Giuseppe Verdi

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 24 mai 2023
Disponible dans ces autres langues: anglais, néerlandais, italien, espagnol
X
Giuseppe Verdi by Boldini (by Giovanni Boldini, Public Domain)
Giuseppe Verdi par Boldini
Giovanni Boldini (Public Domain)

Giuseppe Verdi (1813-1901) était un compositeur italien surtout connu pour des opéras tels que Rigoletto, La traviata et Aida. Verdi est connu pour ses partitions puissantes et ses personnages forts, où des anti-héros mènent l'action dramatique à travers des intrigues souvent complexes. Verdi connut un immense succès dans toute l'Europe de son vivant, mais il s'est parfois éloigné de l'opéra, notamment avec son Requiem de 1874.

Jeunesse

Giuseppe Verdi vit le jour le 10 octobre 1813 à La Roncola (Roncole Verdi), une petite ville située près de Parme, dans le centre de l'Italie du Nord. La Roncola, qui faisait partie du duché de Parme, était alors contrôlée par les Français et, à partir de 1815, par l'Autriche. Ses parents tenaient une osteria, un simple restaurant. Dès l'âge de trois ans, il jouait du piano avec l'aide de l'organiste de l'église locale et, à dix ans à peine, il était déjà assez doué pour remplacer l'organiste en son absence. Parallèlement, il étudiait la musique à Busseto, près de Parme.

Supprimer la pub
Advertisement

À l'âge de 18 ans, Verdi obtint une bourse d'études d'une organisation caritative locale et se rendit donc à Milan, mais il fut refusé par le conservatoire de cette ville. Ce refus n'était probablement pas dû à un manque de compétences, mais à sa méthode d'apprentissage peu conventionnelle, au fait qu'il était un peu plus âgé qu'un étudiant normal de première année et que, techniquement, Verdi était considéré comme un étranger à Milan, puisque l'État de Parme n'avait rien à voir avec la Lombardie.

Quoi qu'il en soit, Verdi fut confié à Antonio Barezzi, un riche commerçant de Busseto qui aimait la musique et qui était le président de la Société philharmonique de Busseto. Barezzi décida d'aider Giuseppe en lui payant des cours privés à Milan. Cette éducation musicale privée comprenait des leçons avec Vincenzo Lavigna, le chef d'orchestre du plus grand théâtre de Milan, la Scala. Les nombreuses représentations théâtrales auxquelles Verdi assistait fréquemment à Milan constituèrent une autre source importante d'éducation musicale. Le poste rémunéré suivant de Verdi fut celui de directeur musical à Busseto en 1834, qui incluait le rôle d'organiste de la cathédrale. Cet emploi tourna mal avant même de commencer, car Verdi hésitait à quitter Milan, et une querelle s'ensuivit pour savoir qui était le nouveau directeur musical à Busseto. Dans sa vie privée, Verdi honora la confiance que Barezzi avait en lui en épousant sa fille Margherita en 1836. Le couple aurait deux enfants, mais tous deux mourraient en bas âge. À la mort d'Antonio Barezzi, bien des années plus tard, Verdi déclara : " Je lui dois absolument tout " (Steen, 519).

Verdi augmenta le rôle de l'orchestre et insistait pour que ses chanteurs puissent également jouer la comédie.

Verdi commença à travailler sur son premier opéra, Rocester, mais celui-ci fut rejeté par l'Opéra de Parme. Il est possible que le compositeur ait réutilisé certaines parties pour sa tentative suivante, Oberto. Cette œuvre devait être mise en scène par le théâtre de la Scala de Milan en novembre 1839, et Verdi (et sa famille) s'installa donc dans cette ville pour la deuxième fois. Le succès de la création du premier opéra de Verdi et l'obtention d'un contrat avec la Scala et l'éditeur Giovanni Records furent relégués au second plan par deux décès tragiques, d'abord celui de son fils, puis, en juin 1840, celui de sa femme, victime d'une encéphalite (inflammation du cerveau).

Supprimer la pub
Advertisement

Western Classical Music, c. 1700-1950
Musique classique occidentale, vers 1700-1950
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Les mauvais jours se succédèrent lorsqu'en septembre 1840, le deuxième opéra de Verdi, Un giorno di regno ("Roi d'un jour"), également mis en scène à la Scala, fut un échec total qui ne connut qu'une seule représentation avant d'être abandonné. Verdi ne compris pas vraiment pourquoi cela s'était produit; le manque de temps pour les répétitions semble en avoir été la véritable cause. Verdi lui-même écrivit un jour : "Il se peut que ce soit un mauvais opéra, bien que beaucoup d'autres, pas meilleurs, soient tolérés et même applaudis... Je ne veux pas blâmer le public, mais je n'accepte ses critiques et ses railleries qu'à la condition de ne pas avoir à être reconnaissant de ses applaudissements." (Schonberg, 275-6) Le caractère de Verdi - renfermé, orgueilleux, irritable et même tyrannique avec ses proches - le protégea au moins des critiques professionnels qui n'eurent que peu d'estime pour lui jusqu'à sa dernière décennie.

