Franz Schubert

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 07 juillet 2023
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, néerlandais, espagnol
Schubert by Klimt (by Gustav Klimt, Public Domain)
Schubert par Klimt
Gustav Klimt (Public Domain)

Franz Schubert (1797-1828) était un compositeur autrichien de musique romantique, surtout connu pour ses chansons, ses symphonies, sa musique pour piano et sa musique de chambre. La carrière de Schubert ne dura que 15 ans, mais il fut un compositeur prolifique. Ni chef d'orchestre ni virtuose, Schubert n'acquit une renommée internationale que bien après sa mort prématurée, à l'âge de 31 ans. Il est aujourd'hui considéré comme l'un des principaux fondateurs du mouvement musical romantique.

Jeunesse

Franz Peter Schubert vit le jour le 31 janvier 1797 à Vienne, en Autriche. Son père, Franz Theodor, originaire de Moravie, était instituteur (responsable de sa propre école) et apprit à Franz le cadet et à ses autres enfants à jouer de divers instruments de musique. La mère de Franz, Elisabeth, était originaire de Silésie et gagnait sa vie comme domestique. La famille jouait en quatuor à cordes, Franz jouant de l'alto (bien qu'il ait également appris à jouer du violon et du piano et qu'il ait chanté comme soprano dans la chorale locale). Le professeur d'orgue de Franz, Michael Holzer, remarqua un jour : "Si je voulais lui apprendre quelque chose de nouveau, il le savait déjà. C'est pourquoi je ne lui donnais pas de cours proprement dit, je me contentais de lui parler et de l'observer avec un étonnement silencieux" (Schonberg, 125).

Supprimer la pub
Advertisement

En 1808, Franz montra suffisamment de talent pour obtenir une bourse d'études au séminaire de l'Imperial College, le Stadtkonvikt. Il y étudia avec le célèbre compositeur Antonio Salieri (1750-1825). Encore adolescent, Franz commença ses premières compositions: plusieurs chansons (dont Hagars Klage) et une série de quatuors à cordes. Il quitta l'école à 16 ans et entra à l'école normale impériale de Vienne. Un an plus tard, son premier emploi consista à enseigner la musique dans la même école que son père. Franz ne quitta le domicile familial qu'à la fin de l'année 1816.

Caractère

L'historien de la musique C. Schonberg donne le résumé suivant de l'apparence physique et du caractère de Schubert:

Supprimer la pub
Advertisement

C'était une poupée Kewpie: minuscule (environ 1,55 m), assez trapu pour être surnommé "Schwammerl" (dodu), avec des cheveux bruns bouclés, un nez court et arrondi, un visage rond et un menton à fossettes. Il avait une mauvaise vue et portait toujours des lunettes. En général, il était de bonne humeur et se laissait facilement convaincre de jouer et d'improviser des valses au piano lors des fêtes. Parfois, cependant, il était d'humeur changeante et irascible, surtout pendant sa maladie. (128)

Western Classical Music, c. 1700-1950
Musique classique occidentale, vers 1700-1950
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Schonberg poursuit en décrivant la routine d'écriture de Schubert:

De 9 heures du matin (à moins qu'il ne souffre d'une gueule de bois) à 2 heures de l'après-midi, il composait. Ensuite, il était en ville. À moins d'être invité à dîner ou à une fête, il fréquentait les cafés... Il y restait jusqu'à minuit, fumant, buvant du café et du vin, lisant les journaux, faisant la cour à son entourage.

(ibid)

Schubert profita du nombre croissant de personnes de la classe moyenne qui organisaient des soirées musicales privées à leur domicile.

Le cercle d'amis et les Schubertiaden

En 1814, Schubert tomba amoureux de la chanteuse Thérèse Grob, mais cet amour n'était pas réciproque. La soprano avait participé à la messe festive de Schubert pour l'église de Lichtental. En 1816, sa candidature à un poste d'enseignant à Laibach (l'actuelle Ljubljana) fut à nouveau rejetée et il décida de se consacrer à la composition. Schubert quitta la maison familiale et s'installa au cœur de Vienne, où il se lia d'amitié avec Franz von Schober. Schober aimait la belle vie et était une distraction constante pour Schubert, même si parfois peu fructueuse. Comme Schober le dit un jour, "si vous allez le voir pendant la journée, il vous dit 'Bonjour, comment allez-vous ? - Bien' et se remet à travailler, après quoi vous partez" (Wade-Matthews, 338).

