Fêtes dans l'Égypte Ancienne

Article

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 17 mars 2017
Disponible dans ces autres langues: anglais, persan, portugais
X

Les dieux de l'Égypte ancienne apparaissaient toujours au peuple par le biais d'événements naturels. Le lever du soleil correspondait par exemple à l'émergence de Râ () du monde souterrain dans son grand navire, et la lune au voyage du dieu Khonsou dans le ciel nocturne. Lorsqu'une femme tombait enceinte, c'était grâce à la fertilité encouragée par Bes ou Taouret, et les sept Hathors étaient présentes à la naissance de l'enfant pour annoncer son destin. Les sycomores étaient sacrés pour Hathor et la maison était protégée par Bastet. Il n'était pas nécessaire d'organiser un culte hebdomadaire pour rendre hommage à ces dieux, car ils étaient vénérés chaque jour et chaque nuit par le biais de divers rituels au cours desquels les individus participaient à l'œuvre des dieux.

Nature des fêtes égyptiennes

Les rassemblements communautaires pour le culte avaient lieu pendant les fêtes, et comme les Égyptiens accordaient une grande importance à la joie de vivre, il y en avait beaucoup tout au long de l'année. Ces fêtes (connus sous le nom de heb) permettaient aux gens de faire l'expérience intime du dieu, de le remercier pour les cadeaux qu'il leur avait offerts et de lui demander des faveurs divines. L'égyptologue Margaret Bunson écrit :

Supprimer la pub
Publicité

Le but de la plupart des fêtes était de permettre au peuple de voir les dieux de ses propres yeux. Des images particulières des dieux, parfois transportées dans des sanctuaires portables, étaient sorties des sanctuaires des temples et transportées dans les rues ou naviguaient sur le Nil. Des arrêts pour les dieux étaient érigées dans les différentes villes pour servir d'étapes aux processions. Lors de ces fêtes, des oracles étaient réalisés, les images des divinités se déplaçant dans certaines directions pour indiquer les réponses négatives ou positives aux questions posées par les fidèles. (90)

Ces rassemblements publics contribuaient également à maintenir la structure de croyance de la culture en ce sens que tous les participants étaient encouragés dans la compréhension traditionnelle du fonctionnement du monde: par la volonté des dieux telle qu'interprétée par les prêtres et mise en œuvre par le roi.

Pratique religieuse en Égypte

En Égypte, il n'existait pas de services religieux correspondant aux cultes actuels. Les prêtres servaient les dieux, pas le peuple, et leur travail consistait à répondre aux besoins quotidiens des dieux, à réciter des hymnes et des prières pour les âmes des morts, et à s'engager dans des rituels qui garantissaient la bonne volonté continue des dieux à l'égard du peuple.

Supprimer la pub
Publicité

On pensait qu'une divinité vivait dans la statue abritée dans le sanctuaire intérieur du temple de ce dieu, et le grand prêtre était la seule personne autorisée à être en sa présence jusqu'à ce que le poste d'épouse d'Amon soit élevé au cours du Moyen Empire d'Égypte (2040-1782 av. J.-C.). À cette époque, la prêtresse épouse d'Amon devint l'homologue du grand prêtre et participa à l'entretien de la statue dans le temple de Karnak à Thèbes.

Temple of Amun, Karnak
Temple d'Amon, Karnak
Dennis Jarvis (CC BY-SA)

Bien que les gens aient pu se rendre dans les complexes de temples pour offrir des sacrifices, des offrandes, recevoir diverses formes d'aide et faire des demandes, ils n'entraient pas dans le temple pour prier. Les gens ordinaires étaient autorisés à entrer dans la cour du complexe de temples, mais pas à l'intérieur et certainement pas en présence du dieu. Comme nous l'avons vu, les gens pratiquaient leurs propres rituels privés en communion avec les dieux, mais collectivement, leur seule occasion d'adorer était lors d'une fête.

Supprimer la pub
Publicité

Fêtes de l'Égypte ancienne

Les Égyptiens célébraient chaque année des fêtes nationales et locales. Ces fêtes étaient nombreuses, mais celles énumérées ci-dessous sont parmi les plus importantes et les mieux documentées. Dans certains cas, les détails de ce qui se passait lors de ces rassemblements ont été perdus, mais pour beaucoup d'entre eux, ils sont connus dans les moindres détails. Les festivals marquaient la progression de l'année, notée sur le bâton du temps par Thot, et l'année se terminait par la même célébration que celle par laquelle elle avait commencé, soulignant ainsi la nature cyclique et éternelle de la vie.

