Technologie de l'Ancien Royaume d’Israël

Définition

William Brown
de , traduit par Caroline Martin
publié le 13 septembre 2019
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Oil Press, Tell Hazor (by Brandon Keepers, CC BY-NC-SA)
Presse à huile, Tell Hazor
Brandon Keepers (CC BY-NC-SA)

La technologie permit à l'ancien Israël, le Royaume du Nord à l'exclusion de la Judée ancienne, d'être économiquement prospère et de s'établir en tant que puissance politique majeure dès le 10e siècle av. J.-C., se développant régulièrement jusqu'à sa destruction en 720 av. J.-C. Parmi les technologies les plus importantes mises en évidence dans les documents archéologiques et littéraires figurent, sans s'y limiter, la construction et l'architecture, l'écriture, les outils industriels et les armes de guerre.

Comme la technologie israélite ancienne est présentée ici principalement à partir de la chronologie historique dérivée de l'archéologie, et non de la Bible hébraïque, la chronologie suggérée par Z. Herzog et L. Singer-Avitz sera utilisée. De même, dans le cadre de cette définition, «Israël», «l’ancien Israël» et «l'ancien royaume d’Israël» désignent ce que l'on appelle traditionnellement le Royaume du Nord, tandis que «la Judée ancienne» et «le royaume de Juda», désigne ce que l'on appelle traditionnellement le Royaume du Sud, en référence à la Bible hébraïque. Les termes «Israélite» ou «Samarien» - Samarie étant la capitale de l'ancien Israël - et «Judéen» désignent respectivement les peuples d'ancien Israël et de la Judée ancienne.

Supprimer la pub
Advertisement

Technologie dans l’ancien royaume d’Israël entre le 13e et le 11e siècle av. J.-C.

La première mention d'Israël apparaît dans la stèle de Mérenptah, qui suggère que tous les Israélites ont été tués. Il s'agit probablement d'une propagande égyptienne. Malgré cela, les preuves archéologiques de la présence d'Israélites dans cette région en tant qu'ethnie unique font défaut durant cette période. Il est donc trop hypothétique de parler de la technologie d'Israël avant le 10e siècle av. J.-C.

Map of the Levant circa 830 BCE
Carte du Levant vers 830 av. J.-C.
Richardprins (GNU FDL)

Construction des villes et des fortifications

Pendant les débuts de l’âge du Fer (c. 950-900 av. J.-C.), les agglomérations étaient petites et non fortifiées, souvent dépourvues de grandes structures publiques. Au cours de l’âge du Fer tardif (c. 900-840/830 av. J.-C.), l'architecture publique se développa avec la construction de résidences/palais, de grands enclos royaux, de hauts lieux et de fortifications avec des murs et des portes. La construction de telles structures par l'élite politique reflète des changements sociaux et culturels, en particulier la centralisation croissante du pouvoir dans l'ancien Israël.

Supprimer la pub
Advertisement
L'ÂGE D'OR D'ISRAËL DURa JUSQU'AU MILIEU DU 8E SIÈCLE AV. JC.

Bien que les Araméens aient soumis Israël à des incursions et à des attaques régulières entre le 10e et le 9e siècle avant notre ère, le roi néo-assyrien Adad-Nerari III conquit Damas au début du 8e siècle av. J.-C. En conséquence, Israël connut une croissance territoriale et une prospérité économique dans la mesure où il consacrait moins de ressources à la défense de son territoire. L'infrastructure architecturale d'Israël se développa de manière spectaculaire: de vastes fortifications urbaines dans des endroits comme Dan, Megiddo et Hazor; des murs d'enceinte monumentaux; des murs d'enceinte à plusieurs tours; et des systèmes d'entrée à plusieurs portes. L'âge d'or d'Israël dura jusqu'au milieu du 8e siècle avant notre ère.

Archaeological Remains of Samaria
Vestiges archéologiques de Samarie
George Andrew Reisner (Public Domain)

En réponse aux révoltes d'Israël contre la Néo-Assyrie, Tiglath-Phalazar II et Sargon II (et/ou Salmanazar V) détruisirent les grandes colonies bien fortifiées du royaume (733/732 av. J.-C. ; 722/721 av. J.-C.). Ils déportèrent également des milliers d'habitants. En d'autres termes, la Néo-Assyrie élimina rapidement les technologies, c'est-à-dire les structures, qui avaient permis à Israël de prospérer au cours des 9e et 8e siècles av. J.-C.

