Campagne de Napoléon en Égypte et en Syrie

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$3313 / $18000

Définition

Harrison W. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 27 avril 2023
Disponible dans ces autres langues: anglais, arabe, italien, persan, espagnol, Turc
X
Bonaparte Before the Sphinx (by Jean-Léon Gérôme, Public Domain)
Bonaparte devant le Sphinx
Jean-Léon Gérôme (Public Domain)

L'expédition française en Égypte et en Syrie (1798-1801), menée par Napoléon Bonaparte, visait à établir une colonie française en Égypte et à menacer les possessions britanniques en Inde. Malgré les premières victoires françaises, la campagne finit par se solder par un échec et l'Égypte resta sous le contrôle des Ottomans. L'expédition conduisit également à la découverte de la pierre de Rosette et à la naissance de l'égyptologie moderne.

Un nouvel Alexandre

À la fin de l'année 1797, la République française dominait l'Europe occidentale, après avoir vaincu presque tous ses ennemis lors de la guerre de la Première Coalition. Seule la Grande-Bretagne restait en guerre; malgré des ouvertures timides en faveur de la paix en 1797, les Britanniques faisaient preuve d'une détermination renouvelée, le Premier ministre William Pitt le Jeune cherchant à financer une deuxième coalition anti-française. Le Directoire français, le gouvernement de la République, était tout aussi déterminé à mener la guerre à son terme et rassemblait une armée de 120 000 hommes en vue d'une invasion audacieuse de la Grande-Bretagne. Le commandement de cette armée d'Angleterre fut confié au général Napoléon Bonaparte qui entreprit une rapide tournée des chantiers navals pour évaluer la faisabilité d'une telle expédition. Sa conclusion décourageante fut que la supériorité navale britannique condamnait toute tentative d'invasion à l'échec. Bonaparte proposa alors une autre voie vers la victoire, suggérant que les Français pourraient menacer l'empire britannique en établissant une colonie en Égypte.

Supprimer la pub
Publicité
La situation géographique de l'Égypte en faisait la base idéale à partir de laquelle les Français pourraient menacer les intérêts britanniques.

Les ministres français caressaient l'idée d'une colonie française en Égypte depuis les années 1760, mais le désir du Directoire de vaincre la Grande-Bretagne la rendait particulièrement attrayante à ce moment précis. Le Directoire avait désespérément besoin de récupérer la perte de ses colonies dans les Antilles, et les richesses supposées de l'Égypte en feraient un excellent complément à l'empire colonial français en difficulté. La situation géographique de l'Égypte en faisait également la base idéale à partir de laquelle les Français pourraient menacer les intérêts britanniques en Méditerranée et en Inde. Bonaparte suggéra d'ailleurs d'ouvrir des communications avec des éléments anti-britanniques en Inde, comme Tipû Sâhib. Le Directoire pouvait même voir les avantages d'une défaite qui lui permettrait de se débarrasser de l'encombrant général Bonaparte, dont la popularité croissante faisait de lui une menace. L'insatiable ambitieux Bonaparte avait bien sûr ses propres motivations: il souhaitait imiter son héros Alexandre le Grand et construire un empire à l'est. "L'Europe est une taupinière", remarqua un jour Bonaparte, "toutes les grandes réputations sont venues d'Asie" (Roberts, 159).

Napoleon in Egypt
Napoléon en Égypte
Jean-Léon Gérôme (Public Domain)

Ne voyant aucun inconvénient, le Directoire approuva l'expédition à condition que Bonaparte réunisse lui-même les fonds nécessaires et qu'il rentre en France dans les six mois. Presque immédiatement, Bonaparte se procura les 8 millions de francs nécessaires en obtenant des "contributions" des républiques sœurs de la France en Hollande, en Suisse et en Italie. Bonaparte sélectionna 21 demi-brigades parmi les meilleures de France, soit environ 38 000 soldats. Il remplit également son corps d'officiers avec certains des généraux les plus talentueux de l'armée française. Alexandre Berthier redevint son indispensable chef d'état-major, tandis que les divisions étaient commandées par les généraux expérimentés Jean-Baptiste Kléber, Louis Desaix, Louis-André Bon, Jean Reynier et Jacques Menou. Bonaparte fit même appel à son beau-fils Eugène de Beauharnais et à son frère Louis comme aides de camp.