Festival de Wepet-Renpet: l'ouverture de l'année - C'était la célébration du jour de l'an dans l'Égypte ancienne. Il s'agissait d'une sorte de fête itinérante puisqu'elle dépendait de l'inondation du Nil. Elle célébrait la mort et la renaissance d'Osiris et, par extension, le rajeunissement et la renaissance de la terre et du peuple. Son initiation est fermement attestée dans la dernière partie de l'Ancien Empire d'Égypte (c. 2613 - c. 3150 av. J.-C.) et constitue une preuve évidente de la popularité du culte d'Osiris à cette époque.

Le festin et la boisson faisaient partie de cette fête, comme pour la plupart des fêtes, et la célébration pouvait durer plusieurs jours, la durée variant selon les époques. Des rituels solennels liés à la mort d'Osiris étaient observés, ainsi que des chants et des danses pour célébrer sa renaissance. Le poème d'appel et de réponse connu sous le nom de Lamentations d'Isis et de Nephthys était récité au début pour appeler Osiris à son festin.

Supprimer la pub
Publicité
Les participants réduisaient leurs inhibitions et leurs idées préconçues grâce à l'alcool et faisaient l'expérience intime de la déesse en se réveillant au son des tambours sacrés.

Fête Wag: dédiée à la mort d'Osiris et à l'hommage rendu aux âmes des défunts dans leur voyage dans l'au-delà. Cette fête suivait le Wepet-Renpet, mais sa date changeait en fonction du calendrier lunaire. C'est l'une des plus anciennes fêtes célébrées par les Égyptiens et, comme le Wepet-Renpet, elle apparaît pour la première fois au cours de l'Ancien Empire. Au cours de cette fête, les gens fabriquaient de petits bateaux en papier et les plaçaient à l'ouest sur les tombes pour indiquer la mort d'Osiris et les gens faisaient flotter des sanctuaires en papier sur les eaux du Nil pour la même raison.

Fête de Wag et Thot: combinaison de la fête Wag et de la naissance du dieu Thot, centrée sur le rajeunissement et la renaissance. Cette fête était fixée au 18e jour du premier mois de l'année. Thot était vénéré en tant que dieu de l'écriture, de la sagesse et de la connaissance - entre autres attributs - et associé au jugement des morts par Osiris, reliant ainsi les deux dieux. La naissance de Thot et la renaissance d'Osiris furent associées dans cette fête à partir de la dernière partie de l'Ancien Empire.

Fête de Tekh : la fête de l'ivresse: Cette fête était dédiée à Hathor ("la dame de l'ivresse") et commémorait l'époque où l'humanité fut sauvée de la destruction par la bière. Selon l'histoire, Râ, lassé de la cruauté et de la bêtise incessantes des hommes, envoya Sekhmet pour les détruire. Elle s'était attelée à sa tâche avec enthousiasme, déchirant les gens et buvant leur sang. Râ fut satisfait de cette destruction jusqu'à ce que les autres dieux ne lui fassent remarquer que, s'il voulait donner une leçon aux gens, il devrait arrêter la destruction avant qu'il n'y ait plus personne pour en tirer une leçon. Râ ordonna alors à la déesse de la bière, Tenenet, de teindre en rouge une grande quantité de bière et la fait livrer à Dendérah, en plein sur le chemin de destruction de Sekhmet. Elle le trouve et, pensant qu'il s'agit de sang, le boit entièrement, s'endort et se réveille sous les traits de la douce et bienfaisante Hathor.

Supprimer la pub
Publicité

The Goddess Hathor
La déesse Hathor
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Selon l'égyptologue Carolyn Graves-Brown, la fête débuta au Moyen Empire (2040-1782 av. J.-C.), connut son apogée au début du Nouvel Empire (c. 1570-1069 av. J.-C.), tomba en désuétude, puis fut relancée dans l'Égypte romaine. Graves-Brown décrit la partie centrale du festival telle qu'elle est représentée sur un "porche de l'ivresse" dans le temple de Mout à Karnak : "Il semble que dans la salle de l'ivresse, les fidèles s'enivraient, dormaient, puis étaient réveillés par des joueurs de tambour pour communier avec la déesse Mout [qui était étroitement liée à Hathor]" (169). Les participants réduisaient leurs inhibitions et leurs idées préconçues grâce à l'alcool et faisaient l'expérience intime de la déesse lorsqu'ils se réveillaient au son des tambours sacrés.

