Johannes Brahms

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$3411 / $18000

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 17 mai 2023
Disponible dans ces autres langues: anglais, néerlandais
X
Photograph of Johannes Brahms (by Unknown Artist, Public Domain)
Photographie de Johannes Brahms
Unknown Artist (Public Domain)

Johannes Brahms (1833-1897) était un compositeur allemand de musique romantique surtout connu pour ses symphonies, ses mélodies pour voix et sa musique orchestrale, sa musique de chambre et ses compositions pour piano. Remarquable étudiant de l'histoire de la musique, Brahms était convaincu que ce n'était qu'en travaillant dans le cadre des paramètres établis de son art que sa propre musique pourrait avoir du mérite et de la longévité. En cela, il avait raison puisqu'il reste aujourd'hui l'un des compositeurs les plus joués de tous les grands compositeurs.

Jeunesse

Johannes Brahms vit le jour à Hambourg le 7 mai 1833. Son père, Johann Jakob Brahms, gagnait sa vie en jouant de la contrebasse, d'abord dans de modestes orchestres de théâtre, puis comme membre de l'orchestre philharmonique de Hambourg. Sa mère, Christiane Nissen, gagnait sa vie comme couturière et avait 17 ans de plus que son père, dont elle avait été la gouvernante. Brahms était le cadet d'une famille de trois enfants.

Supprimer la pub
Publicité

Brahms se mit très tôt au piano; il étudia dès l'âge de sept ans et étudia la composition dès l'âge de 12 ans. À l'âge de 15 ans, Brahms donna son premier récital de piano en public. L'un de ses premiers professeurs fut Otto Cossel, puis Edward Marxsen (1806-1887). Ce dernier fut tellement impressionné par le talent de Brahms qu'il lui donna des cours gratuits et l'encouragea à étudier la musique classique ancienne, en particulier les œuvres de Johann Sebastian Bach (1685-1750). Brahms dédierait plus tard son Concerto pour piano en si bémol à Marxsen. Ne pouvant pas toujours fréquenter l'école peut-être pas en raison des difficultés financières de ses parents, Brahms contribuait aux revenus de la famille en jouant du piano dans les tavernes.

Percée

En 1853, Brahms s'associa au violoniste hongrois Ede Reményi (1830-1898) pour effectuer une tournée en Allemagne et donner des concerts dans différentes villes. C'est cette année-là que Brahms publia la première de ses nombreuses chansons, Liebestreu ("Fidèle en amour"). À Hanovre, les musiciens errants rencontrèrent le violoniste hongrois Joseph Joachim (1831-1907) - Brahms dédierait plus tard son Concerto pour violon et son Double concerto à Joachim, généralement considéré comme le plus grand violoniste de l'époque. À Weimar, Brahms rencontra le compositeur et pianiste virtuose hongrois Franz Liszt (1811-1886), qui joua l'une des compositions pour piano du jeune homme. Brahms se rendit ensuite à Düsseldorf, où il rencontra le compositeur Robert Schumann (1810-1856), qui l'impressionna fortement. Brahms semble avoir eu le don de rencontrer les bonnes personnes au bon moment, et sa réputation s'étendit plus largement qu'elle ne l'aurait fait autrement.

Supprimer la pub
Publicité
Brahms se considérait comme le continuateur de la musique traditionnelle des compositeurs allemands dont faisaient partie des titans tels que Beethoven.

Schumann fit la promotion des œuvres de Brahms dans son influent magazine musical Neue Zeitschrift für Musik qu'il avait fondé en 1834, et il persuada un éditeur de Leipzig de publier certaines des compositions de Brahms. Schumann déclara un jour : "Je crois que Johannes est le véritable apôtre, qui écrira aussi les Révélations" (Thompson, 154). Schumann donna à Brahms le surnom de "jeune aigle". Brahms remercia l'amitié de Schumann en s'occupant de sa femme Clara (1819-1896), une virtuose du piano, lorsque Schumann souffrit d'une dépression nerveuse en 1854. Brahms retourna à Düsseldorf pour s'occuper de Clara. Leur relation est ambiguë, et il se peut qu'il n'y ait eu qu'une réelle amitié, mais Brahms tomba bel et bien amoureux, comme l'attestent ses lettres. Schumann mourut en 1856, et Clara et Brahms restèrent proches jusqu'à la fin de leur vie, Brahms passant ses étés près de la maison de Clara dans la station balnéaire à la mode de Baden-Baden, dans le sud-ouest de l'Allemagne, de 1865 à 1874.

