Piotr Ilitch Tchaïkovski

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 14 juin 2023
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, néerlandais
Tchaikovsky by Kuznetsov (by Nikolai Dmitriyevich Kuznetsov, Public Domain)
Tchaïkovski par Kuznetsov
Nikolai Dmitriyevich Kuznetsov (Public Domain)

Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893) était un compositeur russe célèbre pour ses symphonies, les ballets Le Lac des cygnes, La Belle au bois dormant et Casse-Noisette, ainsi que les opéras Eugène Onéguine et La Dame de pique. Compositeur d'une musique novatrice et typiquement russe, dotée d'un grand sens de la mélodie, l'œuvre de Tchaïkovski reste l'une des plus populaires de tous les grands compositeurs.

Jeunesse

Piotr Ilitch Tchaïkovski vit le jour à Kamsko-Votkinsk, près des montagnes de l'Oural, dans l'ouest de la Russie, le 7 mai 1840. Son père, Ilia Petrovitch Tchaïkovski, était un ingénieur des mines qui dirigeait l'usine sidérurgique locale. La famille s'installa à Saint-Pétersbourg en 1850. Piotr Ilitch était inscrit dans un collège pour se former à la fonction publique, mais il prenait des cours de piano privés. Il avait un frère aîné, Nicolas, une sœur cadette, Sacha, et, en 1850, deux frères cadets, les jumeaux Anatoli et Modeste.

Supprimer la pub
Advertisement

En 1854, la mère de Pyotr Ilyich mourut du choléra. Diplômé en 1859 de l'école de jurisprudence, Tchaïkovski entra dans la fonction publique comme commis au ministère de la Justice, mais ne se contenta pas de cela. En 1862, il entra au Conservatoire de Saint-Pétersbourg, qui venait d'ouvrir ses portes, où il étudia la composition avec Anton Rubinstein (1829-1894). Quatre ans plus tard, il obtint son diplôme et devint professeur d'harmonie au Conservatoire de Moscou. Là encore, ce conservatoire était tout nouveau et Tchaïkovski obtint le poste grâce au patronage du frère d'Anton, Nikolaï Rubinstein (1835-1881), le célèbre pianiste et compositeur. Tchaïkovski occupa son poste d'enseignant jusqu'en 1878, période pendant laquelle il écrivit plusieurs manuels d'harmonie. Après 1878, Tchaïkovski se consacra à la composition.

La carrière de compositeur de Tchaïkovski débuta par l'exécution publique d'une ouverture en mars 1866. Cette pièce faisait partie de la partition de la pièce Groza (La tempête) d'Ostrovski. En 1868, sa première symphonie, intitulée Rêves d'hiver, fut jouée sous la direction de Rubinstein (Tchaïkovski la composa en 1866 et la révisa en 1874). En février 1869, le premier opéra de Tchaïkovski, Le Voïévode, fut représenté au théâtre Bolchoï de Moscou. Le succès ne fut pas au rendez-vous - Tchaïkovski détruisit même la partition -, pas plus que son deuxième opéra, L'Oprichnik (Le gardien de la vie). Le poème symphonique de 1869, Roméo et Juliette, basé sur la pièce de William Shakespeare, lui, fut un succès. Tchaïkovski, comme il le faisait si souvent pour ses œuvres, révisa Roméo et Juliette en 1870, puis en 1880.

Supprimer la pub
Advertisement
Tchaïkovski mélangea habilement la musique symphonique occidentale avec les idiomes du folklore et de la musique russes.

Œuvre de maturité

En mai 1872, Tchaïkovski écrivit sa deuxième symphonie, connue sous le nom de Petite Russie. Comme sa première symphonie, elle utilisait des airs folkloriques, cette fois-ci non pas de Russie mais d'Ukraine. Tchaïkovski composa cette symphonie lors d'un séjour dans la propriété du mari de sa sœur, près de Kamenka, en Ukraine. La symphonie fut acclamée lors de sa création en 1873. À cette époque, Tchaïkovski travaillait également comme critique musical pour le journal Russkiye vedomosti. En 1874, il écrivit son premier concerto pour piano, qui fut joué avec succès à Boston en 1875, sous la direction de Hans von Bülow.

