Geoffrey Chaucer

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$3760 / $18000

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 29 avril 2019
Disponible dans ces autres langues: anglais, grec, espagnol
X
Portrait of Geoffrey Chaucer (by National Portrait Gallery, CC BY-NC-ND)
Portrait de Geoffrey Chaucer
National Portrait Gallery (CC BY-NC-ND)

Geoffrey Chaucer (c. 1343-1400) était un poète, écrivain et philosophe anglais du Moyen Âge, surtout connu pour son œuvre Les Contes de Canterbury, un chef-d'œuvre de la littérature mondiale. Les Contes de Canterbury sont une œuvre poétique mettant en scène un groupe de pèlerins de différentes classes sociales en route vers le sanctuaire de saint Thomas Becket à Canterbury, qui acceptent de se raconter des histoires pour passer le temps. Chaucer connaissait bien les gens de toutes les classes sociales, et cela se voit dans les détails qu'il choisit ainsi que dans les accents employés, la façon dont les gens s'habillent, et même leurs coiffures. Les Contes de Canterbury ont donc été d'une valeur inestimable pour les chercheurs ultérieurs, car ils constituent une sorte d'instantané de la vie médiévale.

Chaucer était un écrivain prolifique, créant de nombreuses autres œuvres de qualité qui ont été éclipsées par les Contes de Canterbury. Aucune de ses œuvres n'a été techniquement publiée de son vivant, car ce concept n'avait pas encore été inventé. Ses œuvres étaient copiées à la main par des scribes qui les admiraient et les vendaient ou les partageaient. Chaucer ne vivait pas de ses écrits, comme en témoignent ses occupations et ses salaires tirés des archives judiciaires, mais il était honoré pour sa poésie par de nobles mécènes d'autres manières. Ses œuvres majeures sont :

Supprimer la pub
Publicité
  • Le Livre de la Duchesse (v. 1370)
  • Le Palais de la renommée (v. 1378-1380)
  • Anelida et Arcite (v. 1380-1387)
  • Le Parlement des oiseaux (v. 1380-1382)
  • Troïlus et Criseyde (v. 1382-1386)
  • La légende des femmes vertueuses (vers 1380)
  • Les Contes de Canterbury (v. 1388-1400)

Chaucer était multilingue, il parlait couramment l'italien, le français et le latin et traduisit des œuvres du français et du latin vers l'anglais (Le roman de la rose du vieux français au moyen anglais vers 1368-1372 et la Consolation de la philosophie de Boèce du latin dans les années 1380). Il fit également du moyen-anglais un médium respectable pour la littérature médiévale (auparavant, les œuvres étaient écrites en français ou en latin) et inventa de nombreux mots anglais utilisés de nos jours (tels que amble, bribe, femininity, plumage et twitter, parmi de nombreux autres) ainsi que la forme poétique de la Rime royale. Il fut loué par ses contemporains pour son talent lyrique et sa puissance imaginative, et son style et le choix de ses sujets influencèrent les écrivains de son temps et tous ceux qui vinrent après lui. Il est communément considéré comme le père de la littérature anglaise.

Origines et voyages

Geoffrey Chaucer était le fils de John Chaucer, un riche viticulteur (producteur et vendeur de vin) et de sa femme Anne. La famille était originaire d'Ipswich (au nord-est de Londres) mais Robert Chaucer (le grand-père de Geoffrey) s'installa à Londres au début des années 1300. Chaucer reçut une bonne éducation. L'expert chaucerien Larry D. Benson note qu'il y avait trois écoles près de la maison de Chaucer sur Thames Street, dont la cathédrale St. Paul, qui enseignait le latin, la théologie, la musique et la littérature classique parmi le programme médiéval standard. Après avoir fréquenté l'une de ces écoles, probablement St. Paul's, Chaucer obtint son premier emploi vers l'âge de 13 ans. En 1356, Chaucer se vit confier le poste de page d'Elisabeth de Burgh, comtesse d'Ulster.