Johannes Brahms c. 1855
Johannes Brahms vers 1855
Unknown Artist (Public Domain)

Caractère et allure

Brahms n'était pas un personnage facile à vivre. L'historien de la musique C. Schonberg note que le compositeur était :

Supprimer la pub
Publicité

...une personnalité intransigeante. Piquant, dur, ultrasensible, cynique, de mauvaise humeur... Il n'hésitait jamais à dire ce qu'il pensait, et parfois ses commentaires pouvaient être brutalement méprisants... Même les amis les plus proches de Brahms pouvaient être empalés sur la pointe de l'aigreur de Brahms.

(323)

Selon une légende, en quittant une salle pleine de monde à Vienne, Brahms se serait un jour exclamé : "Si j'ai oublié d'offenser quelqu'un ici, je m'en excuse !". (Hayes). L'historien D. Arnold note qu'il est difficile "d'expliquer pourquoi il avait tant d'amis car il était bourru, souvent jusqu'à l'impolitesse" (254). Brahms déclara un jour : "Je suis un grand mélancolique... des ailes noires battent constamment au-dessus de nous" (Hayes). Le compositeur était certainement généreux envers ceux qu'il admirait et il aida financièrement des amis de sa jeunesse à Hambourg et ailleurs.

Une autre particularité du compositeur était son apparence. Il portait de vieux vêtements, souvent réparés, car il n'aimait pas en acheter de nouveaux. Il portait une longue barbe à l'âge mûr, marchait en se voûtant, les mains derrière le dos, portait un chapeau mais ne le mettait que rarement, et il était rare qu'il n'ait pas eu un cigare à la bouche. Il vivait simplement, préférant manger dans les restaurants bon marché auxquels il s'était habitué dans sa jeunesse, et ses boissons préférées étaient le café et la bière. Son seul plaisir était de collectionner des manuscrits musicaux rares. Brahms n'aimait pas le snobisme et les honneurs vides de sens. Au cours de sa carrière, le compositeur se vit offrir deux fois un doctorat honorifique par l'université de Cambridge et une fois par l'université de Breslau, mais il refusa d'assister aux cérémonies. En revanche, il accepta la Ehrenbürgerrecht, qui fit de lui un citoyen d’honneur de la ville de Hambourg en 1889.

De Detmold à Vienne

En 1857, Brahms créa deux sérénades à la cour ducale de Detmold (capitale de la petite principauté de Lippe), où il avait été nommé directeur musical du chœur et de l'orchestre. Le compositeur avait le temps de retourner régulièrement à Hambourg, sa ville natale, où il se concentra d'abord sur des œuvres chorales qui étaient interprétées par le chœur de femmes qu'il avait créé dans cette ville. Après avoir raté le poste de chef d'orchestre de la Société philharmonique de Hambourg, Brahms décida de passer à autre chose. La rupture de ses brèves fiançailles avec la chanteuse soprano Agathe von Siebold était une autre raison de ce changement; il semblerait que Brahms n'ait pas voulu se lier par le mariage.

Supprimer la pub
Publicité

Musikvereins, Vienna
Musikvereins, Vienne
C.Stadler/Bwag (CC BY-SA)

Le premier concerto pour piano de Brahms, sur lequel il travaillait depuis plusieurs années, fut créé à Hanovre en 1859. L'œuvre est complexe, voire lourde et trop sérieuse, et les critiques n'apprécièrent pas que Brahms asservisse le piano au rôle de l'orchestre. Comme pour beaucoup d'œuvres de Brahms, le temps a fait son œuvre et le concerto reste aujourd'hui l'un des plus populaires. Ce qu'il montra à l'époque, c'est qu'il était un compositeur de grand talent qui ne se pliait à la volonté ou aux goûts de personne d'autre que les siens.

Un mélange éclectique d'influences permit à Brahms de produire "une nouvelle synthèse musicale puissante".