Toujours très demandé, Verdi enchaîna toute une série d'opéras qui furent joués dans toute l'Italie.

Nabucco : le premier succès

Dans ses premières œuvres, Verdi fut influencé par les opéras de son compatriote Gaetano Donizetti (1797-1848). Il fut également influencé par la tradition du bel canto, c'est-à-dire le style de chant léger et mélodique populaire dans l'opéra italien. Une autre influence fut celle de Gioachino Rossini (1792-1868), célèbre pour ses opéras comiques tels que L'italiana in Algeri ("L'italienne à Alger") et Il barbiere di Siviglia ("Le barbier de Séville"), dont les premières représentations eurent lieu respectivement en 1813 et en 1816. Rossini avait innové en utilisant un chœur élargi, la musique orchestrale, l'embellissement des arias et en mettant l'accent sur la caractérisation. Un compositeur qui n'aura guère influencé Verdi était l'autre grand homme d'opéra contemporain, Richard Wagner (1813-1883). Ces deux géants du genre choisirent de s'ignorer tout au long de leur longue et brillante carrière. Entre les grandes œuvres symphoniques de Wagner et les mélodrames intimistes de Verdi, il y avait un fossé aussi large que les Alpes qui séparaient géographiquement les deux compositeurs.

Supprimer la pub
Advertisement

L'opéra suivant de Verdi, Nabucco, s'inspira du roi babylonien Nabuchodonosor II (r. d'environ 605 à 562 av. J.-C.) qui apparaît dans la Bible (livres Daniel et Jérémie) où il s'oppose à Dieu. En italien, le nom du roi est Nabucodonosor, et le titre de l'opéra est donc une abréviation. L'influence de Rossini est perceptible dans cet opéra qui comporte un chœur surdimensionné et des personnages mémorables. La musique rappelle Donizetti et Rossini, mais il y a quelque chose de plus, un son nouveau, frais, et un rythme de narration beaucoup plus rapide, faisant usage de mots et de musique, que dans tout autre opéra antérieur. L'effet de cette nouveauté était tel qu'"il était impossible de travailler en dehors de la scène pendant les répétitions, car les employés, les ouvriers, les peintres, les machinistes, enthousiasmés par la musique qu'ils entendaient, abandonnaient leurs tâches pour rester bouche bée et regarder ce qui se passait sur scène", remarqua un témoin oculaire (Schonberg, 276). Nabucco, créé en mars 1842 à la Scala, connut un grand succès et, depuis, le public est particulièrement conquis par le chœur des esclaves hébreux reprenant le célèbre "Va, pensiero". Nabucco fut joué dans toute l'Europe et jusqu'à New York, Constantinople et Buenos Aires ; en bref, l'opéra numéro quatre rendit Verdi à la fois riche et célèbre.

Teatro alla Scala, Milan
Théâtre de la Scala de Milan
Jean-Christophe BENOIST (CC BY)

Toujours très sollicité, le compositeur enchaîna les opéras qui furent joués dans toute l'Italie. Il s'en tint largement à la formule gagnante de Nabucco: de nombreux opéras sont basés sur des personnages ou des événements historiques et le protagoniste principal n'est généralement pas un héros à proprement parler. Verdi écrivait souvent le texte et employait ensuite un librettiste pour le mettre en vers, ce dernier étant supervisé de très près. Il augmenta également le rôle de l'orchestre et insistait pour que ses chanteurs soient aussi capables de bien jouer la comédie. Tout au long des années 1840, Verdi travailla de manière si incessante qu'il appela plus tard "années de galère" la période où il produisait deux opéras par an.

Verdi reçut le soutien critique de personnalités aussi importantes que Franz Liszt (1811-1886). De nombreux opéras de Verdi s'inspiraient d'œuvres de personnalités littéraires, notamment Lord Byron (pour I due pescatori ou "Les deux pêcheurs"), Friedrich Schiller (pour Giovanna d'Arco ou "Jeanne d'Arc") et Voltaire (pour Alzira). Dans son opéra Macbeth de 1847, Verdi se tourna vers William Shakespeare. Cette combinaison fut un succès; le public fut tellement enthousiaste après la représentation que Verdi fut obligé de faire 38 rappels.

