Sidé

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 12 août 2019
Disponible dans ces autres langues: anglais
X
Temple of Apollo, Side (by Jaroslaw Kulik, CC BY-SA)
Temple d'Apollon, Sidé
Jaroslaw Kulik (CC BY-SA)

Sidé était une ville située sur la côte méridionale de la Cilicie (Turquie actuelle), colonisée pour la première fois au VIIe siècle avant notre ère par des immigrants venus de Cymé, une municipalité éolienne située au nord, près du royaume de Lydie. Son nom signifie "grenade" en grec. Les premiers colons étaient peut-être un mélange de Louvites et de Hatti et parlaient une langue (aujourd'hui connue sous le nom de Sidétique) qui n'a pas encore été déchiffrée. Sidé fut hellénisée après la conquête de la Cilicie par Alexandre le Grand (356-323 av. J.-C.) et se développa considérablement sous l'impulsion de Rome qui s'impliqua dans la région vers 103 av. J.-C.

La ville fut le port d'esclaves le plus tristement célèbre de la Méditerranée entre le début du IIe siècle avant notre ère et environ 66 avant notre ère. Elle était plus ou moins sous le contrôle des pirates ciliciens jusqu'à ce qu'ils ne soient conquis par Pompée le Grand (c. 106-48 av. J.-C.). Même après la défaite et la réinstallation des pirates, Sidé continua à servir de point de transit pour les esclaves vendus à la Grèce et à Rome et s'enrichit presque entièrement grâce au commerce des esclaves.

Supprimer la pub
Publicité

Les raids des bandes montagneuses sur la ville au 4e siècle de notre ère contribuèrent à son déclin, de même que la montée du christianisme qui entraîna le déclin des sanctuaires, temples et bains païens. La ville fut saccagée et brûlée au VIIe siècle par une flotte arabe lors de la conquête musulmane de la Cilicie. Elle finit par être abandonnée au Xe siècle, lorsque ses habitants s'installèrent dans la ville voisine d'Attalia (aujourd'hui Antalya). Par la suite, Sidé devint une sorte de ville fantôme, et l'absence de développement permit de préserver des structures romaines telles que le théâtre, les thermes, les temples et le nymphée, qui font partie du quartier historique aujourd'hui très fréquenté par les touristes.

Histoire ancienne

La Cilicie était habitée par les Louvites et les Hatti vers 2500 avant notre ère, bien que la présence humaine dans la région remonte à la période néolithique. La région fut conquise par différents empires, à commencer par les Akkadiens, qui l'occupèrent entre 2334 et 2083 avant notre ère. La conquête suivante eut lieu lorsque l'empire hittite envahit la région et l'occupa entre 1700 et 1200 avant notre ère.

Supprimer la pub
Publicité

À cette époque, Sidé était probablement un promontoire inhabité dans la partie sauvage de la région connue sous le nom de Cilicie rugueuse. Dès les premières mentions historiques, une distinction est faite entre la "Cilicie lisse", qui fait référence aux plaines fertiles, et la "Cilicie rugueuse", qui désigne les montagnes et la côte rocheuse. Le site de la future Sidé fut peut-être visité par les Peuples de la mer, une coalition de différentes nationalités qui ravagèrent le monde méditerranéen entre 1276 et 1178 avant notre ère en se déplaçant le long de la côte.

The Regions of Ancient Anatolia
Les régions de l'ancienne Anatolie
Emok (CC BY-SA)

Les Peuples de la mer contribuèrent à l'instabilité de l'Empire hittite et, après sa chute, le contrôle de la région revint au Hatti jusqu'à la prise de la Cilicie par l'Empire assyrien vers 700 avant notre ère. C'est peu avant cette date qu'une partie de la population de Cymé migra vers le sud pour fonder ce qui allait devenir la ville de Sidé.

Supprimer la pub
Publicité

À leur arrivée, ils trouvèrent des gens qui vivaient déjà dans la région et qui sont aujourd'hui connus sous le nom de Pamphyliens, mais on ne sait pas comment ils s'appelaient eux-mêmes. La région de Pamphylie était composée de différentes nationalités, certaines autochtones (peut-être des Louvites), d'autres hittites, d'autres grecques, et sans doute d'autres encore. Elles parlaient ce qui était peut-être au départ une langue hybride entre le grec et le louvite ou autre, mais qui, au VIIe siècle avant notre ère, était une langue à part entière que les colons de Cymé ne pouvaient pas comprendre. L'historien romain Arrien (c. 86 - c. 160 de notre ère) donne ce récit dans son Anabase:

