshatriya. Même si l'on accepte la version selon laquelle il aurait été apparenté à Dhanananda, une telle intention aurait certainement pris racine dans l'esprit de Chandragupta et il aurait voulu avoir sa part du gâteau en tant que prince. Même s'il était issu d'une famille tout à fait ordinaire, Chandragupta ne pensait pas que ses origines avaient quoi que ce soit à voir avec ses ambitions politiques. Quoi qu'il en soit, d'un point de vue historique, il est donc très probable que Chandragupta, dans sa jeunesse, se soit définitivement engagé dans la réalisation de ses ambitions.

Débuts

Chandragupta savait que pour réussir son voyage vers le pouvoir, la guerre avec les royaumes établis serait inévitable. Il se concentra donc sur l'acquisition d'une formation et d'une expérience militaires. Les légendes disent qu'il aurait rencontré Alexandre et qu'il aurait peut-être obtenu sa permission de servir dans son armée afin d'apprendre le mode de guerre macédonien et la manière dont il pourrait être utilisé contre les tactiques de guerre de l'Inde ancienne, en plus de sa propre formation militaire. Justin et l'historien gréco-romain Plutarque (c. 46-120 de notre ère) mentionnent la rencontre avec Alexandre. Cependant, cette rencontre fut un désastre et Chandragupta fut contraint de fuir pour sauver sa vie.

Certains historiens estiment que pour Chandragupta, qui vivait dans le royaume de Magadha, il n'était pas possible d'aller jusqu'au nord-ouest pour rencontrer Alexandre, même si l'idée lui en était venue. Au lieu de cela, il rencontra Dhanananda et demanda à servir dans son armée. Ils pensent que Justin aurait mentionné par erreur Alexandre au lieu de Dhanananda. Ce point de vue n'est cependant pas accepté par tous les historiens.

Supprimer la pub
Publicité

Indépendamment des premiers pas de Chandragupta dans sa carrière, ce que l'on peut affirmer avec certitude, c'est sa relation avec l'homme d'État philosophe Kautilya. Il fut son meilleur allié, son mentor et son guide, et celui qui façonna non seulement sa carrière, mais aussi le cours de l'empire maurya sous Chandragupta. Vishnugupta Chanakya ou Kautilya, pour sa part, avait décidé de jouer un rôle de premier plan dans la reconstruction et le remodelage de la politique indienne. Originaire de Magadha, étudiant puis enseignant à Takshashila (aujourd'hui Taxila, dans l'actuel Pakistan), Kautilya fut ainsi témoin des troubles politiques créés dans le nord-ouest de l'Inde par l'invasion macédonienne. Cela l'amena à réfléchir à l'établissement d'un empire pan-indien centralisé, capable de tenir les envahisseurs à distance et de rétablir l'ordre. L'existence de nombreuses républiques et royaumes, désunis et perpétuellement en guerre les uns contre les autres, pour des raisons évidentes, rendait cela impossible.

Kautilya
Vishnugupta Chânakya alias Kautilya
Unknown (CC BY-NC-SA)

Il considérait que Magadha correspondait bien à l'empire en question - sa proposition fut accueillie par le mépris et les insultes de Dhanananda qui furent suivis par la détermination de Kautilya à destituer le roi en place. Magadha était la seule entité territoriale capable de mettre de l'ordre dans le chaos. Il disposait d'une puissance militaire pratiquement inégalée, cruciale pour l'existence du type d'empire souhaité par Kautilya. Protégé par sa vaste armée, il jouissait d'une stabilité que les autres royaumes ne pouvaient pas avoir. Kautilya était donc déterminé à faire de Magadha la pièce maîtresse de son plan d'action - que ce soit sous l'égide des Nandas ou de quelqu'un d'autre, peu importait.

formant Chandragupta pour ce rôle, Kautilya se prépara à prendre le contrôle de Magadha et de tout ce qui venait avec.

