L'âge d'Or de la Piraterie

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 12 octobre 2021
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, Turc, espagnol
Sailing Ship Through a Telescope (by Starz Entertainment, Copyright, fair use)
Voilier à travers un télescope
Starz Entertainment (Copyright, fair use)

L'âge d'or de la piraterie (1690-1730) désigne une période pendant laquelle les vols en haute mer et dans les ports coloniaux atteignirent un niveau sans précédent. Bien que tous les historiens ne s'accordent pas sur la période précise, elle s'applique généralement aux pirates qui opéraient dans les Caraïbes, sur la côte est de l'Amérique, dans l'Atlantique Est et dans l'océan Indien.

Parmi les noms tristement célèbres associés à cette période figurent le capitaine Kidd (mort en 1701), Barbe Noire (mort en 1718) et Bartholomew Roberts (mort en 1722). Ces hommes, et certaines femmes comme Anne Bonny et Mary Read, s'attaquaient à la marine marchande et, beaucoup plus rarement, à des navires au trésor bien armés. La période se termina lorsque la Royal Navy, la British East India Company et les gouverneurs coloniaux adoptèrent une position beaucoup plus active et agressive contre la piraterie, ce qui entraîna la capture et la pendaison publique de centaines de pirates de Londres aux Carolines.

Supprimer la pub

Advertisement

Définition d'une époque

L'"âge d'or de la piraterie" est un nom plutôt étrange à donner à une période où le crime était omniprésent, mais ce n'est qu'une question secondaire par rapport au problème de la définition de cette période. La plupart des historiens n'incluraient pas la période des boucaniers qui s'attaquaient aux navires principaux et aux navires à trésors espagnols au début du 17e siècle (vers 1650-1680). La fin de ce siècle est le point de départ le plus courant de l'âge d'or pour les chercheurs, mais certains le restreignent aux deux ou trois premières décennies, voire à la deuxième décennie du XVIIIe siècle. Afin de ne pas omettre certains points d'intérêt pertinents pour le sujet de la piraterie, nous adopterons ici une vision plus large et considérerons l'"âge d'or" comme allant approximativement de 1690 à 1730. Il est également important de noter que la piraterie existe depuis l'Antiquité et qu'elle se poursuit dans de nombreuses régions du monde, de sorte que l'insistance sur des périodes spécifiques est intrinsèquement problématique : la piraterie, semble-t-il, n'a ni point de départ ni point d'arrivée.

La première arme utilisée par les pirates était la terreur, et celle-ci prenait la forme du drapeau Jolly Roger.

Enfin, il y a aussi une question de géographie. Si la piraterie à l'époque qui nous intéresse sévissait dans de nombreuses autres régions du monde, le terme "âge d'or", dans ce contexte, se limite généralement aux pirates qui opéraient de part et d'autre de l'océan Atlantique, dans l'océan Indien et au large des côtes de l'Afrique occidentale. Les pirates de la côte de Barbarie et de l'Asie orientale sont généralement traités séparément. La majorité des pirates de l'Âge d'or sont donc britanniques ou américains, mais un nombre important d'autres nationalités sont impliquées, notamment les Hollandais et les Français, et les équipages de pirates pouvaient, en fait, comprendre n'importe qui d'à peu près n'importe où, y compris d'anciens esclaves africains et des peuples indigènes.

Supprimer la pub

Advertisement

The Jolly Roger
Le Jolly Roger
WarX (CC BY-SA)

La question reste de savoir pourquoi la piraterie prospéra à cette période particulière. Les hommes et certaines femmes furent tentés par la piraterie en raison de la dureté de la vie en mer sur un navire marchand ou un navire de guerre - la grande majorité des pirates étaient des marins expérimentés - ou parce qu'ils ne trouvaient pas d'emploi intéressant à la fin des guerres entre l'Angleterre et la France. Après l'ère des découvertes, les colonies européennes au-delà de la Méditerranée étaient en plein essor. Il s'agissait de communautés dont la taille et la richesse augmentaient, avec une augmentation correspondante de la marine marchande pour les desservir. Cependant, l'absence de gouvernance ferme et de protection militaire si loin de la nation d'origine faisait que de nombreux ports et navires étaient des cibles faciles pour les pirates qui ne se souciaient pas des conséquences de leurs crimes.