Supprimer la pub
Publicité

Souhaitant donner à l'expédition un caractère scientifique, Bonaparte s'assura les services de 167 savants et érudits parmi les plus distingués de France. Dirigés par le mathématicien Gaspard Monge, ces savants avaient pour mission de mener des recherches et de mettre en valeur les progrès scientifiques de l'Europe. La présence de ces savants conduirait à la découverte de la pierre de Rosette et à la naissance de l'égyptologie moderne.

Prise de Malte

Alors que l'expédition française se rassemblait à Toulon, ni les soldats ni les savants ne savaient où ils se rendaient: la Royal Navy contrôlait la Méditerranée et la discrétion était de mise. Au début du mois de mai 1798, une armada française sous les ordres du vice-amiral Brueys se rassembla pour transporter la nouvelle Armée d'Orient en Égypte. La flotte se composait de 13 vaisseaux de ligne, de 13 frégates et de plus de 200 transports. Une flotte d'une telle taille ne pouvait échapper à la détection des agents anglais et, lorsque l'expédition prit la mer le 19 mai, une escadre de navires de guerre britanniques sous les ordres d'Horatio Nelson rôdait autour de la Méditerranée à sa recherche. Le 21 mai, un violent coup de vent démâta le navire amiral de Nelson et dispersa son escadre en direction de la Sardaigne. Après avoir réparé ses navires, Nelson navigua à moins de 20 milles de la flotte française, qui ne fut pas détectée grâce à un épais brouillard.

Supprimer la pub
Publicité
Après avoir pris le contrôle de Malte, Bonaparte pilla le trésor et passa six jours à réformer l'administration maltaise.

Les Français atteignirent Malte sans encombre le 10 juin. Bonaparte, désireux de sécuriser l'île avant de se rendre en Égypte, ordonna l'invasion sous prétexte que l'île s'était montrée hostile en ne permettant pas à toute sa flotte de jeter l'ancre. Bien que les Chevaliers de Saint-Jean, l'ordre militaire qui contrôlait Malte, aient été réputés pour leur résistance aux sièges, l'île tomba aux mains des Français après une résistance minime, car la moitié des chevaliers étaient français et refusèrent de se battre contre leurs compatriotes. Après avoir pris le contrôle de Malte, Bonaparte pilla le trésor et passa six jours à réformer l'administration de l'île: il expulsa les chevaliers de Saint-Jean, abolit l'esclavage et le féodalisme, réforma l'hôpital et l'université et autorisa les Juifs à construire une synagogue. Il laissa ensuite une garnison et s'embarqua pour Alexandrie le 19 juin.

Campagne en Égypte

L'Empire ottoman régnait sur l'Égypte depuis 1517, mais au fil des siècles, l'emprise du sultan sur le pays s'était relâchée. En 1798, l'Égypte était en fait sous la domination des Mamelouks, une caste militaire originaire des montagnes du Caucase, qui avait imposé de lourdes taxes et était généralement détestée par ses sujets égyptiens. Bonaparte espérait se présenter en libérateur, en écrivant des pamphlets affirmant qu'il avait été envoyé par Allah pour se débarrasser de la tyrannie mamelouke. Pour éviter les hostilités avec les Ottomans, Bonaparte avait reçu l'assurance que le ministre français des Affaires étrangères, Charles-Maurice de Talleyrand, se rendrait à Constantinople pour expliquer les objectifs de la France et promettre au sultan que l'Égypte continuerait à lui verser un tribut annuel. Pourtant, bien qu'il ait été le plus grand partisan de l'expédition égyptienne, Talleyrand ne se rendit jamais à Constantinople; ce ne serait pas la dernière fois qu'il trahirait Napoléon.

La flotte française arriva au large d'Alexandrie le 1er juillet et Bonaparte débarqua à l'anse du Marabout, à 13 km de là. Le lendemain matin, les Français prirent Alexandrie d'assaut; le général Menou s'empara du Fort Triangulaire à l'extérieur de la ville, tandis que Kléber et Bon s'emparèrent des portes de Pompée et de Rosette. Poussés par la soif, les Français attaquèrent avec une détermination accrue et la ville était aux mains des Français à la mi-journée.

