Cathédrale de Chartres

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 15 octobre 2018
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Chartres Cathedral (by Olvr, CC BY-SA)
La Cathédrale de Chartres
Olvr (CC BY-SA)

La cathédrale Notre-Dame de Chartres dans le nord de la France fut construite dans sa forme romane et gothique entre 1190 et 1220. Une version plus grandiose des cathédrales antérieures sur le même site, elle attirait les pèlerins des quatre coins du monde tant elle était célèbre pour sa taille, ses sculptures et un nombre inégalé de superbes vitraux. La cathédrale accueillit plusieurs événements célèbres tels que le couronnement du roi Henri IV de France (r. 1553-1610) et Saint Bernard de Clairvaux (1090-1153) vint y prêcher les vertus de la Seconde Croisade (1147-1149). La cathédrale est classée au patrimoine mondial par l'UNESCO depuis 1979.

Vue d'ensemble historique

Chartres est un important centre chrétien depuis au moins le IVe siècle, alors qu'elle était le siège des évêques. La présence d'une cathédrale dans la ville est attestée pour la première fois dans les archives historiques en 743, lorsque le duc d'Aquitaine saccagea la ville et la détruisit. Les Chartrains en construisirent une nouvelle, mais malheureusement, elle ne dura qu'un siècle et fut brûlée lorsque le chef viking Hastings incendia la ville en 858. Nullement découragés, les habitants eurent bientôt une troisième cathédrale, dédiée à la Vierge Marie et consacrée en 876. C'est à cette époque que la cathédrale reçut sa plus célèbre relique, la Sancta Camisia, un tissu que Marie est censée avoir porté quand elle donna naissance à Jésus-Christ. Donnée par Charles le Chauve, petit-fils de Charlemagne, la relique se trouve encore aujourd'hui dans le trésor de la cathédrale.

Supprimer la pub

Advertisement

Non seulement la Sancta Camisia promettait de protéger Chartres de toute attaque future, mais elle attirait aussi de nombreux chrétiens venus de loin qui voulaient la voir de leurs propres yeux. La cathédrale était maintenant en bonne voie de devenir un centre de pèlerinage majeur, et elle attirait également de nombreux malades ayant acquis une réputation pour le succès de son traitement de guérison de neuf jours. Des dispositions furent prises pour mieux s'occuper de tous ces visiteurs, par exemple, le revêtement de sol de la cathédrale fut légèrement incliné pour en faciliter le lavage et certains des panneaux des vitraux pouvaient être enlevés facilement pour permettre d'aérer de temps en temps.

Dans les premières décennies du XIIIe siècle, deux grands porches à trois portes furent ajoutés et les célèbres vitraux commencèrent à être installés.

Une autre attaque contre Chartres semblait imminente en 911, mais cette fois la population put faire appel à la Sancta Camisia pour sa protection. Les forces du chef viking Rollon furent disposées à l'extérieur de la ville prêtes à faire leur assaut final, mais lorsque l'évêque de Chartres exhiba la relique sacrée sur les murs de la ville, les vikings se retirèrent, Rollon se convertit même, plus tard, au christianisme. Ce n'était qu'un sursis temporaire, car Chartres fut saccagée en 962 par Richard, duc de Normandie.

Supprimer la pub

Advertisement

En plus d'être un haut lieu de pélerinage, Chartres acquit également une réputation en tant que centre d'apprentissage. Les moines bénédictins du monastère de Saint-Père-en-Vallée juste à l'extérieur de la ville étaient connus pour leurs réalisations académiques, mais encore plus célèbre était la propre académie de la cathédrale. Cette dernière attira le grand évêque-savant Fulbert en 990 et s'imposa en tant que lieu de connaissance en France, poste qu'elle occuperait jusqu'à la création de l'Université de Paris en 1215. Puis ce fut la catastrophe, et un incendie détruisit la cathédrale en 1020. La version suivante, financée par des rois et des nobles d'Angleterre, de France et du Danemark, allait être beaucoup plus grande et bien plus belle que les précédentes.