Tchaikovsky in 1863
Tchaïkovski en 1863
Unknown Artist (Public Domain)

Tchaïkovski admirait beaucoup la musique qui avait été composée avant lui, notamment l'œuvre de Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791). Tchaïkovski s'intéressait particulièrement à l'opéra et voyagea à travers l'Europe pour voir des œuvres telles que L'Anneau du Nibelung de Richard Wagner (1813-1883) et Carmen de Georges Bizet (1838-1875). Il admirait également les ballets de Léo Delibes (1836-1891), qui accordait aux partitions des ballets une importance beaucoup plus grande qu'auparavant. De retour en Russie, Tchaïkovski composa le poème symphonique Francesca da Rimini, basé sur un épisode de la Divine Comédie de Dante Alighieri (1265-1321), et les Variations sur un thème rococo pour violoncelle et orchestre en 1876. En 1878, il acheva son Concerto pour violon, écrit en Suisse.

Supprimer la pub
Advertisement

Pour la première représentation de son exaltante Ouverture 1812 (1880), inspirée par la victoire russe sur l'armée napoléonienne lors de la retraite de Moscou, Tchaïkovski fit un usage novateur des cloches. Dans le final de l'œuvre, les cloches de la cathédrale Uspensky furent utilisées (la demande du compositeur d'utiliser simultanément les autres cloches des églises de Moscou avait été rejetée). La popularité de l'œuvre ne s'est jamais démentie, même si Tchaïkovski la qualifia de "forte et bruyante... et probablement sans valeur artistique" (Thompson, 135). Au milieu des années 1880, Tchaïkovski était un héros national. En 1888, il écrivit sa cinquième symphonie. En 1891, le compositeur effectua une tournée réussie aux États-Unis. Les symphonies, les ballets et les opéras de Tchaïkovski lui ont assuré une place au panthéon des grands compositeurs.

Caractère et relations

Tchaïkovski était "un personnage lunatique et mélancolique, sujet à des crises de dépression, mais aussi à un optimisme exacerbé" (Thompson, 132). Il était nerveux, timide et quelque peu hypocondriaque. Il était homosexuel et eut plusieurs liaisons avec des jeunes hommes, mais la société dans laquelle il vivait l'obligea à garder le secret. Il se fiança (ou du moins écrivit à son père qu'il se fiançait) avec la chanteuse Désirée Artôt, mais la famille de celle-ci ne l'approuvait pas, et la relation, quelle qu'elle fût, se termina brutalement.

Iosif Kotek and Pyotr Ilyich Tchaikovsky
Iosif Kotek et Pyotr Ilitch Tchaïkovski
Unknown Artist (Public Domain)

Peut-être dans une autre réaction malencontreuse à sa vie secrète et à la recherche d'une sorte de "respectabilité" pour apaiser les rumeurs indésirables (le compositeur l'admet dans une lettre privée), en juillet 1877, le compositeur épousa Antonina Ivanovna Miliukova. Cette étudiante en musique s'enticha de Tchaïkovski et menaça même de se suicider s'il continuait à la rejeter. La combinaison des problèmes de santé mentale d'Antonina (elle fut internée dans un asile en 1896) et de l'homosexualité de Tchaïkovski signifiait inévitablement que le mariage était voué à l'échec. Tchaïkovski regretta son moment de folie et décrivit même sa femme comme "absolument répugnante" (Arnold, 1807). Ils se séparèrent au bout de quelques semaines, le compositeur lui versant une somme forfaitaire puis une allocation régulière.

Supprimer la pub
Advertisement

Tchaïkovski lutta contre sa sexualité avant et après le mariage et fit plusieurs tentatives de suicide, notamment immédiatement après sa séparation d'avec Antonina, lorsqu'il tenta de se noyer dans les eaux glaciales de la Moskova. Le fait que Tchaïkovski ait écrit sur la partition de sa quatrième symphonie qu'il venait d'achever: "En cas de décès, remettre à Madame von Meck" indique que la tentative était réelle. (Steen, 676).

