Giacomo Puccini

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 06 juin 2023
Disponible dans ces autres langues: anglais, néerlandais
X
Photo-portrait of Giacomo Puccini (by Unknown Artist, Public Domain)
Photoportrait de Giacomo Puccini
Unknown Artist (Public Domain)

Giacomo Puccini (1858-1924) était un compositeur italien surtout connu pour ses opéras La Bohème, Tosca, Madama Butterfly et Turandot. Puccini s'inspira d'un large éventail de sources littéraires, et sa musique romantique tardive, avec ses mélodies immortelles, mit en valeur les personnages forts, le drame et le rythme rapide de ses opéras émotionnels, qui restent aujourd'hui plus populaires que jamais.

Jeunesse

Giacomo Puccini vit le jour à Lucques, dans la région italienne de Toscane, le 22 décembre 1858. Il était issu d'une longue lignée de musiciens qui occupaient le poste d'organiste à la cathédrale San Martino de Lucques depuis le siècle précédent. Le père de Giacomo, Michele (1813-1864), était à la fois organiste et maître de chapelle de la cathédrale, et directeur de l'école de musique locale, l'Istituto Pacini ; il mourut alors que Giacomo n'avait que six ans. Malheureusement pour la tradition, Giacomo, bien qu'intéressé par la musique, suivrait une carrière tout à fait différente de celle de ses ancêtres.

Supprimer la pub
Publicité

Cinquième de huit enfants, Giacomo fut élevé par sa mère, Albina, qui veilla à ce qu'il apprenne à jouer de l'orgue et à chanter. Dès l'âge de dix ans, il chantait dans la chorale de la cathédrale. Il fréquenta l'Istituto Pacini et obtint son diplôme en 1880, sa dernière pièce d'examen étant sa Messa di Gloria. Grâce à l'aide financière d'un cousin et à une demande de bourse, Giacomo entra au conservatoire de Milan. Bien plus ambitieux que le poste d'organiste à Lucques, le destin de Giacomo fut scellé en 1876 lorsqu'il assista à Pise à une représentation de l'Aïda de Giuseppe Verdi (1813-1901). La magie de l'opéra tragique de Verdi, qui se déroulait dans l'Égypte ancienne, convainquit Puccini qu'il devait lui aussi gagner sa vie en écrivant des opéras.

L'histoire tragique d'une héroïne soprano qui meurt dans un dénouement chanté serait reprise maintes et maintes fois par Puccini.

Le Capriccio Sinfonico, pièce orchestrale prometteuse, fut le morceau de fin d'études du jeune compositeur au Conservatoire, mais c'est Le villi, un opéra en un acte, qui allait ouvrir la voie à Puccini. L'œuvre fut jouée au Teatro dal Verme de Milan en 1883. La carrière professionnelle de Puccini décolla en 1884 lorsqu'il interpréta la musique de son opéra lors d'une soirée privée et qu'elle fut entendue par Giulio Ricordi, le célèbre éditeur qui avait Verdi sur ses registres. Ricordi ajouta Puccini à son écurie et lui commanda un autre opéra. Le résultat fut Edgar, dont la première eut lieu au théâtre de la Scala de Milan en 1889. Le public de la Scala a toujours été difficile à conquérir et, contrairement à son premier opéra, le deuxième opéra de Puccini retomba comme un soufflé. Le compositeur lui-même considérait l'œuvre comme une "erreur" (Thompson, 174).