En 1818, Schubert passa cinq mois dans la propriété (aujourd'hui en Slovaquie) du Hongrois Johann Karl, comte Esterházy de Galánta, où il enseigna le piano à ses filles. Ce furent peut-être les jours les plus heureux de Schubert, car il écrivit à un ami : "Je vis et compose comme un dieu" (Wade-Matthews, 340). Il était bien payé et ne semblait pas s'inquiéter de devoir partager les quartiers des domestiques, notant dans une lettre à son domicile que "jusqu'à présent, je n'ai pas eu à dîner avec la famille" (Steen, 224). Il badinait également avec la femme de chambre.

Supprimer la pub
Advertisement

En 1819 (et à nouveau en 1825), Schubert s'associa au baryton Johann Michael Vogl (1768-1840) pour passer les mois d'été à Steyr, en Haute-Autriche, où il se promenait dans les forêts et admirait la vue sur les montagnes. C'est là qu'il composa son célèbre quintet pour piano " La Truite", une œuvre commandée par un ingénieur des mines local. Le quintet s'inspirait d'une chanson antérieure du compositeur, également intitulée Die Forelle. L'historien de la musique John Reed décrit La Truite en ces termes :

...la première œuvre instrumentale que l'on peut qualifier de tout à fait schubertienne dans son esprit et dans son idiome. Elle avait été clairement inspirée par la beauté de la campagne styrienne, une œuvre pleine d'esprit et de rythmes dansants, mais qui garde en même temps en son cœur une sorte d'immobilité enchantée, de sorte que le pouls est constamment ralenti dans une danse méditative. C'est la première déclaration complète du mysticisme naturel de Schubert.

(Arnold, 1643)

De retour à Vienne, Schubert profita du nombre croissant de bourgeois qui organisaient des soirées musicales privées chez eux. Schubert devint une attraction populaire lors de ces événements. Schubert organisait également des fêtes avec ses amis proches, parmi lesquels des musiciens, des poètes, des peintres, des chanteurs et des étudiants, qui se réunissaient pour écouter sa musique. Ces réunions étaient appelées Schubertiades (soirées Schubert).

Malgré sa popularité dans ces cercles sociaux viennois, Schubert n'était pas encore connu dans le reste du monde. Vivant la vie de bohème des cafés et des fêtes, Schubert semble avoir toujours eu de l'argent grâce à sa musique, mais il le dépensait généralement dès qu'il l'obtenait. Une reconnaissance plus large eut finalement lieu en 1821, lorsqu'une de ses chansons fut jouée pour la première fois au Burgtheater de Vienne. Peu enclin à l'autopromotion, Schubert se contentait de gagner sa vie en enseignant, en publiant ses compositions et en se produisant très occasionnellement en public de manière informelle. Comme le note l'historien de la musique Jeremy Siepmann, "Schubert aurait été le cauchemar d'un publiciste. Jamais, peut-être, un grand compositeur n'a semblé plus sublimement indifférent à sa carrière ou à sa réputation". En effet, Schubert ne semble pas s'être soucié de savoir si ses œuvres étaient jouées ou non. Il vivait pour composer, comme il l'écrivit lui-même un jour à un ami : "L'État devrait me garder. Je suis venu au monde dans le seul but de composer" (Schonberg, 124). Sa musique atteignit, à titre posthume, une renommée internationale, et il fut le premier grand compositeur à y parvenir sans être ni chef d'orchestre ni interprète virtuose.

Supprimer la pub
Advertisement

Caricature of Vogl & Schubert
Caricature de Vogl & Schubert
Franz Schober (attributed) (Public Domain)

Chansons

Schubert écrivit plus de 600 chansons, "d'une variété infinie - longues et courtes, lyriques et dramatiques, simples et complexes, strophiques et composées de bout en bout" (Schonberg, 134). L'une de ses sources d'inspiration préférées pour ces chansons était la poésie de Wolfgang von Goethe (1749-1832). Le Faust de Goethe inspira Gretchen am Spinnrade (Marguerite au rouet), considéré par John Reed comme "le premier chef-d'œuvre inattaquable" (Arnold, 1641). Parmi les autres chansons de Schubert inspirées par les œuvres de Goethe, citons Heidenröslein (La rose sauvage), Der Erlkönig (Le roi des aulnes) - l'un des plus grands succès du compositeur en mars 1821, Nur wer die Sehnsucht kennt (Seul celui qui connaît la nostalgie), et Kennst du das Land (Connaissez-vous le pays où fleurissent les citronniers?). Au total, Schubert composa une soixantaine de mélodies basées sur les œuvres de Goethe. Hélas, le poète lui-même ne fut guère impressionné par ce traitement de son œuvre et renvoya un paquet de 28 chansons que l'éditeur de Schubert lui avait envoyé afin d'obtenir la permission de lui dédier la musique. Parmi les 91 poètes qui inspirèrent Schubert à écrire des chansons sur leurs mots, on peut citer Johann Mayrhofer, Friedrich von Schlegel, Matthäus von Collin et Friedrich Rückert.