Il décida donc de remplacer Dhanananda par un candidat meilleur et plus compétent. L'homme choisi fut Chandragupta Maurya. Kautilya, qui lui servit de mentor, se prépara à prendre le contrôle de Magadha et de tout ce qui venait avec. Chandragupta se perfectionna ainsi dans les domaines de la guerre, de la diplomatie et des opérations secrètes.

Supprimer la pub
Publicité

La date et l'heure de sa première rencontre avec Chandragupta ne sont pas clairement connues. Le folklore raconte qu'à son retour de la cour de Dhanananda, Kautilya, humilié, alors qu'il préparait sa vengeance, rencontra dans un village un garçon qui, même dans un jeu, montrait les qualités d'un grand roi. Rapidement conscient de son potentiel, Kautilya décida d'en faire son protégé et demanda au chef de la tribu ou du village et à la mère du garçon, Mura, la permission de l'emmener avec lui et de le former à son futur rôle. Il emmena ensuite le garçon Chandragupta avec lui dans le nord-ouest de l'Inde, d'où, selon les récits, Chandragupta grandit sous l'entraînement de Kautilya et fut ainsi préparé à son rôle de futur empereur.

Selon toute vraisemblance, ces récits ne peuvent être acceptés comme des faits, car cela impliquerait qu'au moment où Chandragupta monta sur le trône de Magadha, Kautilya et Dhanananda étaient tous deux des vieillards décrépits! Historiquement, ce n'est pas le cas et les historiens soutiennent que le jeune homme Chandragupta, qui cherchait déjà à faire fortune, aurait rencontré et se serait allié à Kautilya, qu'il considérait comme un allié inestimable. L'importance de ces récits réside toutefois dans le fait qu'ils mettent en évidence les origines modestes de Chandragupta, les circonstances dans lesquelles il vivait et qui n'étaient pas propices à son épanouissement, et qu'il dut donc s'en éloigner pour atteindre ses objectifs.

Relief of Chandragupta Maurya &
Relief de Chandragupta Maurya
Avantiputra7 (CC BY-SA)

Sa rencontre avec Kautilya aurait donc eu lieu après que l'érudit humilié soit revenu de Pataliputra et que les premiers efforts de Chandragupta pour conquérir le pouvoir aient été infructueux. Ayant réalisé qu'ils avaient de nombreux points communs, les deux hommes se mirent en quête d'atteindre leurs objectifs communs. La découverte d'un trésor souterrain les amenèrent à recruter une armée de mercenaires.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Guerre pour le pouvoir

Utilisant la zone d'invasion macédonienne du nord-ouest de l'Inde comme base idéale en raison de ses conditions chaotiques et de l'absence d'opposition politique et militaire, Chandragupta déploya ses hommes, défia l'autorité gréco-macédonienne déclinante et remporta des victoires sur les royaumes locaux ou sur ce qu'il en restait. Il prit ensuite le contrôle de l'Inde centrale et finit par avancer vers le cœur du Magadha.

Conscient qu'un conflit avec le Magadha nécessiterait bien plus qu'une puissante armée, Kautilya adopta la stratégie de la guerre par d'autres moyens. Il eut recours à de nombreuses intrigues, contre-intrigues, complots et contre-complots afin de briser la force de Dhanananda en lui retirant ses principaux alliés, loyalistes et partisans, en particulier son ministre en chef, Rakshasa. Le drame sanskrit Mudrarakshasa ("L'anneau de Rakshasa") écrit par Vishakhadatta entre le 4e et le 8e siècle de notre ère (vraisemblablement le 5e siècle) donne des détails frappants à ce sujet. En fin de compte, en employant des moyens militaires et non militaires, Chandragupta réussit à s'assurer le trône à Pataliputra. Dhanananda réussit probablement à s'échapper ou aurait été tué.