Supprimer la pub
Publicité

Bonaparte resta une semaine à Alexandrie avant de partir pour Le Caire le 7 juillet, laissant la flotte ancrée dans la baie d'Aboukir et 2 000 hommes en garnison. La marche dans le désert qui s'ensuivit fut brutale, et les souffrances causées par la chaleur torride et les nuées de moustiques furent aggravées par le manque d'eau; les puits le long de la route avaient été empoisonnés ou bouchés par les tribus bédouines. De nombreux soldats furent atteints d'ophtalmie, qui provoquait une cécité temporaire, et les traînards furent éliminés par les Mamelouks qui les poursuivaient. La discipline atteignit un niveau critique: plusieurs soldats se tuèrent d'une balle et d'autres complotèrent une mutinerie.

Battle of the Pyramids, 1798 CE
Bataille des Pyramides, 1798
Louis-François, Baron Lejeune (Public Domain)

Le moral s'améliora le 10 juillet, lorsque l'armée atteignit le Nil ; des soldats en délire se précipitèrent dans les eaux boueuses pour boire, et plusieurs moururent d'abus. Le 13 juillet, Bonaparte rencontra et battit une armée mamelouke commandée par Mourad Bey lors de la petite de bataille de Chebreiss. Mourad battit en retraite pour rassembler de nouvelles forces et réapparut le 21 juillet devant la ville d'Embabeh. Les 20 000 Français semblaient irrémédiablement désavantagés par leur infériorité numérique; Mourad Bey commandait 6 000 mamelouks à cheval et une milice de 54 000 fellahins ou paysans arabes. Pourtant, Bonaparte ne se laissa pas décourager. Il forma chacune de ses cinq divisions en carré, avec des canons placés aux angles. Faisant allusion à la Grande Pyramide de Gizeh, clairement visible depuis le champ de bataille, Bonaparte dit à ses hommes : "Du haut de ces pyramides, quarante siècles vous regardent !". (Chandler, 224).

La bataille des Pyramides qui s'ensuivit fut la plus célèbre victoire française de la campagne. Les formations carrées rendirent la redoutable cavalerie mamelouke inutile, car les chevaux se cabraient et désarçonnaient leurs cavaliers lorsqu'ils étaient menacés par les baïonnettes françaises. En l'espace de deux heures, les Mamelouks furent mis en déroute et des centaines d'entre eux se noyèrent dans leur tentative paniquée de fuir à travers le Nil. Les mamelouks arrivaient souvent au combat avec tous leurs objets de valeur, ce qui signifie qu'un seul cadavre mamelouk suffisait à enrichir un soldat français. Pendant les jours qui suivirent la bataille, les Français s'adonnèrent à un sport macabre consistant à repêcher les cadavres mamelouks dans le fleuve à l'aide de baïonnettes. Le co-dirigeant de Mourad Bey, Ibrahim Bey, abandonna Le Caire sans combattre et Bonaparte entra en triomphe dans la ville le 24 juillet. Le général Desaix fut envoyé à la poursuite de Mourad et d'Ibrahim en Haute-Égypte, et Desaix se couvrit de gloire après avoir battu les Mamelouks à El Lahoun (7 octobre), Samanouth (22 janvier 1799) et Benout (8 mars).

Supprimer la pub
Publicité

Explosion of L'Orient at the Battle of the Nile
Explosion de L'Orient à la Bataille d'Aboukir
George Arnald (Public Domain)

La chance de Bonaparte n'était cependant pas sans limites. Le 1er août 1798, Nelson rattrapa enfin la flotte française ancrée dans la baie d'Aboukir. Au cours de la bataille du Nil qui s'ensuivit, l'armada française fut anéantie; 11 des 13 navires de ligne furent capturés ou détruits, et l'explosion du navire amiral français L'Orient causa la mort de l'amiral Brueys et d'un millier de marins français. L'ensemble de la victoire de Nelson priva Bonaparte de tout ravitaillement et de tout renfort en provenance de France. Le lendemain de la nouvelle, Bonaparte déclara à ses officiers: "Il me semble que vous aimez ce pays. C'est une chance, car nous n'avons plus de flotte pour nous ramener en Europe" (Roberts, 178).