Supprimer la pub
Publicité

Western Classical Music, c. 1700-1950
Musique classique occidentale, vers 1700-1950
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Puccini fut en meilleure position avec son troisième opéra, Manon Lescaut, dont le livret avait déjà fait ses preuves pour l'opéra Manon de Jules Massenet (1884), lui-même basé sur le roman de 1731 L'histoire du chevalier des Grieux et de Manon Lescaut de l'abbé Prévost. Puccini essaya également une nouvelle ville pour sa première : Turin, le 1er février 1893. Manon Lescaut connut un succès fulgurant - le compositeur fut obligé de faire 30 rappels - et d'autres productions eurent lieu à Londres et à Philadelphie en 1894. La carrière du compositeur était enfin lancée. L'histoire de Manon Lescaut, racontée en quatre actes, voit Des Grieux tomber amoureux de Manon, et ils s'enfuient pour échapper aux griffes du vieux Géronte. Néanmoins, Manon est attirée par la vie de luxe qu'elle pourrait mener avec Géronte et le choisit plutôt que Des Grieux. Géronte soupçonne Manon d'avoir renoué avec son rival, l'arrête et l'expulse. Des Grieux embarque sur le navire qui emmène Manon, et ils sont réunis, mais Manon meurt dans ses bras. Le public en était fou. L'histoire tragique d'une héroïne soprano qui meurt dans un dénouement chantté serait utilisée à maintes reprises par Puccini.

COMME PUCCINI LE FIT UN JOUR REMARQUER À UNE SOPRANO LORS DES RÉPÉTITIONS, "IL FAUT MARCHER SUR LES NUAGES DE LA MÉLODIE".

Caractère et style musical

Le New Oxford Companion to Music décrit les méthodes de travail du compositeur comme suit : "Puccini était un travailleur lent, difficile à satisfaire en ce qui concerne le sujet et le livret, entreprenant continuellement des projets pour ensuite les abandonner" (1508). La même source donne l'aperçu suivant du caractère de Puccini : "La tristesse intense qui imprègne une grande partie de sa musique reflète son propre tempérament. Car sous le compositeur à succès avec son penchant pour les sports de sang, les voitures rapides et les femmes, se cachait un homme solitaire et sensible" (1509). Le compositeur s'est décrit un jour comme "un puissant chasseur de gibier à plumes, de belles femmes et de bons livrets" (Steen, 812).

Supprimer la pub
Publicité

Puccini était un compositeur unique en ce sens qu'il ne s'intéressait guère à l'adaptation de la musique du passé ou à l'adoption des innovations de ses contemporains. Comme le note un historien :

Quoi qu'il ait été, il était complètement en dehors de la tendance intellectuelle de son temps. Musicalement parlant, Puccini ne devait pas grand-chose à personne... Quelque part, il a développé un style personnel, incomparable, qui se démarque de l'opéra italien de son époque comme le chant d'un rossignol dans une volée d'étourneaux.

(Schonberg, 473-4)

Photograph of Puccini and Toscanini
Photographie de Puccini et Toscanini
Unknown Artist (Public Domain)

Le compositeur avait "un sens infaillible du théâtre et un don mélodique persuasif, alliés à un goût pour les intrigues sentimentales qui font encore pleurer le public" (Thompson, 153). Certains critiques trouvent les mélodies de Puccini trop douces à leur goût - Igor Stravinsky (1882-1971) a un jour décrit Madama Butterfly comme de la "musique de violon triste" (Steen, 811) - et ses livrets trop simples et peu sophistiqués pour être considérés comme de l'art véritable, mais ces points sont probablement la raison pour laquelle ses opéras restent si populaires auprès du public. Les opéras de Puccini sont "directs, faciles à suivre et peuplés de personnages confrontés à des problèmes qui suscitent une réaction emphatique chez tous les publics" (Schonberg, 475). Par-dessus tout, c'est la musique qui porte l'action. Comme Puccini le fit un jour remarquer à une soprano lors des répétitions, "vous devez marcher sur des nuages de mélodie" (Schonberg, 483).

Vie de famille et scandales

Le succès de ses opéras permit à Puccini de bien vivre jusqu'à la fin de sa vie. En 1891, il acheta une villa dans la petite ville de Torre del Lago, près de Lucques, sa ville natale; elle s'appelle aujourd'hui Villa Puccini, et c'est un musée dédié au compositeur. Il y vécut avec sa maîtresse depuis 1886, Elvira Gemignani, qui était déjà mariée (à un camarade d'école de Puccini). Le couple avait commencé sa liaison lorsqu'Elvira était devenue élève de musique de Puccini. Ils eurent un fils, Antonio (né en décembre 1886), et finirent par se marier en janvier 1904 après la mort du mari d'Elvira.

