Conquistadores

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 30 août 2022
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
16th Century Morion Helmet (by Metropolitan Museum of Art, Copyright)
Morion de XVIe siècle
Metropolitan Museum of Art (Copyright)

Les conquistadores, qui signifient "conquérants", étaient des aventuriers militaires ibériques qui opéraient à l'avant-garde des empires aux 15e et 16e siècles en explorant des régions du monde inconnues des Européens, en battant les armées indigènes, puis qui distribuaient butin et terres. Au milieu du 16e siècle, les conquistadores furent remplacés par un processus de colonisation plus systématique avec des gouvernements locaux et des colons permanents.

Dans la langue anglaise, le terme "conquistador" tend à s'appliquer le plus souvent aux aventuriers militaires espagnols dans les Amériques, mais il peut également s'appliquer aux aventuriers portugais et aux régions du Pacifique et de l'Afrique. Parmi les conquistadores tristement célèbres, citons Hernán Cortés (1485-1547) qui attaqua les Aztèques au Mexique à partir de 1519, et Francisco Pizarro (c. 1478-1541), qui entreprit la conquête de la civilisation inca en 1532. Motivés par le manque d'opportunités dans leur pays et par un mélange capiteux de zèle religieux et de soif insatiable d'or, les conquistadores risquèrent leur vie à coup de guerre, de maladie et de mésaventures pour tenter de faire fortune. Peu d'entre eux réussirent et ne laissèrent derrière eux qu'une traînée de destruction, de torture et de meurtre.

Supprimer la pub

Advertisement

Le dégoût que nous éprouvons aujourd'hui à l'égard de ces premiers impérialistes ne doit pas nous faire oublier que "ces hommes suscitaient une admiration générale chez leurs contemporains" (Cervantès, xvi), une attitude qui resta inchangée jusqu'au XXe siècle. " Notre regard sur leurs nombreuses atrocités doit être ancré dans le contexte historique. Leur monde n'était pas le mythe cruel, arriéré, obscurantiste et bigot de la légende, mais le monde des croisades de la fin du Moyen Âge" (ibid, xvii). En bref, les conquistadores étaient plus complexes que la caricature simpliste que leur nom évoque souvent dans notre imaginaire.

La maladie et les accidents étaient bien plus susceptibles de mettre fin aux aventures d'un conquistador que n'importe quelle flèche ennemie.

L'avant-garde impériale

Les conquistadores formaient un groupe hétérogène, allant de simples fantassins à des chefs se réclamant de la petite noblesse. Ils avaient souvent acquis une expérience militaire dans des conflits comme la Reconquista et les guerres d'Italie, mais ils avaient du mal à trouver un emploi durable en Europe. Un autre obstacle à leur réussite était que beaucoup de ces hommes étaient des fils illégitimes et n'avaient donc pratiquement aucune chance d'ascension sociale. La "découverte" du Nouveau Monde en 1492 par Christophe Colomb (1451-1506) semblait offrir la possibilité de refaire sa vie et de s'enrichir dans un pays où tout Européen était aussi égal qu'un autre. En outre, même les femmes pouvaient s'affranchir des conventions plus rigides de la société européenne. Les femmes conquistadores ne furent pas nombreuses, mais nous connaissons Maria de Estrada, la sœur du conquistador Francisco de Estrada. Maria était originaire de Séville et participa à plusieurs batailles au Mexique.

Supprimer la pub

Advertisement

Spain and the Spanish Indies
L'Espagne et les Indes espagnoles
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Les monarques étaient désireux d'exploiter les ressources que promettaient les terres situées en dehors de l'Europe, mais les chances de s'y rendre, de survivre et de rentrer chez soi étaient faibles, tandis que le coût d'équipement des expéditions était énorme. Il valait mieux que les aventuriers prennent eux-mêmes les risques et les coûts avec l'attrait de la reconnaissance officielle à leur retour. Et les risques étaient certainement élevés, la maladie et les accidents étant bien plus susceptibles de mettre fin aux aventures d'un conquistador que n'importe quelle flèche ennemie. Équiper un navire et le remplir d'hommes, d'armes, de chevaux et de provisions représentait un investissement important et nécessitait donc un consortium de partenaires conquistadores.