Conquêtes indiennes

Bien installé sur le siège impérial, Chandragupta se consacra à l'expansion de ses territoires. Les armées maurya atteignirent la côte occidentale et le sud de l'Inde, en particulier l'actuel État du Karnataka. Plutarque affirme qu'il aurait envahi tout le pays avec une armée de 600 000 hommes. L'empire maurya de l'époque comprenait les États actuels du "Bihar et de bonnes parties de l'Orissa et du Bengale, mais aussi l'ouest et le nord-ouest de l'Inde, ainsi que le Deccan... au nord-ouest, ils exerçaient leur emprise sur certaines régions qui n'étaient même pas incluses dans l'empire britannique" (Sharma, p. 99). L'extrême sud et le nord-est de l'Inde ne faisaient pas partie de l'empire.

La guerre avec les Grecs

Chandragupta entra en conflit avec Séleucos Ier Nicator, l'héritier d'Alexandre à l'est, l'idée étant de réduire la puissance grecque et de gagner en territoire et en puissance. La guerre se termina en 301 avant notre ère par la signature d'un traité. Chandragupta obtint les régions d'Arachosia (région de Kandahar dans l'actuel Afghanistan), de Gedrosia (sud du Baloutchistan dans l'actuel Pakistan) et de Paropamisadai (région située entre l'Afghanistan et le sous-continent indien). 500 éléphants furent donnés aux Grecs. La légende veut que Séleucos ait donné sa fille Hélène en mariage à Chandragupta, mais les preuves historiques ne le confirment pas. Il fut également décidé de nommer un ambassadeur grec et c'est ainsi que Mégasthène se rendit à la cour des Mauryas à Pataliputra. Il écrivit sur l'administration maurya et, bien que son ouvrage Indica soit aujourd'hui perdu, des citations de celui-ci subsistent dans les œuvres de plusieurs écrivains grecs ultérieurs.

Mauryan and Pre-Mauryan soldiers from the Sanchi Stupa
Soldats mauryas et pré-mauryas du Stupa de Sanchi
Dharma (CC BY)

Le jaïnisme et la mort

Le Mudrarakshasa utilise le terme sanskrit vrishala, employé pour les kshatriyas et les autres personnes qui s'écartent des règles brahmaniques, pour désigner Chandragupta. "Le fait que Chandragupta se soit écarté de l'orthodoxie brahmanique est prouvé par sa prédilection pour le jaïnisme dans les dernières années de sa vie" (Majumdar, Raychaudhuri et Datta, p. 92). Les preuves historiques et la croyance populaire indiquent que Chandragupta aurait embrassé le jaïnisme à la fin de sa vie. Des inscriptions du Karnataka datant du 5e au 15e siècle mentionnent un certain Chandragupta en relation avec le saint jaïna Bhadrabahu. Chandragupta aurait probablement abdiqué, serait devenu ascète, aurait accompagné Bhadrabahu au Karnataka et serait mort en suivant le rituel du sallekhana, c'est-à-dire en jeûnant jusqu'à la mort. Chandragupta régna ainsi pendant 24 ans et son fils Bindusara (297- c. 273 av. J.-C.), père d'Ashoka le Grand (268-232 av. J.-C.), lui succéda.

L'empire maurya sous Chandragupta

Le gouvernement maurya

Chandragupta mit au point un système élaboré d'administration impériale. L'essentiel du pouvoir était concentré entre ses mains et il était assisté dans ses fonctions par un conseil de ministres. L'empire était divisé en provinces et les princes en étaient les vice-rois. Cela permettait aux membres de la famille royale d'acquérir l'expérience administrative nécessaire, en particulier à celui qui allait devenir empereur. Les provinces étaient divisées en unités plus petites et des dispositions furent prises pour l'administration des villes et des campagnes. Des preuves archéologiques de l'existence d'un certain nombre de villes ont été trouvées. La plus importante d'entre elles était la capitale Pataliputra. Son administration était assurée par six comités de cinq membres chacun. Parmi les tâches qui leur étaient confiées figuraient l'entretien des installations sanitaires, la prise en charge des étrangers, l'enregistrement des naissances et des décès, la réglementation des poids et mesures, etc. Différents types de poids utilisés à cette époque ont été découverts à plusieurs endroits. Le gouvernement central entretenait également une vingtaine de départements qui s'occupaient de diverses activités sociales et économiques.

