La Bureaucratie dans l'Empire Achéménide : Tirer les Leçons du Passé

Article

Karen Barrett-Wilt
de Haleh Brooks, traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 02 novembre 2014
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol

Au début de l'empire achéménide (C. 550-330 av. J.-C.), les rois se rendirent compte que, s'ils voulaient être en mesure d'administrer l'immense territoire et les populations multiculturelles qui l'habitaient, ils devaient créer un système d'organisation qui permettrait d'administrer sans provoquer de rébellion ou de désordre et, plus important encore, d'assurer le paiement équitable et en temps voulu du tribut à la cour.

Relief of Darius I from Persepolis
Relief de Darius Ier de Persépolis
درفش کاویانی (CC BY-SA)

L'une des grandes réussites des souverains achéménides fut leur capacité à reconnaître et à utiliser les pratiques déjà bien établies des pays conquis ainsi que les systèmes de gouvernement qui les avaient précédés. Ainsi, la bureaucratie de masse centralisée et organisée de l'empire achéménide était basée sur les systèmes d'administration akkadiens, assyriens et peut-être mèdes, ainsi que sur le gouvernement égyptien, qui existaient déjà.

Supprimer la pub
Advertisement

Sous le règne de Cyrus le Grand (r. d'environ. 550 à 530 av. J.-C.) et de Cambyse II (r. de 530 à 522 av. J.-C.), les régions conquises de l'Élam, de la Médie, de la Lydie, de la Babylonie, de l'Égypte et de plusieurs tribus de l'est de l'Iran formaient plus ou moins une fédération lâche d'entités autonomes. En ce qui concerne le tribut, elles étaient soumises à des taxes irrégulières, voire inexistantes. Le roi s'appuyait fortement sur les fonctionnaires non perses présents dans les formes de gouvernement déjà établies dans ces États sujets. Ces formes d'organisation, ou leur absence, conduisirent à des affrontements entre les nobles iraniens ainsi qu'au "nationalisme" dans les régions conquises, ce qui finit par aboutir au chaos et à la rébellion après la mort de Cambyse.

Darius organise son empire

Lorsque Darius Ier (r. de 522 à 486 av. J.-C.) monta sur le trône achéménide, la tâche qui l'attendait était immense. Il devait non seulement reconquérir les régions rebelles, mais aussi les intégrer dans un empire systématique. Sachant que les trois principaux éléments qui devaient être maîtrisés pour que son empire fonctionne étaient "une armée solide, une économie stable et un système juridique", il entreprit d'organiser l'empire en gardant ces aspects à l'esprit.

Supprimer la pub
Advertisement

Achaemenid Empire Map
Carte de l'empire achéménide
Fabienkhan (CC BY-SA)

Le système de division utilisé par Darius peut être observé sur sa tombe sous la forme d'un relief situé dans la partie supérieure de la sculpture rocheuse. Il y est représenté sur son trône, qui est "soutenu par 30 personnages de statut égal", ce qui symbolise les sujets de l'empire. Les pays autres que la Perse ou la Perse sont énumérés dans un ordre qui semble être géographique.

Hérodote (3.89) mentionne que "Darius réunit dans une même province les nations qui étaient voisines, mais il lui arrivait d'ignorer les tribus les plus proches et de donner leur place à des tribus plus éloignées". Le Dr. Shahbazi applique ce système aux terres enregistrées dans les reliefs mentionnés et fait la distinction entre la patrie perse et les six autres nations. Cette partition de l'empire en "sept plis", qui semble rappeler la division iranienne traditionnelle du monde en sept régions, illustre la division de l'empire comme suit:

Supprimer la pub
Advertisement
  1. la région centrale, la Perse
  2. la région occidentale comprenant la Médie et l'Élam
  3. le plateau iranien comprenant la Parthie, l'Arie, la Bactriane, la Sogdiane, la Chorasmie et la Drangiane
  4. les régions frontalière: Arachosie, Sattagydie, Gandara, Sindh et Scythie orientale.
  5. les plaines occidentales: Babylonie, Assyrie, Arabie et Égypte.
  6. la région du nord-ouest: l'Arménie, la Cappadoce, la Lydie, les Scythes d'outre-mer, la Skudra et les Grecs porteurs de pétase.
  7. les régions côtières méridionales: Libye, Éthiopie, Maka et Carie.