Les conquistadores promettaient aux monarques un pourcentage des gains, et ils fournissaient des connaissances inestimables aux cartographes des États. C'est ainsi que le titre d'adelantado fut utilisé en Espagne, où un chef d'expédition recevait une licence pour conquérir tout ce qu'il rencontrait. Parmi ces chefs, l'espoir de convertir les peuples indigènes au christianisme était enveloppé de motivations plus mondaines. Il est facile d'ignorer aujourd'hui l'importance de ce zèle religieux pour de nombreux conquistadores, à la fois comme motivation et comme justification des moyens qu'ils utilisaient pour coloniser. Il est également probable que pour beaucoup, en particulier les conquistadores de rang inférieur, des hommes aux origines douteuses et sans grands principes à défendre, l'aventure n'avait qu'un seul but : s'enrichir rapidement.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Armement diamétralement opposé

Les conquistadores exploitèrent les rivalités tribales séculaires pour gagner des alliés précieux dans leurs guerres de conquête.

De nombreux endroits que les conquistadores explorèrent en Amérique, en Afrique et dans le Pacifique étaient déjà habités, et les habitants ne cédèrent pas leurs terres sans se battre. Cependant, les armes des conquistadores étaient bien supérieures : l'arbalète, le canon, l'arquebuse, l'épée en acier, le chien d'attaque et la cavalerie s'avérèrent pratiquement invincibles face à des guerriers indigènes ayant des siècles de retard sur le plan de la technologie des armes. Cette disparité permit aux armées des conquistadores, qui comptaient des combattants par centaines, de vaincre les armées indigènes composées de guerriers par milliers. Les conquistadores exploitèrent également les rivalités tribales ancestrales pour gagner des alliés précieux dans leurs guerres contre les bâtisseurs d'empire qui avaient régné avant leur arrivée.

S'ils en avaient les moyens, les conquistadores portaient généralement une cuirasse, des protections de haut de jambe et des gantelets de métal. Lorsqu'ils se rendirent compte que leurs adversaires n'étaient que légèrement armés, les armures eurent tendance à s'alléger en conséquence, puisqu'elles n'avaient pas besoin de protéger contre les balles ou les carreaux d'arbalète. Les conditions climatiques humides, cependant, firent des ravages sur les armures métalliques. De nombreux conquistadores n'hésitèrent pas à adopter des types d'armures locales, comme des vestes matelassées en coton ou en fibres de maguey, trempées dans une solution d'eau salée pour les rendre suffisamment résistantes aux flèches. Le morion (casque typique), avec sa crête proéminente et son sommet retourné, est une pièce d'équipement omniprésente qui devint un signe distinctif des conquistadores. Enfin, un conquistador pouvait porter un bouclier, un petit cercle d'acier utilisé pour parer les coups d'un attaquant. Des boucliers en cuir durci étaient également utilisés.

European 16th Century Armour
Armure européenne du XVIe siècle
Paul Alex Reed (CC BY-NC-ND)

Les armes dont disposaient les peuples indigènes étaient utilisées avec grande dextérité. Un conquistador en armure était pratiquement imprenable, mais il risquait d'être gravement blessé ou tué par un coup porté au visage non protégé des fléchettes, des flèches et des frondes bien dirigées. Un net désavantage pour les défenseurs face aux conquistadores était leur approche de la guerre qui était souvent très ritualisée. Les officiers portaient des costumes voyants et étaient donc faciles à identifier et à éliminer du champ de bataille. De nombreux guerriers indigènes insistaient pour prendre des captifs vivants, ce qui signifiait souvent que les conquistadores pouvaient être secourus plus tard par leurs camarades.