Brahms se considérait le continuateur de la musique traditionnelle des compositeurs allemands qui comprenaient des titans tels que Ludwig van Beethoven (1770-1827). Il prit très clairement ses distances avec ce que certains ont appelé la "nouvelle école allemande", qui comprenait des compositeurs tels que Liszt et Richard Wagner (1813-1883). Cela peut expliquer le rejet des œuvres de Brahms par l'éditeur Breitkopf & Härtel. En réalité, Brahms n'était pas si traditionnel que cela, et son identification à une approche conservatrice de la musique est trompeuse. Brahms était un traditionaliste en ce sens qu'il préférait la structure établie en quatre mouvements pour ses symphonies et qu'il travaillait dans le cadre de formes classiques reconnaissables et de la gamme d'instruments de l'orchestre classique établi (de nouveaux instruments furent ajoutés tout au long du 19e siècle), mais ses compositions étaient néanmoins un produit de l'évolution de la musique qui s'opérait de son vivant.

En 1863, Brahms s'installa à Vienne. Il fut rapidement nommé directeur du chœur de la Singakademie de Vienne, mais il abandonna ce poste après seulement quelques mois; Brahms était un compositeur, pas un administrateur. Lorsque sa mère tomba malade en 1864, Brahms retourna à Hambourg. Les parents du compositeur se séparèrent et sa mère mourut en janvier 1865.

Supprimer la pub
Publicité

Johann Strauss II & Johannes Brahms
Johann Strauss II et Johannes Brahms
Rudolf Krziwanek (CC BY-NC-SA)

En 1868, Brahms retourna à Vienne, où il s'installa définitivement. La même année, il acheva son Deutsches Requiem épique. Brahms travaillait à cette œuvre depuis 1857, et elle fut jouée pour la première fois dans la cathédrale de Brême et dans sa forme complète à Leipzig en février 1869. Le succès du Requiem et un contrat avec l'éditeur Fritz Simrock donnèrent à Brahms l'indépendance financière nécessaire pour abandonner l'enseignement et se consacrer davantage à la composition. À cette époque, Brahms se produisait également lors de tournées de concerts en Europe, généralement au printemps et à l'automne. C'est également en 1868 qu'il composa l'une de ses œuvres les plus connues, connue sous le nom de "Berceuse de Brahms". Ce morceau, une douce valse ralentie, mêle la poésie populaire allemande à une mélodie d'amour viennoise. L'œuvre avait été écrite en l'honneur de la naissance du fils de son amie Bertha Faber.

En 1871, Brahms composa son Triumphlied ("Chant de triomphe"), qui commémore la victoire de l'Allemagne dans la guerre franco-prussienne (1870-71). L'œuvre était dédiée à l'empereur allemand Guillaume Ier (r. de 1871 à 1888). En 1872, Brahms fut nommé chef d'orchestre de la Gesellschaft der Musikfreunde ("Société des amis de la musique") de Vienne, poste qu'il occupa pendant trois saisons, jusqu'en 1875. Cela signifie que Brahms dirigeait régulièrement dans le nouveau Musikverein (inauguré en 1870), qui est aujourd'hui surtout connu comme le lieu du concert du Nouvel An de Vienne. Au cours de son mandat, Brahms fit souvent la promotion de la musique baroque oubliée ou peu connue. Le style de direction de Brahms avait été publiquement attaqué dans un article écrit par Richard Wagner en 1869 et, une fois de plus, les critiques n'appréciaient pas le choix des œuvres de Brahms. En tout état de cause, Brahms préférait se concentrer sur la création de sa propre musique plutôt que de diriger celle des autres.

Les symphonies

En 1876, Brahms acheva sa première symphonie, une œuvre qu'il avait préparée pendant deux décennies. Les réactions suscitées par sa présentation à Vienne encouragèrent Brahms à commencer à travailler sur sa deuxième symphonie. La Première Symphonie fut même populairement surnommée "la Dixième de Beethoven" (Beethoven composa neuf symphonies au cours de sa vie), mais ce titre, bien que flatteur, est trompeur car "les différences entre les deux compositeurs sont plus grandes que les similitudes" (Arnold, 253). La Classical Music Encyclopedia note que la première symphonie porte la vision musicale particulière de Brahms : "Brahms recrée ici la musique vocale sous une forme purement orchestrale et la mêle à une imagerie romantique tirée de la nature (l'appel de cor du finale imite le cor d'un berger des Alpes)" (323).