Les capitaines

Si certains membres d'équipage pirates acquirent une certaine notoriété (ou infamie), les noms les plus étroitement liés à cette période sont ceux des capitaines. Alors que la plupart des pirates portaient les mêmes vêtements que n'importe quel autre type de marin, les capitaines étaient plus enclins à faire une déclaration de mode et à porter les vêtements voyants de la noblesse de l'époque. Bartholomew Roberts (alias "Black Bart" Roberts) était célèbre pour avoir porté un manteau de soie écarlate, un gilet damassé assorti et un collier de diamants. Barbe Noire (alias Edward Teach) portait des rubans noirs dans sa barbe, six pistolets et des mèches allumées sous son chapeau lorsqu'il partait au combat. Il ne fait aucun doute que ces capitaines pirates tenaient à créer une légende à leur sujet afin de s'assurer qu'un navire cible se rende immédiatement et que leurs propres équipages restent loyaux.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

D'autres capitaines adoptèrent une approche plus brutale pour gagner en notoriété. Charles Vane (pendu en 1721), un jour, tira avec ses canons sur le navire du gouverneur des Bahamas, tandis qu'Edward Low accumula une longue liste de crimes odieux tels que la mutilation, le brûlage et la pendaison de ses victimes entre 1721 et 1724. Le capitaine Stede Bonnet (pendu en 1718), le "Gentleman Pirate", était inhabituel parce qu'il avait choisi de vivre de la piraterie pour changer de rythme après avoir dirigé sa propre plantation à la Barbade. La piraterie, semble-t-il, attirait toutes sortes de gens.

Henry Every
Henry Every
Naughty Dog/Sony (Copyright, fair use)

Enfin, il y a ces pirates qui n'étaient pas particulièrement célèbres à leur époque mais qui ont depuis marqué l'imaginaire du public pour une raison ou une autre. Le capitaine John Rackham (alias "Calico Jack", pendu en 1720) était un petit pirate aujourd'hui célèbre pour les membres de son équipage, Anne Bonny et Mary Read, ainsi que pour son Jolly Roger et ses coutelas croisés. Le capitaine Benjamin Hornigold (mort en 1719) est connu pour avoir abandonné la piraterie et être devenu, à la place, un chasseur de pirates pour le gouverneur des Bahamas. Le capitaine Samuel Bellamy mourut dans un relatif anonymat en 1717 lorsque son navire le Whydah fut coulé dans une tempête au large de Cape Cod, mais son nom fut ravivé après l'exploration sous-marine de cette épave et sa contribution inestimable à notre connaissance des pirates de l'âge d'or, de leur butin et de leurs navires.

Le bateau pirate

Bien que les romans et les films présentent souvent des pirates naviguant sur de grands navires de type galion, la réalité au cours de l'âge d'or était plutôt différente. La grande majorité des pirates préféraient les sloops, qui étaient rapides, très maniables et capables de naviguer dans des eaux peu profondes où les grands navires de guerre ne pouvaient pas les suivre. En outre, les pirates s'attaquaient généralement à des cibles faciles, comme les navires marchands armés d'une poignée de canons. Toutefois, il y eut quelques exceptions notables, certains pirates préférant un navire plus grand capable d'égaler un navire de guerre de moindre puissance en termes de feu. Le prestige était également un facteur, et il est significatif que les pirates les plus notoires et les plus prospères possédaient les plus grands navires.

Supprimer la pub

Advertisement

Le Queen Anne's Revenge de Barbe Noire avait un équipage d'au moins 300 hommes, nécessaires pour manier les 40 canons à bord.

Le capitaine Kidd naviguait sur l'Adventure Galley, un navire spécialement construit à cet effet. Il s'agissait d'un trois-mâts de 287 tonnes, capable de poursuivre une cible dans toutes les conditions grâce à son mélange de voiles carrées, de voile latine (triangulaire) et de bancs de rames (46 au total). L'Adventure Galley comptait plus de 150 hommes d'équipage et était bien armé avec 34 canons. Edward England captura un beau navire au large de Madagascar en 1720 qu'il rebaptisa le Fancy. Ce navire possédait également 34 canons et avait un équipage d'environ 180 hommes.

Le plus célèbre des navires pirates est sans doute le Queen Anne's Revenge de Barbe Noire, un autre navire capturé, cette fois un négrier français. Le Queen Anne's Revenge avait un équipage d'au moins 300 hommes, nécessaires pour manoeuvrer les 40 canons à bord. Le plus puissant des navires pirates de cette période est le Royal Fortune de Bartholomew Roberts. Cet ancien navire de guerre français était armé d'au moins 42 canons, et Roberts l'utilisa fort bien, l'adaptant à la vitesse et devenant le pirate de l'âge d'or le plus prospère en termes de navires capturés, soit plus de 400.

