Wolfgang Amadeus Mozart

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 01 juin 2023
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, néerlandais, portugais, espagnol
Mozart by Krafft (by Barbara Krafft, Public Domain)
Mozart par Krafft
Barbara Krafft (Public Domain)

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) était un compositeur autrichien qui composa un large éventail d'œuvres, notamment des concertos pour piano, des quatuors à cordes, des symphonies, des opéras et de la musique sacrée. Considéré comme l'un des plus grands talents musicaux naturels, voire le plus grand, Mozart mourut sans le sou à l'âge de 35 ans et fut enterré dans une tombe anonyme, mais son œuvre sophistiquée, expressive et joyeuse continue de nous enchanter.

L'enfant prodige

Wolfgang Amadeus Mozart (baptisé Joannes Chrysostomus Wolfgangus Theophilus) vit le jour à Salzbourg, en Autriche, le 27 janvier 1756. Son père était Leopold Mozart (1719-1787), violoniste et compositeur, et sa mère Anna Maria Pertl, qui complétait les revenus de la famille en fabriquant de la dentelle. Wolfgang était le plus jeune des sept enfants du couple. Leopold jouait dans l'orchestre de l'archevêque de Salzbourg depuis 1743 et avait écrit un traité populaire sur le jeu du violon; il gagnait suffisamment d'argent en jouant pour vivre dans la Getreidegasse (n° 9) à Salzbourg.

Supprimer la pub
Advertisement

Wolfgang était un enfant prodige, et il étudia le clavier et la composition dès l'âge de cinq ans. La seule sœur de Wolfgang qui ait survécu à l'enfance était sa sœur aînée Maria Anna (surnommée "Nannerl", 1751-1829), qui était également une pianiste de talent. Maria Anna, en tant que femme et victime des restrictions sociales de l'époque, fut obligée d'abandonner toute idée de se produire en public. Wolfgang, quant à lui, continua à fasciner par son talent naturel, épatant le public non seulement par son jeu, mais aussi par des "coups d'éclat" tels que l'improvisation, la lecture à vue parfaite de n'importe quel morceau, le fait de jouer avec le clavier recouvert d'un tissu, et l'écriture d'une musique parfaite qu'il venait juste d'entendre pour la première fois.

La famille Mozart ne se laissa certainement pas décourager par les conditions de voyage inconfortables de l'Europe du XVIIIe siècle.

À peine âgé de six ans, Wolfgang était déjà assez doué pour impressionner l'électeur de Bavière à Munich et l'impératrice Marie-Thérèse au château de Schönbrunn à Vienne. L'année suivante, en 1763, l'audience de Wolfgang devint encore plus royale lorsqu'il se produisit à Paris pour le roi Louis XV (r. de 1715 à 1774) et pour le roi George III de Grande-Bretagne (r. de 1760 à 1820) à Londres. Fait étonnant, alors qu'il n'avait que 8 ans, Mozart publia quatre sonates pour clavier à Paris. Il travailla également à sa première symphonie et, peu après, à son premier opéra. Ce dernier, intitulé La finta semplice (La Fausse Ingénue), est un opéra comique créé à Salzbourg en mai 1769. Il s'agissait là d'un nouveau talent musical qui faisait fureur, mais le tribut à payer était lourd. Fustigé pour son talent et incapable d'acquérir les compétences personnelles nécessaires à la plupart des enfants pour se préparer à la vie adulte, Mozart n'était pas tout à fait un individu équilibré. Comme le dit son premier biographe, Friedrich Schlichtegroll:

Supprimer la pub
Advertisement

Car si cet être rare est devenu très tôt un homme en ce qui concerne son art, il est toujours resté - comme l'observateur impartial doit le dire de lui - un enfant dans presque tous les autres domaines. Il n'a jamais appris à se gouverner lui-même. Pour l'ordre domestique, pour la gestion raisonnable de l'argent, pour la modération et le choix judicieux des plaisirs, il n'avait aucun sentiment. Il avait toujours besoin d'un guide. (Schonberg, 90)

Western Classical Music, c. 1700-1950
Musique classique occidentale, vers 1700-1950
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

C. Schonberg, historien de la musique du 20e siècle donne le résumé cinglant suivant du caractère et du physique de Mozart:

En grandissant il devint un homme compliqué, avec une personnalité compliquée et un talent sans précédent pour se faire des ennemis. Il manquait de tact, s'exprimait de manière impulsive, disait exactement ce qu'il pensait des autres musiciens (il avait rarement un bon mot à dire), avait tendance à être arrogant et hautain, et ne se fit que très peu de vrais amis dans la communauté musicale. Il avait la réputation d'être écervelé et irréfléchi, capricieux, obstiné... En outre, il était loin d'être glamour sur le plan physique. Il était très petit; son visage, au teint jaunâtre, était marqué par la variole; sa tête était trop grosse pour sa petite taille. Il était myope et avait des yeux bleus plutôt globuleux, une chevelure épaisse, un grand nez et des mains grassouillettes.