Fête d'Opet: l'une des fêtes les plus importantes au cours de laquelle le roi était rajeuni par le dieu Amon à Thèbes. Observée au cours du Moyen Empire, elle gagna en popularité au Nouvel Empire d'Égypte, où elle fut célébrée pendant vingt jours au cours de la XXe dynastie. Au cours de cette fête, les prêtres lavaient et habillaient d'abord la statue d'Amon, puis la transportaient hors du temple et dans les rues de Thèbes, où les gens attendaient de voir le dieu. La statue était ensuite transportée à Louxor, à pied dans les premiers temps, puis sur une barge. Une fois arrivé au temple de Louxor, le roi entrait en présence du dieu dans le sanctuaire intérieur et en ressortait pardonné de ses péchés et rajeuni pour continuer son règne.

Comme lors des autres fêtes, l'État approvisionnait le peuple en nourriture et en boissons, distribuant du pain, des sucreries et de la bière pendant que la foule attendait son tour pour poser une question au dieu. La statue d'Amon répondait à ces questions par l'intermédiaire des prêtres qui interprétaient la réponse du dieu ou "inclinaient" la statue dans un sens ou dans l'autre pour indiquer une réponse positive ou négative.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Fête d'Hathor: organisée chaque année à Dendérah, le principal site du culte d'Hathor, cette fête célébrait la naissance de la déesse et ses nombreuses bénédictions. Elle était similaire à la fête de Tekh à bien des égards. Cette fête date de l'Ancien Empire et était l'une des plus attendues. Le culte d'Hathor était extrêmement populaire et, comme pour la fête de Neith, la célébration était très suivie partout où elle avait lieu. Comme pour la fête de Tekh, les participants étaient encouragés à abuser de l'alcool tout en chantant et en dansant en l'honneur de la déesse. Il est possible que la fête ait également comporté une composante sexuelle, à l'instar de la fête de Tekh, mais cette interprétation, bien qu'elle ne soit pas du tout incohérente ou incroyable, n'est pas universellement acceptée.

Fête de Sokar / fête de Khoiak: Sokar était un dieu agricole au début de la période dynastique en Égypte (c. 3150 - c. 2613 av. J.-C.) dont les caractéristiques furent reprises plus tard par Osiris. Dans l'Ancien Empire, la fête de Sokar fut fusionnée avec la fête solennelle de Khoiak d'Osiris qui célébrait sa mort. Cette fête, très sombre à ses débuts, s'étendit à la résurrection d'Osiris et était célébrée pendant près d'un mois au cours de la période tardive de l'Égypte ancienne (525-332 av. J.-C.). Les gens plantaient des jardins d'Osiris et des cultures pendant les célébrations qui honoraient le dieu car les plantes jaillissaient de la terre, commémorant la renaissance d'Osiris d'entre les morts. La plantation de cultures pendant le festival remonte sans aucun doute aux premiers cultes de Sokar.

Fête de Bast: cette fête, très populaire, était célébrée pour la déesse Bastet dans son centre de culte de Bubastis. Elle honorait la naissance de la déesse chatte Bastet, gardienne du foyer et protectrice des femmes, des enfants et des secrets féminins. Hérodote affirme que la fête de Bastet était la plus élaborée et la plus populaire d'Égypte. L'égyptologue Geraldine Pinch, citant Hérodote, affirme que "les femmes étaient libérées de toute contrainte lors du festival annuel de Bubastis. Elles célébraient la fête de la déesse en buvant, en dansant, en faisant de la musique et en exhibant leurs organes génitaux" (116). Ce "soulèvement des jupes" par les femmes, décrit par Hérodote, illustre la liberté par rapport aux contraintes normales souvent observées lors des festivals, mais, dans ce cas, il avait également trait à la fertilité.

Bastet
Bastet
Trustees of the British Museum (Copyright)

Hérodote estime le nombre de participants au festival à plus de sept cent mille, et bien que cela puisse être une exagération, il ne fait aucun doute que la déesse était l'une des plus populaires en Égypte parmi les deux sexes et que ce chiffre pourrait donc être exact. Le festival se déroulait autour de danses, de chants et de beuveries en l'honneur de Bastet, pour la remercier pour ces cadeaux et lui demander des faveurs à l'avenir.