Supprimer la pub
Advertisement

En 1847, l'œuvre de Verdi avait attiré l'attention des directeurs de théâtre étrangers, et son I masnadieri ("Les Brigands") fut mis en scène au Her Majesty's Theatre de Londres en juin de la même année. La reine Victoria (r. de 1837 à 1901) assista à la première.

C'est également en 1847 que Verdi entama une liaison avec Giuseppina Strepponi (1815-1897). Giuseppina était une chanteuse soprano, qui avait d'ailleurs joué dans le Nabucco de Verdi. En 1848, le succès de Verdi lui permit d'acheter une maison et une grande ferme à Sant' Agata, près de sa ville natale, où il s'adonnait au tir et au jardinage. C'est là qu'il vécut sans se marier avec Giuseppina, au grand dam des commères locales. Le couple finit par se marier le 29 août 1859 à Collonges-sur-Salève, à la frontière franco-suisse; ils n'eurent jamais d'enfants, mais adoptèrent l'enfant d'un cousin de Verdi.

Villa Verdi
Villa Verdi
Unknown Artist (Public Domain)

Maturité artistique

À partir de 1849 environ, Verdi commença à écrire des opéras qui n'étaient plus liés à des événements historiques. Comme Verdi lui-même le fit un jour remarquer, "C'est peut-être une bonne chose de copier la réalité, mais inventer la réalité est beaucoup, beaucoup mieux" (Wade-Mathews, 408). En mars 1851, Rigoletto (initialement appelé La Maledizione ou "La Malédiction") fut un autre succès. L'opéra raconte l'histoire d'un bouffon bossu dont la fille a été séduite, il tente de se venger mais cela qui fait que provoquer la mort de sa fille. L'histoire est basée sur la pièce de théâtre Le roi s'amuse de Victor Hugo (1802-1885), très controversée en raison de la présence d'une scène de viol. L'idée d'une fin tragique serait reprise dans Il trovatore ("Le Trouvère") et La traviata ("La femme déchue"), tous deux mis en scène pour la première fois en janvier 1853. Ce dernier opéra s'inspire de La dame aux camélias d'Alexandre Dumas fils (lui-même inspiré de faits réels), dont le personnage central est une courtisane qui sacrifie son propre bonheur pour sauvegarder l'honneur de l'homme qu'elle aime. Au départ, La traviata ne fut pas un succès, mais Verdi en modifia certaines parties - une habitude qu'il appliqua à de nombreux opéras au fil des ans - et l'œuvre devint un succès retentissant.

Supprimer la pub
Advertisement

L'Encyclopedia of Music décrit l'œuvre de maturité de Verdi comme possédant "un nouveau réalisme opératique et une nouvelle intensité d'expression" (324). Il écrivait souvent en pensant à un chanteur précis, et il convient de noter que les arias et les duos les plus marquants sont souvent confiés à des barytons. Mais tous les chanteurs solistes d'un opéra de Verdi doivent agir de manière convaincante et chanter de façon à représenter les troubles émotionnels du personnage qu'ils interprètent. Les critiques disaient que Verdi exagérait l'émotion et négligeait toute sophistication possible dans ses livrets, mais il savait ce que le public voulait et était prêt à le faire encore et encore. Verdi savait également qu'un public se souvient beaucoup mieux d'un air que des paroles. Verdi jouait sur les grandes émotions - le compositeur Georges Bizet (1838-1875) dit un jour de Verdi : "Sa passion est brutale, vraie" (Schonberg, 282) - et il n'était pas trop subtil dans sa présentation. S'il avait été peintre, il aurait certainement été un Vincent Van Gogh plutôt qu'un Canaletto. Les critiques dénonçaient le manque d'orchestration sophistiquée et le langage simpliste des livrets. Il semble que plus Verdi était populaire auprès du public, plus les critiques musicaux l'attaquaient. Même lorsqu'ils reconnaissaient la popularité de Verdi, les critiques rappelaient avec suffisance à leurs lecteurs que ce type de musique n'était qu'une mode et qu'elle disparaîtrait très vite. Ô combien ils avaient tort.