Supprimer la pub

Advertisement

Pacification

Une fois qu'une région avait été conquise, même si ce n'était pas cdans sa totalité, les conquistadores se partageaient le butin qu'ils trouvaient, comme l'or, l'argent, les émeraudes, les perles, les bois précieux et les peaux d'animaux. Les objets en métal précieux étaient fondus pour faciliter leur distribution et parce que personne ne se souciait de l'art indigène ou de la signification culturelle des pièces qui avaient été vénérées pendant des générations. Au milieu du XVIe siècle, plus de 100 tonnes d'or avaient été volées sur le continent américain. À la fin du XVIe siècle, les flottes du trésor espagnol avaient expédié 25 000 tonnes d'argent en Europe.

Le partage des richesses était un processus inexact: de nombreux conquistadores fureent perdants, tandis que d'autres gagnèrent d'immenses richesses qu'ils distribuèrent, en titres et en terres, à leurs partisans et aux membres de leur famille. En effet, la plus grande menace pour les gains d'un conquistador n'était pas les peuples indigènes mais les Européens qui ne reculaient devant rien pour s'assurer que leurs aventures ne restent pas sans récompense. Cortés fut assailli par des plaintes contre sa personne pour n'avoir pas partagé équitablement ses biens mal acquis. Un désaccord entre Pizarro et son commandant en second Diego de Almagro (c. 1475-1538) au sujet du butin de guerre coûta la vie à Pizarro, assassiné dans son lit, une querelle qui s'étendit à la génération suivante.

Spanish Conquest & Exploration in North America in the 16th century
Conquête et exploration espagnoles en Amérique du Nord au XVIe siècle
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Après que les conquistadores eurent saisi tout ce qu'ils purent, établi des forteresses pour conserver ces gains et construit les églises qu'ils avaient promises à leurs monarques, la phase suivante de la colonisation était celle de la "pacification". Cette étape concernait davantage l'exploitation à long terme des ressources, comme l'exploitation minière, l'esclavage et le travail forcé dans les plantations. Dans ces régions, les conquistadores n'avaient pas grand-chose à apporter et leurs États d'origine choisirent donc de les écarter au profit d'administrateurs professionnels et de colons permanents venus d'Europe. Les objectifs matérialistes des conquistadores, leur manque d'expérience en matière de gouvernance, leurs méthodes douteuses et le traitement sévère qu'ils réservaient aux populations indigènes les amenèrent à entrer en conflit avec des personnalités religieuses et des organisations telles que le Conseil des Indes. Ce conseil était l'organe directeur de l'empire espagnol et avait deux objectifs : l'extraction des ressources et la conversion des populations locales au christianisme. Ces objectifs étaient eux-mêmes souvent contradictoires, car une personne volée n'avait guère de chances de considérer la religion de son voleur avec grande admiration, mais les conquistadores assassinaient, torturaient ou faisaient travailler les gens à mort, ce qui signifiait qu'il n'y avait aucune chance de sauver des âmes. Les décès dus aux guerres, aux maladies européennes et aux mauvais traitements infligés aux peuples indigènes furent vertigineux. Pour ne citer qu'un triste exemple, le Mexique vit sa population chuter de 25 millions en 1520 à 3 millions en 1556. La même ampleur de dévastation fut constatée partout où les conquistadores se rendirent.

Supprimer la pub

Advertisement

Les conquistadores commencèrent à être attaqués, du moins en paroles, par leur propre camp. Des hommes comme le frère dominicain espagnol Bartolomé de las Casas (1484-1566), lui-même ancien conquistador, écrivirent sur les atrocités des conquêtes des Amériques. L'ouvrage de Las Casas intitulé Brevísima relación de la destrucción de las Indias (en français: Très bref rapport de la destruction des Indes), publié en 1522, était une accusation graphique, quoique peut-être exagérée, du comportement rapace et non chrétien des conquistadores. Ce rapport influença sans aucun doute l'opinion contre les conquistadores et poussa ceux qui étaient au pouvoir de les remplacer par un système plus professionnel de gouvernement colonial. Les conquistadores avaient également des ennemis à l'étranger. Les autres puissances européennes, en particulier les protestants, ne pouvaient cacher leur jalousie à l'égard des richesses que le Portugal et l'Espagne catholiques tiraient de leurs colonies. Les Anglais, en particulier, cassèrent l'image des Espagnols de façon magistrale avec leur "légende noire", un terme inventé par l'historien espagnol Julian Juderias y Loyot (1877-1918). Il s'agissait d'un corpus littéraire qui dénigrait les Espagnols, une entreprise alimentée par l'œuvre de Las Casas qui fut publiée dans de nombreuses langues et fournit des illustrations macabres des cruautés barbares subies par les peuples indigènes.

