L'Obsidienne en Mésoamérique

Article

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 24 août 2022
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, portugais, espagnol

L'obsidienne est une roche volcanique vitreuse foncée qui offre le tranchant le plus aiguisé disponible dans la nature. Les anciennes cultures méso-américaines appréciaient grandement les propriétés de l'obsidienne, qui était largement commercialisée dans toute la région. L'obsidienne était utilisée pour créer des outils, des armes et, lorsqu'elle était polie, pour fabriquer des miroirs et des incrustations décoratives dans des objets allant des bijoux aux masques rituels.

Propriétés et commerce

L'obsidienne (nom chimique : dioxyde de silice) est un type de roche volcanique créé lorsque la lave chaude refroidit et se solidifie si rapidement que les cristaux n'ont pas le temps de s'y former. Composée d'une variété de compositions chimiques, la plupart des obsidiennes sont à base de silice. L'obsidienne est généralement noire, mais elle peut se décliner en plusieurs teintes, comme le bleu-noir, le paon, l'acajou, et même des teintes beaucoup plus claires et verdâtres. Ces variations de couleur sont dues à la présence de minéraux comme l'hématite ou de minuscules bulles de gaz. Elle peut également présenter des mouchetures blanches de cristobalite (obsidienne flocon de neige).

Supprimer la pub
Advertisement

Macuahuitl Reproduction
Reproduction de macuahuitls
Niveque Storm (CC BY-SA)

Malgré le manque de rareté de la matière première, les pièces travaillées en obsidienne étaient très prisées par toutes les cultures mésoaméricaines, des Olmèques aux Aztèques (alias Mexica), et c'était donc l'un des biens les plus anciens et les plus couramment échangés. L'obsidienne était particulièrement appréciée pour son tranchant extrêmement net, aussi tranchant que n'importe quelle lame de rasoir moderne (en effet, certaines procédures chirurgicales impliquent aujourd'hui l'utilisation de scalpels en obsidienne). L'obsidienne est facilement affinée en la frappant avec une pierre plus dure pour enlever les écailles le long des fractures conchoïdales (qui ressemblent à des coquillages). Son utilisation dans des armes et des outils de toutes sortes a conduit l'historien M. E. Miller à décrire l'obsidienne comme "l'acier du Nouveau Monde" (11). Ce matériau était également apprécié pour sa texture lisse et son éclat vitreux foncé inhabituel lorsqu'il était poli, ce que les anciens Mésoaméricains obtenaient généralement en utilisant du sable abrasif.

40 % des habitants de Tula, soit 30 à 40 000 personnes, travaillaient l'obsidienne.

Comme pour d'autres matériaux recherchés tels que le jade et la turquoise en Mésoamérique, les variétés les plus inhabituelles d'obsidienne étaient les plus prisées. Un type d'obsidienne rare, de couleur vert olive, était obtenu dans les mines de la Sierra de las Navajas à Pachuca, et la ville voisine de Tula (alias Tollan) devint un important centre de commerce de l'obsidienne. Tula était la capitale de la civilisation toltèque qui prospéra dans le centre du Mexique entre le Xe et le milieu du XIIe siècle. Le nombre d'ateliers d'obsidienne à Tula a conduit les historiens à estimer qu'environ 40 % de la population totale de Tula, soit 30 à 40 000 personnes, travaillait l'obsidienne pour les besoins de la ville et pour le commerce.

Supprimer la pub
Advertisement

Unworked Obsidian Blocks, Guatemala
Blocs d'obsidienne non travaillés, Guatemala
Simon Burchell (CC BY-SA)

Le commerce mésoaméricain de l'obsidienne remonte cependant à bien avant les Toltèques, avec des preuves qu'elle était échangée au deuxième millénaire av. J.-C., pendant la période souvent appelée le Formatif précoce. Les principaux gisements d'obsidienne mésoaméricaine, outre celui de Pachuca, proviennent des hauts plateaux de Jalisco (centre-ouest du Mexique) et des hauts plateaux du Guatemala (El Chayal et San Luis Jilotepeque). À partir de ces gisements des hauts plateaux, l'obsidienne était transportée par canoës le long des voies navigables vers la région. Le commerce n'était pas toujours le fait de cités-états ou d'élites, les artisans eux-mêmes organisaient parfois l'approvisionnement en obsidienne non travaillée, comme on peut le voir sur des sites tels que Xochicalco qui prospéra entre 700 et 900. D'autre part, nous savons que sur certains sites contemporains de l'ouest du Mexique (les vallées de Tequila), les bijoux en obsidienne étaient contrôlés par l'élite dirigeante et que sur les sites tarascans voisins, la production de lames en obsidienne était contrôlée par l'État. Il est clair qu'il existait une division de la valeur et du contrôle entre l'obsidienne brute et les articles finis associés au pouvoir, comme les bijoux et les armes d'élite.