Set of Aida, Masada
Aida à Masada
avinoam michaeli (CC BY)

Les grands opéras

À partir du milieu des années 1850, assuré de sa position de grand compositeur d'opéra, Verdi commença à créer des productions de plus en plus grandes. Ces grands opéras comportaient quatre ou cinq actes et une distribution et un chœur élargis. Paris monta Les vêrpres siciliennes en 1855, Simon Boccanegra fut créé à Venise en 1857 et La forza del destino fut créé à Saint-Pétersbourg en 1862. Parmi les autres grands opéras de cette période, citons Don Carlos, créé à Paris en 1867, et Aïda, créée au Caire la veille de Noël 1871. Peut-être pour souffler un peu, en 1859, il créa un opéra un peu plus court, en trois actes, Un ballo in maschera ("Un bal masqué").

Aïda fut commandé en 1870 pour l'ouverture de l'Opéra du Caire et devint l'exemple par excellence des opéras de grande envergure de Verdi. L'histoire se déroule dans l'Égypte ancienne et raconte la capture d'une princesse éthiopienne qui enchante un général égyptien, avant que tout ne se termine en tragédie. Le lieu de l'intrigue exige des décors exotiques et monumentaux, pour le plus grand plaisir des scénographes ambitieux depuis lors. La guerre franco-prussienne ayant causé des ravages en Europe, les costumes ne purent être expédiés au Caire qu'à la fin de l'année 1871, date à laquelle Aïda fut finalement créée (Rigoletto avait été monté l'année précédente pour l'inauguration de l'opéra). La première européenne d'Aïda eut lieu à la Scala en février 1872.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Le Risorgimento

Certains - en particulier les censeurs - voyaient dans l'œuvre de Verdi de forts relents de nationalisme italien, à une époque où se développait, pour la première fois, un mouvement d'unification des différents États italiens en un seul pays, le Risorgimento. Le chœur "Va pensiero" et la complainte des exilés écossais dans Macbeth semblaient faire écho aux appels à l'amélioration de la vie des citoyens ordinaires. L'opéra de Verdi La battaglia di Legnano ("La bataille de Legnano"), paru en 1849, était une déclaration politique encore plus explicite: les Italiens voulaient se gouverner eux-mêmes, mais en utilisant comme miroir des événements actuels la bataille historique du XIIe siècle entre la Ligue lombarde (les vainqueurs) et le Saint-Empire romain germanique. À partir de 1859 et de la première représentation italienne triomphale de Simon Boccanegra à Rome, le public commença à crier "Viva Verdi !" pendant les applaudissements. Le terme avait une double signification puisqu'il s'agissait également d'un code pour les royalistes et les partisans de Victor Emmanuel II, le premier roi de l'Italie unifiée (r. de 1861 à 1878), "Verdi" étant un acronyme pour Viva Vittorio Emanuel Re D'Italia ("Vive Victor Emanuel, roi d'Italie").

L'intérêt de Verdi pour la politique active est ambigu. Il avait été nommé à une assemblée locale à Parme avant d'être élu, en 1861, membre du nouveau parlement italien à Turin en tant que représentant de Busseto. Verdi fut peut-être poussé à jouer ce rôle par le rusé premier ministre, le comte Camillo di Cavour (1810-1861), mais il assista au moins assidûment aux séances du parlement et proposa même un projet de loi visant à augmenter les fonds alloués à la musique. Verdi occupa le poste de député pendant quatre ans.

Le patriotisme de Verdi se manifesta plus clairement lorsqu'il écrivit son Requiem pour commémorer la mort d'Alessandro Manzoni (1785-1873), le grand poète italien dont l'œuvre avait également promu la cause nationale de l'unification. Le Requiem fut décrit comme un opéra déguisé, et il fut très populaire lors de sa première représentation à l'occasion d'un service commémoratif pour Manzoni dans l'église San Marco de Milan le 22 mai 1874, ainsi que lors des représentations ultérieures dans toute l'Europe. Johannes Brahms (1833-1897) dit du Requiem: "Seul un génie aurait pu écrire une telle œuvre" (Steen, 540).

Dernières œuvres

Verdi continua à travailler jusqu'à l'âge de soixante-dix ans. Parmi ses œuvres non opératiques, on peut citer ses Quattro pezzi sacri ("Quatre pièces sacrées"), publiées en 1898. De nombreux critiques considèrent ses deux derniers opéras, Otello (1887), d'après Othello de Shakespeare, et Falstaff (1893), d'après Les Joyeuses Commères de Windsor du même dramaturge, comme ses meilleures œuvres. Verdi créa ces deux opéras avec le talentueux compositeur-librettiste Arrigo Boito (1842-1918). Les deux opéras reçurent un accueil enthousiate à la Scala. Boito décrivit l'adulation du public à l'extérieur du célèbre théâtre: "Prise de folie, la foule a essayé d'épauler la voiture de Verdi et de la transporter de la Scala au Grand Hôtel en haut de la rue" (Steen, 542).