Supprimer la pub
Publicité

Le livre de comptes de la comtesse pour l'année 1357 mentionne le nom de Chaucer et énumère les vêtements achetés pour lui ainsi que les "produits de première nécessité à Noël" (Benson, xvii). En tant que membre de la suite de la comtesse, Chaucer dut voyager fréquemment dans le pays pour rendre visite à d'autres nobles et participer à divers festivals et spectacles. Cette position, qu'il n'aurait pu occuper qu'en tant que membre d'une famille riche et respectée, fut son introduction à la vie de cour. Elle lui permit également de faire la connaissance de Jean de Gand, duc de Lancastre (1340-1399), qui deviendrait plus tard son meilleur ami et son protecteur.

En 1359, Chaucer fit partie d'une expédition en France dirigée par Lionel, le mari d'Elizabeth de Burgh, sous le commandement du roi Édouard III (r. de 1327 à 1377), dans le cadre d'une des offensives anglaises de la guerre de Cent Ans (1337-1453). L'objectif était de prendre la ville de Reims, où les rois français étaient traditionnellement couronnés, et de faire d'Édouard III le roi de France et d'Angleterre. Chaucer participa au siège de Rethel, près de Reims, lorsqu'il fut capturé au début de l'année 1360, et Édouard paya 16 livres pour sa libération. Chaucer continua son service militaire jusqu'en octobre 1360, lorsqu'il ramena des lettres d'Édouard en Angleterre depuis Calais. Les allées et venues de Chaucer entre 1360 et 1366 sont inconnues, mais on pense qu'il voyageait soit au service du roi, soit en pèlerinage.

Supprimer la pub
Publicité

Vie de cour, mariage et le livre de la duchesse

En septembre 1366, Chaucer était de retour en Angleterre et marié à Philippa Roet. En 1367, il est enregistré comme membre de la maison royale avec le titre d'écuyer et de valet. Benson décrit Chaucer à cette époque comme étant "l'un des membres d'un groupe d'une quarantaine de jeunes hommes au service du roi, non pas des serviteurs personnels, mais censés se rendre utiles à la cour" (xviii). Philippa et Geoffrey recevaient tous deux des rentes royales, car Philippa était une dame de compagnie qui s'occupait des membres féminins de la cour.

À cette époque, Chaucer commença à écrire des poèmes en français, en expérimentant diverses formes. Il fut envoyé en France à plusieurs reprises pour des affaires officielles de la cour et voyagea peut-être aussi en Italie. Sa relation avec Jean de Gand était à cette époque une amitié sincère. La femme de Jean, Blanche, duchesse de Lancastre, mourut en septembre 1368, et il tomba dans une période de profond chagrin suite à cette perte. Chaucer écrivit sa première œuvre majeure, Le Livre de la Duchesse, en son honneur et comme moyen de consoler son ami.

John of Gaunt
Jean de Gand
N.Português (Public Domain)

LeLivre de la duchesse est écrit sous la forme d'un genre poétique connu sous le nom de vision onirique du haut Moyen Âge, dans lequel un narrateur commence par raconter un problème personnel profond (la mort d'un être cher, des luttes avec sa foi religieuse), raconte un rêve qui confronte ce problème et conclut sur la façon dont le rêve a résolu le conflit du narrateur.

Supprimer la pub
Publicité

Dans Le livre de la duchesse, le narrateur de Chaucer commence la pièce en se lamentant sur le fait qu'il ne peut pas dormir, qu'il n'a pas dormi depuis des années, depuis que la femme qu'il aimait l'a quitté. Le narrateur lit un livre sur deux amants séparés par la mort, s'endort et rêve qu'il se trouve dans une étrange forêt où il rencontre un chevalier noir. Le chevalier est en deuil d'un amour perdu, et le narrateur écoute le récit de leur vie heureuse ensemble, puis de son chagrin suite à la mort récente de la jeune femme. Le narrateur se réveille et dit au lecteur à quel point le rêve était incroyable et qu'il va maintenant l'écrire avant qu'il ne soit oublié.

Le Livre de la duchesse traite d'une préoccupation centrale du genre poétique de l'amour courtois : quel est le pire, perdre son amour par la mort ou par l'infidélité ?