Tchaïkovski était préoccupé avec l'idée de destin, un thème présent dans ses deux opéras, Eugène Onéguine et, plus tard, La Dame de pique.

Vers 1873, Tchaïkovski entama une relation étrange avec Nadezhda von Meck. Veuve d'un magnat des chemins de fer, elle était immensément riche. Comme elle adorait sa musique, elle donna de l'argent à Tchaïkovski ainsi que des commandes lucratives, mais elle posa comme condition à cette aide qu'ils ne se rencontrent jamais, même lorsque le compositeur séjournait dans la vaste propriété de la veuve à Brailov, en Ukraine, et qu'elle y résidait également. Ils se rencontrèrent involontairement quelques fois lors de concerts et une fois par hasard au cours d'une promenade, mais ils ne s'adressèrent jamais la parole à ces occasions. Ils correspondaient fréquemment et leurs lettres nous donnent un aperçu précieux de la façon dont Tchaïkovski travaillait. La quatrième symphonie du compositeur est dédiée à Madame von Meck. Cette étrange relation entre l'artiste et le millionnaire perdura jusqu'en 1890.

Après l'échec de son mariage en 1877, Tchaïkovski poursuivit ses relations avec des hommes plus jeunes, notamment le violoniste Iosif Kotek, protégé de Madame von Meck. Sur le plan professionnel, Tchaïkovski semblait désormais préoccupé par l'idée du destin, un thème que l'on retrouve dans ses deux opéras, Eugène Onéguine et, plus tard, La Dame de pique. De plus en plus mélancolique dans sa vision de la vie, le compositeur déclara un jour qu'il était devenu préoccupé par "le regret du passé et l'espoir de l'avenir, sans jamais être satisfait du présent" (Arnold, 1805). Grâce aux fonds de von Meck, le compositeur vécut à partir de 1878 à Maidanovo (où il soutint financièrement l'école locale), à environ 96 kilomètres de Moscou, puis à Frolovskoe et enfin, à partir de 1884, dans une grande maison de campagne (datcha) à Klin, non loin de là. La rupture soudaine de sa relation épistolaire avec von Meck en 1890 déprima le compositeur. Ce qu'il ne savait pas c'était que von Meck craignait la faillite et était devenue mentalement instable. Tchaïkovski ne dépendait plus de sa générosité, mais il fit remarquer dans une lettre que c'était la perte de son intérêt pour sa musique qui le blessait le plus.

Supprimer la pub
Advertisement

Western Classical Music, c. 1700-1950
Musique classique occidentale, vers 1700-1950
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

La tristesse de Tchaïkovski s'exprima dans sa sixième symphonie, également intitulée "Pathétique"(Pateticheskaya), dont la première eut lieu en octobre 1893 à Saint-Pétersbourg, sous la direction de Tchaïkovski. Malgré la tristesse, Tchaïkovski parla de l'œuvre dans une lettre où il écrivit : "[Je suis] si fier, si heureux de savoir que j'ai vraiment écrit quelque chose de bien" (Sadie, 307). La symphonie, la dernière grande œuvre du compositeur, était innovante grâce à la signature temporelle 5/4 commune à la musique folklorique russe dans le deuxième mouvement, à la marche entraînante du troisième mouvement et au final avec sa douce fin adagio, alors que toutes les autres symphonies composées auparavant se terminaient par un allegro explosif. La signification de la sixième symphonie est intentionnellement obscure car le compositeur écrivit dans une lettre: "un programme qui restera une énigme pour tout le monde. Laissons-les se creuser la tête" (Schonberg, 426). Et c'est ce qu'ils ont fait, avec des théories sur le message de l'œuvre allant de la tragédie d'un homosexuel refoulé au propre requiem du compositeur.