Ces gens [de Sidé] racontent que leurs ancêtres, partis de Cyme, sont arrivés dans ce pays et ont débarqué pour y fonder une colonie. Ils oublièrent aussitôt la langue grecque et se mirent à parler un langage étranger, non pas celui des barbares voisins, mais un langage qui leur était propre et qui n'avait jamais existé auparavant. A partir de ce moment, les Sidétains se mirent à parler une langue étrangère, différente de celle des nations voisines. (Chapitre XXVI)

Cette langue est très mal attestée à l'heure actuelle, puisqu'elle n'apparaît que sur quelques pièces de monnaie datant des Ve et IIIe siècles avant notre ère et sur deux inscriptions en grec et en sidétique datant des IIIe et IIe siècles avant notre ère. Même ces inscriptions bilingues n'ont pas permis de définir ou de traduire l'écriture sidétique. Le nom Sidé est sidétique, mais personne ne sait ce qu'il signifie; il signifie "grenade" en grec, mais cela ne nous éclaire pas sur sa signification sidétique.

Alexandre le Grand et hellénisation

D'où qu'il soit venu, le sidétique était la langue de la ville - et apparemment de cette ville seulement - en 333 avant notre ère, lorsque Alexandre le Grand mena ses armées à travers les portes ciliciennes du plateau arménien et prit la ville de Tarse avant de parcourir les 323 miles (520 km) jusqu'à Sidé, qui lui ouvrit ses portes. Alexandre laissa derrière lui une garnison et un administrateur et poursuivit sa campagne contre la Perse.

Supprimer la pub
Publicité
L'hellénisation se généralisa après la mort d'Alexandre, lorsque Sidé passa sous le contrôle de son général Ptolémée Ier Soter.

La garnison gréco-macédonienne eut probablement un impact sur les habitants de Sidé, mais l'hellénisation se généralisa après la mort d'Alexandre, en 323 avant notre ère, lorsque Sidé passa sous le contrôle de son général Ptolémée Ier Sôter (r. de 305 à 282 av. J.-C.) qui fonda la dynastie des Ptolémées (305-30 av. J.-C.). Le grec devint la langue standard de Sidé à cette époque, comme en témoignent les pièces de monnaie et l'une des inscriptions bilingues mentionnées ci-dessus.

La Cilicie fut partagée entre Ptolémée Ier et Séleucos Ier Nicator (r. de 305 à 281 av. J.-C.), fondateur de l'empire séleucide (312-63 av. J.-C.). Les Ptolémées conservèrent Sidé jusqu'au IIe siècle avant notre ère, date à laquelle les Séleucides s'en emparèrent, mais leur pouvoir déclina à partir de 190 avant notre ère. Vers 152 avant notre ère, l'empire séleucide sombra dans la guerre civile, la noblesse se disputant la royauté. En 140 avant notre ère, le roi séleucide Diodote Tryphon (r. de 140 à 138 avant notre ère) usurpa le trône et utilisa Coracesium (Alanya moderne) comme base d'opérations pour lancer des attaques, cette ville n'étant située qu'à 39 miles (64 km) de Sidé. Selon Strabon, Diodote Tryphon encouragea la piraterie dans la région par son propre exemple d'anarchie (Géographie, XIV.5.2). Sidé devint alors un refuge pour les pirates qui finirent par contrôler la ville.

Pirates ciliciens et Rome

Sidé devint le centre du commerce méditerranéen des esclaves, déjà établi bien avant que Diodote Tryphon ne l'encourage. Les empires séleucide et ptolémaïque utilisaient tous deux des esclaves et avaient fermé les yeux sur les activités des pirates en Cilicie, précisément parce qu'ils leur fournissaient des esclaves. Les pirates pillaient les villes côtières et les ports pour se procurer des esclaves ou utilisaient la ruse pour réduire les gens en esclavage. Une ruse notoire, utilisée par les pirates jusqu'à l'époque de l'écrivain Pausanias (110-180 de notre ère), consistait à accoster dans un port en se faisant passer pour des commerçants. Les pirates faisaient la publicité de leurs marchandises, attirant les citoyens de plus en plus près de leurs navires, puis les faisaient rapidement monter à bord et s'éloignaient.

Supprimer la pub
Publicité

Rome avait repris la Cilicie aux Séleucides en 190 avant J.-C. mais, conformément au traité d'Apamée (188 av. J.-C.), elle avait permis aux souverains séleucides de conserver leur position de rois clients. Les Romains étaient également conscients du problème de la piraterie, mais ils l'ignorèrent pour les mêmes raisons que les Séleucides et les Ptolémées. On estime qu'au moins 25 % de la population romaine de l'époque était réduite en esclavage, et les Romains n'avaient pas l'intention d'interférer avec ce commerce tant qu'ils en tiraient profit et que les esclaves venaient d'ailleurs.