Occupation du Caire

Une fois la majeure partie de l'Égypte sous son contrôle, Bonaparte tenta de gagner la confiance de la population. Au Caire, il engagea avec les cheiks locaux des discussions théologiques, montrant sa connaissance du Coran et donnant l'impression qu'il avait l'intention de se convertir à l'islam. Le 20 août, il finança une célébration de trois jours de l'anniversaire du prophète Mahomet, au cours de laquelle il fut déclaré gendre du prophète et reçut le nom d'Ali-Bonaparte. Le dernier jour des célébrations, Bonaparte inaugura l'Institut d'Égypte avec Monge comme président, tentant ainsi d'impressionner les Cairotes avec la science et la raison des Lumières.

Nombreux sont ceux qui n'adhérèrent pas à ce spectacle, et le mécontentement continua de couver sous l'occupation française. En septembre, l'incapacité de Talleyrand à remplir sa part du marché devint évidente lorsque l'Empire ottoman déclara la guerre à la France. Le 20 octobre, le Caire apprit que les Ottomans rassemblaient une armée en Syrie pour attaquer Bonaparte. La nuit même, Le Caire entra en révolte. Le général Dupuy, gouverneur militaire de la ville, fut transpercé en pleine rue, tandis que 15 gardes du corps de Bonaparte et un de ses aides de camp furent assassinés et leurs corps donnés en pâture aux chiens. Avant que Bonaparte ne puisse lancer une véritable riposte, 300 soldats français étaient morts et les rebelles cairotes se réfugièrent dans la grande mosquée Gama-el-Azhar.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Revolt in Cairo, October 1798
Révolte au Caire, octobre 1798
Anne-Louis Girodet-Trioson (Public Domain)

Conscient que tout retard encouragerait les 600 000 habitants du Caire à rejoindre le soulèvement, Bonaparte réagit sans ménagement. Il bombarda la Grande Mosquée avec son artillerie avant d'envoyer son infanterie, qui profana l'édifice. 2 500 rebelles furent tués lors du combat initial et, au cours des semaines suivantes, des centaines d'autres furent exécutés. Pour économiser des munitions, Bonaparte les fit décapiter, leurs têtes empilées au centre de la ville, leurs corps jetés dans le Nil. Le 11 novembre, la révolte était matée et Bonaparte pouvait se tourner vers la menace grandissante en Syrie.

Campagne en Syrie

Bonaparte décida de devancer l'invasion ottomane. En février 1799, il fit sortir d'Égypte 13 000 hommes, soit quatre divisions épuisées sous les ordres des généraux Reynier, Kléber, Bon et Jean Lannes, la cavalerie étant dirigée par Joachim Murat. Le 17 février, Bonaparte fut arrêté par 2 000 soldats ottomans qui défendaient la forteresse d'El-Arish. La forteresse tomba deux jours plus tard à la suite d'un redoutable bombardement, et Bonaparte laissa partir la garnison qui jura par le Coran qu'elle ne reviendrait pas se battre contre lui. Les Français passèrent ensuite par Gaza avant d'entamer le siège de Jaffa le 3 mars. Le siège dura trois jours. Bonaparte envoya alors un messager pour exiger la reddition de la ville; le gouverneur de Jaffa décapita le messager et afficha la tête sur ses murs. Le lendemain, des milliers de Français enragés prirent la ville d'assaut et Bonaparte livra Jaffa à un pillage effréné pendant 24 heures. Comme l'a rappelé un savant horrifié:

Les images étaient terribles. Le bruit des coups de feu, les cris des femmes et des pères, les piles de corps... l'odeur du sang, les gémissements des blessés, les cris des vainqueurs se disputant le butin. (Roberts, 189)

Les atrocités ne s'arrêtèrent pas là. Comme certains des défenseurs de Jaffa n'étaient autres que ceux que Bonaparte avait relâchés après la prise d'El-Arish, le général décida de punir toute la garnison. Le 9 mars, entre 2 et 3 000 prisonniers de guerre furent emmenés sur une plage au sud de Jaffa où ils furent tous massacrés. Bonaparte se défendit en affirmant qu'il n'avait pas assez de nourriture pour les nourrir, alors qu'il venait de saisir environ 400 000 rations de biscuits à Jaffa. Comme le note le biographe Andrew Roberts, il y avait probablement un élément racial dans ce massacre, car Bonaparte n'aurait certainement pas traité avec autant de cruauté une armée européenne qui se serait rendue.