La Neuvième Symphonie est souvent considérée comme la meilleure de Schubert, mais elle fut perdue jusqu'à ce que Robert Schumann ne la découvre en 1839.

L'interprète le plus fréquent des mélodies de Schubert était Johann Michael Vogl. Vogl, un baryton, était le chanteur vedette de la Cour de Vienne, et son soutien à Schubert permit de faire connaître l'œuvre du compositeur en dehors de Vienne. De nombreuses chansons de Schubert étaient populaires lorsqu'elles furent publiées, mais le compositeur vendit bêtement les droits à l'éditeur de musique Diabelli. Contrairement aux chansons, les nombreuses œuvres théâtrales de Schubert furent toutes des échecs, à l'exception peut-être de la pièce comique Die Zwillingsbrüder (Les frères jumeaux) de 1820. Les opéras de Schubert, en particulier, étaient d'un style trop germanique alors que tout le monde voulait le nouveau style italien défendu par Rossini. Un autre problème était - par nécessité ou non - les médiocres librettos qu'il avait à sa disposition.

Sonates pour piano

Schubert fut influencé par l'œuvre de Ludwig van Beethoven (1770-1827) pour ses premières sonates pour piano, mais il établit son propre style unique de devises rythmiques, de voix asymétriques, d'espace et "son utilisation de ce que l'on appelle le "rythme de phrase", dans lequel des phrases de longueur contrastée, souvent irrégulière, s'assemblent en super-phrases, qui s'assemblent ensuite les unes avec les autres" (Siepmann). Certaines de ces œuvres contiennent des passages d'une difficulté diabolique qui exigent du pianiste qu'il soit bien plus qu'un simple amateur. Une autre caractéristique des sonates pour piano est leur longueur inhabituelle, comme le résume Siepmann : "Schubert est sans doute le premier grand compositeur pour piano à faire de la durée un outil expressif et dramatique de premier plan".

Supprimer la pub
Advertisement

Franz Schubert by Rieder
Franz Schubert par Rieder
Wilhelm August Rieder (Public Domain)

Les symphonies

Schubert composa sa première symphonie en 1813 qui montre l'influence de Beethoven et de Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791). Ses deuxième et troisième symphonies furent composées en 1815. Les quatrième et cinquième symphonies continuèrent de suivre le modèle classique bien établi et furent achevées en 1816. La quatrième fut intituléeTragique par le compositeur, tandis que la cinquième montre une nette influence de Joseph Haydn (1732-1809). La sixième symphonie s'inspire de Beethoven et de l'exposition récente de Schubert aux opéras animés de Gioachino Rossini (1792-1868); elle fut achevée en 1818. La Septième Symphonie fut abandonnée sous forme d'esquisse en 1821.

La Huitième Symphonie fut intitulée Inachevée car elle ne comporte que deux mouvements au lieu des quatre habituels. Composée en 1822, la question est de savoir si Schubert avait effectivement l'intention de n'avoir que deux mouvements, s'il l'abandonna à moitié ou si les deux derniers mouvements furent tout simplement perdus (une esquisse du troisième mouvement qui a survécu semble indiquer que cette dernière circonstance est la plus probable).