Le poème traite d'une préoccupation centrale du genre poétique de l'amour courtois, une tradition populaire de la France médiévale traitant des relations amoureuses, qui demandait (entre autres questions) ce qui était le pire, perdre son amour par la mort ou par l'infidélité. Il a été décidé que l'infidélité était pire parce que, lorsque l'amant trompait ou quittait une personne, il lui enlevait le passé et l'avenir en ruinant ses souvenirs et en détruisant la relation, alors que lorsque l'amant mourait, on pouvait encore chérir les souvenirs du passé. De plus, un amant infidèle choisit de partir ; celui qui meurt est pris contre son gré.

Dans Le livre de la duchesse, Chaucer ne donne jamais de réponse à cette question, ni dans un sens ni dans l'autre. Son narrateur a perdu un amour par infidélité tandis que le chevalier a perdu le sien par la mort. Chaucer laisse au lecteur le soin de décider quelle situation est la plus douloureuse, mais son narrateur, qui console un personnage symbolique de Jean de Gand, compatit pleinement à la douleur du chevalier noir et inverse subtilement la tradition de l'amour courtois en suggérant que la perte d'un être cher par la mort est pire que l'infidélité car il n'y a aucune chance de réconciliation.

Supprimer la pub
Publicité

Jean de Gand apprécia l'œuvre, comme en témoigne l'octroi d'une rente viagère de 10 livres à Chaucer "en considération des services rendus par Chaucer au concédant" (Benson, xix). Chaucer fut ensuite envoyé en Italie par le roi pour des affaires officielles qui l'amenèrent à Florence où il rencontra peut-être les grands poètes italiens Pétrarque et Boccace ou, si ce n'est pas le cas, il fut certainement influencé par leurs œuvres ainsi que par celles de Dante. Il travaillait probablement à d'autres poèmes à cette époque, mais il n'y a aucun moyen de savoir lesquels. Après son retour d'Italie, cependant, il reçut d'Édouard III une bourse spéciale d'un gallon de vin par jour à vie, et on suppose qu'il s'agissait d'une récompense pour un poème que Chaucer avait écrit pour le roi, d'autant plus qu'elle lui fut donnée le jour de la Saint-Georges, où les réalisations artistiques étaient récompensées.

Autres œuvres majeures

En 1374, Chaucer fut nommé contrôleur des douanes, chargé de superviser les exportations et de réglementer les taxes à la douane du port de Londres. Bien que ce travail l'ait tenu occupé, il trouva le temps d'écrire et composa son Palais de la renommée, Parlement des oiseaux et Troilus and Criseyde pendant cette période, ainsi que la traduction de Consolation de Philosophie de Boèce. Benson note que "Chaucer était le plus prolifique en tant qu'écrivain lorsqu'il était apparemment le plus occupé par d'autres affaires" (xxi).

Le Palais de la renommée est une autre vision de rêve dans laquelle Chaucer, en tant que narrateur, est enlevé par un aigle aux ailes d'or et amené au palais de la renommée, qui est la demeure de tous les sons. Dans la Maison, Chaucer voit la Renommée, une femme aux yeux, aux oreilles et aux langues multiples, qui accorde la gloire et l'infamie à diverses personnes à travers l'histoire. Le concept de célébrité est caractérisé comme étant fugace et dépendant de ce que les autres disent d'une personne plutôt que des mérites réels de celle-ci. Après avoir observé la renommée à l'œuvre pendant un certain temps, Chaucer est conduit hors du palais par un homme qui l'amène à un autre bâtiment, une maison tournante dans une vallée, qui symbolise la rumeur et le commérage et la rapidité avec laquelle ils influencent la renommée. À l'intérieur de la maison se trouve une foule immense qui parle en même temps mais qui se tait à l'approche d'un homme de grande autorité. Après cette ligne, le poème s'interrompt et n'a jamais été terminé.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Chaucer Reading His Poetry to the English Court
Chaucer lisant sa poésie à la cour d'Angleterre
Corpus Christi College (CC BY-NC-SA)

Le parlement des oiseaux est la première mention de la Saint-Valentin dans la littérature et, selon certains spécialistes, Chaucer pourrait avoir inventé cette fête dans ce poème. Travaillant à nouveau sous la forme d'une vision de rêve, Chaucer composa la pièce en rime royale (strophes de sept vers en pentamètre iambique), ce qui lui donne un ton vif et optimiste. Le poème commence avec Chaucer, en tant que narrateur, qui se lamente sur les difficultés de l'amour - "la vie si courte, le métier si long à apprendre" (ligne 1) - en référence au "métier" ou à l'art de l'amour que le narrateur n'a pas maîtrisé. Alors qu'il lit un livre pour tenter de mieux l'apprendre, il s'endort et un guide mystique apparaît, le conduit à travers un paysage de rêve et le temple de Vénus, et l'amène à la cour de Dame Nature qui préside au rituel d'accouplement des oiseaux.