Supprimer la pub
Publicité

La tragédie frappa le ménage en 1909 lorsqu'une servante, Doria Manfredi, fut accusée à plusieurs reprises par Elvira (sans aucune preuve) d'avoir une liaison avec Puccini. Puccini avait un long passé de coureur de jupons, mais dans ce cas, il semble avoir été innocent. Doria, honteuse de ces accusations, se suicida en prenant du poison; un examen médical ultérieur révéla qu'elle était vierge. La famille de Doria intenta un procès à Elvira pour diffamation et gagna. Elvira fut condamnée à cinq mois de prison. Le scandale conduisit Puccini à Milan puis à Paris; son mariage ne survécut que de justesse.

The Puccini Family
La famille Puccini
Unknown Artist (CC BY-SA)

Grands opéras

La Bohème

L'opéra suivant de Puccini est devenu l'un des préférés des amateurs d'opéra du monde entier. La Bohème semblait terriblement moderne lors de sa création au Teatro Regio de Turin le 1er février 1896. Le livret de Luigi Illica et Giuseppe Giacosa, en quatre actes, se déroule dans le monde des artistes de Montmartre à Paris et s'inspire du roman d'Henri Murger, Scènes de la vie de Bohème. Quatre artistes vagabonds partagent une mansarde: Rodolfo (poète), Marcello (peintre), Schaunard (musicien) et Colline (philosophe). Rodolfo tombe amoureux de sa voisine Mimi, mais celle-ci meurt tragiquement de consomption. Lorsque Puccini finit d'écrire le triste dénouement, il nota : "J'ai dû me lever et, debout au milieu du bureau, seul dans le silence de la nuit, j'ai pleuré comme un enfant. C'était comme si je voyais mon propre enfant mourir" (Steen, 820).

Curieusement, Puccini indiqua le moment précis où Mimi meurt dans sa partition originale écrite à la main en dessinant une tête de mort dans la marge. La première de La Bohème fut dirigée par Arturo Toscanini (1867-1957). Les critiques ne furent guère enthousiasmés, mais les ventes de billets racontent une toute autre histoire. Puccini put se permettre d'agrandir sa villa et de s'acheter un yacht et il lui donna inéluctablement le nom de Mimi I.

Supprimer la pub
Publicité

Tosca

La première deTosca eut lieu au Teatro Costanzi de Rome le 14 janvier 1900. La Bohème avait été moderne, Tosca ajouta un réalisme presque brutal au mélange avec le livret en trois actes rempli de viols, de meurtres, d'exécutions et de suicides. Le livret, toujours écrit par Illica et Giacosa, est basé sur la pièce de Victorien Sardou, La Tosca. L'action se déroule à Rome pendant les guerres de la Révolution française (1792-1802). Tosca est une chanteuse et l'amante de Cavaradosi, un peintre, qu'elle soupçonne d'avoir une liaison avec la marquise Attavanti. Un sinistre chef de police, le baron Scarpia, arrête et torture Cavaradosi afin de découvrir où se trouve le consul fugitif Angelotti. Scarpia veut Tosca pour lui-même et gagne ses faveurs en promettant de libérer Cavaradosi par une fausse exécution. Tosca poignarde et tue Scarpia, mais l'exécution de Cavaradosi s'avère être une vraie exécution, et il est tué par le peloton d'exécution. Désespérée, Tosca se jette alors du haut des remparts du château et meurt. L'histoire était trop choquante pour de nombreux critiques, mais le public l'adora. Avec les recettes, Puccini s'acheta une voiture, mais, sous la conduite de son chauffeur, ils eurent un accident près de Lucques et Puccini se cassa la jambe, un accident qui le laissa avec une claudication permanente.