Pirate Sloop
Sloop des pirates
Starz Entertainment (Copyright, fair use)

Méthodes d'attaque

Les pirates ciblaient généralement les navires marchands isolés, généralement lorsqu'ils négociaient une ligne droite étroite ou se trouvaient à proximité de hauts-fonds et d'îles, de sorte qu'un navire pirate pouvait sembler surgir de nulle part. Un navire pirate pouvait également se rapprocher d'une cible en arborant un certain drapeau national amical. S'approcher par la poupe était toujours une bonne idée, car les navires de l'époque avaient beaucoup moins de canons à cet endroit.

Supprimer la pub

Advertisement

La première arme utilisée par les pirates était la terreur: le Jolly Roger et autres drapeaux de pirates, par exemple. Lorsque ce drapeau était hissé - généralement noir avec une tête de mort humaine et des os croisés, bien qu'il existe de nombreuses variantes - un navire marchand était averti que des pirates approchaient et que la chose raisonnable à faire était de ne pas opposer de résistance. Un drapeau rouge pouvait également être hissé pour signaler qu'aucun quartier ne serait accordé en cas d'attaque. Comme la plupart des victimes des pirates étaient mal armées, les pirates abordaient généralement leur cible avec facilité.

Pour les navires qui résistaient, les pirates disposaient d'un large éventail d'armes. Les navires pirates, comme nous l'avons vu, portaient de nombreux canons de différentes tailles, et les pirates eux-mêmes portaient des grenades, des mousquets, des pistolets, des coutelas, des haches et des massues. Le tir de canons n'était pas si courant car les pirates ne voulaient pas endommager le navire cible ou sa cargaison, qui pouvaient tous deux leur être utiles. C'est pourquoi, lorsque des canons étaient tirés, il s'agissait généralement de tirs d'avertissement ou de tirs de chaîne (deux barres ou boulets reliés par une courte chaîne) destinés à détruire les gréements et les mâts et à mettre ainsi temporairement hors d'état de nuire le navire cible. Certains capitaines pirates étaient tentés d'attaquer des navires à trésors bien armés, surtout s'ils commandaient une flotte de navires pirates et bénéficiaient ainsi d'un avantage numérique important en canons et en hommes. Les navires de guerre étant presque toujours plus armés que les navires pirates, ces derniers les évitaient.

Le butin des pirates

Les pirates recherchaient avant tout un butin transportable, de préférence de l'or, de l'argent et des pierres précieuses. Les pièces de monnaie étant les plus faciles à écouler, un coffre à trésor contenant des pesos espagnols en argent (c'est-à-dire des pièces de huit euros) ou des doublons en or était le plus souhaitable. Une cargaison de valeur était la deuxième meilleure option. Les articles qui pouvaient être facilement vendus comprenaient des rouleaux de soie, des épices, de l'indigo, du tabac, du rhum, des fourrures, des peaux, du sucre et d'autres denrées alimentaires. L'équipage et les passagers étaient dépouillés de tout objet de valeur et de tout vêtement de fantaisie. Les armes, les instruments de navigation et les médicaments étaient toujours utiles. Même les objets nautiques banals comme les cordes, les voiles et les ancres étaient pris pour reconstituer l'équipement des pirates. Enfin, le navire attaqué pouvait lui-même devenir le prix. Les pirates répugnaient à consacrer du temps et des efforts à la réparation de leur propre navire, aussi l'échange contre un navire plus apte à naviguer était-il assez courant, tout comme la modernisation grâce à un navire plus grand et plus performant, capable de transporter plus de canons.

Supprimer la pub

Advertisement

Pieces of Eight from the Whydah
Pièces de huit du Whydah
Theodore Scott (CC BY)

Alors que la plupart des captures ne rapportaient que des marchandises sèches ou de l'alcool et peut-être quelques pièces de monnaie, il y eut quelques captures vraiment stupéfiantes pendant l'âge d'or. Le pirate anglais Henry Every (né en 1653) captura le Ganij-i-Sawai en 1695, un navire marchand de l'empereur moghol, qui transportait une cargaison valant plus de 95 millions de dollars aujourd'hui. La part de chaque membre d'équipage représentait plus que le salaire d'une vie entière. Judicieusement, le capitaine Every navigua au-delà de l'horizon avec son butin et on n'entendit plus jamais parler de lui.

En 1721, John Taylor et Olivier La Bouche capturèrent la plus grosse prise jamais réalisée. Ensemble, les deux pirates abordèrent le navire au trésor portugais Nostra Senhora de Cabo à l'île de la Réunion. Il y avait 500 000 £ de diamants, d'or et d'autres objets de valeur, ainsi qu'une cargaison générale d'une valeur de 375 000 £ (soit un total de plus de 250 millions de dollars aujourd'hui).