Napoleon Visits the Plague Victims of Jaffa
Napoléon rend visite aux victimes de la peste de Jaffa
Antoine-Jean Gros (Public Domain)

Dans une intéressante démonstration de justice karmique, l'armée française fut frappée par la peste bubonique peu de temps après les massacres de Jaffa. Avec un taux de mortalité de 92 %, il y avait 270 nouveaux cas par jour. Bien que Bonaparte ait fait de son mieux pour rendre visite aux malades et soigner ses hommes, il ne put s'attarder à Jaffa que très peu de temps. Le 14 mars, Bonaparte rassembla ses soldats valides et se mit en route pour Acre.

Siège d'Acre

Bonaparte arriva devant Acre le 18 mars et trouva la ville formidablement défendue. La garnison était commandée par Djezzar Pacha, gouverneur de Syrie, dont l'impitoyabilité lui valut le surnom de "boucher"; les Ottomans étaient ravitaillés et renforcés par le rusé commodore britannique Sir Sidney Smith, qui menait une guerre psychologique contre les Français en leur refusant l'accès à toute nouvelle en provenance de France. Bonaparte restait confiant dans une victoire rapide jusqu'à ce que la flottille transportant ses lourds canons de siège ne soit capturée par l'ennemi et que les Français se retrouvent bientôt sous le feu de leurs propres canons. Bonaparte fut alors contraint de recourir à des méthodes de guerre de siège plus fastidieuses, comme la sape.

Ce n'était là que la première d'une série de calamités qui s'abattraient sur l'armée assiégeante. Le premier assaut de Bonaparte, le 28 mars, se solda par un désastre lorsque les échelles françaises se révélèrent trop courtes pour escalader les murs; Bonaparte ordonna huit autres attaques majeures au cours des neuf semaines suivantes, qui se soldèrent toutes par des échecs. Les lignes de siège françaises s'étendaient également dans des marécages infestés de moustiques, ce qui provoqua une épidémie de malaria. Alors que les pertes françaises commençaient à s'accumuler, Bonaparte se vit privé de ses officiers les plus talentueux. Le populaire général Cafferelli succomba à la gangrène le 28 avril, et le général Bon fut mortellement blessé le 10 mai. Les généraux Lannes et Eugène de Beauharnais furent également gravement blessés.

Battle of Mount Tabor
Bataille du Mont-Thabor
Léon Cogniet (Public Domain)

Le 16 avril, les Français battirent une armée de secours ottomane à la bataille du mont Thabor. Aussi impressionnante qu'ait pu être cette victoire, elle n'améliora guère les chances de Bonaparte de s'emparer d'Acre. Peu de temps après, Sidney Smith réussit son plus grand acte de guerre psychologique en permettant à une vraie nouvelle d'atteindre l'armée de Bonaparte: un journal annonçant le début de la guerre de la deuxième coalition et les défaites militaires subies par la France en Europe. Réalisant que ses talents étaient nécessaires en Europe, Bonaparte leva le siège le 20 mai et entama la longue et démoralisante marche qui le ramena au Caire. L'échec du siège hanterait toujours Bonaparte, qui se lamenterait plus tard: "J'ai manqué mon destin à Acre" (Roberts, 198).

Retraite

Arrivé au Caire le 14 juin, Bonaparte rassembla tous les soldats disponibles et se mit en marche pour Alexandrie. Le 25 juillet, Bonaparte les engagea dans la bataille d'Aboukir, qui serait sa dernière victoire en Égypte. 2 000 Ottomans furent tués au cours de la bataille et beaucoup d'autres se noyèrent lorsqu'ils furent repoussés dans la mer. Les Français perdirent moins de 1 000 hommes, mais la flotte de Brueys étant détruite et la France étant à nouveau en guerre avec l'Europe, il était clair qu'aucun renfort n'arriverait.