Style musical

Tchaïkovski fut influencé par les symphonies de Felix Mendelssohn (1809-1847) et il décrivit un jour l'effet que la musique de Mozart avait sur lui : "Elle me captive, m'enchante et me réchauffe" (Arnold, 1806). Comme tous les compositeurs russes de l'époque, Tchaïkovski admirait l'œuvre de son compatriote Mikhaïl Glinka (1804-1857). Mais le style et les innovations de Tchaïkovski lui étaient entièrement propres.

Tchaïkovski mêlait habilement la musique symphonique occidentale aux idiomes du folklore et de la musique russes. Il expliqua : "En ce qui concerne l'élément russe dans ma musique, c'est parce que j'ai grandi dans les provinces, imprégné dès ma plus tendre enfance de la beauté indescriptible des traits caractéristiques de la musique folklorique russe" (Thompson, 132). On peut entendre des thèmes folkloriques, par exemple, dans le Concerto pour violon de Tchaïkovski, mais aussi, comme nous l'avons vu, dans des endroits inhabituels comme ses symphonies.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

L'historien de la musique C. Schonberg est d'avis que le plus grand attribut de Tchaïkovski et son trait distinctif par rapport à ses contemporains était son sens de la mélodie:

C'est cette mélodie qui allait le rendre célèbre, d'abord en Russie, puis dans le monde entier. Il s'agissait d'une mélodie typiquement russe, langoureuse, introspective, souvent modale, empreinte de névrose, aussi émouvante qu'un cri lancé d'une fenêtre par une nuit sombre. La musique était à l'image de l'homme. (414)

Tchaïkovski chercha peut-être l'inspiration littéraire à l'étranger pour ses ballets, mais pour ses grands opéras, il se tourna vers son pays et l'œuvre du grand poète russe Alexandre Pouchkine (1799-1837). Pour ses productions scéniques, comme pour ses autres compositions, Tchaïkovski employait "un style qui ne devait pas grand-chose à un autre compositeur" (Schonberg, 424).

Ballets

Le Lac des cygnes

Le Lac des cygnes (Lebedinoya ozero), ballet en quatre actes de Tchaïkovski, fut présenté pour la première fois en 1877 au Ballet impérial de Moscou. Le livret était de V. Begichev et V. Helster, et la chorégraphie de Reisinger. Étonnamment, compte tenu de son statut actuel, la première production du Lac des cygnes fut un échec. Les costumes avaient été cannibalisés à partir d'autres productions, la chorégraphie était médiocre et l'orchestre ne connaîssait pas suffisamment la partition. Tchaïkovski n'assisterait jamais à une autre production de son ballet qui ne deviendrait l'un des standards du genre qu'après sa mort.

La Belle au bois dormant

En 1889, Tchaïkovski acheva son deuxième grand ballet, La Belle au bois dormant (Spyashchaya krasavitsa). La première eut lieu au théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg. Le ballet se compose d'un prologue et de trois actes. Le livret de Marius Petipa et Ivan Vsevolozhsky était basé sur La belle au bois dormant de Charles Perrault (1628-1703). Petipa en assura également la chorégraphie. Le ballet fut créé en 1890 à Saint-Pétersbourg. Ce fut un succès, même si le commentaire plutôt fade du tsar, qui déclara qu'il était "très beau", laissa le compositeur sur sa faim. Le dernier acte du ballet est devenu si populaire qu'il est souvent joué seul sous le titre Les noces d'Aurore.

Bolshoi Theatre, 1883
Théâtre Bolchoï, 1883
Найденов Н. А. (Public Domain)

Casse-Noisette

Le troisième grand ballet de Tchaïkovski fut Casse-Noisette (Shchelkunchik), créé en 1891. Il se compose de deux actes et de trois scènes. Le livret de Petipa est basé sur une adaptation de Der Nussknacker und der Maüsekönig (Casse-Noisette et le roi des souris) d'Alexandre Dumas père (1802-1870). La chorégraphie originale est d'Ivanov. Le ballet fut à nouveau créé au théâtre Mariinsky en 1892. La musique était particulièrement populaire et comportait plusieurs éléments inhabituels. Par exemple, le compositeur utilisa un célesta (un hybride de piano-glockenspiel) pour représenter la fée Dragée. Tchaïkovski adapta la partition en une suite orchestrale en 1892.