Supprimer la pub
Advertisement

L'écriture

Bien que nous le prenions souvent pour acquis à l'époque moderne, l'écriture - même les mots d'un livre de poche - est une technologie:

L'écriture est une «machine» qui complète à la fois la nature faillible et limitée de notre mémoire (elle stocke l'information dans le temps) et de notre corps dans l'espace (elle transporte l'information sur de longues distances).

(« Writing as technology », Oxford University Press Blog).

Par conséquent, l'écriture joue un rôle important dans la compréhension de la technologie dans l'ancien Israël, une technologie permettant la centralisation politique, l'expansion du potentiel économique et contribuant au développement d'une classe sociale de scribes.

Les preuves les plus significatives de l'existence de l'écriture dans l'ancien Israël ont été découvertes en 1910. G.A. Reisner a effectué des fouilles à Samarie, la capitale d'Israël au cours des 9e et 8e siècles av. J.-C. Il a mis à jour 102 ostraca (des tessons de poterie avec de l’écriture dessus) écrits en hébreu. Les ostraca sont datés d'environ 865 à 735 av. J.-C., ce qui coïncide avec l'âge d'or de l'ancien Israël. Parmi les ostraca lisibles (63/102), tous les textes sont des reçus «enregistrant la transmission de biens de luxe» (Noegel, 196).

Supprimer la pub
Advertisement

Samarian Ostracon 13
Ostracon 13 de Samarie
George Andrew Reisner (Public Domain)

Par exemple, un ostracon décrit l'envoi de vin: «La neuvième année (du roi): de (la région de) Qosah, à Gediyahu: une jarre de vin vieux» (Noegel, 196). Un autre texte est moins clair quant aux matériaux envoyés et reçus: « La quinzième année (du roi): de (la région de) Heleq à Asa (fils de) Ahimelekh, Heles de (la région de) Haserot» (Noegel, 197). Bien que ces textes soient relativement inintéressants, ils permettent de comprendre comment l'ancien Israël utilisait l'écriture comme technologie à des fins économiques et politiques.

Tout d'abord, l'écriture permit aux dirigeants politiques de l’ancien royaume d'Israël de tenir des registres et de collecter des impôts. Par la suite, Israël put payer le tribut exigé par l'Empire assyrien et développer des technologies industrielles et de guerre. Deuxièmement, l'écriture permit des communications plus régulières entre les colonies d'Israël, ce qui permit de mieux définir l'identité ethnique des Israélites. Enfin, l'écriture donna naissance à une classe sociale de scribes. Bien que les textes de la Bible hébraïque soient principalement écrits d'un point de vue judaïque, plusieurs chercheurs supposent que des textes comme Osée, Amos et le récit d'Élie et d'Élisée dans les Livres des Rois sont issus de traditions orales ou écrites d'Israël après la destruction de la Samarie et la migration des Samariens (Israélites) vers Jérusalem.

L'industrie

Du 10e siècle av. J.-C. au 8e siècle av. J.-C., l’ancien royaume d’Israël fut impliqué dans de multiples industries, chacune utilisant des technologies différentes. Nous nous concentrerons ici sur deux industries majeures. Tout d'abord, Israël s'enorgueillissait de posséder «les plus grands centres de production d'huile d'olive de la région», qui se développèrent de manière significative au cours de cette période (Faust 2015, 778-779). Les archéologues Zvi Gal et Rafael Frankel décrivent un type de presse à huile d'olive découvert autour de la Galilée, datant du 8e siècle av. J.-C.: «Ce pressoir se compose d'un mortier de broyage rond et indépendant... et d'un lit de pressage rond... de même diamètre. L'huile était recueillie dans un roc latéral...» (1993, 130). Un autre type de presse à olives était utilisé à Dan, où des historiens ont suggéré que «les pierres étaient très probablement utilisées comme des contrepoids pour une presse à poutre ou à levier» (Stager et Wolf 1981, 96). En d'autres termes, les Israélites utilisaient au moins deux types de technologie pour presser les olives, produire de l'huile d'olive et l'utiliser pour eux-même ou la vendre à leurs voisins.

Supprimer la pub
Advertisement

Reconstructed Israelite House
Restitution d'une Maison Israélite
Talmoryair (Public Domain)

Deuxièmement, Israël était impliqué dans l'industrie de la production de vin. Pour ce faire, les Israélites construisirent des pressoirs à proximité des vignobles. Les installations consistaient en de grands bassins peu profonds. Les raisins étaient d'abord placés dans le bassin. Ensuite, des personnes pressaient le jus des raisins en les piétinant. Enfin, le jus s'écoulait vers un bassin inférieur, où il était recueilli dans des jarres et stocké. Un bon exemple de cette technologie est présent à Tell en-Nasbeh, qu'Israël aurait peut-être occupé au 10e siècle av. J.-C.

