Folklore Médiéval

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 19 février 2019
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol, Turc
The Wolf & Little Red Riding Hood (by Unknown Artist, Public Domain)
Le Loup et le Petit Chaperon Rouge
Unknown Artist (Public Domain)

Le folklore médiéval est un ensemble d'œuvres, transmises oralement à l'origine, composé entre le Ve et le XVe siècle EC en Europe. Bien que les contes folkloriques soient un attribut commun à chaque civilisation et que de telles histoires aient été racontées par les cultures du monde entier pendant la période médiévale, l'expression « folklore médiéval » en Occident fait presque toujours référence aux contes européens.

Le mot « folklore » fut inventé en 1846 par l'écrivain britannique William John Thoms pour remplacer l'expression plus gênante « antiquités populaires » qui désignait les histoires, les fables, les proverbes, les ballades et les légendes du petit peuple. Avec le temps, les contes folkloriques furent écrits et devinrent statiques, mais à l'origine il s'agissait d'histoires dynamiques et changeantes transmises d'une génération à l'autre et se déplaçant d'une culture à l'autre alors que les marchands transportaient les contes vers d'autres pays par le biais du commerce.

Supprimer la pub

Advertisement

Le récit d'un conte, en fait, est considéré comme faisant partie intégrante de la définition même d'un conte folklorique.

Aujourd'hui, il existe des versions standard des contes folkloriques, ainsi que de nombreuses variantes sur ces normes, qui sont étudiées par les folkloristes dans le but de mieux comprendre la culture qui les a produites. Les contes folkloriques du Proche-Orient et de l'Asie furent transmis oralement à l'Europe par le biais du commerce par la Route de la soie, ce qui explique certaines de ces variations. D'autres changements apportés à une histoire originale sont le résultat du fait que des conteurs embellissaient un conte pour un public particulier. Le conte folklorique continue d'être un moyen de divertissement populaire de nos jours et a été exploité par des sociétés de cinéma et de télévision, ainsi que par des auteurs contemporains enrecherche d'inspiration.

Types de folklore

Les contes composés (ou du moins populairement transmis) en Europe entre c. 476 EC (chute de l'Empire romain d'Occident) et 1453 EC(chute de l'Empire byzantin oriental) sont considérés folklore médiéval. L'expert Christopher R. Fee définit le terme en général :

Supprimer la pub

Advertisement

Le folklore désigne des « aspects» culturels communs à une communauté particulière; ces aspects peuvent comprendre des histoires, des rituels, des danses, des chants ou tout autre aspect de la vie de cette communauté qui est imprégné d'une certaine expérience, de sagesse ou de croyances fondamentales partagées. En outre, le folklore implique le processus de transmission de ces connaissances ou traditions communautaires partagées. (xviii)

Contrairement à la littérature, qui est une œuvre écrite transmise par un auteur à un public alphabétisé, le folklore est transmis oralement et le conteur est libre d'embellir le conte pour un public particulier. Le récit d'un conte, en fait, est considéré comme faisant partie intégrante de la définition même d'un conte folklorique. Au fur et à mesure que ces histoires étaient racontées et voyageaient entre les cultures, des motifs discernables se développèrent qui furent finalement analysés et catalogués par des folkloristes du XIXe siècle EC (comme Jakob et Wilhelm Grimm) qui les ont écrites. À mesure que ces contes devenaient de la littérature écrite et que différentes versions d'un conte pouvaient être comparées sur une page, des versions standard ont été établies qui étaient reliées à d'autres. L'histoire d'une jeune fille qui est victime de sa belle-mère et de ses demi-sœurs maléfiques, par exemple, n'est pas unique à l'histoire de Cendrillon, mais partage ce thème avec beaucoup d'autres histoires.