Roman Theatre, Side
Théâtre romain, Sidé
Carole Raddato (CC BY-SA)

En 140 avant notre ère, Rome envoya Scipion Émilien pour examiner le problème de la piraterie en Cilicie et proposer des solutions. Scipion revint avec un rapport indiquant qu'une action immédiate était nécessaire car les dirigeants locaux étaient impuissants face à la situation, trop occupés à se battre les uns contre les autres. Rome attribua le problème aux rois séleucides et était trop occupée par d'autres affaires pour s'en mêler. En 103 avant notre ère, cependant, les pirates perturbaient le commerce romain et le général Marcus Antoninus (143-87 av. J.-C., grand-père de Marc Antoine) marcha sur la région et soumit la Cilicie lisse afin d'éradiquer la piraterie. Il établit fermement la présence romaine dans la région, mais ne fit rien pour freiner les pirates qui, de toute façon, opéraient principalement à partir de la Cilicie rugueuse.

Bien que Pompée les ait vaincus, il ne mit pas fin à la piraterie en Méditerranée et Sidé continua d'être un marché aux esclaves et un refuge pour les pirates pendant les années à venir.

Entre 78 et 74 avant notre ère, le consul Publius Servilius Vatia (qui servit en 79 av. J.-C.) s'attaqua aux Isauriens de la Cilicie rugueuse pour les mêmes raisons et obtint les mêmes résultats: il conquit les Isauriens, mais cela ne ralentit ni n'arrêta la piraterie. Vers la fin de ses campagnes, en effet, un jeune Jules César serait enlevé et rançonné par des pirates ciliciens en 75 avant notre ère. Peu après, Pompée le Grand se trouvait dans la région pour combattre Mithridate VI du Pont (r. de 120 à 63 av. J.-C.) et découvrit que Mithridate VI employait les pirates pour frapper Rome et affaiblir l'effort de guerre.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Contrairement aux tentatives romaines précédentes, Pompée s'attaqua aux pirates en mer. Il divisa la Méditerranée en 13 districts et affecta une flotte romaine et un commandant à chacun d'entre eux. Au fur et à mesure que les pirates d'une région étaient combattus, la flotte romaine se joignait à celle de la région suivante, et ainsi de suite, réduisant le terrain de jeu des pirates de manière à ce qu'ils puissent être détruits en un seul engagement. Pompée finit par les vaincre en 67 avant notre ère lors de la bataille de Coracesium, relocalisant les survivants dans les basses terres. Bien que cette victoire ait résolu le problème pour le moment et ait certainement nui aux efforts de guerre de Mithridate VI, elle ne mit pas fin à la piraterie en Méditerranée et Sidé continua à être à la fois un marché aux esclaves et un refuge pour les pirates pendant les années à venir.

La Sidé romaine

Pompée divisa la Cilicie en six districts, la Cilicie lisse devenant la Cilicie Campestris et la Cilicie rugueuse la Cilicie Aspera. Sidé fut incluse dans le district de Cilicia Aspera. Après la bataille d'Actium en 31 avant notre ère, Rome devint un empire sous Auguste César (r. de 27 av. J.-C. à 14 de notre ère) et Auguste apporta d'autres modifications à la Cilicie en tant que nouvelle province de Syrie-Cilicie Phénicienne en 27 avant notre ère. En 25 avant notre ère, il joignit Sidé à la nouvelle province de Galatie après l'assassinat de son roi, Amyntas (r. de 36 à 25 av. J.-C.), et la revendication du territoire par Rome.

En tant que partie de la Galatie romaine, Sidé prospéra grâce au commerce des esclaves. L'Empire romain, avec ses nombreuses provinces, avait besoin d'encore plus d'esclaves que la République romaine. Les navires officiels de transport d'esclaves remplaçaient désormais largement les navires pirates (même si la piraterie était toujours pratiquée) et le port de Sidé devint le centre administratif du commerce d'esclaves en Méditerranée.

Columns, Temple of Apollo, Side
Colonnes, Temple d'Apollon, Sidé
Carole Raddato (CC BY-SA)

Toutes les ruines romaines que l'on peut voir aujourd'hui dans la ville moderne de Sidé datent de cette période, qui s'étend du 1er siècle avant notre ère au 3ème siècle de notre ère. Le célèbre temple d'Apollon, l'image la plus connue de Sidé aujourd'hui, date du IIe siècle de notre ère, tandis que le temple d'Athéna, moins connu et situé à proximité, est un peu plus ancien. Le théâtre, qui pouvait accueillir plus de 15 000 personnes, les thermes romains, le nymphée, les rues à colonnades, l'agora, la bibliothèque et la porte monumentale, entre autres, furent tous financés par le commerce romain des esclaves qui rendit la ville et ses marchands fabuleusement riches.