Poster for La Bohème
Affiche pour La Bohème
Adolfo Hohenstein (Public Domain)

Madame Butterfly

Puccini était enfin de retour à la Scala pour la première de Madame Butterfly en février 1904. L'histoire est basée sur des faits réels qui avaient été racontés dans la pièce Madame Butterfly de David Belasco (1853-1931), d'après la nouvelle Madame Butterfly de John Luther Long, qui mêlait elle-même les mémoires de Jennie Correll, femme de missionnaire au Japon, et la nouvelle Madame Chrysanthème de Pierre Loti, datant de 1887. L'histoire avait donc beaucoup voyagé au moment où Puccini la distilla dans un autre mélodrame, cette fois en deux actes seulement. Le livret était à nouveau signé Illica et Giacosa. L'opéra met en scène une geisha japonaise, Cio-Cio-San, également connue sous le nom de Butterfly, qui croit avoir épousé Pinkerton, un lieutenant de la marine américaine. Pinkerton part mais revient finalement au Japon avec sa femme américaine. Butterfly, désespérée, fait ses adieux à son fils et se suicide. L'opéra ne reçut pas un accueil favorable lors de sa création, mais Puccini y apporta des modifications, notamment en le portant à trois actes. Repris à Brescia au Teatro Grande en mai 1904, le public cette fois-ci l'adora. Depuis, Madame Butterfly est devenue un incontournable du répertoire d'opéra dans le monde entier. Plus riche avec chaque nouvel opéra, Puccini s'acheta une nouvelle voiture, une Lancia cette fois, et un deuxième bateau, qu'il baptisa Butterfly.

Puccini se tourna à nouveau vers un roman de David Belasco pour son opéra suivant, La fanciulla del West (La fille du Far-West). L'opéra fut créé au Metropolitan Opera de New York en décembre 1910. La distribution distinguée comprenait Emmy Destin (1878-1930) et Enrico Caruso (1873-1921). Le succès étant au rendez-vous, le directeur de la banque de Puccini dut une fois de plus être ravi, et le compositeur s'offrit le troisième yacht, appelé cette fois Minnie, d'après l'enfant chérie du Far-West.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Puccini choisit de créer son opéra suivant, La rondine (L'hirondelle), à Vienne, mais en raison de la Première Guerre mondiale (1914-18), la première fut déplacée à Monte-Carlo, ville neutre, en mars 1917 (Vienne dut attendre 1920). L'Italie et l'Autriche étant ennemies dans la guerre, la décision du compositeur d'accepter une commande de Vienne nuisit à sa popularité dans son pays. Le trio d'opéras en un acte de Puccini, Il tabarro (La houppelande), Suor Angelica (Sœur Angelica) et Gianni Schicchi - collectivement intitulé Il trittico (Le Triptyque) - fut créé à New York en décembre 1918.

Madama Butterfly Poster
Affiche de Madame Butterfly
Leopoldo Metlicovitz (Public Domain)

Turandot

Le douzième et dernier opéra de Puccini fut Turandot. Le livret est de Giuseppe Adami et Renato Simonov. Une fois de plus, l'histoire tourne autour d'une héroïne malchanceuse, l'esclave Liù. Le livret en trois actes s'inspire d'un conte de fées du dramaturge vénitien du XVIIIe siècle Carlo Gozzi et peut-être d'éléments des mille et une nuits. Turandot est une méchante princesse qui met ses prétendants au défi de répondre à trois énigmes. Le prince Calaf répond aux énigmes et met ensuite Turandot au défi de découvrir son vrai nom avant le lendemain, sous peine de perdre la vie. Turandot torture Liù, la fidèle esclave de Calaf, pour découvrir son identité secrète, mais Liù se tue pour protéger son maître (on peut se demander si elle s'est inspirée du destin tragique de la servante Doria). Pour une fois, l'opéra se termine bien - une Turandot réformée épouse Calaf - mais la tragédie, cette fois, survint dans la vraie vie, lorsque Puccini mourut avant que l'œuvre ne soit achevée. Il manquait deux scènes, et le duo final de chansons d'amour fut ajouté par Franco Alfano sur la base des esquisses de Puccini. Turandot fut créée deux ans après la mort du compositeur à la Scala, le 25 avril 1926. Toscanini dirigeait à nouveau l'opéra et, au moment où Liù mourait sur scène, il arrêta la musique, déposa sa baguette et informa le public : "À ce moment de l'opéra, le compositeur mourut" (Sadie, 294). Le public adora, l'aria Nessun dorma étant particulièrement populaire.