La neuvième symphonie, également intitulée Grande Symphonie, fut achevée en 1828. Cette œuvre complexe fut qualifiée d'injouable par un orchestre viennois lors des répétitions en vue d'une représentation publique qui n'eut jamais lieu. Malheureusement, Schubert n'entendit jamais aucune de ses propres symphonies jouées en public, car la première à être jouée en concert fut la Sixième Symphonie, le 14 décembre 1828, quelques semaines après la mort prématurée du compositeur. La Neuvième Symphonie est souvent considérée comme la meilleure de Schubert, mais elle fut perdue jusqu'à ce que Robert Schumann (1810-1856) ne la découvre en 1839 en fouillant dans les papiers de Schubert, alors en possession de son frère Ferdinand. Schumann reconnut immédiatement la valeur de sa trouvaille et dirigea la première de la symphonie à Leipzig le 29 mars 1839.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Œuvres les plus célèbres de Schubert

Les œuvres les plus populaires de Franz Schubert sont les suivantes :

8 symphonies
11 sonates pour piano achevées
Plus de 600 chansons
Die Forelle - La Truite Quintette pour piano (1819)
La Fantaisie en ut majeur, pour piano (1822)
Die schöne Müllerin - cycle de chansons La belle meunière (1823)
Octuor en fa (1824)
Quatuor à cordes La jeune fille et la mort (1824)
Winterreise - Cycle de chants du Voyage d'hiver (1827)
Quintette à cordes en ut (1828)
Messe en mi bémol (1828)
Fantaisie en fa mineur pour duo de piano (1828)

Schubert Memorial Statue
Statue commémorative de Schubert
Gregorini Demetrio (CC BY-SA)

Mort et héritage

En 1823, on diagnostiqua chez Schubert une syphilis dont les symptômes se manifestaient par intermittence et dont il souffrirait jusqu'à la fin de sa vie. Il continua à composer, notamment un cycle de chansons, Die schöne Müllerin (La belle meunière), qui raconte un amour non partagé et se termine par la tragédie de la mort par noyade. Un autre cycle de chansons, Winterreise (Voyage d'hiver), s'inspire d'un poème de Wilhelm Müller qui raconte l'histoire d'un joueur d'orgue de Barbarie qui exerce son métier dans les rues d'hiver mais qui est ignoré de tous. Il y eut aussi la Neuvième Symphonie, la très appréciée Fantaisie pour duo de piano, bien d'autres œuvres de musique de chambre et trois dernières sonates pour piano que Schubert décrivit comme "des orages purs et simples éclatant avec des arcs-en-ciel romantiques sur des mondes assoupis" (Wade-Matthews, 342). La dernière œuvre majeure du compositeur fut une pièce pour soprano, piano et clarinette : Der Hirt auf dem Felsen (Le pâtre sur le rocher).

Franz Schubert mourut de la fièvre typhoïde à l'âge de 31 ans, le 19 novembre 1828. Il fut enterré au cimetière de Währing, à Vienne, et sa pierre tombale porte l'inscription suivante : "L'art musical a enterré ici un riche bien, mais des espoirs encore plus beaux.

Le travail de Schubert dans le domaine du chant solo avec divers accompagnements influença les compositeurs ultérieurs: L'affirmation selon laquelle Schubert aurait "inventé" le lied (chant) est difficilement soutenable, mais il ne fait aucun doute qu'il en fit une nouvelle forme d'art et qu'il en révéla tout le potentiel" (Arnold, 1641). Schubert, peut-être le premier véritable compositeur romantique, ouvrit la voie à d'autres compositeurs de musique romantique comme Felix Mendelssohn (1809-1847), Robert Schumann, Frédéric Chopin (1810-1849), Johannes Brahms (1833-1897) et Antonín Dvořák (1841-1904) en mêlant la nature, la musique et la poésie. Franz Liszt (1811-1886) dit un jour que Schubert était "le plus poétique de tous les compositeurs" (Sadie, 234). Écrivain prolifique qui avait tout juste atteint un nouveau degré de maturité, on se demande ce qu'il aurait pu accomplir s'il avait vécu plus longtemps.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Quelle est le morceau le plus célèbre de Franz Schubert ?

L'œuvre la plus célèbre de Franz Schubert est probablement sa neuvième symphonie, composée en 1828. Parmi ses autres œuvres populaires figurent la chanson Der Erlkönig (Le roi des elfes) et le quintette pour piano Die Forelle (La truite).

Schubert et Beethoven se sont-ils rencontrés ?

Schubert et Beethoven se sont rencontrés une fois, et Schubert porta le flambeau aux funérailles de Beethoven.

Franz Schubert a-t-il eu une femme ?

Franz Schubert ne s'est jamais marié.

Quelle était la maladie de Schubert ?

La syphilis fut diagnostiquée chez Franz Schubert vers 1823.

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2023, juillet 07). Franz Schubert [Franz Schubert]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22034/franz-schubert/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Franz Schubert." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juillet 07, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22034/franz-schubert/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Franz Schubert." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 07 juil. 2023. Web. 22 avril 2024.

Adhésion