Le Dagda

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 05 février 2021
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, italien
Celtic God, Gundestrup Cauldron (by Unknown Artist, Public Domain)
Dieu celte, chaudron de Gundestrup
Unknown Artist (Public Domain)

Le Dagda (aussi appelé Daghda, Daghdha, Dagdae ou Dagda Mór), généralement écrit avec l'article défini, est l'un des dieux les plus importants de la mythologie celtique irlandaise. Il apparaît comme un guerrier aux multiples talents, chef des Tuatha Dé Dannan, des envahisseurs de l'ancienne Irlande qui gagnent une bataille contre les Fir Bolg qui vivaient là. Une autre bataille s'ensuit, cette fois contre les Fomoires, les géants de la mer, et les Tuatha Dé Dannan sont de nouveau victorieux. Ce sont les Fomoires qui lancent au Dagda son célèbre défi : manger une énorme quantité de porridge dans son propre chaudron magique. Avec sa puissante massue, son chaudron inépuisable et son grand talent pour jouer de la harpe, le Dagda est un dieu universel dans la mythologie irlandaise, considéré comme résidant en de nombreux endroits, y compris à Newgrange. En tant que personnage guerrier, le Dagda est tué par Caitlín, reine des Fomoires.

Noms

Dagda signifie le "bon dieu" et le nom apparaît souvent sous différentes orthographes. Le sens du mot "bon" dans ce contexte est "polyvalent", car Dagda était considéré comme un maître artisan, guerrier, magicien et dirigeant. Le dieu peut également être appelé Eochaid Ollathair, qui signifie "père de tous" ou "père puissant", Ruad Rofhessa, qui signifie "seigneur du grand savoir", ou Deirgderc, "œil rouge" (en référence au soleil). Bien que les spécialistes le reconnaissent comme une divinité importante des premiers temps de l'Irlande celtique, sa signification précise n'est pas connue. Certains l'ont identifié comme un dieu du ciel et une divinité ancestrale semblable à Cronos dans la mythologie grecque. Quoi qu'il en soit, on pense que ces anciens dieux celtes ne faisaient pas l'objet de rituels religieux particuliers en leur honneur. En revanche, son caractère de guerrier divin est mieux représenté et perçu dans les récits mythologiques des débuts de l'histoire irlandaise qui ont été mis par écrit à partir du 8e siècle environ.

Supprimer la pub
Advertisement
Le Dagda était avant tout un guerrier - on dit que sa massue était si lourde qu'elle devait être déplacée sur des roues.

Nous savons que dans la religion des anciens Celtes, le Dagda était un personnage important de la fête de Samhain qui, le 1er novembre et y compris le soir du 31, célébrait la fin de la vieille année et le début de la nouvelle. C'était aussi la période où l'on pouvait le mieux contacter les esprits de l'autre monde. Si le Dagda et la déesse de la guerre Mórrigan, parfois appelée "reine des démons", se rencontraient à cette époque, leur union sexuelle garantissait la fertilité et la prospérité de la tribu, de ses récoltes et de son bétail pour l'année suivante. On pense également que le Dagda avait des rapports sexuels avec deux autres déesses pendant Samhain, à savoir Boand (alias Boann, déesse de la rivière Boyne) et Indech (fille d'un célèbre guerrier du même nom). Pour cette raison, dans les traditions orales gaéliques d'Irlande et d'Écosse, Samhain était considérée comme la période la plus propice pour tomber enceinte.

Newgrange Entrance
Entrée de Newgrange
Joshua J. Mark (CC BY-NC-SA)

Relations familiales

Le Dagda est parfois considéré comme le fils d'Eithne, la fille de Balor (alias Balar), chef des Fomoires (voir ci-dessous). Par conséquent, le Dagda serait le frère de Lugh, un autre dieu important et héros culturel qui régna sur l'Irlande pendant 40 ans. Le Dagda n'a pas de domicile particulier, mais on pense plutôt qu'il est présent partout et en tout lieu. Dans les traditions ultérieures, on dit qu'il avait quatre palais sous la terre.

Supprimer la pub
Advertisement

Le Dagda a une fille, Brigid (alias Brigit), la déesse qui est une forte force de fertilité, une source de grande sagesse et de poésie, et une dispensatrice de guérison dans l'Irlande pré-chrétienne. Les fils les plus célèbres du Dagda sont Cermait et Angus Óg (alias Mac Óc), le "jeune dieu" qui représente la jeunesse, la beauté et peut-être l'amour. La mère de ce dernier était Boand dont le mari est très souvent cité comme étant Nechtan, une sorte de figure de Poséidon/Neptune. Le Dagda, déguisé en Eochaid Ollathair dans certaines versions, envoie Nechtan en voyage pendant qu'il séduit sa femme. Le Dagda jette un sort à Nechtan pour qu'il ne ressente pas la faim ni la sensation du temps qui passe et ce n'est qu'après neuf mois qu'il rentre chez lui. L'infortuné Nechtan pense qu'il n'a été absent qu'un jour et ne se rend pas compte que sa femme est enceinte et que l'enfant a été donné à son père adoptif, Elcmar.

Le Dagda peut jouer trois types de mélodies sur sa harpe pour inciter ses auditeurs à dormir, rire ou pleurer.

Les autres enfants du Dagda, et il en a beaucoup, comprennent Áed Minbhrec, Bodb Derg et Midir (bien qu'il soit parfois le frère du Dagda), tous trois étant des membres éminents des Tuatha Dé Dannan, les dieux irlandais pré-chrétiens ou la race surnaturelle qui a apporté des éléments de civilisation dans le cycle mythologique irlandais. Une autre fille du Dagda est Ainge, un personnage mineur lié aux forêts.