Utilisations

L'obsidienne était souvent travaillée à partir d'un morceau brut pour obtenir une forme conique à multiples facettes dont on pouvait facilement séparer plusieurs lames ou éclats. En tant que tranchant, l'obsidienne n'avait pas son pareil, mais elle a le défaut fatal de se briser facilement. Teotihuacan, dans le centre du Mexique, connut son apogée entre 375 et 500 de notre ère. Les lames d'obsidienne travaillées y étaient utilisées pour divers types d'armes et d'outils, comme l'explique ici l'historien D. M. Carballo :

Supprimer la pub
Advertisement

Les soldats de Teotihuacan étaient armés de fléchettes à pointe d'obsidienne, de lances courtes lancées à l'aide d'un atlatl ou d'un lanceur de lance, de couteaux en obsidienne et de massues en bois. À l'intérieur de la ville, certains ateliers d'obsidienne étaient situés dans des complexes d'appartements où l'on fabriquait principalement des outils utilitaires, tandis qu'au moins un atelier était situé près de la pyramide de la Lune et était spécialisé dans la production d'armes (pointes de fléchettes et couteaux) ainsi que d'objets cérémoniels du type de ceux qui étaient déposés en offrande consécratoire et exportés jusqu'à certaines villes mayas. Les ateliers domestiques semblent avoir été organisés comme des commerces indépendants entrepris par des familles étendues, mais l'atelier de l'enceinte de la pyramide de la Lune aurait été supervisé par des fonctionnaires de l'État, et les armes finies pourraient avoir été stockées dans des armureries d'État. (41)

Mesoamerican Obsidian Blade
Lame en obsidienne mésoaméricaine
Metropolitan Museum of Art (Copyright)

Des figures effigies en obsidienne représentant des humains et des animaux, notamment des serpents ont été mises au jour à Teotihuacan. Les sculptures et les reliefs des divinités de Teotihuacan étaient souvent incrustés d'obsidienne, généralement réservée à des caractéristiques comme les yeux, la poitrine et les bijoux. Le noir et l'obsidienne étaient associés à la nuit, à la mort et au monde souterrain, d'où l'utilisation de l'obsidienne pour des éléments d'objets funéraires. Un exemple est le couvercle en obsidienne d'une urne en travertin spectaculaire contenant les restes incinérés d'un homme, qui a été découvert à la base du Templo Mayor à Tenochtitlan (aujourd'hui Mexico). Les cendres pourraient avoir appartenu à un souverain des Aztèques, la dernière grande civilisation mésoaméricaine.

Les représentations de Tezcatlipoca dans l'art montrent souvent le dieu avec un miroir en obsidienne à l'arrière de la tête.

En tant que matériau semi-précieux, l'obsidienne hautement polie était utilisée dans les bijoux de l'élite de la société mésoaméricaine. Sous forme de perles ou d'incrustations, elle était portée en colliers, bracelets, bracelets de cheville, bagues, bouchons d'oreille, piercings à la lèvre, et comme élément de pièces plus grandes comme les ceintures, les pectoraux et les coiffes. Les artisans de Tula, dont les compétences étaient légendaires pour les Aztèques ultérieurs, parvenaient à fabriquer des bijoux en obsidienne de très faible épaisseur, qui étaient souvent à un matériau plus précieux comme l'or ou la turquoise.