South Porch, Chartres Cathedral
Porche sud de la cathédrale de Chartres
Steven Zucker (CC BY-NC-SA)

Construction et Conception

Le premier élément de la nouvelle cathédrale à construire était logiquement la partie inférieure, et en 1024, une énorme crypte, la plus grande du pays, fut construite. La structure supérieure fut construite en style roman avec une grande nef centrale, des allées et des chapelles absidales. En 1028, il y avait une tour nord, un clocher et un porche ouest. Dans les années 1130, un plan d'extension était en cours. Dans l'angle nord-ouest, une tour autoportante avec un clocher en bois fut construite. L'ajout majeur suivant fut la tour sud-ouest de 103 mètres de haut avec son clocher octogonal en pierre caractéristique. Puis les cryptes furent prolongées pour rejoindre les deux nouvelles tours, entre lesquelles une immense porte fut ajoutée avec trois fenêtres à lancettes et une triple porte, le Portail Royal (1145-1155). Toute cette activité produisit une très belle cathédrale d'environ 136 mètres de long et 73 mètres à son point le plus large, mais en juin 1194, une fois de plus, un incendie éclata causant de graves dommages. Heureusement, les tours occidentales, le portail Royal et la Sancta Camisia sortirent indemnes de cette ultime catastrophe.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Encore une fois grâce à des fonds royaux, l'évêque rassembla ses fidèles et se mit à reconstruire la cathédrale à une échelle encore plus grande que celle d'avant. Au début des premières décennies du XIIIe siècle, un immense porche nord de 33,2 mètres de large avec une triple porte fut ajouté et les célèbres vitraux commencèrent à être installés, dont beaucoup furent donnés par de riches nobles de toute l'Europe. La crypte fut agrandie, ses murs doublés et des chapelles insérées, chapelles qui alternaient les styles gothique et roman. Le plan au sol fut transformé en croix latine avec l'ajout d'un large transept et l'ensemble du bâtiment fut réhaussé créant ainsi un immense espace intérieur voûté avec une double galerie. La nouvelle hauteur nécessitait des contreforts extérieurs avec des voûtes à nervures croisées comme soutien supplémentaire, mais l'avantage était la possibilité d'avoir de très hautes fenêtres pouvant être remplies de vitraux ressemblant à des bijoux. Le porche sud, seulement quelques mètres plus petit que son jumeau au nord, se vit ajouter 17 marches menant à ses portes à trois arcs. En 1220, le chef-d'œuvre fut finalement achevé (bien que ce ne soit qu'en octobre 1260 qu'il fut officiellement consacré), et il impressionna tous ceux qui vinrent l'admirer, y compris le chroniqueur de la cour William le Breton:

Rien n'existe au monde qui égalerait sa structure, sa taille et son décor... La Mère du Christ a un amour particulier pour cette église... Aucune n'est aussi brillante que celle-ci de nos jours, ressuscitée de ces cendres et complète. (cité dans Miller, 2009, p. 7)

Devil & Nun, Chartres Cathedral
Diable et religieuse, Cathédrale de Chartres
Walwyn (CC BY-NC-SA)

Mais ce n'était pas tout à fait la fin de l'histoire architecturale, car plusieurs ajouts furent apportés par la suite, notamment la sacristie au milieu du XIIIe siècle, rattachée à l'extrémité du porche nord. La chapelle Saint-Piat, qui abrite aujourd'hui le trésor de la cathédrale, fut ajoutée aux chapelles absidales entre 1324 et 1353. En 1507, grâce à la générosité de Louis XII (r. 1498-1515), le clocher de la tour nord fut remplacé après avoir été brûlé par un coup de foudre. La nouvelle extravagante version gothique du clocher, qui éclipse complètement son jumeau au sud, fut achevée en 1513, et elle augmenta la hauteur de la tour à environ 111 mètres.

Les porches des côtés nord et sud montrent un récit de scènes représentant l'histoire de l'humanité de la Création au Jugement Dernier.

Sculptures

Les sculptures extérieures sont mieux mises en valeur sur les trois magnifiques porches. Le portail royal ou occidental présente des rois et des reines de Judée et des prophètes de l'Ancien Testament incorporés dans les colonnes qui séparent les trois portes. La frise supérieure montre des scènes en relief de la vie et de la mort du Christ. Les porches des côtés nord et sud montrent un récit de scènes représentant l'histoire de l'humanité de la Création au Jugement Dernier, ainsi que des figures de Jésus-Christ, de ses apôtres, de martyrs et confesseurs. Certains des personnages les plus frappants sont les nombreux démons qui emportent les pécheurs vers leur terrible destin, même une religieuse dans un cas pour rappeler que le pire pécheur était un pécheur ayant la connaissance. A l'intérieur de la cathédrale, l'attraction sculpturale phare est l'écran qui recouvre le chœur. Réalisé à partir de 1530 et complété progressivement au cours des deux siècles suivants, il possède 40 niches contenant de grandes sculptures représentant les événements clés de la vie de Marie et de Jésus de la Nativité à la Résurrection.