(92)

Début de carrière

L'éducation musicale de Wolfgang se poursuivit en Italie à partir de décembre 1769. La famille Mozart n'était certainement pas découragée par les voyages inconfortables de l'Europe du 18e siècle, et ils firent une grande tournée qui comprenait Milan, Florence, Naples et Rome (où il reçut un titre de chevalier papal). La cour ducale de Milan, qui ne se laissa pas non plus décourager par son jeune âge, demanda à Mozart d'écrire un nouvel opéra (sérieux cette fois), ce qu'il fit avec Mitridate, ré di ponto (Mithridate, roi du Pont). L'œuvre fut jouée en décembre 1770 et connut un immense succès.

Supprimer la pub
Advertisement
Salzbourg devenait un lieu de résidence trop limité pour Mozart, maintenant qu'il avait vu les grandes capitales de l'Europe.

Certains historiens ont critiqué Léopold Mozart pour les tournées incessantes qu'il effectua avec son fils, mais compte tenu de sa propre formation musicale, il est probable qu'il n'était pas entièrement motivé par l'appât du gain. De plus, l'exposition à différentes cultures dans sa jeunesse profita grandement à la musique de Wolfgang puisque l'union de son talent naturel et de sa sensibilité à la musique des autres "lui a donné un mélange unique d'individualité et d'universalité" (Arnold, 1209). À ce stade de son développement musical, Mozart fut particulièrement influencé par la musique de Joseph Haydn (1732-1809), qu'il rencontra en personne, et celle de Jean-Sébastien Bach (1685-1750).

Mozart souhaitait travailler de façon permanente à la cour de Milan, mais cela ne se fit pas, et il retourna à Salzbourg où il fut nommé Konzertmeister de l'archevêque, chef de l'orchestre de la cour, en 1772. Ce fut le premier poste salarié de Mozart. En 1775, l'opéra de Mozart La finta giardiniera (Le Fausse Jardinière) fut créé à Munich. Désireux de voyager à nouveau, Mozart demanda la permission à son archevêque, essuya un refus, puis fut renvoyé. En route pour Paris, Mozart et sa mère s'arrêtèrent à Mannheim, en Allemagne. Là, Mozart tomba amoureux de la chanteuse soprano Aloysia Weber, mais rien ne se passa et il se dirigea vers la capitale française. Mozart avait désormais du mal à se faire remarquer à Paris, bien qu'on lui ait proposé le poste mineur d'organiste à Versailles. Il n'était plus un enfant prodige, mais un musicien comme tant d'autres qui tentait de se frayer un chemin dans le monde capricieux de la musique. Il était également un peu trop sûr de son talent, ce qui, ici comme ailleurs, s'avéra souvent un obstacle à la progression de sa carrière. Mozart composa au moins quelques nouvelles œuvres, dont la Symphonie de Paris (no 31), mais à la mort subite de sa mère, il retourna en Autriche en 1779, s'arrêtant à Mannheim où Aloysia manifesta clairement son indifférence à l'égard du musicien.

Leopold, Maria Anna, & Wolfgang Amadeus Mozart
Léopold, Maria Anna et Wolfgang Amadeus Mozart
Johann Nepomuk della Croce (Public Domain)

Jusqu'à la fin des années 1770, Mozart travailla assidûment à ses fonctions à la cour, composant toute une série de symphonies, de sérénades et de concertos. En 1780, Munich eut à nouveau beaucoup de chance lorsqu'il reçut la commande d'un nouvel opéra qui devait y être mis en scène. Mozart créa Idomeneo (Idoménée, roi de Crète) qui mêlait habilement musique et personnages forts. Considéré comme son premier grand opéra, il fut joué pour la première fois en janvier 1781. Salzbourg devenait un lieu de résidence trop limité pour le compositeur qui avait vu les grandes capitales d'Europe. Mozart n'était pas non plus satisfait du nouvel archevêque qui n'avait nullement l'intention de commander pour les services religieux les œuvres complexes qu'il souhaitait désormais composer.