Supprimer la pub
Advertisement

Les trésors du Dagda

Le Dagda, ce qui peut surprendre pour un personnage aussi vénéré, est généralement dépeint comme un guerrier de type paysan, portant une tunique courte et n'étant pas trop doué pour les bonnes manières. Le Dagda possède un grand chaudron avec lequel il peut nourrir magiquement chacun de ses fidèles. Ce chaudron était considéré comme l'un des quatre trésors des Tuatha Dé Danann, et le Dagda est l'un des grands chefs guerriers de cette race. Les chaudrons étaient très importants dans les cultures de l'âge du bronze et, pour les Celtes, ils étaient associés aux funérailles et servaient d'offrandes votives.

The Altartate Cauldron
Chaudron d'Altartate
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Une autre source de nourriture appartenant au Dagda est un arbre fruitier toujours abondant. Le dieu est également le propriétaire de Brug na Bóinne ou Newgrange dans le comté de Meath - à la fois résidence d'un autre monde et site néolithique - avant de le céder à son fils Angus Óg.

Le Dagda est avant tout un guerrier, et on dit que sa massue est si lourde qu'elle doit être déplacée sur des roues et que, lorsqu'elle est traînée, elle laisse des sillons si profonds qu'ils sont utilisés comme bornes entre les provinces. Lorsqu'elle est brandie avec colère, cette formidable massue peut tuer neuf hommes d'un coup. La massue a également le pouvoir de ramener les morts à la vie. Le Dagda possède également la capacité de jouer de la harpe, avec laquelle il peut jouer trois types d'airs pour influencer ses auditeurs à dormir, rire ou pleurer. Cette harpe est si célèbre qu'elle a un nom : Úaithne. Enfin, le Dagda possède deux cochons magiques, l'un vivant et l'autre cuisant éternellement sur un feu et prêt à être mangé.

Supprimer la pub
Advertisement

Tuatha Dé Dannan et le Fir Bolg

L'histoire de l'implication du Dagda dans l'invasion de l'Irlande est racontée de manière très célèbre dans le Cath Maige Tuired (alias "La bataille de Mag Tuired"), un texte du 11e siècle qui rassemble des sources antérieures. Une autre source est le Lebor Gabála ("Livre des invasions"), datant des 11-12e siècles. Les envahisseurs Tuatha Dé Danann possèdent de nombreux grands guerriers dotés de pouvoirs spéciaux, et le Dagda est le plus important d'entre eux. Sans surprise, étant donné les exploits de leurs chefs, les envahisseurs sont victorieux contre les habitants actuels, les Fir Bolg, à Mag Tuired, une plaine du Connacht, au nord-ouest de l'Irlande. Les Fir Bolg vaincus se dispersent ensuite dans des îles éloignées et en Écosse.

The Fomorians by John Duncan
Les Fomoires par John Duncan
John Duncan (Public Domain)

Les Fomoires et la mort

Une autre bataille au même endroit se déroule 27 ans plus tard, cette fois entre les Tuatha Dé Danann et les Fomoires, qui sont soit des êtres semi-divins, soit des pirates démoniaques selon la source que l'on consulte. Les Fomoires sont de féroces combattants à l'aspect redoutable - ils ont un bras, une jambe et un œil dans certaines versions. Au départ, les deux groupes vivent pacifiquement ensemble et se marient entre eux, mais une grande bataille suivra. Entre-temps, le Dagda est obligé de construire une forteresse pour Bres, qui est devenu le chef des deux groupes. C'est une tâche humiliante, et d'autres chefs notables doivent en faire autant, ce qui entraîne le mécontentement des Tuatha Dé Danann.

Un conflit semble inévitable, mais d'abord, le Dagda se rend dans le camp des Fomoires pour les espionner, puis il propose un traité de paix. Ils rejettent son offre. Les Fomoires tentent alors de prendre le dessus sur le Dagda en utilisant son chaudron pour préparer une quantité prodigieuse de bouillie et en le forçant à en manger jusqu'à la dernière goutte, dans certaines versions après avoir versé la masse dans un énorme trou dans le sol. Le dieu finit facilement la bouillie, léchant même nonchalamment du doigt les derniers morceaux de bouillie du chaudron et engloutissant tous les accompagnements tels que cochons, chèvres et moutons rôtis. Le Dagda rentre ensuite chez lui en boitant, mais pas avant d'avoir demandé l'aide de la déesse fomoire Domnu pour le conflit à venir.

Supprimer la pub
Advertisement

Au cours de la bataille qui s'ensuit, les Tuatha Dé Danann sont menés à la victoire finale par Lugh, qui tue le chef borgne des Fomoires, Balor (alias Balar). Malgré ses prouesses et le fait qu'il ait écrasé une grande partie de l'armée fomoire, le Dagda ne survit pas à la bataille. Il est tué par Caitlín, l'épouse de Balor, ou, du moins, meurt plus tard d'une blessure qu'elle lui aurait infligée. Dans des traditions ultérieures et contrastées, le Dagda ne meurt pas mais règne sur les Tuatha Dé Dannan pendant 80 ans avant de se retirer dans ses palais souterrains, probablement une métaphore de la diminution de la stature des dieux celtiques suite à la propagation du christianisme.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2021, février 05). Le Dagda [The Dagda]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19407/le-dagda/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Le Dagda." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 05, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19407/le-dagda/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Le Dagda." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 05 févr. 2021. Web. 26 févr. 2024.

Adhésion