Opéras

Eugène Onéguine

L'opéra en trois actes Eugène Onéguine (Yevgény Onégin) de Tchaïkovski est basé sur le roman en vers du même nom écrit par Pouchkine en 1831. Le compositeur donna à l'opéra le sous-titre Scènes lyriques d'après Pouchkine. Le livret est de Tchaïkovski et de Konstantin Chilovski. L'histoire, qui a pour cadre la vie rurale russe du début du XIXe siècle, raconte l'histoire d'Onéguine, qui ne se rend pas compte de la valeur de l'amour que lui porte la jeune fille Tatiana. Onéguine réussit à s'impliquer dans un duel aux conséquences fatales. Il quitte ensuite Saint-Pétersbourg, mais revient six ans plus tard lorsqu'il voit Tatiana à un bal. Onéguine se rend compte qu'il aime Tatiana, mais celle-ci a entre-temps épousé le prince Gremin, auquel elle reste fidèle. Onéguine doit quitter la scène avec ses rêves inassouvis. Exemple saisissant de l'imitation de la vie par la fiction (ou vice-versa), l'opéra fut écrit exactement au moment où le compositeur entretenait sa propre relation de type Onéguine-Tatyana avec Antonina Miliukova.

L'opéra était novateur car Tchaïkovski, influencé par Carmen de Bizet, cherchait à dépeindre "des sensations universelles simples et ordinaires, loin de la haute tragédie et de la théâtralité" (Sadie, 306). L'opéra fut joué pour la première fois en privé au théâtre Maly de Moscou en mars 1879, puis en public au théâtre Bolchoï le 23 janvier 1881. Eugène Onéguine est aujourd'hui l'un des opéras les plus populaires de tout le répertoire du genre.

Home of Tchaikovsky in Klin
Maison de Tchaïkovski à Klin
Stoljaroff (Public Domain)

La Dame de Pique

La Dame de pique (Pikovaya dama) est un opéra en trois actes, dont le livret est de Tchaïkovski et de son frère cadet Modeste Tchaïkovski (1850-1916), d'après une histoire de Pouchkine datant de 1834. L'intrigue, peu réjouissante, voit le jeune officier Hermann tomber amoureux de Lisa, la petite-fille d'une comtesse. La vieille comtesse était autrefois connue pour son passé de joueuse (d'où son surnom de "Reine de Pique"), et on dit qu'elle possède le secret qui permet de toujours gagner aux cartes. Intrigué, Hermann tente d'obtenir le secret de la comtesse, mais, surprise dans sa chambre, elle meurt. Le fantôme de la comtesse apparaît et révèle à Hermann son secret de jeu. Hermann devient alors obsédé par les jeux de cartes et néglige Lisa, qui se noie de désespoir. Il s'avère que la comtesse a piégé Herman qui perd tout aux cartes, devient fou et se tue. L'opéra fut créé en décembre 1890 au théâtre Mariinsky.

Œuvres les plus célèbres de Tchaïkovski

Les œuvres les plus célèbres de Piotr Illych Tchaïkovski, dont les dates de création sont indiquées entre parenthèses, sont les suivantes :

6 symphonies
Roméo et Juliette, poème symphonique (1869)
Concerto pour piano n° 1 (1874)
Francesca da Rimini, poème symphonique (1876)
Lac des cygnes, ballet (1877)
Concerto pour violon (1878)
Eugène Onéguine, opéra (1879)
Ouverture 1812 (1880)
Manfred Symphonie, œuvre orchestrale (1885)
La Belle au bois dormant, ballet (1890)
La Dame de Pique, opéra (1890)
Casse-Noisette, ballet (1892)