Fête de Néhebkaou: Néhebkaou était le dieu qui liait le ka (l'âme) au khat (le corps) à la naissance, puis attachait le ka au ba (l'aspect voyageur de l'âme) après la mort. La fête commémorait la résurrection d'Osiris et le retour de son ka, tandis que le peuple célébrait la renaissance et le rajeunissement. Ce festival était similaire à bien des égards au festival Wepet-Renpet du Nouvel An.

Fête de Min: Min était le dieu de la fertilité, de la virilité et de la reproduction depuis la période prédynastique en Égypte (c. 6000 - c. 3150 av. J.-C.). Il est généralement représenté comme un homme debout avec un pénis en érection tenant un fléau. La fête de Min fut probablement célébrée sous une forme ou une autre dès le début de la période dynastique, mais c'est à partir du Nouvel Empire qu'elle est le mieux attestée.

Comme pour la fête d'Opet, la statue de Min était transportée hors du temple par les prêtres au cours d'une procession à laquelle participaient des chanteurs et des danseurs sacrés. Lorsqu'ils atteignaient l'endroit où se tenait le roi, celui-ci coupait cérémonieusement la première gerbe de céréales pour symboliser son lien entre les dieux, la terre et le peuple, et offrait les céréales au dieu en sacrifice. La fête honorait le roi et le dieu dans l'espoir d'un règne prospère qui apporterait la fertilité à la terre et au peuple.

Belle fête de la vallée: Semblable à bien des égards à la fête de Qingming en Chine et à la fête des morts au Mexique et ailleurs, la belle fête de la vallée honorait les âmes des défunts et permettait aux vivants et aux morts de célébrer ensemble tout en honorant Amon. Les statues d'Amon, de Mout et de Khonsou (la triade thébaine) sortaient de leurs temples pour se rendre dans les temples mortuaires et les nécropoles de l'autre côté de la rivière. Les gens rendaient visite à leurs proches sur leurs tombes et apportaient des bouquets de fleurs et des offrandes de nourriture et de boissons. L'égyptologue Lynn Meskell décrit l'objet de la célébration:

La belle fête de la vallée était un exemple clé de fête des morts, qui se déroulait entre la récolte et la crue du Nil. La barque divine d'Amon s'y rendait du temple de Karnak à la nécropole de Thèbes-Ouest. Une grande procession suivait et l'on pensait que les vivants et les morts communiaient près des tombes qui devenaient à cette occasion des maisons de la joie du cœur . (cité dans Nardo, 99-100)

Les images des défunts étaient transportées dans la procession afin que leurs âmes puissent participer aux festivités et étaient laissées dans les tombes lorsque la fête était terminée. Comme le note Meskell, "un lien était ainsi forgé entre la célébration des dieux et celle des morts dans un événement unique et global" qui ramenait le passé dans le présent et, par l'intermédiaire des dieux éternels, dans l'avenir. La belle fête de la vallée était l'une des plus populaires de l'histoire de l'Égypte et était célébrée au moins depuis le Moyen Empire.

Fête-Sed: Habituellement appelée fête de Heb-Sed, cette célébration honorait le roi et le revitalisait. Elle avait lieu tous les trente ans de règne du roi afin de s'assurer qu'il était toujours en harmonie avec la volonté des dieux et physiquement apte à gouverner l'Égypte. La fête commençait par une grande procession devant les prêtres, les nobles et le public. Le roi devait courir autour d'un espace clos (comme le complexe des temples de Saqqara) afin de prouver qu'il était en forme et, à une époque plus tardive, il tirait des flèches vers les quatre points cardinaux, symbole de son pouvoir sur le pays et de sa capacité à amener d'autres nations à se soumettre à l'influence de l'Égypte.

La fête remonte probablement à la période prédynastique sous une forme ou une autre, mais elle est certainement attestée sous le règne du roi Den (c. 2990-2940 av. J.-C.) de la première dynastie. Le nom vient de la divinité Sed, un dieu-loup primitif (parfois représenté sous la forme d'un chacal), qui était à l'origine l'un des dieux les plus importants, associé à la force du roi, à la justice et à l'équilibre (et donc lié à la déesse et au concept de ma'at). Sed fut finalement absorbé par Oupouaout et Anubis et remplacé par Osiris qui, au Nouvel Empire, avait pris la place de Sed dans le festival. Comme pour tous les grands festivals, l'État fournissait à la population de la nourriture et de la bière pendant toute la durée de la fête.