Les nouvelles lois espagnoles de 1542 tentèrent d'atténuer certaines des souffrances des populations indigènes en Amérique espagnole, mais de nombreux conquistadores et leurs descendants se rebellèrent contre ces mesures. Ce fut une raison supplémentaire pour l'État de remplacer les conquistadores par des fonctionnaires extérieurs recrutés en Europe. Les conquistadores et leurs descendants avaient espéré établir dans les colonies un système médiéval où les droits et titres fonciers seraient conservés dans la même famille à travers les générations, mais cela ne put jamais être mis en pratique.

Spanish Torture of American Peoples
Torture espagnole des peuples américains
Joos van Winghe & Theodor de Bry (Public Domain)

Leur autorité ayant été remplacée par des gouverneurs coloniaux et des personnalités ecclésiastiques, de nombreux conquistadores n'avaient plus que des choix limités. La plupart d'entre eux retournèrent en Espagne avec des bourses vides ou se lancèrent dans des activités plus pacifiques comme l'agriculture, même si cela représentait une certaine disgrâce pour les militaires : Cortés aurait déclaré un jour : "Je suis venu ici pour trouver de l'or, pas pour labourer la terre comme un paysan" (von Habsburg, 48). Une troisième option, beaucoup plus attrayante, consistait à poursuivre les conquêtes, à pénétrer dans des territoires encore inexplorés dans l'espoir d'y trouver de nouvelles richesses. C'est ce qui motiva des hommes comme Almagro à explorer le Chili en 1535 et Francisco Vásquez de Coronado (c. 1510-1554) à parcourir l'Amérique du Nord en 1540, mais aucun d'entre eux ne trouva les légendaires cités d'or dont ils rêvaient. Ces expéditions, et elles furent nombreuses, causèrent des ravages et des tragédies partout où elles étaient passées et apportèrent peu de richesses, mais elles ouvrirent la voie à de futures colonisations en cartographiant des régions du monde dont les Européens ne soupçonnaient même pas l'existence. Au 16e siècle, la carte du monde prenait enfin forme, et plus on y ajoutait de terres, plus les souverains européens souhaitaient en revendiquer le plus possible.

Supprimer la pub

Advertisement

Supprimer la pub

Publicité

Questions & Réponses

Que veut dire "Conquistador"?

Conquistador signifie "conquérant" et fait référence aux aventuriers militaires espagnols et portugais qui prirent de nouvelles terres par la force au nom de leurs monarques respectifs.

Qui sont les conquistadores les plus célèbres?

Les conquistadores les plus célèbres sont Hernán Cortés (1485-1547) qui attaqua les Aztèques au Mexique à partir de 1519, et Francisco Pizarro (c. 1478-1541) qui commença la conquête de la civilisation inca en 1532.

Qu'est-il arrivé aux conquistadores ?

Après la conquête initiale de nouvelles terres, certains conquistadores rentrèrent en Europe avec leur butin, d'autres restèrent pour diriger des plantations et d'autres encore continuèrent à explorer pour trouver de nouvelles richesses.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2022, août 30). Conquistadores [Conquistador]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13809/conquistadores/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Conquistadores." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le août 30, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13809/conquistadores/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Conquistadores." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 30 août 2022. Web. 07 déc. 2022.

Adhésion