Avant que les "petits oiseaux" ne puissent choisir un partenaire, les grands aigles commencent, mais trois aigles tercel veulent tous la main d'une même aigle. Aucun d'entre eux ne veut reculer, et aucun des autres oiseaux ne peut faire quoi que ce soit tant que la question n'est pas tranchée, et c'est ainsi que les petits oiseaux et les aigles entament un débat parlementaire. Dame Nature modère et finit par mettre fin à la discussion en demandant à l'aigle lequel elle préfère. L'aigle répond qu'il ne veut aucun d'entre eux et qu'elle attendra l'année suivante pour se choisir un compagnon. Les autres oiseaux sont alors libres de choisir le leur, et tous se mettent à chanter joyeusement pour célébrer l'amour. Le narrateur est heureux pour les oiseaux, mais lorsqu'il se réveille de son rêve, il se rend compte qu'il n'est pas plus près de comprendre l'amour qu'avant et retourne à la lecture.

Ce thème de l'amour romantique et de ses difficultés est longuement traité dans Troïlus et Criseyde de Chaucer, dont la forme et la matière sont toutes deux influencées par Il Filostrato de Boccace. L'histoire a pour toile de fond la guerre de Troie et pour personnages principaux un guerrier troyen et une noble jeune fille. Au début du poème, Troïlus se moque de l'amour et des amants, qu'il considère comme de stupides gaspilleurs de temps. Cupidon, dieu de l'amour, le frappe d'une flèche, ce qui le fait tomber éperdument amoureux de Criseyde. Son oncle Pandare aide Troïlus à courtiser Criseyde et, comme Troïlus a toujours été si catégorique sur la folie de l'amour, il veut garder leur relation secrète et Pandare l'aide en cela aussi. Lorsque les Grecs capturent un important guerrier troyen, Antenor, le père de Criseyde, Calkas, suggère qu'ils échangent Criseyde contre lui, car elle est célibataire et n'est attachée à personne dans la ville. Troïlus ne peut rien dire sans dévoiler sa relation et Criseyde se rend donc au camp grec. Elle promet à Troïlus de s'échapper et de le rejoindre dans dix jours, mais une fois dans le camp, elle voit que c'est impossible et accepte les avances du guerrier grec Diomède, dont elle devient rapidement l'amante. Le cœur brisé, Troïlus part au combat et est tué. Alors qu'il flotte vers le ciel, il repense à sa vie et à toutes les situations qu'il avait prises au sérieux et en rit.

Title Page of Canterbury Tales
Page de garde des Contes de Canterbury
University of Glasgow Library (CC BY-NC-SA)

Troïlus et Criseyde était si populaire que son personnage est entré dans l'anglais sous la forme de l'expression "false as Criseyde" en référence à une femme infidèle ou à une déclaration de vérité douteuse. Dans l'œuvre suivante de Chaucer, La légende des femmes vertueuses, il affirme avoir été chargé par la reine Alceste, épouse du dieu de l'amour, de faire amende honorable auprès des femmes pour sa représentation de Criseyde. On lui demande d'écrire un certain nombre de contes montrant des femmes fortes et puissantes qui ont accompli de grandes actions, comme Cléopâtre et Didon. Chaucer a terminé dix histoires mais, dans son prologue, il indique clairement qu'il était censé en écrire davantage. Le poème n'a jamais été achevé, et les spécialistes pensent que c'est parce que l'auteur s'en est désintéressé.