Œuvres les plus célèbres de Puccini

Les œuvres les plus importantes composées par Giacomo Puccini, dont les dates de création sont indiquées entre parenthèses, sont les suivantes :

Manon Lescaut (1893)
La Bohème - (1896)
Tosca (1900)
Madame Butterfly (1904)
La fille du Far-West (1910)
L romdine (L'hirondelle, 1917)
Il trittico - (Le triptyque, 1918)
Turandot (1926)

Mort et héritage

En 1921, sa santé déclinant, Puccini quitta sa villa pour en habiter une nouvelle près de Viareggio, tout en conservant Torre del Lago comme pavillon de chasse. Giacomo Puccini mourut d'une crise cardiaque à Bruxelles le 29 novembre 1924. Grand fumeur depuis toujours, il était alors traité pour un cancer de la gorge. Puccini avait rejoint le parti fasciste et le dictateur Benito Mussolini prononça l'oraison funèbre lors d'un service dans la cathédrale de Milan; Toscanini dirigeait l'orchestre. Puccini fut enterré à Torre del Lago.

Turandot de Puccini s'avéra être le dernier grand opéra d'un compositeur à être universellement admiré par le public. L'opéra fut alors remplacé par le cinéma et d'autres types de théâtre en tant que formes de divertissement les plus populaires. L'accent mis par Puccini sur les personnages et sur une histoire cohérente racontée avec de la musique et des mots fit de lui le précurseur des compositeurs de comédies musicales du 20e siècle (Steen, 819). L'opéra fit son retour plus tard dans le siècle et, aujourd'hui, rares sont les maisons d'opéra dans le monde qui proposent une saison sans l'un des opéras de Puccini. L'historien de la musique et biographe de Puccini, Julian Budden, explique comme suit la popularité durable de l'œuvre de Puccini : "Sa maîtrise suprême du métier d'opéra, son don mélodique et sa sincérité émotionnelle se combinent pour que ses opéras restent aussi fraîchement vivants aujourd'hui que lorsqu'ils ont été écrits" (Arnold, 1509).

Cet article est dédié au père de l'auteur, David Cartwright. D'un amoureux de l'opéra à un autre et des souvenirs inoubliables de nuits à Prague et à Vérone.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Pour quoi Giacomo Puccini est-il surtout connu ?

Giacomo Puccini est surtout connu pour être un compositeur d'opéras, notamment La Bohème, Tosca, Madame Butterfly et Turandot.

Quels sont les morceaux les plus célèbres de Puccini ?

Les morceaux de musique les plus célèbres de Giacomo Puccini sont Nessun Dorma de Turandot et O mio babbino caro de Gianni Schicchi.

En quoi Puccini était-il différent de Verdi ?

Les différences entre les opéras de Giuseppe Verdi et de Giacomo Puccini résident dans le fait que le premier s'intéressait davantage aux personnages historiques ou issus de la littérature, tandis que le second préférait les livrets mettant au centre de l'histoire une héroïne plus moderne et plus tragique.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2023, juin 06). Giacomo Puccini [Giacomo Puccini]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-21941/giacomo-puccini/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Giacomo Puccini." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 06, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-21941/giacomo-puccini/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Giacomo Puccini." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 06 juin 2023. Web. 29 mai 2024.

Adhésion