The Goose that Laid the Golden Egg
L'Oie qui a pondu l'œuf d'or
Milo Winter (Public Domain)

La grande variation de ces histoires fut d'un intérêt central pour les folklorisets du XIXe siècle EC, qui retraçaient le développement du folklore en général et de certaines histoires en particulier. En 1910, le folkloriste Antti Aarne mit au point un système de classification pour faciliter l'étude de ces contes. Ce système fut ensuite révisé par un autre folkloriste, Stith Thompson en 1928 EC et de nouveau en 1961. L'indice Aarne-Thompson (appelé AT) des types de folklore se composait de trois catégories :

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

  • Contes d'animaux
  • Contes folkloriques ordinaires
  • Anecdotes et blagues

En 2004, l'indice Aarne-Thompson a été révisé par le folkloriste Hans-Jorg Uther, qui a élargi les branches de l'indice pour délimiter davantage les catégories et a élargi la définition du « folklore médiéval » aux cultures au-delà de l'Europe. Aujourd'hui, l'indice Aarne-Thompson-Uther (ATU) classe les contes populaires en sept groupes distincts :

  • Contes d'animaux
  • Contes magiques
  • Contes religieux
  • Contes réalistes
  • Contes de l'Ogre stupide (ou géant ou diable)
  • Anecdotes et blagues
  • Contes à formule

Un numéro est attribué à chaque conte folklorique (exemple : ATU 101) pour référence et pour le comparer à d'autres. Il convient toutefois de rappeler (comme le souligne Fee) que le « folklore » s'applique non seulement aux contes, mais à tout aspect d'une culture qui est transmis oralement et qui peut aussi bien s'appliquer aux techniques et méthodes de travail du cuir, de métallurgie ou de confection vestimentaire qu'aux légendes, ballades et proverbes. Malgré cela, le terme est généralement entendu comme désignant des contes qui appartiennent ou sont proches de l'une des sept catégories de l'indice ATU.

The Ogre & the Cat
L'Ogre et le Chat
Unknown Artist (Public Domain)

De plus, comme les contes folkloriques étaient très fluides dans leur composition et récit, ces catégories devraient être comprises comme des approximations. Un soi-disant «conte à formule» pourrait avoir des éléments religieux ou magiques majeurs et peut aussi facilement être un «conte religieux» ou un «conte de magie», sauf qu'il suit un schéma conventionnel discernable (un personnage insiste sur le fait qu'une chose doit arriver avant que quelque chose d'autre puisse arriver, etc.). Un conte d'animaux, de même, peut avoir un message religieux, mais comme les personnages principaux ne sont pas humains, il n'est pas classé comme «conte religieux».

Supprimer la pub

Advertisement

Contes d'animaux

Les contes d'animaux les plus connus sont les fables d'Ésope. Les fables d' Ésope étaient déjà un divertissement populaire avant d'être collectées et publiées par William Caxton en 1484 EC, et bon nombre des thèmes les plus populaires furent retravaillés par des conteurs européens médiévaux. Parmi ceux-ci figure l'histoire du chien fidèle qui ne trahira pas son maître, incarné dans l'histoire connue sous le nom de Le vieux Sultan (ATU 101), recueillie par les frères Grimm en 1812 EC.

Le vieux sultan reste fidèle jusqu'au point de refuser une faveur à l'ami qui l'a aidé.

Le vieux chien Sultan entend son maître dire à sa femme comment, le lendemain, il prévoit de tuer le chien parce qu'il n'est plus utile. Sultan erre dans les bois où il rencontre son ami le loup et explique son problème. Le loup propose un plan dans lequel il viendra arracher le bébé du couple et Sultan le sauvera. Le plan fonctionne parfaitement et Sultan est sauvé; son maître jure qu'il peut vivre chez eux confortablement pour toujours. Quelques jours plus tard, le loup vient et dit à Sultan qu'il va juste prendre un mouton errant et le chien ne devrait pas l'en empêcher, mais Sultan refuse et protège les intérêts de son maître. Le loup est bouleversé et défie le chien à un combat pour régler la dette mais, à la fin, se rend compte que ce que Sultan a fait était juste.

La morale de l'histoire est la valeur de l'intégrité personnelle mise en évidence par la fidélité du chien, l'ingratitude initiale du fermier et la dette que le chien doit au loup. Même si le fermier n'est peut-être pas digne de la loyauté du chien, le Vieux Sultan reste fidèle jusqu'à refuser une faveur à l'ami qui l'avait aidé.