Supprimer la pub

Advertisement

Detail, South Rose Window, Chartres Cathedral
Détail, Rosace sud, Cathédrale de Chartres
dvdbramhall (CC BY-NC-ND)

Vitraux

Les vitraux de Chartres sont le groupe de vitraux le plus complet qui ait survécu depuis le Moyen Âge. Plusieurs, comme la fenêtre de la Vierge bleue, datent du XIIe siècle, tandis que plus de 150 datent du début du XIIIe siècle. Il y a des scènes religieuses pour raconter aux fidèles les histoires clés de la Bible ainsi que d'innombrables représentations de saints, de rois, de reines, de nobles, de chevaliers et de prêtres. Les marchands de la ville firent don de 42 fenêtres à la cathédrale et ils apparaissent dans de nombreuses scènes plus petites montrant toute la gamme des métiers médiévaux, allant des tonneliers aux bouchers. La plupart des fenêtres, lorsqu'elles racontent un récit comme la vie d'un saint, doivent être lues de gauche à droite en commençant par la base. Un exemple typique d'une telle fenêtre est la parabole du Bon Samaritain avec 24 panneaux (située sur la droite juste après être rentré par le Portail Royal).

D'autres exemples remarquables sont la fenêtre représentant la Passion et la Résurrection, qui date de 1150 environ et présente 14 scènes des derniers moments de la vie de Jésus-Christ. La fenêtre du Zodiaque présente des scènes agricoles et les 12 signes du zodiaque, chaque travail étant associé à la période typique de l'année au cours de laquelle il était effectué, par exemple, la Vierge (août-septembre) est à côté du pressurage du vin. Enfin, il y a trois rosaces principales, dont la plus grande est la spectaculaire rosace ouest, de plus de 15 mètres de diamètre, qui date d'environ 1215, et représente des scènes du Jugement dernier.

Sol en labyrinthe

Le sol central de la nef de 32 mètres de large de la cathédrale est pavé d'un motif de labyrinthe, posé en pierre blanche et marbre noir vers 1200. Le centre avait autrefois une plaque de cuivre qui pouvait représenter Thésée et le Minotaure de la mythologie grecque. Cette réalisation, qui mesure 12,88 mètres de diamètre, avait pour fonction de permettre aux fidèles de marcher autour de sa route en spirale de 261,5 mètres, voire d'avancer à genoux, pour imiter les pèlerins qui voyageaient à Jérusalem ou en symbole de passage de la vie elle-même. De tels labyrinthes au sol étaient une caractéristique de nombreuses églises médiévales bien que cet exemple soit le mieux conservé en France.

Supprimer la pub

Advertisement

Labyrinth, Chartres Cathedral
Labyrinthe, cathédrale de Chartres
Fab5669 (CC BY-SA)

Curieusement, le labyrinthe de la nef des Chartres a presque exactement le même diamètre que la rosace ouest (qui, comme nous l'avons vu, a aussi un thème « passage à la prochaine vie »). De plus, la distance entre le centre de la fenêtre et le sol et la distance entre le centre du labyrinthe et le mur le plus proche, qui contient la rosace ouest, sont presque identiques. Le panneau central de la fenêtre montre Jésus-Christ et constitue donc peut-être un lien spirituel et visuel si le spectateur du centre du labyrinthe suit l'hypoténuse imaginaire du triangle isocèle créé entre le mur et le sol.

Histoire ultérieure

La cathédrale de Chartres a remarquablement bien survécu aux siècles, malgré de sérieuses et régulières menaces telles que le siège de la ville par les Huguenots en 1568, les drames de la Révolution française lorsque la statue en bois de Marie de la cathédrale fut brûlée à l'extérieur de ce qui fut alors rebaptisé «Temple de la Raison», et le danger des bombes de la Seconde Guerre mondiale. Le vieil ennemi était, comme toujours, le feu, et un autre feu destructeur en 1836 (causé par des ouvriers insouciants) nécessita l'installation d'un nouveau toit, cette fois avec une charpente en fonte et un revêtement en cuivre. Les changements les plus dommageables, et certainement les plus controversés, furent ceux effectués par le clergé lui-même au XVIIIe siècle. Dans ce qui semble maintenant une série imprudente de modifications de mauvais goût, le chœur fut modifié, avec certains de ses vitraux remplacés par du verre ordinaire pour laisser entrer plus de lumière, du stuc fut ajouté aux piliers, et une grille en fer remplaça le jubé de 1763. Certaines de ces modifications ont depuis été inversées, et les travaux de restauration, de nettoyage et de remplacement de certaines statues extérieures par des répliques sont en cours depuis les années 1960. En 1979, la cathédrale a été ajoutée à la liste des sites du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2018, octobre 15). Cathédrale de Chartres [Chartres Cathedral]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-17470/cathedrale-de-chartres/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Cathédrale de Chartres." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 15, 2018. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-17470/cathedrale-de-chartres/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Cathédrale de Chartres." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 15 oct. 2018. Web. 30 nov. 2022.

Adhésion