L'armée maurya

L'État possédait une immense armée. Les troupes (maula) étaient recrutées, entraînées et équipées par l'État. De nombreuses communautés et tribus forestières (atavika) étaient connues pour leurs compétences militaires et appréciées en tant que telles. Les mercenaires (bhrita) étaient également nombreux, tout comme les guildes de soldats (shreni), et ils étaient recrutés en cas de besoin. L'armée était composée de quatre armes (chaturanga) : l'infanterie, la cavalerie, les chars et les éléphants. Un bureau de la guerre de 30 membres, composé de six conseils, s'occupait de ces différentes armes, ainsi que de la marine et des transports. Selon l'écrivain romain Pline l'Ancien (23-79 de notre ère), Chandragupta possédait 600 000 fantassins, 30 000 cavaliers et 9 000 éléphants. Les chars étaient estimés à 8 000. Tous étaient déployés sur le champ de bataille en formation (vyuha), selon les décisions des commandants, en fonction de facteurs tels que la nature du terrain et la composition de ses propres forces et de celles de l'ennemi. L'entraînement des hommes et des animaux faisait l'objet d'une grande attention. Le roi et les princes étaient bien formés aux arts de la guerre et du commandement. On attendait d'eux qu'ils fassent preuve de courage et ils dirigeaient souvent en personne leurs armées et participaient à la défense des forts. La marine créée par Chandragupta remplissait principalement des fonctions de garde-côte et protégeait le vaste commerce de l'empire transporté sur les voies navigables.

Les armes comprenaient des arcs et des flèches, des épées, des épées larges à deux mains, des boucliers ovales, rectangulaires ou en forme de cloche (souvent en peau), des javelots, des lances, des haches, des piques, des massues et des masses. Les soldats étaient généralement nus jusqu'à la taille ou portaient des vestes en coton matelassé. Ils portaient également d'épais turbans enroulés, souvent attachés avec des foulards noués sous le menton, et des bandes de tissu nouées autour de la taille et de la poitrine en guise d'armure protectrice. Les tuniques étaient portées en hiver. Le vêtement inférieur était un tissu ample porté en kilt ou en culotte (une extrémité du vêtement ramenée entre les jambes et rentrée dans la taille à l'arrière).

La vaste armée maurya s'appuyait sur l'étendue de l'empire et les ressources qui étaient ainsi placées sous son contrôle. L'État contrôlait pratiquement toutes les activités économiques, ce qui lui permettait de disposer de revenus importants et de ressources financières abondantes.

Chandragupta laissa ainsi un héritage qui a survécu dans les pages de l'Arthashastra. Non seulement il avait construit un empire par ses propres moyens, en surmontant tous les obstacles, mais il établit également des principes solides pour sa gouvernance et travailla en personne et sans relâche à sa croissance. Ce sont ces réalisations qui font de lui l'un des plus éminents souverains de l'Inde ancienne et une figure quasi-mythique du folklore du pays.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Dr Avantika Lal
Dr Avantika Lal is a PhD (South Asian Studies), specializing in military operations. Her interests cover ancient political and military history, Indian art history, warfare in general and unit research for mods based on Total War: Rome.

Citer cette ressource

Style APA

Lal, D. A. (2019, février 04). Chandragupta Maurya [Chandragupta Maurya]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10619/chandragupta-maurya/

Style Chicago

Lal, Dr Avantika. "Chandragupta Maurya." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 04, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10619/chandragupta-maurya/.

Style MLA

Lal, Dr Avantika. "Chandragupta Maurya." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 04 févr. 2019. Web. 24 juil. 2024.

Adhésion