Les Contes de Canterbury

Chaucer travailla à la douane pendant douze ans, au cours desquels, en plus d'écrire les œuvres susmentionnées, il fit un certain nombre de courses décrites dans les archives judiciaires comme des "affaires secrètes du roi". Vers 1385, il reçut son premier hommage international en tant que poète par le biais d'une ballade qui lui fut adressée par le principal poète français de l'époque, Eustache Deschamps (1346 - c. 1406), ce qui est d'autant plus impressionnant que Deschamps détestait les Anglais et avait consacré nombre de ses poèmes à les railler et à les critiquer. Deschamps eut une influence considérable sur les premières œuvres de Chaucer, en particulier sur ses poèmes les plus courts, et cet hommage dut avoir une grande signification pour lui. À la même époque, des écrivains anglais commencèrent à faire l'éloge de l'œuvre de Chaucer, notamment John Gower (c. 1330-1408), qui devint l'un des plus proches amis de Chaucer.

Il se peut que Chaucer ait commencé les Contes de Canterbury alors qu'il était encore à Londres, mais il est plus probable que ce soit après avoir quitté son poste à la douane et s'être installé dans le Kent. Dans le prologue général du poème, dans lequel il présente ses personnages, Chaucer, en tant que narrateur, raconte comment les pèlerins, partis de l'auberge Tabard à Southwark pour se rendre au sanctuaire de Becket à Canterbury, raconteront chacun deux histoires à l'aller et deux au retour ; celui dont l'histoire sera jugée la meilleure gagnera un repas gratuit au Tabard à son retour. L'œuvre complète aurait alors comporté 120 contes, mais Chaucer n'en a écrit que 24, c'est pourquoi l'œuvre est considérée comme inachevée.

Canterbury Tales
Contes de Canterbury
SkedO (Public Domain)

Les Contes de Canterbury sont le chef-d'œuvre de Chaucer, écrit à l'apogée de son talent poétique. L'œuvre est tour à tour satirique, tragique, grivoise et comique, variant d'un conte à l'autre. Chaucer-narrateur apparaît comme un jeune membre naïf du groupe qui décrit tous les autres sans les critiquer ; Chaucer-auteur, bien sûr, les critique tous, subtilement ou directement, à travers ses descriptions. Il était particulièrement critique à l'égard de l'Église de son époque, soulignant l'hypocrisie et la cupidité du clergé à travers des personnages tels que son Vendeur d'Indulgences qui n'est guère plus qu'un escroc.

Conclusion

À partir de 1386, Chaucer occupa un certain nombre de postes importants et bien rémunérés, tels que juge de paix, membre du Parlement, greffier des travaux du roi et forestier adjoint de la forêt royale. Il était également membre de la Commission de paix du Kent et, comme toujours, au service de la couronne pour diverses questions qui ne sont pas précisées dans les archives.

Chaucer travaillait encore sur les Contes de Canterbury lorsqu'il revint à Londres dans les années 1390. Il loua une maison près de l'abbaye de Westminster, où il mourut en octobre 1400.. Il fut enterré dans l'abbaye parce qu'il était membre de la paroisse, mais sa tombe sera la première du célèbre Poet's Corner de l'abbaye de Westminster, où de nombreux grands écrivains et poètes ont été enterrés ou commémorés depuis.

Les Contes de Canterbury ont été publiés pour la première fois par William Caxton vers 1476 à Londres, et l'ouvrage est devenu un best-seller. Cependant, même du vivant de Chaucer, des scribes avaient copié et partagé ses œuvres, de sorte que l'affirmation selon laquelle il n'est devenu célèbre en tant qu'écrivain qu'après sa mort est indéfendable. Vers 1500, le public de Chaucer s'était élargi et il était salué par les critiques pour son talent et sa vision poétiques. En 1556, un monument en marbre fut érigé sur sa tombe par le poète local Nicholas Brigham, citant Chaucer comme le "barde qui a frappé les souches les plus nobles" de la poésie, et sa réputation n'a fait que croître au cours des siècles suivants.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2019, avril 29). Geoffrey Chaucer [Geoffrey Chaucer]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18092/geoffrey-chaucer/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Geoffrey Chaucer." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le avril 29, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18092/geoffrey-chaucer/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Geoffrey Chaucer." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 29 avril 2019. Web. 24 juil. 2024.

Adhésion