Le butin fut surveillé par le quartier-maître jusqu'à ce qu'il ne puisse être partagé ou vendu et que les recettes soient divisées. Les membres de l'équipage recevaient généralement une part chacun, l'intendant et le capitaine en recevaient deux chacun, et les différents "officiers" ou les marins plus expérimentés et les ouvriers qualifiés comme le charpentier et le canonnier recevaient quelque chose entre une et deux parts. Les membres de l'équipage étaient également indemnisés pour les blessures qu'ils avaient subies lors d'une attaque. Peu de pirates gardaient leurs biens mal acquis assez longtemps pour penser à les cacher quelque part. Les récits de trésors enfouis sont fréquents dans les romans de pirates, mais il existe peu de traces historiques d'un tel comportement. Le capitaine Kidd enterra bien un trésor, peut-être à Long Island, mais les chercheurs de trésors sont restés frustrés par leurs vaines recherches.

Repaires de pirates

Une fois chargés de leur butin, les pirates se retiraient dans leur repaire. Les principaux repaires étaient Port Royal (Jamaïque), Tortuga (Hispaniola), New Providence (Bahamas) et Madagascar dans l'océan Indien. Les repaires étaient choisis pour leurs ports isolés et sûrs et leur accès facile à l'eau douce, aux fruits, à la viande et au bois à l'intérieur de l'île. Le fait d'être proche des principales routes maritimes, mais pas trop près des autorités coloniales, constituait également un avantage certain.

The Spanish Main and Caribbean Pirate Havens  c. 1670
Les ports pirates de la Tierra Firme et la mer des Caraïbes vers 1670
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Les négociants qui achetaient les cargaisons pillées étaient essentiels, et ils étaient attirés par les repaires parce qu'ils pouvaient acheter des marchandises à bas prix, puis les faire entrer clandestinement dans les ports légitimes à des prix beaucoup plus élevés. Les pirates étaient perdants dans l'affaire, mais ils obtenaient ce qu'ils voulaient : de l'argent liquide et beaucoup d'alcool. Certains capitaines pirates étaient plus ambitieux et tentaient de traiter directement avec les ports coloniaux où les fonctionnaires pouvaient être soudoyés et les marchandises vendues à meilleur prix. Certains de ces fonctionnaires, les plus connus étant Charles Eden, gouverneur de la Caroline du Nord, et le colonel Benjamin Fletcher à New York, accordaient même des pardons aux pirates.

De nombreux paradis pour pirates se transformèrent rapidement en grandes villes avec des auberges, des bordels, des échoppes de marchands et tout ce dont les marins avaient besoin et qu'ils désiraient lorsqu'ils reposaient leurs pieds marins. Le port de New Providence (Nassau) accueillait environ 600 pirates à son apogée vers 1700, tandis qu'à la même époque, l'île de Madagascar servait de base à 1 500 pirates. Port Royal était un des lieux préférés des boucaniers, mais les pirates de l'âge d'or continuaient à faire bon usage de ses 100 tavernes et autres installations douteuses, ce qui lui valut le surnom de "Sodome du Nouveau Monde". Port Royal fut utilisé de cette manière jusqu'à sa destruction lors d'un tremblement de terre en 1692.

La justice et le déclin de la piraterie

Le gouvernement britannique, sous la pression des marchands légitimes, des colons et des souverains tels que l'empereur moghol, fut finalement obligé d'agir contre la piraterie. Le gouvernement était également très préoccupé par le fait que la piraterie était si répandue qu'elle chassait les colons honnêtes de ses colonies et les laissait si peu peuplées qu'elles devenaient une grande tentation pour les puissances étrangères. À partir de 1701, les colonies furent autorisées à essayer de pendre les pirates elles-mêmes plutôt que de les envoyer en Angleterre. Dans les années 1710, des gouverneurs coloniaux comme Woodes Rogers (1679-1732) aux Bahamas furent envoyés par Londres dans le but précis de remplacer l'appareil gouvernemental souvent corrompu des colonies et d'éradiquer la piraterie dans leur juridiction. Ces nouveaux gouverneurs disposaient à la fois de la carotte et du bâton pour accomplir leur mission. Le bâton était constitué de navires de guerre et de la corde du bourreau, tandis que la carotte était un pardon royal du roi George Ier de Grande-Bretagne (r. de 1714 à 1727) et la promesse de terres et de travail dans les colonies. De nombreux pirates acceptèrent le pardon, et ceux qui ne le firent pas finirent par être pourchassés. Une autre stratégie qui fonctionnait bien consistait à offrir des récompenses en espèces à ceux qui informaient sur les pirates et les capturaient ; beaucoup de ces informateurs étaient eux-mêmes d'anciens pirates.