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

(323)

La deuxième symphonie prit beaucoup moins de temps que la première et fut achevée en 1877. Brahms avait alors trouvé son rythme d'écriture en consacrant les mois d'été à la composition. Sa retraite d'écriture préférée se trouvait dans le sud de l'Autriche, à Pörtschach am Wörthersee. C'est là que Brahms écrivit la deuxième symphonie, le concerto pour violon, la sonate pour violon en sol majeur, deux rhapsodies et huit pièces pour piano. Après 1880, il passa les étés suivants dans la ville thermale de Bad Ischl, en Haute-Autriche, où il continua à composer des œuvres pour piano, des œuvres de chambre et des œuvres pour chorales, dont le deuxième concerto pour piano. Brahms semble avoir été irrésistiblement attiré par la combinaison de l'eau et des montagnes, car d'autres séjours d'été eurent lieu plus tard à Wiesbaden en Allemagne et à Hofstetten en Suisse.

En 1883, Brahms acheva sa troisième symphonie et la quatrième symphonie en 1885. Cette dernière fut créée à l'automne 1885 sous la direction de Hans von Bülow (1830-1894) et jouée par l'orchestre de la cour de Meningen. Bülow devint un fervent partisan de Brahms et contribua à perpétuer la réputation internationale de ce dernier.

En 1890, Brahms déclara qu'il se retirait de la composition, bien qu'il ait écrit plusieurs autres œuvres pour clarinette après être devenu un admirateur du virtuose de la clarinette Richard Mühlfeld (1856-1907). En 1895, lors d'un festival à Meiningen, le compositeur fut salué comme l'un des trois "B" de la musique classique : Bach, Beethoven et Brahms. À la mort de sa bien-aimée Clara Schumann en mai 1896, Brahms lui rendit un hommage musical sous la forme de ses Vier ernste Gesänge ("Quatre chants sérieux"), écrits sur des textes bibliques. Il s'agirait de la dernière composition de Brahms dont la santé déclinait rapidement.

Œuvres célèbres de Brahms

Les œuvres les plus célèbres de Johannes Brahms, dont les dates de composition sont indiquées entre parenthèses, sont les suivantes :

  • Quatre symphonies
  • Deux concertos pour piano
  • Environ 250 chansons
  • Rinaldo (1868)
  • Deutsches Requiem (1868)
  • Rhapsodie pour alto (1869)
  • Triumphlied (1871)
  • Variations surSaint-Antoine ou Variations sur un thème de Haydn (1873)
  • Concerto pour violon (1878)
  • 21 danses hongroises (1879)
  • Ouverture du festival académique (1880)
  • Chant des Parques (1882)
  • Double concerto pour violon et violoncelle (1887)
  • Quintette pour clarinette (1891)
  • Vier ernste Gesänge (1896)

Outre ces œuvres, Brahms composa également de nombreuses autres pièces de musique de chambre et des pièces pour piano solo, en particulier vers la fin de sa carrière de compositeur.

Clara Schumann
Clara Schumann
Franz Hanfstaengl (Public Domain)

Style musical de Brahms

Brahms était un remarquable étudiant de la musique ancienne, il collectionnait les partitions de toutes les époques et était plus au fait de ce qui s'était passé auparavant dans son domaine que la majorité de ses contemporains. Il fut particulièrement influencé par Beethoven, dont les symphonies servirent de modèle à toutes celles qui suivirent. Brahms fut également influencé par le lyrisme de Franz Schubert (1797-1828) et les chansons populaires allemandes. Les œuvres de Schumann et de George Frideric Handel (1685-1759) inspirèrent à Brahms des variations pour piano sur des thèmes des deux compositeurs. Brahms produisit également des variations orchestrales basées sur une œuvre de Joseph Haydn (1732-1809), et sa quatrième symphonie rend hommage à Bach dans son dernier mouvement Ce mélange éclectique d'influences permit à Brahms de produire "une nouvelle synthèse musicale puissante" (Sadie, 271).