Supprimer la pub
Advertisement

Mozart à Vienne

En mars 1781, Mozart quitta Salzbourg pour les horizons professionnels plus vastes qu'offrait Vienne. Dans la capitale autrichienne, il gagna sa vie en enseignant, en composant de la musique de chambre et en donnant des concerts privés aux riches, où il testait ses nouvelles compositions, souvent en les dirigeant depuis son clavier. En 1782, il composa l'opéra Die Entführung aus dem Serail (L'Enlèvement au sérail) qui fut un succès; son aria Martern aller Arten fut tout particulièrement appréciée. L'opéra ne fut pas sans détracteurs, Joseph II, empereur du Saint-Empire romain germanique (1765-1790) nota, comme beaucoup d'autres à propos des œuvres souvent complexes de Mozart, qu'il y avait "trop de notes" (Arnold, 1211).

À partir de 1782 environ, Mozart commença à composer une musique plus novatrice en termes de gamme d'instruments utilisés. Il utilisait les instruments à cordes, les cors et le hautbois, mais ajouta à ce groupe traditionnel les flûtes, les clarinettes, les altos, les bassons, les trompettes et les timbales. Mozart craignait que les gens ne copient sa musique et c'est pourquoi il n'autorisait que rarement la diffusion de ses œuvres sous forme imprimée. Mozart lui-même tenait des catalogues détaillés de ses compositions. Pourtant, la vie à Vienne pour un musicien indépendant était difficile.

Le 4 août 1782, Mozart épousa Constanze Weber (1762-1842), chanteuse amateur et sœur cadette d'Aloysia. Mozart la décrivit de manière peu flatteuse : "Elle n'est pas laide, mais elle n'est pas belle... Elle n'a pas d'esprit, mais elle a assez de bon sens" (Schonberg, 97). Le père de Mozart n'approuva pas un choix aussi modeste, mais il ne put rien y faire. Le couple eut six enfants, mais seuls deux survécurent à l'enfance: Karl Thomas Maria (1784-1858) et Franz Xaver Wolfgang (1791-1844), qui devint musicien et compositeur comme son père. Le mariage de Wolfgang et Constanze semble avoir été heureux, et la stabilité qu'il apporta, ainsi qu'une nouvelle vie loin de Salzbourg, firent beaucoup de bien au compositeur. Comme le note Schonberg, "1781 marque la période de maturité de Mozart, et pratiquement toutes les œuvres qui suivent sont des chefs-d'œuvre" (99).

Supprimer la pub
Advertisement

Mozart's Piano
Le piano de Mozart
VitVit (CC BY-SA)

Les grands opéras

Mozart avait toujours eu l'ambition d'exceller dans le domaine de l'opéra. En 1786, il acheva son opéra Le nozze di Figaro (Le mariage de Figaro), qui s'inspirait de la pièce de théâtre La folle journée, ou le mariage de Figaro de Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais. Cette pièce, célèbre pour ses attaques comiques contre la morale aristocratique, avait été interdite à Vienne. Le librettiste de Mozart était Lorenzo Da Ponte (1749-1838), le poète de la cour de Vienne. L'histoire, racontée en quatre actes, voit Figaro se préparer à épouser Susanna, qui est convoitée par un comte, tandis que Figaro doit en même temps s'extraire d'une promesse d'épouser une autre femme (Marcellina) s'il ne s'acquitte pas d'une dette. Il y a des malentendus grotesques, des identités révélées et un peu de travestissement, mais qui se termine par une fin heureuse pour tous les protagonistes.

L'opéra de Mozart fut considéré comme un chef-d'œuvre, mais il ne fut pas bien accueilli par les Viennois lors de sa création le 1er mai 1786, la réaction ayant peut-être été influencée par les rivaux musicaux de Mozart, au premier rang desquels Antonio Salieri, le compositeur de la cour. L'opéra fut beaucoup mieux accueilli à Prague en 1787, ce qui encouragea Mozart à poursuivre dans ce genre. Pour Don Giovanni (Don Juan) et Cosi fan tutte (L'École des amants) (1790), Lorenzo Da Ponte fut à nouveau responsable des livrets. Don Giovanni, qui raconte l'histoire légendaire de l'homme à femmes apparemment irrésistible mais malheureux, mieux connu sous le nom de Don Juan, fut un succès à Prague, où il fut créé le 29 octobre 1787, mais n'enthousiasma pas les mélomanes viennois qui, une fois de plus, qualifièrent la musique de Mozart de "trop avancée" et de "difficile" (Arnold, 1212).