Au sein de ces régions, Darius établit 20 provinces, appelées satrapies (sur le modèle de l'Empire assyrien). Chacune d'entre elles avait un gouverneur, ou satrape, qui était directement responsable devant le roi, et chaque satrapie avait un tribut annuel fixe. Hérodote nous fournit une liste détaillée des satrapies, d'ouest en est, en commençant par l'Ionie, et précise le montant du tribut annuel qu'elles versaient à la cour.

Tomb of Darius I, Naqsh-e Rustam
Tombe de Darius I, Naqsh-e Rustam
درفش کاویانی (CC BY-SA)

Comme nous l'avons vu plus haut, le système administratif assyrien semble avoir été l'un des modèles les plus importants pour la bureaucratie achéménide. Le système administratif assyrien fut réformé en profondeur par le roi assyrien Teglath-Phalasar III (745-727 av. J.-C.). Ayant été gouverneur de province avant le coup d'État qui l'avait fait roi, il avait compris l'importance de limiter les pouvoirs de ces administrateurs. Il promulgua une loi qui divisa les satrapies et réduisit de moitié le pouvoir des gouverneurs afin que ces derniers ne puissent pas faire comme lui et se rebeller contre lui. En créant des fonctionnaires qui étaient directement sous son contrôle et qui soutenaient les dirigeants locaux, il fut en mesure de contrôler ces derniers. Il mit également en place un "système de renseignement", qui transmettait des rapports en utilisant les relais de poste de l'État, s'assurant ainsi que le "fonctionnaire" restait loyal et efficace.

Ces réformes assyriennes se retrouvent également dans l'administration achéménide. La plupart des satrapes nommés par Darius étaient des nobles perses, chargés d'administrer les districts fiscaux au sein des satrapies, et chacun de ces districts pouvait à nouveau être subdivisé en "sous-satrapies", puis en entités plus petites. Celles-ci avaient leurs propres gouverneurs, nommés soit par la cour centrale, soit par le satrape lui-même.

Supprimer la pub
Advertisement

Hommes de confiance et fonctionnaires

Afin de garantir une évaluation équitable de chaque satrapie, le roi envoyait un comité d'"hommes de confiance" pour évaluer les revenus et les dépenses de chaque district dans chaque satrapie. Les documents babyloniens de cette période montrent l'existence de registres fonciers détaillés indiquant les limites des propriétés, les titres de propriété et les évaluations foncières. En outre, les textes élamites trouvés à Persépolis mentionnent des fonctionnaires qui "notent les gens" et "font des enquêtes". En substance, un registre central des populations était créé dans chaque satrapie et servait à évaluer les impôts et probablement aussi à enregistrer les hommes valides pour les prélèvements de l'armée. La politique des "hommes de confiance" envoyés par le souverain pour observer et rendre compte des activités dans les provinces avait été empruntée à un autre système antérieur: celui de l'empire akkadien (2334-2083 av. J.-C.). Sargon d'Akkad (2334-2279 av. J.-C.), le fondateur de l'empire, avait institué ce système afin de maintenir l'ordre et de prévenir les rébellions.

Pour éviter la concentration du pouvoir, chaque satrape disposait d'un secrétaire royal chargé d'observer les affaires de l'État et de communiquer avec le roi.