La technologie de l'ancien Israël, à savoir les pressoirs à vin et à olives, lui permit d'exploiter les ressources naturelles de la terre et de participer plus activement à l'économie régionale. Les Israélites devinrent ainsi plus prospères. En outre, des textes des 9e et 8e siècles av.J.-C. attestent de la grande quantité de vin et d'huile d'olive expédiée à la fois dans, vers et hors de l'ancien Israël, comme indiqué précédemment dans les ostraca de Samarie. Malheureusement, la destruction de la Samarie et de nombreuses villes et cités israélites au 8e siècle av. J.-C. entraîna la destruction des technologies qui, pendant si longtemps, avaient permis à Israël d'être prospère.

Les chevaux et les chars

L'UTILISATION PAR ISRAËL DE LA TECHNOLOGIE MILITAIRE, SOUS LA FORME DE CHEVAUX ET DE CHARS, LUI PERMIt DE DEVENIR UNE PUISSANCE RÉGIONALE MAJEURE.

La chars était une des technologies les plus importantes utilisées par l’ancien Israël. Selon un texte de propagande du roi Salmanazar III d'Assyrie décrivant une coalition d'Israélites, d'Araméens, de Phéniciens et d'autres puissances régionales du Levant, Achab, le roi d'Israël, fournit 2 000 chars à la coalition en 853 av. J.-C., empêchant les puissances néo-assyriennes de s'étendre plus près de la mer Méditerranée. Ce chiffre est d'autant plus remarquable que M. Elat suggère que «la seule force des chars d'Israël était égale à celle des Assyriens» (35). En d'autres termes, l'utilisation par Israël de la technologie militaire, sous la forme de chevaux et de chars, lui permit de devenir une puissance régionale majeure aux 9e et 8e siècles av. J.-C.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Les prouesses d'Israël en matière de technologie militaire des chars perdurèrent jusqu'au 8e siècle av. J.-C., comme en témoignent les fouilles archéologiques effectuées à Megiddo, qui ont permis de découvrir de nombreuses écuries de chevaux datant de la même période. Même après la défaite et la déportation des Israélites en 720 av. J.-C., les archives assyriennes mentionnent spécifiquement une unité de chars samariens. Cela montre que des entités extérieures à Israël avaient pris conscience de la force de la technologie des chars israélites et leur capacité à l'utiliser.

Conclusion

Il ne fait aucun doute que l’ancien Israël utilisa d'autres technologies que celles mentionnées ci-dessus; des technologies utilisées par de nombreux groupes au cours de l'âge du fer. Cependant, celles qui permirent à Israël de croître économiquement et de devenir une force puissante dans le monde ancien furent la construction de villes, l'écriture, les technologies industrielles et les chars. Bien que certains Israélites soient restés dans le nord d'Israël après 720 av. J.-C., la vague de destruction qui s'abattit sur la région entraîna des changements culturels et sociaux considérables, alors que le Royaume d'Israël cessait d'exister en tant que puissance politique.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Caroline Martin
Française, ayant vécu au Royaume Uni pendant 20 ans, Caroline Martin est totalement bilingue. Lectrice passionnée depuis son plus jeune âge, elle a développé un amour de l'histoire qui remonte a ses années sur les bancs de l’école. Elle s'intéresse maintenant beaucoup à l'histoire en général et à la géopolitique.

Auteur

William Brown
William Brown dirige la Biblical Review et est le responsable de la révision d'Ancient History Encyclopedia. Il maîtrise l'hébreu, l'akkadien et le grec, et a publié quelques articles dans des revues universitaires et dans Ancient History Encyclopedia.

Citer cette ressource

Style APA

Brown, W. (2019, septembre 13). Technologie de l'Ancien Royaume d’Israël [Ancient Israelite Technology]. (C. Martin, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18458/technologie-de-lancien-royaume-disrael/

Style Chicago

Brown, William. "Technologie de l'Ancien Royaume d’Israël." Traduit par Caroline Martin. World History Encyclopedia. modifié le septembre 13, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18458/technologie-de-lancien-royaume-disrael/.

Style MLA

Brown, William. "Technologie de l'Ancien Royaume d’Israël." Traduit par Caroline Martin. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 13 sept. 2019. Web. 17 avril 2024.

Adhésion