Cosi fan tutte raconte l'histoire, en deux actes, de deux soldats, Ferrando et Guglielmo, qui font le pari avec Don Alfonso que leurs amantes respectives (Fiordiligi et Dorabella) resteront fidèles alors qu'ils quittent Naples pour un temps en service actif. Les deux officiers partent puis reviennent déguisés pour courtiser la maitresse de l'autre, le tout avec la participation de la servante Despina qui devient avocate et arrange le mariage des deux couples. Les deux hommes déguisés partent avant le double mariage et reviennent en tant qu'eux-mêmes pour punir leurs amoureuses. Finalement, tout est pardonné et les couples chantent à la gloire de la Raison. Les représentations de Cosi fan tutte connurent un véritable succès à partir de janvier 1790, mais elles furent rapidement interrompues en février lorsque l'empereur mourut et que tous les opéras et salles de concert furent fermés en signe de respect.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Malgré le succès musical plus large de Mozart, il avait toujours du mal à se faire reconnaître à Vienne. Bien qu'il ait obtenu une nomination à la cour en tant que compositeur de musique de chambre en 1787, le poste n'était pas celui qu'il espérait. Le travail n'était pas assez bien rémunéré pour boucler les fins de mois, et vu qu'il était connu pour ses dîners de champagne et d'huîtres, le compositeur avait besoin d'un revenu plus important que la plupart des musiciens. La situation financière de Mozart se détériora considérablement à partir de 1788, à tel point qu'il dut fréquemment demander de l'argent à ses amis. Une fois de plus, Mozart fut obligé de chercher ailleurs un accueil plus chaleureux à ses œuvres, mais les voyages à Berlin et à Francfort n'améliorèrent pas ses finances. Sa femme dut faire une cure aux célèbres eaux de Baden-Baden, ce qui épuisa une fois de plus les ressources de Mozart. Au moins, ce temps passé dans les villes allemandes lui permit de mieux étudier les œuvres de Bach, en particulier son habileté avec les dispositifs contrapuntiques.

Malgré le manque de reconnaissance et sa santé chancelante, Mozart continua de composer des symphonies, des concertos et de la musique de danse. Il composa l'opéra La clemenza di Tito (La clémence de Titus), commandé à l'occasion du couronnement à Prague du nouvel empereur devenu roi de Bohême. La première de l'œuvre eut lieu en septembre 1791. Mozart réinterpréta également sa Messe du couronnement de 1779.

Un autre opéra vit le jour en septembre 1791: Die Zauberflöte ou La Flûte enchantée. Cet opéra en deux actes, dont le livret fut écrit par Emanuel Schikaneder, raconte l'histoire de Tamino qui croit avoir été sauvé d'un serpent par un oiseleur appelé Papageno, alors qu'il s'agit en réalité des serviteurs de la Reine de la Nuit. Tamino tombe alors amoureux de Pamina (ou plutôt d'une image de celle-ci), la fille de la Reine. Lorsque Pamina est capturée par le prêtre Sarastro, Tamino tente de la délivrer armé d'une flûte magique, mais elle est gardée par un Maure appelé Monostatos. Tamino finit par réussir, la captive et le sauveur tombent amoureux et Tamino est initié à la prêtrise par Sarastro. Pendant ce temps, Pamina doit subir plusieurs épreuves d'amour. Tout se termine bien et les dieux égyptiens Isis et Osiris sont loués dans le finale de l'opéra. L'opéra est truffé de références à la très secrète franc-maçonnerie, probablement plus que les compagnons franc-maçons du compositeur n'auraient souhaité en voir sur une scène publique (Mozart avait rejoint les francs-maçons en 1784). L'opéra fut un succès, mais la partition élaborée - débordant de "chansons entraînantes, d'arias et de duos envoûtants, de morceaux spectaculaires et de chœurs nobles" (Sadie, 190) - était une fois de plus étonnamment complexe pour un public qui recherchait avant tout un divertissement léger.

Mozart's Music for his Requiem
Musique de Mozart pour son Requiem
Unknown Artist (Public Domain)

Dernières œuvres de Mozart

Entre les opéras, Mozart composa de nombreuses œuvres de musique de chambre. "La paire de quintettes à cordes K515 et 516 de 1787, œuvres d'une richesse, d'une chaleur et d'une profondeur de sentiment nouvelles, est peut-être son plus grand succès dans le domaine de la musique de chambre (Sadie, p. 188). Parallèlement, les concertos pour piano de Mozart du milieu des années 1780 "ont forgé un nouveau type de relation entre le soliste et l'orchestre... la richesse de l'écriture pour les instruments à vent de l'orchestre contribue à donner à chaque concerto son caractère particulier" (Sadie, 189).