Captain Kidd
Le capitaine Kidd
Unknown Artist (Public Domain)

New Providence fut fermée en tant que repaire de pirates en 1718. La Royal Navy devint une présence de plus en plus puissante dans l'Atlantique occidental, et lorsque les gouverneurs coloniaux entendaient parler de commerce illégal dans les nouveaux havres, ils intervenaient rapidement avec leurs navires de guerre. On assista également à un changement de tactique, la marine, comme les pirates l'avaient fait, optant pour des sloops rapides au lieu de lourds vaisseaux de guerre pour poursuivre ces criminels de haute mer. Au même moment, dans l'océan Indien, la Compagnie des Indes orientales commença à utiliser des convois et à protéger plus agressivement ses biens en mer. Avec leurs refuges attaqués et beaucoup moins de possibilités de vendre les marchandises volées, la vie de pirate devint très difficile. Elle était également beaucoup plus dangereuse, car la capture devenait plus probable et les punitions plus sévères.

L'époque où l'on relâchait la plupart des équipages de pirates avec une flagellation en guise d'avertissement et où seul le capitaine était pendu était à jamais révolue. Désormais, des équipages entiers étaient traduits en justice dans des procès pour l'exemple qui se terminaient par des exécutions massives. En 1722, au château de Cape Coast, en Guinée, en Afrique de l'Ouest, 52 membres de l'équipage de Bartholomew Roberts furent pendus le même jour. Dans des endroits comme Execution Dock à Wapping, à Londres, ou Deadman's Cay près de Port Royal, la vue des pirates pendus se balançant dans la brise marine devint familière aux habitants et aux navires de passage. Les pirates les plus notoires voyaient leurs cadavres suspendus dans une cage en fer, et on les laissait pourrir à l'air libre pendant un ou deux ans. Même ceux qui échappaient à la peine de mort voyaient souvent leur sort retardé, car ils étaient condamnés à de longues peines dans des prisons rongées par la maladie ou transportés dans des colonies pénitentiaires pour une courte vie de travaux forcés.

La piraterie n'a jamais été totalement éradiquée. Après tout, c'est l'un de ces crimes qui semble avoir toujours hanté l'humanité. Cependant, au fur et à mesure que les colonies s'établissaient avec des institutions gouvernementales et judiciaires plus solides, de plus en plus de personnes avaient une bonne raison de souhaiter voir la fin de la piraterie. Les pirates eux-mêmes, ceux qui avaient échappé à la corde du bourreau, s'installèrent dans des plantations pour mener une vie plus respectable ou se recyclèrent en honnêtes marchands, les cibles mêmes qu'ils avaient autrefois terrorisées.

Supprimer la pub

Publicité

Questions et réponses

Qu'est-ce qui est considéré comme l'âge d'or de la piraterie ?

Les historiens ne sont pas tous d'accord, mais la fourchette de dates la plus courante pour l'âge d'or de la piraterie est de 1690 à 1730.

Qui fut à l'origine de l'âge d'or de la piraterie ?

Aucun individu n'est à l'origine de l'âge d'or des pirates. Il s'agit plutôt d'une époque où les autorités coloniales ne disposaient pas de l'argent, des hommes ou des navires nécessaires pour contrôler efficacement la haute mer, en particulier dans la mer des Caraïbes. Les marchands des nouvelles colonies sont devenus des cibles faciles pour les navires pirates.

Qui fut le pire pirate de l'histoire ?

Il existe de nombreux candidats pour désigner le pire pirate de l'histoire. Barbe Noire était le plus terrifiant à regarder, le capitaine Kidd gênait les autorités car elles pensaient qu'il avait enterré un trésor secret, et Charles Vane était très cruel envers les captifs. Bartholomew Roberts était de loin le "pire" pirate en termes de nombre de navires capturés.

Pourquoi l'âge d'or de la piraterie a-t-il pris fin ?

L'âge d'or de la piraterie a prit fin parce que les autorités coloniales commencèrent à utiliser plus d'hommes et de navires pour traquer les pirates. Les punitions étaient plus sévères qu'auparavant, et bon nombre des pirates les plus notoires furent pendus.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2021, octobre 12). L'âge d'Or de la Piraterie [Golden Age of Piracy]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19990/lage-dor-de-la-piraterie/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "L'âge d'Or de la Piraterie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 12, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19990/lage-dor-de-la-piraterie/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "L'âge d'Or de la Piraterie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 12 oct. 2021. Web. 16 août 2022.

Adhésion