N'ayant fait part à personne de son intention de quitter l'Égypte, Bonaparte s'embarqua le 23 août avec seulement une poignée d'officiers et de savants, abandonnant le reste à Alexandrie. En 41 jours, il était de retour en France et, à la fin de l'année, il avait pris le contrôle du gouvernement français lors du coup d'État du 18 Brumaire.

Assassination of Kléber
Assassinat de Kléber
Antoine-Jean Gros (CC BY-NC-SA)

Malgré les affirmations de Bonaparte selon lesquelles on avait besoin de lui en Europe, l'armée qu'il laissa derrière lui se sentit trahie, ce qui est compréhensible. Personne n'était plus furieux que le général Kléber, qui hérita du commandement de l'expédition en cours de désintégration. Kléber commença à qualifier Bonaparte d'"avorton corse" et promit de se venger à son retour en Europe. Kléber n'en aurait jamais l'occasion, car il fut assassiné à Alexandrie en juin 1800.

Le commandement passa au général Menou, responsable de la défense d'Alexandrie lors de l'attaque d'une armée anglo-ottomane sous les ordres de Sir Ralph Abercromby, le 21 mars 1801. Bien qu'Abercromby ait été mortellement blessé, la bataille d'Alexandrie se solda par une victoire des Alliés ennemis de la France. Le Caire tomba en juin et Menou rendit Alexandrie le 2 septembre 1801 après un long siège. Le traité de Paris du 25 juin 1802 mit fin aux hostilités entre la France et l'Empire ottoman, et l'Égypte retomba sous le contrôle des Ottomans.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Pourquoi Napoléon a-t-il abandonné son armée en Égypte et est-il rentré en France ?

Napoléon affirma avoir abandonné son armée en Égypte parce qu'on avait besoin de ses talents en Europe, où la France menait la guerre de la deuxième coalition ; cependant, il se peut qu'il ait également désavoué la campagne d'Égypte, qui s'était soldée par un échec.

Qu'a fait Napoléon en Syrie ?

Napoléon envahit la Syrie en février 1799. Il s'empaa de Jaffa et assiégea Acre, où il se heurta à la résistance acharnée des défenseurs anglo-ottomans. Bien qu'il ait remporté la bataille du mont Thabor, il ne parvint pas à prendre Acre et fut contraint de se replier en Égypte.

Pourquoi Napoléon a-t-il mené une campagne en Égypte ?

Napoléon mena une campagne en Égypte afin d'y établir une colonie française qui permettrait à la France de menacer le commerce britannique en Méditerranée et en Inde. Napoléon était également motivé par le désir de suivre les traces de son héros Alexandre le Grand et de se tailler un empire au Moyen-Orient et en Asie.

Que s'est-il passé lors de la campagne d'Égypte de Napoléon ?

La campagne d'Égypte de Napoléon fut dans un premier temps couronnée de succès, puisqu'il remporta la bataille des Pyramides et s'empara du Caire. Mais les défaites françaises à la bataille du Nil et au siège d'Acre entraînèrent l'échec de la campagne, Napoléon abandonna son armée à Alexandrie et retourna en Europe.

Comment la campagne égyptienne de Napoléon a-t-elle contribué à l'égyptologie ?

Lors de sa campagne d'Égypte, Napoléon emmena 167 savants, dont des scientifiques et d'autres érudits français, pour mener des recherches en Égypte. Un officier de l'armée napoléonienne redécouvrit notamment la pierre de Rosette qui permit de déchiffrer les hiéroglyphes de l'Égypte ancienne.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Harrison W. Mark
Harrison Mark est diplômé de SUNY Oswego où il a étudié l'histoire et les sciences politiques.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, H. W. (2023, avril 27). Campagne de Napoléon en Égypte et en Syrie [Napoleon's Campaign in Egypt and Syria]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-21818/campagne-de-napoleon-en-egypte-et-en-syrie/

Style Chicago

Mark, Harrison W.. "Campagne de Napoléon en Égypte et en Syrie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le avril 27, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-21818/campagne-de-napoleon-en-egypte-et-en-syrie/.

Style MLA

Mark, Harrison W.. "Campagne de Napoléon en Égypte et en Syrie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 27 avril 2023. Web. 21 juil. 2024.

Adhésion