En 1791, Mozart fut enfin reconnu à Vienne lorsqu'il fut nommé maître de chapelle de la cathédrale Saint-Étienne de la ville (même s'il ne vécut pas assez longtemps pour occuper ce poste). La dernière œuvre majeure de Mozart, le Requiem, fut commandée par un noble viennois pour commémorer la mort de sa jeune épouse. La commande fut passée en secret, car l'acheteur voulait que tout le monde pense qu'il avait lui-même composé l'œuvre pour son amour perdu. Mozart n'eut pas le temps d'achever l'œuvre, tâche dont se chargea son élève Franz Süssmayr.

Œuvres les plus célèbres de Mozart

Les œuvres les plus célèbres de Wolfgang Amadeus Mozart sont les suivantes :

60 symphonies
24 quatuors à cordes
23 concertos pour piano
18 sonates pour piano
16 messes
5 concertos pour violon
Mithridate, roi du Pont (1770)
Messe du couronnement (1779)
Idoménée (1781)
L'Enlèvement au sérail (1782)
Les Noces de Figaro (1786)
Don Juan opéra (1787)
Cosi fan tutte (1790)
La clémence de Titus (1791)
La flûte enchantée (1791)
Requiem (1791)

En outre, Mozart composa des concertos pour instruments à vent, comme la clarinette, ainsi que de nombreuses autres pièces de musique de chambre et des œuvres sacrées.

Portrait of Mozart by Stock
Portrait de Mozart par Stock
Dora Stock (Public Domain)

Mort et héritage

Mozart mourut à Vienne le 5 décembre 1791 des suites d'une mauvaise santé, probablement une combinaison de maladie rénale et de fièvre rhumatismale. Le compositeur ne laissa pas assez d'argent pour éviter d'être enterré dans une simple tombe anonyme au cimetière Saint-Marc, et l'emplacement précis de sa dépouille est donc inconnu aujourd'hui.

La musique de Mozart influença de nombreux compositeurs ultérieurs, de Ludwig van Beethoven (1770-1827) à Gioachino Rossini (1792-1768). Ses opéras portèrent le sous-genre de l'opéra comique à de nouveaux sommets, ses concertos pour piano ouvrirent la voie aux majestueuses symphonies orchestrales à venir, et sa musique de chambre révéla de nouvelles possibilités de technique et d'expression musicales, de texture harmonique et d'élégance. Au XIXe siècle, Mozart fut souvent appelé le Raphaël de la musique, et comme ce peintre de la Renaissance, il apporta une nouvelle couleur vibrante et une joie pure à son domaine artistique. En bref, Mozart pourrait revendiquer le titre de plus grand musicien de tous les temps; ceux qui lvinrent après lui avaient un objectif à atteindre, voire à dépasser, mais rares sont ceux qui s'en approchèrent.

Le Requiem de Mozart fut joué lors du service commémoratif de Joseph Haydn en 1809. Haydn avait dit un jour au père de Mozart : "Devant Dieu, et en honnête homme, je vous dis que votre fils est le plus grand compositeur que je connaisse" (Arnold, 1209). Mozart continue d'être immensément et presque universellement populaire, sa musique franchissant les frontières culturelles et apparaissant partout, des bandes originales de films aux sonneries de téléphones portables (qui n'a pas entendu Eine Kleine Nachtmusik briser joyeusement le silence quelque part?) La meilleure explication de cette popularité durable a peut-être été donnée par le compositeur Antonín Dvořak (1841-1904), qui a tout simplement déclaré: "Mozart, est un doux rayon de soleil" (Thompson, 78).

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Pourquoi Mozart est-il connu ?

Wolfgang Amadeus Mozart est connu en tant que compositeur autrichien de tous types de musique, notamment des concertos pour piano, des opéras, des symphonies et de la musique de chambre. Enfant prodige, il est devenu l'un des plus grands musiciens naturels de tous les temps.

Quels sont les opéras les plus célèbres de Mozart ?

Les opéras les plus célèbres de Mozart sont : Les Noces de Figaro (1786), Don Giovanni (1787), Cosi fan tutte (1790) et La Flûte enchantée (1791).

Comment Mozart est-il mort ?

Mozart est décédé à l'âge de 35 ans des suites d'une mauvaise santé. La cause la plus probable de sa mort est une maladie rénale et une fièvre rhumatismale combinées à de mauvais traitements médicaux. La plupart des historiens rejettent l'hypothèse d'un empoisonnement.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2023, juin 01). Wolfgang Amadeus Mozart [Wolfgang Amadeus Mozart]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-21926/wolfgang-amadeus-mozart/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Wolfgang Amadeus Mozart." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 01, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-21926/wolfgang-amadeus-mozart/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Wolfgang Amadeus Mozart." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 01 juin 2023. Web. 14 avril 2024.

Adhésion