Si l'œuvre de Tchaïkovski a souvent été présentée dans les grands théâtres et salles de concert d'Europe et des États-Unis de son vivant, certaines de ses musiques n'ont pas toujours fait l'unanimité. Comme nous l'avons vu, ses ballets eurent du mal à conquérir leur premier public. Les opéras Orleanskaya deva (La Pucelle d'Orléans, 1881) et Charodeyka (La Sorcière, 1887), comme ses deux premiers opéras, ne furent pas du tout populaires. En outre, Mily Balakirev (1837-1910), l'un des soutiens du compositeur, critiqua violemment l'œuvre de Tchaïkovski. Même son mentor Nikolay Rubinstein rejeta le premier concerto pour piano de Tchaïkovski, qu'il jugea " sans valeur et injouable " (Thompson, p. 133). Certains critiques considéraient que les symphonies faisaient trop appel à la mélodie et pas assez à la forme.

Grave of Tchaikovsky, St. Petersburg
Tombe de Tchaïkovski, Saint-Pétersbourg
Pierre André (CC BY-SA)

Néanmoins, Tchaïkovski reste extrêmement populaire auprès du public. Ses ballets restent au cœur du répertoire mondial. Tchaïkovski joua également un rôle important dans le développement de la musique et "pour ses innovations dans les domaines de la symphonie, de l'opéra et du ballet, qu'il a portés à un niveau entièrement nouveau" (Sadie, 304).

Mystère de la mort de Tchaïkovski

Piotr Ilitch Tchaïkovski mourut à Saint-Pétersbourg le 28 octobre 1893. Quelques semaines seulement après l'achèvement de sa Sixième Symphonie. La cause exacte de sa mort n'est pas connue. Le compositeur aurait peut-être succombé au choléra, contracté en buvant de l'eau contaminée, ou se serait peut-être même suicidé en absorbant de l'arsenic ou en buvant délibérément de l'eau impropre à la consommation. La solution de l'arsenic semble la plus probable puisque le cadavre et l'appartement de Tchaïkovski ne furent pas mis en quarantaine par les autorités, ce qui aurait été le cas dans un cas de choléra. Le suicide aurait pu être motivé par la menace d'une révélation publique de la relation du compositeur avec un autre homme public, peut-être même un membre de la famille impériale, mais cette théorie n'est guère étayée par les spécialistes de la Russie. Comme pour d'autres décès prématurés de grands artistes, les spéculations sur les causes de la disparition de Tchaïkovski reflètent peut-être la profonde admiration pour l'héritage artistique qu'il a laissé à la postérité. Le héros national eut droit à des funérailles nationales à Saint-Pétersbourg et fut enterré au cimetière Alexandre Nevski de la ville.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Pour quoi Piotr Ilitch Tchaïkovski était-il connu ?

Piotr Ilitch Tchaïkovski est connu pour avoir composé des ballets comme Le Lac des cygnes, Casse-Noisette et La Belle au bois dormant, ainsi que des opéras comme Eugène Onéguine et La Dame de pique. Il a également composé des symphonies et d'autres formes de musique classique.

Quelle est la pièce la plus célèbre de Tchaïkovski ?

Les pièces les plus célèbres de Tchaïkovski sont l'ouverture de 1812 et la valse des fleurs du ballet Casse-Noisette.

Tchaïkovski était-il russe ou ukrainien ?

Tchaïkovski était un compositeur russe. Il est né à Kamsko-Votkinsk, Vyatka, en Russie.

Quel âge avait Tchaïkovski à sa mort ?

Tchaïkovski avait 53 ans lorsqu'il mourut à Saint-Pétersbourg le 28 octobre 1893.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2023, juin 14). Piotr Ilitch Tchaïkovski [Pyotr Ilyich Tchaikovsky]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-21981/piotr-ilitch-tchaikovski/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Piotr Ilitch Tchaïkovski." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 14, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-21981/piotr-ilitch-tchaikovski/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Piotr Ilitch Tchaïkovski." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 14 juin 2023. Web. 20 avril 2024.

Adhésion