Supprimer la pub

Advertisement

Contes magiques

Le conte de fées est classé comme un conte magique et ajoute toujours un élément surnaturel à l'intrigue. En allemand, langue des premiers folkloristes du XIXe siècle, ils étaient connus sous le nom de Zaubermarchen («contes merveilleux»). Comme nous l'avons noté, de nombreux contes folkloriques pouvaient s'intégrer dans deux catégories, ou plus, et de nombreux contes s'appuient sur des personnages ou des événements surnaturels pour fonctionner. Les contes de fées, cependant, exigent le surnaturel — généralement sous la forme d'un charme, d'un animal ou d'un objet enchanté, ou d'un esprit — pour pouvoir fonctionner. Dans un conte religieux, Jésus ou une autre figure divine peut apparaître, mais l'histoire pourrait fonctionner aussi bien sans cette visite; dans un conte de magie, une rencontre surnaturelle est vitale pour l'intrigue.

Cinderella & the Fairy Godmother
Cendrillon et la fée marraine
Unknown Artist (Public Domain)

Un exemple est l'histoire du Serpent Blanc (ATU 673) dans lequel un beau et fidèle serviteur du roi mange un petit serpent blanc et peut alors comprendre le langage des animaux. Ce nouveau cadeau est utile tout au long de l'histoire dans laquelle il trouve la bague de la reine et peut épouser une belle princesse tout ça parce qu'il peut comprendre les animaux. En aidant divers animaux quand il les entend se plaindre de leur situation, il se fait des amis qui viennent à son secours tout au long de l'histoire.

Les premières versions des contes de fées sont souvent beaucoup plus sombres que les versions «standard» mieux connues aujourd'hui.

Le conte de fées se concentre souvent sur un jeune héros — qu'il soit bien né ou non — qui doit se battre pour (ou sauver) une princesse ou une jeune fille noble. Inversement, la jeune femme est le personnage principal qui doit être secouru (comme Cendrillon et la Belle au bois dormant). Les premières versions de ces contes sont souvent beaucoup plus sombres que les versions « standard » mieux connues aujourd'hui.

Supprimer la pub

Advertisement

Dans Cendrillon, par exemple, les demi-sœurs coupent des parties de leurs pieds pour les mettre dans la pantoufle de verre et, dans une version, sont ensuite condamnées à danser jusquìà ce que mort s'ensuive. Dans La Belle au bois dormant, l'héroïne est violée par un roi qui l'abandonne pour retourner chez sa reine qui, finalement, tente d'assassiner les enfants jumeaux de la Belle pour nourrir leurs cadavres à son mari infidèle. Cependant, l'intrigue est manipulée, et le couple vedette se retrouve marié et vit ensemble heureux par la suite.

Contes religieux

On ne peut en dire autant pour les contes religieux qui, dans le folklore médiéval, ont toujours une forte morale chrétienne et tournent souvent mal pour le personnage principal. Les contes religieux commencent souvent par la ligne : « En ces jours où notre Seigneur et saint Pierre erraient sur la terre... » au lieu du mieux connu « Il était une fois... » mais, au lieu de placer l'action dans un cadre biblique, l'histoire présente toujours des éléments contemporains du Moyen Age. Un cadre populaire est une forge que Jésus et Pierre visitent lors de leurs voyages et accomplissent un miracle par la bonté de leur cœur que le forgeron égoïste essaiera plus tard de reproduire avec des résultats désastreux.

Un autre cadre populaire est l'homme ou la femme seule, peut importe la profession, qui sont testés par Jésus et Pierre et échouent de façon spectaculaire. Un exemple de ceci est La Paysanne avide (ATU 751A) dans lequel une femme nommée Gertrude, facilement identifiable par une mèche de cheveux rouge, rencontre Jésus et Pierre qui arrivent chez elle pendant qu'elle fait la cuisine et lui demandent de la nourriture. Au fur et à mesure que Gertrude prépare la pâte, elle trouve que le pain qu'elle fait est trop grand et le diminue peu à peu jusqu'à ce qu'elle réalise que tout ce qu'elle a est trop à donner et dit aux étrangers d'aller voir plus loin. Jésus devient furieux et la maudit pour être si cupide. Il la transforme en oiseau qui doit chercher sa nourriture en piquant dans les arbres morts et en obtenant de l'eau seulement quand il pleut. L'histoire explique l'origine du pic-vert ainsi que la mise en garde contre les dangers de la cupidité et le refus d'offrir l'hospitalité aux invités.