Brahms était un compositeur de musique romantique (1790-1910), définie comme suit par le New Oxford Companion to Music:

Le romantisme a mis l'accent sur la domination apparente de l'émotion sur la raison, du sentiment et de l'impulsion sur la forme et l'ordre... une nouvelle valeur a été accordée à la nouveauté et à la sensation, à l'innovation technique et à l'expérimentation, et à la fertilisation croisée d'idées provenant de différentes disciplines, à la fois à l'intérieur et à l'extérieur des arts.

(1580)

D. Arnold résume comme suit le style musical de Brahms :

Brahms était un lyrique qui préférait les longues mélodies qui pouvaient être travaillées dans la forme sonate... Brahms est un penseur unilittéraire et apolitique en musique, dont les modèles abstraits sont parfois très complexes, soit dans la texture (il utilise beaucoup les rythmes croisés et le contrepoint dense), soit dans la transformation thématique (sa deuxième symphonie est presque monothématique)... il ne s'intéresse pas tant aux effets qu'à la projection d'une idée mélodique ou texturale.

(253)

Grave of Johannes Brahms
Tombe de Johannes Brahms
Daderot (CC BY-SA)

Mort et héritage

Au cours de sa dernière année, Brahms souffrit des effets d'un cancer du foie (tout comme son père) et, le 3 avril 1897, il mourut dans la maison qu'il habitait depuis un quart de siècle, au numéro 4 de la Karlgasse, à Vienne. Dans sa maison, Brahms avait un buste de Beethoven et une photo de Bach au-dessus de son lit. Le troisième "B" fut enterré dans le cimetière principal de Vienne.

Non seulement sa propre musique a-t-elle survécu, mais Brahms laissa également une influence notable sur d'autres compositeurs. Brahms fut en quelque sorte le mentor du jeune compositeur tchèque Antonín Dvořák (1841-1904). En 1875, Brahms avait été membre du jury d'un concours qui avait décerné à Dvořák le premier prix pour la composition de sa symphonie. Le compositeur allemand avait également parlé en bien du Tchèque à son éditeur, ce qui permit à Dvořák de recevoir une commande. Le résultat de cette commande fut huit danses slaves orchestrales et trois rhapsodies slaves qui furent publiées et devinrent très populaires.

De nombreux autres compositeurs furent influencés par Brahms, notamment l'Allemand Richard Strauss (1864-1949), le Hongrois Béla Bartók (1881-1945), l'Autrichien Anton Webern (1883-1945) et le pianiste et compositeur italien Ferruccio Busoni (1866-1924), qui dédia ses six études pour piano à Brahms.

Néanmoins, Brahms marqua réellement la fin d'une ère musicale, ce que Schonberg décrit comme "le crépuscule du romantisme" (337). C'est plutôt le groupe auquel il s'était autrefois opposé, dirigé par Liszt et Wagner, qui allait dicter la nouvelle orientation de la musique classique à l'aube des paysages nouveaux et plus expérimentaux du XXe siècle. Contrairement à son statut auprès des historiens de la musique désireux de trouver les fils de l'évolution qui traversent la musique, Brahms résista à l'épreuve du temps comme peu d'autres en ce qui concerne la popularité auprès du public. Les œuvres de Brahms sont encore si largement jouées que seul Beethoven peut peut-être être son rival à cet égard. Comme le note Schonberg, "si l'on considère que tant de grandes réputations se sont faites et défaites, le bilan de Brahms est stupéfiant. Il est clair qu'il avait quelque chose à dire aux générations futures" (322).

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Pour quoi Johannes Brahms est-il surtout connu ?

Johannes Brahms est surtout connu pour être un compositeur allemand de musique classique du XIXe siècle, en particulier de symphonies. Il fut l'un des derniers compositeurs de musique romantique.

De qui Johannes Brahms était-il amoureux ?

Johannes Brahms était amoureux de Clara Schumann, épouse du compositeur Robert Schumann.

Quel âge avait Johannes Brahms à sa mort ?

Johannes Brahms était âgé de 63 ans lorsqu'il est décédé.

Brahms était-il un bon pianiste ?

Johannes Brahms était un excellent pianiste, mais il est plus connu en tant que chef d'orchestre et compositeur.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2023, mai 17). Johannes Brahms [Johannes Brahms]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-21887/johannes-brahms/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Johannes Brahms." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mai 17, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-21887/johannes-brahms/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Johannes Brahms." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 17 mai 2023. Web. 23 juil. 2024.

Adhésion