Giuseppe Verdi, 1899
Giuseppe Verdi, 1899
Archivio Storico Ricordi (CC BY-SA)

Ces deux opéras sont l'apothéose de la carrière de Verdi, qui y combine musique et paroles avec une maîtrise magistrale de l'orchestre. L'historien de la musique C. Schonberg décrit Falstaff comme "subtil, rapide, plein d'éclats, de rires moqueurs, d'humour élevé". Falstaff est un commentaire sur la vie, un résumé d'une carrière, une plaisanterie - et une plaisanterie si civilisée ! - avec une pointe de tristesse. Verdi savait que ce serait son dernier opéra" (291).

Les plus grands opéras de Verdi

Giuseppe Verdi écrivit 28 opéras au total, mais ses plus célèbres, dont les dates de création sont indiquées entre parenthèses, sont les suivants:

  • Nabucco (1842)
  • Giovanna d'Arco (1845)
  • Macbeth (1847)
  • Luisa Miller (1849)
  • Rigoletto (1851)
  • Il trovatore (1853)
  • La traviata (1853)
  • Les vêpres siciliennes (1855)
  • Simon Boccanegra (1857)
  • Un ballo in maschera (1859)
  • La forza del destino (1862)
  • Don Carlos (1867)
  • Aïda (1871)
  • Otello (1887)
  • Falstaff (1893)

Mort et héritage

Verdi fut victime d'une attaque cérébrale et mourut une semaine plus tard au Grand Hôtel et de Milan, le 27 janvier 1901. Il légua une somme considérable à la Casa Verdi, le foyer pour musiciens âgés et démunis qu'il avait fondé à Milan. Malgré toute sa renommée en tant que compositeur d'opéras, Verdi considérait la maison des musiciens comme sa "plus grande œuvre" (Wade-Matthews, 409). En effet, Verdi fut enterré à cet endroit, dans la cour, aux côtés de Giuseppina, qui l'avait précédé dans la mort en novembre 1897. La cérémonie simple de l'enterrement fut accompagnée par la foule qui chanta spontanément "Va, pensiero".

Statue of Giuseppe Verdi
Statue de Giuseppe Verdi
Lorenzo Gaudenzi (CC BY-SA)

Giacomo Puccini (1858-1924) succéda à Verdi en tant que principal auteur d'opéras. C'est une représentation de l'Aïda de Verdi à Pise qui persuada Puccini d'embrasser la profession. La maison de Verdi à Sant' Agata, la Villa Sant' Agata, est aujourd'hui un musée, tandis que de nombreux objets liés à la musique se trouvent dans le petit musée de la Scala, reconnue aujourd'hui comme la maison spirituelle de l'opéra mondial, un genre musical qui, malgré tous les compositeurs qui se sont succédé, est aujourd'hui impensable sans les œuvres de Giuseppe Verdi. Comme l'avait prédit Donizetti, Verdi occupe "l'une des places les plus honorables dans la cohorte des compositeurs" (Schonberg, 276).

Les principaux opéras de Verdi n'ont jamais cessé d'être joués et ils continuent d'enchanter les publics du monde entier, nulle part peut-être de manière plus évocatrice que dans son Italie natale et lors de la saison lyrique annuelle organisée dans l'ancien amphithéâtre romain de Vérone, où j'ai moi-même entendu plus d'un spectateur ravi s'écrier, au-dessus du crescendo des applaudissements, "Viva Verdi ! Viva Verdi !"

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Pour quoi Giuseppe Verdi est-il surtout connu ?

Giuseppe Verdi est surtout connu pour avoir composé des opéras du XIXe siècle comme Aida, La traviata, Rigoletto et Nabucco.

Quelle fut la tragédie dans la vie de Verdi ?

Gisueppe Verdi subit la triple tragédie de la mort précoce de sa femme et de la mort en bas âge de ses deux enfants.

Quels sont les meilleurs opéras de Verdi ?

Pour la plupart des critiques musicaux, les meilleurs opéras de Verdi sont ses deux derniers : Otello et Falstaff. Pour le public, les opéras les plus populaires de Verdi sont généralement La traviata, Aida et Rigoletto.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2023, mai 24). Giuseppe Verdi [Giuseppe Verdi]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-21914/giuseppe-verdi/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Giuseppe Verdi." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mai 24, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-21914/giuseppe-verdi/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Giuseppe Verdi." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 24 mai 2023. Web. 21 mai 2024.

Adhésion