Les Aztèques, comme tous ceux qui les précédèrent dans la région, utilisaient l'obsidienne (qu'ils appelaient itztli) pour fabriquer des armes telles que des lames de couteaux, des pointes de flèches, des lames de lances, des pointes de fléchettes et des têtes de haches. Une arme aztèque particulière était la combinaison d'une épée et d'une massue connue sous le nom de macuahuitl. Ayant la forme d'une longue pagaie en bois, les lames d'obsidienne travaillées étaient insérées de part et d'autre de sa longueur. Les lames d'obsidienne devaient causer d'horribles blessures, et il n'est pas étonnant que les guerriers mésoaméricains aient cherché à se protéger. On utilisait des boucliers ronds en bois ou en canne et renforcés de cuir (chimalli) et parfois des casques en cuir. On portait également des sortes d'armures (ichcahuipilli) en coton matelassé, que l'on trempait dans l'eau salée pour rendre le vêtement plus rigide et plus résistant aux coups de l'ennemi. Cette armure était si efficace que même les conquistadores espagnols l'utilisaient lors de leurs rencontres avec les armées indigènes armées d'obsidienne.

Supprimer la pub
Advertisement

Associations sacrées

Lorsqu'elle était très polie, l'obsidienne était utilisée pour créer des miroirs tout au long de l'histoire de la Mésoamérique, bien que d'autres matériaux aient également été utilisés, comme la pyrite polie par exemple. Ils étaient souvent dotés d'un cadre en bois ou d'un bord extérieur en plumes exotiques et percés d'un seul trou afin de pouvoir y passer une corde. Les miroirs n'étaient pas simplement des objets dans lesquels on pouvait vérifier son reflet, mais ils avaient des associations spéciales. Le dieu aztèque et toltèque Tezcatlipoca était considéré comme la personnification même d'un miroir d'obsidienne polie. En effet, son nom en langue nahuatl signifie "miroir fumant" (les propriétés réfléchissantes d'un feu fumant étaient souvent assimilées à celles d'un miroir). Tezcatlipoca était un dieu créateur, porteur de bien et de mal. Comme il représentait la dualité du changement par le conflit, un miroir était un emblème tout à fait approprié pour lui, avec sa surface réelle et réfléchie. De même, l'omniprésence du dieu, qui voit tout, était bien représentée par un miroir qui voit tout et cherche la vérité. On croyait que le dieu ne considérait l'humanité que comme un reflet dans son miroir, rappelant la mortalité de cette dernière. On croyait que le dieu pouvait utiliser son miroir à deux faces non seulement pour prédire l'avenir mais aussi pour "révéler la vraie nature des choses, y compris l'âme" (Carballo, 179). Il est intéressant de noter que les exemples de miroirs en obsidienne qui ont survécu avaient souvent été polis des deux côtés, peut-être en imitation du miroir spécial de Tezcatlipoca. Les représentations de Tezcatlipoca dans l'art montrent fréquemment le dieu avec un miroir en obsidienne à l'arrière de la tête ou avec un miroir à chacune de ses tempes et parfois avec un autre en remplacement d'un de ses pieds.

Maya Deity on Obsidian Flake
Divinité maya sur lamelle d'obsidienne
The British Museum (CC BY-NC-SA)

Les outils en obsidienne jouaient un rôle important dans certains rituels mésoaméricains comme la saignée. Forme d'abnégation douce, la saignée imitait le sacrifice que les dieux avaient fait pour créer l'humanité. Les outils de saignée en obsidienne étaient souvent enterrés dans les tombes aux côtés des défunts, hommes et femmes.

L'obsidienne apparaît dans les systèmes d'écriture. Par exemple, la ville d'Itzteyocan était représentée par la combinaison d'une route, d'une pierre et d'une lame d'obsidienne noire. Les morceaux d'obsidienne étaient également utilisés comme matériau pour écrire ou inciser des dieux, des symboles et des motifs. Plusieurs pièces excavées sous une stèle à Maya Tikal au Guatemala ont été incisées pour représenter des dieux spécifiques. L'enfouissement de pièces d'obsidienne incisées sous des stèles n'est pas propre à Tikal et était une pratique courante dans toute la région centrale maya.