Bien qu'il ne soit censé être célébré qu'après les 30 premières années du règne du roi (et tous les trois ans par la suite), l'Heb-Sed était parfois célébré plus tôt et est souvent appelé le jubilé du roi. La durée du règne d'un roi était autrefois datée, en partie, en fonction de l'observance de l'Heb-Sed, jusqu'à ce que l'on comprenne que certains rois initiaient la fête plus tôt que les 30 ans, s'ils étaient en mauvaise santé (et avaient besoin du rajeunissement des dieux) ou pour d'autres raisons.

Les jours épagomènes: Les jours surajoutés. Il s'agit des cinq jours ajoutés à la fin de l'année afin d'aligner le calendrier égyptien de 360 jours sur l'année solaire de 365 jours. Selon le mythe, lorsque Nout tomba enceinte de son frère Geb au début du monde, cela mit Râ (Atoum) tellement en colère qu'il décréta qu'elle ne donnerait naissance à aucun jour de l'année. Thot, cependant, joua un jeu de senet avec le dieu de la lune Iah (Khonsou) dans lequel il paria, et gagna, cinq jours de lumière lunaire. Il prit ce clair de lune et créa les cinq "jours ajoutés" au cours desquels Nout pouvait accoucher.

Les épagomènes étaient les cinq jours ajoutés à la fin de l'année pour aligner le calendrier égyptien de 360 jours sur l'année solaire de 365 jours.

Le premier jour, elle donna naissance à Osiris, le deuxième à Horus l'Ancien, le troisième à Seth, le quatrième à Isis et le cinquième à Nephtys. Ces jours étaient considérés comme des périodes de transition par les Égyptiens, qui les considéraient comme favorables ou inquiétants en fonction de la divinité qui naissait un jour donné. Le troisième jour, celui de la naissance de Seth, était considéré comme particulièrement malchanceux, et Plutarque rapporte que les affaires n'étaient pas traitées le troisième jour et que les gens jeûnaient jusqu'au soir.

Les jours épagomènes n'étaient pas des fêtes, bien qu'elles aient pu être observées et que des rituels aient sans doute été célébrés dans les temples, mais elles sont tout de même comptées parmi les autres car elles formaient la transition dans le cycle de l'année entre l'ancienne et la nouvelle. Après les jours épagomènes, la fête du Wepet-Renpet était à nouveau observée et une nouvelle année commençait.

Conclusion

En plus de ces fêtes, de nombreux autres festivals étaient célébrés tout au long de l'année et étaient considérés comme tout aussi importants par les anciens Égyptiens. La fête de Neith, par exemple, réunissait toute la nation, les gens allumant des bougies et des lampes à huile la nuit pour refléter le ciel et mettre la terre en harmonie avec le royaume des dieux. La fête de Ptah, l'une des plus anciennes, honorait le dieu créateur. Un autre, l'élévation du Djed, date de la période prédynastique et constitue l'un des premiers rites observés en Égypte, qui a été associé à Osiris.

Il y en a encore d'autres puisque, comme nous l'avons vu, il y avait des célébrations nationales et locales. Selon Bunson, "ces cérémonies servaient de manifestations du divin dans l'existence humaine et, en tant que telles, tissaient un modèle de vie pour le peuple égyptien" (91). Meskell note que "les festivals religieux actualisaient les croyances; ils n'étaient pas de simples célébrations sociales" (Nardo, 99). Les fêtes ramenaient le passé dans le présent, élevaient le peuple vers le divin et, au niveau le plus simple, étaient des moments où le peuple pouvait se détendre et s'amuser. Le grand nombre de ces fêtes dans le calendrier égyptien est la preuve la plus évidente de la valeur que la culture accordait à la joie de vivre et la forme la plus courante de son expression collective.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2017, mars 17). Fêtes dans l'Égypte Ancienne [Festivals in Ancient Egypt]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1032/fetes-dans-legypte-ancienne/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Fêtes dans l'Égypte Ancienne." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 17, 2017. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1032/fetes-dans-legypte-ancienne/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Fêtes dans l'Égypte Ancienne." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 17 mars 2017. Web. 24 mai 2024.

Adhésion