Contes réalistes

Les contes réalistes ont aussi une morale chrétienne et sont souvent des versions retravaillées de célèbres paraboles de la Bible telles que Le fils prodigue, Le serviteur injuste, Le riche insensé, entre autres. Beaucoup de contes soi-disant réalistes soulignent comment les gens obtiennent ce qu'ils méritent soit par l'intervention divine ou surnaturelle, leur propre bonté et intelligence, ou l'insouciance et la stupidité d'un méchant. Un exemple est Le futur marié criminel (ATU 955) dans lequel une jeune femme vertueuse est involontairement fiancée à un criminel cannibale.

The Parable of the Rich Fool by Rembrandt
La parabole du riche fou de Rembrandt
Rembrandt (Public Domain)

Le meunier d'une petite ville accepte de donner sa superbe fille en mariage à un jeune étranger prometteur qui semble être de bonne famille. Après l'avoir courtisée quelques mois, le fiancé invite la jeune fille à venir seule dans son chalet dans les bois. Quand elle arrive, personne n'est à la maison, sauf une vieille femme au sous-sol qui lui dit qu'elle n'aurait jamais dû venir parce que son époux attire régulièrement des jeunes femmes dans son chalet où il les dérobe, les tue, puis les mange. Il est trop tard maintenant pour que la jeune fille ne s'échappe, mais la vieille femme lui dit de se cacher et elle lui viendra en secours plus tard. Peu après, l'époux voleur et ses hommes viennent avec une autre jeune femme qu'ils dérobent et coupent en morceaux. Un des doigts de la femme, avec un anneau dessus, est accidentellement jeté à travers la pièce et atterrit derrière un fût où la jeune fille se cache. L'un des voleurs se lève pour prendre le doigt, mais la vieille femme le ramène vers la table et les endort tous grâce à une potion qu'elle glisse dans le ragoût.

La jeune fille et la vieille femme s'échappent du chalet et retournent chez la jeune fille en toute sécurité. Plus tard, lorsque la fête du mariage bat son plein, les invités sont tous invités à raconter des histoires et la jeune fille raconte l'histoire de sa nuit dans la maison du marié et produit le doigt coupé avec l'anneau dessus comme preuve. L'époux est arrêté et lui et ses hommes sont condamnés et exécutés.

Contes de l'Ogre stupide

Les contes de l'Ogre Stupide comprennent toutes les histoires concernant un être surnaturel puissant comme une sorcière, un sorcier, un géant, ou le diable qui est d'une certaine façon dépassé par le héros ou l'héroïne. Parmi les thèmes les plus connus se trouve l'homme bon et intelligent qui surpasse le diable, qui sert de base à la nouvelle de 1824 EC Le diable et Tom Walker de Washington Irving qui a inspiré l'histoire plus tardive et plus connue de Stephen Vincent Benét, Le diable et Daniel Webster en 1936.

Un archétype de ce genre est l'histoire de Roland le bien-aimé (ATU 1119) dans laquelle une bonne jeune fille est obligée de vivre avec sa méchante belle-mère et sa belle-sœur sorcières. La belle-mère prévoit de tuer la jeune fille, mais la jeune fille lui fait tuer la belle-sœur et s'enfuit avec son ami et protecteur Roland. Le couple est poursuivi par la sorcière qui les attrape presque deux fois mais, à chaque fois, la jeune fille réussit à les déguiser jusqu'à ce que Roland, sous la forme d'un musicien magique, joue un morceau sur lequel la sorcière doit danser jusqu'à ce que mort s'ensuive. Après d'autres aventures, le couple finit par se marier et vécurent heureux.