Supprimer la pub
Advertisement

Les Mayas de Cakchiquel communiquaient avec une pierre d'obsidienne sacrée qui était peut-être considérée comme un oracle, qu'ils appelaient Chay Abah. L'historien M. Miller suggère que le Chay Abah pourrait bien avoir été un miroir poli. Les chamans utilisaient également des miroirs - sous la forme de bols d'eau ou d'un matériau poli comme l'obsidienne - pour voir le passé et l'avenir et communiquer avec les morts. Dans de nombreuses cultures mésoaméricaines, on croyait qu'un miroir - parce qu'on pouvait regarder dedans mais pas à travers - était en quelque sorte un point d'accès à un autre monde, spirituel. De même que les dieux contemplaient l'humanité à travers les reflets d'un miroir, les humains doués et, en particulier, les chefs de communauté, pouvaient voir les dieux se refléter dans un miroir et obtenir ainsi des indices sur ce qu'ils prévoyaient pour l'avenir.

Mesoamerican Obsidian Mirror
Miroir en obsidienne mésoaméricaine
The British Museum (CC BY-NC-SA)

Le pouvoir d'un miroir en obsidienne de prédire l'avenir fait partie d'une légende impliquant le dernier vrai souverain aztèque Motecuhzoma II (alias Montezuma, r. de 1502 à 1520). Des pêcheurs locaux un jour rencontrèrent un oiseau extraordinaire, semblable à une grue, mais avec un miroir sur la tête. Cette curiosité fut présentée à Motecuhzoma et, lorsqu'il regarda dans le miroir, il fut surpris de voir, l'espace d'un instant, un ciel nocturne étoilé, puis plusieurs guerriers chevauchant des cerfs. Nous ne pouvons savoir si ces guerriers représentaient des conquistadores espagnols à cheval (un animal alors inconnu des Mésoaméricains) ou un autre événement futur, si cette vision se produisit réellement ou si elle est un exemple d'histoire écrite après coup, mais elle révèle au moins les pouvoirs que les Mésoaméricains étaient prêts à accorder à l'obsidienne hautement polie. Les miroirs, en obsidienne ou autre, étaient considérés comme des objets si précieux et significatifs qu'ils étaient portés comme une sorte de bijou ou de signe de prestige, en particulier par les souverains, et cela peut expliquer pourquoi les pêcheurs étaient si désireux de présenter leur "oiseau-miroir" à Motecuhzoma.

Il semble que l'attrait de l'obsidienne travaillée ait traversé les cultures et ait également séduit les souverains étrangers, puisque Philippe II d'Espagne (r. de 1556 à 1598) aurait possédé plusieurs miroirs en obsidienne de fabrication mésoaméricaine. La vénération accordée aux miroirs d'obsidienne était difficile à éradiquer pour les prêtres espagnols de la Nouvelle-Espagne (nom donné à la région), ce qui explique peut-être pourquoi ils toléraient que les Mexicains convertis ajoutent fréquemment un miroir d'obsidienne aux croix atriales des églises coloniales et de leurs environs, dont certaines sont encore debout aujourd'hui avec leurs miroirs d'obsidienne toujours en place.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Quelle civilisation mésoaméricaine utilisait l'obsidienne ?

Toutes les civilisations mésoaméricaines, des Olmèques aux Aztèques, utilisaient l'obsidienne pour fabriquer des lames, des bijoux et des miroirs.

Pourquoi l'obsidienne était-elle importante pour les Mayas ?

L'obsidienne était importante pour les Mayas en raison de son tranchant pour les outils et les armes et de son lustre lorsqu'elle était polie.

Les Mayas avaient-ils de l'obsidienne ?

Les Mayas avaient accès à l'obsidienne à la fois dans les régions montagneuses et par le biais de réseaux commerciaux à travers la Mésoamérique.

Pourquoi l'obsidienne était-elle importante pour les Aztèques ?

L'obsidienne était importante pour les Aztèques car elle permettait d'obtenir un tranchant pour les outils et les armes. Ils fabriquaient également des miroirs à partir de morceaux polis d'obsidienne et ce matériau était étroitement associé à certains dieux, notamment Tezcatlipoca, le "miroir fumant".

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2022, août 24). L'Obsidienne en Mésoamérique [Obsidian in Mesoamerica]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2060/lobsidienne-en-mesoamerique/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "L'Obsidienne en Mésoamérique." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le août 24, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2060/lobsidienne-en-mesoamerique/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "L'Obsidienne en Mésoamérique." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 24 août 2022. Web. 21 avril 2024.

Adhésion