Ces marchands, qui possédaient les navires et payaient les équipages, ne se souciaient pas de la manière dont ils amenaient les esclaves sur le marché, tant que l'approvisionnement continuait. Les navires d'esclaves officiels, censés ne transporter que des esclaves "venus d'ailleurs", recouraient souvent aux mêmes tactiques que les pirates ciliciens en accostant dans les ports et en se faisant passer pour des marchands. En fait, la piraterie continua à prospérer en Méditerranée, précisément à cause de la traite des esclaves, mais cette fois, comme Rome en profitait largement, rien ne fut fait pour y mettre fin.

Déclin

Les rues, les bâtiments publics et les temples de Sidé étaient parmi les plus impressionnants de la région et les citoyens devaient être assez confiants dans le fait que la série de victoires qu'ils connaissaient se poursuivrait indéfiniment. Malheureusement pour eux, leur richesse attira l'attention des Isauriens des montagnes et d'autres tribus des régions les plus rudes de Cilicie Aspera, qui commencèrent à lancer des raids sur la ville au IVe siècle de notre ère. Comme les pillards connaissaient bien le pays, ils pouvaient frapper et disparaître à nouveau avec le butin - ou les citoyens à vendre en tant qu'esclaves - qu'ils avaient pris.

À la même époque, la nouvelle religion du christianisme avait été légitimée par Constantin le Grand et les chrétiens s'opposaient aux structures païennes telles que le temple d'Apollon et le temple d'Athéna, qui furent alors laissés à l'abandon. L'hygiène personnelle étant associée à la Rome païenne, les chrétiens s'opposaient aux bains et les thermes romains tombèrent en ruine, de même que le nymphée et même la bibliothèque, les chrétiens n'étant pas intéressés par les ouvrages préchrétiens. La ville continua à se dégrader à l'époque byzantine (c. 476-700), bien qu'elle ait été appréciée par les chrétiens en tant que centre religieux pendant une partie de cette période.

Nymphaeum, Side
Nymphée, Sidé
Fredrik Boulund (CC BY-NC-SA)

Au VIIe siècle de notre ère, les Arabes arrivèrent dans le cadre de la conquête musulmane de la Cilicie, saccageant et brûlant Sidé et, selon toute vraisemblance, prenant de nombreux citoyens comme esclaves. Les Byzantins reprirent la Cilicie en 965, mais il était alors trop tard pour que Sidé ne revienne à la vie. Les raids des tribus des montagnes se poursuivirent et les citoyens qui n'avaient pas été pris ou tués vécurent dans la ville presque déserte jusqu'à ce qu'ils ne finissent par partir pour Attalia à la fin du Xe siècle. Au XIIe siècle, Sidé était abandonnée et, si elle était habitée, ce n'était que par des squatteurs ou des voyageurs occasionnels.

Conclusion

L'Empire ottoman s'empara de la Cilicie après la chute de l'Empire byzantin en 1453, mais ne fit rien de Sidé. La ville et ses environs restèrent abandonnés jusqu'à la fin du XIXe siècle, lorsque des réfugiés turcs de Crète établirent le village de Selimiye à proximité, vers 1895. Au début du XXe siècle, Sidé commença à revivre et reçut une nouvelle vie grâce au tourisme, les gens venant voir les ruines romaines remarquablement préservées.

Aujourd'hui, Sidé est une station balnéaire sur la Méditerranée et les marchands gèrent leurs affaires sur le marché moderne comme l'auraient fait les anciens Sidétains; les boutiques étant des échoppes ouvertes que l'on ne peut pas facilement ignorer, le vendeur se trouvant devant pour accueillir les clients potentiels. Les touristes apprécient les plages et leurs nombreux restaurants raffinés, les pique-niques aux chutes de Manavgat ou la spéléologie dans les grottes de Dudencik, mais les visiteurs d'aujourd'hui viennent surtout pour les ruines.

Outre les grandes structures et les portes monumentales du quartier historique de la ville, on peut visiter les ruines de l'ancienne ville de Lyrba dans la forêt près de la cascade de Manavgat ou, si l'on est prêt à faire un peu plus d'efforts, marcher jusqu'aux ruines de Selge, une ville qui aurait été fondée par des réfugiés de la guerre de Troie, rendue célèbre par Homère dans son Iliade. Mais ce sont les ruines de la ville qui constituent le plus grand attrait. L'ancien bain est aujourd'hui le musée archéologique de Sidé et expose de nombreux objets fascinants de l'ancienne ville dans un cadre unique, et le grand théâtre est un lieu de prédilection. Sidé prospère aujourd'hui aussi bien qu'à l'époque de Rome, principalement grâce aux ruines qui ont été préservées presque entièrement par le manque d'attention qui leur fut porté.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2019, août 12). Sidé [Side]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10933/side/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Sidé." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le août 12, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10933/side/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Sidé." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 12 août 2019. Web. 20 juin 2024.

Adhésion