Anecdotes & Blagues

Alors que le mariage heureux est la fin naturelle de nombreux contes d'Ogres stupides, le contraire est vrai des anecdotes et des blagues qui se moquent souvent des couples malheureux et des affaires maladroites. Typique de ces contes est celui qui porte le titre révélateur de Tom Totherhouse (ATU 1725) qui traite d'un mari sourd, de sa femme infidèle, d'un servant-garçon et du voisin Tom qui ne peut s'empêcher de visiter l'autre maison dans sa rue.

La femme de la maison a une liaison avec Tom Totherhouse depuis un certain temps quand le serviteur parie ses dix dollars qu'il lui fera avouer ouvertement l'affaire. Elle accepte le pari et le garçon pose ensuite un piège après l'autre pour contrecarrer et frustrer les amants. Il piège finalement Tom Totherhouse en lui faisant croire que le mari est au courant de l'affaire et vient avec une hache pour le tuer tout en disant au mari que Tom a besoin de lui pour venir avec sa hache et réparer la charrue de Tom. Tom le voit avec la hache et s'enfuit et la femme, voyant son mari se pencher pour ramasser des morceaux de pain que le servant a laissés dans la cour, pense qu'il ramasse des pierres pour la lapider et avoue.

Contes à formule

Les contes à formule suivent la plupart du temps un modèle dans lequel un personnage se heurte à des problèmes et a besoin d'aide mais ne peut pas la recevoir tant qu'une série de conditions, stipulées l'une après l'autre par d'autres personnages, sont remplies. Dans l'histoire de La mort de la petite poule (ATU 2021) par exemple, une poule et un coq se rendent à la colline des noix pour manger, après avoir accepté de partager ce qu'ils auraient trouvé. La poule trouve une grosse noix et la mange sans penser au coq et celle-ci se loge dans sa gorge. Elle crie au coq de courir jusqu'au puits pour aller chercher de l'eau, mais quand il y arrive, le puits ne lui donnera pas d'eau à moins qu'il ne reçoive un fil d'une mariée voisine. La mariée ne donnera pas le fil à moins que le coq lne ui obtienne d'abord une couronne du saule, le saule ne se conformera pas tant que sa condition ne sera pas remplie et ainsi de suite. Au moment où le coq revient à la poule, elle est morte étouffée et le même schéma, plus ou moins, se répète ensuite au sujet de sa procession funéraire.

Les contes à formule ont probablement inspiré le type de chanson folklorique connue sous le nom de chanson cumulative dans laquelle chaque verset s'appuie sur le précédent jusqu'à ce qu'un conte entier soit raconté. Les exemples les plus connus de chansons cumulatives dans les temps modernes sont Les douze jours de Noël, Le vieux Macdonald avait un ferme entre autres.

Conclusion

La forme sous-jacente de tous les contes folkloriques, quelle que soit la façon dont ils sont classés et définis, est l'expérience partagée. Le folklore résonne à travers le temps parce que les thèmes sont universels. Le genre stupide des contes d'Ogre touche les gens au pouvoir qui essaient d'exploiter ceux qui sont plus faibles qu'eux et qui échouent. Le conte à Formule repose sur la compréhension communautaire de l'importance de travailler ensemble et de tenir parole. Les contes réalistes et les contes religieux soulignent la compréhension commune de la morale et de la justice tout en fournissant habituellement des exemples mémorables de ce qui peut arriver lorsque l'on s'écarte de la norme acceptée et que les autres types de contes ont des objectifs similaires.

Dans une société largement analphabète, le folklore médiéval divertissait tout en enseignant les valeurs les plus importantes de la communauté. Les folkloristes qui ont fait de ces contes leur œuvre de vie sont capables de comprendre à quoi ressemblait une société et ce que les gens jugeaient importants en se basant sur le genre de contes populaires qu'ils racontaient, ainsi que les histoires qui ont été empruntées — puis conservées — à d'autres cultures. Quelle que soit la catégorie d'un conte, les contes folkloriques ont le pouvoir d'interagir instantanément et de communiquer clairement leur message à un public.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2019, février 19). Folklore Médiéval [Medieval Folklore]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-17927/folklore-medieval/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Folklore Médiéval." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 19, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-17927/folklore-medieval/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Folklore Médiéval." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 19 févr. 2019. Web. 11 août 2022.

Adhésion