Le gouvernement perse emprunta une autre politique à Akkad. Pour éviter la concentration du pouvoir entre les mains d'une seule personne, chaque satrape disposait d'un secrétaire royal chargé d'observer les affaires de l'État et de communiquer avec le roi. Un trésorier royal travaillait également avec le satrape, protégeant les bénéfices de la province. Enfin, le commandant de garnison était responsable des unités militaires stationnées dans la satrapie et n'était responsable que devant le roi. Des inspections supplémentaires étaient effectuées par des "inspecteurs royaux" qui étaient les yeux et les oreilles du roi; ils avaient toute autorité sur les affaires de la satrapie et ne rendaient compte qu'au roi.

Il semble que la coordination de l'administration impériale ait relevé de la chancellerie dont les sièges se trouvaient à Persépolis, Suse et Babylone. Ainsi, les principales villes de l'empire, telles que la Bactriane, Ecbatane, Sardes, Dascylion et Memphis, devaient également disposer de leurs propres divisions. Il est important de mentionner que l'organisation bureaucratique était profondément enracinée au Moyen-Orient et qu'elle fut également utilisée par Cyrus et Cambyse dans les premiers temps de l'empire; cependant, Darius la réforma en fonction des besoins d'un empire centralisé et des États assujettis.

Supprimer la pub
Advertisement

Monnaie et commerce

Darius introduisit également un nouveau système monétaire composé de pièces d'argent pesant 8 g et de pièces d'or pesant 5,4 g, ce qui correspondait à 20 pièces d'argent. Les pièces d'or étaient appelées "Dareiko" ou dariques. Cependant, il est important de mentionner que la plupart des nations soumises frappaient leurs propres pièces et utilisaient leurs propres systèmes monétaires parallèlement au nouveau système introduit par Darius.

Darius I Inscribed Stone Weight
Poids en pierre gravé au nom de Darius Ier
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

La nouvelle administration modifiée contribua également à développer le commerce et à offrir des routes commerciales sûres aux sujets en construisant de nouvelles routes et en améliorant les réseaux routiers. De nouvelles gares furent construites dans tout l'empire, assurant la sécurité des déplacements et permettant aux voyageurs autorisés de tirer des provisions et des montures. Il parraina également la construction de canaux et de voies d'eau souterraines. La marine impériale assurait la sécurité des mers et des côtes de l'empire et les protégeait des pirates, encourageant ainsi le libre-échange entre les satrapies.

Conclusion

Les premiers rois achéménides, qui façonnèrent l'empire achéménide et ses doctrines, basèrent un certain nombre de leurs pratiques et de leur administration sur des systèmes bureaucratiques antérieurs. Ce qui les distinguait réellement des empires précédents, c'était leur tolérance et leur respect des peuples conquis, de leurs pratiques culturelles et de leurs croyances.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Tous les habitants libres de l'empire achéménide étaient considérés comme des sujets du roi perse. Néanmoins, dans certains éléments constitutifs de l'empire, des formes d'organisation politique très différentes prévalaient (monarchique, oligarchique, aristocratique, démocratique et théocratique), et les dirigeants jouissaient d'une autonomie dans les affaires intérieures. (Dandamayev, M., 631-632)

Telle fut la percée achéménide: comprendre clairement ce qui était possible et faisable avec une pratique ou un système préexistant et comprendre quelles actions étaient nécessaires pour gérer l'empire efficacement tout en maintenant la doctrine achéménide de tolérance et de respect.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Citer cette ressource

Style APA

Brooks, H. (2014, novembre 02). La Bureaucratie dans l'Empire Achéménide : Tirer les Leçons du Passé [Bureaucracy in the Achaemenid Empire: Learning from the Past]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-767/la-bureaucratie-dans-lempire-achemenide--tirer-les/

Style Chicago

Brooks, Haleh. "La Bureaucratie dans l'Empire Achéménide : Tirer les Leçons du Passé." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le novembre 02, 2014. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-767/la-bureaucratie-dans-lempire-achemenide--tirer-les/.

Style MLA

Brooks, Haleh. "La Bureaucratie dans l'Empire Achéménide : Tirer les Leçons du Passé." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 02 nov. 2014. Web. 14 avril 2024.

Adhésion